Principal Tumeur

Mictions fréquentes chez les enfants: causes, traitement

L'enfant avait des mictions fréquentes (pollakiurie) et, bien sûr, il est alarmant pour les parents: est-ce que l'enfant est tombé malade, et s'il est tombé malade, quoi et comment a-t-il été soigné? En règle générale, les envies fréquentes d'aller aux toilettes «de petite manière» sont associées à des maladies des reins et de la vessie. Cependant, ce ne sont pas toutes les causes des modifications du rythme de miction chez les enfants.

Premièrement, regardons quelle est la fréquence normale des mictions. Chez les enfants, cet indicateur est étroitement lié à l'âge:

  • les nouveau-nés et les bébés âgés de moins de 6 mois urinent 15 à 25 fois par jour;
  • bébés de 6 à 12 mois - 15 à 17 fois;
  • d'année à 3 ans - environ 10 fois par jour;
  • de 3 à 7 ans - 7 à 9 fois;
  • de 7 à 10 ans - 6-7 fois;
  • plus de 10 ans - 5-7 fois par jour.

Des visites plus fréquentes aux toilettes - une raison de penser à la santé de l'enfant.

La fréquence des mictions dépend de l'âge.

Pollakiurie physiologique

Dans certains cas, les causes des mictions fréquentes peuvent être complètement inoffensives et ne pas être associées à une maladie. Elles indiquent alors la présence d'une pollakiurie physiologique. Pollakiurie physiologique:

  1. Boire de grandes quantités de liquide. L'enfant boit beaucoup et, bien sûr, urine plus souvent. Les mamans et les papas, vous devez faire attention aux raisons de l'augmentation des besoins en liquide. C’est une chose si un enfant a l’habitude depuis l’enfance de boire de l’eau quotidienne (thé, jus de fruits) ou a temporairement soif contre le fond de chaleur (après un effort physique). Mais si votre famille n'a pas l'habitude de boire de l'eau et que l'enfant en fait constamment la demande, elle fait souvent pipi, ce qui peut indiquer la présence d'un diabète (sucre ou non).
  2. Médicament à effet diurétique. Ceux-ci comprennent les diurétiques eux-mêmes (diurétiques - furosémide, etc.) et un certain nombre de médicaments d'autres groupes dans lesquels l'effet diurétique est défavorable (antiémétique - métoclopramide; antiallergique - diphénhydramine, etc.).
  3. Consommer des aliments et des boissons à effet diurétique (thé vert, boissons gazeuses, café, jus de carotte, canneberges et airelles, pastèques, melons, concombres). Certains produits ont un effet diurétique en raison de la teneur en grandes quantités d’eau (concombres, pastèques), tandis que d’autres augmentent la miction en raison de la présence de caféine (la caféine accélère la filtration de l’urine; par conséquent, la quantité d’urine générée par unité de temps augmente et l’urgence est plus forte). Les canneberges et les airelles sont des diurétiques végétaux mous, c’est-à-dire qu’au lieu de ne manger que des baies (et de ne pas boire de boissons aux fruits, de compotes ou de décoctions), les mictions ne deviennent plus fréquentes que très légèrement.
  4. Hypothermie: entraîne un spasme réflexe des vaisseaux rénaux et une filtration accélérée de l’urine, qui s'accompagne de mictions fréquentes. Après réchauffement de l'enfant, la pollakiurie est arrêtée.
  5. Surexcitation et stress: de l'adrénaline se dégage sur le fond, ce qui entraîne simultanément une augmentation de la production d'urine et une plus grande excitabilité de la vessie, ce qui oblige souvent l'enfant à aller aux toilettes, même avec une vessie incomplète (l'enfant urine par petites portions). La condition est temporaire, passe indépendamment après la résolution d'une situation stressante.

La pollakiurie physiologique est totalement inoffensive et ne nécessite pas de traitement: le rythme urinaire revient à la normale immédiatement après l'élimination du facteur adéquat. Cependant, il est souvent difficile de déterminer si des mictions fréquentes sont un état physiologique ou un symptôme d'une maladie.

Signes indiquant la présence de maladies:

  1. Les mictions fréquentes dérangent l'enfant constamment ou très souvent.
  2. La pollakiurie est accompagnée d'autres troubles urinaires (douleur, sensation de brûlure, énurésie, pulsions aiguës, etc.).
  3. L'enfant présente d'autres symptômes (fièvre, transpiration, faiblesse, perte de poids, etc.).

Maladies et états pathologiques caractérisés par des mictions fréquentes:

  1. Pathologie des reins, de la vessie et de l'urètre.
  2. Dysfonctionnement de la vessie neurogène par type d'hyperreflexe.
  3. Pathologie du système endocrinien.
  4. Pathologie du système nerveux central.
  5. Compression de la vessie de l'extérieur.
  6. Névroses et troubles psychosomatiques.

Pathologie des reins, de la vessie et de l'urètre

Cystite - inflammation de la vessie - la cause la plus courante de pollakiurie. On peut facilement suspecter une cystite aiguë en combinant la pollakiurie avec une miction douloureuse et des douleurs dans le bas de l'abdomen. La santé globale est rarement perturbée.

Dans l'urétrite (inflammation de l'urètre), les mictions sont également plus fréquentes et s'accompagnent de coupures sévères, de brûlures au cours de l'acte de miction.

Pour la pyélonéphrite (inflammation du système pyeo-pelvien et des structures du tissu conjonctif d'un ou des deux reins), la pollakiurie est moins fréquente, mais néanmoins observée, en particulier lorsqu'elle est associée à une cystite. Cependant, la pyélonéphrite souffrira de bien-être général, les symptômes d'intoxication sont prononcés: l'enfant est faible, pâle, refuse de manger, il s'inquiète des douleurs abdominales, des nausées et des vomissements, de la fièvre.

Parmi les autres causes moins fréquentes de pollakiurie associées à des lésions aux reins et à la vessie, on peut noter:

  • petit volume de la vessie (dû à une anomalie congénitale ou à la présence d'une tumeur dans la cavité vésicale);
  • glomérulonéphrite;
  • urolithiase;
  • insuffisance rénale chronique;
  • autres maladies héréditaires et acquises des reins (diabète rénal, diabète phosphate, tubulopathies congénitales, etc.).

Dysfonctionnement de la vessie neurogène par type d'hyperreflexe

La vessie hyperreflexe neurogène est une violation des fonctions essentielles de la vessie (collecte, «stockage» de l’urine et vidage rapide), qui se développe généralement en raison d’un retard dans la maturation des centres nerveux qui régulent le fonctionnement de la vessie. Le dysfonctionnement neurogène de type hyperreflexe se manifeste par une pollakiurie persistante, isolée (sans signes d'inflammation des voies urinaires ni de douleurs pendant la miction), qui peut augmenter dans des situations stressantes, sur fond de rhume. En plus de la pollakiurie, on note souvent de l'énurésie et de l'incontinence urinaire.

Pathologie du système endocrinien

La miction fréquente est un symptôme caractéristique de deux maladies complètement différentes portant le même nom: diabète sucré et diabète insipide.

La cause du diabète est une violation du processus normal d'assimilation du glucose, qui n'atteint pas les cellules, mais s'accumule dans le sang. Les principaux signes du diabète dans les premiers stades (quand une augmentation de la glycémie n'a pas encore été révélée par les tests) sont: soif, augmentation de l'appétit et perte de poids, élimination de grandes quantités d'urine et, par conséquent, pollakiurie. En outre, les enfants ont tendance à présenter des lésions cutanées inflammatoires et purulentes (furoncles, folliculites) et des yeux (conjonctivite, blépharite), des démangeaisons cutanées.

Le diabète insipide se développe en violation de la fonction de l'hypothalamus ou de l'hypophyse, qui produisent notamment l'hormone vasopressine. La vasopressine est responsable de la réabsorption de l'eau lors de la filtration du sang par les reins. Avec sa carence, beaucoup d'urine se forme. Le diabète insipide est très rare, mais peut également survenir pendant l’enfance. Les principaux symptômes du diabète insipide sont la soif, la polyurie (grande quantité d’urine) et la pollakiurie concomitante.

Pathologie du système nerveux central

La vidange de la vessie se produit sous l’influence d’impulsions provenant du cerveau et passant par la moelle épinière jusqu’aux terminaisons nerveuses de la vessie. Si la chaîne d'impulsions est rompue, la vessie se vide spontanément au fur et à mesure qu'elle se remplit - les mictions fréquentes se produisent par petites portions et l'incontinence urinaire. Ceci est possible avec des blessures, des tumeurs du cerveau et de la moelle épinière, avec des maladies inflammatoires et dégénératives de la moelle épinière.

Compression de la vessie de l'extérieur

Avec une diminution du volume de la vessie, la nécessité d'une vidange plus fréquente apparaît - une pollakiurie se développe. En plus des anomalies du développement, une compression externe peut entraîner une diminution du volume de la vessie: tumeurs dans le petit bassin, grossesse chez les adolescentes.

Névrose et troubles psychosomatiques

Il a été noté ci-dessus que le stress et la surexcitation chez un enfant provoquent l'apparition d'une pollakiurie physiologique. De même, la pollakiurie se développe en cas de névrose chez l'enfant, de neurasthénie et de divers états psychosomatiques (dystonie végétative-vasculaire, etc.). Contrairement à la pollakiurie physiologique sur le fond du stress - un phénomène temporaire observé pendant 2-4 heures, un maximum de 10 heures, la pollakiurie sur le fond des névroses et des psychosomatiques est constante, bien que ce ne soit peut-être pas aussi prononcé. Et, bien sûr, l'enfant présente d'autres symptômes - nervosité accrue, sautes d'humeur, pleurs ou agressivité, phobies, etc.

Diagnostic (recherche des causes de la pollakiurie)

Si les causes physiologiques de la pollakiurie ont déjà été exclues, alors, en plus d'une enquête et d'un examen médical, une analyse d'urine générale est nécessairement prescrite à l'enfant, ce qui permet d'établir la cause la plus typique d'urination fréquente - la cystite ou la pyélonéphrite.

Selon l'analyse générale de l'urine, d'autres affections rénales (glomérulonéphrite, urolithiase) et diabète peuvent également être suspectées.

En fonction du résultat de l'analyse générale des urines, le médecin prescrit les examens de laboratoire et instrumentaux suivants, ainsi que des consultations avec l'un des spécialistes (le cas échéant):

  • Échantillon Nechiporenko, Addis-Kakovsky (pour inflammation latente dans les voies urinaires);
  • Test de Zimnitsky (pour évaluer la fonction des reins);
  • test sanguin biochimique (pour évaluer la fonction rénale et déterminer le taux de glucose);
  • Échographie des reins et de la vessie (pour la visualisation d'anomalies de la structure, de calculs, de tumeurs, de signes de processus inflammatoires aigus);
  • test de charge avec du glucose (pour détecter un diabète latent);
  • l'étude des hormones sanguines;
  • consultation avec un néphrologue ou endocrinologue, neurologue ou psychiatre, dans certains cas - un neurochirurgien.

En règle générale, ces études permettent de poser un diagnostic suffisamment précis. À l'avenir, d'autres procédures de diagnostic pourraient être nécessaires pour clarifier la nature et la gravité de la maladie (scanner et IRM, urographie excrétrice, etc.).

Traitement

Comme vous pouvez le constater, les causes de la pollakiurie pathologique peuvent être extrêmement graves et nécessitent un traitement qualifié. Parmi ces maladies, peut-être, seules les cystites et les urétrites chez l’enfant peuvent être traitées en ambulatoire, c’est-à-dire à domicile sous la surveillance d’un médecin de la clinique. Toutes les autres causes (pyélonéphrite, diabète sucré nouvellement diagnostiqué, etc.) impliquent un traitement à l'hôpital, où il est possible qu'un examen à part entière de l'enfant et une surveillance continue de son état.

Il est clair que le traitement sera effectué en stricte conformité avec le diagnostic établi, car il est impossible d’arrêter la pollakiurie pathologique sans affecter la maladie sous-jacente. Le choix des médicaments spécifiques n’est effectué que par un médecin et le spectre des médicaments et des mesures thérapeutiques utilisés en pollakiurie est très large:

  • pour l'inflammation des voies urinaires, on utilise des antibiotiques et des uroseptiques;
  • le diabète nécessite une administration constante d'insuline;
  • avec glomérulonéphrite, hormones, cytostatiques, etc.
  • Pour le traitement de la vessie hyperreflexe neurogène, appliquez un complexe de physiothérapie, de médicaments nootropes (picamilon, etc.), d’atropine, de driptan;
  • avec névrose - apaisante;
  • car la pathologie du système nerveux central peut nécessiter une intervention chirurgicale, etc.

Mais la chose la plus importante que les parents doivent savoir est la suivante: les mictions fréquentes sont loin d’être un état anodin, ce qui peut être à l’origine de maladies graves et dangereuses. Si la pollakiurie persiste chez un enfant plus d'une journée ou si elle se produit périodiquement, accompagnée d'autres symptômes douloureux, n'essayez pas de vous diagnostiquer et de vous prescrire un traitement! Consultez votre médecin, car dans certains cas le retard est lourd de détérioration rapide.

Quel médecin contacter

Lorsque la miction augmente chez un enfant, il est nécessaire de consulter un pédiatre. Après l'examen et le diagnostic initial, le médecin pourra établir ou assumer un diagnostic. Dans certains cas, il est nécessaire de consulter un urologue (avec une lésion de la vessie), un néphrologue (avec une maladie rénale), un endocrinologue (avec un diabète), un neurologue (avec une pathologie de la moelle épinière ou du cerveau), un psychiatre (avec des troubles névrotiques). Dans le cas d'une grossesse chez une fille, un obstétricien-gynécologue l'observe, tandis qu'un oncologue traite une tumeur dans un petit bassin lors de processus tumoraux.

Mictions fréquentes chez un enfant: rechercher la cause et éliminer

Le corps de l'enfant dans sa structure anatomique et sa fonctionnalité est très différent de celui d'un adulte. C'est pourquoi il est impossible de tirer des conclusions hâtives sur l'état de santé du bébé en fonction de ses propres sentiments. Les indicateurs qui sont la norme pour un adulte, pour un bébé est déjà une pathologie.

Les parents attentifs doivent être avertis même pas de changements perceptibles, par exemple une miction fréquente chez un enfant. Ce syndrome a été appelé "pollakiurie", il se manifeste souvent lorsque l'état physique ou psychologique du bébé se détériore. Il est donc nécessaire d'analyser la situation et de la comprendre.

Les raisons en sont peut-être les raisons suivantes: temps chaud, utilisation excessive de boissons gazeuses trop sucrées, qui augmentent la soif au lieu de la désaltérer, en injectant des pastèques, des concombres, des melons, des canneberges et des canneberges dans le régime alimentaire. Le suivi de l'état du bébé et la connaissance de certaines normes physiologiques aideront à éviter une anxiété inutile.

Les causes du développement de la pollakiurie chez les jeunes enfants peuvent aller du stress banal à l'apparition d'un processus inflammatoire local ou d'une maladie infectieuse commune. Avant d'aller à l'hôpital, vous devez observer attentivement le comportement du bébé, surtout s'il n'est pas encore capable d'exprimer ses sentiments avec des mots.

Toute information peut être importante: douleur possible dans le bas de l'abdomen, miction régulière, quantité de liquide émise, décoloration, odeur, concentration - toutes ces informations seront nécessaires lors du diagnostic, le médecin se concentrera certainement sur elles.

Normes d'âge

La fréquence des mictions chez les enfants change progressivement avec l'âge, en raison du fait que les reins du nouveau-né ne sont pas complètement développés et que leur maturation dure plusieurs années.

Cet organe est responsable de plusieurs fonctions importantes: maintien de l'équilibre optimal des minéraux et des fluides, excrétion des produits métaboliques, dégradation des composés chimiques (médicaments, par exemple) du système circulatoire, formation de glucose pendant les périodes de jeûne, stabilisation de la pression artérielle.

En raison du stress constant, de la croissance active et du développement des reins, le tableau clinique du travail articulaire de tous les organes et systèmes peut facilement être perturbé par des modifications même mineures.

Habituellement, la fréquence des mictions chez les enfants varie dans les limites spécifiées:

  • Les 5 à 7 premiers jours de la vie, le bébé va uriner environ 4 à 5 fois par jour.
  • Jusqu'à six mois, ces valeurs augmenteront de 15 à 20 fois.
  • À l'âge de 6 à 12 mois, la fréquence de vidange de la vessie commencera à diminuer jusqu'à 15 fois.
  • De 1 an à 3 ans - le taux de miction 10 fois par jour.
  • De 3 à 6 ans - 6-8 fois.
  • De 6 à 9 ans - 5 à 6 fois.
  • À partir de 9 ans - pas plus de 5 à 6 fois par jour.


De petits écarts par rapport aux normes ne devraient pas être une source de préoccupation. Si tout allait bien hier et qu'aujourd'hui le bébé est souvent aux toilettes, il faut tout d'abord évaluer objectivement les conditions météorologiques et le régime alimentaire. La soif est peut-être causée par la chaleur estivale, les aliments salés ou épicés, un grand nombre de fruits et de baies juteux.

La miction fréquente chez les enfants la nuit peut être causée par la manifestation d'un diabète sucré, d'une lésion de la moelle épinière, de parois de la vessie fragiles. Si le nombre de vidages quotidiens de la vessie a augmenté mais que le processus est indolore, l'enfant dort bien la nuit, la température corporelle est dans les limites normales et aucun symptôme associé ne signifie que l'excitabilité nerveuse est accrue.

Pour confirmer un diagnostic possible, il est nécessaire de consulter le pédiatre et de faire passer de l'urine à des fins de recherche. La pollakiurie stressée est moins dangereuse que les maladies inflammatoires du système urinaire, elle ne nécessite pas toujours de traitement médical. Dans certains cas, il suffit alors de porter plus d'attention au bébé, de l'entourer avec amour et soin.

Causes possibles des mictions fréquentes

Selon les statistiques, l'augmentation de la miction des enfants de moins de 5 ans atteint 20%, ce qui est associé à une longue maturation des organes du système urinaire. Évidemment, la fréquence des mictions dépend de la quantité de liquide consommée.

Plus le liquide pénètre dans le corps, plus il en sortira. Une autre chose est que des changements brusques dans le régime de consommation habituelle peuvent être causés par des troubles résultant du diabète et de certaines autres maladies.


Maladies du système urinaire

Si le bébé ne boit pas plus que d'habitude, mais fait souvent pipi, faites attention à la quantité d'urine. La miction fréquente et douloureuse chez les enfants est un signe certain de problèmes.

S'il y a peu d'urine, mais que l'enfant ressent une gêne et un désir constant de vider sa vessie, il s'agit probablement du stade initial de l'une des maladies inflammatoires - cystite, pyélonéphrite, urétrite. Dans ces cas, on observe souvent des fuites incontrôlables d’urine, en particulier lorsque la paroi abdominale est tendue (éternuements, toux, rire), des douleurs dans la région lombaire, une faiblesse générale, une perte d’appétit et une détérioration de la qualité du sommeil.

Il ne faut pas négliger les baisses soudaines de la température dans la journée, surtout si aucun autre symptôme n'est observé. Une attention particulière doit être portée aux mictions fréquentes chez un nourrisson accompagnées de pleurs, d'une régurgitation après avoir mangé, de vomissements, d'une augmentation des selles ou de la constipation.

Il est nécessaire de consulter de toute urgence un médecin. En guise de traitement, on prescrit généralement des médicaments contenant un certain nombre d'uroseptiques ou d'antibiotiques.

Maladies endocriniennes

Les pathologies du système endocrinien sont souvent la cause du diabète, du sucre et des formes non sucrées. Dans le même temps, le glucose ingéré avec les aliments, au lieu d'être absorbé, s'accumule dans le sang.

Les symptômes les plus fréquents sont une soif constante, une augmentation de l'appétit et une perte de poids simultanée. Les fonctions de protection et de restauration du corps s'affaiblissent et peuvent entraîner des lésions pustuleuses et inflammatoires de la peau (furonculose, folliculite), des yeux (blépharite, conjonctivite).

L'insulinothérapie est utilisée pour traiter la maladie sous-jacente.

Maladies infectieuses

Si l’augmentation de la fréquence des mictions chez l’enfant passe au second plan, comme l'apparition de toux, d'écoulement nasal ou de somnolence, cela indique une forme infectieuse de la maladie. Le traitement est prescrit uniquement après avoir pris des antécédents et dépend des manifestations cliniques de la maladie.

Névrose

Dans des conditions névrotiques et stressantes, il est possible que non seulement les normes quotidiennes d'excrétion de l'urine soient perturbées, mais également nocturnes, jusqu'à l'énurésie. Dans cet état, le taux sanguin d'adrénaline augmente considérablement, ce qui entraîne une augmentation de la quantité de liquide produite par le corps. L'urine est fréquemment excrétée, mais en petites quantités, en raison de l'excitabilité pathologique de la vessie. En savoir plus sur l'énurésie →

Si l'enfant a atteint l'âge de 4 ans et est soudainement incapable de contrôler le processus, s'il n'a pas le temps d'atteindre le pot, il s'agit d'un symptôme frappant d'un conflit interne ou de troubles du développement mental. Après avoir résolu le problème, toutes les apparences disparaîtront. Pour le traitement de la pollakiurie névrotique, des préparations ayant un spectre d’action sédatif sont utilisées, parfois en association avec d’autres méthodes.

L'hypothermie

La miction fréquente chez un enfant peut être due à une hypothermie. Il y a un spasme réflexe des vaisseaux rénaux, une filtration de l'urine et le processus ultérieur de son excrétion du corps est accéléré. Il suffit de réchauffer le bébé pour que toutes les fonctions reviennent à la normale immédiatement et se rétablissent.

Prise de médicaments

L'utilisation de certains médicaments a également pour effet d'augmenter la miction. Tout d’abord, il s’agit de diurétiques, dont la tâche principale est d’éliminer les excès de liquide des organes internes.

Dans d’autres médicaments, l’effet diurétique n’est peut-être pas le principal, mais des effets secondaires, par exemple des médicaments antiémétiques ou antiallergiques. Avant de commencer le traitement, vous devez vous familiariser avec le mode d'emploi, en prêtant une attention particulière aux éventuelles contre-indications et effets secondaires.

Diagnostiquer les causes possibles

Étant donné que les mictions fréquentes chez les enfants peuvent être le signe de divers troubles, il est nécessaire de procéder à un diagnostic approfondi. Le patient devra être affecté à des tests de laboratoire sur les urines (analyse générale, culture de l'urine, collecte de la norme quotidienne), à ​​des échographies de la vessie et des reins, à des radiographies, à une cytoscopie, ainsi qu'à un certain nombre d'autres mesures nécessaires pour établir le diagnostic.

Tout d'abord, vous devrez contacter un pédiatre qui, si nécessaire, orientera le patient vers un rendez-vous avec des spécialistes restreints, en fonction du type de maladie: urologue pour lésions de la vessie, néphrologue pour maladies rénales, endocrinologue pour le diabète, neurologue pour pathologies de la moelle épinière et du cerveau. Ensuite, les spécialistes travailleront en tandem en prescrivant un traitement complémentaire.

Il est impossible de diagnostiquer la maladie de manière indépendante et de prescrire le traitement approprié. Les infections et les maladies inflammatoires qui ne sont pas traitées à temps peuvent rapidement entraîner la destruction partielle des tissus des reins et de la vessie, après quoi leurs fonctions ne peuvent plus être complètement restaurées.

Les diagnostics utilisant des ultrasons ou des rayons X peuvent rapidement mettre en garde contre les anomalies congénitales ou acquises et révéler la présence de processus inflammatoires internes, de tumeurs sous la forme de tumeurs, de sable, de pierres. Si le médecin traitant prescrit un traitement en milieu hospitalier, ne négligez pas ses recommandations. À l’hôpital, il est plus facile de suivre l’état du patient, de comprendre l’efficacité du traitement prescrit, s’il est nécessaire de le compléter ou de changer complètement la tactique.

Prévention

Pour éviter les mictions fréquentes chez un enfant et ses conséquences possibles est assez simple, il vous suffit de:

  • suivre les règles d'hygiène personnelle;
  • éviter l'hypothermie corporelle: nager dans des eaux excessivement froides, s'asseoir sur un sol humide ou froid, avec des pierres, du béton;
  • passer régulièrement un examen de routine chez le pédiatre de district;
  • bien manger.

Dès le plus jeune âge, une alimentation adéquate et le respect du régime de consommation d'alcool jouent un rôle important dans la prévention des troubles de la vessie. L'allaitement maternel à long terme réduit considérablement le risque de dysbiose et renforce l'immunité locale. Le taux d'immunoglobuline A dans l'urine augmente, indiquant un degré élevé de protection du système urinaire contre l'infection.

Pendant la période de croissance active de l'enfant, une alimentation équilibrée, riche en vitamines et minéraux bénéfiques, stimule et soutient activement le système immunitaire, aidant ainsi à protéger le corps contre les influences extérieures provenant de microbes et de bactéries nuisibles.

Les causes des mictions fréquentes chez les enfants peuvent être différentes, il est donc impossible de comprendre sans l’aide d’un spécialiste qualifié. Seul le médecin sait comment collecter les antécédents, comment prescrire un traitement dans chaque cas individuel.

La prise de médicaments (en particulier d'antibiotiques) peut temporairement «faire taire» les symptômes inquiétants, tandis que la maladie continue de nuire à la santé du bébé.

Il faut se rappeler qu'une miction fréquente peut être un signe terrible d'une maladie grave. Nul besoin de risquer la santé du bébé, car plus tôt la maladie sera diagnostiquée, plus tôt et plus efficacement le traitement sera prescrit, et le retard risque d'être trop coûteux.

Auteur: Julianne Fry, médecin
spécifiquement pour Mama66.ru

Mictions fréquentes chez un enfant: que faire et comment traiter?

Les mictions fréquentes chez un enfant ne sont pas rares. Parfois, c'est le signe qu'il a bu trop de liquide ou qu'il a mangé du melon / pastèque ou des baies juteuses. Par conséquent, il n’est pas nécessaire de commencer immédiatement à paniquer si l’enfant va aux toilettes est devenu plus fréquent, mais il ne faut pas oublier que cela peut être le signe d’une maladie grave.

Code CIM-10

Épidémiologie

Il est nécessaire d'indiquer les statistiques sur la fréquence des mictions chez les bébés d'âges différents:

  • pendant les 5 à 7 premiers jours de sa vie, le bébé urine environ 4 à 5 fois par jour;
  • les bébés âgés de moins de 6 mois urinent beaucoup plus - environ 15 à 20 fois;
  • dans la période de 6 à 12 mois, ce chiffre tombe à un maximum de 15 fois;
  • à l'âge de 1 à 3 ans, la vidange a lieu environ 10 fois par jour;
  • à l'âge de 3-6 ans - environ 6-8 fois;
  • à l'âge de 6-9 ans - environ 5-6 fois;
  • les enfants de 9 ans et plus urinent un maximum de 5 à 6 fois par jour.

En outre, les statistiques montrent qu'environ 20% des enfants de moins de 5 ans ont des mictions fréquentes.

Causes de la miction fréquente chez un enfant

Les causes de l'augmentation de la miction chez un enfant peuvent être de tels facteurs:

  • excès de liquide que l'enfant boit;
  • diabète sucré;
  • prendre des diurétiques, par exemple, tels que le furosémide;
  • maladies infectieuses des organes urinaires tels que néphrite, cystite, urétrite;
  • le développement de toute maladie respiratoire virale;
  • stress, névrose.

Symptômes de mictions fréquentes chez un enfant

L'augmentation de la miction ne suffit pas à suggérer que l'enfant a des problèmes. Tout d’abord, vous devriez le surveiller pendant un certain temps, car si ce problème se posait en raison d’une pathologie quelconque, il serait accompagné d’autres symptômes:

  • il y a de la douleur en urinant - dans ce cas, les enfants plus âgés se plaindront d'eux-mêmes, tandis que les très jeunes pourront se plisser, même se mettre à pleurer;
  • sensation de faux désirs - lorsqu'un enfant essaie d'aller aux toilettes peu de temps après une visite précédente, mais qu'il n'y a pas d'urine dans l'urine. Ceci est généralement un signe de cystite;
  • douleur dans l'abdomen ou la région lombaire. Les enfants plus âgés soulignent eux-mêmes l'endroit douloureux et les bébés froncent les sourcils de douleur, battent des pieds et pleurent. Si la douleur dans la région lombaire est accompagnée de fièvre, il s’agit alors d’un trouble rénal;
  • l'apparition de poches et de gonflement sous les yeux est un symptôme du fait qu'il y a des problèmes avec la sortie de fluide du corps. Se produit avec pyélonéphrite;
  • l'urine devient trouble ou contient un mélange de sang - ceci est un symptôme indiquant la présence de problèmes de filtration rénale, ce qui indique le développement d'une glomérulonéphrite.

Mictions fréquentes chez les enfants avec et sans douleur

Dans le cas de vidange chaque jour plus fréquentes de la vessie, qui ont lieu sans l'apparition de la douleur, et l'enfant dans ce cas n'a aucun problème avec le sommeil la nuit, la température est dans les limites normales, et il n'y a pas de manifestations d'accompagnement - cela signifie que la cause de la maladie augmente nerveux excitation

Les mictions fréquentes accompagnées de douleur sont un signe de cystite. Dans la forme aiguë de la maladie, ces symptômes apparaissent brusquement et soudainement. Outre la douleur et l'augmentation de la miction, l'enfant urine également par petites portions. En outre, il peut exister de fausses envies de vider - dans ces cas, l'enfant souhaite uriner mais ne le peut pas. Ces envies sont également accompagnées de douleur.

Mictions fréquentes chez les enfants la nuit

La miction fréquente chez un enfant la nuit peut être une conséquence du développement d'une forme de diabète autre que le sucre, ainsi qu'une lésion de la moelle épinière ou un affaiblissement des parois de l'urée.

Soif et mictions fréquentes chez un enfant

Si le bébé a une forte soif en plus d'une augmentation de la miction, il s'agit probablement d'une manifestation du diabète. En raison de l'excrétion de grandes quantités de liquide du corps, il est déshydraté. Le développement du diabète de type 2 s'accompagne de l'apparition de maladies du système urinaire et d'une inflammation de la vessie.

Douleur abdominale et mictions fréquentes chez un enfant

Dans toute pathologie touchant les organes urinaires, il y a une augmentation de la miction. En outre, il peut y avoir des douleurs dans l'abdomen ou le dos. Si, en plus des symptômes ci-dessus, l'enfant a des frissons, qu'il a de la fièvre et qu'il transpire, cela peut indiquer l'apparition d'une pathologie rénale.

Mictions fréquentes en petites portions chez un enfant

Lorsque le stress ou surexcitation chez l'homme se produit l'adrénaline, ce qui améliore également la production d'urine et augmente l'excitabilité de la vessie - à cause de cet enfant veut souvent utiliser les toilettes, mais la bulle n'est pas complète (en raison de la vidange se produit en petites portions). Cette condition est temporaire et disparaît lui-même quand le stress passera.

Diarrhée et mictions fréquentes chez un enfant

La diarrhée peut survenir en raison du développement de diverses pathologies endocriniennes. Parfois, il apparaît dans le diabète en raison de troubles de l'innervation des parois intestinales. Cette affection s'accompagne également d'une sensation de soif intense, d'une augmentation de la miction, d'une sensation générale de faiblesse et de problèmes liés à la sensibilité des membres.

Mictions fréquentes chez un nourrisson

L'augmentation de la miction chez le nourrisson, qui se produit sans douleur, peut dans certains cas être liée à la pathologie chronique des voies urinaires ou des reins présents chez sa mère.

Le syndrome de la miction fréquente de jour chez les enfants

Dans certains cas, les enfants soudainement uriner brusquement s'accélère la journée (parfois il peut arriver littéralement toutes les 10-15 minutes), mais il est observé aucun signe d'infection dans les voies urinaires, ou nycturie, dysurie ou jour de l'énurésie.

Le plus souvent, ces symptômes apparaissent vers l'âge de 4 à 6 ans, lorsque l'enfant a déjà appris à utiliser les toilettes seul. Habituellement, ce trouble est observé chez les garçons (beaucoup moins souvent chez les filles).

Ce trouble est appelé pollakiurie, ou syndrome d'augmentation diurne chez les enfants. Il est fonctionnel, car il ne résulte pas de défauts anatomiques.

En règle générale, ces manifestations se produisent avant que l'enfant ne commence à aller à la maternelle, ou en cas de stress émotionnel, qui résulte principalement de problèmes familiaux.

Ces enfants doivent être examinés pour exclure un processus infectieux dans les voies urinaires. De plus, le médecin doit s'assurer que, lors de la miction, l'urée est complètement vidée.

Dans certains cas, ce symptôme peut être déclenché par les oxyures.

La maladie disparaît d'elle-même, ses symptômes disparaissent après 2-3 mois. Un traitement avec des médicaments anticholinergiques dans de rares cas seulement donne un résultat.

Complications et conséquences

Le processus infectieux dans les voies urinaires (et une miction fréquente est l'un des signes de la maladie) n'est pas un trouble anodin, surtout s'il affecte non seulement la partie inférieure du système, mais également les reins. La conséquence d’une pathologie non cicatrisée peut être la mort d’environ 80% des cellules du tissu rénal, à la suite de laquelle se développe un trouble irréversible de la fonction des reins - insuffisance rénale sous forme chronique.

Diagnostic de mictions fréquentes chez un enfant

En cas d'apparition de manifestations alarmantes, vous devriez consulter votre médecin. Vous devez d'abord rendre visite au pédiatre pour qu'il subisse un premier examen, après quoi il peut envoyer l'enfant consulter un médecin hautement spécialisé - un néphrologue, un urologue, etc. Après avoir reçu les résultats de l'examen et des tests, le médecin déterminera la cause de la maladie et prescrira le traitement nécessaire.

Des analyses

Pour le diagnostic, vous aurez peut-être besoin de quelques tests: de l'urine en général et, en plus, de la culture d'urine, ainsi que de la collecte de l'urine pendant une journée au niveau du sucre, des protéines ou du sel.

Diagnostics instrumentaux

Il existe plusieurs méthodes de diagnostic instrumental. Très souvent, pour déterminer la maladie, utilisez des ultrasons avec lesquels ils contrôlent les reins et la vessie.

De plus, de nos jours, reste pertinent et l’inspection par rayons X. La photo permettra au médecin d’examiner en détail l’emplacement de la vessie avec les reins. Cette méthode vous permet également de déterminer la présence de tumeurs malignes - par exemple, des calculs.

La procédure de cysto-métrographie au micron est également effectuée, au cours de laquelle un agent de contraste spécial est injecté dans la vessie à travers l'urètre. Cela devrait être fait avant l'envie d'uriner, de prendre une photo, puis une autre - au moment où cela se produira. Cela vous permet d'identifier la présence d'anomalies dans la vessie.

La méthode utilisant la renangiographie - dans ce cas, la substance de diagnostic radio est injectée / insérée, après quoi elle est enregistrée au moment où elle passe dans le système rénal des vaisseaux. Cela vous permet d’obtenir le reanangiogramme dit de radio-isotope indirect. Grâce à cela, il est possible d'évaluer le travail des reins et le débit sanguin en eux, ainsi que le processus urinaire à l'intérieur des uretères.

Scintigraphie rénale (une forme statique et dynamique de la procédure est réalisée). Dans ce cas, le patient reçoit une injection dans / dans un outil de diagnostic radio qui provoque un rayonnement radioactif provenant de l’organe faisant l’objet de la recherche. La fixation graphique est réalisée à l'aide de scanners ou de caméras gamma. En outre, ces données sont traitées sur un ordinateur, après quoi elles sont affichées à l'écran sous forme d'image dynamique ou statique. Cette méthode permet d’évaluer la forme, la taille et la localisation des reins, ainsi que de détecter la présence de toute formation dans le rein (par exemple, une tumeur ou un kyste).

La cystoscopie, qui utilise un dispositif optique spécial - le cystoscope. Après l'introduction de ce dispositif dans la vessie par l'urètre, il est possible de l'examiner de l'intérieur. Cela vous permet d'évaluer l'état de la membrane muqueuse, d'inspecter la bouche des uretères et d'évaluer d'autres aspects - la présence de tumeurs, de calculs ou de divers corps étrangers.

Si un enfant écrit souvent: que faire et quelle est la cause du problème?

Beaucoup de parents sont confrontés à une situation où l'enfant commence à courir pour écrire sans se plaindre ni se dégrader. Cela se produit généralement pendant la journée, l'intervalle entre les mictions peut être de 10 à 15 minutes. Aucun symptôme la nuit. Ce problème commence à se manifester à l'âge de 4 à 6 ans et les garçons sont plus sujets à la pathologie.

Ne vous précipitez pas pour paniquer et bourrez votre enfant de médicaments. Tout d’abord, vous devriez réfléchir aux raisons pour lesquelles l’enfant veut souvent écrire et aux autres symptômes observés. S'il n'y a aucun signe d'infections des voies urinaires ou de pathologies des reins, on parle alors de pollakiurie, ou "syndrome de l'augmentation quotidienne de l'enfant".

Les normes de la miction, en fonction de l'âge de l'enfant

Le volume et la fréquence des mictions sont directement liés à l'âge. Les indicateurs peuvent augmenter ou diminuer avec l'utilisation de produits diurétiques (melons, pastèques, baies), ainsi que d'une grande quantité de liquide. Les taux de miction estimés sont les suivants:


  • 0 à 6 mois: jusqu'à 25 fois par jour, mais pas moins de 20 fois;
  • 6 mois à 1 an: 15 fois +/- 1 fois;
  • 1-3 ans: une moyenne de 11 fois;
  • 3-9 ans: 8 fois par jour;
  • 9-13 ans: 6-7 fois par jour.

Comme vous pouvez le constater, un petit enfant doit satisfaire plus souvent aux toilettes, mais son nombre est réduit de moitié d’ici à deux ans. Ce chiffre se rapproche de celui d’un adulte.

Le volume quotidien de l’urine, au contraire, augmente avec l’âge, de même que la portion. Plus le bébé est âgé, moins il a de fréquence, mais si cela ne se produit pas, les parents sont naturellement angoissés. À quoi peut-il être connecté?

Pollakiurie: information pour les parents

Miction fréquente chez les enfants apparaissent parfois quand ils commencent à aller à la maternelle. C'est un stress émotionnel, et tous les bébés ne s'adaptent pas rapidement aux nouvelles conditions de vie. Des manifestations de la maladie peuvent également être associées à des problèmes familiaux, à des querelles de parents, à une atmosphère défavorable dans la maison.

Regardons d'un point de vue médical. La pollakiurie chez les enfants: de quoi s'agit-il? Il s’agit d’une maladie dans laquelle un enfant se rend souvent aux toilettes (toutes les 10-30 minutes, 30 à 40 micitions par jour) sans boire beaucoup de liquide et dormir paisiblement la nuit.

La miction est indolore, les culottes ne sont pas mouillées par l'incontinence urinaire, le bébé est formé à la propreté. Un autre signe important est une petite quantité d'urine par miction et l'indicateur quotidien de volume total ne dépasse pas la norme.

Si, à deux ans, un enfant va souvent écrire, cela peut être attribué aux caractéristiques physiologiques du corps ou psychologique, lorsque les enfants, en particulier les filles de 2 ans, sont juste habitués au pot et qu’ils veulent effectuer la nouvelle action plus souvent.

Mais la miction fréquente d'un enfant de 3 ans ne peut plus être ignorée par les parents. Moins fréquemment, les symptômes apparaissent à l'âge de 5 ans et résultent généralement d'un choc ou d'un stress émotionnel.

Les causes psychologiques de la miction fréquente chez les enfants exigent le comportement correct des parents. Il est inacceptable que cela paraisse ridicule, reproche, irritabilité ou punition.

Les garçons et les filles ne peuvent pas contrôler la miction fréquente, cela se produit involontairement, involontairement. Les parents doivent faire preuve de patience, essayer de se concentrer moins sur le problème, mais assurez-vous d'emmener l'enfant chez le pédiatre pour un examen et d'uriner pour la recherche.

Pollakiurie physiologique

Très souvent, un enfant fait pipi sans douleur ni autres symptômes qui indiquent généralement une maladie grave. Il convient ici de prendre en compte la pollakiurie physiologique associée à l’utilisation de grandes quantités de liquide.

Si le bébé boit beaucoup, la réaction naturelle du corps est le besoin urgent d'uriner. Mais sans attention, cette situation ne peut pas non plus être laissée.

La question est différente: pourquoi la mie a-t-elle un tel besoin accru de liquide? Parfois, une soif intense est simplement causée par une activité physique ou une habitude. Mais il peut également indiquer la présence de diabète, par conséquent, nécessite un avis médical.

La manifestation physiologique de la maladie est inoffensive. Tout disparaîtra dans un ou deux mois si les parents se comportent correctement, émotionnellement sans aggraver le problème, surtout s'il est provoqué par un choc violent. La pollakiurie physiologique peut provoquer de tels facteurs:

  • Consommation excessive de liquide. Dans ce cas, l'enfant demande à uriner sur le pot, jamais en culotte.
  • Le stress, l’excitation émotionnelle négative peuvent être à l’origine de tels phénomènes.
  • La surfusion du corps, non seulement chez un enfant de 5 ans, mais aussi chez un adulte, provoque souvent des mictions fréquentes. Il suffit de se réchauffer et le problème passera.
  • Prise de certains médicaments (diurétiques, parfois antiallergiques et antiémétiques).
  • Caractéristiques alimentaires. Certains aliments contiennent beaucoup d'eau. Par exemple, dans les concombres et les pastèques, les canneberges et le thé vert, etc.

Dans de tels cas, la maladie passe d'elle-même, si l'on exclut le facteur provoquant. Dans le cas où un enfant court souvent aux toilettes à cause du stress, il est nécessaire de créer une atmosphère émotionnelle calme autour du bébé et, avec le temps, tout se normalisera.

Causes pathologiques de mictions fréquentes

Une fausse miction d'uriner chez un bébé ou un adolescent peut être le premier signe d'une pollakiurie pathologique. Mais alors qu'il y a d'autres symptômes:


  • les mictions fréquentes de l'enfant sont accompagnées de douleur;
  • des nausées et des vomissements surviennent;
  • larmoiement, léthargie, agressivité;
  • l'énurésie;
  • augmentation de la température.

Souvent, l'enfant peut uriner en raison de maladies endocriniennes, urogénitales et du système nerveux central.

Les problèmes de vessie peuvent provoquer des pathologies inflammatoires. Ils sont accompagnés de symptômes douloureux, d'une miction altérée. Chez les filles, les mictions fréquentes et la douleur peuvent ne pas être un symptôme de la maladie, mais une manifestation d'une grossesse précoce. Il est possible l'apparition de tumeurs des organes pelviens.

Les causes d'incontinence ou de mictions fréquentes chez un garçon de 4 ans peuvent être associées à une défaillance de la transmission de l'influx nerveux par le cerveau. Ces processus peuvent être causés par des troubles végétatifs, des traumatismes, des néoplasmes de la moelle épinière ou du cerveau.

Une grande quantité d'urine est généralement associée à un dysfonctionnement rénal ou endocrinien. Dans tous les cas, si vous remarquez une augmentation de la fréquence des mictions d'un adolescent ou d'un jeune enfant, ne tardez pas, consultez immédiatement un médecin pour établir un diagnostic précis et commencer rapidement le traitement.

Diagnostic de la pollakiurie

Si l'enfant va souvent aux toilettes "de façon modeste", vous devez rechercher la cause première de cette affection. Pour ce faire, consultez votre pédiatre ou votre urologue afin que les spécialistes basés sur les symptômes puissent établir un diagnostic principal et envoyer des examens supplémentaires.

Dans l'analyse de l'urine sera visible la présence ou l'absence de microorganismes pathogènes. Des analyses de sang générales et cliniques permettront d’éliminer le diabète. La fluorométrie déterminera la pathologie de l'urodynamique des voies urinaires.

Parfois, une échographie des reins et de la vessie est prescrite ou adressée à un néphrologue pour consultation. Lorsque des troubles physiologiques nécessitent une visite chez le psychologue.

Dans tous les cas, le besoin fréquent d'aller aux toilettes de l'enfant ne peut être ignoré. Mais ne paniquez pas, analysez la fréquence des urines et la quantité de liquide. Peut-être que ce n'est qu'une période temporaire qui passera sans médicament ni intervention médicale.

Traitement des mictions fréquentes chez les enfants

Et si l'enfant commence à écrire souvent? Vaut-il la sonnette d'alarme ou pouvez-vous attendre? Tout d’abord, vous devez poser ces questions à votre médecin afin d’exclure les infections des voies urinaires et toute pathologie.

Les mictions fréquentes chez les bébés, accompagnées de symptômes douloureux, nécessitent un traitement immédiat. Mais avant tout, le médecin analyse les facteurs qui pourraient en être la cause. S'il s'agit d'un trouble du système nerveux central, un sédatif est prescrit. Si la tumeur - la chirurgie est nécessaire.

En cas d'inflammation, les uroseptiques sont évacués, dans les cas extrêmes - antibiotiques. La miction fréquente des adolescents nécessite souvent une hormonothérapie et la nomination de médicaments cytotoxiques.

Prévention des troubles

Il n'y a pas de prévention particulière de ce problème. Mais comme les problèmes de miction fréquente sont souvent associés à l'état émotionnel de l'enfant, il est nécessaire de veiller à la santé psychologique de la famille, afin d'éviter les querelles, les scandales et le stress.

Montrez régulièrement votre bébé au pédiatre au cours de la première année de vie, ne permettez pas l'hypothermie. N'oubliez pas qu'à de nombreux égards, l'attitude correcte des parents à l'égard de la santé de la famille contribuera à éliminer un certain nombre de maladies.

Mictions fréquentes chez un enfant sans douleur: causes et traitement. Le taux de miction chez les enfants. Système excréteur

Les visites fréquentes aux toilettes de l'enfant peuvent être dues à une grande quantité de liquide consommée. Il n’est pas nécessaire que les parents paniquent à l’avance, mais il n’est pas nécessaire de laisser le problème suivre son cours. Si, selon la mère, la miction fréquente chez un enfant sans douleur n'est pas une conséquence de la consommation de melon d'eau, il est conseillé de consulter un médecin pour en comprendre la raison. Et il y en a peut-être beaucoup, parlons-en plus tard.

Le taux de miction chez les enfants

Afin de paniquer et de demander de l'aide au médecin, si l'enfant commence à fréquenter les toilettes, il est nécessaire de connaître le taux de miction à différents âges:

  • Au cours de la première semaine après la naissance, le nouveau-né urine 5 à 6 fois par jour.
  • Jusqu'à six mois, la miction jusqu'à 15-20 fois par jour.
  • De l'âge de 6 mois à un an, le nombre tombe à 13-15.
  • De un à trois ans, le bébé peut s'asseoir sur le pot jusqu'à 10 fois.
  • 3-6 ans - 5-6 fois par jour.
  • Les enfants âgés de 6 à 9 ans urinent 5 à 6 fois.
  • Après 9 ans de miction, jusqu'à 5 fois par jour.

À mesure que l'enfant grandit, la fréquence des visites aux toilettes diminue. Cela peut s'expliquer par le fait que le système excréteur du bébé se forme progressivement. Pratiquement, ce n'est qu'à l'adolescence que se termine le développement final de tous les systèmes d'organes.

La fonction rénale dans le corps

Les reins sont l'organe principal du système excréteur. Ils sont responsables de nombreuses fonctions importantes:

  • Maintenir l'équilibre des fluides biologiques.
  • Enlèvement des substances toxiques.
  • Stabilisation de la pression artérielle.

L'enfant est en pleine croissance, subit un stress et des changements naturels se produisent dans la structure des reins, ce qui affecte son travail. Cela peut être exprimé par une augmentation de la fréquence des mictions.

Selon les données médicales, environ 20% des enfants souffrent de mictions fréquentes sans ressentir aucune gêne.

Causes naturelles des mictions fréquentes

La pollakiurie ou des mictions fréquentes peuvent survenir sous l'influence de certains facteurs naturels, on parle alors de physiologiques. Il faut éliminer ces facteurs et tout revient à la normale. Des mictions fréquentes chez un enfant sans douleur peuvent provoquer:

  • Une grande quantité de liquide que vous buvez. Ceci peut être observé en été, quand il fait chaud, et le bébé demande souvent à boire. Mais si l'enfant a soif tout le temps, c'est une raison de consulter un médecin.
  • Les médicaments diurétiques provoquent une augmentation du débit urinaire. Si le traitement est effectué avec l'utilisation de tels médicaments, alors après la récupération, tout est normalisé.
  • S'il y a des mictions fréquentes chez un enfant sans douleur, cela peut être dû à l'utilisation de produits ayant un effet diurétique. Ceux-ci incluent: la pastèque, les raisins de Corinthe, les airelles, la tisane de camomille ou de rose musquée.
  • Manger des aliments salés et épicés entraîne une forte soif, ce qui signifie que les toilettes vont devenir plus fréquentes.
  • Avec un fort refroidissement excessif du corps, il se produit un spasme réflexe des vaisseaux rénaux, ce qui provoque l'envie d'aller aux toilettes. Il faut réchauffer le bébé et tout passe.
  • L'augmentation de l'activité entraîne la libération d'adrénaline dans le sang, augmente la pression artérielle et accélère le rythme cardiaque. Les processus métaboliques sont accélérés, les reins filtrent un plus grand volume de sang et la miction devient donc plus fréquente.
  • Les situations stressantes à la maison, à la maternelle ou à l'école provoquent des mictions fréquentes chez un enfant sans douleur. Les parents devraient essayer d'éliminer ce facteur négatif. S'ils ne le peuvent pas seuls, ils devront demander l'aide d'un psychologue.

Avec l'élimination de tous les facteurs de provocation, le nombre de visites aux toilettes revient à la normale. Les parents doivent être alertés si des mictions fréquentes chez un enfant de 5 ans et plus sont accompagnées d'autres symptômes: douleur au bas de l'abdomen, décoloration et odeur d'urine. Dans ce cas, une visite chez le médecin ne doit pas être différée.

Miction sans douleur - causes pathologiques

Certaines pathologies sont également accompagnées de mictions fréquentes chez un enfant sans douleur. Ceux-ci comprennent:

  • Vessie réduite. Cela peut être une anomalie congénitale ou une tumeur en croissance.
  • Violation du développement des centres nerveux responsables de la régulation de la vessie.
  • Lésion cérébrale ou le développement de la tumeur, ce qui conduit à une violation de l'innervation des organes internes. Il peut y avoir une miction fréquente dans de petites portions, le développement de l'énurésie.
  • Le diabète sucré provoque une forte soif; une grande quantité de liquide que vous buvez entraîne de fréquentes visites aux toilettes.
  • Pathologies neuropsychiques: névrose, dystonie, neurasthénie. Ces maladies s'accompagnent généralement d'autres symptômes: maux de tête, nervosité, troubles du sommeil, instabilité émotionnelle.

Est important. Si les parents remarquent des changements suspects dans leur état de santé, il s'agit d'une raison importante de consulter un médecin plus tôt afin d'identifier la cause, de la diagnostiquer et de prescrire le traitement nécessaire.

Symptômes de maladies du système urinaire

Si vous constatez que votre enfant va souvent aux toilettes, il est important de lui parler. Demandez ce qu'il ressent en urinant, s'il y a une douleur dans le bas-ventre. Les parents doivent faire attention à la couleur et à l'odeur de l'urine, car la miction fréquente peut être déclenchée par la pénétration d'une microflore pathologique. Si un processus inflammatoire se développe, les signes suivants seront présents:

  • Brûlures et douleurs pendant la miction, l'enfant ne peut tout simplement pas s'en empêcher. Si le bébé est petit, le fait de pleurer assis sur le pot devrait alerter la mère.
  • Augmentation de la température corporelle.
  • L'urine devient trouble, il y a des flocons, une odeur désagréable.

Besoin de savoir. Il est facile de reconnaître la cystite, la pyélonéphrite chez un bébé à un stade précoce, si une petite quantité d’urine est libérée pendant le rire ou l’éternuement, les bactéries prolifèrent dans le corps.

La pathologie du système excréteur devrait être traitée de toute urgence. Sinon, des complications graves sont possibles.

Mictions fréquentes chez un nourrisson

Étant donné que le bébé est nourri au sein, le travail de son corps dépend à de nombreux égards de la mère, de son régime alimentaire, de la prise de médicaments ou non.

S'il y a des mictions fréquentes chez un bébé sans état douloureux visible, on peut alors supposer que la mère présente une pathologie des reins ou des voies urinaires. Il est nécessaire de consulter le médecin d'une mère allaitante, puis d'examiner l'enfant.

Diagnostic des pathologies du rein

Des visites fréquentes aux toilettes peuvent signaler l'apparition de pathologies rénales graves ou de maladies d'autres organes internes. Une visite chez un urologue est un must. Après avoir parlé avec l'enfant, s'il est capable de parler et peut dire quelque chose au sujet de ses sentiments, le médecin lui prescrit des tests de laboratoire sur le sang et l'urine. Un diagnostic préliminaire peut déjà être fait sur la base de:

  • La haute teneur en protéines, acide urique, leucocytes dans l'urine. Cela peut indiquer le développement du processus inflammatoire.
  • Si une teneur réduite en hémoglobine est détectée dans le sang, on peut alors parler d'une détérioration générale de la santé de l'enfant.

Le diagnostic différentiel de la vessie et des reins est important, dans ce but ils effectuent:

  • Tomographie par ordinateur.
  • Radioscopie.
  • Cystoscopie
  • Échographie.
  • IRM

Il ne faut pas oublier que les nouveau-nés et les bébés ne se font pas prescrire de tomodensitométrie ni d'IRM, car l'enfant est incapable de maintenir une position fixe pendant une longue période, ne serait-ce que dans les cas d'urgence.

Après avoir clarifié le diagnostic, un traitement est prescrit.

Traitement des mictions fréquentes chez les enfants sans douleur

Si la miction fréquente est une conséquence du développement d'une pathologie des reins ou des voies urinaires, la thérapie nécessite un traitement sérieux. Le traitement est effectué dans un hôpital, avec une cystite sous une forme simple, vous pouvez essayer de faire face à la maison, mais seulement après une visite chez le médecin et la prescription de médicaments.

Dans les murs de l'hôpital, il est possible de surveiller en permanence l'état de l'enfant. En thérapie, les domaines suivants sont utilisés:

  • Traitement de la toxicomanie.
  • Procédures de physiothérapie.
  • L'utilisation de remèdes populaires.

Le schéma thérapeutique n'est prescrit qu'après un examen complet et un diagnostic précis.

Traitement médicamenteux

Selon le diagnostic, le schéma thérapeutique peut varier. Seul un médecin devrait choisir des médicaments, l'automédication, en particulier un enfant, est inacceptable. Pour se débarrasser de la même pathologie, il existe de nombreux moyens, et le médecin traitant doit les prescrire et prescrire le schéma thérapeutique:

  • Lorsqu'un processus inflammatoire est détecté, des agents uroseptiques et des antibiotiques sont prescrits.
  • Le traitement des mictions fréquentes dues au diabète sucré est effectué par un traitement hormonal substitutif.
  • S'il existe des anomalies neuropsychiques, vous ne pouvez pas vous passer des sédatifs, des nootropiques.
  • Lorsque les néoplasmes montrent un traitement chirurgical.

Lors de la prescription de médicaments, il est important de respecter la posologie et le schéma posologique du traitement, puis le traitement se poursuivra sans effets secondaires.

Physiothérapie dans le traitement des pathologies du système urinaire

Si l'enfant a des mictions fréquentes, que faire, demandez aux mamans. Visitez le médecin et suivez toutes ses recommandations, prenez des médicaments et allez à la physiothérapie. Ils seront une bonne aide pour le traitement. S'il y a un processus inflammatoire, alors sont efficaces:

  • Électrophorèse.
  • Thérapie Amplipulse.
  • Thérapie au laser.
  • HBO
  • Exposition à la chaleur.

Les parents doivent comprendre que le rétablissement complet de l’enfant est possible si l’on passe par toute une série de procédures et de boissons prescrites.

Recettes folkloriques

Un bon complément au traitement principal sera la médecine traditionnelle. L'utilisation de décoctions et de perfusions de médicaments aidera à se débarrasser rapidement de la pathologie des reins et des voies urinaires. L'efficacité des recettes suivantes s'est avérée:

  • 20 grammes de menthe versez 1,5 litre d’eau bouillante et laissez bouillir pendant 10 minutes. Prendre 150 ml trois fois par jour.
  • Prenez une décoction de stigmates de maïs.
  • Bien agit la décoction de baies de rose sauvage. Vous pouvez insister dans un thermos et donner à l'enfant à boire toute la journée.
  • Thé de bourgeons de bouleau. Sur un verre d'eau bouillante un lit de thé des reins. Infuser 2 heures et prendre 50 ml 3 fois par jour.

Le traitement à base de plantes ne devrait commencer qu'après avoir consulté un médecin. Il faut garder à l'esprit que toutes les plantes ne peuvent pas être utilisées dans le traitement des enfants.

Prévention des maladies

Étant donné la taille des reins chez les enfants et le développement incomplètement formé de tous les systèmes organiques, il est impossible de s’assurer pleinement contre les pathologies du système urinaire. Toutefois, si des mesures préventives sont observées, il est possible de réduire leur probabilité de développement:

  1. Visitez votre médecin régulièrement, même si vous pensez que votre bébé est en parfaite santé.
  2. Habiller l'enfant en fonction de la météo, ne pas permettre l'hypothermie et la surchauffe.
  3. Ne pas laisser s'asseoir sur des marches froides et au sol.
  4. Surveillez la vidange de la vessie, combien de fois ce bébé fait. S'il y a des soupçons, vous devriez immédiatement consulter le médecin.
  5. Ne pas abandonner l'allaitement. Il protège le bébé de nombreuses infections.

Vous ne devriez pas chercher vous-même la cause des déviations. Le diagnostic correct ne peut faire qu'un spécialiste. L'auto-traitement d'un enfant est lourd de complications graves pour sa santé.

Plus D'Articles Sur Les Reins