Principal Traitement

Diagnostic de l'inflammation rénale

Les maladies du système urinaire nécessitent des recherches approfondies et un diagnostic différentiel. Les patients subissent un test d'inflammation des reins afin de déterminer la cause de la violation de leur activité et l'ampleur des lésions organiques. Grâce aux résultats des tests, le médecin vous prescrira un traitement efficace favorisant une guérison complète. Les tests visant à déterminer la néphrite sont basés sur des analyses d'urine et de sang.

Indications pour le diagnostic

  1. Douleur dans les reins ou l'abdomen;
  2. violation du nombre et de la nature des mictions;
  3. décoloration de l'urine;
  4. faiblesse générale, capacité de travail réduite;
  5. perte d'appétit;
  6. douleur en urinant;
  7. fièvre
  8. les poches;
  9. changement du niveau de pression artérielle;
  10. nausées, vomissements, ballonnements.
Retour à la table des matières

Quels tests font?

Afin de déterminer la cause de la maladie et de prescrire un traitement, un certain nombre d’études ont été réalisées pour permettre un diagnostic correct. Néphrite est le nom commun de la maladie. La livraison des tests vous permet de reconnaître les causes et la nature de l'agent pathogène. Par exemple, une inflammation des reins dans la glomérulonéphrite indique la présence de micro-organismes et d'anticorps pathogènes. En fonction de l'agent pathogène, les médecins prescrivent un traitement visant à éliminer la cause des dommages aux organes.

Test sanguin

  • Recherche biochimique. Les dommages aux reins sont reconnus par le niveau d'urée et de créatinine. Le taux de cellules sanguines dans la néphrite est plusieurs fois supérieur à celui d'une personne en bonne santé. De plus, la présence de micro-organismes pathogènes se traduit par une augmentation de la quantité de protéine C-réactive et de marqueurs spécifiques de l'inflammation.
  • Test sanguin général. Dans les cas de néphrite, les changements sont dirigés vers une augmentation du nombre de leucocytes, neutrophiles, qui s’accompagne d’un déplacement de la formule leucocytaire vers la gauche et d’un indicateur élevé de RSE.
  • Une étude sur le contenu en anticorps IgG et IgM. Une modification de ces paramètres se produit s'il y a une inflammation dans les reins.
  • Analyse de la présence d'anticorps dirigés contre le streptocoque b-hémolytique du groupe A. Une étude spécifique visant à confirmer ou à réfuter la glomérulonéphrite.
Retour à la table des matières

Analyse générale de l'urine pour la néphrite

Les premiers signes de la maladie devraient alerter le patient, notamment en ce qui concerne les modifications de la nature des mictions, de la couleur et de la transparence de l’urine. L'analyse générale décrit l'état du système urinaire. Les indicateurs de cette étude indiquent une altération de la fonction rénale. Pour le jade, l'analyse d'urine sera la suivante:

  • couleur de l'urine - jaune, rose ou mélangée à du sang;
  • mucus - en petites quantités;
  • leucocytes - niveaux élevés;
  • globules rouges - isolés ou en grande quantité;
  • protéine - augmentation de la sécrétion;
  • bactéries - plus de 1000 p / sp. (en vue);
  • cylindres - en stock.
L’analyse générale de l’urine permettra d’identifier la pathologie des reins ou de réfuter sa présence.

L'analyse générale de l'urine fait référence aux principaux types d'études de la maladie. Selon ses résultats, il est possible de juger des violations du système urinaire. La néphrite est une maladie de la genèse bactérienne. Un résultat de processus inflammatoire actif sera donc affiché sur les résultats de l’étude. La prochaine étape pour poser le bon diagnostic consiste à identifier les micro-organismes présents dans les reins et à identifier le type d'agent pathogène afin de déterminer le traitement.

Autres tests d'urine

Afin de déterminer l'étendue des dommages subis par le système urinaire, vous devez passer le matériel pour un test à deux verres. Le test repose sur le fait que les 100 premiers millilitres d’urine proviennent de la vessie, de sorte que tout changement dans celle-ci indique une inflammation de cet organe. La partie suivante de l'analyse détermine la violation des reins et décrit les modifications du fonctionnement des néphrons. En jade, l'étude fournira des résultats qui parleront de la perturbation de l'activité de l'étage supérieur du système urinaire.

À l'aide d'un test à 2 échantillons, l'urologue reconnaîtra la localisation de l'agent pathogène.

Diagnostics sur Zimnitsky

La néphrite en phase initiale peut ne pas montrer de perturbations dans les résultats de l’étude. À l'avenir, le patient présentera une augmentation ou une diminution de la production quotidienne d'urine, une miction accrue la nuit, ce qui indique la formation d'une insuffisance rénale chronique. De plus, la violation de la proportion d'urine dans le sens d'une augmentation détermine le développement du jade. Le test de Zimnitsky détermine la capacité des reins à diluer et à concentrer l'urine.

Analyse d'urine selon Nechyporenko

La présence dans les urines de leucocytes, d'érythrocytes et de cylindres indique une violation des reins. Pour déterminer la profondeur et la nature des changements dans le travail des néphrons, utilisez la recherche sur Nechiporenko. Le matériel d'analyse doit être remis après avoir constaté des modifications dans les résultats globaux. Le test distingue la néphrite des saignements rénaux, de la tuberculose et des maladies auto-immunes.

Des niveaux significativement élevés de leucocytes et de cylindres indiquent un processus inflammatoire. La néphrite survient en raison de la pénétration de l'agent pathogène dans le système urinaire et, en raison de l'apport sanguin abondant, elle se multiplie rapidement et se propage à d'autres parties de l'organe. La méthode de recherche fournit des indicateurs permettant de juger de la capacité fonctionnelle des reins dans la néphrite.

Indicateurs de tests urinaires et sanguins de glomérulonéphrite

Le diagnostic de toute maladie comprend non seulement le recueil des plaintes, l'anamnèse et l'examen clinique, mais également une grande variété de tests de laboratoire permettant d'évaluer l'état général du patient et de déterminer les principaux syndromes cliniques. Et que peuvent dire les analyses au médecin en cas de glomérulonéphrite et quels tests vous devez passer avec succès: essayez de le comprendre.

Caractéristiques morphologiques des lésions rénales dans la glomérulonéphrite

La glomérulonéphrite est une maladie immuno-inflammatoire aiguë ou chronique du tissu rénal avec une lésion primaire de l'appareil glomérulaire. À mesure que la maladie progresse, les tissus interstitiels et les tubules rénaux peuvent être impliqués dans le processus pathologique. Cela conduit au développement des modifications suivantes:

  • augmentation de la perméabilité de la paroi glomérulaire pour les éléments protéiques et cellulaires;
  • la formation de microthrombus bloquant la lumière des artères nourricières;
  • ralentissement / arrêt complet du flux sanguin dans les glomérules;
  • violation du processus de filtration dans l'élément fonctionnel principal du rein (néphron);
  • néphron en voie de disparition avec remplacement irréversible par son tissu conjonctif;
  • une diminution progressive du volume de sang filtré et le développement d'une insuffisance rénale progressive.

Tous ces moments pathogénétiques provoquent l’apparition des trois principaux syndromes de la maladie (œdémateux, hypertenseur et urinaire), ainsi que le tableau de laboratoire caractéristique. Pour confirmer le diagnostic de glomérulonéphrite, il est nécessaire de passer des tests sanguins et urinaires.

Test sanguin

Les numérations sanguines reflètent l'état général du corps et vous permettent de juger des violations existantes des organes internes. En règle générale, les tests de diagnostic en laboratoire d'une suspicion de glomérulonéphrite commencent par les tests UAC et LHC et, si nécessaire, peuvent être complétés par des tests immunologiques.

Analyse clinique

La numération globulaire complète de la glomérulonéphrite reflète la réponse du corps aux changements pathologiques. Il se caractérise par les écarts suivants par rapport à la norme:

  • une légère accélération de la RSE est un signe d'inflammation immunitaire;
  • la diminution de l'hémoglobine est une manifestation d'anémie relative causée par une augmentation de la BCC due à une diminution de la filtration rénale.

Analyse biochimique

Test sanguin biochimique ou BAC - test permettant d’identifier les signes du syndrome néphrotique dans le contexte d’une inflammation glomérulaire. Il se manifeste par une hypoprotéinémie et une hypoalbuminémie - une diminution de la concentration de protéines totales et d'albumine dans le sang. Ce processus conduit au développement d'un œdème oncotique chez les patients atteints de glomérulonéphrite.

En outre, à l'aide d'un test sanguin biochimique, le développement d'une insuffisance rénale chronique peut être diagnostiqué. Il se manifeste par une augmentation des taux d'urée et de créatinine dans le sang.

Étude immunologique

Il est possible de confirmer la nature auto-immune de l'inflammation glomérulaire en identifiant les composants du système du complément. Le composant C3 joue un rôle important dans la pathogenèse de la glomérulonéphrite; par conséquent, sa diminution modérée est observée au plus fort de la maladie.

Comment déterminer l'inflammation des reins?

Laisser un commentaire

Douleur dans la région lombaire, malaise, faiblesse et mal de tête sont des signes de jade. Les analyses de sang et d'urine sont les principaux tests d'inflammation des reins. La localisation rapide de la région affectée de l'organe permettra au médecin de prescrire rapidement un traitement efficace. Des études supplémentaires sur le matériel informatique sont également nécessaires: échographie, rayons X, tomodensitométrie.

Qu'est ce que le jade?

Néphrite est un nom générique pour l'inflammation des reins. Une identification correcte des causes et du type de jade accélérera le processus de guérison. Étant donné que différentes zones sont touchées, il est conseillé de classer la maladie. Ainsi, l'inflammation rénale est des types suivants:

  • Glomérulonéphrite. Les glomérules et leurs vaisseaux sont au cœur de la maladie. Développé à la suite d'une angine de poitrine ou d'autres maladies inflammatoires.
  • Pyélonéphrite. Inflammation non spécifique des cupules et du bassin. La cause est une bactérie. La maladie peut être aiguë et chronique.
  • Néphrite interstitielle. Le foyer de l'inflammation est concentré dans le tissu rénal et les canaux. Il se développe, en règle générale, après la prise de certains types d'antibiotiques,
  • Jade de rayonnement. Apparaît en raison des effets des radiations dans le traitement du cancer ou pour un long séjour dans la zone de radiation accrue.
La néphrite peut provoquer à la fois une diminution de l'immunité et un mode de vie malsain.

L'inflammation des reins peut être déclenchée par divers facteurs, mais plusieurs causes courantes peuvent être identifiées. Tout d'abord - diminution de l'immunité du corps, manque de vitamines, surmenage, hypothermie partielle ou complète. Le fonctionnement des organes est stable dans le flux sanguin normal, ce qui diminue en raison d'une chute brutale de la température. Un mode de vie malsain (tabagisme et alcoolisme), le diabète et l'oncologie peuvent également augmenter le risque de maladie. L'inflammation des reins peut également être le résultat de maladies antérieures: amygdalite, scarlatine, infection virale des voies respiratoires aiguës, grippe.

Inspection: symptômes d'inflammation des reins

Afin de reconnaître la néphrite, plusieurs actions consécutives sont nécessaires et la présence des symptômes suivants chez un patient aide à décider du mode de détermination de l'inflammation des reins. La maladie débute par une sensation de fatigue et une diminution de la capacité de travail. Une douleur à l’arrachement est ressentie. Les troubles métaboliques au niveau des reins provoquent un gonflement du corps (plus visible sur le visage). Lorsque la néphrite diminue le taux quotidien d'urine, ce qui entraîne une augmentation de la pression (de ce fait, certains patients souffrent de maux de tête). Ensuite, le médecin interroge le patient sur les conditions préalables possibles de la maladie: existe-t-il une hypothermie, qui a fait mal ces derniers temps, quels médicaments sont pris / pris. À cette inspection primaire se termine.

Tests de laboratoire

Les informations obtenues lors de l'inspection initiale ne sont ni complètes ni exhaustives. Cela vous permet seulement de déterminer la présence d'un processus destructeur. Pour déterminer le type de maladie, il est nécessaire d'effectuer des tests de laboratoire sur l'urine (analyse générale et selon Nechyporenko) et le sang (analyse générale et biochimique). Ces études sont considérées comme fondamentales et obligatoires. Sur la base des résultats obtenus, un traitement supplémentaire est possible.

Tests d'urine pour la néphrite rénale

Les reins étant un organe du système urinaire, l'état de l'urine est considéré comme informatif pour le diagnostic de la maladie. En jade, deux types d’analyses sont effectuées: générale et selon Nechyporenko. Le liquide doit être pris le matin lorsque vous allez aux toilettes après votre sommeil. Pour que les résultats soient fiables, vous devez suivre un certain nombre de règles: ne mangez pas de fruits et légumes brillants, ne buvez pas de diurétiques, assurez-vous de laver les organes génitaux.

Pour une analyse plus approfondie du contenu des cellules sanguines et des protéines dans l'urine, une analyse de Nechiporenko est prescrite. Il est nécessaire de remettre un liquide en suivant les mêmes règles que pour l'analyse générale. Les résultats aideront à tirer plusieurs conclusions, en fonction de l'indicateur qui s'est écarté de la norme:

  • Si le contenu en leucocytes est augmenté, cela indique que le corps lutte contre l'infection. Type de maladie rénale - pyélonéphrite.
  • Si les érythrocytes sont dépassés, cela indique une glomérulonéphrite aiguë ou chronique. Sur la couleur de cette urine devient rose pâle.
  • La présence de protéines indique une perturbation générale du corps. La prise en compte de l'inflammation des reins est très probablement la glomérulonéphrite et la pyélonéphrite.

L'analyse d'urine comprend une étude de l'odeur, de l'acidité, du nombre de globules rouges et blancs, de protéines, d'épithélium. Il faut faire attention à la couleur. Dans cette méthode de recherche, les champignons, les bactéries et les parasites peuvent être détectés. Cependant, si des écarts mineurs par rapport à la norme sont détectés, il est encore trop tôt pour parler clairement d'inflammation des reins.

Test sanguin

Le sang pour l'analyse générale est donné le matin, l'estomac vide. Il est interdit de boire de l'alcool la veille, d'effectuer des travaux physiques pénibles. Si le résultat est une augmentation des leucocytes, ils parlent de la lutte de l'organisme contre l'infection. En outre, du sang peut être prélevé des deux côtés de la taille pour déterminer dans quelle inflammation particulière du rein se produit. Veillez à effectuer un test sanguin de biochimie permettant de déterminer le contenu en urée, dont la présence indique le début du processus de destruction des reins.

Diagnostic complémentaire: méthodes

Au stade initial de l'inflammation des reins, des diagnostics supplémentaires peuvent être prescrits. L'un des moyens de déterminer la néphrite est l'échographie, qui permet de déterminer visuellement l'évolution du pelvis, des cupules et des canaux rénaux. Selon un algorithme similaire, un examen aux rayons X est effectué pour déterminer les calculs. L'angiographie et la tomodensitométrie sont prescrites afin de diagnostiquer sans équivoque une pyélonéphrite chronique. Néphroscintigraphie - la dernière des méthodes additionnelles possibles. Vous permet d'explorer l'activité fonctionnelle des reins avec un agent de contraste.

Néphrite rénale - quelle est cette maladie

La néphrite rénale est une inflammation qui provoque souvent une modification des tissus des organes couplés. Dans la plupart des cas, le processus inflammatoire englobe les vaisseaux rénaux, leurs glomérules, ainsi que les tubules et les systèmes du bassinet du rein. La néphrite peut se développer tant chez l'adulte que chez l'enfant. Cependant, cette maladie affecte plus souvent la moitié plus faible de l'humanité. Le plus souvent, la glomérulonéphrite est diagnostiquée; cette maladie touche 80% des patients qui ont consulté un médecin au sujet du processus inflammatoire des reins.

Classification des maladies

Les reins nettoient le corps, ils participent au processus de formation du sang, du métabolisme, maintiennent l'équilibre hydrique dans le corps et jouent un rôle important dans le maintien du niveau normal de pression dans les artères. Par conséquent, les maladies rénales minent considérablement le travail de tout l'organisme.

Il existe plusieurs types de néphrite, ils se distinguent en fonction de la partie du corps qui a subi le processus inflammatoire:

  • si une inflammation rénale survient dans les glomérules (glomérules), la pathologie est appelée glomérulonéphrite;
  • si le processus pathologique a affecté le système cup-pelvis, on parle de pyélonéphrite;
  • et si des tubules et des interstitiels sont impliqués dans le processus, il s'agit d'une néphrite tubulo-interstitielle.

En outre, les néphrites sont divisées en aiguë et chronique, et diffèrent également par le degré de dommage - diffuse ou focale. La néphrite primaire est une maladie indépendante, et si une maladie s'est développée dans le contexte d'une maladie déjà existante des reins ou d'autres organes, il s'agit d'une néphrite secondaire.

Il existe plusieurs autres types de jade:

  • lupus - syndrome de lupus érythémateux systémique;
  • héréditaire;
  • le processus purulent dans les tissus qui entourent les organes appariés est para-éphritique, alors que les reins peuvent faire tellement mal que le patient ne peut même pas respirer complètement;
  • purulent embolique;
  • le rayonnement;
  • toxique.

Afin de déterminer quel type d'inflammation spécifique des reins, il est nécessaire de savoir quels changements se produisent dans leurs tissus, quelle en est leur fréquence, comment la fonction excrétrice des organes a changé.

Tous les types de néphrite sont des pathologies assez graves qui menacent une personne avec de graves complications, notamment une insuffisance rénale. C'est pourquoi il est nécessaire de traiter les reins dès l'apparition des premiers signes de la maladie.

Si nous prenons la transplantation d’organe entier, alors la greffe de rein représente plus de 60% de toutes les opérations.

Causes et facteurs de risque

Chaque type de maladie peut avoir ses propres causes caractéristiques. Par exemple, la néphrite interstitielle est souvent le résultat d’une réaction allergique à divers médicaments, et plus particulièrement aux antibiotiques. La pyélonéphrite se développe le plus souvent à la suite d'infections. Mais il y a bien sûr d'autres facteurs qui peuvent donner une impulsion au développement de la maladie.

Les raisons pour lesquelles la néphrite peut se développer peuvent être les suivantes:

  • prédisposition génétique - les experts notent souvent l’apparition de la maladie de génération en génération;
  • infection - hépatite, VIH et autres;
  • maladies du système immunitaire;
  • utilisation incontrôlée et à long terme des agents antibactériens, des diurétiques, des analgésiques, des médicaments non stéroïdiens à action anti-inflammatoire.

Dans certains cas, la cause du jade reste inconnue.

En ce qui concerne les facteurs de risque, ils comprennent les suivants:

  • augmentations fréquentes de la pression dans les artères - hypertension;
  • surpoids;
  • diabète sucré;
  • maux de coeur;
  • âge avancé;
  • hypothermie prolongée du corps;
  • diverses maladies gynécologiques;
  • blessures d'organes jumelés;
  • chirurgie dans les voies urinaires;
  • oncologie.

La forme aiguë de la maladie peut survenir à tout âge et se développe de manière chronique chez les adultes. Chez les enfants, la néphrite chronique peut être diagnostiquée dans le cadre de maladies génétiques associées à une altération des processus métaboliques dans le corps.

Le groupe à risque comprend les enfants qui ont des antécédents de:

  • le lupus, la granulomatose de Wegener;
  • vascularite;
  • polyarthrite nodulaire;
  • Syndrome d'Alport;
  • la présence de maladies infectieuses causées par les streptocoques.

Manifestations symptomatiques

Les manifestations cliniques de la maladie dépendent directement de sa forme et de son type. Les processus inflammatoires infectieux dans la forme aiguë se produisent plus fréquemment chez les patients âgés de plus de 35 ans et commencent à apparaître plusieurs jours après la maladie infectieuse ou l'hypothermie du corps.

  • douleur au bas du dos;
  • faiblesse grave et élévation de la température;
  • soif accrue et assèchement des muqueuses de la bouche;
  • des ballonnements;
  • des nausées;
  • mictions fréquentes ou autres irrégularités dans le processus de production d'urine;
  • sang dans l'urine;
  • gonflement, augmentation de la pression artérielle.

Un œdème survient dans presque toutes les néphrites si le traitement n'a pas été administré à temps.

Le visage gonfle en premier, la plupart des paupières, puis l'enflure s'étend à l'ensemble du corps et des membres. L'œdème est dangereux car il évolue très rapidement et peut être localisé dans la région des poumons. Il perturbe également gravement le fonctionnement du cœur et conduit à l'apparition d'une insuffisance cardiaque. Cependant, la néphrite infectieuse sous forme aiguë aboutit le plus souvent à une guérison complète et seule une thérapie inadéquate peut la transformer en forme chronique.

Dans la néphrite chronique, le patient a une pression artérielle élevée, mais ce symptôme n'est pas considéré comme dangereux. De plus, la pression peut augmenter même dans les six mois suivant la forme aiguë de la maladie. La néphrite chronique provoque des exacerbations fréquentes, cette forme peut prendre beaucoup de temps et la personne se sent affaiblie même en période de rémission. Si une telle condition est ignorée et que le traitement n'est pas fourni, les glomérules meurent avec le temps et le patient développe une insuffisance rénale.

Si la néphrite devient une maladie secondaire, les symptômes seront les suivants:

  • les phanères deviennent pâles;
  • un gonflement apparaît;
  • des suspensions de protéines se trouvent dans l'urine;
  • la pression dans les artères est augmentée;
  • la quantité d'urine excrétée diminue de façon spectaculaire; dans certains cas, une anurie est observée.

Mesures de diagnostic

Le diagnostic de la néphrite n’est pas particulièrement difficile. Si vous présentez des symptômes évocateurs de problèmes rénaux, vous devez contacter un néphrologue, un urologue, un médecin généraliste ou un pédiatre.

Le spécialiste organisera les événements suivants:

  1. Étude de l'anamnèse du patient et de ses proches parents. Cela peut éventuellement aider le médecin à établir l'étiologie de la maladie.
  2. Examen du patient. Cette procédure inclut l’étude de la peau, la palpation de la région lombaire, la mesure de la pression et de la température corporelle.
  3. Une enquête sur le patient au cours de laquelle seront précisés les symptômes qui le concernent, la nature de la gravité des symptômes, le moment où les manifestations ont été remarquées pour la première fois, etc. Tout cela est également nécessaire pour déterminer la forme de la maladie.

Le médecin référera le patient au diagnostic de laboratoire:

  • test sanguin (clinique);
  • biochimie sanguine;
  • analyse d'urine (clinique). Cette étude est fondamentale pour déterminer la forme et le stade de la maladie;
  • analyse d'urine pour la culture bactériologique - pour déterminer l'agent pathogène infectieux probable.

De plus, un diagnostic instrumental est requis, qui comprend les activités suivantes:

  • Échographie des reins;
  • Radiographie
  • ECG;
  • recherche sur les radio-isotopes;
  • surveillance de la pression pendant la journée.

Ce n’est qu’après toutes les recherches et le traitement des résultats obtenus que le médecin sera en mesure de diagnostiquer avec précision et de choisir la stratégie de traitement la plus optimale pour la maladie. Le diagnostic indépendant et la prescription de médicaments sont inacceptables.

Complications possibles

Les complications les plus courantes de la néphrite sont l'anurie, l'œdème pulmonaire, l'apoplexie cérébrale, les processus congestifs dans les poumons et la psychose aiguë. Des crises éclampsiques peuvent se développer dans 10% des cas, mais elles se terminent sans danger - l'état du patient se stabilise et s'améliore. Au début de la maladie, une insuffisance cardiaque aiguë peut se développer, qui se manifeste par un essoufflement, une cyanose, une respiration sifflante, une toux.

Après des processus inflammatoires sévères, on diagnostique souvent chez le patient une insuffisance rénale, ce qui entraîne un déséquilibre du corps, ce qui peut entraîner une modification de la composition du sang. L'une des complications peut être la formation de caillots sanguins et d'accident vasculaire cérébral. Ces maladies résultent du fait qu’une grande quantité de protéines est éliminée de l’organisme, ce dont il a grandement besoin pour mener une vie normale.

Méthodes de traitement

Il n’existe pas de traitement unique pour toutes les maladies des reins! Le traitement est prescrit par un médecin en tenant compte d'un grand nombre de facteurs. En règle générale, le traitement de la néphrite aiguë est effectué dans des conditions stationnaires. Dans ce cas, les médicaments suivants sont utilisés:

  • agents antibactériens;
  • les diurétiques;
  • médicaments anti-inflammatoires;
  • antihypertenseurs;
  • suppléments de calcium;
  • vitamines.

Pendant le traitement, le patient subit périodiquement des tests pour déterminer la dynamique du traitement et surveiller son état.

Si la dynamique positive est absente, il peut être nécessaire de purifier le sang des toxines, des scories et des produits de décomposition. De telles procédures augmentent la réaction de l'organisme à l'utilisation de médicaments.

Le traitement antibactérien est effectué à l'aide des médicaments suivants:

  • L'ampicilline;
  • L'amoxicilline;
  • Céfotaxime;
  • L'amikacine;
  • Céfuroxime.
  • La furazidine;
  • acide pimémidinique;
  • l'acide oxolinique;
  • acide nalidixique.

Le traitement antibactérien de la néphrite aiguë se poursuit au bout de 3 semaines, après quoi le patient se voit prescrire une cure de décoctions anti-inflammatoires et de teintures d’origine végétale.

Les immunostimulants sont prescrits aux enfants comme agents prophylactiques:

Une telle thérapie est effectuée si l'enfant a:

  • le jade répété souvent;
  • jade prolongé;
  • infections dans le corps.

L'immunothérapie est prescrite après que la forme aiguë de la maladie a été remplacée par la forme subaiguë. Dans la forme aiguë de la maladie, il n'est pas approprié de prescrire des immunomodulateurs.

En Europe, les bactériophages sont très populaires pour le traitement de la néphrite, mais ce traitement est assez coûteux. La chirurgie est indiquée dans les cas graves et urgents. Dans ce cas, les médecins doivent retirer les tissus infectés pour prévenir le développement d'une septicémie. Si une insuffisance rénale est diagnostiquée chez un patient, une greffe d'organe est nécessaire.

Régime de jade

Sans une nutrition adéquate, le traitement de la maladie ne sera pas efficace. Le régime doit être riche en calories et équilibré. Pourvu que la fonctionnalité des organes soit préservée, il n'est pas nécessaire de suivre un régime strict, il vous suffit de limiter le sel pour ne pas surcharger les reins.

  • introduction au régime des aliments riches en protéines;
  • augmentation de la teneur en calories des aliments due aux glucides et aux graisses;
  • manger des fruits et des légumes;
  • la balance d'eau et de sel.

À partir de produits à base de farine, il est nécessaire de manger du pain avec une quantité minimale de sel. Parmi les soupes, il est préférable de choisir des produits laitiers ou végétariens, avec l'ajout d'herbes fraîches. En ce qui concerne la viande et le poisson, les variétés faibles en gras sont présentées. Les œufs ne peuvent pas être consommés plus d'une pièce par jour. Buvez de meilleurs jus de fruits et de légumes, ainsi que des tisanes et des infusions.

Méthodes traditionnelles de traitement

Avant de commencer un traitement avec des remèdes populaires, il est recommandé de consulter votre médecin. Pour soulager l'inflammation contribuera à la collecte d'ortie, de feuilles de bouleau et de fraises, de graines de lin.

Le persil, les asperges et le céleri-rave, ainsi que les fruits du fenouil, ont un effet diurétique. Souvent, avec la décoction de jade, on utilisait la busserole, la consoude, les fruits de genièvre, les feuilles de mûres.

La néphrite peut être traitée non seulement avec des herbes, la pastèque a un diurétique. En plus de manger sa pulpe délicieuse, vous pouvez brasser et peler les baies. Un tel outil supprime parfaitement les poches.

Pronostic et prévention

Le pronostic de la maladie dépend d'un diagnostic opportun et d'un traitement adéquat de la maladie. Dans la plupart des cas, le pronostic est positif, mais la maladie peut parfois être compliquée ou prendre une forme chronique. Si la maladie est ignorée et qu'aucun traitement n'est fourni, une insuffisance rénale se développe.

Une forme purulente de la maladie peut devenir une maladie dangereuse avec un pronostic défavorable. Si cette forme n'aide pas immédiatement le patient, elle peut provoquer une septicémie et entraîner une issue fatale.

Quant aux mesures préventives, elles se résument à une attitude attentive à l’égard de son propre corps et à une réponse opportune à toute manifestation de malaise. Aux premiers symptômes, il est nécessaire de consulter un médecin pour obtenir des conseils.

Il est très important de protéger votre corps contre l'hypothermie, de renforcer votre immunité et de:

  • ne prenez pas de drogue sans prescrire vara;
  • ne prenez pas d'analgésiques en grande quantité;
  • N'utilisez pas d'herbes contre-indiquées dans les maladies du rein.
  • éliminer les situations stressantes;
  • traiter les maladies infectieuses et virales à fond.

La néphrite doit être traitée avec beaucoup de soin, surtout chez les enfants. Plus souvent que les adultes, les enfants sont exposés à l'hypothermie et diagnostiquent souvent une néphrite aiguë. Si vous soupçonnez une maladie rénale, contactez immédiatement les spécialistes pour obtenir de l'aide. Les parents doivent particulièrement surveiller de près l'état d'un enfant qui a récemment eu une maladie infectieuse ou virale.

Tests d'urine pour la glomérulonéphrite

Inflammation des reins (néphrite), Glomérulonéphrite (néphrite glomérulaire) - Tests de glomérulonéphrite dans les urines

Tests d'urine pour la glomérulonéphrite - Inflammation des reins (néphrite), Glomérulonéphrite (néphrite glomérulaire)

Souvent, les processus inflammatoires initiaux au niveau des reins sont accompagnés de symptômes peu prononcés. L’analyse de la glomérulonéphrite dans les urines est donc le principal moyen de détecter la maladie à temps. Un examen systématique de l'urine vous permet de constater des changements dans le fonctionnement du système urinaire. Diverses techniques vous aident à comprendre exactement le type d'échec survenu et à prescrire rapidement le traitement nécessaire.

Informations générales

Dans 80% des cas, la glomérulonéphrite est le résultat de la réaction du système immunitaire de l'organisme à des maladies infectieuses, telles que la pharyngite, l'otite, etc., provoquées par des streptocoques du groupe A. Les complexes immuns formés à la suite de cette réaction se déposent sur l'appareil glomérulaire des reins, perturbant ainsi le processus d'isolement et de filtration. Les premiers symptômes sous forme de syndrome urinaire peuvent survenir 2 semaines après la maladie. Afin de ne pas manquer les problèmes de reins possibles pendant cette période, il est recommandé de passer une analyse d’urine.

Analyse générale

Cette analyse a pour objectif de surveiller l'activité vitale du corps et d'identifier les problèmes rencontrés aux premiers stades de la maladie. Le dysfonctionnement des reins est déterminé par le changement de la quantité, de la couleur et de la composition de l'urine. Les violations identifiées dans l'étude de cette analyse donnent lieu à des recherches plus approfondies. À l'état normal des reins, il n'y a pas de protéines, d'érythrocytes, de corps cétoniques, d'hémoglobine, de bilirubine dans la composition de l'urine. Et l'urine avec glomérulonéphrite montre une protéinurie (teneur élevée en protéines) de 1 g / l à 10 g / l, une hématurie (présence de globules rouges) de 5 à 15 globules rouges dans le champ de vision et une augmentation de la densité spécifique jusqu'à 1030 - 1040. Indicateurs de normalisation et modifications possibles possibles voir dans le tableau:

Toutes les analyses de glomérulonéphrite indiquent des modifications de l'appareil glomérulaire des reins, des lésions des membranes des capillaires et, par conséquent, une altération de la filtration. Les tests de laboratoire peuvent également fournir des informations sur l'étiologie de la maladie et sur les possibilités de diagnostic différentiel.

Test de Reberg

Dans la glomérulonéphrite aiguë, un test de Reberg est prescrit. Ce test nécessite du sang et de l'urine quotidienne. Tout le sang dans le corps est filtré dans les reins. Certaines substances sont complètement absorbées, d'autres partiellement, mais il existe une substance qui est complètement excrétée par l'organisme après filtration: il s'agit de la créatine. Pour évaluer le fonctionnement de l'appareil glomérulaire des reins et identifier les violations, il est nécessaire de rechercher la quantité de cette substance dans le sang, puis dans l'urine excrétée, afin de pouvoir calculer le débit de filtration glomérulaire.

Le sang est toujours pris le matin sur un estomac maigre. L'urine est généralement collectée à partir de 6 heures du matin. L'examen prend en compte la quantité d'urine et la concentration de créatine. Le taux de filtration glomérulaire pour le corps d’un homme en bonne santé est de 88–146 ml / min pour une femme - de 81–134 ml / min. Une diminution de cet indicateur indique une lésion de l’appareil glomérulaire de l’organe jumelé. Dans cette méthode, l’essentiel est de prendre en compte le moment où la collecte de l’urine commence, ainsi que le poids et l’âge de la personne.

Le test de Zimnitsky

Pour étudier la capacité des reins à concentrer le liquide sécrété, un échantillon de Zimnitsky est utilisé. Ce test ne permet pas de diagnostiquer certaines maladies, il évalue la fonctionnalité des reins. Le fonctionnement normal de l'organe associé est caractérisé par le poids spécifique de l'urine, qui exprime la capacité des reins à excréter ou à retenir de l'eau. La densité est le poids de la solution par rapport au poids de l'eau. Cet indicateur est influencé par la quantité de toxines (urée, glucose, protéines et créatine) qui sont excrétées par les reins avec les liquides après filtration.

Le matériel de l'étude est collecté dans les 24 heures toutes les 3 heures pour obtenir 8 portions, alors qu'il est nécessaire de réduire la quantité de liquide consommée à 1 à 1,5 litre. À toutes les parties doivent écrire l'heure de la collecte et les stocker dans un endroit frais. Dans l'étude du matériel obtenu est pris en compte la quantité de fluide consommée, est déterminée par la proportion d'urine. La diurèse quotidienne normale est supérieure à la nuit. La densité devrait être inférieure à la densité du plasma sanguin et être 1005-1025 le jour et 1035 la nuit. Dans la glomérulonéphrite aiguë, la densité augmente jusqu'à 1040 et la quantité de liquide excrété diminue par rapport à celle prise.

Méthodologie Nechyporenko

C'est la méthode la plus courante pour l'étude de l'urine, elle étudie la microscopie de la composition du sédiment. Nommé, comme d’autres études, pour clarifier les écarts identifiés dans l’analyse globale. Le culot est examiné pour la présence de globules rouges, de cylindres et de leucocytes. Une portion moyenne d'urine du matin est prélevée, après des toilettes soignées, en une quantité de 120 à 100 ml. Il est important que le matériel d’essai soit livré au laboratoire dans un délai d’une heure et demie. À l'aide d'une centrifugeuse, le précipité est séparé, prendre 1 ml de matériau et étudier sa composition dans une chambre spéciale.

Chez une personne en bonne santé, 1 ml de sédiment montrera des globules blancs jusqu’à 2000, des cylindres jusqu’à 20 globules rouges hyalins, jusqu’à 1000 globules rouges. Des indicateurs tout à fait différents seront les désordres des reins. Les érythrocytes dans l'urine avec la glomérulonéphrite prédominent sur les globules blancs et dans la composition, il y a plus de 20 cylindres hyalins et granulaires. Les analyses d'urine selon Nechiporenko sont effectuées de manière continue pendant toute la période de la maladie, afin que vous puissiez suivre l'évolution du tableau clinique de la maladie et corriger le traitement.

Analyse d'urine pour glomérulonéphrite aiguë?

Le principal indicateur de glomérulonéphrite aiguë est le syndrome urinaire avec protéinurie, hématurie et oligurie. Une diminution de la quantité d'urine (oligurie) et une augmentation du poids spécifique sont caractéristiques du stade initial de la maladie et se produisent déjà au jour 3. Tandis que la protéine dans l'urine et les cellules sanguines peut persister pendant une longue période de un an à un an et demi, elle indique des processus inflammatoires résiduels. En outre, cette maladie est caractérisée par une microhématurie 5000-10000 dans le champ de vision selon Nechyporenko. Selon l'intensité de la protéinurie, des cylindres hyalins et granulaires sont observés dans les sédiments urinaires. Les cylindres granulaires reproduisent complètement la forme de l'appareil glomérulaire rénal et sont constitués de protéines et de particules de cellules endommagées. Ils indiquent également une atteinte grave des vaisseaux sanguins.

La protéinurie est associée à une filtration altérée. L'hématurie est une conséquence de la destruction des capillaires glomérulaires. Ces deux symptômes montrent très précisément la dynamique de la maladie et le processus de guérison. En général, le rétablissement de la glomérulonéphrite aiguë se produit rapidement et il est possible de réduire le nombre de protéines et de globules rouges dans les 2-3 semaines, ainsi que de rétablir une fonction rénale normale. Mais ces symptômes peuvent persister longtemps, ce qui signifie que le processus inflammatoire dans les glomérules des reins n’est pas terminé. La présence de déviations dans la composition de l'urine est autorisée pour 1-2 ans, les changements qui persistent plus longtemps, en parlant de la transition vers la forme chronique.

Changements au stade subaigu

La glomérulonéphrite subaiguë peut être à la fois une maladie indépendante et le syndrome d’une autre maladie. Cette maladie est grave et s'accompagne d'une protéinurie massive (50-100 g / l), d'une hématurie importante et d'une oligurie prononcée. Le taux de filtration glomérulaire au cours du test de Reberga peut chuter à des valeurs critiques et l’échantillon de Zimnitsky montre une forte proportion d’urine. L'examen microscopique de l'urine révèle des cylindres granulaires et cireux. Il existe également une leucocyturie, une hypoalbuminémie, une hypoprotéinémie. Le pronostic pour cette évolution de la maladie est défavorable.

Composition de l'urine dans la glomérulonéphrite chronique

La survenue d'une glomérulonéphrite chronique est possible en raison d'une glomérulonéphrite aiguë insuffisamment traitée ou non diagnostiquée. Les causes de la transition du stade aigu au stade chronique peuvent être l’hypothermie, des conditions de travail défavorables, l’abus d’alcool et des blessures. Le tableau clinique de cette maladie est très diversifié, il est remplacé par des périodes de repos et des exacerbations. Il existe plusieurs formes de la maladie: asymptomatique, hypertensive, néphrotique et mixte. Par conséquent, les variations dans la composition de l'urine sont très diverses.

Dans la glomérulonéphrite chronique pendant la période d'exacerbation, la transformation dans l'urine peut être la même que dans la forme aiguë de la maladie - présence de protéines, de cylindres, d'érythrocytes, d'une filtration réduite et d'une augmentation de la proportion d'urine. Et pendant les périodes de repos ou avec une forme asymptomatique, un syndrome urinaire faible peut survenir (protéinurie ne dépassant pas 1 g / l, hématurie 10 à 30 érythrocytes). Lorsque la forme néphrotique manifeste une protéinurie abondante. Selon la forme, la maladie peut durer de 5 à 30 ans avec des exacerbations et des rémissions et s’écouler d’une forme à l’autre.

Analyse d'urine pour l'inflammation des reins

Les maladies du système génito-urinaire sont assez courantes. Beaucoup de femmes savent ce qu'est la pyélonéphrite chronique, car cette pathologie complique la grossesse. Les maladies rénales peuvent avoir des conséquences dangereuses nécessitant une purification constante du sang des substances toxiques (hémodialyse). La maladie a plusieurs causes (par exemple, prédisposition héréditaire, hypothermie, introduction de l'infection par les organes génitaux, etc.) et est souvent asymptomatique, c'est-à-dire qu'elle ne gêne pas la personne. Tout le monde doit donc savoir contrôler les reins. Cela aidera à temps à chercher de l'aide médicale et à éviter des complications graves.

Structure rénale

Les reins sont des organes appariés situés dans la région lombaire. Leur fonction principale est la formation d'urine. Les reins supportent la tension artérielle oncotique et produisent de l'érythropoïétine. L'unité structurelle principale - le néphron - comprend la partie vasculaire (glomérules) et les tubules. Les premiers sont responsables de la filtration du sang et de la formation d'urines primaires. Les seconds sont impliqués dans la réabsorption des substances corporelles nécessaires. En fin de compte, il reste un déchet recyclé - l'urine secondaire. Si à un moment donné, il y a une barrière, la fonction des reins s'affaiblit. Ceci est exprimé par des changements dans la composition qualitative ou quantitative de l'urine. Pour comprendre comment vérifier les reins vous-même, vous devez connaître les troubles de la diurèse chez presque tous les patients. Celles-ci peuvent inclure une diminution ou une augmentation de l'envie d'uriner, un changement de couleur de l'urine, des visites plus fréquentes ou plus rares aux toilettes.

Méthodes de recherche sur le rein

Il existe de nombreuses façons d'identifier la pathologie du système urinaire. Les établissements médicaux contrôlent les reins à l'aide d'échantillons spéciaux, tels que des tests sur Zimnitsky, Nechiporenko, Amburzhe. Toutes ces méthodes sont utilisées depuis longtemps, leur efficacité est donc prouvée. Chaque échantillon est nécessaire pour évaluer une fonction spécifique. Par exemple, une analyse selon Zimnitsky permet de révéler une violation de la capacité de filtrage, selon Nechiporenko - la présence d’une réaction inflammatoire et d’une hématurie. Pour le diagnostic correct est utilisé l'examen instrumental des reins. Ces méthodes comprennent l'urographie et la biopsie excrétoires. L'étalon-or est l'échographie des reins. Chacune de ces méthodes, si nécessaire, est prescrite par un médecin et vous permet de détecter certaines pathologies.

Comment vérifier si les reins sont en bonne santé?

Afin de comprendre s'il existe une maladie rénale, il est nécessaire de faire attention à la présence de plaintes de patients, en particulier si des symptômes tels qu'une augmentation de la miction et des changements dans l'urine, du sang dans les urines, une augmentation de la diurèse nocturne sont observés. Un signe important est la douleur dans la région lombaire, bas de l'abdomen, à droite ou à gauche. En plus des symptômes principaux, il peut y avoir une forte augmentation de la température corporelle, une faiblesse générale.

La maladie rénale est souvent précédée par une angine de poitrine, des infections virales respiratoires aiguës, une hypothermie. Les symptômes peuvent être un gonflement et une pression artérielle élevée. Ces symptômes apparaissent lorsque la glomérulonéphrite est un processus inflammatoire dans les glomérules qui prend diverses formes. A cet égard, seule une partie des signes, voire l'un d'entre eux, peut prévaloir. Comment vérifie-t-on que les reins sont gonflés? Tout d'abord, il est nécessaire de déterminer quelle est la cause du symptôme. Si l'œdème prévaut le matin et qu'il est doux et chaud au toucher, il est nécessaire de consulter un néphrologue.

Méthodes d'examen physique

Après un examen approfondi des plaintes et une clarification de l'historique de la maladie, il est nécessaire de procéder à une inspection. Tout d'abord, vous devez évaluer l'état général du patient et vérifier tous les systèmes, puis procéder à un examen direct de l'organe malade. Comment vérifier les reins sans méthodes d'examen spéciales? Il est nécessaire d'évaluer l'état de la région lombaire (s'il y a des changements visibles, des poches) et d'effectuer une palpation. Il est possible de sentir l'organe dans différentes positions du patient: couché sur le ventre, debout et assis. Dans ce cas, il est demandé au patient de prendre une profonde respiration, au cours de laquelle le médecin porte ses mains sur le rein palpé. À l'expiration, le médecin tente de saisir le corps et d'évaluer sa taille, la présence de douleur, sa structure, sa consistance et son emplacement. Chez les patients en bonne santé, les reins ne sont pas palpables, c'est-à-dire qu'ils ne peuvent pas l'être.

Quels symptômes peuvent être observés dans les pathologies rénales?

Comment vérifier les reins, en plus de la palpation, chaque médecin devrait savoir. Si un processus inflammatoire est suspecté, des tests fonctionnels spéciaux sont effectués pour évaluer sa présence ou son absence. La méthode la plus largement utilisée est le "symptôme de tapotement". Elle est menée par un médecin généraliste qui souhaite éliminer les maladies du rein. De plus, cette méthode est utilisée dans n'importe quel hôpital avec une tournée quotidienne du médecin. Le test est effectué lorsque le patient est debout ou couché sur le ventre. Le médecin pose une main sur la région du rein et l’autre fait de légers mouvements de tapotement dessus. Après cela, vous devez changer de côté. L'échantillon vous permet d'évaluer la présence de douleur dans le rein droit ou gauche. La douleur indique un processus inflammatoire. Le plus souvent, une réaction positive au "symptôme du tapotement" est observée dans la pyélonéphrite - une condition pathologique des tubules.

Changements dans la composition qualitative de l'urine

Si une maladie rénale est suspectée, de nombreux tests sont prescrits, à l'aide desquels ils révèlent des modifications non seulement en quantité, mais également en qualité de l'urine. De tels tests de laboratoire incluent l'échantillon selon Nechiporenko, Amburzhe, Kakovsky-Addis. Tous ces tests consistent à prendre une portion moyenne d'urine. Le matériel est ensuite testé pour la présence de leucocytes, érythrocytes et cylindres. Dans tous les cas, un calcul précis des éléments uniformes est effectué, après quoi une conclusion est donnée.

Les échantillons diffèrent les uns des autres en ce que chacun d'entre eux a des valeurs normales différentes. L’analyse de Nechiporenko est considérée comme satisfaisante s’il ya moins de 2000 leucocytes et moins de 1000 globules rouges dans le champ de vision. Les bouteilles avec des indicateurs normaux sont rarement déterminées, la norme - jusqu'à 500. Dans les analyses sur Amburge et Kakovsky-Addis, les éléments profilés sont les mêmes. La différence est que dans la première norme - 200 et 100 unités, et dans la seconde - 2 millions et 1 million.

Analyse d'urine Zimnitsky

Méthode d'échantillonnage utilisée par Zimnitsky pour déterminer les modifications de la composition quantitative de l'urine. L’analyse des écarts par rapport à la norme indique une violation de la concentration de la fonction rénale. Le principal indicateur estimé lors de la réalisation d’un échantillon selon Zimnitsky est la densité relative de l’urine, qui devrait changer au cours de la journée. Avec sa diminution, vous pouvez penser à une perte importante de liquide, qui est souvent observée dans le diabète. Si la densité est maintenue au même niveau tout le temps, les violations doivent être suspectées lorsque les reins perdent leur capacité à concentrer l'urine, c'est-à-dire leur capacité à se résorber. L'échantillon consiste à faire des tests tout au long de la journée, toutes les 3 heures (8 portions). En conclusion, on estime la diurèse quotidienne, on calcule le rapport entre les mictions de jour et de nuit et la perte en protéines.

Règles de collecte d'urine pour les tests

En cas de modification de la composition qualitative ou quantitative de l'urine, le médecin doit élaborer un autre plan de diagnostic, à savoir: comment contrôler les reins de manière plus approfondie et quelles méthodes de recherche instrumentales faut-il prescrire? Dans certains cas, de mauvaises analyses dépendent d'une technique incorrecte de prise de matériel. Pour que les tests de laboratoire soient précis, il faut:

  1. Rincez bien l'urine.
  2. Tenir les toilettes des organes génitaux externes immédiatement avant le test.
  3. Immédiatement après avoir rempli le pot d’urine, il est nécessaire de le fermer pour éviter la pénétration de bactéries.
  4. Après la collecte, apportez l'urine au laboratoire dans les 1-2 heures.

La valeur des méthodes de recherche instrumentale

Le diagnostic final peut être établi après les méthodes de recherche spéciales, qui comprennent l’échographie rénale, l’urographie excrétrice, la biopsie. Ces méthodes vous permettent de détecter le mauvais emplacement du corps (néphroptose), la présence d'anomalies du développement (polykystiques, doublant), divers calculs, indiquant leur taille et leur forme. Vous pouvez confirmer le diagnostic de pyélonéphrite chronique, même en l'absence de ses manifestations (extension CLS à l'échographie). Comment les reins sont-ils testés pour un processus suspect? Prenez une biopsie suivie d'un examen histologique et cytologique du matériel.

Analyse générale

Cette méthode de recherche est réalisée pour tous les patients atteints de toute maladie. L'analyse clinique du biomatériau vise à étudier les caractéristiques physico-chimiques de l'urine, la microscopie de leurs sédiments. Établit le degré d'insuffisance rénale au stade initial de son développement. Identifie trois composants principaux: l'acidité, le pourcentage d'oligo-éléments, la présence de sucre.

L’étude de l’urine est:

  • en évaluant le volume d'urine recueilli pendant une certaine période sur la nuance de couleur, l'odeur, le moussage et la transparence. Cette étude organoleptique.
  • en établissant la densité et le pH - l'acidité du biomatériau. C'est une observation physique et chimique.
  • pour déterminer le nombre de composants de microéléments et le pourcentage de qualité.
  • dans la détection du glucose, des protéines, de l'acétone, des corps cétoniques, de l'hémoglobine, des nitrites, de la bilirubine et d'autres composants du biomatériau.
  • dans la détection des cellules sanguines dans l'urine - l'hématurie, qui parle de lésions tissulaires et d'infections des reins.

L'analyse d'urine est prescrite pour évaluer l'efficacité du traitement déjà prescrit. Il vise à identifier les maladies suivantes.

  1. Jade. Processus inflammatoires dans les reins. Ils sont divisés par localisation en plusieurs sous-espèces.
  • La pyélonéphrite est d'origine bactérienne.
  • La néphrite interstitielle affecte les tissus et les tubules rénaux.
  • La glomérulonéphrite est caractérisée par des lésions des glomérules des vaisseaux sanguins - les glomérules - responsables de la filtration du sang dans le corps.
  • La néphrite shunt complique l’ensemble du complexe immunitaire situé dans les glomérules.
  1. Néphroskérose - types de néphrite négligés et chroniques. Dans ces cas, la taille de l'organe enflammé est réduite, elle se dessèche, se contracte. Le processus est causé par la détérioration de la circulation sanguine en cas de pyélonéphrite.
  2. Amyloïdose - dépôt dans les tissus de la substance protéique présentant des troubles métaboliques. Elle se caractérise par un œdème de l'organe, qui entraîne l'apparition dans l'urine de protéines totales, d'éléments sanguins, jusqu'à la libération de leurs caillots.
  3. L'urolithiase est une forme négligée de ces maladies. À la suite de troubles métaboliques, du sable apparaît dans les reins, puis des calculs.
  4. Cancers touchant tous les organes du système urinaire.

Pour une analyse générale, seul le biomatériau du matin est pris et uniquement après une toilette soignée sans détergent. Ensuite, il est placé dans un récipient stérile. Avant cela, les antibiotiques ne doivent pas être pris pendant 3 jours, car ils affectent la précision du résultat. 24 heures conseillé de s'abstenir de toute intimité sexuelle. Le récipient contenant l'urine doit être livré au laboratoire dans les 2 heures, sans risque de surfusion ni de surchauffe. Dans de tels cas, les composants peuvent précipiter et déformer la véritable image de la maladie.

Analyse de Nechiporenko

Si, au cours d'une étude clinique générale, des pathologies, des anomalies et des signes de la maladie ont été détectés, le médecin agréé a prescrit une étude sur Nechiporenko. Son décodage offre l’occasion d’étudier en détail la pathologie et de prescrire le traitement approprié. En outre, avec la livraison répétée de l'urine, la justesse du traitement prescrit est contrôlée. Comment collecter l'urine? Comme avec l'analyse générale. La seule différence est que la partie centrale de l'urine est prélevée pour étude et que la première et la dernière (15 à 20 ml) sont jetées dans les toilettes.

L’essence de l’analyse consiste à calculer la composition quantitative des érythrocytes, des leucocytes et des cylindres en calculant 1 millilitre. Réalisé dans une chambre de comptage spécialisée. La présence de globules rouges est considérée comme la norme - pas plus de 1000 leucocytes - pas plus de 4000 pour les femmes et 2000 pour les hommes. Dans ce cas, le cylindre ne dépasse pas 20 pour 1 ml.

  1. Une augmentation du nombre de leucocytes (cellules sanguines immunocompétentes) indique une inflammation des reins - une pyélonéphrite, une maladie infectieuse du bassin des deux organes. L'hématurie signale également cela - la libération de particules de sang dans l'urine. Des niveaux élevés de globules blancs apparaissent en présence de sable et de calculs rénaux (calculs rénaux, néphrolithiase).
  2. Une augmentation du nombre de globules rouges (globules rouges transportant l'oxygène à travers les tissus) apparaît dans la pathologie des glomérules, responsables du nettoyage et de la filtration du sang. Dans ce cas, le biomatériau a une couleur brune. L'identification des oligo-éléments au-dessus de la norme indiquera la présence de sable et de cailloux qui, à la sortie, endommagent les voies urinaires. Moins souvent - les tumeurs du rein. Ils sont à la fois bénins (papillome, fibrome) et malins.
  3. Les cylindres (protéines moulées dans les tubules rénaux) dans l'urine se manifestent dans la glomérulonéphrite - cellules sanguines dans l'urine. Aussi avec pyélonéphrite - inflammation. Moins souvent en cas d'empoisonnement du corps avec des substances nocives pour les reins. Dans ce dernier cas, les cylindres cireux sont étudiés.

Ce type d'analyse d'urine est une méthode très simple pour déterminer les éléments formés dans un biomatériau. Il vous permet de diagnostiquer les moindres changements menant à une maladie grave dans les formes chroniques graves.

Analyse Zimnitsky

Urine collectée pendant la journée toutes les 2 à 3 heures. Peut désigner 8 barrières simples, moins souvent 12 barrières. Dans ce cas, le patient doit manger et boire le liquide de la même manière qu'au quotidien. 6 heures avant la première collecte d'urine, il est nécessaire de vider la vessie. Ensuite, le biomatériau est collecté toutes les heures dans un plat séparé sur lequel des autocollants indiquant l’heure sont collés.

Au cours de l'étude sur Zimnitsky déterminer la densité de l'urine. Étudiez ses fluctuations quantitatives dans les 24 heures, la différence entre les portions de jour et de nuit du fluide sélectionné. Les déviations sont des indications:

  • quantité du liquide formé sur 2000 ml;
  • le rapport entre l'urine et l'eau consommée par jour à un taux de 70 à 80%;
  • excrétion d'urine dans la journée 2/3, dans la nuit 1/3 de la quantité totale de biomatériau;
  • densité d'urine dans un pot inférieur à 1,02.

La recherche sur Zimnitsky permet d’établir la capacité de concentrer l’urine dans les reins et de la laisser passer par le système urinaire. Il détermine également la densité de l'urine, exprime la composition quantitative de sel, de protéines et d'ammoniac dissous dans l'urine. Les fluctuations quotidiennes dans le témoignage de l'analyse de la diurèse révèlent les maladies rénales suivantes:

  1. L'hyposténurie est le signe d'une insuffisance rénale et de la capacité à concentrer les liquides.
  2. En cours, stade chronique de l'insuffisance rénale.
  3. Exacerbation de l'inflammation bilatérale des reins et du bassin.
  4. Insuffisance cardiaque entraînant des lésions rénales.

Le décodage de la recherche sur Zimnitsky est un document très informatif, qui permet au médecin de poser le bon diagnostic et de prescrire le bon traitement.

Test de Reberga-Tareev

Cette analyse est utilisée à des fins de diagnostic. Des études sont menées en cas de présence de symptômes d'insuffisance rénale. Ils déterminent la capacité des reins à sécréter et à réabsorber les produits métaboliques de micro-éléments et de substances dans le corps.

L'urine du matin est recueillie chez le patient l'estomac vide. La procédure est effectuée pendant une heure. Le patient est en position couchée. Au milieu de la procédure, le sang veineux est prélevé en parallèle pour déterminer le niveau de créatine. Ensuite, une formule simple est utilisée pour calculer la taille de la filtration glomérulaire ou, en d'autres termes, la fonction excrétrice. Le taux de filtration des balles doit être d’au moins 130-140 millilitres par seconde. Le chiffre sous la valeur admissible indique une insuffisance rénale, une insuffisance rénale et une néphrite chronique.

L'analyse est réalisée sous la supervision et avec la participation directe d'un spécialiste. L'échantillon de Roberg-Tareev vous permet de poser un diagnostic correct, de déterminer le stade de développement d'une maladie particulière, la nature de l'évolution et le taux de développement de la pathologie.

Souviens toi! Si les reins font mal, les symptômes de leur défaite sont prononcés, consultez un médecin. Après tout, il est préférable de passer un test d'urine général une fois que de s'embourber dans tous les types de tests de laboratoire!

L'analyse d'urine pour maladie rénale est nécessaire pour un diagnostic correct et la nomination d'un traitement efficace de la maladie. L'étude biochimique de l'urine vous permet de définir des indicateurs tels que:

Une analyse générale de la présence de bactéries et une analyse microscopique des sédiments sont nécessaires pour déterminer les maladies du système urinaire. L'étude de Nechyporenko sur l'urine détermine le nombre de cylindres, de globules rouges et de globules blancs. Selon Zemnitsky, il est important de déterminer la capacité de concentration des reins à l'aide de l'analyse. La créatinine, les protéines quotidiennes et l'urée apparaissent dans l'urine avec une maladie rénale:

Tests rénaux et fonctionnels

Le traitement des maladies du système urinaire n'est possible qu'avec la définition de la capacité fonctionnelle des reins. L'étude établit le degré d'insuffisance rénale chez un patient au stade initial de son développement. Lors de l’étude du matériau, déterminez les paramètres suivants:

Le taux de purification indique la valeur du sang exempt de substance étudiée dans le rein pendant 1 min.

La clairance de la créatinine est facile à déterminer: l'adsorption secondaire d'eau dans les tubules rénaux est exprimée en pourcentage. Dans la filtration glomérulaire normale des reins, la concentration est de 120 à 130 ml / min, et les lectures dans les canalicules des organes urinaires sont de 98 à 99%.

Dans de nombreuses maladies, le médecin détermine la quantité de filtration pour chacun des composants de l’organe urinaire. Les paramètres obtenus sont nécessaires pour les études fonctionnelles dans les maladies rénales.

Détermination de l'urée dans l'urine

La diminution de la quantité d'urée se produit lors de la défaite des tubules urinaires, ce qui se produit dans le cas du développement de maladies rénales.

L'analyse chimique est réalisée en laboratoire. Pour l’étude, préparer le matériel: 40 ml d’urine du patient, porcelaine, brûleur, acide nitrique. La quantité totale d'urée définie, explorant le volume de l'azote résultant. L'élimination de substances en quantités insuffisantes indique une réduction de la capacité d'excrétion rénale. L'analyse est réalisée en supposant une altération de la fonction rénale, avec activation de la synthèse protéique chez les enfants et les femmes enceintes.

Une augmentation du niveau d'urée dans le sang et de son excrétion dans l'urine indique un état stable du système d'excrétion de l'azote par les reins. Le nombre de composés dans l'urine varie sous l'influence de paramètres pathologiques et physiologiques:

  • activité physique;
  • caractéristiques du régime;
  • prendre des drogues.

Caractéristiques de l'analyse de l'urine pour les maladies rénales

La néphropathie chez la femme enceinte est accompagnée de protéinurie, une composante de 5 à 8 g / l.

Avec une évolution sévère de la maladie, les indicateurs augmentent à 25-76g / l. La maladie est divisée en stade III, en fonction de la quantité de protéines dans l'urine. Au stade 3 de la maladie, avec une protéinurie de 3 g / l, une oligurie se produit et les cylindres sont présents dans les analyses d'urine. La limite dans la néphropathie est la quantité de protéine de 0,6 g / l.

Après microscopie de sédiment, des cylindres granulaires, cireux ou hyalins sont détectés. Le nombre de globules rouges est insignifiant. La réabsorption des reins est réalisée intégralement et la quantité d'azote libérée est normale.

Avec le développement de l'éclampsie chez les femmes enceintes augmente la teneur en azote résiduel. Dans le cas de la néphropathie diabétique, les tests d’urine contiennent une petite quantité de protéines.

Changements dans l'analyse de l'urine avec la glomérulonéphrite

Une lésion rénale grave entraîne une modification des performances de l'analyse urinaire générale. Les résultats de l'étude indiquent la présence d'éléments pathologiques:

  • des cylindres;
  • les globules rouges;
  • une protéine;
  • les leucocytes;
  • épithélium squameux.

La présence de protéines indique la progression de la maladie: sa teneur atteint 5 g par jour et des traces résiduelles d'albumine sont présentes dans l'urine 6 mois après la fin de la maladie.

Les globules rouges dans l'urine - le principal symptôme de la néphrite. Leur nombre varie de 14-5 à 50-60 dans le champ de vision. Si des globules rouges sont détectés, le médecin demande à un patient d'effectuer une analyse d'urine selon Nechyporenko. Après microscopie du sédiment, les leucocytes et les cylindres de glycine sont examinés, indiquant un changement dans les tubules des reins. Le processus diffus s'accompagne de l'absence de bactéries, ce qui indique la fin de l'inflammation infectieuse dans les voies urinaires.

Au stade initial de la maladie, le nombre total d’urines est réduit, mais sa densité relative augmente. Le contenu des érythrocytes est de 5 x 106 / μm par jour, ils sont déformés, ce qui indique l'hématurie glomérulaire.

La forme normale des globules rouges indique l'absence de glomérulonéphrite. L'inflammation immunitaire est confirmée par une augmentation du nombre de leucocytes et la perte de protéines dépasse 3 g par jour.

Analyse de l'urine dans l'inflammation rénale aiguë

Dans la pyélonéphrite, l’étude de l’urine permet de déterminer le type d’agent pathogène et d’affecter le traitement approprié. Avec le développement de la pathologie de la couche corticale dans l'histoire de la présence d'un grand nombre de leucocytes. Une augmentation de leur nombre est observée dans le cas du syndrome obstructif des voies urinaires. La couleur de l'urine dans l'inflammation du tissu rénal change avec la progression du processus et dans le contexte de la lithiase urinaire.

Les leucocytes augmentent avec le développement de la néphrite tubolo-interstitielle: ils détectent dans l'urine des cellules de l'épithélium rénal. Dans l’urine se trouvent des cylindres granulaires et leurs analogues leucocytaires, ainsi qu’une quantité importante de mucus.

Lorsque la pyélonéphrite chez les enfants, l'alcalinisation se produit dans l'urine. Le pH normal de l’urine varie de 4,8 à 7,5. Pour processus inflammatoire aigu est caractérisé par une diminution de la densité du matériau étudié. Normalement, la valeur de la densité relative est 1008-1020g / l. La proportion d'urine dans la pyélonéphrite dépend de la quantité d'éléments dissous et de leur poids moléculaire.

L'étude d'urine avec urolithiase par Nechiporenko et Zemnitsky

En cas de modification de l'analyse urinaire générale et d'insuffisance rénale suspectée, le médecin recommande au patient de réaliser une étude supplémentaire du biomatériau selon Nechiporenko.

Pour l'analyse, fournissez au laboratoire une portion moyenne d'urine. Etudiez 1 ml de matériau et le nombre de leucocytes, érythrocytes, cylindres qu’il contient.

Le taux de globules rouges peut atteindre 1 000 pour 1 ml d'urine, et les leucocytes sont contenus dans une quantité de 4 000 unités pour le même volume d'urine. Normalement, lors du test de Nechiporenko, la quantité de cylindres hyalins est comprise entre 20 et 1 ml, et la présence de leurs autres types est une pathologie pour le corps du patient.

Plus de 2000 leucocytes 1 ml sont caractéristiques de la pyélonéphrite, de la lithiase urinaire et de la cystite. Une augmentation des cylindres hyalins est observée dans l'inflammation des reins et la glomérulonéphrite aiguë. Des cylindres granulaires apparaissent dans l'évolution chronique de la maladie et des formations en forme de cire indiquent la formation d'une insuffisance rénale chez un patient. Les éléments épithéliaux apparaissent lorsque la membrane muqueuse des tubules rénaux meurt et indique une nécrose tubulaire ou un empoisonnement toxique, accompagnés de la mort du parenchyme rénal (intoxication par des sels de métaux lourds).

La collecte et l'étude de l'urine par Zemnitsky vous permettent de déterminer la défaillance de l'organe urinaire ou son inflammation. Étudiez la densité de plusieurs portions d’urine, la quantité de chlorure de sodium et d’urée dans chacune de ses portions. Normalement, la densité relative varie de 1,004 à 1,032, et la différence entre les densités maximale et minimale ne devrait pas être inférieure à 0,007. De légères fluctuations dans la densité de l'urine montrent l'apparition de la maladie. Établir la clairance de filtration, qui détermine le degré de purification de la substance dans les glomérules. Le fonctionnement normal des reins est mis en évidence par le retrait à l’urine de 80% de tout le liquide prélevé dans les 24 heures. Si la réabsorption est supérieure à la filtration de l'urine dans les glomérules et que l'urine a une proportion importante, sa quantité diminue.

Les tests d’urine prescrits au patient sont des documents très informatifs qui permettent au médecin de poser le diagnostic correct et de prescrire un traitement.

Ce que vous devez savoir sur la pyélonéphrite

L'inflammation est en réalité un processus pathologique universel dans le corps humain. Souvent, ses cibles sont les cupules de tissu et le bassinet du rein, qui constituent le début des voies urinaires. Dans la plupart des cas, cette situation est due à la multiplication des agents pathogènes.

Tout au long de la maladie des reins, une lutte se produit entre la bactérie et le système immunitaire de l’organisme. En même temps, les micro-organismes et les cellules sanguines spéciales, les leucocytes, meurent en grand nombre, après quoi ils sont excrétés dans l'urine.

En outre, dans le contexte de l’inflammation, les bactéries et les globules blancs se collent les uns aux autres, obstruant la lumière de tubes spéciaux - les tubules rénaux. En conséquence, la masse collée résultante appelée "cylindre" est excrétée dans l'urine. Lorsque la pyélonéphrite augmente la quantité de substances cristallines - sels d’acide urique, oxalique et phosphorique. Ils deviennent le composant principal des sédiments urinaires.

Inflammation du rein - Vidéo

Analyse d'urine: une méthode de conduite

L'urine est un reflet fiable de tous les processus intervenant dans l'organisme, y compris de l'inflammation des reins. Ses recherches constituent l'élément principal du diagnostic des formes aiguës et chroniques de pyélonéphrite. La simplicité et l’informativité sont les principaux avantages des analyses dans cette situation.

Pour obtenir de l'urine, il n'est pas nécessaire de percer la peau, comme lorsque du sang est prélevé dans la circulation sanguine. Cette circonstance est extrêmement pratique, car le patient peut collecter de manière indépendante le matériel à des fins de recherche et le livrer au laboratoire. Un enfant, même un nouveau-né, tolérera très bien cette procédure.

La préparation à l'étude de l'urine avec pyélonéphrite ne nécessite pas de manipulations complexes. Pour obtenir des indicateurs corrects, il suffit de respecter les règles suivantes:

  • à la veille de l'étude, éliminer les produits colorants (betteraves, carottes, boissons aux colorants artificiels) de l'alimentation;
  • ne pas utiliser de médicaments souillant l'urine: sulfamides (Biseptol), nitrofurantoïnes (Furadonine, Furazolidone);
  • les procédures d'hygiène avant de collecter l'urine;
  • préparer un récipient propre et sec avec un bouchon à vis (vendu dans les pharmacies);
  • recueillir dans le réservoir uniquement la partie centrale de l'aurore matinale accumulée dans la vessie pendant la nuit;
  • aussi rapidement que possible pour livrer au laboratoire le matériel recueilli pour qu'il en fasse la recherche, car un stockage à long terme modifie considérablement les propriétés de l'urine;
  • pendant la menstruation, il est préférable d’abandonner l’étude prévue.

Si, pour une raison quelconque, un patient ne peut pas collecter de manière indépendante le matériel de recherche en raison de son âge ou de son état de santé, le personnel médical peut le faire avec un mince tube en silicone (cathéter) inséré dans la vessie par l'urètre (urètre). Souvent, cette technique est appliquée lorsqu'il est nécessaire de procéder à un ensemencement en fonction de la stérilité et de la sensibilité aux antibiotiques.

Méthodes d'évaluation de l'analyse d'urine

Un médecin spécialiste des diagnostics de laboratoire qui a recueilli des échantillons d’urine à des fins de recherche détermine un certain nombre d’indicateurs extrêmement utiles pour le diagnostic des formes aiguës et chroniques de pyélonéphrite.

La couleur de l'urine est évaluée en premier. L'inflammation qui se développe dans les tissus des cupules et du pelvis rénal a un effet significatif sur ce paramètre. Si l'urine normale est jaune paille à cause du contenu de la matière colorante urochrome, alors avec une maladie causée par des microbes, elle acquiert une riche couleur jaune. La transparence de l'urine dans la pyélonéphrite est considérablement réduite en raison de la forte teneur en bactéries, leucocytes et sels.

La densité urinaire est un paramètre extrêmement important. Dans l'analyse, il est présenté sous forme numérique. Dans des conditions normales, il n’est pas très différent de l’unité - la densité de l’eau pure. Le matin, la densité varie généralement entre 1020 et 1030 unités. Avec la pyélonéphrite, ce chiffre peut atteindre 1040 ou plus en raison de la forte teneur en bactéries, leucocytes et sels.

L'acidité de l'urine est une propriété importante. Il est déterminé très simplement - en changeant la couleur d’une bandelette réactive spéciale. Normalement, la réaction de l'urine est légèrement acide, ce qui se reflète dans les chiffres du pH de quatre à sept. Avec la pyélonéphrite, elle peut être faiblement alcaline ou alcaline. L'indicateur d'hydrogène dans ce cas dépasse sept unités.

La protéine est un autre composant majeur de l'analyse de l'urine totale. Dans des conditions normales, sa quantité est si faible qu’elle ne peut être déterminée par aucune méthode. Cependant, la teneur en protéines admissible dans l'urine ne dépasse pas 0,33 gramme par litre. Lorsque la teneur en protéines de la pyélonéphrite augmente, les chiffres n'atteignent pas des valeurs très élevées.

La détermination du nombre de leucocytes dans l'urine est l'une des principales étapes de l'analyse. À cette fin, l'urine est examinée au microscope. Dans des conditions normales, il n’ya pas de globules blancs dans l’urine ou leur nombre est faible - environ 1 à 2 dans un seul champ de vision. Lorsque pyélonéphrite, les leucocytes dans l'urine en contient beaucoup. Avec la microscopie, ils peuvent occuper tous les champs de vision et même ne pas céder à un calcul par morceaux.

Lorsqu’il examine l’urine au microscope parmi les globules blancs, un spécialiste peut noter la présence de globules rouges-rouges. Comme les leucocytes, ils sont des composants sanguins. En cas de pyélonéphrite, ils peuvent apparaître en présence de calculs rénaux, en grattant la membrane muqueuse des voies urinaires. L'inflammation des cupules et du pelvis rénal ne provoque pas l'apparition de sang dans les urines.

La présence de cylindres dans l'urine est un autre indicateur important. En règle générale, la microscopie peut établir de manière fiable leur type. Lorsque les experts en pyélonéphrite notent la présence dans l’urine de cylindres constitués de leucocytes et de bactéries. Ces derniers sont également clairement visibles au microscope et le médecin peut indiquer grossièrement leur nombre.

Les sédiments urinaires avec pyélonéphrite contiennent des sels - des substances qui ressemblent à des cristaux de formes variées au microscope. Ce sont des produits métaboliques - protéines, lipides, bilirubine. Ce dernier est formé dans le foie à partir de globules rouges détruits et pénètre partiellement dans l'urine. Lorsque l'inflammation, en particulier sur le fond de calculs dans les voies urinaires, augmente considérablement la quantité de sel.

Indicateurs de l'analyse générale de l'urine dans la santé et la pyélonéphrite - tableau

Test de Nechiporenko

Le test de Nechiporenko est une méthode de laboratoire d'analyse d'urine, dans laquelle il est possible de déterminer avec une grande précision le nombre de trois indicateurs principaux - leucocytes, érythrocytes, cylindres. À cette fin, la partie centrale de la matinée est utilisée. Dans cette étude, le nombre de leucocytes, de cylindres et de globules rouges contenus dans un millilitre d'urine est déterminé.

Le résultat de l'analyse est une combinaison de trois chiffres. Le nombre de globules blancs dans des conditions normales ne dépasse pas deux mille, les érythrocytes sont deux fois plus faibles, les cylindres - pas plus de 20. Avec la pyélonéphrite, ces chiffres augmentent considérablement.

Une modification du test de Nechiporenko est deux méthodes supplémentaires - les tests d’urine urbourne et Addis-Kakovsky. Dans le premier cas, le nombre de leucocytes, d'érythrocytes et de cylindres est défini à la minute, tandis qu'une partie de l'urine reçue en trois heures est livrée au laboratoire. Les modifications de l'analyse d'Amburzhe avec pyélonéphrite sont similaires à celles déterminées par la méthode de Nechiporenko. Pour l'échantillon d'Addis-Kakovsky, l'urine est collectée pendant la journée. Le nombre de leucocytes, d'érythrocytes et de cylindres est exprimé en millions et en centaines de milliers. Comme dans les deux cas précédents, le contenu de ces éléments lors d’une inflammation des reins augmente considérablement.

Indicateurs des échantillons cumulés dans la normale et la pyélonéphrite - tableau

Analyse des reins: échantillon de Zimnitsky

Lors du diagnostic de la pyélonéphrite, il est extrêmement important que le médecin détermine s’il existe une quelconque anomalie dans le travail des reins sur l’élimination des substances nocives causées par la maladie dans le corps du patient. À cette fin, un autre test d’urine spécifique est utilisé: le test de Zimnitsky.

Dans ce cas, l'urine est collectée pendant la journée. Ces derniers sont divisés en huit intervalles égaux de trois heures. Dans chacune d'elles, toute l'urine est collectée dans un récipient. Huit portions collectées sont livrées au laboratoire.

L'évaluation de la fonction rénale est basée sur la détermination de leur capacité à concentrer l'urine. À cette fin, le spécialiste détermine la densité de l'urine dans les huit réservoirs. Dans des conditions normales, la densité dans les portions nocturnes est inférieure à celle du jour. La quantité d'urine collectée par jour est beaucoup plus élevée que celle obtenue du jour au lendemain. En cas de tendance opposée, le médecin conclut que la capacité des reins à effectuer leur travail pour cause de maladie est réduite.

La pyélonéphrite est une maladie rénale grave. Un diagnostic opportun est la clé du succès du traitement du processus inflammatoire. L'examen d'urine en laboratoire fournit au médecin des informations essentielles sur l'activité de la maladie, sa gravité et le travail des reins. Cependant, pour établir le bon diagnostic, le patient doit être soumis à un examen approfondi sous la supervision d'un spécialiste.

Plus D'Articles Sur Les Reins