Principal Pyélonéphrite

Protéines dans l'urine pendant la grossesse

Pendant la grossesse, une femme doit subir de nombreux tests qui permettent de déterminer à temps les éventuelles menaces pour le fœtus en raison du développement d'affections ou de maladies défavorables à l'enfant dans le corps de la mère. L'analyse d'urine, qui est considérée comme l'une des plus instructives et nécessaires, deviendra aussi familière pour une femme enceinte.

Analyse d'urine pendant la grossesse

Un test d'urine pendant la grossesse est un test obligatoire que la future mère devra passer régulièrement: pendant la première moitié de la grossesse, tous les mois, puis tous les deux mois. Cependant, avertissent toujours les experts: une analyse informative de l’urine pendant la grossesse ne sera nécessaire que dans le cas de la préparation nécessaire, dont les règles ne sont pas du tout difficiles. Les médecins recommandent donc de ne pas s’impliquer dans les plats salés, épicés et acides, ni dans la viande à la veille de l’analyse. Un pot dans lequel l'urine du matin sera recueillie immédiatement après le réveil doit être propre. Oui, et une femme avant de remplir les pots doit être lavée avec du savon et de l’eau. Vous devez remplir le bocal avec l'urine dite moyenne: pendant les trois premières secondes d'uriner dans les toilettes, vous pouvez ensuite collecter l'urine dans le récipient. Et après cela, il est conseillé de livrer l'urine pour analyse le plus tôt possible, idéalement dans les 2 heures.

Le test d’urine permet en premier lieu aux médecins d’évaluer le travail des reins qui, au cours de la grossesse, fonctionnent à un rythme accéléré, et soupçonnent également la présence de diabète ou d’infections dans le corps d’une femme enceinte à temps. Ainsi, la présence dans l'urine de certaines substances qui ne devraient pas être présentes (par exemple, des protéines) peut être le premier signal des actions adéquates des spécialistes.

La quantité de protéines dans l'urine pendant la grossesse

La protéine dans l'urine pendant la grossesse est normalement absente. Seules de légères variations dans ses indicateurs sont possibles en raison de la charge importante sur les reins de la mère pendant le port du bébé. On sait que porter un bébé double la charge de tous les organes et systèmes internes de l’activité vitale de la mère: elle doit maintenant protéger non seulement son «possesseur», mais aussi la petite vie qui y grandit. Le système urinaire à ce moment-là fonctionne également avec une double charge: les reins éliminent maintenant les toxines et les produits de décomposition non seulement de l'organisme maternel, mais également du bébé.

Le taux de protéines autorisé dans les urines pendant la grossesse, auquel les médecins ne font pas référence aux symptômes d'aucune menace, représente une teneur en protéines pouvant atteindre 0,14 g / l. Si les reins ne font pas face à leur fonction en raison de certains processus inflammatoires survenant dans le système urogénital, les protéines apparaissent dans l'urine de la femme enceinte en quantités significativement élevées.

Les processus inflammatoires peuvent être une conséquence du comportement d’une femme qui ne correspond pas à son statut, une attitude frivole à l’égard de sa propre santé, mais aussi des maladies rénales chroniques auxquelles de nombreuses femmes étaient confrontées avant leur grossesse. Ainsi, la quantité de protéines dans l'urine pendant la grossesse étant beaucoup plus importante que ce qui est généralement considéré, les quantités peuvent devenir un symptôme du développement (ou de l'exacerbation des protéines existantes) chez la future mère de cystite, pyélonéphrite, glomérulonéphrite.

L'augmentation des protéines dans l'urine dans la pratique médicale s'appelle protéinurie. Et si lors de la prochaine visite chez le médecin et d'un test d'urine, un indice de protéines élevé y était détecté, l'analyse correspondante devra être effectuée régulièrement à plusieurs reprises. Ainsi, il sera possible de suivre la dynamique de l'augmentation de la teneur en protéines de l'urine afin de déterminer si cette augmentation était "ponctuelle" ou si elle présente un caractère permanent. Après tout, la présence de protéines dans les urines pendant la grossesse peut être réellement détectée une fois: après avoir subi un stress psychologique, physique, prendre certains médicaments, si la veille il y avait une quantité excessive de protéines dans l’alimentation d’une femme enceinte.

Certaines maladies peuvent également provoquer l'apparition d'une protéinurie lors de l'accouchement. Parmi eux figurent le diabète, l'hypertension, l'insuffisance cardiaque congestive, les infections des reins ou des voies urinaires, la maladie polykystique des reins. Mais la condition la plus dangereuse pouvant être associée à l'apparition de protéines dans l'urine pendant la grossesse, les médecins appellent la prééclampsie. Cette condition est caractéristique uniquement pour les femmes enceintes - après l'accouchement et la naissance du bébé dans le monde, il disparaît. Le danger de la prééclampsie réside dans le fait que souvent une femme enceinte peut ne pas être consciente de son développement et ne ressentir aucun changement dans son corps. Et la seule preuve d'un état menaçant devient une protéine dans l'urine pendant la grossesse.

La gestose est une pathologie des reins, qui conduit finalement à un dysfonctionnement du placenta: non seulement elle cesse d'exercer une fonction protectrice et est incapable de protéger l'enfant des influences négatives, le bébé cesse également de recevoir les nutriments et l'oxygène nécessaires à son développement et à sa santé. Tout cela peut ralentir son développement, provoquer une naissance prématurée ou conduire à la naissance d'un enfant décédé.

Outre l'augmentation de la quantité de protéines dans l'urine, la pression artérielle et l'apparition d'un œdème peuvent être d'autres symptômes de la prééclampsie. Parfois, la prééclampsie nécessite une intervention rapide et obligatoire des médecins: pour son traitement, une femme peut être envoyée en traitement hospitalier, où elle sera surveillée en permanence. La prééclampsie, qui survient en fin de grossesse, peut devenir une indication pour stimuler le travail prématuré: cette étape devient parfois une nécessité pour sauver la vie de la mère et de l'enfant.

Mais dire que la présence de protéines dans l'urine pendant la grossesse devient un symptôme alarmant n'est possible que si le diagnostic a été posé à plusieurs reprises, l'analyse a été réalisée en parallèle avec le suivi de la pression artérielle, avant que la femme ne prélève l'urine était suffisante organes et si les plats dans lesquels les échantillons d’urine ont été prélevés sont garantis propres et propres à une analyse.

Protéines dans l'urine pendant la grossesse - que dit-on?

Pendant la grossesse, la future maman est examinée à plusieurs reprises: à partir du jour où elle a découvert sa position intéressante et s’est enregistrée, jusqu’au moment de la naissance. Comme d'habitude, une femme enceinte passe un test d'urine avant chaque visite chez le gynécologue. Cela en surprend beaucoup. Il semblerait que le nouveau peut être vu là-bas? Cependant, cette analyse simple est capable de dire les plus petits écarts par rapport à la norme. C'est très important pour la prévention et l'élimination des pathologies dans les premiers stades. En savoir plus sur le calendrier des tests de grossesse →

Il est très important de contrôler la présence de protéines dans les urines pendant la grossesse et le niveau de globules blancs dans l'urine. L’augmentation de la teneur en protéines est un phénomène fréquent au cours d’une période donnée, elle signale une congestion et des défauts rénaux.

Pendant la grossesse, la charge sur le système urogénital double. Par conséquent, les reins deviennent extrêmement vulnérables à diverses infections. La croissance constante du fœtus et de l’utérus fait peser une forte pression sur les uretères, ce qui ne fait que compliquer la situation.

Protéine dans l'urine

Une certaine quantité de protéines est présente dans l’urine de presque toutes les personnes en bonne santé. Son contenu élevé - la soi-disant protéinurie - est provoqué par l'abus de protéines, le stress ou la fatigue physique. Dans de telles situations, une augmentation temporaire de la quantité de protéines dans l'urine est considérée comme normale.

Chez les personnes en parfaite santé, les protéines ne sont pas détectées et, chez la femme enceinte, il est normal d’augmenter le niveau à 0,002 g / l dans une seule portion d’urine. Mais en fin de grossesse, les médecins autorisent le dépassement de la norme à 0,033 g / l (la protéinurie dite mal exprimée), car la charge sur les reins est extrêmement élevée. Si l'indicateur est hors échelle - 3g / l et plus - alors nous pouvons parler de pathologies graves.

Analyse répétée de protéines pendant la grossesse

Habituellement, à un taux plus élevé, on prescrit à une femme enceinte un test de protéines supplémentaire dans les urines pour confirmer ou infirmer le diagnostic préliminaire.

Le fait est que la protéinurie peut ne pas être associée à des troubles du corps, mais être de nature physiologique. La présence de protéines dans l'urine peut être détectée du fait qu'une femme enceinte, à la veille de l'analyse, utilisait des aliments protéinés: lait, œufs, fromage cottage. Ou un effort physique abusé, ou sur le fond d'un état stressant, accompagné d'épuisement moral. La raison de l'augmentation de la quantité de protéines dans l'urine peut être une augmentation de la température corporelle, une transpiration excessive et même une douche froide à la veille du test.

La prétendue fausse protéinurie due au non-respect des règles de collecte d'urine ou d'hygiène intime. Pour savoir si une femme enceinte a de fausses protéines dans son urine, il est nécessaire de reprendre l'analyse, après l'avoir préparée. Le matin, vous devez vous laver à fond, retirer les écoulements du vagin (le cas échéant) et, en le recouvrant avec un coton-tige, recueillir l'urine moyenne dans un récipient stérile (au milieu du processus de miction). Ce n'est qu'alors qu'il sera possible d'obtenir le résultat optimal.

Causes de l'augmentation des protéines dans l'urine

Protéinurie pathologique se produit sur le fond de maladies graves. La première cause d'augmentation de la quantité de protéines dans les urines pendant la grossesse est considérée comme une maladie telle que la prééclampsie. C'est une pathologie extrêmement dangereuse, que le médecin peut soupçonner non seulement sur la base des résultats de l'analyse des protéines. Pour clarifier le diagnostic, cet indicateur doit être associé à un œdème grave, lié à une augmentation de la perméabilité vasculaire et à une hypertension chronique, accompagné d'acouphènes, de vertiges et de faiblesses graves. La prééclampsie survient essentiellement au cours de la seconde moitié de la grossesse.

Si le gynécologue soupçonne que vous êtes atteint de cette maladie, il insistera sans aucun doute pour une hospitalisation. Le fait est qu'il est parfois très difficile de distinguer la prééclampsie des maladies rénales, car beaucoup de ces dernières présentent les mêmes signes.

Une femme enceinte doit être sous la surveillance permanente de professionnels de la santé afin que la pathologie soit détectée et éliminée à temps. En savoir plus sur la prééclampsie →

En outre, une augmentation des protéines dans l'urine peut être un signe de maladies rénales telles que la pyélonéphrite et la glomérulonéphrite. Le premier est caractérisé par des sensations douloureuses caractéristiques dans la région lombaire et la vessie.

Un signe frappant de la seconde est la couleur inhabituelle de l'urine - la couleur de la chair de viande. En plus de la présence de protéines, dans ces maladies, on constate une augmentation du contenu en leucocytes et érythrocytes dans les urines.

Traitement

Lors de la détection de traces de protéines dans les urines, un traitement est prescrit, basé sur l’image des symptômes. Si l'indice dans l'analyse est supérieur à 0,033 et est une conséquence de processus inflammatoires au niveau des reins, il est alors nécessaire de traiter la cause fondamentale, d'éliminer la source du problème.

En cas de diagnostic de pyélonéphrite, par exemple, le gynécologue doit prescrire à la femme enceinte des anti-inflammatoires et des diurétiques à base de plantes. Dans la forme aiguë et chronique de la maladie, des antibiotiques sont prescrits.

Pour éliminer la stagnation des reins, il n'est pas recommandé de dormir sur le dos. Il est conseillé de se lever à quatre pattes et de bouger plus. Habituellement, une élévation des protéines due à une maladie rénale diminue rapidement.

Si cela ne se produit pas, la raison en est beaucoup plus grave, par exemple la prééclampsie. Le traitement de cette maladie est un processus extrêmement complexe. En général, les médecins stabilisent les indicateurs et les maintiennent jusqu'à l'accouchement. Parfois, une gestation complète de 9 mois est possible. Mais avec la prééclampsie, la menace d'une naissance prématurée demeure toujours.

Le résultat le plus terrible est la mort de la mère et de l'enfant. Les médecins vont donc commencer par proposer de mettre fin à la grossesse. Si une femme décide de préserver le fœtus, elle doit se rendre à l'hôpital et écouter toutes les recommandations du gynécologue.

Dans cette position, une femme enceinte doit être préparée au fait qu’elle ne pourra pas accoucher seule et qu’elle devra subir une césarienne. La gestose ne peut pas être guérie, mais vous pouvez réduire le niveau de protéines dans l'urine - principalement en raison d'un régime alimentaire.

La prévention de la gestose tardive et, par conséquent, de l'un de ses symptômes - augmentation de la quantité de protéines dans l'urine - est un régime alimentaire spécial. En cas de refus des femmes enceintes de traitement hospitalier, il est nécessaire de montrer une conscience de leur état. Tout d'abord, suivez la pression. Pour le mesurer régulièrement deux fois par jour, écoutez les pires changements d'état de santé: maux de tête, bourdonnements d'oreilles, assombrissement des yeux.

Avec une tendance à l'œdème, surveillez strictement la quantité de fluide consommée - elle ne doit pas dépasser la quantité émise. Limitez ou abandonnez complètement l'utilisation du sel, du poivre, de la viande fumée, de la viande frite à la croûte croustillante. Peser quotidiennement et contrôler le poids. La collecte rapide de kilos supplémentaires est le premier signe de gestose progressive.

Pour faciliter le travail des reins, vous pouvez prendre des médicaments à base de plantes parallèles: Kanephron ou Phytolysin. Les tisanes diurétiques, les mors aux canneberges et aux airelles sont très efficaces. Mais vous devez d'abord consulter un médecin!

Il est également fortement recommandé de ne pas boire de café, thé fort, chocolat. Réduisez la consommation de produits à base de lait aigre ou réduisez leur teneur en matières grasses. Ne vous laissez pas emporter par les agrumes.

Et rappelez-vous, l’essentiel est votre attitude. Si vous êtes dans une situation aussi désagréable, votre première tâche consiste à prendre soin de la santé du futur bébé. Et si maman est calme et confiante, tout finira bien.

5 raisons de détecter des protéines dans l'urine pendant la grossesse

La grossesse est une période de stress accru sur le corps de la femme, y compris sur ses reins: après tout, elles doivent purifier le sang non seulement du leur, mais également de celui qui assure l’activité vitale du fœtus. Par conséquent, le filtre rénal "n'a pas le temps" pour effectuer une double opération pendant le temps normal. Preuve de cette protéine dans les urines pendant la grossesse.

En outre, cet indicateur peut signaler à la fois des maladies rénales et une pathologie aussi grave que la prééclampsie - lorsque le corps de la mère se débat avec «l'étranger», à son avis, le fœtus. Où est la ligne de partage entre la norme et la pathologie? Comment ne pas rater le danger?

Normes de protéinurie

En bref, le processus de formation de l'urine peut être décrit comme suit: le sang contenant toutes les particules en suspension atteint les reins et il existe un filtre à petites cellules, et ni les protéines grosses et moyennes, ni les cellules sanguines, ni les autres protéines grosses ne passent à travers ce «tamis». molécules. Mais les molécules de protéines de petite taille (celles qui ne participent pas à la rétention de la partie liquide du sang) dans l'urine sont toujours présentes. Ils ne sont tout simplement pas déterminés par les techniques de laboratoire standard. Mais si l'équipement le permet, il est possible d'indiquer, sous forme d'analyse, un chiffre inférieur à 0,002 g / l au début de la grossesse. C'est la norme.

Attention! Dans la seconde moitié de la grossesse, les chiffres de 0,002-0,033 g / l seront considérés comme physiologiques: au cours de cette période, un plus grand volume de sang passe à travers le filtre rénal, mais une pression mécanique apparaît également sur les reins de l'utérus enceinte et les intestins qui sont délogés.

Tout ce qui dépasse ce chiffre s'appelle protéinurie. Il peut se développer pour plusieurs raisons.

Pourquoi les protéines dans l'urine

Les protéines dans l'urine des femmes enceintes peuvent être déterminées à la suite d'une pathologie et symbolisent un phénomène temporaire. Considérons toutes les situations possibles.

Protéinurie temporaire

On peut considérer la protéinurie «non terrible» lorsque la protéine dans une seule portion d'urine (non collectée à la journée) ne dépasse pas 0,05 g / l et est déterminée une fois. Les raisons de cette condition peuvent être appelées:

  • mauvaise hygiène des organes génitaux externes;
  • stress prononcé à la veille de l'analyse;
  • manger de grandes quantités de protéines (viande, produits laitiers et produits laitiers, œufs) dans les prochains jours;
  • douche froide, prise comme mesure d'hygiène supplémentaire pour se préparer à l'analyse.

Causes pathologiques

  1. La prééclampsie (appelée autrefois néphropathie) est la principale cause de l’apparition de protéines dans l’urine d’une femme enceinte. Il s'agit d'une sorte de réponse immunitaire à la présence dans le corps de la femme d'un matériel génétique qui ne lui est pas totalement compatible - un enfant. La pathologie se manifeste dans la seconde moitié de la grossesse, elle met la vie en danger, tant pour le bébé en développement que pour la mère: elle peut aboutir à une éclampsie, c'est-à-dire à des convulsions généralisées. La gestose n’est traitée qu’à l’hôpital, car il peut être nécessaire à tout moment de subir une césarienne. Les manifestations de la prééclampsie sont les suivantes:
    • augmentation de la pression artérielle à des nombres différents;
    • gonflement des membres qui ont tendance à s'étendre au-dessus. Dans les cas graves, du liquide apparaît dans les cavités du corps: abdominal, autour du cœur ou des poumons;
    • protéines dans l'urine.

Que faire lors de la détection de protéines dans l'urine

La première chose à faire est de vous examiner pour détecter la présence d’œdème sur le visage, les paupières et les jambes. Pour évaluer la dernière localisation, vous devez appuyer sur votre propre tibia dans son tiers inférieur sur la surface interne: si le trou disparaît immédiatement, il n’ya pas d’œdème, s’il remonte longtemps, c’est le cas. Gonflement là-bas, a été déterminé protéine dans l'urine - besoin d'une consultation urgente d'un obstétricien-gynécologue.

La seconde consiste à mesurer la pression artérielle. Pour les nombres supérieurs à 135/85 mm Hg, vous devez contacter un gynécologue.

Attention! S'il n'y a pas d'œdème ou d'hypertension artérielle, cela n'annule pas le fait de la gestose, ce qui peut entraîner une éclampsie. Dans ce cas, le risque de ce phénomène est plus faible, de sorte que la femme a le temps de reprendre l'urine avant de se rendre à l'hôpital.

Avant cela, vous devez prendre les mesures suivantes:

  • réduire la quantité de protéines consommée;
  • exclure du régime alimentaire du café, du chocolat - sous forme de boisson et sous forme solide, du thé fort, des aliments salés, épicés et frits, des boissons gazeuses;
  • buvez des boissons aux fruits avec de la canneberge et de la myrtille pendant quelques jours ou mangez simplement ces baies;
  • manger plus de baies, de légumes et de fruits.

Le matin, avant d'analyser, lavez bien les organes génitaux externes, fermez l'ouverture vaginale avec un coton-tige, faites pipi un peu dans les toilettes, puis envoyez la portion principale du matin dans un récipient stérile.

Protéines dans l'urine en fin de grossesse

La présence de protéines dans les urines est l’un des symptômes les plus fréquemment détectés en fin de grossesse. En milieu médical, ce phénomène s'appelle la protéinurie. L'apparition de protéines dans l'urine peut indiquer le développement d'une prééclampsie - une complication grave de la grossesse. La protéinurie chez les femmes enceintes peut également être associée à des maladies des reins, de la vessie et de l'urètre.

Norme et pathologie

Toutes les femmes enceintes doivent réussir une analyse d'urine complète. Cette procédure de routine laisse le temps de détecter les protéines dans l’urine, ainsi que de suivre d’autres modifications des reins et du corps tout entier. L'OAM doit être rendu avant chaque visite chez le médecin: toutes les deux semaines jusqu'à 30 semaines et chaque semaine à partir de 30 semaines avant l'accouchement. Les tests de contrôle sont effectués le premier jour après la naissance de l'enfant.

Pour l’OAM, seule la première fraction d’urine du matin, collectée dans un récipient stérile, convient. Le matériel doit être livré au laboratoire au plus tard 2 heures. Les femmes enceintes doivent veiller à ce que les pertes vaginales ne pénètrent pas dans le récipient. Le non respect des règles de collecte de l'analyse peut conduire à une interprétation erronée du résultat et à la formulation d'un diagnostic incorrect.

La protéine normale dans l'urine ne devrait pas être. Détection individuelle de protéines dans une quantité pouvant atteindre 0,3 g par jour. Dans cette situation, vous devriez reprendre l'analyse. Si la concentration en protéines n'augmente pas et que la femme n'est pas dérangée, le traitement n'est pas effectué. La future mère doit surveiller attentivement son état et, au moindre écart, en informer le médecin.

Une protéinurie physiologique est constatée dans de telles situations:

  • activité physique intense, sports;
  • le stress;
  • trop manger (y compris l'utilisation de grandes quantités de viande).

La protéinurie physiologique persiste pendant une courte période, après quoi la protéine disparaît de l'urine. La concentration en protéines ne dépasse pas 1 g par jour. L'état général de la femme n'est pas cassé. Avec la croissance de la protéine dans l'urine devrait toujours être examiné par un spécialiste.

Protéinurie pathologique

Symptômes dérangeants à surveiller:

  • l'apparition de protéines dans l'urine en début de grossesse;
  • détection répétée de protéines dans l'urine;
  • le niveau de protéines est supérieur à 0,3 g par jour.

Les signes de laboratoire sont associés à une détérioration de l'état général de la femme. Indiquer l'évolution de la pathologie:

  • faiblesse grave;
  • maux de tête;
  • hypertension artérielle;
  • la tachycardie;
  • déficience visuelle (opacification, mouches clignotantes devant les yeux);
  • gonflement du visage le matin;
  • gonflement des mains et des pieds, des jambes;
  • contractions musculaires involontaires;
  • douleur lombaire;
  • phénomènes dysuriques: douleur, démangeaisons, sensation de brûlure lors de la miction, augmentation de la miction, incontinence urinaire ou sa rétention.

La combinaison de ces symptômes avec la protéinurie est un signe défavorable et nécessite une surveillance obligatoire par un médecin.

Parmi les causes de protéinurie pathologique en fin de grossesse méritent une attention particulière:

Gestose

L'apparition de protéines dans l'urine après 20 semaines avec une probabilité élevée indique le développement de la gestose. Cette affection spécifique ne survient que pendant la grossesse, l'accouchement ou au début du post-partum. Le développement de la prééclampsie s'accompagne d'une triade de symptômes:

  • hypertension artérielle (augmentation de la pression artérielle systolique au-dessus de 15 mm Hg et diastolique au-dessus de 10 mm Hg. par rapport à l'original);
  • gonflement;
  • protéinurie.

L'apparition de protéines dans l'urine est un symptôme tardif de la prééclampsie et indique une violation des reins. Dans cette situation, la future mère sera surveillée avec une surveillance constante de la pression artérielle et de l’état du fœtus. À la détérioration des indicateurs l'hospitalisation dans l'hôpital est nécessaire. Plus la période de grossesse sur fond de prééclampsie est courte, plus le pronostic est sombre et plus le risque de complications est élevé.

En l'absence de traitement adéquat, une prééclampsie grave se transforme en prééclampsie. Dans cet état, il y a une diminution de la diurèse, une augmentation significative de la pression artérielle, une augmentation des protéines dans l'urine. En l'absence de traitement, la prééclampsie se transforme en éclampsie, la complication la plus dangereuse de la grossesse. Les crises se développent, il y a une menace réelle à la vie de la femme et du fœtus. Sauver la future mère et son bébé n’est possible qu’avec des soins médicaux d’urgence. Dans cette situation, une césarienne est pratiquée quel que soit l’âge gestationnel, un traitement par perfusion et d’autres mesures sont prises pour sauver la vie de la femme. Les néonatologistes fournissent une assistance au nouveau-né.

La prévention de l'éclampsie comprend:

  1. Surveillance régulière par un gynécologue tout au long de la grossesse.
  2. Livraison en temps voulu de l’OAM et d’autres tests.
  3. Contrôle de la pression artérielle, du poids et de la diurèse.
  4. Traitement en temps opportun de la prééclampsie.

Dans le groupe, le risque de développer une prééclampsie concerne les femmes présentant un excès de poids et une hypertension antérieure. Cette catégorie de femmes enceintes devrait faire particulièrement attention à leur santé et consulter un médecin en cas de doute.

Maladies des reins et des voies urinaires

Au cours de la seconde moitié de la grossesse, la charge sur les reins augmente de manière significative et le risque d'exacerbation de certaines maladies augmente:

  • glomérulonéphrite;
  • pyélonéphrite;
  • néphrite interstitielle;
  • la cystite;
  • urétrite et autres

La protéinurie en pathologie rénale est accompagnée d'autres modifications de l'OAM. Lorsque l'inflammation augmente le niveau de globules blancs, des bactéries sont détectées dans l'urine. Certaines maladies sont accompagnées d’une augmentation de la concentration de globules rouges, de l’apparition de cylindres, de glucose, de dépôts de sel. Le diagnostic final est établi après une échographie et d’autres méthodes d’examen disponibles pendant la grossesse.

La pathologie des reins et des voies urinaires est souvent accompagnée des symptômes suivants:

  • fièvre
  • douleur lombaire;
  • inconfort en urinant.

Chez les femmes, la protéinurie peut être une inflammation du vagin. Si les règles d'hygiène intime ne sont pas suivies, des sécrétions pathologiques peuvent pénétrer dans le récipient avant de prélever le test d'urine. Dans cette situation, l’analyse doit être reprise et le traitement de la maladie identifiée par un gynécologue.

La présence de protéines dans les urines est un symptôme évident de problèmes dans le corps de la future mère. Aux derniers stades de la grossesse, la protéinurie mérite une attention particulière en raison du risque élevé de développer une gestose. Lors de la détection de protéines dans l'urine doit suivre toutes les recommandations du médecin. Une thérapie compétente évitera les complications et portera le bébé avant l'heure prévue.

Protéines dans les urines pendant la grossesse: normes et causes des écarts

Les principaux paramètres de l'analyse d'urine sont des critères très importants permettant aux médecins de déterminer diverses pathologies de la grossesse aux stades les plus précoces. L'apparition de protéines dans les sédiments urinaires pendant la gestation du fœtus est un symptôme plutôt défavorable qui nécessite une surveillance attentive. Cet article décrit quelles valeurs normales existent pour cet indicateur, ainsi que ce qui est considéré comme une pathologie.

Les normes

La formation d'urine se produit dans les reins. La filtration des fluides a lieu dans des structures anatomiques spéciales - les tubules rénaux. Ces formations microscopiques aident le corps à se débarrasser de tous les produits métaboliques toxiques dont il n'a plus besoin.

Le travail des reins pendant la grossesse revêt une importance particulière. Dans ce cas, les formations toxiques à travers les reins sont sécrétées non seulement par le corps de la mère, mais également par le fœtus. Les déchets sont également filtrés à travers les tubules rénaux car le système urinaire du bébé se forme un peu plus tard.

Normalement, il ne manque aucune protéine dans l'urine. L’apparition de cette substance dans les sédiments urinaires devrait être la raison du traitement obligatoire chez le médecin.

Très souvent, cette condition passe, dans ce cas, il est nécessaire de faire un test de laboratoire répété. Les gynécologues notent que, pendant la grossesse, les femmes présentent souvent des traces de protéines dans l’urine. Une telle valeur de l'analyse n'indique nullement qu'il s'agit d'une pathologie. Les médecins ont même proposé un terme spécial pour cet état - prolapsus transitoire ou bénin des protéines.

Aux premiers stades de la grossesse, le résultat d’une analyse d’urine réalisée par une femme ne devrait pas différer de manière significative des valeurs normales. Dans ce cas, il ne devrait pas y avoir de protéines dans les sédiments urinaires. Dans certains cas, en particulier si la collecte d’urine a été effectuée très tôt le matin, juste après le lever du lit, des traces de protéines peuvent apparaître lors de l’analyse.

Les médecins estiment que le premier trimestre est très important pour le développement intra-utérin du fœtus.

C'est pendant cette période qu'un enfant à naître va pondre tous les principaux organes et systèmes. La charge sur les reins chez une femme enceinte à ce stade est minime. Une augmentation significative des protéines dans l'urine est déjà une conséquence des maladies du rein ou des voies urinaires présentes chez la mère.

L’apparition de protéines d’une valeur de 0,066 à 0,33 se produit généralement au troisième trimestre. Le développement de cette situation indique une charge décente sur les reins. À 37-39 semaines de grossesse, les tubules rénaux filtrent déjà l'urine en mode intensif. Les revues de jeunes mères indiquent également que beaucoup d’entre elles ont eu un tel phénomène en termes de port tardif de bébés.

Les taux élevés de protéines, dépassant 3 g / litre, les médecins appellent protéinurie. C'est une condition pathologique. La protéinurie peut être permanente, mais le plus souvent transitoire. Dans ce cas, après l'accouchement, la femme peut présenter des maladies des reins ou des voies urinaires. Ils résultent d'une protéinurie persistante survenue pendant la gestation du bébé.

Pour faciliter l'évaluation des résultats des analyses d'urine, les médecins utilisent des tableaux spéciaux, qui contiennent les principales valeurs des valeurs normales de ce test de laboratoire. Pour interpréter correctement les résultats, de nombreux indicateurs cliniques sont évalués. Donc, si la future maman porte des jumeaux ou des jumeaux, dans ce cas, elle a souvent des protéines dans l'urine allant jusqu'à 0,15 g / litre.

Afin de clarifier le diagnostic, les médecins peuvent prescrire une analyse supplémentaire - détermination de la protéine quotidienne. Cette étude de laboratoire montre plus précisément s'il existe des problèmes de filtration de l'urine dans le corps de la femme. L'analyse quotidienne normale ne dépasse pas 0,2 g / jour. Pour beaucoup de femmes qui présentent des manifestations initiales de filtration rénale altérée, les valeurs obtenues sont de 0,1 g / litre et si l'indicateur indique une concentration de 0,3 g / litre ou plus, il est alors nécessaire de remédier à cette situation.

Une analyse générale est une étude assez volumineuse. Malgré sa simplicité et sa routine, il permet une évaluation très complète du travail des reins. Pour exclure les maladies concomitantes des voies urinaires, les médecins procèdent également à une évaluation quantitative de certains indicateurs:

  • Les leucocytes sont un marqueur important des infections ou pathologies existantes des organes du système excréteur. Dans le cours normal de la grossesse, cet indicateur indique moins de 10 unités en vue. Dans la plupart des cas, les leucocytes sont 1-5 dans la vue n / a. L'excès de cet indicateur doit être une raison pour demander conseil à un urologue ou à un thérapeute.
  • Dans une analyse générale normale, il n'y a pas non plus de bactéries. Ceci est généralement marqué d'un “+” ou d'un “-” dans la fiche médicale de l'étude. La présence de bactéries est une condition extrêmement défavorable, surtout pendant la grossesse. La bactériurie peut entraîner le développement de maladies infectieuses dangereuses pour les reins et les voies urinaires.
  • Les globules rouges sont un autre indicateur important du fonctionnement normal des reins. La combinaison de haute teneur en protéines et d'érythrocyturie est généralement considérée comme une conséquence de la glomérulonéphrite. C'est une pathologie dangereuse des reins que l'on retrouve assez souvent parmi la population féminine. L'exacerbation de la pyélonéphrite pendant la grossesse est extrêmement dangereuse. Dans ce cas, il peut y avoir diverses violations du flux sanguin placentaire du fœtus.

Symptômes d'augmentation des protéines

Protéinurie mineure, en règle générale, une femme enceinte ne se sent pas. L'appétit, le sommeil, la température corporelle restent dans ce cas dans la plage normale. L'apparition de protéines à 0,1 g / litre dans l'urine ne contribue pas non plus à l'apparition de douleurs dans le bas du dos ni au développement d'un œdème. Les premières "cloches" d'ennuis apparaissent plus tard, lorsque les valeurs de protéines dans l'urine augmentent considérablement. Protéinurie prononcée et est accompagnée par le développement de nombreux symptômes indésirables.

L'apparition d'un œdème sur le corps est un symptôme lumineux caractéristique qui accompagne cette affection. La gravité de la manifestation de ce symptôme peut être différente. Il augmente généralement à la 38e semaine de grossesse. Les mamans qui portent des bébés se plaignent souvent que, au cours des 3 trimestres, ils ont le visage gonflé.

L'œdème peut survenir dans différentes parties du corps, mais il existe également une localisation «préférée» de l'apparition de cet œdème.

En règle générale, dans la protéinurie rénale, un gonflement apparaît sur le visage.

Très souvent, ils se produisent sous les yeux. Cette particularité est due au fait que dans cette zone, la peau est assez fine et délicate.

Une protéinurie sévère s'accompagne également de l'apparition d'un œdème dans les jambes. Dans ce cas, le bas des jambes gonfle. Gonflement dans cette situation dans la direction ascendante - de bas en haut. Les pieds deviennent plus lâches, ont l'air gonflés. En appuyant sur la peau d'en haut avec le doigt, il reste une petite bosse qui disparaît en quelques secondes.

Certaines pathologies des reins s'accompagnent de l'apparition de douleurs dans la région lombaire. Il est généralement amélioré lorsque vous changez la position du corps ou lorsque vous marchez vite. Une manifestation distinctive des maladies du tractus urinaire - la préservation de la douleur dans le bas du dos, même au repos.

La survenue d'un tel symptôme devrait constituer un motif impératif pour faire une demande d'admission à l'urologue.

L'apparence de protéines dans l'urine des futures mamans se détecte généralement par elles-mêmes. Dans ce cas, ils remarquent que l'urine devient plus trouble. Dans une telle situation, une suspension blanchâtre y apparaît. Habituellement, ce symptôme se manifeste bien en fin de grossesse.

Température corporelle élevée - un symptôme très défavorable, en particulier pendant la période de gestation du futur bébé.

Si ce symptôme clinique est associé à une douleur dans le bas du dos et à une urine trouble, alors, très probablement, il indique la présence d’une aggravation des infections des reins ou des voies urinaires dans le corps de la femme enceinte.

Avec une évolution assez sévère de la pyélonéphrite chronique, la température du corps pendant la grossesse augmente à 38 degrés. Cette condition est extrêmement défavorable et nécessite un traitement urgent. Dans certains cas, en particulier aux derniers stades de la grossesse, la future mère peut être hospitalisée pour éviter le développement de nombreuses conditions dangereuses pour le fœtus.

Causes de la protéine dans l'urine

Le développement de cet état peut entraîner une variété de facteurs de causalité.

Une protéinurie fonctionnelle peut se développer en raison de la courbure existante de la colonne lombaire.

Cette option clinique est aussi appelée lordotique. Il se produit en raison de la présence d'une courbure prononcée dans le bas du dos. Dans certains cas, même la collecte de l’urine en position verticale peut contribuer à la perte de protéines. Pour exclure cela, les médecins recommandent de collecter du matériel pour la séance d'étude. Vous pouvez également collecter de l'urine et mentir.

Ce type de protéinurie orthostatique (verticale) est généralement consigné dans les portions du matin. Si l'analyse est collectée le soir, la protéine peut ne pas apparaître. Généralement, ce type clinique de protéinurie se développe chez les femmes de grande taille et maigres, ainsi que chez les femmes enceintes de moins de 20 ans.

Les médecins notent qu'après un effort physique intense, la quantité de protéines dans l'urine augmente considérablement. Dans les phases ultérieures, l’émergence de cette substance dans les sédiments urinaires peut même conduire les escaliers à plusieurs escaliers. Dans ce cas, pour obtenir un résultat fiable, il est impératif que tout effort physique soit éliminé quelques jours avant le prélèvement d’urine avant de se rendre au laboratoire.

Très souvent, une déshydratation sévère entraîne le développement d'une protéinurie. Cette condition peut se développer en raison de vomissements sévères. Assez souvent, cette pathologie se manifeste chez les femmes enceintes atteintes de toxicose. Cette condition peut survenir immédiatement au cours de plusieurs trimestres de la grossesse. L'apparition de protéines dans l'urine peut être le résultat d'infections virales ou bactériennes. Habituellement, avant l'apparition de ce symptôme chez une femme enceinte malade, la température corporelle augmente fortement. En outre, cette condition peut survenir après une forte hypothermie.

Les médecins notent également un type assez spécifique de protéinurie, appelée stagnation. Il se développe en raison du fait que pendant la grossesse dans l'hémodynamique du bassin commencent à se produire des phénomènes prononcés de la stagnation du sang. Cela est dû à la forte pression de l'utérus sur les organes voisins.

Les erreurs dans le régime alimentaire contribuent assez souvent au fait que de fortes perturbations des processus métaboliques commencent à se développer dans le corps de la femme. Habituellement, la consommation excessive de divers produits protéiques, en particulier d'origine animale, entraîne l'apparition de cette maladie. Si, en recevant des quantités excessives de protéines, une femme enceinte mange également beaucoup d'aliments salés et en conserve, cela entraîne une progression significative de cette maladie.

Dans certains cas, la protéinurie peut se développer dans un certain nombre de maladies des organes du système urinaire. Ces pathologies comprennent l'amylose rénale, la glomérulonéphrite chronique et la pyélonéphrite, ainsi que divers néoplasmes et kystes formés dans le tissu rénal. En outre, de nombreuses maladies auto-immunes entraînent des lésions aux organes du système excréteur. Le lupus érythémateux systémique et la vascularite vasculaire entraînent une insuffisance du débit sanguin rénal, ce qui conduit finalement à une grande quantité de protéines dans les sédiments urinaires.

Les médecins disent que le développement de cet état pathologique peut être précédé par un fort déséquilibre immunologique qui se produit entre la mère et son futur bébé. Une forte inflammation immunitaire contribue au fait que l'œdème apparaît sur le corps de la future maman.

Types de violations émergentes

Les médecins distinguent plusieurs types cliniques de protéinurie pouvant survenir pendant la grossesse. Cette classification aide les médecins à déterminer dans quel cas particulier la prescription du traitement sera nécessaire.

À propos de la protéinurie fonctionnelle

Une perte mineure de protéines dans l'urine est appelée protéinurie fonctionnelle. Cette affection est enregistrée chez la femme enceinte si les valeurs protéiques dans l'urine ne dépassent pas 0,14 g / litre. Cet état indique uniquement les perturbations initiales des processus métaboliques se produisant dans le corps. Ce phénomène est dans la plupart des cas transitoire. Pendant la grossesse, il peut se développer plusieurs fois. L'augmentation des protéines dans les urines est déjà un symptôme extrêmement défavorable, indiquant la progression des troubles métaboliques.

Une variété de causes peuvent conduire au développement de cette condition chez une femme enceinte. Il s'agit notamment des hernies et des nerfs intervertébraux pincés, de la pression croissante dans les uretères (surtout aux trimestres 2 et 3), de l'hypermobilité des reins et de la néphroptose, du stress psycho-émotionnel grave ou de l'intensité de l'activité physique insuffisante. Dans ces cas, vous pouvez vous débarrasser des manifestations indésirables sans l'aide de médicaments.

La correction des troubles développés ne nécessite que le strict respect d'un certain régime alimentaire et la normalisation du régime quotidien.

Le gynécologue, en collaboration avec le thérapeute, élabore un ensemble de recommandations générales qu'une femme enceinte doit suivre à la lettre lorsqu'il porte un bébé.

À propos de la protéinurie pathologique

Les médecins parlent du développement de cette maladie si les protéines dans l'urine atteignent des valeurs de 0,25 à 0,3 g / litre. En règle générale, les exacerbations de maladies chroniques des reins et des voies urinaires conduisent au développement d'un tel état pathologique.

Il arrive souvent que la future mère avant la grossesse ne savait même pas qu'elle souffrait de ces pathologies. De nombreuses maladies du système urinaire pendant une assez longue période sont "muettes" et ne surviennent que lorsque le corps subit un stress accru. Cette période n'est que la grossesse.

Il convient de noter que non seulement les maladies des reins ou des voies urinaires peuvent conduire au développement de cet état pathologique chez une femme enceinte. Les maladies disponibles du système cardiovasculaire et le diabète sucré provoquent également la perte de grandes quantités de protéines dans les urines pendant la grossesse.

Au cours des dernières étapes du développement de cette maladie, il se produit une forte pression de l'utérus sur les vaisseaux sanguins. Dans ce cas, le débit sanguin dans les artères rénales est également altéré. Cela contribue au fait que le filtrage de l'urine est un peu perturbé.

À propos de la protéinurie faux positive

Les médecins excluent cette pathologie lorsque la protéine apparaît dans l'analyse générale de l'urine d'une femme enceinte, mais diverses maladies des reins et des voies urinaires sont absentes. Dans ce cas, ses valeurs ne dépassent généralement pas 0,055 g / litre. Ce ne sont pas les maladies du rein et des voies urinaires qui sont à l'origine de cette affection, mais des violations de l'application des règles d'hygiène personnelle. Un lavage irrégulier du matin et du soir peut aider à garantir que les femmes enceintes ont une petite quantité de protéines dans leur urine.

Pour exclure la protéinurie pathologique, une évaluation obligatoire d'autres indicateurs de l'analyse générale de l'urine est nécessaire. Une augmentation du nombre de leucocytes ou d'érythrocytes sur fond de densité modifiée suggère que des maladies chroniques des reins ou des voies urinaires sont présentes dans le corps d'une femme enceinte. Dans ce cas, il est également nécessaire d'effectuer un semis d'urine pour éliminer la présence de maladies infectieuses. Les femmes victimes de ces violations doivent être obligatoirement inscrites auprès d'un néphrologue ou d'un urologue.

Pourquoi une telle condition peut-elle être dangereuse?

La protéinurie est loin de l'état le plus sûr pendant la grossesse. Son parcours long et prolongé est particulièrement défavorable. Dans ce cas, cette condition peut entraîner le développement d'effets indésirables.

Une de ces conditions, les médecins croient au développement de maladies chroniques des reins et des voies urinaires. En règle générale, les premiers symptômes indésirables de ces pathologies commencent chez les futures mères encore pendant la grossesse, puis avec le temps, ces maladies progressent et peuvent perturber une femme tout au long de sa vie.

La gestose est une autre pathologie dangereuse que les médecins tentent de prévenir chez les patients présentant des signes de protéinurie persistante. La maladie hypertensive ou le diabète sucré chez une femme avant la grossesse peut conduire au développement de cette pathologie. Dans certains cas, la prééclampsie se développe et ne présente pas de maladies antérieures, généralement accompagnée d’une protéinurie massive. Dans ce cas, une femme enceinte peut perdre 5 grammes ou plus de protéines par jour. Un tel processus conduira inévitablement à des troubles métaboliques prononcés. En définitive, cela contribuera au développement chez le futur bébé de signes d’insuffisance du flux sanguin placentaire ou d’apparition possible de troubles du développement intra-utérins.

Les médecins disent que les cas de cette maladie chez les femmes enceintes augmentent chaque année. Dans 5 cas enregistrés, la pathologie est accompagnée de lésions rénales graves, appelées néphropathie. Une évolution sévère de cette pathologie peut même conduire à la mort de la mère ou du fœtus.

Comment réduire les protéines élevées?

La protéinurie sévère est une maladie qui doit être traitée. L’obstétricien-gynécologue et le thérapeute effectuent un tel traitement. Dans certains cas, un néphrologue est également invité à faire des recommandations. Cela se produit principalement dans les cas où une femme enceinte a des maladies des reins et des voies urinaires.

Supprimer les symptômes indésirables peut non seulement avec l'aide de médicaments. Les médecins recommandent aux futures mamans de normaliser d’abord la routine quotidienne. Femmes enceintes présentant des signes de protéinurie persistante, il est recommandé de dormir au moins 8 à 9 heures par jour. Pour améliorer le sommeil, il devrait être ventilé avant le coucher.

Dans la période aiguë de la maladie, les médecins recommandent d’observer le repos au lit. Si la maladie est suffisamment grave, une femme enceinte peut être hospitalisée dans une telle situation. Le mode de correction est effectué progressivement. Toutes les futures mamans ne devraient pas trop travailler. Les sports actifs et les exercices intenses doivent être différés après l'accouchement.

Afin de réduire les poches et la quantité de protéines dans l'urine, un régime alimentaire spécial est utilisé. Elle exclut tous les produits en conserve et marinés.

Aussi limité au sel. Le salage excessif de plats préparés ne fera que contribuer à l'apparition d'un œdème sur le corps.

La pharmacothérapie inclut la nomination de sédatifs et de diurétiques. Euphylline et sulfate de magnésie sont utilisés pour améliorer le flux sanguin rénal. Ces substances sont administrées par voie intraveineuse. Un tel traitement est effectué uniquement à l'hôpital.

Pour réduire les poches, les médecins prescrivent des diurétiques. Ils aident à réduire la quantité de liquide en circulation dans le corps. Généralement, de petites doses de médicaments diurétiques sont utilisées pour obtenir un effet positif. Dans les cas graves, les diurétiques peuvent être administrés par voie parentérale.

Très souvent, la protéinurie s'accompagne de l'apparition d'une hypertension. Dans ce cas, les antihypertenseurs sont utilisés pour normaliser l'hypertension. Leur sélection est effectuée individuellement, en tenant compte des valeurs initiales de la pression artérielle. Ces médicaments sont prescrits par un thérapeute. Si une femme enceinte souffre d'hypertension artérielle accompagnée d'un développement de protéinurie, elle doit alors être dans le dispensaire.

Dans les cas graves, certains agents vasculaires sont utilisés. Leur utilisation prévient également le développement de l'œdème cérébral. Reopoliglyukin et Mannitol font partie de ces remèdes. Ces médicaments sont administrés par voie intraveineuse. Une solution d'albumine ou de plasma à 20% peut également être nécessaire pour améliorer le bien-être général.

Pour améliorer la fonction de filtration des reins, le régime d'alcool est nécessairement limité. Pour ce faire, la future maman ne devrait pas boire plus d'un litre de liquide par jour. Comme boisson, vous pouvez également utiliser une variété de boissons aux baies et aux fruits. Il est important de se rappeler qu’ils ne doivent pas être fortement sucrés avant d’être utilisés. En outre, les médecins recommandent de boire de la dogrose bouillie à la maison.

Si des modifications pathologiques sont survenues du fait de maladies rhumatologiques, un appel obligatoire à un rhumatologue est obligatoire dans ce cas. Le médecin vous prescrira le traitement approprié. Dans certaines situations cliniques, un traitement prolongé est nécessaire. L'apparition de protéines dans l'urine nécessite le traitement obligatoire de la future maman chez le médecin.

Pour la prévention de complications dangereuses, il est impératif de surveiller et d’évaluer l’évolution de cette maladie. Dans ce cas, la future maman devra se rendre un peu plus souvent à la clinique.

Protéines dans l'urine chez la femme enceinte: norme et pathologie (protéinurie). Qu'est-ce que cela signifie et à quel point l'augmentation des protéines dans l'urine pendant la grossesse est-elle dangereuse?

La grossesse est l’un des moments extraordinaires où une femme se prépare à devenir mère. Mais pas tous, et ça coule toujours bien. Toute femme est obligée de prendre de l’urine pour la protéinurie afin d’identifier les pathologies. La norme protéique dans l'urine pendant la grossesse est égale à zéro, mais l'apparition de ses traces n'indique pas nécessairement un écart par rapport à la norme. De tels indicateurs peuvent apparaître après avoir consommé des aliments riches en protéines (fromage cottage, œufs, lait, etc.).

En outre, une protéinurie peut être observée après une maladie infectieuse et une augmentation de la température corporelle chez une femme enceinte. Cet état court ne nécessite pas de traitement et passe tout seul.

Le contenu

  • Causes pathologiques
  • Qu'est-ce que l'apparition de protéines dans l'urine chez les femmes enceintes?
  • Causes physiologiques
  • Borne supérieure de la norme et chiffres admissibles
  • Perte quotidienne de protéines: norme et pathologie. Collecte d'urine quotidienne pendant la grossesse
  • Des traces de protéines dans l'urine: ce que cela signifie
  • Quelle est la protéine élevée dangereuse
  • Les symptômes
  • Comment réduire la protéinurie
  • Traitement
  • Régime alimentaire
  • Que pouvez-vous faire à la maison?

Protéines dans l'urine chez les femmes enceintes: causes

La protéine dans l'urine n'est pas une maladie, mais le plus souvent le résultat du développement du processus pathologique dans le corps. Les protéines ne doivent pas pénétrer dans l'urine, car les reins la filtrent soigneusement. Mais s'il y a une défaillance dans le corps et qu'elle passe du plasma sanguin dans l'urine, il est alors nécessaire de rechercher et d'éliminer les causes possibles de cette affection.

Les protéines dans les urines pendant la grossesse apparaissent pour les raisons suivantes:

  • La pyélonéphrite est un processus inflammatoire des reins qui affecte le système canaliculaire de l'organe.
  • glomérulonéphrite - une maladie rénale caractérisée par une inflammation des glomérules de l'organe (glomérule);
  • la cystite est une maladie inflammatoire de la vessie;
  • néphropathie - dommages à l'appareil glomérulaire, à la transformation du cerveau et à la substance corticale des reins;
  • prééclampsie - une complication terrible, se manifestant par un œdème, une pression artérielle élevée et une protéinurie.

Parfois, si les règles d'hygiène personnelle ne sont pas suivies, d'autres matières biologiques contenant des protéines entrent dans un récipient propre contenant de l'urine. D'où la fausse réaction positive aux protéines. C'est pourquoi la collecte de biomatériau doit être effectuée exclusivement après un lavage en profondeur des organes génitaux dans un récipient en plastique propre. Pendant la gestation, l'excrétion des organes génitaux est accrue. Par conséquent, lors de la collecte de l'urine, l'entrée du vagin est recouverte de coton.

Que signifient les protéines dans l'urine pendant la grossesse?

Une femme en bonne santé qui se prépare à devenir mère ne devrait présenter aucune anomalie dans son corps. Lorsque des pathologies apparaissent, vous devez essayer de vous en débarrasser le plus rapidement possible. La protéinurie parle des nombreuses maladies possibles qui ont un impact négatif sur le corps de la femme et sur le fœtus. Alors, qu'est-ce qui menace un enfant de protéines dans l'urine en fin de grossesse? En effet, pendant le développement de la prééclampsie, la circulation utéro-placentaire en souffre et la transmission de l’oxygène et des nutriments à l’enfant est perturbée. Il en résulte un retard de croissance intra-utérine, une anomalie du développement des organes internes des miettes et de la mortinatalité. Mais pas toujours l’apparence d’une protéine - c’est une situation où vous devez tirer la sonnette d'alarme.

Pourquoi les protéines apparaissent-elles dans l'urine?

Une fois que la femme a pris connaissance de son excellente position, il est nécessaire de s’inscrire à la clinique prénatale le plus tôt possible. Cela devrait être fait avant la 12e semaine de grossesse. En plus d’autres analyses, le médecin rédige une demande d’analyse d’urine dans laquelle sont évalués la densité, la couleur, le milieu, la présence de mucus, de bactéries, de protéines, etc. Une augmentation des protéines urinaires pendant la grossesse peut indiquer les processus physiopathologiques suivants:

  • changements dans les parois des vaisseaux sanguins du filtre glomérulaire, ce qui conduit au fait que la membrane rénale commence à passer de grosses particules, et de protéines, y compris;
  • une modification de la force du flux sanguin dans les reins pour diverses raisons, qui provoque une stagnation du sang dans l'organe, provoquant l'apparition de protéines dans l'urine;
  • changements pathologiques dans les tubules des reins lorsque le mécanisme de la recapture des protéines est perturbé.

Avec un niveau accru de protéines, les résultats de l'analyse servent à réexaminer l'urine, tout en excluant l'effort physique, le stress et les aliments protéinés. À la veille d'une femme, il est nécessaire de bien imbiber les organes génitaux externes et ensuite seulement de recueillir une portion moyenne d'urine. Si l'étude répétée confirme le dépassement de la norme autorisée, il est alors nécessaire de commencer l'examen du système urinaire de la femme enceinte dès que possible afin d'identifier les foyers d'inflammation.

Plus D'Articles Sur Les Reins