Principal Kyste

Mictions fréquentes chez les femmes souffrant de douleur

Les mictions fréquentes chez les femmes sont courantes. Il peut être associé à toute pathologie ou manifestation d'un état physiologique particulier. Les mictions fréquentes sont désignées par le terme "pollakiurie".

Beaucoup de femmes sont confrontées à un problème aussi délicat dans le monde moderne. Les causes de mictions fréquentes chez les femmes sans douleur peuvent être très différentes et ne nécessitent donc pas de comparer votre cas à celui d'un ami. Cette condition ne cause aucun inconvénient, les femmes ne sont donc pas toujours pressées de consulter leur médecin, ce qui est une erreur.

Normalement, une femme visite les toilettes pour un petit besoin 10-13 fois par jour. Si ce chiffre est beaucoup plus élevé, il s'agit du premier signal d'inquiétude. Surtout devrait être prudent lorsque la miction est accompagnée d'une douleur dans le bas-ventre.

Dans cet article, nous examinerons les raisons pour lesquelles les femmes ont fréquemment besoin d'uriner, les causes de cette affection, ainsi que les méthodes modernes de diagnostic et de traitement.

Y a-t-il des normes?

Chaque corps féminin a ses propres normes, il est donc impossible de dire avec certitude à quel point chaque personne doit marcher avec un petit chaque jour. Beaucoup de facteurs. Combien de liquide que vous consommez pendant la journée, autant de voyages et d’augmentations ou diminutions du taux de miction.

En règle générale, si les mictions fréquentes sont pathologiques, elles sont accompagnées d'un ou plusieurs symptômes:

  • sensation de brûlure, douleur ou démangeaisons dans l'urètre lorsque la vessie est vide;
  • le volume insignifiant d'urine libéré pendant la miction (normalement 200-300 ml);
  • si la fréquence des mictions perturbe le rythme normal de la vie (crée un inconfort au travail ou pendant la nuit).

Si vous allez aux toilettes jusqu'à 10 fois par jour et 1 à 2 fois la nuit et que vous ne présentez pas d'autres symptômes inhabituels, vous n'avez pas à vous inquiéter.

Causes de mictions fréquentes chez les femmes

Chez les femmes, mictions fréquentes sans douleur, souvent dans des situations associées aux processus naturels du corps. Ces facteurs incluent notamment:

  • consommer de grandes quantités de liquide;
  • prendre certains médicaments, tels que les diurétiques;
  • utiliser des infusions ou des décoctions d'herbes ayant un effet diurétique prononcé;
  • porter un enfant;
  • pendant la ménopause;
  • l'hypothermie;
  • situations stressantes ou agitation intense;
  • chez les femmes plus âgées.

Les anomalies pathologiques dans le corps d'une femme peuvent également provoquer des mictions fréquentes, qui peuvent être accompagnées de douleur et peuvent ne pas:

  1. Le diabète. Les signes de miction fréquente chez les femmes sans douleur peuvent apparaître dans le diabète sucré, lorsque la glycémie reste élevée pendant longtemps. La soif qui se présente dans ce cas a pour conséquence qu'une femme consomme une grande quantité de liquide, ce qui la pousse abondamment et va souvent aux toilettes «de façon modeste».
  2. La cystite La cystite aiguë se caractérise par des mictions fréquentes et douloureuses, l'apparition de sang dans les urines, des douleurs à la vessie et au périnée. Ces symptômes sont également observés dans la forme chronique de la maladie pendant les périodes d'exacerbation. Le plus souvent, l'agent causal est E. coli. La bactérie pénètre dans la vessie par l'urètre, est fixée sur les parois de la vessie et commence à éroder la membrane muqueuse.
  3. Pyélonéphrite. Des mictions fréquentes et des douleurs douloureuses prolongées sont les symptômes de la pyélonéphrite. Pendant l’exacerbation, il y a une faiblesse, des frissons, des nausées, une forte augmentation de la température. La pyélonéphrite est traitée pendant longtemps. Des analgésiques, des antispasmodiques, des antibactériens sont prescrits.
  4. Dysfonctionnement des muscles pelviens de nature neurologique. Lorsque des troubles neurologiques surviennent, des problèmes d'innervation des muscles chargés de vider la vessie entraînent une modification de la fréquence des mictions.
  5. Urolithiase. À mesure que les conglomérats de sels augmentent, l'augmentation de la douleur complique progressivement les mictions fréquentes.
  6. Maladies du coeur et des vaisseaux sanguins. Des mictions fréquentes provoquent des problèmes de vaisseaux sanguins et une insuffisance cardiaque. Le processus est aggravé la nuit. Une activité de jour intense peut entraîner un œdème. Ils descendent la nuit et sont exprimés dans les mictions fréquentes. Les mesures thérapeutiques sont de nature étiologique, elles devraient compenser l'insuffisance cardiaque.
  7. Maladies gynécologiques. L'une des pathologies courantes à l'origine de ce symptôme après 35 ans est celle des fibromes utérins négligés. C'est une tumeur bénigne qui appuie sur la vessie. Chez les filles plus jeunes, l'augmentation de la miction peut être causée par des MST, ainsi que par des vaginites d'étiologies diverses, etc. Le problème devient parfois une conséquence du prolapsus de l'utérus.
  8. Insuffisance rénale chronique. Il peut se développer en raison de certaines affections chroniques du système excréteur. La cause la plus fréquente est la glomérulonéphrite, la pyélonéphrite, la lithiase urinaire, l'amylose rénale, la maladie polykystique et d'autres anomalies du développement de cet organe. L’une des premières manifestations de l’insuffisance rénale est une miction nocturne fréquente, ainsi qu’une augmentation du besoin de jour.
  9. Lésion de la moelle épinière. Vous ne pouvez pas ignorer le fait d'effets mécaniques sur la colonne vertébrale.
  10. Infections génitales. Ils conduisent à une inflammation de l'urètre et son irritation provoque l'apparition d'une envie fréquente d'uriner. Même le muguet banal peut conduire à la nécessité d'aller aux toilettes plus souvent que d'habitude.

Il est important de comprendre que sans traitement approprié des mictions fréquentes chez la femme, les symptômes d'une éventuelle maladie peuvent se transformer en une forme chronique et, à l'avenir, affecter négativement le système de reproduction ou avoir de graves conséquences pour la santé.

Comment traiter les mictions fréquentes chez les femmes?

Parler du traitement des mictions fréquentes chez la femme n'est possible qu'après la détection de la maladie qui l'a provoquée. Après tout, les schémas de traitement de diverses pathologies sont significatifs, et parfois même radicalement différents les uns des autres.

Par conséquent, lorsque le besoin urgent d’uriner a commencé, il faut d’abord exclure les causes physiologiques de ce phénomène:

  • une alimentation enrichie d'aliments ou de boissons à effet diurétique, d'abus de café, de boissons alcoolisées;
  • situations stressantes;
  • la grossesse
  • l'hypothermie;
  • prendre certains médicaments, tels que les diurétiques.

Les principales indications pour aller chez le médecin sont les suivantes:

  • brûlures et crampes pendant la miction;
  • douleur abdominale basse;
  • faiblesse générale dans le corps;
  • retard ou incontinence;
  • écoulement (sanglant) des organes génitaux;
  • manque d'appétit.

Selon la cause identifiée, après avoir réussi l'examen, une femme peut se voir attribuer:

  • antibiothérapie;
  • pré et probiotiques;
  • antispasmodiques;
  • médicaments hormonaux;
  • des analgésiques;
  • les uroantiseptiques;
  • les sédatifs;
  • physiothérapie, y compris UHF, iontophorèse, électrophorèse, inductothermie, etc.
  • Thérapie par l'exercice, y compris les exercices de Kegel;
  • phytothérapie.

Cependant, même les mictions fréquentes sans douleur, qui sont préoccupantes depuis longtemps, ne doivent pas être négligées. Ne négligez pas votre santé, car seule une visite opportune chez le médecin vous aidera à connaître les causes réelles du problème et à vous prescrire un traitement efficace.

Quel médecin contacter

Avec des mictions fréquentes, vous devez contacter le thérapeute et vous soumettre à un premier examen: passer des tests sanguins et urinaires, passer une échographie des voies urinaires. En cas de maladie rénale, il doit être traité par un néphrologue, et dans la pathologie de la vessie - par un urologue. Le diabète (sucre et non sucre) est traité par un endocrinologue.

Miction douloureuse fréquente chez les femmes: causes et quoi faire

Toute douleur - un signal au corps que tout ne va pas bien. Et si une femme souffre d'une miction douloureuse, elle ne peut en aucun cas ignorer ce symptôme, puisqu'elle peut parler d'une pathologie développée. Quelle est la raison de cet inconfort? Comment s'en débarrasser?

Pourquoi les mictions fréquentes provoquent-elles des douleurs chez les femmes? Troubles du système urinaire

La cause la plus fréquente de mictions fréquentes et douloureuses est une infection qui a provoqué le développement du processus inflammatoire. Parfois, un facteur causant un symptôme, la formation de calculs dans le corps. Les médecins distinguent principalement ces maladies:

  1. La cystite L'inflammation de la membrane muqueuse de la vessie s'accompagne non seulement de pulsions très fortes et fréquentes, mais également d'une forte urine. Pendant la journée, une femme peut ressentir des douleurs dans le bas de l'abdomen. Parfois, la maladie est grave, compliquée par une hématurie (sang dans les urines), de la fièvre, une détérioration générale de l'état de santé.
  2. Urethrite. Chez les femmes, cette maladie est diagnostiquée beaucoup moins souvent que chez les hommes, mais le beau sexe n'en est pas pour autant immunisé. Si une inflammation s'est développée dans l'urètre, la douleur pendant la miction sera ressentie au tout début du processus.
  3. Pyélonéphrite. Les reins chez les femmes sont très susceptibles à toutes sortes d'infections et sont facilement affectés par la maladie. Le processus inflammatoire est accompagné d'un inconfort sévère dans la région lombaire, d'une forte fièvre, de mictions fréquentes et parfois douloureuses. Le dernier symptôme est généralement caractéristique de la forme chronique de la maladie.
  4. Urolithiase. Les concrétions formées dans la vessie et / ou l'urètre peuvent se déplacer dans le corps. Au moment du mouvement, ils peuvent provoquer une forte attaque de douleur et un désir soudain d'uriner. Pendant la miction, il y a souvent un retard dans le jet lorsque la pierre recouvre la lumière. Parfois, une femme remarque l'apparition de sang dans l'urine si le tartre a endommagé les parois de l'organe.

Les trois premières maladies figurent parmi les causes de mictions fréquentes et douloureuses. Chacune de ces maladies doit être traitée le plus tôt possible: l'infection peut se propager à travers le corps, affectant également d'autres organes. Par exemple, une cystite négligée peut provoquer une pyélonéphrite (infection ascendante) et vice-versa - l'insuffisance rénale est souvent compliquée par une inflammation de la vessie (chemin descendant).

Les problèmes du système urinaire chez les femmes sont principalement associés à de tels facteurs:

  • hypothermie fréquente;
  • mode de vie sédentaire;
  • faible immunité;
  • habitude de supporter des pulsions urinaires;
  • régime alimentaire malsain (manger beaucoup d'aliments trop salés et épicés, frits, en conserve).

Joue également un rôle d'attitude négligente envers leur propre santé. Beaucoup de femmes préfèrent s'auto-traiter, ce qui ne conduit souvent qu'à une aggravation de l'état général du corps. Dans ce contexte, l’infection ne coûte rien de se développer à un rythme accéléré.

MST causant des mictions douloureuses et fréquentes chez les femmes

Il est recommandé de commencer le traitement de toute pathologie du système urogénital avec un diagnostic approfondi, en particulier, il est nécessaire de vérifier si une femme a des infections sexuellement transmissibles.

Causer des mictions douloureuses peut:

  1. Chlamydia. Provoqué par la chlamydia. L'infection affecte les organes génitaux, elle peut également toucher les voies urinaires et la vessie. En plus des problèmes de miction, les patients se plaignent souvent de fièvre (jusqu'à 37-37,5 degrés), d'inconfort dans le bas du dos et le bas de l'abdomen, de brûlures, d'un écoulement mucopurulent avec une forte odeur désagréable. La chlamydia chez les femmes, à son tour, peut déclencher une colite (inflammation du vagin), une cervicite (affection du segment vaginal du col de l'utérus), une endométrite (une maladie de l'endomètre utérin) et certaines autres pathologies.
  2. Gonorrhée Appelé gonocoque genre gentil Neyserias. Dans la forme aiguë, la maladie s'accompagne de mictions très fréquentes et douloureuses, de sécrétions purulentes et muqueuses, d'un inconfort et d'une sensation de brûlure dans la région génitale. Néanmoins, beaucoup de femmes (jusqu'à 70%) ne ressentent aucun symptôme désagréable, car elles ne sont même pas conscientes de la présence de la maladie dans leur corps.
  3. La trichomonase. L'agent causatif de la maladie - Trichomonas. Les hommes sont souvent porteurs de cette maladie: ils ne présentent pas de signes de maladie, mais ils en infectent leurs partenaires. Chez les femmes, la trichomoniase provoque une colpite, une urétrite et une production de lubrifiant aggravée lors des contacts sexuels. Le symptôme le plus caractéristique de la maladie - écoulement purulent mousseux du vagin. Les symptômes restants sont typiques de toutes les MST: sensation de brûlure, inconfort, démangeaisons des organes génitaux, mictions fréquentes et douloureuses.

Les femmes qui ont une vie sexuelle active et changent souvent de partenaire sont confrontées aux IST. Le principal facteur contribuant à la transmission est le contact non protégé, qui n'utilisait pas de préservatif.

Miction douloureuse et fréquente: traitement chez la femme

Les mictions fréquentes et douloureuses se prêtent au traitement, l’essentiel est de le commencer à l’heure. L'objectif principal du traitement est l'élimination de la cause. Depuis l'envie accrue d'agir uniquement en tant que symptômes, jusqu'à ce que la maladie principale disparaisse, l'inconfort continuera de tourmenter la femme.

Le traitement est prescrit en fonction du cas spécifique:

  1. En cas de cystite, urétrite, pyélonéphrite, des antibiotiques sont souvent nécessaires. Des préparations à base de plantes sont également prescrites pour favoriser une miction plus active et une diminution de la concentration en urine. Parmi les remèdes populaires, citons l’utilisation de boissons aux fruits à base de canneberge et d’airelles, la consommation de décoctions et infusions à base de plantes (de camomille, de millepertuis, oreilles d’ours) et le réchauffement à la vapeur sèche.
  2. Pour le traitement de la lithiase urinaire, divers médicaments sont utilisés. Si les calculs sont constitués d'acide urique, les produits à base de mélanges de citrate contribuant à la dissolution des calculs sont efficaces. Lorsque les formations de cystine recommandé d'utiliser des sels de magnésium, en réduisant la fréquence des rechutes. Quelquefois, on utilise une thérapie par bris de pierre ou par expulsion de pierre; dans les cas avancés une intervention chirurgicale est indiquée.
  3. Pour se débarrasser des MST, une femme doit recevoir des antimycotiques, des antihistaminiques, des immunomodulateurs et des vitamines. Une fois le cours terminé, les analyses doivent être répétées.

Pour soulager la douleur, la médecine traditionnelle suggère d’appliquer à l’aine et au bas-ventre un sac de sarrasin rouge ou de sel, une bouteille d’eau chaude, un coussin chauffant ordinaire. Mais la chaleur doit être utilisée avec beaucoup de précaution: dans certains cas, elle contribue encore plus à la propagation de l’infection.

En cas de problèmes de miction, il est nécessaire de commencer le traitement immédiatement: la miction fréquente chez la femme disparaît dès que le traitement principal est terminé. Si vous ignorez les symptômes, la maladie progressera, ce qui ne fera qu'aggraver l'état du patient. Le symptôme dérangeant est peu susceptible de disparaître de lui-même.

Mictions fréquentes chez les femmes: causes, diagnostic et traitement

Des mictions fréquentes peuvent perturber la routine habituelle du jour et du sommeil nocturne. Un examen précoce et la détermination des causes du trouble vous permettent de sélectionner le schéma de traitement souhaité et de normaliser la diurèse.

Le nombre de mictions effectuées plus de 7 à 8 fois par jour (plus de 1 à 2 fois par nuit), à condition de consommer au moins 2 litres de liquide, peut déjà servir de base à l’examen. La plupart des femmes ne vont chez le médecin avec de telles plaintes que lorsque cela leur cause un inconfort prononcé et perturbe leur mode de vie habituel.

Mictions fréquentes chez les femmes peuvent être une variante de la norme pendant la grossesse, changer de régime et augmenter l'apport hydrique. Chaque cas est examiné sur une base individuelle: tout dépend du mode de vie (agile, sédentaire), des conditions météorologiques, de la quantité de liquide consommée par jour (le diurez augmente avec l'absorption excessive d'alcool) et de nombreux autres facteurs.

1. étiologie

La vidange vésicale est un processus complexe qui nécessite l’interaction harmonieuse de plusieurs systèmes corporels. La fréquence des mictions peut varier en raison de causes physiologiques et d'un certain nombre de maladies.

1.1. Causes physiologiques

  1. 1 Modifications du mode de vie habituel, du régime alimentaire (augmentation de la quantité de liquides consommés, notamment café, thé, alcool, boissons énergisantes).
  2. 2 Habitude, quand une personne impose elle-même des visites régulières aux toilettes.
  3. 3 grossesse. Dès l’âge de 12 à 16 semaines de grossesse, l’utérus en croissance commence à comprimer la vessie. Les complications sont également d'une grande importance: gestose, diabète de la femme enceinte et autres affections.
  4. 4 Ménopause. Les troubles de la diurèse dans ce cas - le résultat d'un déséquilibre hormonal dans le corps.

1.2. Maladies du système nerveux

  1. 1 Troubles anxieux, irritabilité, tension nerveuse.
  2. 2 Polydipsie psychogène (un trouble mental qui provoque une sensation de soif accrue).
  3. 3 AVC et autres maladies du cerveau, lésions des nerfs périphériques. La violation de la régulation nerveuse de la vessie s'accompagne d'une miction accrue, d'une incontinence urinaire.

1.3. Pathologie endocrinienne et obésité

  1. 1 Le surpoids entraîne une augmentation de la pression sur la paroi de la vessie, ce qui diminue le tonus des muscles du plancher pelvien.
  2. 2 Diabète sucré et altération de la tolérance au glucose (hyperglycémie). Peut être accompagné d'appétit accru, de soif constante. En plus de la fréquence des mictions, le volume de la diurèse augmente.
  3. 3 Le diabète insipide est le résultat de troubles de l'hypophyse ou de l'hypothalamus du cerveau. La maladie s'accompagne d'une sensation de soif, une diurèse quotidienne peut atteindre dix litres ou plus.
  4. 4 tumeurs surrénales (phéochromocytome).
  5. 5 Fonction diminuée des glandes parathyroïdes.

1.4. Acceptation de certains médicaments

  1. 1 Les diurétiques entraînent une augmentation de l'excrétion des liquides corporels et sont souvent utilisés dans le traitement de l'hypertension, de l'insuffisance cardiaque.
  2. 2 Prendre des corticostéroïdes.
  3. 3 Préparations de lithium (utilisées en psychiatrie).
  4. 4 Réception des vitamines B2, D à fortes doses.

1.5 Troubles du système urinaire

  1. 1 Infections (y compris les IST) - pyélonéphrite, cystite, urétrite. Cela peut indiquer des symptômes de douleurs dans le bas du dos, dans le bas de l'abdomen, sur la poitrine, des crampes et des brûlures, une miction douloureuse, des nausées, des vomissements, une faiblesse et d'autres symptômes d'intoxication.
  2. Les stigmates de l'urètre entraînent une altération de l'écoulement de l'urine par la vessie, une augmentation de la pression dans la lumière et une irritation des parois. Ils commencent à diminuer fortement, même avec l'accumulation d'une petite quantité d'urine, ce qui conduit à l'apparition de pulsions fréquentes.
  3. 3 Cystite interstitielle. La cause de cette maladie n'est pas complètement établie. Elle s'accompagne souvent de douleurs dans la poitrine et d'une augmentation de la miction. Une femme peut avoir un désir constant d'aller aux toilettes, de faux désirs.
  4. Vessie hyperactive - une pathologie caractérisée par une augmentation des contractions involontaires des muscles de la vessie, entraînant un besoin urgent d’uriner. Ces symptômes s'observent généralement sans douleur au bas de l'abdomen et au dos.
  5. 5 Cancer de la vessie. La maladie est plus souvent détectée chez les patients du groupe plus âgé, les personnes âgées. La progression de la tumeur peut entraîner l'apparition de sang dans les urines, une douleur intense au bas de l'abdomen, de la fièvre, une déplétion générale du corps.
  6. 6 urolithiase. La maladie peut survenir sans aucune manifestation. Une envie fréquente d'uriner peut être le résultat d'une irritation des muqueuses avec des calculs ou du sable.
  7. 7 Irradiation du système urinaire au cours du traitement complexe en oncologie.

2. symptômes associés

  1. 1 Augmentation du volume quotidien de l'urine.
  2. 2 Envie fréquente d'uriner la nuit (normalement, le nombre de visites aux toilettes la nuit ne devrait pas dépasser une à deux fois).
  3. 3 L’émergence de pulsions aiguës et insupportables (on les appelle impératives).
  4. 4 Douleur, crampes, inconfort pendant la miction, démangeaisons et brûlures. Souvent, ces symptômes indiquent une inflammation de l'urètre et de la vessie (urétrite, cystite). L'apparition de douleurs coupantes peut également être un signe de migration de la pierre à travers la lumière de l'urètre.
  5. 5 L'apparition d'impuretés dans l'urine (y compris le sang), le changement de couleur, la turbidité.
  6. 6 Perte partielle du contrôle de la vessie, incontinence urinaire.
  7. 7 L'apparition de pertes vaginales.
  8. 8 Appétit accru, soif constante.
  9. 9 Fièvre, frissons.
  10. 10 Nausées, vomissements.
  11. 11 Douleur dans le bas du dos, dans le bas du dos (lieux de projection des reins et des uretères).

En présence des symptômes décrits ci-dessus, vous devez immédiatement consulter un médecin.

Des mictions fréquentes peuvent être un symptôme majeur d'infection urinaire pouvant entraîner des lésions irréversibles du tissu rénal, une sepsie et une insuffisance rénale.

3. Méthodes de diagnostic

Il est conseillé aux femmes souffrant de telles plaintes de consulter un urologue, elles ne doivent pas traiter elles-mêmes la pathologie. Le médecin avant l'examen recueille un historique détaillé. Parfois, une consultation supplémentaire avec un neurologue est requise en cas de suspicion de maladie neurologique, ainsi qu'une consultation avec un gynécologue et un endocrinologue.

Informations pouvant aider à la formulation du diagnostic initial:

  1. 1 Il est nécessaire de décrire en détail les plaintes, de rappeler le moment de leur apparition et la dynamique, la fréquence des visites aux toilettes pendant la journée, la nuit, le changement de diurèse par jour (subjectivement, une augmentation ou une diminution).
  2. 2 Préciser quels médicaments sont pris au moment du traitement, ce qui avant l'apparition des plaintes.
  3. 3 Estimez la quantité de liquide consommée par jour, la présence d’addictions à la caféine, à l’alcool, aux boissons énergisantes.
  4. 4 Indiquez s'il y a eu des changements de couleur, d'odeur ou de clarté de l'urine.
  5. 5 Rappelez-vous si d'autres symptômes sont apparus (par exemple, fièvre inexpliquée, maux de dos, etc.).

Tests de laboratoire de base:

Le patient peut en outre être affecté à des études instrumentales:

  1. 1 Échographie des organes pelviens et du système urinaire.
  2. 2 Radiographie de la cavité abdominale, CT-urographie.
  3. 3 Etudes urodynamiques (débitmétrie, etc.).
  4. 4 Cystoscopie - étude de la surface interne de la vessie à l’aide d’un endoscope inséré dans le canal urétral.

4. Thérapie

La tactique du traitement dépend de la cause de ces symptômes. Les maladies organiques nécessitent une prescription de médicaments, tandis que les troubles fonctionnels peuvent être éliminés par une thérapie comportementale et des exercices spéciaux.

  1. 1 Dans le diabète sucré, l’objectif principal du traitement est de normaliser la glycémie et l’hémoglobine glyquée, ce qui entraîne une diminution du débit urinaire et de la fréquence des mictions.
  2. 2 L’infection nécessite la prise d’un traitement antibiotique en tenant compte de la sensibilité des microbes à l’origine du processus inflammatoire (sous forme de comprimés, d’injections). En outre, des médicaments anti-inflammatoires, antispasmodiques (No-Spa, papaverine, drotavérine), uroseptiques (remèdes à base de plantes comme remèdes traditionnels, jus de canneberge, Canéphron, Cyston, etc.) peuvent être prescrits. Une partie importante du traitement d’une infection consiste à boire beaucoup d’eau, ce qui accélère l’excrétion des microorganismes et des produits de l’inflammation.
  3. 3 vessie hyperactive - 3 lignes de traitement: thérapie comportementale et entraînement de la vessie; administration d'anticholinergiques empêchant les contractions involontaires des muscles de ses parois; cystoscopie et injections de Botox dans la paroi de la vessie pour éliminer les spasmes musculaires.

Miction fréquente chez les femmes souffrant et sans douleur: causes, comment elle est traitée. Une femme peut-elle passer ses mictions fréquentes?

Il est impossible de nommer un chiffre spécifique, combien de fois une personne devrait aller aux toilettes.

Tous individuellement, en fonction de la quantité de liquide que vous buvez, du niveau de métabolisme.

Mais quand est-il utile de sonner l'alarme?

Après tout, une miction fréquente peut être une variante de la norme, également un symptôme de nombreuses maladies.

Cet article décrit les causes principales, les méthodes de diagnostic et le traitement de cette affection.

Qu'est-ce que la polyurie?

La quantité d'urine dépend de nombreux facteurs. Le premier d'entre eux est l'apport liquidien. Plus une personne boit, plus elle va souvent aux toilettes.

Mais cette connexion n'est pas toujours tracée. Les situations stressantes, l'hypothermie, les changements hormonaux, les maladies infectieuses affectent la formation de l'urine.

En médecine, il existe un terme spécial - polyurie, il décrit cette condition. Chez les femmes, les mictions fréquentes se produisent avec et sans douleur. La gêne ressentie pendant le trajet aux toilettes doit être alertée, car elle évoque des maladies du système urinaire.

Un besoin urgent de consulter un médecin si:

• Il y a une sensation de brûlure, des démangeaisons, une douleur sur le fond de la polyurie.

• L'urine est trouble ou il y a des impuretés dans le sang, du pus.

• sensation de vidange incomplète de la vessie.

• L'état de santé général se dégrade: fièvre, transpiration, personne apathique, affaiblie.

• Une douleur dans le bas du dos, au-dessus du pubis, indique une inflammation des organes internes.

Les principales causes de mictions fréquentes chez les femmes

La polyurie indolore s'observe non seulement dans les maladies, mais peut aussi être une réaction du corps à l'influence de l'environnement.

Causes communes:

• Une consommation excessive d'alcool augmente la charge sur les reins, ce qui entraîne des visites plus fréquentes aux toilettes. Dans le corps, il y a une circulation de fluide, car la quantité d'urine dépend de l'utilisation de l'eau. Ces valeurs sont directement liées.

• Certains aliments ont un effet diurétique: concombres, pastèques, café, thé, canneberges. Parce que vous devez prendre en compte leurs effets sur le corps.

• L’alcool, en particulier la bière, conduit à la déshydratation.

• Les médicaments, les diurétiques améliorent la formation d’urine, c’est leur action directe.

• Le thé pour perdre du poids élimine l'excès de liquide du corps, de sorte que la fille perd quelques kilos.

• Le stress, l’anxiété, la surmenage nerveuse augmentent par réflexe la fréquence des pulsions aux toilettes.

• À l’âge avancé, l’élasticité et les propriétés fonctionnelles du système urinaire se détériorent. Cela conduit à des mictions fréquentes chez les femmes, ce qui se produit avec et sans douleur.

• grossesse. Déséquilibre hormonal, augmentation de la taille de l'utérus affecte le fonctionnement des reins. Au troisième trimestre, le fœtus devient assez gros, il serre la vessie, car pendant cette période, le désir d'aller aux toilettes apparaît plus souvent. S'il n'y a pas de symptômes supplémentaires, l'urine n'est pas modifiée, l'état général n'est pas perturbé, vous ne devez pas paniquer. Mais pour la prévention, il est recommandé d'avertir le médecin de cette situation, de passer une analyse d'urine, du sang pour du glucose. En effet, le diabète se manifeste souvent pendant la grossesse.

Si la polyurie est accompagnée de douleur, sensation de brûlure, fièvre, les maladies suivantes doivent être suspectées:

• vessie réactive.

• Sucre ou diabète insipide.

• myome ou prolapsus de l'utérus.

• Maladies inflammatoires des organes génitaux féminins.

Les causes les plus courantes de miction fréquente accompagnée de douleur chez les femmes doivent être examinées en détail, car les symptômes supplémentaires aideront à poser le bon diagnostic.

La cystite

La maladie survient après une hypothermie, la grippe, la rougeole, la rubéole, avec un système immunitaire affaibli. Les manifestations classiques sont des mictions fréquentes et douloureuses, une sensation de brûlure, une vidange incomplète. Aller aux toilettes n'apporte pas de soulagement, vous voudrez peut-être recommencer après quelques minutes. L'urine finit par devenir trouble. Dans le traitement de la cystite à l'aide d'agents antibactériens et antimicrobiens, uroseptiki. Montrant bain chaud à la camomille, la sauge, le tilleul. Il est recommandé d'augmenter la quantité de liquide afin d'éliminer l'infection de la vessie.

Urétrite

Le tableau clinique rappelle la cystite, sauf que les sensations de brûlure et de douleur sont plus prononcées au début de la miction. Sur la base de la plainte, il est difficile de faire la distinction entre ces deux maladies. Seules des recherches supplémentaires aideront à établir un diagnostic précis. Le traitement de l'urétrite comprend des antibiotiques, des antiseptiques et des anti-inflammatoires.

Pyélonéphrite

La réaction inflammatoire est souvent localisée d'un côté. Une femme constate une douleur sourde au bas du dos, une polyurie avec mélange de pus, de fièvre, de nausées. L'état général empire. Au fil du temps, l'hypertension artérielle se joint. Après avoir déterminé la sensibilité aux antibiotiques, un traitement spécifique est prescrit.

Urolithiase

Chez les femmes, une miction fréquente avec ou sans douleur est observée lorsqu'une pierre est localisée dans la vessie. Si elle est située plus haut, au contraire, l'urine n'est pas excrétée, car la lumière de l'uretère est obstruée. Une des caractéristiques de la maladie est l'augmentation de la douleur après l'effort, le vélo, la moto, une voiture sur une route accidentée. La pierre se déplace dans la lumière de la bulle, ce qui provoque un inconfort. La douleur est localisée au-dessus du pubis, donne à l'entrejambe. Une autre particularité est le flux intermittent d'urine. La miction cesse, bien que la vessie ne soit pas complètement vide. Le médecin choisit la tactique de traitement après un examen approfondi, la visualisation des calculs. Si la taille est petite, un traitement conservateur est possible. Pierres coralliennes, inefficacité des médicaments - indications chirurgicales.

Vessie réactive

Cet organe a sa propre innervation, en violation des structures du système nerveux central, les impulsions irritent trop souvent la couche musculaire de la vessie. Une telle hyperréactivité se manifeste chez les femmes ayant des mictions fréquentes avec ou sans douleur. Les médicaments de choix sont des sédatifs, des sédatifs.

Maladies gynécologiques

Dans le bassin se trouvent les organes du système reproducteur féminin. Certaines maladies entraînent une pression, un déplacement de la vessie, qui se manifeste par des mictions fréquentes chez les femmes souffrant de douleur sans douleur.

Le myome est une croissance de l’utérus semblable à une tumeur, qui peut atteindre de grandes tailles. La tumeur se développe lentement, car les symptômes apparaissent progressivement. En plus de la polyurie, les patients se plaignent de douleurs dans le bas ventre, de tiraillements, de troubles menstruels, de saignements utérins. Si la tumeur est volumineuse, elle peut être ressentie à travers la paroi abdominale antérieure, dans les cas graves, afin de voir visuellement une augmentation de l'abdomen. Le traitement dépend de la taille de la tumeur, du taux de croissance, de l'état général de la femme. Les médicaments hormonaux réduisent ou arrêtent la croissance. Si le traitement conservateur n'a pas donné de résultats, une intervention chirurgicale est effectuée.

Une descente importante de l'utérus serre la vessie, provoquant des mictions fréquentes avec douleur et sans douleur. La raison principale est la défaillance des ligaments, qui maintient l'utérus dans la position correcte, les muscles pelviens faibles. Traitement dans la plupart des cas, chirurgical. De plus, il est recommandé de faire des exercices pour renforcer le plancher pelvien, les abdominaux.

Le diabète

Si la miction fréquente n'est pas accompagnée de douleur, la personne peut ne pas faire attention à elle pendant une longue période. Il suffit de penser, je veux boire plus, je vais souvent aux toilettes. Mais un tel symptôme est le premier signe d'une maladie endocrinienne grave - le diabète. Il n’est pas nécessaire de manger beaucoup de bonbons pour provoquer le développement de la maladie. Dans la plupart des cas, le diabète ne peut être évité. Les manifestations suivantes doivent être alertées:

• soif. Une personne peut boire jusqu'à 5 litres d'eau par jour.

• Fatigue, fatigue, mauvais sommeil.

• Picotements, engourdissements, perte de sensation sur les membres.

• Les blessures, égratignures, abrasions ne guérissent pas longtemps.

• Il peut y avoir une odeur d’acétone par la bouche.

• Démangeaisons de la peau, des organes génitaux chez les femmes.

Ces symptômes indiquent un diabète. Un test sanguin de glucose aidera à diagnostiquer avec précision. Aux premiers stades du traitement, le médecin vous prescrit un régime alimentaire spécial, avec restriction de la quantité de glucides simples, exercice. Si le niveau de sucre n'est pas normal, des préparations spéciales sont affichées.

Diabète insipide

Que faire lorsque la soif et les mictions fréquentes ne procurent pas de calme même la nuit et que le glucose est normal? La réponse est simple Ce sont des manifestations du diabète insipide, dans lequel la quantité de vasopressine diminue. La maladie est associée à des dommages au système nerveux central, car l'hormone est produite dans l'hypothalamus. Les tumeurs, les blessures, les réactions inflammatoires sont les causes de la maladie. Le seul traitement est la thérapie hormonale à vie.

Diagnostic de mictions fréquentes avec ou sans douleur chez les femmes

• Analyse d'urine. Cette étude est très informative. Détermination de la densité de l'urine, de la couleur. La présence de leucocytes indique une réaction inflammatoire (cystite, urétrite, pyélonéphrite). Les globules rouges indiquent une glomérulonéphrite, une lithiase urinaire. La protéine apparaît en raison d'une violation des glomérules rénaux.

• L'analyse d'urine selon Zimnitsky vous permet de voir et de calculer la quantité d'urine quotidienne, sa concentration. Dans le diabète sucré ou le diabète sucré, il est de faible densité.

• Si un grand nombre de bactéries est détecté, elles sont semées sur un support spécial sensible aux antibiotiques. Il est préférable de prescrire un traitement antimicrobien contre un agent pathogène spécifique afin que le traitement soit plus efficace.

• La numération globulaire et la biochimie donnent une idée de la gravité de l'inflammation. Leucocytes indicatifs, SOY, protéines de phase aiguë.

• La glycémie est donnée pour éliminer le diabète. Si nécessaire, effectuez un test de tolérance au glucose, permettant de déterminer le taux d'hémoglobine glycosylée.

• L'échographie des organes abdominaux vous permet de voir l'emplacement des organes, leur taille, la présence de structures supplémentaires, des modifications de la structure. En utilisant l'étude, vous pouvez déterminer les calculs dans la vessie, les uretères, la taille, la forme des reins, l'utérus, la présence de tumeurs tumorales.

• Si l'on soupçonne un diabète insipide, les taux de vasopressine sont déterminés.

Si un médecin soupçonne une maladie, il peut ordonner un examen supplémentaire. Par exemple, urographie excrétrice pour les maladies du rein, examen du fond d'œil du diabète sucré, IRM de la tête pour manque de vasopressine.

Traitement

Le médecin étudie attentivement le problème des mictions fréquentes chez les femmes souffrant de douleur sans douleur. Premièrement, tous les facteurs externes susceptibles d’affecter les déplacements aux toilettes sont exclus: consommation excessive d’alcool, alcool, drogues et hypothermie. En outre, en utilisant les mesures de diagnostic, la raison principale est déterminée. Le traitement dépend de la maladie sous-jacente.

Recettes folkloriques

De nombreuses herbes, plantes aident dans le traitement de la polyurie. Ces médicaments seuls ne suffiront pas à lutter contre la maladie, mais compléteront parfaitement le traitement médicamenteux.

Décoction à la menthe

Hachez les feuilles, hachez la menthe, 3 cuillères à soupe versez un litre d'eau, mettez le feu, portez à ébullition en remuant constamment. Nettoyer dans un endroit frais pour se refroidir. Ensuite, filtrer et prendre une demi-tasse 4 fois par jour.

Bourgeons de bouleau

Une cuillerée à thé de matière première est versée avec un verre d'eau bouillante, insistez 3 heures. Il s'avère que le thé est utile à partir des bourgeons de bouleau. Sous cette forme, la quantité maximale de substances biologiquement actives va dans la perfusion. Utilisez 100 ml 3 à 4 fois par jour.

Bouillon de persil

Hacher finement les légumes verts faits maison, ajouter les carottes et les broyer. Deux cuillères à soupe de matières premières versez à ébullition un litre d’eau sur feu doux, laissez cuire 10 minutes. Après refroidissement, boire 50 ml 4 fois par jour.

Sauge

L'infusion de sauge est préparée très simplement. Les feuilles broyées peuvent être achetées déjà à la pharmacie. Cuillère à café verser de l'eau chaude, laisser refroidir. Prendre 100 ml 3 fois par jour. Attention La sauge est contre-indiquée pendant la grossesse, car elle peut provoquer une fausse couche à un stade précoce ou provoquer des contractions prématurées au troisième trimestre.

Cueillette d'herbes

Au champ de prêle broyé, ajoutez dans des proportions égales d’argentine, de banane plantain. Mélanger deux cuillères à soupe d'herbes et un demi-litre d'eau bouillante, le médicament est infusé pendant 3-4 heures. Après avoir filtré, il est prêt à être utilisé.

Prévention

Pour les femmes, des mictions fréquentes avec et sans douleur entraînent de nombreux problèmes. En plus des visites fréquentes aux toilettes, il peut être perturbé par une gêne au bas de l'abdomen, une soif, une fièvre. Afin de prévenir les manifestations ci-dessus, vous devez respecter plusieurs règles de prévention.

• Il est recommandé de respecter les règles d'hygiène intimes dans tous les cas. Après tout, chez la femme, l'urètre est court et large. Cela permet aux microbes de provoquer facilement une inflammation, l'infection se propageant souvent plus haut, conduisant à la cystite, pyélonéphrite.

• éviter l'hypothermie. Un système immunitaire affaibli ne peut pas lutter contre la flore opportuniste.

• La quantité optimale d’eau par jour est de 1,5 à 2 litres. Pour éviter la stagnation, une quantité suffisante de liquide doit être excrétée dans le corps.

• Au moins une fois par an, consultez un gynécologue, même si rien ne vous dérange pas. Un test élémentaire de sang et d'urine aidera le médecin à détecter une infection latente.

• Pour renforcer les muscles du bassin, il existe des exercices spéciaux. Leur exécution quotidienne peut prévenir le prolapsus de l'utérus.

• Une douche fraîche devrait remplacer la baignade. Il renforce parfaitement le système immunitaire, favorise le durcissement.

• Une bonne nutrition, le rejet des bonbons, des exercices modérés et des marches au grand air contribueront à faire oublier un problème tel que les mictions fréquentes chez les femmes souffrant de douleur ou non.

Douleur pendant la miction chez les femmes - le traitement de la maladie

La douleur quand on urine chez les femmes n'est pas rare. Chaque symptôme, sinon toutes les filles, puis un autre, s'est plaint de ce symptôme extrêmement désagréable et dérangeant. Et quelles sont les raisons d'une telle manifestation? Quel devrait être le traitement dans ce cas? Allons le découvrir!

Symptomatologie

La douleur pendant ou après la miction chez les femmes peut avoir une nature différente. De plus, ce symptôme peut être accompagné d’autres. Pour le médecin rapidement mettre le diagnostic correct et le traitement prescrit, il est nécessaire de faire attention à certains points importants. Voici des informations qui vous seront utiles:

  • Quand la douleur est-elle apparue? Cela a commencé après la miction, pendant ou ne passe pas du tout et ne dépend pas des actions.
  • Qu'est-ce qui a précédé la manifestation de ce symptôme? Pendant la saison froide, un certain pourcentage de femmes portent des vêtements trop chauds. Mais le froid pourrait bien devenir un facteur négatif affectant l'état du système urinaire.
  • Y a-t-il d'autres symptômes? Ainsi, la température corporelle peut augmenter, les démangeaisons des organes génitaux externes commencent, et ainsi de suite.
  • Est-ce que la douleur passe? Est-ce qu'il disparaît immédiatement après la miction ou après un certain temps?
  • Certaines maladies chroniques chez les femmes peuvent s'aggraver ou causer des complications, pensez-y.

Causes possibles

Qu'est-ce qui cause la douleur après avoir uriné? Il convient de noter que les femmes peuvent développer de nombreuses maladies accompagnées de ce symptôme.

Mais dans la plupart des cas, les infections sont un facteur. Dans ce contexte, ils peuvent être divisés en 4 groupes:

Douleur pendant la miction chez les femmes - causes, symptômes supplémentaires, diagnostic et traitement

S'il y a une sensation désagréable et même une douleur en urinant chez les femmes, la première chose à faire est de déterminer la cause de la pathologie et de trouver un schéma thérapeutique efficace.

En vous auto-traitant, vous ne pouvez qu'exacerber le problème de santé, lui donner une forme chronique avec de fréquentes rechutes.

Par conséquent, même s'il y avait un léger inconfort en urinant chez les femmes, il est nécessaire de contacter un spécialiste compétent en temps opportun.

Quelle est la douleur en urinant chez les femmes?

Les premiers soupçons de la maladie surviennent lorsque la randonnée pédestre dans le besoin provoque une gêne. Ce n'est pas normal, mais si des douleurs aiguës vous dérangent, il faut agir immédiatement.

Immédiatement, il convient de préciser que les mictions douloureuses chez les femmes sont un symptôme prononcé de ce que le processus pathologique est concentré dans la région urogénitale. Les maladies associées peuvent être infectieuses et non infectieuses, nécessitant une participation médicale rapide.

Par exemple, la cystite chronique survient au stade de la rechute ou accompagne la lithiase urinaire.

En cas de douleur à la fin de la miction chez les femmes, des tests d’urine aideront à déterminer l’étiologie du processus pathologique. Des sensations douloureuses proviennent de bactéries actives et de maladies infectieuses progressives, mais d'autres facteurs pathogènes ne sont pas exclus. Parmi ceux-ci:

  • épisodes d'inflammation vaginale, tels que vaginite, vulvite, vulvovaginite;
  • hypothermie prolongée;
  • lésions rénales étendues;
  • la cystite, l'urétrite;
  • réduction pathologique de l'immunité;
  • la gonorrhée, la trichomonase et d'autres maladies vénériennes.
  • exacerbation du muguet.

En cas d'inflammation de la vessie, les filles ressentent une douleur après la miction et l'inconfort caractéristique persiste quelque temps après avoir quitté les toilettes.

Pour améliorer le bien-être général, il est nécessaire de traiter la cystite avec des méthodes conservatrices. Si les femmes souffrent de douleurs urétrales, les antibiotiques sont utiles, mais la première chose à faire est de poser un diagnostic différentiel.

Des symptômes similaires sont observés dans les inflammations de l'urètre (uréthrite) et de la lithiase urinaire.

Fait mal au bas-ventre

Le fait de la présence de pierres ne peut pas être déterminé immédiatement, car la maladie caractéristique ne se manifeste pas pendant un certain temps, elle prédomine dans le corps de la femme sous une forme asymptomatique.

Si le mouvement de tumeurs solides de différents diamètres commence, indépendamment de la vidange de la vessie dans le bas de l'abdomen, une douleur apparente apparaît.

La qualité de vie du patient diminue immédiatement, un diagnostic par échographie est nécessaire pour clarifier le tableau clinique, il est important d'exclure le développement de la cystite.

Sang et douleur

Avec les infections génitales de la forme chronique, des néoplasmes bénins - des polypes - se forment dans la région urogénitale du corps de la femme. Ces nœuds sont localisés sur la membrane muqueuse de l'urètre, provoquant une irritation des organes génitaux lors de la toilette.

Dans l'urine est dominé par les impuretés du sang, ce qui est important d'informer le spécialiste.

De fortes crampes dans la vessie chez la femme, complétées par un écoulement sanglant dans le périnée, peuvent indiquer des tumeurs malignes, qui peuvent être diagnostiquées principalement par des moyens cliniques.

Douleur et brûlure

Si les spasmes s'accompagnent de sensations de brûlure, les médecins n'excluent pas le développement d'une maladie vénérienne provoquée par l'activité accrue de la flore pathogène. Confirmez le diagnostic peut être l'apparition d'autres symptômes, par exemple, une odeur désagréable de décharge de fromage et pas seulement. Parmi les diagnostics déplaisants qui nécessitent la nomination d'antibiotiques puissants, il convient de souligner les suivants:

Douleur coupante

Un symptôme aussi déplaisant survient avec des complications de la lithiase urinaire, lorsque des calculs sous l’influence de facteurs provoquants commencent à bouger et à sortir.

La douleur pendant la miction est si intense qu'une femme peut même avoir besoin d'une hospitalisation immédiate.

Une sensation similaire est présente dans les tumeurs bénignes et malignes de grandes tailles, qui exercent une pression accrue sur les organes internes, accompagnée d'une sensibilité excessive des voies génitales.

Si les champignons pathogènes à Candida endommagent les membranes muqueuses du vagin, les symptômes ne se manifestent pas uniquement par la douleur, mais aussi par une sensation de gêne interne.

La candidose sera accompagnée de démangeaisons, de brûlures, d'inflammations, d'écoulements de fromage des organes génitaux externes et d'une odeur désagréable. La douleur est lancinante, aggrave pendant la miction.

La présence de sécrétions caractéristiques aide une femme à proposer un diagnostic et à ne pas se tromper. Les médicaments antifongiques aident efficacement à combattre les démangeaisons persistantes.

Mictions fréquentes et brûlures

Si le processus pathologique est accompagné d'un rougissement des organes génitaux (membranes muqueuses), il est un symptôme de la prostatite chez l'homme et, chez la femme, de tels changements déplaisants dans le bien-être général sont un signe de cystite aiguë. En l'absence de traitement en temps voulu, la douleur lors de la miction s'intensifie seulement; elle peut être complétée par la présence de fréquentes demandes d'utiliser les toilettes au besoin.

Rezi dans l'urètre

Un symptôme caractéristique peut directement dépendre de la structure individuelle de l'urètre (il existe un facteur héréditaire). En cas de violation des voies urinaires, de douleurs récurrentes lors du passage aux toilettes, d'autres signes désagréables d'une affection caractéristique ne sont pas exclus. Éliminer la douleur peut être une méthode utilisable, car le traitement conservateur n’est pas très efficace.

Pendant la grossesse

Lorsque vous portez un fœtus, la douleur pendant la miction indique une maladie fongique progressive ou une pression accrue de l'enfant au fond de l'utérus. Si le muguet peut se développer à n’importe quel stade de la grossesse, l’attaque du fœtus intervient à la fin du trimestre.

Dans ce dernier cas, des nausées, des douleurs au bas du dos, une instabilité de la température corporelle, une pression accrue sur le pubis sont des symptômes supplémentaires. N'excluez pas non plus l'exacerbation de la chlamydia et de la gonorrhée, en particulier après l'accouchement.

Dans tous les cas, vous devez contacter immédiatement un spécialiste.

Traitement

Si la douleur pendant la miction est légère, elle se produit au début ou à la fin des règles, la cause de l'inconfort est évidente - en particulier le cycle menstruel.

Un traitement supplémentaire n'est pas nécessaire et le symptôme déplaisant disparaît de lui-même. Cependant, ce n'est pas toujours le cas: si les causes de la douleur sont pathologiques, une attention médicale immédiate est requise.

Les recommandations générales sont les suivantes:

Comment supprimer la douleur et les crampes en urinant chez les femmes?

Un signe de maladie du système urogénital chez les femmes peut être une douleur en urinant. Ce phénomène n'est pas rare. Par conséquent, il est très important de savoir et de comprendre dans quels cas il se manifeste et quel est son danger, le cas échéant.

Causes possibles de la douleur

Il convient de noter que la douleur, comme les crampes lors de la miction chez les femmes, non seulement au début, mais également à la fin du processus, est provoquée par une infection ou le développement de toute maladie accompagnant ce symptôme. Dans le contexte négocié de la douleur provocatrice, il est conditionnellement possible de distinguer 4 groupes:

  1. Infection ascendante. Dans ce cas, l'infection remonte vers le haut et pénètre dans le corps en raison d'une mauvaise hygiène.
  2. L'infection est à la baisse. Elle est déjà en haut. Dans le nombre de cas dominant, la source d'infection est le rein.
  3. Infection par le sang. Dans ce cas, le sang agit comme un moyen de transport.
  4. Infection par la lymphe. L'infection se propage par les canaux lymphatiques à partir des organes génitaux affectés.

Sources de douleur possibles

En soi, la douleur pendant la miction chez les femmes, au début et à la fin, n’est pas une maladie. Cela ne fait que signaler la présence d'une maladie et le sang donné pour analyse n'est pas toujours en mesure de déterminer l'infection.

La cystite

C'est un processus inflammatoire survenant et localisé sur les muqueuses de la vessie. Les provocateurs de la maladie sont des bactéries qui pénètrent dans le système urinaire.

Dans la majorité des cas, la microflore pathogène est transférée de l'anus lorsque l'hygiène personnelle n'est pas suivie.

Cependant, l'infection n'est pas exclue dans le cas de rapports sexuels longs et difficiles.

Symptômes de la maladie chez les femmes:

  • besoin fréquent d'uriner en laissant une petite quantité d'urine;
  • douleur après la miction ou avant;
  • douleur dans le bas du dos et le bas de l'abdomen;
  • l'urine a une odeur désagréable;
  • du sang peut être présent dans le liquide excrété;
  • augmentation de la température corporelle (il est également possible d'atteindre des points critiques).

Dans ce cas, le traitement sera basé sur l'utilisation de la quantité maximale de fluide possible, mais pas moins de trois litres par jour. Ceci est nécessaire pour le remplissage constant de la vessie et le retrait des toxines et de la patoflore. Afin de fournir les premiers soins, il est nécessaire de boire un verre d'eau tiède par jour dans lequel une cuillère à café de soda est diluée.

Le traitement ne peut pas toujours être limité à une boisson forte. Des médicaments peuvent également être nécessaires, en particulier des antibiotiques et des antispasmodiques. Un préalable est de tester.

Pyélonéphrite

La maladie se manifeste par de graves douleurs au dos, en particulier sur les côtés. La douleur peut augmenter en marchant ou en changeant de position. La maladie est souvent accompagnée de fièvre.

Cependant, le provocateur de la douleur chez les femmes pendant la miction peut être la formation de calculs rénaux, ce qui rend la miction difficile et rend ce processus agressif, ce qui, à son tour, provoquera de graves crampes.

Par conséquent, le traitement doit être administré par un médecin expérimenté et uniquement sur la base de tests sanguins et urinaires. Après avoir déterminé l'agent pathogène, des médicaments antibactériens sont prescrits. Pas rarement utilisé et les diurétiques.

Urétrite

La maladie est une inflammation de l'urètre ou du canal urinaire. Cela est dû à l'action d'infections génitales, telles que la mycoplasmose, la trichomonase, ainsi que d'autres. Les cas d'apparition de maladies lors de réactions allergiques, lorsque le canal urinaire est endommagé, ne sont pas rares.

  • crampes chez les femmes en urinant;
  • écoulement de l'urètre (rare);
  • sensation de brûlure et de démangeaisons dans le canal urinaire;
  • température corporelle élevée.

Par conséquent, il est important de commencer le traitement sans délai et de ne le terminer qu'après la destruction complète de l'agent pathogène. À cette fin, un frottis est prélevé, le sang est donné pour analyse et, selon les résultats de l'étude, un antibiotique est prescrit.

Vaginite

Les causes de la maladie peuvent être très diverses, par exemple:

  • troubles hormonaux;
  • des antibiotiques;
  • immunité réduite;
  • infections sexuellement transmissibles;
  • dommages au vagin des muqueuses;
  • diabète sucré;
  • l'obésité;
  • troubles métaboliques;
  • l'allergie;
  • maladie du système digestif.

Les symptômes suivants sont distingués:

  • rougeur du vagin et inflammation;
  • écoulement purulent copieux;
  • brûlures et démangeaisons dans le vagin;
  • fortes crampes chez les femmes pendant la miction et à la fin;
  • mictions fréquentes;
  • rarement de la fièvre.

Avant de prescrire un traitement, qui peut être à la fois général et local, un frottis est prélevé sur une femme, mais le sang n’est presque pas utilisé pour analyse. Dans de tels cas, les antibiotiques sont utilisés sous forme de pommades, si l'évolution de la maladie est pulmonaire, ou si des comprimés sont prescrits pour prévenir l'infection de l'organisme entier. La décoction de sauge, de camomille et d’écorce de chêne permet d’éliminer les brûlures et les démangeaisons.

Infections génitales

Dans les infections sexuellement transmissibles, vous devez comprendre la trichomonase, la gonorrhée, la chlamydia, l'herpès.

La symptomatologie de ces maladies est assez similaire - brûlure, pertes vaginales, démangeaisons, rougeurs, irritation.

Il n’est pas rare que les femmes en fin de miction ou au début éprouvent une douleur aiguë ou douloureuse. Par conséquent, il est nécessaire de faire un don de sang pour analyse, de prendre des frottis, après quoi le traitement nécessaire sera prescrit.

Irritations et réactions allergiques

Très souvent, des douleurs aiguës ou des crampes peuvent survenir du fait du non-respect des règles d'hygiène personnelle. Des symptômes désagréables peuvent être présents non seulement dans le processus de miction, mais également à la fin.

Parmi les causes de symptômes désagréables peuvent être porter des sous-vêtements serrés ou inconfortables. Cependant, des démangeaisons et des brûlures surviennent également après l'utilisation de produits d'hygiène personnelle contenant des composants chimiques agressifs.

Pour prévenir la douleur pendant la miction, au début et à la fin, aucun traitement spécial n'est nécessaire, ni le don de sang pour analyse. Il faut à la prévention ordinaire:

  1. Hygiène personnelle.
  2. Protection pendant les rapports sexuels.
  3. Changement peu fréquent de partenaire sexuel.
  4. Porter du lin confortable à partir de tissus naturels.
  5. Utilisez des produits de soins personnels doux et hypoallergéniques.
  6. Éviter l'hypothermie.

Cependant, en cas de symptômes, vous devez immédiatement consulter un médecin pour prévenir l’infection de tout le corps.

Mictions fréquentes et douloureuses chez les femmes

Avec des mictions fréquentes et douloureuses chez une femme, les causes en sont généralement des maladies infectieuses du système urinaire. Les statistiques médicales affirment que plus de la moitié des jolies femmes sont confrontées à une pathologie similaire. Le plus souvent, la maladie est diagnostiquée chez les jeunes femmes.

Les changements de miction chez les femmes peuvent être accompagnés de douleur, mais le plus souvent, la femme ne ressent pas de douleur. Cependant, tout inconfort qui se produit lors de la visite aux toilettes doit alerter la femme, car il peut être la preuve de processus inflammatoires du système génito-urinaire.

Leur urètre étant plus court que le mâle, les agents pathogènes parviennent facilement aux membranes muqueuses de la vessie et y provoquent une inflammation. Une telle inflammation provoquera une émission d'urine douloureuse.

Quand la pathologie se manifeste

Une pathologie peut survenir si le corps est exposé aux effets négatifs de températures élevées ou basses. La basse température provoque une diminution du tonus vasculaire: la circulation sanguine est perturbée, l'activité des cellules immunitaires est perdue, la protection contre de nombreux microbes pathogènes s'affaiblit.

Dans le même temps, les patients ressentent une gêne dans la région intime, une douleur dans le bas de l'abdomen, qui peut être assez forte et s'accompagner de brûlures au cours du processus d'émission d'urine.

L'urine dégage une odeur désagréable, devient trouble. Il semble que la vessie ne soit que partiellement vidée. L'infection progresse, le malade manifeste des frissons, de la fièvre, des nausées.

C'est pourquoi les femmes sont si importantes pour éviter l'hypothermie.

La miction douloureuse fréquente survient lorsque divers troubles des processus métaboliques dans le corps, la présence de diabète. Les femmes en surpoids doivent comprendre que leur vessie est soumise à une pression supplémentaire.

Dans les troubles du système nerveux central, il se produit une augmentation de l'irritation des muscles de l'urée. Un organe excréteur hyperactif provoque des mictions douloureuses et les rend plus fréquentes. Souvent, cette pathologie est observée chez les femmes entrées en ménopause.

La ménopause s'accompagne d'un déficit en œstrogène, une modification des tissus épithéliaux des organes du système urinaire. Chez les femmes, le mode de miction change. Souvent, le représentant du beau sexe se réveille la nuit pour aller aux toilettes.

Pendant la journée, une femme doit vider sa vessie 8 à 10 fois.

Avec l'âge, il y a une violation des fonctions du système urinaire. Chez les femmes âgées manifestent des mictions fréquentes. Cela peut être accompagné de douleur. Pour de nombreux patients âgés, l'incontinence urinaire est caractéristique, ils perdent le contrôle du processus d'émission d'urine.

Un certain nombre de maladies qui affectent les muscles, les nerfs et les muqueuses de la vessie sont à l'origine de son hyperactivité. Des problèmes peuvent survenir si la miction ne vide pas complètement la vessie, l’urine est retardée. Cela se produit chez les femmes après une césarienne, si la femme a des muscles du plancher pelvien faibles.

Chez les femmes qui abusent de la nicotine, de la caféine et de l'alcool, la vessie est hyperactive. Boire de l'alcool, en particulier de la bière, provoque la déshydratation, charge en outre les organes d'excrétion.

Les mictions fréquentes et douloureuses chez les femmes sont parfois dues à des maladies du système reproducteur. Les femmes qui changent fréquemment de partenaire sexuel souffrent d'inflammations diverses.

Les fibromes sont l’une de ces maladies. Des symptômes similaires apparaissent lorsque l'utérus est abaissé. Les conditions préalables à la manifestation d’une pathologie consistent souvent à négliger les règles de l’hygiène personnelle et à porter des vêtements moulants.

Lorsque les mictions fréquentes ne sont pas un signe de pathologie

Dans le corps, le processus de circulation du fluide se produit, la consommation excessive d'eau entraîne une augmentation de l'urine, une charge supplémentaire sur les reins, entraînant une augmentation de la fréquence des visites aux toilettes.

Ce n'est pas un secret pour personne que café, thé, concombre, pastèque et autres produits ont un effet diurétique. Les filles qui aiment les régimes devraient être prêtes à augmenter la miction. Une soudaine envie de vider la vessie survient chez les femmes présentant une tension musculaire importante.

Une femme qui a été traitée avec des médicaments antibactériens ne doit pas oublier qu'ils ont un effet néfaste sur la microflore et peuvent provoquer une augmentation de la miction.

Pathologie des organes d'excrétion

Il est obligatoire de consulter un spécialiste si la femme est concernée non seulement par un changement de miction, mais également par une douleur, une sensation de brûlure, de la fièvre.

Un néphrologue sera en mesure de diagnostiquer l'urolithiase, la cystite, la pyélonéphrite, l'urétrite à temps, dirigera une femme vers un gynécologue si elle souffre de maladies inflammatoires du système reproducteur.

Si le système immunitaire de la femme est affaibli, le résultat de la moindre hypothermie devient une cystite. Les symptômes de la cystite seront une miction douloureuse, des sensations de brûlure, une vidange incomplète de l'urine. Cette pathologie peut se manifester par une complication chez ceux qui ont eu la grippe, la rougeole et la rubéole.

Les symptômes de l'urétrite sont similaires aux manifestations de la cystite, mais au début de l'émission d'urine, la douleur est plus intense. Seuls les résultats d'études supplémentaires permettront de diagnostiquer avec précision la pathologie.

Dans la pyélonéphrite, le processus inflammatoire est unilatéral. La maladie est caractérisée par une toxicité significative du corps.

Après un certain temps, une hypertension artérielle peut apparaître.

La présence de mictions fréquentes chez les femmes souffrant de douleur se manifeste lorsqu'il y a une pierre dans l'urine. Douleur localisée dans la zone pubienne, donnant le périnée.

Le jet d'urine, lorsqu'il est émis, est intermittent, la miction se termine lorsque la vessie n'est pas complètement vidée. Si la pierre se déplace après un effort physique, la douleur augmente.

Pour accélérer la douleur, le cyclisme est rapide, en secouant les bosses d'une voiture de tourisme.

Si la pierre est grosse et en forme de corail, le traitement conservateur est sans effet. Une opération est nécessaire.

Algorithme d'événements médicaux

Pour un traitement efficace des mictions douloureuses fréquentes chez les femmes, il est nécessaire de déterminer sa cause. Le médecin peut poser un diagnostic en fonction des résultats des analyses d'urine et de sang. La présence d'un grand nombre de leucocytes dans le sang indique le développement d'une inflammation dans le corps.

Les changements pathologiques dans les organes d'excrétion sont signalés par une augmentation de la quantité de protéines dans l'urine. Actuellement, pour clarifier le diagnostic, les urologues recommandent une échographie des organes urinaires.

Il est nécessaire de calculer la quantité d'urine quotidienne, afin de déterminer sa densité et sa concentration, afin d'exclure le diabète.

Si la maladie est causée par des infections, des antibiotiques doivent être prescrits. Mais vous devez d’abord déterminer le type de pathogène. Pour le traitement réussi de la cystite nécessite l'utilisation d'antibiotiques, médicaments antimicrobiens, uroseptikov.

Prouvé leur efficacité bains chauds aux herbes médicinales. Les anti-inflammatoires et les antiseptiques sont également nécessaires pour le traitement de l’urétrite. Il est recommandé de boire une grande quantité de liquide, mieux que de l'eau sans gaz, ce qui élimine l'infection du corps.

Lorsque l'hyperactivité de la vessie peut aider les sédatifs, les sédatifs.

Conseils pour la médecine traditionnelle

Pour le traitement des mictions fréquentes, il existe de nombreuses recettes de la médecine traditionnelle. Les guérisseurs traditionnels recommandent l'utilisation d'herbes médicinales qui complètent parfaitement le traitement médicamenteux.

Haute efficacité a une décoction de feuilles et de tiges de menthe. Décoction utile de boutons de bouleau. Infusion éprouvée de feuilles de persil et de carottes.

Efficace pour le traitement des maladies du système urinaire par infusion de fleurs de sauge.

Mesures préventives

Les mesures préventives sont très importantes. Pour éviter l'inflammation du système urinaire, chaque femme doit suivre les règles de l'hygiène personnelle, tandis que le bain remplace de préférence une douche fraîche. Les jeunes filles et les femmes mûres doivent éviter l'hypothermie.

Une attention particulière devrait être accordée au renforcement de l'immunité lors de promenades au grand air et de durcissement. Les dames doivent continuer à boire. Votre corps a besoin de suffisamment de liquide: cela aidera à prévenir la stagnation. Pour renforcer les muscles du bassin et prévenir le prolapsus de l'utérus, vous devez effectuer des exercices physiques spéciaux. Une nutrition adéquate joue un rôle important.

Douleur lors de la miction chez les femmes: causes et méthodes de traitement

  • Décryptage des tests en ligne - urine, sang, général et biochimique.
  • Que signifient les bactéries et les inclusions dans l'analyse d'urine?
  • Comment comprendre l'analyse de l'enfant?
  • Caractéristiques de l'analyse IRM
  • Tests spéciaux, ECG et échographie
  • Normes pendant la grossesse et valeurs des écarts.

La cystite ou l'inflammation de la vessie est la cause la plus fréquente de douleur lorsqu'on urine chez la femme. C'est une douleur qui est le signe obligatoire d'une réaction inflammatoire.

En plus de la cystite, les maladies inflammatoires des organes suivants peuvent être accompagnées de douleurs: urètre, reins, vagin.

Causes des états pathologiques de ces organes:

  • défense immunitaire diminuée;
  • l'hypothermie;
  • exacerbation de maladies chroniques;
  • pénétration dans les tissus de micro-organismes.

Considérant la dernière raison plus en détail, nous notons que les manières d'introduire des micro-organismes sont généralement les suivantes:

  • voie ascendante (l'infection «monte» des organes génitaux jusqu'aux organes supérieurs en passant par l'urètre);
  • la voie descendante (l'infection «descend» d'organes situés en amont, par exemple les reins);
  • voie hématogène (ou lymphogène) (l'infection pénètre dans les vaisseaux par des organes proches ou distants).

Identifier les causes de la miction douloureuse chez les femmes

Examinez en détail les symptômes d’états pathologiques accompagnés de douleur lorsque vous urinez.

Avec la cystite veulent souvent aller aux toilettes. Pendant la miction, il y a une sensation de brûlure. La douleur dans le bas-ventre en urinant chez les femmes est clairement évidente, ce qui indique une pathologie dans la région de la vessie. L'urine peut avoir une odeur désagréable.

La cystite peut être aiguë et chronique. La deuxième forme de la maladie se produit avec une alternance de deux périodes: exacerbation et rémission. Les symptômes caractéristiques se manifestent pendant la période d'exacerbation ou au cours d'une période aiguë.

La cystite peut souvent survenir chez les femmes ayant des rapports sexuels, ce qui est associé à des modifications de la microflore des organes génitaux externes.

L'uréthrite est une maladie inflammatoire du canal nécessaire pour évacuer l'urine dans l'environnement. Chez la femme, l'urètre est beaucoup plus court que chez l'homme et atteint une longueur de 3 à 7 cm. De plus, il se situe à côté du vagin, dont les maladies peuvent entraîner une urétrite.

Les signes caractéristiques d'inflammation de l'urètre sont les suivants: douleurs coupantes à la fin de la miction, sensation de brûlure et présence d'une petite démangeaison, rarement un écoulement.

L'inflammation des organes génitaux peut survenir pour diverses raisons. Outre les micro-organismes, ils prédisposent à la maladie: utilisation à long terme de médicaments antibactériens, modification des niveaux hormonaux, conditions pathologiques accompagnées de troubles métaboliques, lésions mécaniques des organes génitaux et réactions allergiques.

Symptômes accompagnant les maladies:

Douleur à l’urine chez les femmes: causes, traitement

La douleur en urinant est un problème courant chez les femmes. Parfois, les femmes essaient de se soigner elles-mêmes, pensant qu'il n'y a rien de terrible et que le symptôme disparaîtra tout seul.

Cependant, cette approche est fondamentalement fausse, car la douleur ressentie lors de la vidange de la vessie est non seulement une manifestation d’inconfort prononcé, réduisant considérablement la qualité de vie, mais également un symptôme pouvant masquer un certain nombre de pathologies graves.

Les femmes sont beaucoup plus susceptibles de contracter des maladies du système urogénital que les représentantes du sexe fort, car la longueur de l'urètre qu'elles contiennent est en moyenne dix fois plus courte que celle des hommes. Par conséquent, l'infection pénètre dans la vessie beaucoup plus rapidement.

Causes de la douleur en urinant chez les femmes

Il existe des causes de miction douloureuse qui ne nécessitent pas une attention particulière ni un traitement thérapeutique, car elles sont une manifestation de la norme. Par exemple, un léger inconfort après un rapport sexuel peut être provoqué par un spasme des muscles du bassin, qui se transmet tout seul en très peu de temps. Pendant la grossesse, ce syndrome survient également assez souvent.

Mais il faut comprendre que dans les cas ci-dessus, nous parlons de douleur légère, mais si la gêne est plus grave et de nature systémique, il est alors nécessaire de consulter un médecin.

Parmi les maladies somatiques responsables de la vidange douloureuse de la vessie, on peut distinguer:

  • Maladies inflammatoires des voies urinaires:
  • La cystite;
  • Pyélonéphrite;
  • Urethrite.

En cas d'inflammation des uretères, des reins ou de la vessie, il se produit un gonflement des tissus qui empêche l'écoulement de l'urine et provoque des douleurs. De plus, le tissu enflammé lui-même est très sensible.

  • 2Maladies génériques, infections urogénitales et inflammation des organes de reproduction:
  • La chlamydia;
  • L'herpès;
  • Vulvovaginite;
  • Vaginite

La proximité du vagin à l'urètre favorise la pénétration mutuelle des infections bactériennes et virales.

Le sable ou les calculs rénaux contribuent à l'apparition de cristaux de sel dans l'urine. Lorsque les cristaux traversent les voies urinaires, ils provoquent une irritation locale, que nous percevons comme une douleur.

  • Tumeurs de la vessie.

La raison dont la probabilité augmente brusquement avec l'âge. Les néoplasies bénignes et malignes interfèrent avec le fonctionnement normal de l'organe, ce qui entraîne l'apparition de divers symptômes, y compris de la douleur.

L'utilisation de produits cosmétiques pour la vie intime, de produits d'hygiène personnelle avec des colorants et des parfums, le port de sous-vêtements synthétiques peuvent provoquer une irritation des tissus autour de l'urètre. Cela provoque un gonflement, ce qui semble entraver l'élimination de l'urine de la vessie.

  • 6 Pathologie du développement de l'utérus.

Les deux symptômes sont associés à la proximité du vagin et de l'anus avec l'urètre, ce qui conduit à la pénétration de E. coli ou d'infections urogénitales.

Méthodes de diagnostic de la miction douloureuse chez les femmes

1. L'analyse d'urine est la méthode la plus informative pour les mictions douloureuses. Urinalysis est attribué pour déterminer les valeurs des indicateurs suivants:

  • Densité - indique la capacité de filtration des reins. Une faible densité indique une insuffisance rénale, mais dans certains cas, elle peut être causée par une grande quantité de liquide consommée.
  • Protéine - normale dans l'urine ne devrait pas être une protéine, sa présence indique la perméabilité des membranes rénales. La protéinurie est le principal symptôme de la glomérulonéphrite. Avec l'augmentation des protéines dans l'urine, le nombre de cylindres augmente également.
  • Les leucocytes indiquent une inflammation des voies urinaires, de la vessie et des reins. Un grand nombre de leucocytes dans l'urine peuvent être vus à l'œil nu: ils prennent une teinte verdâtre et dégagent une odeur désagréable et piquante.
  • Les globules rouges - les globules dans l'urine indiquent une glomérulonéphrite, des tumeurs de la vessie ou une lithiase urinaire. Si le nombre de globules rouges dans l'urine est important (hématurie macroscopique), l'urine devient brune.
  • Mucus et bactéries - parle de la cause de l'inflammation et de sa cause - une infection bactérienne.
  • Sel - le marqueur principal de la lithiase urinaire.

Pour l'analyse, on prend la première portion d'urine du matin. Pour ce faire, après le réveil, il est nécessaire d'effectuer des procédures hygiéniques, puis d'uriner dans un récipient stérile en abaissant la première et la dernière portion d'urine dans les toilettes.

Pour que les indicateurs de l'analyse soient fiables, vous ne devez pas consommer de grandes quantités d'eau, de protéines ni de produits susceptibles d'affecter la couleur de l'urine, par exemple les betteraves, la veille de l'analyse.

2. Test sanguin. Dans l’analyse biochimique du sang d’intérêt, se trouvent les indicateurs suivants:

  • La RSE et le fibrinogène sont des marqueurs du processus inflammatoire dans le corps.
  • Cholestérol - une diminution de la fonction rénale entraîne une violation du métabolisme des lipides, ce qui entraîne une augmentation du taux de cholestérol dans le sang.
  • Créatinine et acide urique - l'augmentation de leurs taux sanguins indique une violation de la filtration rénale.

Le sang est pris à jeun, et il ne faut pas manger de nourriture huit heures avant l'accouchement. Il est également déconseillé de boire de l'eau dès le réveil, juste avant l'analyse.

Miction douloureuse chez les femmes

Les organes urinaires, qui forment un système unique, sont interconnectés entre eux non seulement anatomiquement: les reins se connectent à la vessie par les uretères, la libération de l'urine se fait par l'urètre.

Leur apport sanguin et leur innervation se font par les mêmes artères et plexus nerveux, tandis que les produits métaboliques sont drainés et éliminés par les mêmes veines et vaisseaux lymphatiques.

C'est pourquoi le processus pathologique, qui commence dans un organe urinaire, peut rapidement se propager à d'autres parties du système de différentes manières.

La généralité de l'innervation assure également l'apparition de douleurs, dont la localisation et le caractère ne sont pas spécifiques. Cela signifie que la douleur peut devenir la manifestation non pas d'une, mais de nombreuses maladies, et que des impulsions de douleur, formées dans un seul organe, peuvent irradier (se propager) vers d'autres zones de la cavité abdominale.

C'est pourquoi la douleur dans l'abdomen ou l'espace rétropéritonéal (dans le bas du dos) nécessite, de la part du médecin, une étude et une application très soigneuses de certaines méthodes de diagnostic différentiel.

La même approche rigoureuse est nécessaire dans les situations où la douleur survient lors de la miction des femmes, qui présente des caractéristiques, une localisation et une intensité différentes.

L'apparition de douleurs lors de la miction est possible avec de nombreuses maladies

Quelles maladies sont caractérisées par une douleur lors de la miction

Dans la très grande majorité des cas, les organes responsables de l'excrétion de l'urine sont impliqués dans la formation de ce trait pathologique chez la femme. Tout d’abord, il s’agit de la vessie et de l’urètre (urètre).

C'est leur maladie, leur nature inflammatoire ou somatique, ainsi que leurs traumatismes, accompagnés de douleur lorsqu'ils urinent chez les femmes.

En outre, la pathologie des reins, ainsi que tout un ensemble de signes caractéristiques, peut également être complétée par des sensations douloureuses lors de l'excrétion de l'urine.

Par conséquent, toutes les causes de douleur au cours de la miction qui se développent chez les femmes peuvent être représentées comme suit:

  • inflammation de la vessie d'origine infectieuse;
  • inflammation de l'urètre de nature bactérienne;
  • la tuberculose, une tumeur de la vessie;
  • pyélonéphrite;
  • urolithiase;
  • traumatisme à la vessie ou à l'urètre.

La cystite et l'urétrite s'accompagnent toujours de mictions douloureuses.

Comment fonctionne l'inflammation de la vessie

La cystite, ou inflammation de la muqueuse de la vessie, est la pathologie la plus courante dans laquelle les femmes se plaignent de douleurs coupantes aiguës lorsqu'elles urinent. Dans la plupart des cas, on diagnostique une cystite infectieuse, qui résulte de l'introduction de divers types de microorganismes pathogènes dans la paroi de la vessie (Escherichia coli, Proteus, Staphylococcus, Streptococcus).

Presque toutes les femmes connaissent ce tableau clinique caractéristique, car la fréquence de cette pathologie est très élevée. L'infection peut pénétrer dans la cavité de la vessie de manière ascendante le long de l'urètre, ainsi qu'hématogène (par le système circulatoire) ou lymphogène (par les vaisseaux lymphatiques), avec des maladies des organes internes voisins.

La cystite aiguë se manifeste soudainement et violemment, avec des symptômes prononcés. Dans le même temps, la douleur lors de la miction chez les femmes, aiguë et nette, est complétée par une miction fréquente, qui est également très douloureuse.

Le patient est obligé de courir pour écrire toutes les 10 à 20 minutes, jour et nuit, avec peu d'urine, et à la fin du processus d'ablation de l'urine, il se produit une sensation douloureuse de vessie vide.

Également caractérisé par une douleur localisée dans le bas de l'abdomen, au-dessus du pubis.

Un changement dans les caractéristiques de l'urine est caractéristique de la cystine

L'effet destructeur de la microflore pathogène sur la membrane muqueuse entraîne la formation de pus et de mucus et, dans les lieux d'ulcération, les capillaires commencent à saigner.

Par conséquent, l'apparition d'impuretés dans l'urine devient un signe très caractéristique de la cystite aiguë.

Dans ses petites portions, libérées pendant la miction, vous pouvez voir du pus et du mucus, qui ressemble à une urine boueuse, ainsi qu’à un mélange de sang, ce qui lui permet de devenir rose ou même rouge.

L'excrétion de divers produits métaboliques, toxines et substances pyrogènes au cours de la vie de la bactérie provoque la formation d'un syndrome d'intoxication. Son intensité peut varier en fonction du nombre et du degré de pathogénicité de l'agent pathogène, de l'état de fond du corps et de l'immunité.

Plus la maladie est grave, plus les manifestations d'intoxication sont diagnostiquées.

Une femme présentant une inflammation aiguë de la vessie se plaint non seulement de douleurs et de brûlures pendant la miction ou d'impuretés dans l'urine, mais aussi d'une augmentation de la température corporelle, allant souvent jusqu'à 37-39 degrés, de maux de tête, d'une faiblesse sévère, d'une perte d'appétit.

L'élévation de température peut être aussi basse que 38-39 degrés

Tous ces signes douloureux de cystite aiguë devraient constituer la raison d’un traitement obligatoire chez le médecin.

Mais de nombreux patients souffrent de la maladie «en mouvement», essayant de guérir par eux-mêmes, ce qui peut entraîner le passage de l'inflammation aiguë à la forme chronique.

Cela menace de former un processus prolongé ou chronique du processus pathologique de la vessie, qui commence à alterner avec des périodes d’apaisement (rémission) et d’exacerbations.

Les symptômes d'exacerbation de la cystite chronique ressemblent au tableau clinique de la forme aiguë de la maladie, mais sont plus flous. Ainsi, la miction douloureuse chez les femmes peut ne pas être accompagnée d'un syndrome d'intoxication, et la douleur elle-même est moins forte et moins forte.

Urétrite, ou inflammation de la membrane muqueuse de l'urètre, les femmes sont diagnostiquées presque aussi souvent que la cystite.

Cette pathologie est principalement d'origine bactérienne et est souvent associée à des infections sexuellement transmissibles.

Par conséquent, non seulement E. coli ou le staphylocoque agissent en tant qu'agents pathogènes, mais aussi en une microflore spécifique: gonocoques, chlamydia, mycoplasmes.

La chlamydia peut être l'agent causal de l'urétrite chez la femme

La fréquence des mictions chez les urétrites n’est pas aussi prononcée que dans les cas de cystite et le syndrome de la douleur au niveau du pubis n’est pas caractéristique.

Mais le processus de miction, c’est-à-dire le passage de l’urine dans l’urètre, contribue à une forte irritation des récepteurs nerveux de sa membrane muqueuse.

Cela conduit au fait que l'urètre fait mal aux femmes immédiatement lors de l'excrétion de l'urine, en particulier au début du processus, et se caractérise par une douleur intense, des démangeaisons et une sensation de brûlure dans l'urètre.

De plus, la combinaison d'urétrite avec une vaginite ou une vulvovaginite conduit à l'ajout de pertes vaginales caractéristiques. Ces symptômes sont plus prononcés dans les cas d'inflammation aiguë et, dans la forme chronique, les signes sont moins intenses.

Comparativement aux hommes, l'inflammation dans l'urètre est moins fréquente chez les femmes. Cela s'explique par ses caractéristiques anatomiques: l'urètre féminin est plus large et plus court que le mâle, il ne mesure que 3 à 5 cm de long et il n'y a pratiquement pas de sténoses (rétrécissements).

Par conséquent, l'urine coule dans un flux plus large, vider rapidement la vessie et emporter les micro-organismes indésirables sur son passage. Mais, d'autre part, la pénétration de bactéries dans l'urètre chez les femmes est plus possible, car l'anus, le vagin et la bouche de l'urètre sont situés très proches les uns des autres.

De plus, la microflore pathogène de l'urètre court peut atteindre la vessie beaucoup plus rapidement.

Le plus souvent avec une cystite et une urétrite, E. coli est sécrétée.

Douleur dans l'urètre dans d'autres maladies

La pyélonéphrite, l'une des maladies les plus dangereuses des reins, a un caractère infectieux.

Le syndrome douloureux, localisé dans la région lombaire, peut être si intense qu'il irradie: les patients ressentent la douleur dans la région de la vessie et de l'urètre, ainsi qu'une légère sensation de brûlure. De plus, avec la pyélonéphrite, il y a toujours des signes d'intoxication: température corporelle élevée, malaise, maux de tête.

Mictions fréquentes chez les femmes sans douleur

Une autre pathologie, l'urolithiase, se manifeste par un complexe symptomatique caractéristique.

La colique rénale se développe principalement à la suite du mouvement des calculs le long des voies urinaires.

La patiente ne peut pas s'allonger calmement car elle est blessée dans n'importe quelle position. Des douleurs aiguës et douloureuses la tourmentent jusqu'à ce que la pierre cesse de se griffer et de blesser la membrane muqueuse des canaux urinaires.

L'avancement progressif des calculs du bassinet rénal vers les uretères et la vessie se termine par le dernier segment du trajet dans l'urètre. Dans ce cas, il y a une douleur intense lors du retrait des pierres lors de la descente, qui se termine brusquement lorsque vous urinez chez les femmes et les hommes.

L'irritation et les microtraumatismes de la membrane muqueuse de l'urètre causés par des calculs peuvent entrer dans le processus inflammatoire en raison d'une infection ultérieure.

Par conséquent, la production de calculs avec urolithiase peut souvent conduire à une urétrite, qui s'accompagne de douleur et de brûlures lors de la miction chez les femmes.

Toutes sortes de calculs dans la vessie et l'urètre provoquent une douleur intense

Il existe d’autres pathologies que le médecin doit nécessairement exclure lors du diagnostic différentiel. Ainsi, la miction douloureuse chez la femme peut être une manifestation de la tuberculose ou une tumeur maligne de la vessie.

De plus, ce symptôme peut être un signe indirect de pathologies de la part des organes internes voisins.

Par exemple, une lésion de la vessie avec l'apparition d'une douleur aiguë lors de l'excrétion de l'urine devient parfois secondaire avec une annexite (inflammation des appendices) ou une périmétrite (inflammation des tissus entourant l'utérus).

Le diagnostic de toutes ces nombreuses pathologies nécessite non seulement une clarification des plaintes du patient et un examen approfondi. Tests de laboratoire obligatoires d'urine (analyse de la flore générale et de la microflore), tests sanguins, cliniques et biochimiques.

Pour confirmer ou infirmer les hypothèses du médecin concernant les causes de la douleur pendant la miction, il est également possible de recourir à des méthodes de diagnostic instrumentales: échographie, scanner, IRM, méthodes de radiographie.

Ce n'est qu'après avoir précisé le diagnostic que chaque patient se voit attribuer un schéma thérapeutique individuel.

La douleur pendant la miction chez les femmes peut être une manifestation d'annexite

Comment traiter la douleur en urinant

Bien que les mictions douloureuses et les envies fréquentes soient les symptômes de nombreuses maladies, il existe toujours des principes généraux de traitement. Ils peuvent être représentés comme suit:

  • l'observance du régime d'épargne par le patient, le repos au lit et l'élimination des activités physiques sont préférables;
  • régime d'alcool spécial avec une augmentation du volume quotidien allant jusqu'à 2,5-3 litres de liquide;
  • régime alimentaire à l'exception des produits qui irritent les voies urinaires ou favorisent la formation de calculs;
  • thérapie étiotropique visant à éliminer la cause de la pathologie (par exemple, les antibiotiques sont obligatoires pour les maladies infectieuses);
  • thérapie symptomatique consistant à prescrire des médicaments ayant divers mécanismes d'action, en éliminant certains signes de pathologies (antispasmodiques, diurétiques, antiseptiques);
  • méthodes de médecine traditionnelle.

En règle générale, le schéma de traitement établi conformément à ces règles est efficace dans la plupart des cas. La principale chose qu'une femme s'est tourné vers un spécialiste dans le temps, avec l'apparition des premiers symptômes de la maladie.

Mictions fréquentes chez les femmes sans douleur: causes et traitement des pulsions accélérées

Un adulte en moyenne visite les toilettes 5 à 10 fois par jour et il peut contrôler librement le processus de miction.

Si ce taux augmente, il y a lieu de consulter un médecin pour un examen du système génito-urinaire. Les mictions fréquentes chez les femmes ne sont généralement pas un signe de pathologie.

Lorsque l’hypothermie, l’abus d’alcool, la prise de certains groupes de médicaments ou dans des situations stressantes, le désir peut se produire beaucoup plus souvent que d’habitude.

Causes de mictions fréquentes sans douleur

Les causes profondes du fait qu'une femme souhaite souvent aller un peu aux toilettes, peuvent être différentes, souvent elles ne sont pas associées à des maladies. Quatre facteurs principaux expliquent les envies fréquentes. La première place est occupée par les pathologies du système urinaire.

De plus, le besoin constant peut être un signe secondaire du développement d'une maladie. Les stimuler peuvent également prendre des médicaments ou la mise en œuvre de tout processus physiologique dans le corps de la femme.

Considérez les causes les plus courantes de miction abondante et sans douleur chez les filles:

  • La cystite En raison des caractéristiques anatomiques chez les femmes, la maladie survient trois fois plus souvent que chez le sexe fort. Le stade initial ne provoque pas de douleur, mais une cystite tardive apporte un fort inconfort à la fille. Un symptôme caractéristique de la maladie - la vessie, même après la miction, peut sembler vide. Avec la progression de la maladie, l'urine devient trouble.
  • Pyélonéphrite. Des mictions fréquentes chez la femme adulte peuvent indiquer le développement d'une maladie rénale - pyélonéphrite chronique. Parfois, la maladie s'accompagne d'une sensation de tiraillement désagréable dans la région lombaire. Si la pathologie s'aggrave, la température corporelle commence à augmenter, des nausées et une faiblesse apparaissent, vous pouvez voir du sang ou du pus dans l'urine.
  • Des pierres dans la vessie. Un besoin constant chez les femmes peut être un signe de lithiase urinaire. Le désir de vider la vessie survient brusquement et de manière inattendue, en règle générale, après avoir fait du sport ou tremblé dans les transports. En train d'uriner, une femme atteinte de lithiase urinaire note l'interruption du jet et, dans certains cas, ressent une gêne au bas de l'abdomen.
  • Corset de muscle de la vessie faible. Le principal symptôme est une miction fréquente avec une petite quantité d'urine excrétée. Les femmes ressentent un vif désir urgent de se rendre aux toilettes. Cette pathologie étant congénitale, le seul moyen de résoudre le problème consiste à exercer les muscles abdominaux.
  • Vessie hyperactive. L'amplification des signaux nerveux fournis est interprétée par le cerveau comme une envie pressante d'uriner. Le traitement de la maladie vise à supprimer l'excitabilité pathologique du système nerveux.
  • Quand la grossesse. Au début de la période, le besoin fréquent d'uriner est dû à une modification du fond hormonal d'une femme et à une augmentation de la taille de son utérus. Au deuxième trimestre, le désir de vider constamment la vessie n’est pas justifié du point de vue physiologique, mais peut indiquer le développement de pathologies. À la fin du terme, la pression de la tête de l'enfant et de l'utérus dilaté sur la vessie augmente, de sorte que le désir de vider apparaît plus souvent que d'habitude.
  • Pathologie gynécologique. Une urine abondante peut être un symptôme de fibromes utérins (tumeur bénigne qui exerce une pression sur la vessie). Avec le développement de la maladie peut perturber le cycle de la menstruation. Si une femme a un trouble congénital - l'utérus est omis, besoin fréquent dû au déplacement des organes pelviens.
  • Pathologie endocrinienne. Souvent, des aller-retours constants aux toilettes sont le signe d’un diabète. En même temps, ces symptômes apparaissent: fatigue, démangeaisons de la peau, soif. Si une femme a constamment soif, on peut aussi parler de diabète insipide, caractérisé par une augmentation du volume d'urine jusqu'à 5 litres par jour.
  • Maladies cardiovasculaires. Lorsque l'insuffisance cardiaque, en plus d'augmenter la fréquence des mictions, un œdème cutané se produit.
  • Facteurs physiologiques L’alimentation, l’excitation, le stress et le manque d’oxygène dans les cellules sont des causes fréquentes de l’excrétion accrue de l’urine chez les femmes.
  • Réception des préparations. Une miction excessive est parfois provoquée par la prise de diurétiques, prescrits pour le traitement de la prééclampsie, de l'hypertension ou de l'œdème.

Voici les principaux symptômes qui accompagnent la maladie:

  • Les douleurs indiquent une forme aiguë de cystite. De plus, à propos de la présence d'une pathologie, on dit une vidange incomplète de la vessie.
  • La brûlure après avoir uriné chez la femme est un symptôme d'infection des voies urinaires ou d'hygiène inadéquate de la zone intime. De plus, le sentiment de brûlure et de démangeaisons peut être un signe d'intolérance individuelle à l'égard du moyen de contraception choisi ou d'une consommation excessive d'aliments épicés.
  • Des températures à impulsions constantes peuvent indiquer une tuberculose urogénitale ou certaines maladies sexuellement transmissibles.
  • La douleur dans la région lombaire est un symptôme fréquent de la pyélonéphrite, moins souvent, elle parle de tuberculose urogénitale.
  • La décharge de pus se produit lorsque l'urétrite de forme avancée, la gonorrhée, la chlamydia.
  • Une gêne dans la région pelvienne (bas de l'abdomen) est ressentie par les femmes atteintes de diverses maladies gynécologiques ou d'une infection des voies urinaires.
  • La douleur à la fin de la miction indique une urétrite ou une cystite aiguë.
  • Le retard des menstruations avec des mictions fréquentes peut indiquer une grossesse.

Quel médecin contacter

L'envie fréquente d'uriner chez les femmes est un inconvénient majeur. Cependant, ils n'indiquent pas toujours la présence de la maladie.

S'il n'y a pas d'autres symptômes et que la fréquence d'aller aux toilettes ne dépasse pas 10-12 par jour - il n'y a aucune raison de paniquer. Mais la miction douloureuse chez les femmes ne peut pas être ignorée, alors contactez immédiatement un gynécologue, un médecin généraliste ou un urologue.

Le spécialiste déterminera ce qui provoque des visites fréquentes aux toilettes et, si nécessaire, choisira un traitement adéquat.

Traitement des mictions fréquentes chez les femmes

Le traitement des mictions fréquentes chez la femme est choisi par le médecin en fonction du diagnostic.

Donc, si le diabète sucré est la cause de ce symptôme, il est nécessaire de corriger le taux de glucose avec des préparations spéciales impliquant une administration à long terme.

Pour vous débarrasser des calculs urinaires provoquant des envies fréquentes, utilisez des ultrasons ou un traitement médicamenteux conservateur.

Comment traiter l'arthrite réactive, qui a provoqué le désir constant de vider la vessie? Le médecin prescrit ensuite des antibiotiques, par exemple «Azithromycine» ou «Doxycilline».

Réduire la quantité d'urine pendant la ménopause est possible avec l'aide de médicaments hormonaux. Si les visites fréquentes aux toilettes sont la cause d’une carence en fer dans le corps de la femme, le médecin vous prescrit des pilules à base de cette substance (Ferroplex, Maltofer).

Considérez le traitement des maladies les plus courantes qui causent une urine abondante:

  • Des antibiotiques sont prescrits pour le traitement de la cystite aiguë (Monural, Nofroloxacin). Si une microflore spécifique est découverte, une femme doit suivre un traitement antifongique, antiviral ou antimicrobien. En outre, vous pouvez appliquer des remèdes populaires. Pour cela, 1 cuillère à soupe. l les graines d'aneth broyées sont brassées dans une tasse d'eau bouillante, insistez pendant 2-3 heures et buvez 80-100 ml deux fois par jour.
  • Lorsque le traitement par bactériurie vise à éliminer la source de l'infection. Le médecin prescrit à la femme des antibiotiques, des sulfanilamides et des uroantiseptiques (Cyston, Canephron, Monural). Dans le même temps, des médecines alternatives sont utilisées: tisanes, décoction d’herbes pour la nuit.
  • Pour le traitement des IST (infections sexuellement transmissibles), il est nécessaire d'identifier l'agent pathogène, puis de déterminer sa sensibilité à différents antibiotiques et de choisir celui qui est le plus efficace. Les IST sont souvent prescrits «Vagilak», «Doxycilin», «Fluconazole» et autres.

Coupure, brûlure et douleur en urinant chez les femmes à la fin. Causes de la réduction de la douleur aiguë aiguë et comment la traiter

Comme vous le savez, la douleur en urinant chez les femmes est le symptôme le plus courant des maladies du système génito-urinaire:

Il est à noter que, dans ce cas, la sensation de brûlure lors de la miction chez la femme est souvent accompagnée de démangeaisons dans le vagin et de demandes fréquentes d'aller aux toilettes. La douleur après la miction chez les femmes est également un symptôme alarmant qui n’est pas du tout normal.

Lorsqu'une douleur survient lorsque vous urinez chez une femme, vous devez immédiatement consulter un médecin qui vous prescrira le traitement approprié.

Traitement de la douleur en urinant chez les femmes

De nombreux patients, confrontés à des symptômes similaires, se demandent: comment traiter la douleur en urinant chez la femme? Voyons voir.

Pour que le traitement de la douleur pendant la miction chez la femme soit adéquat, il est nécessaire de déterminer leur nature et la présence de signes pathologiques concomitants.

Par exemple, une douleur pendant la miction, accompagnée de démangeaisons et de brûlures aux organes génitaux, ainsi qu'une envie fréquente d'utiliser les toilettes, peuvent indiquer un processus infectieux ou inflammatoire dans le corps nécessitant une intervention médicale immédiate. On ne peut parler du traitement de la sensation de brûlure quand on urine chez les femmes à la maison.

Endométrite, la vaginite et la salpingite impliquent le traitement des crampes lors de la miction des femmes avec des agents anti-inflammatoires et antibactériens sélectionnés individuellement. Le traitement de la gonorrhée repose sur l'utilisation rationnelle de médicaments de type pénicilline, l'immunothérapie et le traitement local. Naturellement, seul un médecin peut prescrire un tel traitement.

Traitement des remèdes populaires

En plus des soins médicaux, il existe des moyens simples et efficaces de la médecine traditionnelle qui aident à soulager la douleur en urinant. Dans ce cas, le traitement avec des remèdes populaires contre la douleur lors de la miction chez les femmes implique l'utilisation d'herbes:

  • Ours oreilles. Pour préparer le bouillon, prendre une cuillère à soupe d'herbe, verser avec un verre d'eau bouillante, infuser au bain-marie pendant une demi-heure, filtrer, refroidir et compléter avec de l'eau bouillie pour obtenir le volume initial. Un demi ou un demi-verre est utilisé trois fois par jour.
  • Feuilles de myrtille. La décoction est préparée comme suit. Une cuillère à soupe de feuilles d’airelles est remplie d’un demi-litre d’eau tiède et laissée pendant 30 à 40 minutes. Ensuite, la perfusion est portée à ébullition et bouillie pendant au moins 15 minutes. De plus, le volume de liquide dans ce cas devrait être réduit au moins deux fois. Le bouillon préparé est laissé refroidir à la température ambiante et filtré. Utilisez l'outil trois fois par jour, une cuillère à soupe de cystite.
  • Graines d'aneth. Pour préparer l’infusion, prendre une cuillère à soupe de graines d’aneth, versées dans un thermos, remplies d’un verre d’eau chaude et laissées pendant 15 minutes. Il est utilisé 100 grammes trois fois par jour pour réduire la douleur à la fin de la miction.

Causes de la douleur

En règle générale, les causes de la douleur pendant la miction chez les femmes résident dans les processus inflammatoires ou infectieux du système urogénital, en raison de la présence des maladies suivantes:

  • calculs vésicaux résultant de la cristallisation de minéraux dans l'urine;
  • vaginite (inflammation du vagin);
  • la cystite (inflammation de la vessie);
  • Chlamydimose (infection sexuellement transmissible);
  • vulvovaginite (infection à levures du vagin et de la vulve);
  • infections herpétiques (également appelées causes de douleur lors de la miction chez les femmes);
  • irritation des tissus vaginaux causée par des produits de soins personnels, le bain, des sous-vêtements serrés en matières synthétiques.

Douleur avec du sang

L'apparition de sang dans les urines s'appelle "hématurie". Malgré le fait que les causes de cette pathologie sont différentes et peuvent indiquer de nombreuses maladies, dans la plupart des cas, la douleur lors de la miction de sang chez la femme indique la présence d'une cystite.

En outre, les causes de la présence de sang dans les urines peuvent être:

  • maladie polykystique des reins;
  • dommages aux organes urinaires (peut causer de la douleur et du sang en urinant chez les femmes);
  • glomérulonéphrite;
  • circulation sanguine altérée dans le système urogénital (peut causer de la douleur pendant la miction et du sang chez la femme);
  • pyélonéphrite;
  • tuberculose rénale;
  • des calculs rénaux (leur mouvement peut provoquer des douleurs lors de la miction avec du sang chez les femmes);
  • cancer de la vessie.

Douleur à la fin

Dans la plupart des cas, la douleur lors de la miction des femmes à la fin du processus de vidange de la vessie est provoquée par une inflammation associée à:

  • maladies catarrhales;
  • les infections;
  • néoplasmes dans les organes du système urogénital;
  • processus inflammatoires dans les organes pelviens;
  • inexactitudes dans l'hygiène personnelle.

Aussi, la raison pour laquelle il est douloureux pour une femme d'écrire à la fin de la miction peut être la consommation d'aliments trop acides, la lubie d'énergie et d'autres boissons gazeuses qui irritent l'urètre.

En règle générale, la douleur ressentie par la femme lorsqu'elle urine au début de la vidange de sa vessie est caractérisée par une nature brûlante et aiguë qui gêne tous ceux qui la ressentent.

Les raisons pour lesquelles il est douloureux d’écrire à la fin de la miction chez les femmes sont les suivantes:

  • les infections sexuellement transmissibles, telles que l'herpès génital;
  • maladies gynécologiques - cystite, vaginite, colpite, urétrite, cervicite;
  • pathologie congénitale ou acquise de l'utérus.

Dans la plupart des cas, la sensation de brûlure dans le vagin pendant la miction est un symptôme alarmant, qui nécessite une clarification de l'étiologie et un traitement adéquat.

Chez les femmes, une douleur à la fin de la miction peut survenir pendant et après la miction et est associée à l'effet irritant de l'urine sur la membrane muqueuse des organes génitaux.

La fréquence et l'intensité de la douleur dépendent du degré de dommage et de l'étiologie de la maladie.

Douleur au début

La douleur pendant la miction chez les femmes au début de la vidange de la vessie est souvent accompagnée d'autres symptômes:

  • pertes vaginales;
  • des démangeaisons;
  • rougeur et gonflement des organes génitaux externes;
  • odeur vaginale;
  • mictions fréquentes;
  • inconfort dans le bas-ventre;
  • rapport sexuel douloureux.

Brûlure dans le vagin en urinant

Fondamentalement, une sensation de brûlure dans le vagin pendant la miction indique un processus inflammatoire aggravé, tel qu'une annexite ou une endométrite, associé à une violation de la microflore vaginale due à une défaillance hormonale. En outre, les douleurs vaginales au cours de la miction peuvent résulter d'une hypothermie, d'une diminution de l'immunité générale ou locale, d'une utilisation prolongée d'agents antibactériens, d'une dépression prolongée.

En outre, une sensation de brûlure dans le vagin après la miction peut provoquer une candidose, dont l'agent causal est un champignon de la levure Candida.

En outre, la douleur dans le vagin pendant la miction peut être associée à une vulvite, un processus inflammatoire provoqué par des micro-organismes opportunistes ou des maladies sexuellement transmissibles.

Douleur après l'accouchement et la césarienne

La principale raison de la douleur après la miction est l’installation illimitée d’un cathéter par le personnel médical. Cette affection ne nécessite aucun traitement et disparaît d'elle-même en quelques jours.

En outre, la douleur lors de la miction après une césarienne peut indiquer une inflammation des voies urinaires. Il s'accompagne des manifestations suivantes, pour lesquelles il est pénible pour une femme après l'accouchement d'écrire:

  • forte odeur particulière et turbidité de l'urine;
  • fièvre
  • inconfort dans la région lombaire.

Douleur après cathéter

Les plaintes des patients concernant la douleur intense en urinant après un cathéter ne sont pas rares. Ces symptômes sont dus à la fois au manque de professionnalisme du médecin et au mauvais choix de cet outil. La douleur causée par l'installation du cathéter ne nécessite aucun traitement, elle ne dure que quelques jours et passe rapidement sans laisser de trace.

Si après le cathéter, il est très pénible d’écrire au point d’être impossible à supporter, vous pouvez utiliser des anti-inflammatoires.

Douleur dans l'utérus

Une douleur constante ou intermittente dans l'utérus pendant la miction peut indiquer la présence de maladies inflammatoires - endométrite, salpingite, annexite. En plus de la miction douloureuse, ces processus peuvent être accompagnés de:

Douleur dans les ovaires

En règle générale, la douleur dans les ovaires lors de la miction est associée à un processus inflammatoire - annexite. Dans la plupart des cas, il est de nature périodique et augmente avec la miction.

L’émergence de douleur est provoquée par une diminution générale de l’immunité contre le rhume, l’hypothermie, le stress, la fatigue physique et mentale.

Et les annexites elles-mêmes, en règle générale, sont une conséquence des maladies sexuellement transmissibles et, en l’absence de traitement adéquat, elles peuvent même conduire à la stérilité. Par conséquent, il est très important, si vous avez des plaintes à temps, de consulter un gynécologue.

Plus D'Articles Sur Les Reins