Principal Anatomie

Et si une vessie fait mal?

La vessie est un organe du système urinaire impliqué dans l'accumulation et l'élimination de l'urine. Il est situé directement derrière l'articulation pubienne dans la cavité pelvienne.

Toute gêne, douleur dans la vessie sont des symptômes de maladies des voies urinaires ou des organes adjacents (colonne lombo-sacrée, utérus, ovaires chez la femme, prostate chez l'homme, gros intestin).

Ils peuvent être permanents ou périodiques, intenses ou faibles.

La douleur peut être accompagnée d'un trouble de la miction et peut ne pas être liée à ce processus. Ceci est d'une importance primordiale pour établir le diagnostic correct.

1. Troubles du système urinaire

Les pathologies suivantes peuvent être accompagnées d’inconfort et de douleurs dans la vessie:

  1. 1 Cystite (inflammation de la vessie).
  2. 2 Cystalgie. Le syndrome douloureux est associé à une hypothermie, à une surcharge psycho-émotionnelle, à un style de vie sédentaire, à la menstruation, à la prise d'aliments irritants aigus, à une insuffisance de l'irrigation sanguine et à une innervation de la vessie. Il est plus fréquent chez les femmes et il n'y a pas d'inflammation dans la membrane muqueuse.
  3. 3 urolithiase (calculs rénaux ou vessie).
  4. 4 Pyélonéphrite.
  5. 5 Urétrite (non spécifique ou causée par une infection génitale).
  6. 6 Tumeurs de la vessie, urètre.
  7. 7 lésions traumatiques du tractus urinaire.

2. Douleur dans la cystite

Chez les femmes, la vessie est le plus souvent touchée par une inflammation (cystite).

L'infection pénètre par le haut dans le tractus génital, la région périanale, par la peau du périnée, une inflammation du tractus génital, l'hypothermie, la grossesse et des manipulations médicales peuvent contribuer à sa propagation.

La douleur au-dessus de l'articulation pubienne avec une cystite peut être constante, douloureuse, tiraillante ou pressante, aggravée par le remplissage de la vessie avec de l'urine, à la fin de l'acte de miction.

Ils sont accompagnés de fréquentes incitations, notamment de faux, de fièvre, de céphalées, de nausées, de faiblesses et de malaises généraux. Parfois, l'urine devient trouble, des impuretés et des sédiments y apparaissent, moins souvent du sang.

Avec l'augmentation des symptômes, la douleur et les douleurs au-dessus du pubis sont renforcées, il se produit une sensation de brûlure. Vous pouvez supprimer ces sentiments avec l'aide de No-shpy (drotaverina) et de Kanefron.

Vous ne pouvez pas vous soigner vous-même, vous devriez obtenir un rendez-vous avec le thérapeute dès que possible.

L'infection peut se propager vers le haut et affecter le système cupule-pelvis avec le développement d'une pyélonéphrite.

3. Autres causes de douleur

Les douleurs abdominales peuvent être localisées dans les maladies de l'appareil reproducteur, des intestins, de la colonne lombaire:

  1. 1 Salpingo-oophorite chez la femme (inflammation des trompes de Fallope et des ovaires).
  2. 2 Endométrite.
  3. 3 Endométriose (prolifération pathologique de l'endomètre dans le corps de l'utérus lui-même ou à l'extérieur de celui-ci).
  4. 4 Tumeurs des organes adjacents du petit bassin (cancer de l'utérus, des intestins, du col utérin, des appendices, des métastases dans l'espace de Douglas, des os du bassin et de la colonne vertébrale, des polypes intestinaux).
  5. 5 Maladies inflammatoires du côlon ou de l'intestin grêle (maladie de Crohn, colite ulcéreuse, proctosigmoïdite, hémorroïdes).
  6. 6 Adénome de la prostate chez l'homme, prostatite aiguë.
  7. 7 Grossesse. Il peut s'agir d'une douleur lorsque l'utérus est tendu au début et à la fin d'une grossesse, d'une hypertonie utérine, d'une grossesse extra-utérine, d'une menace d'avortement, d'un polyhydramnios et d'autres pathologies.
  8. 8 Douleur réfléchie au niveau du lombo-sacré (avec hernie discale, fractures par compression), des articulations de la hanche, du pubis.

Dans les maladies des intestins, en plus de la douleur, il y a violation des selles (diarrhée, constipation, décoloration, odeur), flatulences, anorexie, grondements, impuretés dans les selles (pus, sang, mucus).

L'inflammation des organes génitaux chez la femme s'accompagne d'une violation du cycle mensuel, de sécrétions pathologiques du tractus génital, d'une violation de la composition de la microflore dans les frottis, d'un inconfort dans le vagin.

Les néoplasmes malins se manifestent à la fois par des symptômes locaux et des signes communs (perte de poids, fièvre, anémie, augmentation de la RSE et de la protéine C-réactive). La détection d'une tumeur par échographie ou IRM confirme le diagnostic.

L'adénome de la prostate chez l'homme fait penser à des mictions fréquentes, à une insuffisance de vidange due à la rétention urinaire, à un écoulement par petites portions, à un affaiblissement du flux, à une sensation de vidange incomplète. La douleur dans l'adénome donne à l'aine, aux testicules, au périnée.

4. Méthodes de diagnostic

La découverte de la cause des sensations douloureuses commence par une enquête détaillée sur le patient, comprenant les points suivants:

  1. 1 Début de douleur.
  2. 2 La présence de facteurs provoquants.
  3. 3 La dépendance de la douleur à l’heure de la journée, à la prise de nourriture, aux médicaments, à l’effort physique, etc.
  4. 4 Durée et fréquence des attaques, intensité, caractère (traction, douleur, écrasement, coupure).
  5. 5 symptômes supplémentaires.
  6. 6 Maladies concomitantes, blessures, opérations dans l'anamnèse.
  7. 7 Des traitements ont-ils été effectués, ont-ils été efficaces?

L'examen, la palpation de l'abdomen permettent d'établir un diagnostic préliminaire. Il est clarifié à l'aide de méthodes de diagnostic auxiliaires.

Ceux-ci comprennent:

  1. 1 Échographie des organes et structures du petit bassin (avec évaluation du flux sanguin), organes du système génito-urinaire.
  2. 2 IRM ou scanner du bassin, du sacrum et de la colonne lombaire.
  3. 3 Frottis gynécologiques sur la flore, oncocytologie, examen du col de l'utérus et du vagin dans des miroirs.
  4. 4 Analyse biochimique générale et détaillée du sang, analyse de l'urine, comptage de l'urine et analyse de Nechiporenko.
  5. 5 Cystoscopie.
  6. 6 Les hommes ont besoin de TRUS prostate, frottis de l'urètre.

Les patients sont souvent consultés par un gynécologue, un urologue, un gastro-entérologue ou un chirurgien si nécessaire.

5. Où puis-je aller chercher de l'aide?

La plupart des patients se tournent vers le thérapeute pour rechercher la cause de la douleur. Si vous suspectez une pathologie particulière, le médecin peut consulter des spécialistes en fonction du profil: gynécologue, proctologue, urologue, néphrologue, neurologue, gastro-entérologue.

Note! Les femmes enceintes souffrant de douleur dans la région sus-pubienne sont immédiatement soumises à un examen de pathologie obstétrique et urologique!

Puisque la douleur la plus commune dans la vessie survient lorsqu’elle est enflammée, le médecin traitant peut prescrire un traitement antibiotique, des anti-inflammatoires, un régime alimentaire approprié et un régime de consommation. Un traitement complet contre la cystite prend environ 5 à 7 jours.

Lors de la confirmation du diagnostic d'annexite, d'endométrite, de cervicite ou de colpite, le tractus génital est assaini avec des antiseptiques locaux, des antibiotiques et, si nécessaire, des médicaments antibactériens sont administrés par voie orale sous forme de comprimés.

Si les douleurs sont causées par des maladies d'organes adjacents (intestins, prostate, colonne vertébrale, articulations de la hanche), leur traitement est traité par les spécialistes appropriés.

Lorsque la lithiase urinaire, les tumeurs malignes de l'intestin, les organes de reproduction féminins et masculins, une chirurgie de la vessie est nécessaire.

La clé du succès du traitement consiste à traiter rapidement le médecin dès les premiers symptômes désagréables. Vous ne pouvez pas être traité à la maison, prenez des antibiotiques, des herbes et d’autres moyens de la médecine traditionnelle.

Plus le diagnostic est posé tôt et le diagnostic est établi, plus le risque de complications possibles de la maladie est faible.

Quelles sont les causes des mictions fréquentes chez les femmes?

L'envie fréquente d'uriner chez les femmes est l'occasion de consulter un spécialiste, car à première vue, une maladie assez grave peut être déguisée en symptôme anodin.

La miction est le processus d'excrétion de l'urine de la vessie via l'urètre vers l'environnement externe. La quantité de miction chez chaque personne est individuelle et correspond à une moyenne de 3 à 9 fois par jour.

Cela étant dit, nous voulons vous parler des causes des mictions fréquentes chez les femmes, ainsi que des mesures à prendre et de la façon de vous en débarrasser.

Quelle est la miction fréquente?

La formation d'urine se produit dans les reins, qui sont comme un filtre. Régule la formation du système nerveux de l'urine. En 24 heures, 180 litres d'urine primaire se forment dans les reins, composés d'eau, de sels, de sucre, d'acide urique et d'autres substances. Mais le volume quotidien d'urine chez l'adulte n'est que d'un litre et demi. Ceci peut s'expliquer par le fait que l'urine primaire subit une filtration secondaire, dans laquelle l'eau et les substances énumérées ci-dessus sont aspirées dans le sang.

Comme nous l’avons dit, chaque personne a une urine individuelle qui dépend directement de son âge, de son sexe, de son état physiologique, du climat dans lequel il vit et de ses habitudes alimentaires. Mais la norme est considérée comme étant 3-9 mictions par jour, et la miction nocturne ne devrait pas être plus d'une fois.

Si le nombre de mictions par jour est supérieur à 10, ce symptôme s'appelle polyurie. Les mictions fréquentes la nuit (plus d'une fois) en médecine sont appelées nycturie.

Il est également important de noter que chez un adulte en bonne santé, normalement, 200 à 300 ml d'urine doivent être excrétés à la fois.

Avec des mictions fréquentes, la quantité unique d'urine diminue dans la plupart des cas, mais peut aussi être normale, voire même augmenter.

Causes de mictions fréquentes chez les femmes

Les causes de mictions fréquentes peuvent être à la fois des facteurs physiologiques et diverses maladies. Il faut également dire que lorsque les femmes urineront plus fréquemment, en raison de facteurs physiologiques, il n'y aura pas de crampes, de démangeaisons et de brûlures dans l'urètre, de maux de dos, de fièvre, d'impuretés pathologiques dans l'urine, etc.

Considérez pourquoi les mictions fréquentes apparaissent chez les femmes sans douleur ni autres symptômes désagréables.

Mictions fréquentes chez les femmes sans douleur: causes

  • Thérapie diurétique. Lors de la prise de médicaments diurétiques, le nombre de mictions augmente et le volume d'urine à usage unique augmente.
  • La grossesse Plus en détail sur ce facteur, nous parlerons plus loin.
  • Caractéristiques alimentaires. Consommer de grandes quantités d'aliments épicés, de cornichons, de graisses animales et végétales, irrite les récepteurs de la vessie et contribue à une augmentation de la miction.
  • Abus de boissons contenant de la caféine, telles que le thé vert, le café et l'alcool, en particulier la bière.
  • Hypothermie des membres inférieurs. Beaucoup ont probablement remarqué que, lorsqu'ils avaient froid, l'envie d'aller aux toilettes «de façon modérée» devenait de plus en plus fréquente. Ceci peut être considéré comme une réaction normale de la vessie après une hypothermie.
  • Agitation psycho-émotionnelle. Pendant le stress, les cellules du corps souffrent d'insuffisance d'oxygène, l'une des manifestations étant des mictions fréquentes.
  • Mensuel. Avant que la menstruation dans le fluide corporel féminin soit retenue, par conséquent, avec l'arrivée des jours critiques, elle commence à être excrétée dans l'urine, ce qui entraîne une augmentation de la miction.
  • Point culminant. Au cours de la période où la fonction de reproduction de la femme s'estompe, des modifications du métabolisme hormonal et du métabolisme se produisent dans le corps, ce qui contribue à une augmentation de la miction.

Causes pathologiques de mictions fréquentes chez les femmes

Maladie du système urinaire

Les maladies du système urinaire sont la cause la plus fréquente d’augmentation du besoin d’uriner. Considérez ces maladies.

La cystite Cette maladie est caractérisée par une inflammation de la membrane muqueuse de la vessie. Les femmes souffrent de cystite plus souvent que les hommes, car leur urètre est plus court et leur poids, ce qui facilite la pénétration d'agents pathogènes dans la vessie à partir de l'environnement extérieur.

Lorsque la cystite fait mal au bas-ventre, les mictions deviennent plus fréquentes et s'accompagnent de coupures et de brûlures. De plus, après être allée aux toilettes, la femme ressent une sensation de vidange incomplète de la vessie et d’impulsion d’uriner. En outre, il peut y avoir une incontinence urinaire et l'apparition d'impuretés pathologiques, d'où il devient trouble.

Urethrite. L'uréthrite est appelée inflammation du canal urinaire, causée par divers agents pathogènes.

La miction dans l'urétrite augmente, accompagnée de démangeaisons, de douleurs et de brûlures dans l'urètre.

Pyélonéphrite. Cette maladie est une inflammation du système de la cupule rénale, causée par des agents pathogènes. Le besoin accru d'uriner est caractéristique de l'évolution chronique de la pyélonéphrite. En outre, les femmes ont mal au dos, la température corporelle augmente, des frissons et l'urine devient trouble en raison du mélange de pus et de sang.

Urolithiase. Des mictions fréquentes avec du sang sont souvent un signe de lithiase urinaire, car les calculs peuvent endommager les muqueuses des voies urinaires et provoquer des douleurs et des saignements. En outre, les symptômes de cette maladie peuvent être une interruption d'un flux d'urine, une douleur dans le bas de l'abdomen et le long du canal urinaire, qui se propagent à l'intérieur de la cuisse et des organes génitaux.

Atony de la vessie. Avec cette maladie, les parois de la vessie ont un ton affaibli. Une atonie de la vessie se manifeste par des mictions fréquentes, dans lesquelles une petite quantité d'urine est excrétée.

Vessie hyperactive. Cette affection est une complication d'autres maladies du système urinaire, dans lesquelles l'activité des récepteurs nerveux des parois de la vessie augmente, ce qui se manifeste par des mictions fréquentes.

Maladies des organes génitaux féminins

Fibromes utérins. Dans les premiers stades de la maladie, seules les irrégularités menstruelles, les douleurs abdominales basses et les métrorragies sont présentes. Une fois que la tumeur a atteint une taille significative, elle commence à comprimer la vessie, ce qui se traduit par un besoin fréquent d'uriner.

Prolapsus de l'utérus. Cette condition entraîne le déplacement de tous les organes situés dans le bassin, en particulier la vessie. Par conséquent, les patients souffrent de règles abondantes, de douleurs dans le bas de l'abdomen, de saignements utérins et de mictions fréquentes et d'incontinence urinaire.

Maladie du système endocrinien

Les mictions fréquentes et abondantes chez les femmes peuvent être causées par des troubles endocriniens, tels que le diabète sucré et le diabète.

Le diabète. Avec cette maladie, le corps manque d'insuline, ce qui entraîne une augmentation du taux de sucre dans le sang et l'urine. Le glucose est capable de transporter des molécules d'eau sur lui-même. Ainsi, lorsqu'il est activement excrété par l'organisme dans l'urine, il prend de l'eau, ce qui provoque des mictions fréquentes.

Diabète insipide. Cette maladie se caractérise par une soif intense et une augmentation de la diurèse quotidienne due à un dysfonctionnement du système hypothalamo-hypophysaire.

Maladies cardiovasculaires

L’apparition de mictions fréquentes dans les maladies du cœur et des vaisseaux sanguins est due au fait que pendant la journée, le liquide s’accumule dans les tissus du corps, lequel est activement excrété la nuit, provoquant une nykturie nocturne.

Miction douloureuse et fréquente chez les femmes: causes

Des mictions fréquentes chez les femmes souffrant de douleurs accompagnées d'autres symptômes désagréables (crampes et brûlures dans l'urètre, maux de dos, apparition de sang et de pus dans les urines, fièvre, faiblesse générale, transpiration excessive, etc.) peuvent indiquer une inflammation des organes. système génito-urinaire.

Le plus souvent, les symptômes ci-dessus sont observés dans des maladies telles que:

Les mictions fréquentes chez les femmes atteintes de maladies sexuellement transmissibles sont dues au fait que les organes du système génital et du système urinaire sont étroitement interconnectés. Par conséquent, un processus infectieux qui se développe dans la vessie ou l'urètre peut se propager aux organes génitaux et inversement. Par exemple, de nombreuses femmes présentent une combinaison d'inflammation de l'urètre et de la muqueuse vaginale.

L'infection peut pénétrer dans les organes génitaux de manière ascendante, c'est-à-dire de l'urètre au vagin et plus loin dans l'utérus et les appendices. Et aussi du vagin au canal urinaire, à la vessie et même aux reins.

Les mictions fréquentes et douloureuses chez les femmes peuvent s'expliquer par l'irritation de la muqueuse vaginale, par exemple en cas de non-respect des règles d'utilisation des tampons hygiéniques.

En outre, les mictions fréquentes après les rapports sexuels sont également associées à une irritation des tissus du vagin. Cette condition est passagère, de sorte que la douleur et la sensation de brûlure chez les femmes disparaissent le lendemain. Mais il convient de noter qu’à ce stade, les mécanismes de protection de la muqueuse irritée sont affaiblis et qu’il existe donc un risque de pénétration de microbes pathogènes dans l’organisme.

Mictions nocturnes fréquentes chez les femmes: causes

Les mictions fréquentes chez les femmes la nuit peuvent aussi être causées par des conditions physiologiques et diverses maladies.

L'apparition de la nycturie nocturne peut être causée par les menstruations, la grossesse et la ménopause.

Parlant de maladies, les mictions nocturnes fréquentes chez les femmes sont le plus souvent un symptôme d'urétrite, de cystite, de diabète sucré et de diabète sucré, d'insuffisance rénale chronique et de maladies du système cardiovasculaire.

Mictions fréquentes et indolores chez la femme enceinte: causes

Pendant la grossesse, une femme peut ressentir de nombreux inconforts, tels que nausées, somnolence, faiblesse générale, maux de dos et mictions fréquentes et indolores, ce qui est la norme.

Pendant la grossesse, le corps de la femme subit une modification du fond hormonal, du métabolisme et de l’augmentation du volume de sang en circulation, ce qui crée une charge supplémentaire sur le système urinaire. Par exemple, le liquide amniotique est mis à jour toutes les 2-3 heures, ce qui ne peut qu'affecter la diurèse d'une femme enceinte.

Mais le facteur le plus important qui provoque des mictions très fréquentes chez les femmes enceintes est l’augmentation de la taille de l’utérus, qui exerce une pression sur la vessie, la faisant vider. Il y a aussi une tendance: plus le terme est long, plus les mictions sont fréquentes. Et pour les femmes enceintes et les mictions nocturnes fréquentes.

En outre, pendant la grossesse peuvent survenir et des problèmes tels que l'écoulement spontané de petites portions d'urine lors de la toux, rire. Mais même cela dans la période d'attente du bébé est considéré comme la norme.

Mictions fréquentes avec la ménopause

Les œstrogènes dans le corps sont responsables non seulement de la possibilité de fécondation de l'œuf, mais également du tonus musculaire du vagin et de l'urètre. Ces hormones favorisent l'apport sanguin actif aux organes du système urogénital, y compris l'urètre. De ce fait, le tonus normal de la membrane musculaire du canal urinaire est maintenu.

Par conséquent, lors de la ménopause chez la femme, des changements hormonaux cardinaux se produisent, dans l'urètre, un affaiblissement du tonus musculaire, qui se manifeste par une augmentation de la miction. De plus, à la ménopause, de nombreuses femmes souffrent d'incontinence urinaire.

Il est également important que les œstrogènes affectent la sécrétion d’immunoglobulines, la sensibilité des récepteurs de la vessie et de l’urètre, lorsqu’ils urinent fréquemment chez les femmes ne présentant pas de cycle menstruel.

À la ménopause, les femmes peuvent se plaindre d'uriner fréquemment la nuit et pendant la journée, d'incontinence urinaire et d'une sensation de débordement de vessie. En outre, après l'extinction de la fonction de reproduction chez la femme, le risque de développement de processus infectieux dans les voies urinaires est considérablement accru. Par conséquent, les femmes atteintes de ce problème n'interféreront pas pour être examinées par un urologue.

Mictions fréquentes chez les femmes: traitement

Le choix des tactiques de traitement avec des mictions fréquentes dépend directement de la raison de son apparition. Considérons les principes de base du traitement.

  • Thérapie antibactérienne. Les médicaments antimicrobiens sont utilisés dans les processus inflammatoires des systèmes urinaire et reproducteur, causés par des microbes pathogènes. Par exemple, dans le cas de la cystite, les médicaments de choix peuvent être le Furamag, la Norfloxacine, la Gentamicine et d’autres, et la pyélonéphrite, la ceftriaxone, l’Amoxiclav, le Metrogil et d’autres.
  • Uroantiseptics. Ce groupe de médicaments comprend la Furadonine, la Furazolidone, l'Uronefron, le Canéphron, l'Urolesan et d'autres médicaments utilisés à la fois pour la cystite et l'urétrite et la pyélonéphrite.
  • Pré- et probiotiques. Étant donné que dans de nombreuses maladies accompagnées de mictions fréquentes, la microflore normale des voies urinaires et génitales se modifie, l’administration de pré- et de probiotiques est un élément essentiel du traitement. Dans ce cas, Laktovit, Linex, Yaourt, Biogaya, Bifiform et d'autres sont très efficaces.
  • Thérapie antispasmodique. Ce type de traitement est indiqué pour la lithiase urinaire, car les calculs irritent les voies urinaires et provoquent leur spasme, qui se manifeste par des douleurs et des mictions fréquentes. Les patients peuvent être assignés à No-Spa, Spazmolgon, Riabal, Drotaverinum et d’autres.
  • Insulinothérapie. Ce type de thérapie est utilisé pour le diabète.
  • Traitement chirurgical. Dans la lithiase urinaire, les tumeurs de l'utérus ou de la vessie, l'atonie de la vessie et d'autres maladies, l'intervention chirurgicale peut constituer le seul traitement efficace.

Traitement des mictions fréquentes chez les femmes remèdes populaires

Les remèdes populaires pour les mictions fréquentes chez les femmes sont efficacement utilisés en complément du traitement principal.

Considérez les traitements folkloriques les plus efficaces pour résoudre ce problème.

  • Bouillon de bore utérin: 10 grammes de plantes séchées versées avec un verre d'eau bouillante et cuites au bain-marie pendant 10 minutes, puis insistez pendant 2-3 heures et filtrez à travers un tamis. Prenez le bouillon devrait être de 15 ml 3-4 fois par jour pendant 12 semaines. Le bouillon de bore utérin aide à normaliser le fond hormonal pendant la ménopause et à éliminer le besoin fréquent d’uriner.
  • Bouillon de hanches: 40 grammes d'églantier haché, versez deux tasses d'eau bouillante et laissez bouillir pendant 15 minutes à feu doux, puis insistez pendant 2-3 heures et filtrez. Buvez 100 ml de médicament avant les repas 3-4 fois par jour.
  • Infusion de feuilles de canneberge: 5 grammes de feuilles de canneberges fraîches ou séchées, versez un verre d’eau bouillante, couvrez d’un couvercle et laissez infuser 15 à 20 minutes. Boire une infusion toute prête et filtrée tout au long de la journée, quelques gorgées d’un mois.
  • Infusion de millefeuille: 7 à 8 grammes d'une plante séchée sont coulés dans de l'eau bouillante et infusés pendant 30 à 40 minutes, puis filtrés et boir 50 ml 3-4 fois par jour avant les repas. C'est important! Les médicaments préparés à base de feuilles d’airelle, de rose canine et d’achillée millefeuille éliminent efficacement l’inflammation de la vessie et de l’urètre.
  • Infusion de soie de maïs: 10 grammes de soie de maïs broyée doivent être versés avec un verre d'eau bouillante, couvrir et insister pendant 15 minutes. L'infusion prête doit filtrer à travers un tamis. Je prends des médicaments à raison de 100 ml deux fois par jour pour la lithiase urinaire.

Soyez attentif à votre santé et écoutez ses signaux, dont l'un est la miction fréquente, car toute pathologie du système urinaire peut affecter la fonction de reproduction de la femme.

Dans cette rubrique, nous avons analysé en détail les causes et les modalités de traitement des mictions fréquentes chez les femmes présentant des remèdes traditionnels et folkloriques. Nous serons heureux si notre article vous apportera des avantages. Nous apprécierions vos commentaires sur ce sujet.

Blessures vésicales et mictions fréquentes

Pourquoi la douleur de la vessie chez les femmes: les principales raisons

Pratiquement toujours, la douleur dans la région de la vessie est associée à une maladie. Les pathologies suivantes sont les plus caractéristiques chez les femmes:

  1. Urolithiase. Les concrétions, se déplaçant à l'intérieur du corps, provoquent des douleurs aiguës, dont l'intensité augmente avec l'activité physique. Les pierres peuvent pénétrer dans l'urètre par la vessie: un changement de localisation s'accompagne d'une détérioration significative du bien-être: une femme ne trouve pas de place pour elle-même et souffre constamment d'une douleur atroce.
  2. La cystite C'est une inflammation de la muqueuse de la vessie, provoquée par une infection. L'organe affecté réagit naturellement à la pathologie qu'il développe, envoyant des signaux de douleur au cerveau. Des sensations désagréables sont également ressenties pendant la miction: de fortes crampes transforment le processus naturel en véritable test.
  3. Inflammation des organes génitaux féminins. Implicite - annexite (lésion des appendices), paramétrite (processus inflammatoire dans le tissu circulatoire), périmétrique (maladie de la paroi externe de l'utérus). En règle générale, la douleur dans ces pathologies est assez aiguë. Souvent, l'infection se déplace des organes génitaux et pénètre dans la vessie, provoquant la cystite déjà mentionnée.
  4. Rupture de la vessie. L'organe lui-même est très élastique. Mais plus il y a d'urine, plus les murs doivent être tendus et plus ils deviennent minces. Si dans un tel état, un organe est frappé, il peut éclater. Cela se produit souvent en cas d'accident, de chute ou de fortes secousses dans un véhicule. Une femme avec une vessie éclatée ressentira une douleur intense et un désir constant d'uriner (bien qu'elle ne puisse pas pisser à cause d'une blessure). Un autre symptôme est le sang de l'urètre.
  5. Tumeur de la vessie. La tumeur peut être à la fois bénigne et maligne. Dans tous les cas, cela provoque une douleur sourde constante dans le bas de l'abdomen. Si la tumeur commence à se désintégrer, l'inconfort deviendra insupportable. Le plus souvent, les tumeurs se développent chez les femmes âgées de 40 à 45 ans.
  6. Paracystite Ce qu'on appelle l'inflammation de la graisse sous-cutanée paravésicale. Les douleurs sont permanentes, mais elles sont floues, ennuyeuses. Il peut y avoir un gonflement, localisé au-dessus du pubis.

Chacune de ces maladies nécessite une visite chez le médecin. Ne faites rien par vous-même: le diagnostic et la thérapie doivent être effectués par un spécialiste.

Douleur vésicale chez les femmes causée par une cystalgie

Le mot "cystalgie" est traduit du grec par "douleur dans la vessie". La particularité de cette condition est la préservation des symptômes typiques de la cystite avec des résultats de test objectivement bons. Il s'avère qu'il n'y a pas d'inflammation, mais il y a toujours de la douleur.

On ne parle pas si souvent de cystalgie, bien qu'elle soit diagnostiquée par 10 à 15% des femmes qui ont eu recours à un urologue. Les caractéristiques de cette condition sont:

  • douleur dans la vessie avec une quantité minimale d'urine accumulée;
  • uriner, ce qui est très difficile voire impossible à supporter;
  • sentiment constant de plénitude de la bulle;
  • douleur s'étendant à la zone périnéale et à la région lombo-sacrée.

En règle générale, les cystalgies sont cachées et s’aggravent en automne et en hiver. La douleur n'est pas très forte, mais constante, souvent sans raison visible. Parmi les principales raisons du développement de la pathologie:

  1. Forte détresse émotionnelle, querelles et stress fréquents.
  2. Mode de vie sédentaire, l'absence du minimum d'activité physique nécessaire.
  3. Insatisfaction sexuelle, peur de l'intimité, pratique de l'interruption d'un rapport sexuel comme méthode de contraception.
  4. Abus de boissons alcoolisées, la prévalence des aliments épicés dans le régime alimentaire.
  5. La présence de maladies gynécologiques, dysfonctionnement ovarien.
  6. Grossesse ou avortement.
  7. Réaction allergique à certains produits (par exemple, chez certains patients, on a observé un gonflement du col de la vessie lors de la consommation de lait).
  8. Changements dans les niveaux hormonaux (particulièrement importants pour les femmes ménopausées).

Si la cystalgie s'est développée sur la base d'expériences nerveuses, on parle alors de cystite psychosomatique. En fait, cette condition peut être attribuée à une variété de névrose.

La vessie de la femme fait mal pendant la grossesse

Porter un enfant est un véritable test pour le corps. La future mère attend beaucoup de surprises en termes de bien-être et l'une d'entre elles est la douleur à la vessie.

Ce phénomène s’explique simplement: avec le développement du fœtus, l’utérus augmente et serre progressivement les organes internes. Dans les premiers stades, cette pression ne fait qu'engendrer un désir plus fréquent d'uriner, mais dans la seconde moitié de la grossesse, les uretères sont pincés et l'irrigation sanguine de la vessie est généralement altérée. Si vous ajoutez à cette image également un changement du fond hormonal, ce qui rend le processus de miction difficile, l'apparition de douleur ne semble pas du tout étrange.

Malgré la relative normalité de l'inconfort de la vessie chez la femme enceinte, une femme ne doit pas ignorer le symptôme. Les processus intervenant dans le corps peuvent provoquer une stagnation de l'urine, ce qui entraînera la reproduction active de bactéries pathogènes. En conséquence, la cystite va se développer.

Vessie de la femme fait mal: traitement

Pour se débarrasser de la douleur, il faut d'abord éliminer leurs causes. Pour ce faire, une femme doit s'adresser à un médecin généraliste, à un urologue et à un gynécologue. Ce n'est qu'après avoir identifié le principal facteur à l'origine de l'inconfort que vous pouvez commencer le traitement.

En règle générale, le patient doit faire:

  • Échographie des organes pelviens;
  • tests d'urine (selon Nechyporenko, général, biochimique);
  • numération globulaire complète;
  • la cystoscopie;
  • frottis sur la flore et autres études que le médecin jugera nécessaires.

Une fois le diagnostic établi, les médicaments appropriés sont prescrits. Par exemple, dans le cas de la cystite, il s’agit d’antibiotiques, de médicaments antiviraux ou antifongiques, ainsi que de produits à base de plantes. Si la douleur est provoquée par une blessure ou une tumeur, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.

En cas de cystalgie, l’accent est mis sur la restauration d’une circulation sanguine normale dans les organes pelviens. Ceci est facilité par l'exercice, les longues marches et les relations sexuelles régulières avec un partenaire régulier.

Si la douleur est difficile à tolérer, vous pouvez prendre des analgésiques. Antispasmodiques bien établis - No-shpa, Droverin, Papaverin. Également autorisé l'utilisation d'Analgin ou d'Aspirine (cette dernière ne peut pas être bue avec du sang dans l'urine).

Aide à arrêter rapidement la douleur causée par la chaleur. Il est nécessaire de remplir une bouteille en plastique opaque avec de l’eau chaude, de l’envelopper avec une serviette et de la fixer à l’aine ou au bas de l’abdomen. Après quelques minutes, la gêne commencera à se résorber.

Toute douleur est un signal d’avertissement que le corps envoie à une femme. Par conséquent, ce symptôme ne peut être ignoré: il vaut mieux prévenir que manquer le stade initial de la maladie.

Caractéristique de la vessie

La fonction principale de l’urée est d’accumuler une certaine quantité d’urine, de manière opportune, pour l’enlever du corps. Tous ces processus sont dus au tissu musculaire, aux récepteurs, aux impulsions envoyées au cerveau par les fibres de la moelle épinière.

Le corps se compose de plusieurs couches - muqueuses, musculaires, propices à la contraction et à l’étirement, y compris le détrusor et le séreux.

La rétention d'urine et la vidange de l'organe se font à l'aide d'une sorte de valvule ou sphincter, qui se détend lorsque l'urine est libérée et se réduit en le maintenant et en l'accumulant.

La chaîne est relativement complexe, accompagnée de diverses réactions au niveau physique, neurologique. Si à un certain stade des échecs surviennent, des signes apparaissent alors qui caractérisent certains processus pathologiques.

Manifestation de la douleur

Un inconfort et une douleur dans le système génito-urinaire peuvent survenir avec une intensité et une fréquence variables. Cela est dû aux différents symptômes des maladies évolutives et des foyers d’occurrence. Les fonctions d'autres organes du système urinaire ou du petit bassin peuvent être altérées et les violations affectent le processus de sevrage de l'urine et s'accompagnent de douleur.

Les spécificités de la douleur chez l'homme et la femme

Comme tous les organes du bassin sont interconnectés, les signes et les symptômes associés à la douleur dans la vessie présentent des différences. Parmi les principaux peuvent être identifiés:

  1. Chez les femmes, outre la douleur directement dans la région de la vessie, l'inconfort de l'utérus, le vagin peut se rejoindre. Cela vient de la structure spéciale des organes pelviens, de la relation entre tous les organes. La douleur de la vessie rejoint souvent les signes accompagnant les maladies inflammatoires gynécologiques des reins.
  2. Chez les hommes, il existe une possibilité de localisation de la douleur dans le pénis, le scrotum, qui effraie parfois les patients, car les symptômes ressemblent à ceux de certaines infections sexuellement transmissibles. L'ajout de sensations désagréables associées à la pathologie de la prostate, l'adénome, est caractéristique.

Outre la douleur spécifique, il existe une liste de symptômes typiques de la maladie de la vessie, diagnostiqués chez les patients, quel que soit leur sexe.

Les principales causes de la douleur

Les causes de la douleur dans la vessie peuvent être nombreuses, à commencer par un processus froid et inflammatoire et se terminant par une lithiase urinaire, oncologie. C'est pourquoi il est important de contacter rapidement un spécialiste, même si les symptômes ne sont pas intenses.

Parmi les maladies les plus courantes, dont les symptômes sont des douleurs dans la vessie, on peut distinguer les suivantes:

La cystite

Violation de l'intégrité de l'épithélium ou de l'organe muqueux. Les inflammations diffèrent par la profondeur de la lésion, la structure et le nombre de lésions. La cystite est classée en fonction des types aigus et chroniques, en fonction de facteurs provoquants.

La pathologie est liée à une infection infectieuse, provoquée de l'extérieur ou "atténuée" par d'autres tissus, de réactions allergiques et de certains autres facteurs provoquants. Comme les symptômes émettent:

  • douleur abdominale basse, y compris intermittente;
  • crampes, sensation de brûlure, inconfort en urinant, surtout au début et à la fin du processus;
  • des envies fréquentes de vider l'urine, mais une petite quantité d'urine est libérée ou l'effet n'est généralement pas concluant;
  • des modifications de la structure de l'urine, des caillots sanguins, du pus, du mucus peuvent apparaître.

Urolithiase

La formation de sable, puis de calculs dans l'urée, est moins fréquente que dans les reins, mais un tel phénomène est néanmoins diagnostiqué. La cristallisation du sel se produit dans l'organe lui-même ou le sable descend des reins. Le processus est initialement asymptomatique, mais après une augmentation de la taille des pierres, certains signes apparaissent dans leur progression, par exemple:

  • douleur abdominale basse, passant parfois dans le bas du dos;
  • mictions fréquentes, avec la promotion de calculs, sortie de sable douloureuse;
  • douleur intense et perçante lorsque l'uretère est bloqué avec une pierre.

Le traitement de la lithiase urinaire se fait par l’utilisation de médicaments qui favorisent l’élimination des fractions solides de la vessie et des reins.

Processus oncologiques

La tumeur se manifeste symptomatiquement déjà au stade de néoplasie élargie, germination profonde dans le tissu. Les types de douleur dans l'urée varient selon le stade de développement et la localisation.

Dans certains cas, les symptômes ressemblent à l'apparition de la cystite, dans d'autres, la douleur survient après un effort physique. Il est difficile d’établir des symptômes de cancer sans ambiguïté et typiques, il est nécessaire de mener des études spéciales, des analyses.

Adénome de la prostate

Une maladie spécifique chez les hommes, dont la manifestation est caractérisée par des problèmes de miction. Se présente sous la forme d'un nodule (bénin), constitué de grappes d'épithélium et d'autres tissus. L’éducation recouvre ou comprime l’urètre, ce qui provoque une excrétion fréquente et parfois douloureuse de l’urine. Douleur tirant dans la région de l'urètre, descendant dans le périnée.

Période de gestation

En période de procréation, l'urée subit une double charge, avec le temps et la compression. Des modifications de l'apport sanguin dans les tissus, un étirement des ligaments pelviens, une compression de l'urine en raison d'une augmentation de l'utérus, ainsi que des douleurs dans les voies urinaires, apparaissent.

Si, au cours de la grossesse, il existe des comorbidités, par exemple une cystite, les symptômes de ces maladies sont ajoutés. Pour réduire la charge urinaire, il est recommandé de porter un pansement. Pour les autres causes de douleur, un traitement approprié est prescrit.

Parametrite

Maladie inflammatoire purulente des tissus entourant la partie de l'utérus. L'infection peut se propager à la vessie, avec des conséquences graves pour tous les organes impliqués. La bulle commence à faire très mal, avec les attaques, il est difficile de faire face sans analgésiques. Habituellement, la situation se présente lors d'avortements chirurgicaux, de nettoyages gynécologiques.

Rupture du mur de bulles

Se produit avec des blessures, des effets physiques sur les organes pelviens. Il peut être diagnostiqué à la fois à l'extérieur et à l'intérieur de la fente péritonéale. Accompagné de douleur intense, manque partiel ou complet de débit urinaire, perte de sang.

Cystalgia

Apport sanguin altéré spécifique et échange lymphatique dans la région pelvienne. Cela conduit à un dysfonctionnement de l'ensemble du système urogénital, bien qu'au stade initial, les analyses d'urine puissent être normales. Le symptôme de douleur pelvienne chronique chez les femmes apparaît pour diverses raisons, car la vessie se manifeste sous la forme:

  • douleur de tiraillement, sensation périodique de douleur dans le bas de l'abdomen;
  • apparition de sensation d'organe surpeuplé;
  • inconfort pendant la miction.

Cystalgia nécessite un diagnostic approfondi, un traitement complet.

Vessie neurogène

Pathologie découlant des défaillances du système nerveux, la relation des impulsions de la moelle épinière, du cerveau. Les problèmes apparaissent sous la forme d'incontinence ou de mictions fréquentes, de dribbles, de pulsions rapides.

En ce qui concerne ces dysfonctionnements, le syndrome de la douleur se forme dans la région de la vessie. La maladie est traitée avec l'utilisation de préparations neurologiques si nécessaire.

Les processus pathologiques ci-dessus ne sont pas les seuls dans lesquels il y a une douleur dans la vessie. Les dysfonctionnements organiques peuvent être différents, il est important de les détecter rapidement et de prendre des mesures de traitement pour éliminer les effets irréversibles sur la santé.

Comment se fait le traitement?

Lorsque des douleurs dans la vessie sont diagnostiquées, un traitement est ensuite appliqué pour éliminer la cause. À cette fin, des analyses d'urine et de sang, ainsi que des études sur le matériel informatique (échographie, urographie, IRM, cystoscopie et autres) sont utilisées.

Chaque cas nécessite un traitement thérapeutique approprié. Souvent, cela inclut l’admission d’agents antibactériens spécialement sélectionnés, car c’est l’infection des tissus qui entraîne l’inflammation, ce qui perturbe le système urogénital.

Selon le tableau clinique, des médicaments d'un spectre d'action différent sont prescrits. Ceux-ci peuvent être de puissants médicaments diurétiques et des calculs de dissolution qui apaisent la normalisation du système nerveux, etc.

Une certaine position dans le traitement des problèmes urologiques prend des infusions et des décoctions d’herbes, des honoraires et des plantes médicinales toutes faites. Ils sont activement utilisés comme moyen de stimuler la production d’urine, anti-inflammatoire, tonique.

Le traitement vise principalement à éliminer le facteur provoquant, mais la nécessité de soulager la douleur est également prise en compte. Pour cela sont affectés:

  1. Antispasmodiques. Les médicaments aident à faire face à la douleur et à réduire la contraction musculaire. Il n'est pas recommandé de le prendre avant le diagnostic principal, car les symptômes peuvent être déformés.
  2. AINS. Moyens avec une capacité anesthésique élevée, dans un court laps de temps réduire les signes d'inflammation. Ne pas appartenir à des médicaments thérapeutiques, ne sont pas recommandés pour une utilisation à long terme.
  3. Diurétiques. Des composants stimulants spéciaux aident à prévenir la stase urinaire, particulièrement nécessaire dans les réactions inflammatoires, lorsque la stagnation urinaire augmente le risque de suppuration.

Le traitement de chaque maladie provoquant des douleurs dans la vessie est effectué selon un programme individuel, désigné exclusivement par un médecin.

Comment prévenir l'apparition de la maladie?

Après la restauration de la fonctionnalité normale de l'urée ou comme avertissement du développement de toute maladie, les règles suivantes doivent être suivies:

  1. Essayez d’ajuster votre régime en évitant les aliments nocifs.
  2. Pour surveiller les mictions régulières, la stagnation de l'urine provoque un certain nombre de pathologies.
  3. Volume suffisant de liquide, en l'absence d'effort physique important, au moins 1,5 à 2 litres par jour.
  4. Une bonne hygiène intime, le contrôle de la protection contre les infections sexuellement transmissibles, ne pas trop refroidir le corps.
  5. Examen préventif périodique réalisé par un néphrologue, un urologue, un gynécologue chez la femme, en particulier avec une prédisposition aux maladies du groupe génito-urinaire.

L'urée est l'un des organes importants du système excréteur - une violation de son travail affecte tout le corps. Ignorer les symptômes de dysfonctionnement, se manifestant sous la forme de douleurs diverses, ne devrait pas être catégorique, car les conséquences peuvent être graves.

Si vous avez une gêne au bas-ventre, des problèmes de miction, consultez un médecin généraliste ou prenez immédiatement rendez-vous avec un urologue. Pour les femmes, une visite chez un gynécologue peut être recommandée. Il est préférable de résoudre le problème au début, ce qui augmentera les chances de réussite de la reprise et réduira le risque de conséquences négatives.

Quels sont les symptômes de la cystite chez les femmes et les hommes

Absolument tout le monde est sujet à la maladie, peu importe son âge ou son sexe. Mais diagnostiquez plus souvent la cystite féminine que masculine. Cela est dû aux caractéristiques anatomiques de la structure du système génito-urinaire. Les femmes âgées de 20 à 45 ans sont plus susceptibles de développer une cystite. La forme aiguë de la maladie ne peut pas apparaître plus d'une fois par an. Vous devez faire très attention aux symptômes d'inflammation de la vessie. Autrement, gagner la forme chronique de la maladie n’est pas si long.

Douleur et douleur en urinant

Ce symptôme est caractéristique de l'inflammation de la vessie. En outre, la maladie se caractérise par de fréquentes visites aux toilettes et l’urine est séparée en petites quantités. Le patient ressent une douleur intense à l'abdomen et au bas du dos et des douleurs pendant la miction. Ils peuvent survenir pendant un aller aux toilettes ou après. Soudainement formé douleur vive désagréable et une sensation de brûlure pendant la miction - les premiers signes de la cystite, se produisant dans la forme aiguë. Pour établir le diagnostic, le patient est pris pour l'analyse de l'urine, du sang, effectuer une échographie de la vessie.

Sang et écoulement de cystite

Si votre vessie fait mal et que vous voyez du sang et des écoulements au cours d'une sortie aux toilettes, il s'agit d'un symptôme évident de la cystite hémorragique. Pour la forme aiguë de la maladie, ce symptôme ne survient pas immédiatement. Du début de la maladie à ce stade, cela prend plusieurs heures. Parfois, du sang est présent dans l’urine en une quantité si importante que des caillots de sang s’en forment qui obstruent l’urètre, empêchant ainsi la sortie de l’urine à temps. Pour la forme chronique d'inflammation, les symptômes sont moins prononcés, mais une complication telle qu'une anémie peut survenir. Il se développe dans le contexte d'une perte de sang permanente.

La température

Le symptôme considéré de l'inflammation est observé pas si souvent. L'élévation de la température corporelle ne se produit que dans le cas où la maladie progresse ou est apparue dans le contexte d'un rhume (il est possible d'attraper un canal urinaire froid par une exposition prolongée au froid). Ce symptôme indique que l’infection a commencé à se propager au-delà de l’organe touché, atteignant les voies supérieures. La température augmente avec la forme aiguë de la cystite. Et cela s'accompagne d'une douleur intense dans le bas de l'abdomen. L'inflammation des voies urinaires dans la phase initiale a une température de 37-38 degrés.

Si votre température a atteint le niveau de 37 degrés, aucune action n'est nécessaire. Pour réduire la chaleur ne peut être qu'à 38 degrés et plus. Si vous utilisez immédiatement toutes vos forces pour faire baisser la température, la maladie sera sous-traitée. Ensuite, il ira dans une forme cachée. Dans ce cas, la température restera à 37 degrés. En conséquence, la maladie de la forme aiguë devient chronique.

Sensation de pleine vessie

Pour la cystite aiguë est considérée caractéristique de sa formation soudaine. Cela peut se produire immédiatement après un contact sexuel non protégé, une hypothermie ou un autre facteur provoquant. Le patient se plaint de fréquentes mictions, car il ressent une sensation de vidange incomplète. Dans l'abdomen, il ressent beaucoup de douleur. En outre, plus il est fort, plus une personne va souvent aux toilettes. Cela crée une sensation de vessie pleine.

Si la maladie est grave, le patient ira aux toilettes toutes les 20 à 30 minutes. La douleur à la fin de la miction n'est pas le seul signe de pathologie. Une petite quantité de sang est également excrétée. Ces symptômes peuvent déranger le patient même la nuit. Des sensations douloureuses constantes entraînent une contraction des muscles de l'organe touché et une montée de la pression à l'intérieur de celui-ci. Par conséquent, même une petite quantité d'urine provoque l'envie d'aller aux toilettes, ce qui peut entraîner une incontinence.

Causes de l'inflammation de la vessie

Auparavant, dans la terminologie médicale, il existait une pyélocystite. C'est une maladie inflammatoire qui affecte les reins et la vessie. Aujourd'hui, il n'y a rien de tel. Séparément, pyélite - lésion du bassinet du rein et cystite - inflammation de la vessie. Le développement de la pathologie est souvent influencé par l'infection. Cela peut inclure le staphylocoque, E. coli. Ils peuvent entrer ou sortir. Par conséquent, le processus inflammatoire lui-même ne peut pas se produire. Ici les facteurs suivants influencent:

  • infections résultant de l'ingestion d'Escherichia coli ou de Staphylococcus aureus;
  • Il est possible de refroidir le canal urinaire avec un long séjour dans le froid;
  • régime alimentaire à long terme;
  • situations stressantes;
  • fatigue
  • dommages internes à la vessie.

Chez les femmes, l'inflammation de la vessie est très souvent diagnostiquée au cours des premiers mois de la grossesse. La raison en est que l'organisme de la future maman s'adapte à la nouvelle vie en elle. Il essaie donc de protéger le rejet immunitaire de l'enfant à naître. Pour cette raison, les bactéries qui infectent la vessie obtiennent peu de résistance et causent plus facilement des maladies.

Comment soulager les symptômes de la cystite aiguë

Si vous avez une crise, ne paniquez pas, mais vous devez immédiatement vous calmer. Assurez-vous de porter des chaussettes et des pantalons chauds et de vous allonger sous une couverture. Si la douleur est forte, il est préférable de boire un anesthésique. Faire face aux symptômes d'inflammation de la vessie vous aidera à prendre des comprimés tels que "No-spa", "Papaverine", "Atropine". Si vous vous adressez à des remèdes populaires, la vessie peut être chauffée si vous mettez un coussin chauffant sur votre estomac. Mais il est autorisé à le faire uniquement s'il n'y a pas de saignement dans l'urine.

Une fois l'attaque terminée, vous devrez vous rétablir à l'hôpital pour que le médecin vous prescrive un traitement antibiotique efficace (Levomycetinum, Monural, Furagin). Mais ils ne doivent être pris que sous surveillance médicale. Sinon, il ne sera possible de supprimer que les symptômes de la maladie, mais pas la cause. Au fil du temps, la cystite de la forme aiguë se transforme en une forme chronique. Il faut oublier les plats fumés, salés et acides. Ils vont irriter davantage la membrane muqueuse de l'organe affecté, ce qui ne fera qu'aggraver l'évolution de la maladie.

Raisons

Les raisons du développement de ce tableau clinique sont nombreuses. Celles-ci peuvent être des facteurs physiologiques ou psychologiques.Toutes les causes sont classiquement divisées en deux groupes dominants: les pathologies associées à la pénétration de l'infection et les caractéristiques anatomiques de la structure de la vessie.

Facteurs primaires

Les principaux facteurs à l'origine de la douleur et du besoin fréquent de:

  • lésions infectieuses;
  • maladies inflammatoires;
  • la cystite;
  • inflammation de la vessie;
  • pyélonéphrite;
  • formation de pierre;
  • muscles faibles;
  • maladies gynécologiques;
  • hyperactivité vésicale;
  • maladies endocriniennes.


La cystite est un processus inflammatoire localisé dans la vessie. Elle se caractérise par des sensations de brûlure et des douleurs coupantes pendant la miction Après avoir visité les toilettes, on ressent une sensation de vidange incomplète. Incontinence possible, qui commence par une forte envie.

Urethrite. La douleur et la sensation de brûlure chez la femme sont caractéristiques du développement de cette maladie. Le syndrome de la douleur brûle dans la nature, ce qui s'accompagne de démangeaisons. Le tableau clinique négatif n'affecte guère l'état général de la femme.

Pyélonéphrite. La forme chronique de cette maladie est souvent accompagnée de douleur et de brûlure. La nature sourde de la douleur est localisée dans la région lombaire et peut augmenter pendant la saison froide. Avec le développement de l'exacerbation, on enregistre l'augmentation de la température corporelle, la faiblesse, les nausées et les impuretés du sang dans l'urine.

Urolithiase. Les symptômes négatifs sont caractéristiques des lésions du canal urinaire. Cette maladie est accompagnée par la présence de calcul. L'envie d'uriner peut se développer de manière inattendue, accompagnée d'une douleur dans le bas de l'abdomen. Il y a une faiblesse des parois musculaires. Cette condition est caractérisée par des mictions fréquentes. Ils apparaissent brusquement et la personne est forcée de se rendre immédiatement aux toilettes.

L’hyperactivité vésicale est accompagnée de fréquentes incitations. Les maladies gynécologiques chez les femmes sont souvent accompagnées de ce tableau clinique. Cela est dû à l'omission de l'utérus ou à la présence de formations bénignes.

Les maladies endocriniennes, la présence de diabète sucré sont accompagnées d'une envie fréquente d'uriner. Il existe de nombreuses maladies, il est impossible de diagnostiquer la cause du développement d’un tableau clinique désagréable.

Facteurs secondaires

Avec l'apparition de mictions fréquentes accompagnées de douleur, le risque de développer des maladies inflammatoires est élevé. Les symptômes négatifs peuvent être causés par des infections transmises principalement par contact sexuel. Ceux-ci incluent la chlamydia et la trichomonase. Afin d'éviter le développement de la maladie, il est recommandé d'utiliser des préservatifs, en particulier lorsqu'il s'agit d'un nouveau partenaire sexuel.

La vaginite et la vulvovaginite peuvent entraîner des douleurs, des brûlures et des envies fréquentes. La raison réside souvent dans l'irritation des tissus du vagin. Ceci est affecté par l'utilisation d'un tampon après un rapport sexuel. Dans ce cas, le tableau clinique négatif disparaît de lui-même après quelques jours.

Peut-être le développement sur les parois des processus inflammatoires du vagin causés par des agents infectieux. Si l'état ne s'améliore pas, il est recommandé de consulter un gynécologue.

Les symptômes qui apparaissent ne sont pas la norme, dans la plupart des cas, cela indique le développement d'une maladie grave. Le quitter n'est pas recommandé.

Le développement de la maladie chez l'homme

Chez l'homme, l'apparition de symptômes désagréables est souvent associée à des maladies inflammatoires ou à la pénétration de microorganismes pathogènes.

Dans la plupart des cas, la douleur est caractéristique de maladies telles que:

  • inflammation de la vessie;
  • la chlamydia;
  • inflammation de l'urètre.

Les microorganismes pathogènes provoquent une irritation de la membrane muqueuse, dans ce cas, il est tout simplement impossible d'éviter les envies fréquentes. L'infection peut être localisée à différents endroits et le tableau clinique supplémentaire en dépend.

Les maladies de la prostate, en particulier les adénomes, peuvent provoquer des douleurs et des brûlures chez les hommes. La prostatite survient chez les hommes après 50 ans. Cela est dû à l'inflammation et à l'irritation des récepteurs de la vessie. Cela implique le développement de fausses envies.

Les manifestations cliniques peuvent être associées au diabète sucré et au diabète insipide, à des pics de pression et à des situations de stress. Pour éviter le développement de lésions graves, il est recommandé de se soumettre fréquemment à un examen et de consulter un spécialiste si un inconfort apparaît.

Plus D'Articles Sur Les Reins