Principal Kyste

Quels symptômes peuvent être une douleur dans le bas-ventre chez les hommes?

L'apparition de douleurs abdominales basses chez l'homme est souvent un signe de pathologie. Un problème peut être signalé par l'un des organes du système urogénital, le bas de l'intestin, la prostate. L’autodiagnostic préliminaire aidera à choisir un médecin.

Prostate

Chez les hommes, la prostate est le plus souvent à l'origine des douleurs au bas-ventre. L'organe est situé immédiatement sous la vessie, de sorte que la douleur est ressentie dans la région allant du nombril à l'aine. Peut donner au rectum, à l'intérieur des cuisses, au bas du dos. Des symptômes tels que des mictions fréquentes et douloureuses (souvent difficiles) et des selles molles accompagnées de spasmes peuvent confirmer la suspicion d'une maladie de la prostate.

Prostatite

Le degré et la nature de la douleur dépendent du type de lésion de la glande. Dans la prostatite chronique, la douleur est longue, sourde, tiraillante et peut diminuer périodiquement. Le symptôme augmente avec le remplissage de la vessie, la surchauffe, l'exercice, la consommation d'alcool. Lors des rechutes, la douleur devient souvent tranchante et augmente la nuit.

La prostatite infectieuse aiguë se manifeste par une douleur lancinante dans la région sus-pubienne. La gêne se produit brusquement, augmentant progressivement. Si la douleur est palpable, mais tolérable, et que la température ne dépasse pas les 38 degrés, on parle alors de prostatite catarrhale. Il s'agit d'une forme non compliquée d'inflammation de la glande sans formation d'ulcères. Mais si la douleur devient insupportable et que la température a atteint 39 degrés et plus, il s'agit du signe du début d'un processus purulent. Symptômes supplémentaires typiques:

  • miction douloureusement douloureuse;
  • besoin fréquent de selles, accompagné de crampes, de constipation;
  • l'apparition dans l'urine de filaments purulents et sanguins.

La situation nécessite des soins médicaux immédiats. Il est possible d'arrêter la douleur aiguë avec des médicaments, mais pendant ce temps, un abcès peut s'ouvrir et entraîner de graves conséquences.

Le schéma thérapeutique de la prostatite dépend de la forme de la maladie et de l'âge du patient. Prescrit des médicaments qui régulent les niveaux hormonaux, améliorent la microcirculation sanguine dans le corps et restaurent le tissu glandulaire. L'inflammation aiguë est éliminée par des anti-inflammatoires non stéroïdiens, des antibiotiques.

Adénome

L'adénome entraîne une augmentation chronique de la taille de la prostate et l'apparition de douleurs annulaires dans le bas de l'abdomen (au-dessus du pubis). Leur localisation dépend du sens de croissance d'une tumeur bénigne. Cela peut être la région du rectum, la vessie. Des symptômes supplémentaires sont similaires à la prostatite.

Il est impossible de guérir complètement l'adénome avec des méthodes conservatrices, mais il existe des moyens de freiner sa croissance. Avec un volume tumoral important, il est partiellement ou complètement éliminé par des méthodes chirurgicales peu invasives ou ouvertes.

Bulles de graines

Les vésicules séminales (vésicules) sont situées sur les côtés de la prostate à l'arrière de la vessie. Le canal séminal lie ces glandes aux testicules.

L'inflammation des vésicules séminales (vésiculite) s'accompagne d'une douleur aiguë localisée au-dessus du pubis le long du sillon inguinal. Il y a souvent une douleur dans les testicules. Pendant l'éjaculation, la miction ou la défécation, la douleur augmente considérablement. Il aiguise lors du remplissage de la vessie.

La vésiculite est parfois accompagnée de fièvre, la température monte à 38 degrés. Un écoulement gris nuageux de l'urètre peut apparaître. Sans traitement opportun, il existe un risque de développer des foyers purulents, puis la douleur devient vive, pulsante.

La maladie est capable de prendre une forme chronique, dans laquelle chaque contact sexuel s'accompagne d'une gêne notable dans le bas de l'abdomen. En conséquence, un dysfonctionnement sexuel se développe.

La vésiculite chronique provoque souvent la stérilité.

Le traitement est effectué avec des antibiotiques, des anti-inflammatoires non stéroïdiens. Pendant la période de récupération, une physiothérapie est appliquée, des vitamines sont prescrites. Avec le développement d'un abcès, la glande est enlevée.

Système urinaire

Le système urinaire est sujet aux attaques de microorganismes pathogènes, dont la reproduction et l'activité provoquent un inconfort.

La survenue de douleurs dans le bas de l'abdomen (du nombril à l'aine) peut être due à une inflammation des parois de la vessie (cystite). Symptômes supplémentaires: mictions fréquentes, accompagnées d'un rezami, de faux désirs. Probablement l'apparition de sang dans les urines. Le traitement est effectué avec des antibiotiques et des remèdes à base de plantes (par exemple, Fitolysin). En savoir plus sur les symptômes de la cystite.

La douleur douloureuse dans la région sus-pubienne, dans l'urètre, peut être provoquée par la chlamydia, la gonorrhée, la trichomonase, l'urée-plasmose, l'urétrite spécifique et non spécifique. L'inflammation de l'urètre s'accompagne d'une miction douloureuse, d'un écoulement. L'agent pathogène est déterminé par les résultats des tests, puis par un traitement aux antibiotiques. L'inconfort pendant le traitement aide à soulager les analgésiques.

Urolithiase

Des pierres peuvent se former dans divers organes du système urogénital, mais le plus souvent dans les reins. Sous l'influence d'un certain nombre de facteurs, les pierres commencent à migrer. Au cours de leur avance depuis les reins le long du tiers inférieur de l'uretère, une douleur coupante se forme dans la région de l'aine, qui peut s'étendre jusqu'à la tête du pénis et des testicules. Lorsque la pierre s'arrête, l'attaque de la douleur s'atténue un peu, en même temps il y a une forte envie d'uriner. Si les parois de l'urètre sont endommagées, l'urine est tachée de sang.

Les concrétions dans les reins, même avant la migration, se font sentir avec une douleur tirante, localisée dans la région lombaire.

Des douleurs dans le bas-ventre qui surviennent après un effort physique peuvent être causées par des calculs dans la vessie. Surtout souvent leur formation se produit sur le fond de l'adénome de la prostate. Le principal danger réside dans le blocage de l'urètre, qui se manifeste par une douleur intense liée à des crampes, non seulement au bas de l'abdomen, mais également au bas du dos. Une telle condition nécessite une intervention médicale urgente.

L'enlèvement des grosses pierres se fait par endoscopie ou par une méthode ouverte; on peut essayer de dissoudre les petites pierres avec un médicament ou de les écraser (à l'aide d'ultrasons ou d'un laser).

Testicules

Au cours d'une inflammation des testicules (orchite) et de ses annexes (épididymite), un homme ressent une douleur non seulement directement dans les testicules, mais également dans la région pubienne, le sacrum et le bas du dos. Il y a aussi une faiblesse générale, des nausées, de la fièvre. Les testicules (un ou les deux) augmentent de taille, la peau s'étire et devient rouge. Tout contact provoque une douleur aiguë.

Un retard dans le traitement de l'inflammation des testicules peut entraîner une stérilité irréversible en raison de la destruction de leurs tissus.

Le traitement est effectué avec des antibiotiques ou des médicaments antiviraux (en fonction de la cause de l'inflammation).

L'intestin

Plusieurs secteurs de l'intestin se situent au bas de l'abdomen, les différentes pathologies étant également douloureuses. Les spasmes liés à l'agitation, à l'hypothermie et à une alimentation perturbée sont la cause la plus anodine de la gêne. De tels phénomènes sont rapidement éliminés par l'utilisation d'antispasmodiques, la stimulation de la défécation, parfois juste assez pour s'allonger. Mais dans certains cas, la douleur signale des violations plus graves.

Appendicite

Si une douleur aiguë aiguë apparaît soudainement dans le bas de l'abdomen à droite, une appendicite peut alors se développer (inflammation du processus du cæcum). En se déplaçant, les douleurs s’aggravent et, en position couchée, elles s’atténuent.

  • vomissements;
  • haute température;
  • des vertiges;
  • peau pâle;
  • faiblesse générale.

L'intervention du médecin est nécessaire, sinon une péritonite (inflammation du péritoine) se développera.

Sigmoïdite

Le côlon sigmoïde est situé dans le bas-ventre à gauche. Son inflammation peut être provoquée par une colite ulcéreuse, des infections, une stagnation fécale due à une constipation chronique, une saillie des parois (diverticules) ou une tumeur. Cette zone de l'intestin est mobile, donc une douleur sourde, mais tangible, peut se déplacer du côté gauche de l'abdomen au centre (près du nombril). Si l'inflammation affecte le rectum, on diagnostique une rectosigmoïdite.

Les méthodes de traitement dépendent des raisons: les tumeurs sont enlevées, la constipation est ajustée par des laxatifs, des régimes et des médicaments améliorant la motilité, et les infections sont bloquées par des antibiotiques.

La maladie de Crohn

La maladie est un processus inflammatoire chronique (ulcération, excroissances granulomateuses) qui peut se développer dans n’importe quelle partie du tractus gastro-intestinal. Les jeunes hommes sont le plus souvent atteints et la lésion se limite généralement à l'intestin grêle (des douleurs au bas-ventre surviennent). La pathologie est accompagnée de diarrhée, d'une température sous-fébrile, d'une perte d'appétit critique et d'une faiblesse.

Les causes de la maladie ne sont pas entièrement comprises, le facteur le plus probable est considéré comme un trouble immunitaire. Le traitement est effectué dans le cadre d’un régime strict, d’aminosalicylates, de médicaments corticotropes et d’antibiotiques en cas de complications infectieuses.

Hernie inguinale

Dans certains cas, une hernie inguinale se manifeste par une douleur tiraillante dans la région du pubis et des testicules, qui se manifeste ou augmente au cours de la marche ou d'une autre activité physique.

La violation d'une partie de l'intestin entraînera sa nécrose, elle peut être fatale. Si la douleur a pris une nature coupante, des nausées et des vomissements sont apparus, alors vous devriez immédiatement appeler un médecin.

Tableau récapitulatif

Le tableau présente les causes les plus fréquemment diagnostiquées de douleurs abdominales basses:

Douleur dans la région pubienne

La douleur dans la région pubienne est une douleur due au développement de pathologies du système urogénital, le système musculo-squelettique.

Les causes de la douleur dans le pubis peuvent être très nombreuses et ne sont pas toujours associées à des pathologies du tissu osseux. Avec des pathologies des organes pelviens, la douleur irradie souvent jusqu'au pubis, de sorte que les patients ne sont pas toujours en mesure d'évaluer correctement leur état.

Les causes les plus courantes d'algie comprennent:

  • discordance de la symphyse pubienne pendant la grossesse (surtout au troisième trimestre);
  • complications post-partum;
  • fractures, contusions du bassin;
  • maladie inflammatoire pelvienne;
  • cancer de la prostate, adénome de la prostate;
  • la cystite, l'urétrite;
  • développement anormal des os du bassin.

Méthodes d'élimination

Les sensations douloureuses dans la région de l'os pubien parlent rarement de processus ne nécessitant pas d'intervention médicale qualifiée. Si vous ressentez les premiers symptômes, vous devez immédiatement consulter un médecin. Les experts recommandent des médicaments et une antibiothérapie.

Un cas particulier Patiente Irina Ilovayskaya, 29 ans, deuxième grossesse pour une période de 30 semaines. Plainte d'algues dans la région pubienne, qui augmente après l'exercice. Après avoir été examiné par un obstétricien-gynécologue, une symphysite (inflammation de l'articulation de la symphyse) a été diagnostiquée. Aucune thérapie spécifique n'a été prescrite. Mode d'exercice doux recommandé et un repos plus long.

Douleur dans la région sus-pubienne

La région sus-pubienne est bordée par les régions iliaques droite et gauche, près de la région ombilicale, les régions latérales gauche et droite.

Si les organes abdominaux sont projetés sur la paroi abdominale antérieure, les anses de l’intestin grêle pénètrent dans la région sus-pubienne, la vessie partiellement (à l’état de remplissage).

La douleur dans la région sus-pubienne est le plus souvent causée par des maladies de la vessie. En outre, l'irradiation de la douleur dans les maladies de l'appareil génital féminin. Chez l'homme, la maladie de la prostate peut être la cause de la douleur dans cette région.

Plus souvent du côté de la vessie:

  • Cystite (de toute origine)
  • Tumeurs de la vessie
  • Calculs vésicaux
  • Diverticulite de la vessie

Maladies des organes génitaux féminins:

  • Annexite aiguë
  • Salpengite aiguë
  • Grossesse extra-utérine
  • Jambes de torsion kystes ovariens
  • Endométriose
  • Reflux utérin
  • Douleur ovulatoire

Maladies génitales masculines:

  • Prostatite
  • Les tumeurs de la prostate sont bénignes et malignes
  • HBP

Os pubien douloureux: ce qui est indiqué par un tel symptôme, étendue et traitement de la symphysite

Si l'os pubien fait mal, c'est un signe de dommage inflammatoire ou traumatique. Quelle que soit l'intensité, ce symptôme nécessite un diagnostic minutieux par un traumatologue ou un gynécologue. Ce qui suit décrit pourquoi il y a une douleur dans l'os pubien, les conséquences possibles et les méthodes de traitement.

Causes du symptôme

Chez les hommes, les os du pubis sont très douloureux et entraînent des traumatismes (contusions, fractures ouvertes et fermées). Cela se produit principalement après les accidents de la route lors de la collision d’un piéton avec un moyen de transport important (camion, minibus, tram ou chariot).

Des dommages au pubis se produisent également dans les situations suivantes:

  • en tombant d'une grande hauteur;
  • dans les sports à grande vitesse (courses automobiles, cyclisme, ski);
  • avec la chute habituelle chez les personnes âgées.

Chez les femmes, en plus des blessures, l'apparition de douleurs dans la région pubienne peut déclencher des causes gynécologiques:

  • ramollissement des articulations interosseuses pendant la seconde moitié de la grossesse (syndrome de symphysiolyse);
  • divergence des os pubiens ou leur séparation dans le processus de l'accouchement (symphysite);
  • caractéristiques anatomiques de la structure des organes pelviens.

Quelle est la divergence des os du pubis

Si, après l'accouchement, l'os pubien fait mal, alors, très probablement, il s'agit de manifestations de divergence - une condition dans laquelle l'intégrité de la symphyse est complètement perturbée. Il survient principalement en tant que complication traumatique du travail (rupture) ou en tant que degré extrême de ramollissement de la symphyse pubienne.

Selon la taille de la distance entre les os pubiens, il y a trois degrés:

  • le premier est jusqu'à 10 mm;
  • la seconde est de 10 à 20 mm;
  • le troisième est plus de 20 mm.

Peu importe le degré, cette maladie nécessite une surveillance attentive par un gynécologue.

Douleur pubienne pendant la grossesse

Chez les femmes, la sensation la plus souvent douloureuse dans la région de l'os pubien survient au troisième trimestre de la grossesse. Ceci est dû au ramollissement de l'articulation interosseuse pubienne et à la violation de son intégrité (symphysite). Les caractéristiques suivantes sont caractéristiques du syndrome de la douleur:

  • intensité prononcée, en particulier lors de la marche rapide, des coins pointus du corps, de la montée des escaliers, de la sortie du lit;
  • augmentation de la douleur dans l'après-midi;
  • gonflement dans la symphyse;
  • l'apparition d'un clic lorsque vous appuyez sur l'articulation pubienne;
  • l'impossibilité d'élever les jambes droites redressées en décubitus dorsal;
  • augmentation de la miction;
  • marcher à petits pas ("canard").

Jusqu'à présent, il n'y a pas de réponse convaincante à la question de savoir pourquoi cette pathologie survient précisément chez l'un ou l'autre patient. Dans la pathogenèse du développement de la symphysite, les processus suivants jouent le rôle le plus important:

  1. Au cours de la seconde moitié de la grossesse, la production du corps jaune de l'ovaire et du placenta de l'hormone relaxine augmente. Son rôle physiologique consiste à préparer le corps de la femme à un futur accouchement. Il agit sur l'articulation pubienne en réduisant sa rigidité et son entêtement. Cela permet d'augmenter les dimensions anatomiques du bassin lors de l'accouchement, mais réduit cependant la résistance du bassin aux charges physiques statiques.
  2. Carence en calcium dans le corps d'une femme enceinte, qui augmente pendant la grossesse (en raison de la formation du système musculo-squelettique du fœtus). Les modifications dégénératives (ostéoporose) du tissu osseux contribuent également à ce processus.
  3. Certaines études indiquent qu'une violation de la formation de l'articulation pubienne au cours de la période prénatale ou de l'enfance chez une fille contribue au développement de la symphysite.

Il a été établi que la symphysite n’affecte pas le développement du fœtus, mais le risque de blessure pour les femmes enceintes augmente.

Qui contacter pour la douleur pubienne

Si la douleur dans l'os pubien survient après une blessure (quel que soit le sexe du patient), vous devez contacter un traumatologue. En cas d’impossibilité de se déplacer de manière autonome, l’état général grave du patient - appeler immédiatement une ambulance, qui se rendra dans un centre médical spécialisé.

Si la douleur est apparue chez une femme pendant la grossesse, dans la période post-partum ou lors d'un rapport sexuel, vous devez immédiatement consulter un gynécologue.

Diagnostic de la maladie pendant la grossesse

Dans le diagnostic de la symphysite est d'une grande importance est la collecte de l'anamnèse et des plaintes caractéristiques de la maladie. L'attention est focalisée sur quand et avec quels mouvements le patient ressent l'augmentation de la douleur dans la région pubienne.

Après cela, un examen gynécologique standard est effectué, dans lequel les dimensions du bassin et la localisation du fœtus sont également mesurées. D'après les paramètres de laboratoire, le taux de calcium total et ionisé dans le sang, ainsi que la concentration d'hormones sexuelles (œstrogènes et progestérone), sont importants. Pendant la grossesse, la seule méthode de visualisation est l'examen échographique de l'articulation pubienne et de l'état du fœtus.

En savoir plus sur l'outil, qui n'est pas dans les pharmacies, mais grâce à laquelle de nombreux Russes ont déjà récupéré de la douleur dans les articulations et la colonne vertébrale! Dit un docteur célèbre

Si la divergence se produit au cours de la période post-partum, des méthodes à rayons X sont utilisées, y compris la tomographie par ordinateur (TDM) des os du bassin.

Autres maladies avec douleur dans la région pubienne

Une douleur au-dessus de l'os pubien d'intensité variable peut survenir avec d'autres maladies chez la fille. Par conséquent, il est important que le médecin établisse avec eux un diagnostic différentiel:

  • inflammation des voies urinaires (cystite, urétrite);
  • urolithiase;
  • hernie inguinale contractée;
  • thrombophlébite des veines du bassin féminin;
  • ostéomyélite de l'os pubien;
  • le développement de néoplasmes malins (en particulier chez les patients âgés);
  • pincement ou inflammation du nerf sciatique (sciatique);
  • ostéochondrose ou hernie de la colonne lombaire;
  • conséquences des lésions traumatiques de la région pelvienne.

Méthodes de traitement de la symphysite

Le degré de divergence des os pubiens est déterminé par échographie et, sur cette base, détermine la tactique de prise en charge de la femme enceinte. Lors du premier degré de symphysite (jusqu'à 10 mm), les mesures suivantes sont prescrites:

  • apport régulier de calcium;
  • limitation de l'activité physique (en particulier la marche);
  • dormir sur un matelas orthopédique avec l’effet de "mémoire" des contours du corps;
  • éviter les postures dans lesquelles la femme ressent des sensations douloureuses;
  • bonne nutrition avec l'inclusion de produits laitiers, légumineuses, salades;
  • en l'absence d'autres complications du cours de la grossesse, l'accouchement naturel est montré.

Si la symphyse est enceinte de plus de 10 mm, le port d'un bandage spécial ou d'un corset est montré, ce qui peut renforcer la ceinture pelvienne et réduire la gravité du syndrome douloureux. La section causarienne est la méthode de choix pour l'accouchement chez ces patients. Lorsqu’on exprime le syndrome de la douleur et pour réduire la progression du ramollissement de la symphyse, des anti-inflammatoires non stéroïdiens sont prescrits.

Quelle que soit la gravité de la symphysite, il est conseillé aux patients de faire des exercices physiques spéciaux susceptibles de renforcer les muscles pelviens:

  1. Une femme enceinte est allongée sur le dos, plie les genoux et serre ses talons sur ses fesses. Ensuite, vous devez lentement et soigneusement diluer vos genoux sur les côtés, maintenez-les pendant 15 à 20 secondes et ramenez-les.
  2. En décubitus dorsal, soulevez le bassin à 2-5 cm du sol et essayez de maintenir le corps dans cette position pendant un moment. Les talons sont à une certaine distance du corps (30-40 cm).
  3. Exercice "chat". Position - reposant sur les genoux et les paumes, le dos doit être redressé. Lentement, cambrant le dos et levant la tête. Cela implique les muscles abdominaux et fémoraux.

Lors de la réalisation d'exercices, il est nécessaire de surveiller la douleur. Quand ils apparaissent, vous devez arrêter la leçon.

Traitement de la douleur dans la symphysite

En clinique, des anti-inflammatoires non stéroïdiens sont prescrits pour soulager les douleurs aiguës en cas de symphysite. L'ibuprofène ou le paracétamol sont exclusivement utilisés chez les femmes enceintes, car d'autres médicaments ont un effet toxique prouvé sur le fœtus.

Les pommades ou gels anti-inflammatoires présentent un avantage significatif, car, lorsqu’ils sont appliqués topiquement sur la peau, les molécules des préparations ne pénètrent pas dans la circulation systémique.

Des analgésiques opioïdes synthétiques (fentanyl) ou une anesthésie épidurale sont parfois prescrits pour soulager les douleurs intenses au cours de la période postpartum.

Traitements folkloriques et alternatifs

Les méthodes traditionnelles de traitement de la symphysite ont une faible efficacité. Leur objectif global est un régime riche en calcium. Obtenu la popularité du sésame avec du miel et du fromage de chèvre. Pour réduire la douleur, une solution de Corvalol est également appliquée sur la région pubienne. La procédure peut être répétée 2 à 4 fois par jour.

L'utilisation de la thérapie manuelle s'est généralisée. L'utilisation de méthodes traditionnelles ne peut être qu'un ajout au traitement principal.

Conséquences possibles

En l'absence de traitement adéquat et de traitement tardif chez un spécialiste, la divergence des os du pubis est dangereuse avec les complications suivantes:

  • douleurs sévères au moindre mouvement des membres inférieurs;
  • perte prolongée de la capacité de marcher.

La correction de la divergence de la symphyse de plus de 2 cm après la naissance est souvent réalisée par voie chirurgicale. Ces patients nécessitent une longue période de convalescence avec la participation de réhabilitologues. À l'avenir, elles sont contre-indiquées en cas de nouvelle grossesse en raison du risque de récurrence de la maladie.

Prophylaxie Symphysite

À ce jour, aucune méthode spécifique de prévention de la symphysite n'a été mise au point. Les recommandations suivantes sont données aux femmes enceintes présentant des facteurs de risque (symphysite dans le passé, anomalies de la structure pelvienne, maladies dégénératives des os):

  1. Lors de la planification d'une grossesse, il est souhaitable de perdre du poids en excès.
  2. Se conformer à un régime alimentaire à part entière, qui devrait inclure les verts, le lait, le fromage cottage, le fromage, les yaourts, les types de poisson maigre, la viande, les noix.
  3. À partir du deuxième trimestre de la grossesse, l'administration prophylactique de médicaments à base de calcium et de vitamine B est prescrite aux groupes à risque.
  4. En cas de douleur au niveau du pubis, vous ne devez en aucun cas prendre des analgésiques sans consulter votre médecin, car une partie importante d'entre eux est interdite pendant la grossesse.

Il est également recommandé à toutes les femmes enceintes de suivre les conseils suivants:

  1. Vous passez suffisamment de temps à l'air frais sous l'influence de la lumière directe du soleil. Cela contribue à une production suffisante de vitamine D dans la peau. La recommandation est particulièrement pertinente pour les résidents des régions du nord peu isolées.
  2. Limitez les exercices excessifs, en particulier au troisième trimestre de la grossesse.
  3. Renforcez les muscles de la région pelvienne à l'aide d'exercices spéciaux, de natation et de gymnastique.
  4. Venez régulièrement à l'examen chez le gynécologue.

Douleur dans la région sus-pubienne chez l'homme

La douleur dans la région sus-pubienne chez l'homme peut être causée par une grande variété de pathologies du système urogénital, des organes internes, du système nerveux et du système musculo-squelettique. Parfois, la douleur dans la région sus-pubienne chez les hommes qui souffrent et tire dans la nature peut se chevaucher et se compléter. Ainsi, par exemple, la douleur à l'aine des hommes atteints de hernie inguinale irradie souvent vers la région sus-pubienne et le long de l'abdomen, provoquant ainsi une douleur à plusieurs endroits, rendant difficile la détermination du véritable emplacement de la douleur.

Douleur dans la région sus-pubienne chez les hommes atteints de prostatite

La douleur dans la région sus-pubienne chez l'homme peut provoquer une prostatite aiguë et chronique. Les maladies inflammatoires chroniques de la prostate entraînent l'apparition de douleurs constamment douloureuses dans la région sus-pubienne. Et dans la prostatite aiguë, il existe une douleur périodique aiguë dans la région sus-pubienne chez l'homme. Cela est dû à l'évolution inflammatoire aiguë de la maladie, qui affecte les faisceaux nerveux de la prostate et contribue à l'irradiation de la douleur dans la région sus-pubienne. Cette douleur donne souvent le périnée, l'aine et l'anus.

Douleur dans la région sus-pubienne chez les hommes et adénome de la prostate

Une douleur dans la région sus-pubienne chez les hommes atteints d'adénome de la prostate n'apparaît pas immédiatement, mais au cours du deuxième ou du troisième stade de la maladie. C’est à ces stades qu’une forte compression du canal urinaire et une rétention urinaire aiguë se produisent. L'accumulation d'un grand volume de liquide dans la vessie et la difficulté d'éliminer l'urine résiduelle provoquent d'abord une traction, puis une douleur aiguë de picotement dans la région sus-pubienne chez l'homme. Une pression accrue sur l'urètre provoque la rupture des parois des vaisseaux sanguins et du sang est observé dans l'urine. En même temps, dans le bas de l'abdomen, il y a une sensation de brûlure et des douleurs coupantes. Des sensations désagréables sont observées pendant la miction et avec une poussée accrue. En outre, la douleur dans la région sus-pubienne chez l'homme se manifeste également la nuit.

Douleur dans la région sus-pubienne et adénome de la prostate

La douleur dans la région sus-pubienne peut être un symptôme de l'adénome de la prostate. Le corps élargi appuie sur l'urètre, provoquant un dysfonctionnement du système urinaire. La compression de l'urètre provoque un retard dans l'apparition de la miction, des envies fréquentes d'aller aux toilettes, une incontinence urinaire et une rétention urinaire aiguë. Ces troubles sont caractérisés par une douleur lancinante dans la région sus-pubienne, où se trouve la glande prostatique.

La douleur tirante dans la région sus-pubienne se transforme progressivement en une douleur coupante, avec des picotements et des sensations similaires aux spasmes.

La douleur dans la région sus-pubienne peut être causée par une rétention urinaire aiguë ou par une inflammation des parois de la vessie et de l'urètre. Cependant, il existe une violation de l'intégrité des parois des vaisseaux sanguins et des veines, qui provoque non seulement des douleurs dans la région sus-pubienne, mais également l'apparition de sang dans les urines.

Douleur dans la région sus-pubienne chez l'homme et infertilité

Puisque l'infertilité n'est pas une maladie indépendante, elle ne provoque aucun symptôme. Cependant, un symptôme tel que la douleur dans la région sus-pubienne chez l'homme indique souvent la présence d'un processus inflammatoire chronique dans la prostate - la prostatite chronique. La prostatite chronique, à son tour, peut provoquer le développement de l'infertilité chez l'homme. Il s’agit d’un processus inflammatoire durable, causé par l’action d’un agent pathogène, qui a des effets extrêmement négatifs sur la fonction de reproduction de l’homme. Les résultats des spermogrammes dans la prostatite chronique chez les hommes montrent une diminution de la motilité des spermatozoïdes, de leur nombre ainsi que des anomalies morphologiques des spermatozoïdes. Tout cela fait que les spermatozoïdes deviennent impropres à la fertilisation d'un œuf. Par conséquent, si vous avez une douleur dans la région sus-pubienne, vous devez tout d'abord éliminer la prostatite chronique. Plus tôt la cause de la douleur dans la région sus-pubienne est identifiée, plus l'homme est susceptible de devenir père.

Douleur dans la région sus-pubienne chez les hommes atteints de vésiculite

La douleur dans la région sus-pubienne chez l'homme peut survenir avec de nombreuses maladies du système urogénital. Une de ces maladies est la vésiculite, caractérisée par une inflammation des vésicules séminales. Dans la plupart des cas, la vésiculite est asymptomatique et la douleur survient lors d'un processus inflammatoire long ou assez aigu. Malade avec vésiculite peut presque partout. Un homme peut ressentir une douleur dans la région sus-pubienne (souvent, elle tire et fait mal, sauf en urinant). En urinant, la douleur dans la région sus-pubienne augmente chez l'homme. En plus de la région sus-pubienne, la douleur peut irradier à l'aine, au périnée, au bas du dos et même au sacrum. Mais il ne faut pas se diagnostiquer soi-même, car un seul symptôme ne permet même pas à un médecin expérimenté de déterminer la cause exacte de la douleur et d'autres sensations.

Quels médecins doivent contacter?

  • Urologue;
  • Andrologue;
  • Chirurgien

Vous recherchez des informations sur la santé? Êtes-vous intéressé par des informations détaillées dans cette section de la médecine?
Lisez les promotions en cours ci-dessous:

Douleur abdominale: causes ou pourquoi l'estomac fait mal

La douleur abdominale est un symptôme d'un certain nombre de maladies et de conditions cliniques. De la bonne interprétation de la douleur qui en résulte dépend de la précision du diagnostic et du traitement ultérieur.

C'est pourquoi, en cas de douleur, il convient de les évaluer à l'aide des paramètres suivants:

  • acuité: la douleur a-t-elle été subite ou a-t-elle fait mal pendant longtemps?
  • intensité: douleurs abdominales insupportables, sévères, modérées ou légères?
  • nature de la douleur: comment ça fait mal? Comment pouvez-vous décrire la douleur - crampes, poignard, douleur, localisée ou commune, etc.
  • localisation: où est-ce que ça fait mal?

Les impulsions de douleur provenant des organes internes sont généralement décrites par une personne comme une douleur sourde ou douloureuse sans localisation claire. Une telle douleur (viscérale) est généralement causée par une augmentation de la pression dans les organes creux atteignant 40 à 50 mm de mercure. Lorsque la capsule des organes internes se rompt, la douleur devient vive, intense, intolérable, car les capsules des organes sont bien innervées. Une douleur particulièrement intense se produit lorsque le péritoine est exposé (membrane muqueuse recouvrant la cavité abdominale et de nombreux organes), car elle est remplie de terminaisons nerveuses. Tous les processus aigus accompagnés d'une inflammation du péritoine ou d'une irritation provoquée par des substances agressives (contenu de l'estomac, des intestins, de l'urine, etc.) provoquent une douleur aiguë et une tension marquée des muscles abdominaux («abdomen en pâte»).

Une douleur atroce intense («poignard»), généralement associée à une irritation péritonéale, survient pendant la perforation de l'ulcère, la rupture d'organes internes et la grossesse extra-utérine. La condition, accompagnée d'une telle douleur, s'appelle l'abdomen aigu et est la raison de l'hospitalisation d'urgence pour des raisons de santé.

Des douleurs modérées et prolongées indiquent généralement une évolution chronique ou subaiguë du processus.

Sur les maladies dont les organes et systèmes peuvent indiquer une douleur à l'abdomen

On sait que la douleur dans l'abdomen peut être un symptôme de trouble des systèmes organiques suivants:

  • système digestif;
  • système urinaire;
  • le système de reproduction des hommes et des femmes;
  • système cardiovasculaire;
  • système nerveux central et périphérique;
  • douleur avec inflammation du péritoine;
  • douleur avec troubles métaboliques.

Douleur abdominale: que peut dire la localisation de la douleur

La cause la plus probable de douleur dans le bas-ventre - trouble des organes pelviens: utérus, vessie, rectum.

  • La douleur dans la région sus-pubienne parle très probablement de la pathologie de l'utérus et de la vessie rectale.
  • La douleur dans la région iliaque droite (côté droit dans le bas de l'abdomen) est caractéristique de l'appendicite, de l'inflammation du côté droit de l'ovaire chez la femme et des vésicules séminales chez l'homme.
  • La douleur dans la région iliaque gauche (côté gauche du bas-ventre) suggère un problème d'ovaire gauche (chez les femmes), de vésicules séminales gauches (chez les hommes) ou du côlon sigmoïde.
  • Chez les personnes atteintes de prolapsus rénal, avec leur inflammation, la douleur peut également être localisée dans le bas de l'abdomen, à droite ou à gauche.

Douleur abdominale en tant que symptôme de maladie

On sait que la nature de la douleur dans diverses maladies peut varier considérablement. Ainsi, la douleur dans la péritonite n’est pas du tout la même que dans l’annexite chronique ou la maladie adhésive. Qu'est-ce qui est caractérisé par la douleur dans une maladie particulière?

Maladies gynécologiques

Les douleurs abdominales basses chez les femmes accompagnent souvent les maladies de la sphère sexuelle. Dans quelles conditions pathologiques survient-il?

  • La douleur abdominale survient en violation du cycle menstruel - dysménorrhée, ainsi que des saignements utérins anormaux. En règle générale, une telle douleur est obscure, sourde ou crampante. Sa sévérité est différente. La plupart des douleurs dans le bas-ventre peuvent être décrites comme douloureuses et sourdes. Dans la dysménorrhée, la douleur réapparaît cycliquement de mois en mois, atteignant son maximum après 1-2 jours à compter du début de la menstruation, puis s'atténuant. Lorsque la dysménorrhée a un lien avec les saignements menstruels. Les saignements utérins dysfonctionnels sont également caractérisés par une douleur similaire, mais en plus des voies génitales, il y a une libération de sang en dehors de la menstruation, ou la décharge pendant la menstruation ne s'arrête pas plus de 7 jours.
  • Douleur abdominale basse dans les maladies infectieuses de l'appareil reproducteur de la femme: endométrite, endocervicite, vaginite, annexite (inflammation de l'ovaire), salpingo-oophorite (inflammation des trompes de Fallope). Dans la forme chronique du processus, la douleur est lancinante, d'intensité moyenne ou faible. En cas d'inflammation aiguë, la douleur est généralement sévère et s'accompagne de fièvre, de symptômes d'intoxication générale (maux de tête, douleurs musculaires, faiblesse, faiblesse, etc.).
  • Des douleurs abdominales basses sur la grossesse extra-utérine droite ou gauche surviennent pendant une période de 4 à 8 semaines. En règle générale, des douleurs douloureuses apparaissent qui, avec la progression de la grossesse, peuvent devenir coupantes, crampes, insupportables. Souvent, une grossesse extra-utérine est accompagnée de saignements internes et de saignements au niveau du tractus génital d'une femme (généralement assez maigre, ne correspondant pas à une véritable perte de sang).
  • En cas de kyste ovarien, une douleur sourde de faible intensité peut apparaître, ce que beaucoup de femmes ressentent comme une traction. La douleur est localisée dans le bas de l'abdomen, à droite ou à gauche. Si la douleur change soudainement de caractère: la douleur devient vive, perçante, vous devriez penser à casser le kyste ou à tordre ses jambes. Cette condition est urgente et nécessite une hospitalisation d'urgence.
  • Parfois, des douleurs abdominales inexprimées peuvent survenir lorsque le follicule est brisé et que l'ovule est libéré pendant l'ovulation. Cette douleur se répète de mois en mois et se situe au milieu (14-17 jours) du cycle menstruel.
  • Douleur abdominale dans les tumeurs de l'utérus et des ovaires (voir plus loin Maladies oncologiques).

Maladies de l'appareil reproducteur masculin

  • Une vésiculite - inflammation des vésicules séminales - peut entraîner une douleur dans la région sus-pubienne, qui provoque des lésions à la partie inférieure de la taille et au sacrum. La douleur n'est généralement pas prononcée, pas claire.
  • La prostatite provoque généralement des douleurs à l'aine ou au périnée. Cependant, une inflammation de la prostate peut provoquer une rétention urinaire aiguë et indirectement une douleur abdominale basse.

Troubles du système urinaire

  • Avec une inflammation de la vessie, la douleur survient dans la région sus-pubienne. Il peut être insignifiant ou prononcé. En plus de la douleur, le patient est perturbé par des troubles de la miction - douleur accrue. L'urine est souvent trouble et devient même parfois gris sale ("la couleur de la chair de la viande").
  • Si la douleur des «côtés de l'abdomen» (hypochondre droit ou gauche) ou du bas du dos rejoint les symptômes ci-dessus, vous devez envisager le développement d'une complication de la cystite - une inflammation des reins.
  • De plus, des douleurs abdominales peuvent survenir avec une lithiase urinaire. En règle générale, ces douleurs sont localisées dans l'hypochondrie ou dans les régions iliaques. Une douleur aiguë telle qu'une colique peut indiquer un blocage de l'uretère avec une pierre ou une violation aiguë de l'urine sortant du rein.
  • Une douleur intense dans la région sus-pubienne avec incapacité simultanée d'uriner chez l'homme indique le plus souvent une rétention urinaire aiguë. Habituellement, un adénome de la prostate ou un cancer de la prostate entraîne un tel état ou un blocage de l'urètre avec la pierre ou son entrée dans la vessie.

Maladies du système digestif

Les maladies intestinales donnent le plus souvent des douleurs à l'abdomen. Puisque les intestins sont péristaltiques, la douleur «intestinale» a la nature des spasmes. Si un trouble intestinal a conduit à la douleur, d'autres symptômes sont généralement observés, tels que ballonnements, excès de gaz, violation des selles (constipation ou diarrhée) et nausées. En outre, il existe des symptômes plus spécifiques, que l’on peut deviner de la présence d’une pathologie particulière du tractus gastro-intestinal.

  • Avec l'apparition de selles liquéfiées noires ou de sang dans les selles, il est utile de penser aux saignements gastro-intestinaux.
  • L'absence de dégagement de gaz et de matières fécales indique une obstruction intestinale aiguë. Les deux sont des motifs d'hospitalisation d'urgence et de traitement chirurgical.
  • L'appendicite est une cause fréquente de douleur abdominale. Dans l'appendicite, la douleur apparaît d'abord dans la région ombilicale, puis migre ensuite vers la région iliaque droite (c'est-à-dire qu'elle est localisée dans le bas de l'abdomen, à droite). La nature de la douleur peut ne pas être claire, soit sous la forme de coliques. Outre la douleur, il existe d'autres manifestations, notamment des selles instables, des nausées ou des vomissements.
  • En cas de troubles fonctionnels de l'intestin (comme lorsqu'il n'y a pas de maladie organique, mais que la fonction de l'organe en souffre), par exemple le syndrome du côlon irritable, une douleur peut survenir à n'importe quelle partie de l'abdomen, accompagnée d'une augmentation de la formation de gaz, d'une violation des selles (constipation, diarrhée, apparition de selles liquides ou d'eau). sous forme de grumeaux denses).

Pathologie des vaisseaux abdominaux

  • Dans les maladies des vaisseaux abdominaux - par exemple, lors de la rupture, de la torsion de l’aorte, la douleur est soudaine, très intense (jusqu’à un choc douloureux), pouvant aller de pair avec une perte de conscience. La maladie met la vie en danger et nécessite une hospitalisation immédiate.
  • L'infarctus aigu du myocarde, en particulier si une ischémie est apparue sur la paroi inférieure ou arrière du cœur, peut être caractérisé par l'apparition d'une douleur intense (principalement dans la partie supérieure de l'abdomen), d'une tension des muscles de la paroi abdominale et même de manifestations intestinales (diarrhée, constipation, nausée, vomissements). En plus de ces symptômes, les patients présentent une faiblesse importante, une sueur glacée et collée et un essoufflement peuvent apparaître, et la pression artérielle chuter brusquement jusqu'à leur effondrement. Un infarctus aigu du myocarde présumé est également une cause d'hospitalisation immédiate.

Syndrome métabolique

Des douleurs abdominales, y compris dans ses parties inférieures, peuvent apparaître chez les personnes atteintes de troubles métaboliques graves, par exemple:

  • acidocétose - excès de corps cétoniques dans le sang, complication assez fréquente du diabète sucré décompensé;
  • urémie - accumulation excessive d'urée dans le sang de patients atteints d'insuffisance rénale;
  • intoxication par les métaux lourds;
  • les morsures d'araignées;
  • toxicomanes avec l'abolition des drogues, etc.

Dans les conditions énumérées ci-dessus, une irritation des récepteurs du péritoine avec des composés chimiques agressifs peut survenir, entraînant des douleurs abdominales pouvant être très prononcées.

Douleur abdominale neurogène

Dans les maladies de la colonne vertébrale, les tumeurs cérébrales, l'épilepsie, le zona et d'autres maladies du système nerveux central et périphérique, une douleur neurogène peut survenir.

  • Si la douleur est causée par un spasme musculaire (douleur myofasciale), elle est caractérisée par une sensation de brûlure ou d’éclatement.
  • Les douleurs causées par les maladies de la colonne vertébrale sont mixtes: elles peuvent survenir à la suite d'une surcharge des muscles abdominaux ou se refléter. fait mal à la fois au dos et au ventre. La douleur "rachidienne" peut augmenter avec le mouvement dans la colonne vertébrale, les torsions, la flexion, etc.
  • En plus des lésions de la moelle épinière ou du cerveau (avec tumeurs, réflexe spinale) ainsi que de la douleur, d'autres symptômes neurologiques caractéristiques des lésions de certaines structures cérébrales sont détectés.

Douleur abdominale avec troubles mentaux

Souvent, des douleurs abdominales peuvent survenir chez les personnes déprimées, atteintes de crises de panique, de troubles névrotiques et psychotiques. Le plus souvent, ce type de douleur abdominale survient chez des individus émotionnellement labiles, anxieux ou hypocondriaques.

Autres causes de douleur abdominale basse

La douleur peut survenir pour de nombreuses autres raisons.

  • Les maladies oncologiques de n’importe quel organe du pelvis: vessie, utérus, ovaires, rectum et côlon sigmoïde, les ovaires peuvent également causer des douleurs abdominales. La nature de la douleur dans ce cas dépend du degré de dommage, de l'implication dans le processus des terminaisons nerveuses, des capsules d'organe, du péritoine. Parfois, il est possible de sonder l'éducation de masse dans l'estomac. Les patients cancéreux souffrent souvent de faiblesse non motivée, de fatigue et d’humeur déprimée. Un signe diagnostique important peut également être une augmentation du nombre de ganglions lymphatiques régionaux (inguinaux).
  • Les adhérences pelviennes résultant d'une endométriose, d'un processus inflammatoire ou d'une intervention chirurgicale peuvent également causer de la douleur. Le plus souvent, lors de la formation des adhérences, la douleur est insignifiante ou totalement absente. Cependant, si une partie de l'intestin est impliquée dans l'adhérence, il y a une douleur dans la zone de fusion, qui est de nature crampeuse et est associée aux repas (se produit lors du passage du morceau de nourriture dans cette région de l'intestin). Si une telle douleur apparaît dans la zone de la cicatrice postopératoire, le diagnostic de maladie adhésive est le plus probable.

Je voudrais attirer l’attention des lecteurs sur le fait que les informations présentées dans cet article ne sauraient en aucun cas remplacer une visite chez le médecin. Seul un spécialiste expérimenté ayant une formation médicale supérieure peut poser le bon diagnostic et fournir une assistance rapide.

Quelles sont les douleurs de la cystite chez les femmes et où elles sont localisées

Les inflammations urologiques sont toujours accompagnées de sensations douloureuses. Leur intensité est différente et dépend de nombreux facteurs: la forme du processus, le stade de développement, le seuil de douleur individuel. Mais comment ne pas confondre la douleur de la cystite chez les femmes avec d'autres pathologies?

Localisation et sensations de caractère

Inflammation des voies urinaires Les belles femmes tombent souvent malades. Tout corps ayant subi une attaque infectieuse change sous l'influence de la réponse immunitaire. Apparaît une hyperémie, un gonflement, une douleur. La localisation typique de la douleur dans l'inflammation de la vessie est la région sus-pubienne. Mais il existe des situations non standard de déplacement de sensations et de changements dans l'intensité et la nature de la douleur. Ce peut être:

Spot Cleaner est un appareil spécial pour nettoyer à la maison la peau du visage à la maison. Vu la popularité de cet outil, nous avons décidé de l’offrir à votre attention.

  • tranchant, coupant;
  • tirant;
  • terne, terne;
  • crampes;
  • périodique

La perception dépend en grande partie de la présence d’une mono-inflammation ou de la présence de plusieurs organes dans le processus. Il existe plusieurs zones d'irradiation des sensations douloureuses:

  • le ventre;
  • région lombaire;
  • zone rénale;
  • organes génitaux.

De plus, il est important de séparer la cystite chez la femme des symptômes douloureux d’autres organes, car les manifestations sont souvent non spécifiques.

Manifestations typiques dans l'inflammation de la vessie

Avec la cystite, la douleur abdominale basse est un signe caractéristique d'inflammation. Cela est dû au fait que le tissu gonflé commence à exercer une pression sur les terminaisons nerveuses, provoquant leur irritation. Le foyer de l'inflammation se situe dans le bas de l'abdomen, de sorte que tout le malaise est localisé dans la région sus-pubienne. Beaucoup de femmes notent la similitude avec la douleur du syndrome prémenstruel. Les sentiments sont ternes, entraînant dans la nature, généralement permanents, aggravés par un débordement de la vessie. Lorsque des organes reproducteurs sont impliqués dans le processus, la douleur se déplace vers le côté droit ou gauche de l'abdomen.

Une autre caractéristique de l'inflammation de la vessie est la douleur lors de la miction. La douleur la plus forte accompagne le début et la fin du processus. Il est rejoint par des brûlures et des démangeaisons. La douleur dans la cystite est si grave qu'elle crée la peur de la miction.

Pour soulager la situation avant d'aller chez le médecin, il est conseillé aux femmes d'augmenter leur consommation de liquide. Vous pouvez préparer des frais pour les reins ou des herbes diurétiques, ce qui contribue à la lixiviation des bactéries présentes dans l’organe malade. Beaucoup sont aidés par l'utilisation de chaleur sur la projection de la vessie.

Manifestations atypiques

La cystite se produit souvent dans l'inflammation combinée, puis l'image change. Il existe une situation dans laquelle une personne tombe malade d’une maladie et le syndrome douloureux indique une autre pathologie.

Zone abdominale

Le bas-ventre souffre également d'une cystite d'étiologie non infectieuse. Un sentiment constant, douloureux, dépend fortement de la miction. La localisation principale est la zone située au-dessus du pubis, qui irradie vers les organes génitaux.

Cystite d'étiologie tuberculeuse me fait mal au ventre. La sensation nocturne, qui ne passe pas, est concentrée dans les profondeurs du bassin. Les autres manifestations indiquant une inflammation sont bénignes.

Lorsque les organes voisins sont impliqués dans l'inflammation, les annexites, l'ophorite et d'autres se développent, les sensations se déplacent vers la région iliaque du côté de la lésion. La douleur est permanente, aggravée par la tension musculaire.

Parfois, une femme souffrant d'une maladie chronique, qui est habituée à avoir le bas-ventre lors d'une cystite, ne prête pas attention aux symptômes inquiétants ou se débat avec eux par les méthodes habituelles. En attendant, ce symptôme peut donner un processus vermiforme anormalement localisé, dont l'inflammation est appelée appendicite. La douleur est localisée dans la région située au-dessus du pubis et se distingue par son caractère crampant. Les réflexes sont fréquents. Le bas de l'abdomen peut également faire mal avec une annexe située normalement, mais les symptômes se déplacent vers la région iliaque droite, se manifestent de manière aiguë, paroxystique. Avec cette disposition, la diurèse reste normale.

La même localisation est préservée dans l'inflammation intestinale ou une combinaison de pathologies. L'intensité de la sensation de douleur dans le bas de l'abdomen dépendra des actes de miction et de défécation. En outre, la colite s'accompagne d'une augmentation des gaz, des flatulences et des ballonnements.

Lorsque des douleurs atypiques apparaissent, l'utilisation de la chaleur est interdite, elle ne peut qu'accroître l'inflammation et contribuer à la propagation de l'infection.

Région lombaire

Dans la cystite, l'image symptomatique est déplacée vers le bas de l'abdomen. Le patient prend des médicaments, boit des herbes diurétiques. Et non seulement la douleur ne disparaît pas, mais elle modifie également la localisation. La cystite peut-elle causer des douleurs dans le bas du dos et qu’indique ce changement? La cause peut être une lithiase urinaire. Les manifestations dépendent de l'emplacement et de la taille de la pierre. Lorsque les pierres coralliennes immobiles apparaissent, des sensations sourdes et douloureuses apparaissent dans la zone lombaire, se déplaçant vers les zones iliaques et inguinales pendant le mouvement.

Les petites pierres, qui ont commencé leur mouvement, provoquent une maladie paroxystique. L'état change à mesure que la pierre avance et son irradiation change. En commençant par une douleur dans le bas du dos en cas de cystite, les symptômes se déplacent le long de l'uretère et donnent à la cuisse du côté affecté, à l'aine, aux organes génitaux externes.

Une autre cause d'inconfort est la propagation du processus et sa transition vers les reins. Dommages rénaux infectieux - la pyélonéphrite a souvent une cause bactérienne et devient une complication des modifications pathologiques de la vessie. Les reins provoquent-ils une cystite dans de tels cas? Oui, ça fait mal, car c'est déjà un processus combiné. Une douleur sourde et douloureuse se forme dans la région lombaire. Elle est unilatérale. Dans de rares cas, lorsque les deux reins sont touchés, cela fait mal des deux côtés. Les symptômes peuvent être légers, mais ont le plus souvent une intensité moyenne, parfois des "pousses" dans la région iliaque.

La connexion étroite entre les organes urinaires conduit au fait que lors de l’exacerbation d’une cystite récidivante, la pyélonéphrite chronique devient plus aiguë. Les symptômes d'une seule maladie ajoutent de la douleur aux reins. En cas d'évolution chronique, il est ondulé, de nature douloureuse, augmente avec l'hypothermie ou une violation du régime alimentaire.

Zone rénale

Soudain, le frisson sur le côté et dans la zone des reins indique le début du mouvement des calculs et l'apparition de coliques néphrétiques. La douleur est souvent insupportable, une personne ne peut pas prendre une position confortable. Il y a une irradiation dans l'hypochondre avec le côté affecté, le retour le long de l'uretère dans la région de l'aine. Des sensations de tir vont le long de la cuisse et des organes génitaux. Il y a des mictions fréquentes avec rezya, comme dans la cystite, mais les reins font mal à chaque mouvement, un peu de calme au repos. Sévère douleur lorsqu'on appuie sur la région des reins et dans l'hypochondre de la part de l'organe affecté.

Une lombalgie soudaine accompagnée d'une cystite est un signal d'alarme. Avant la consultation médicale, une femme peut soulager son état en prenant des antispasmodiques: pas de shpa ou de drotavérine, et buvant du liquide en grande quantité tout en maintenant la diurèse.

Une situation où les reins sont douloureux après la guérison de la cystite est très probablement révélatrice d'un processus inflammatoire dans le système de la cupule et du bassin. Dans ce cas, la pyélonéphrite devient une complication de la pathologie de la vessie, mais les symptômes sont lissés grâce au traitement. Cela se produit lorsque l'automédication se fait sans diagnostic adéquat.

Une autre raison, lorsque les reins sont douloureux après la cystite, peut ne pas être associée à un processus inflammatoire - une néoplasie cystique. Cette pathologie est généralement asymptomatique et le processus inflammatoire de la vessie pourrait provoquer sa manifestation. Dans ce cas, le dos et le bas du dos sont affectés.

Zone urogénitale

L'inflammation de la vessie survient rarement en tant qu'infection indépendante. Une lésion secondaire survient le plus souvent lorsque la cystite est une complication des maladies urogénitales. Une douleur au bas du dos peut accompagner une inflammation de l'urètre. Cette maladie se caractérise également par une diurèse douloureuse fréquente accompagnée de boutures et de sécrétions sanglantes.

Les maladies des organes internes de l'appareil reproducteur, tant chez les femmes que chez les hommes, entraînent l'apparition de sensations douloureuses au bas de l'abdomen, à l'aine, au périnée, au rectum et au bas du dos. Des symptômes douloureux surviennent lors de la diurèse et des selles. Avec le développement de tumeurs, il est possible de comprimer les voies urinaires et de stagner les urines, ce qui provoque la reproduction d'une microflore pathogène. Le processus inflammatoire se développe dans la vessie et la cystite blesse le rein. L'inflammation chronique des organes génitaux internes est souvent associée à une altération de la circulation sanguine dans ceux-ci, ce qui provoque l'apparition de foyers d'inflammation. Les douleurs ne sont pas intenses, de nature douloureuse, affectant la région sacrale, le bas du dos, le bas de l'abdomen, la région iliaque.

Comment différencier l'inflammation de la vessie

Malgré toute sa spécificité, les symptômes de la cystite sont similaires à ceux d’autres pathologies du système urogénital. Comment distinguer la maladie, si la douleur est inhabituelle? Considérez les conditions pathologiques et leurs différences par rapport à la cystite.

  1. La cystite allergique ou neurogène a des manifestations caractéristiques de l’inflammation de la vessie: augmentation de la diurèse douloureuse, douleur sourde tirant sur le pubis. L'absence de changement dans l'urine est une caractéristique distinctive.
  2. L'uréthrite est accompagnée de douleurs aiguës et de brûlures pendant la miction. Dans le bas de l'abdomen, la douleur est modérée. Une caractéristique spécifique est la douleur diurétique au début de l'acte et l'uniformité sur toute sa longueur. Il y a des décharges de l'urètre d'une nature différente.
  3. L'urolithiase est caractérisée par une altération de la vidange de la vessie, le développement d'une inflammation non infectieuse. Dans ce contexte, une femme a mal aux reins à la suite d'une cystite, mais il n'y a pas d'infection bactérienne. La différence de douleur dans sa dépendance au mouvement.
  4. Les maladies gynécologiques sont accompagnées de sensations douloureuses dans la région lombaire, aine, périnée. La miction peut être douloureuse, il existe des pertes vaginales d'intensité, de couleur et de structure variables. Contrairement à la cystite, les troubles urinaires sont absents.
  5. Comment distinguer la pyélonéphrite de l'inflammation de la vessie, car souvent avec la cystite, les reins font mal, si la maladie est négligée. La pyélonéphrite est accompagnée d'hyperthermie allant jusqu'à 39 degrés, de nausées et de vomissements. En tapotant sur le bas du dos, le côté affecté dégage une douleur aiguë, ce qui n'est pas le cas pour la cystite.
  6. Les reins font également mal quand il y a un autre processus inflammatoire - la glomérulonéphrite, qui s'accompagne de saignements. Comment le distinguer de la cystite hémorragique: l’urine n’est pas peinte aussi intensément avec une inflammation de la vessie, l’état général de la cystite est rarement affecté.
  7. L'appendicite en position atypique a des symptômes similaires, mais contrairement à la cystite, la douleur est crampes. Violations diureza no.

La douleur de la cystite peut être masquée par d'autres inflammations. Reconnaître la maladie uniquement par les symptômes n’est pas possible, un diagnostic complet est nécessaire. Par conséquent, si vous ne vous sentez pas bien et que vous ressentez les premiers accès de douleur, vous devez immédiatement consulter un médecin.

Plus D'Articles Sur Les Reins