Principal Traitement

La cystite est-elle dangereuse?

L'inflammation de la vessie n'a pas la réputation d'une maladie dangereuse. Mais la cystite est-elle aussi inoffensive que cela puisse paraître? Quelles sont les conséquences négatives de la maladie? Que se passera-t-il si vous ne traitez pas la maladie?

Cystite non traitée: qu'est-ce qui est dangereux?

Les symptômes d'inflammation de la vessie et par eux-mêmes détériorent considérablement la qualité de la vie, mais ce sont toujours des «fleurs»: la maladie ignorée est aggravée et continue à se développer. La cystite peut évoluer vers:

  • forme chronique. Vous devrez vivre avec la maladie constamment, en arrêtant périodiquement les exacerbations. Les symptômes de la cystite chronique sont les mêmes que ceux de la aiguë, mais moins prononcés;
  • pyélonéphrite. En plus d’aggraver le processus inflammatoire de la vessie, l’infection «traite» du mouvement dans les reins. La pyélonéphrite, en passant, peut également devenir chronique, ce qui affaiblit davantage le corps. Et le développement de l'inflammation bilatérale des reins est un danger clair pour la vie;
  • cystite hémorragique. Ses principales manifestations sont des traces de sang ou des caillots excrétés dans l'urine. Le "secret" est simple: l’infection a atteint les vaisseaux sanguins situés à l’intérieur de la muqueuse. La cystite hémorragique entraîne progressivement de graves lésions de l’organe et son dysfonctionnement;
  • cystite interstitielle. Initialement, la maladie affecte la membrane muqueuse de la vessie, mais l'infection se propage plus profondément, entraînant des modifications dans les tissus de l'organe. Il diminue, ses parois perdent de l’élasticité et ne peuvent plus s’étirer autant que nécessaire. En conséquence, la vessie devient un appendice peu fonctionnel, qui est parfois retiré et partiellement remplacé par le gros intestin.

En plus de la menace évidente pour la santé physique, la cystite négligée est très inconfortable et augmente le niveau de stress global. Après tout, le patient tombe effectivement dans la dépendance vis-à-vis de la vessie: la nécessité impérieuse d'uriner face à une douleur intense est une raison suffisante pour qu'une personne se sente mal à l'aise et tente de quitter la maison moins souvent.

Chez les personnes âgées, on observe souvent une incontinence urinaire due à une cystite au col de la vessie, ce qui entraîne une perte de la capacité du sphincter à remplir sa fonction immédiate.

Les femmes souffrant de cystite chronique peuvent ressentir une douleur intime. Un autre danger de la maladie - un risque accru de néoplasie dans la vessie.

Qu'est-ce qu'une cystite dangereuse pour la santé reproductive des femmes?

La question de la possibilité de grossesse après la maladie est une préoccupation majeure chez les patients atteints de cystite. Les médecins disent sans équivoque que l'inflammation directe de la vessie n'affecte pas la capacité de concevoir. Mais vous ne devriez pas vous détendre, le danger est précisément la forme chronique de la maladie, qui s'accompagne généralement d'une inflammation importante dans d'autres organes.

Donc Quand la cystite cause-t-elle l'infertilité? Si l'infection s'est propagée aux appendices, à la suite de laquelle une ovoprophie (inflammation des ovaires) ou une salpingite (inflammation des trompes de Fallope) s'est développée, la perte de la capacité de concevoir un enfant est bien réelle. Mais il faut comprendre que la cause de l'infertilité ne réside pas tant dans les problèmes de vessie, mais dans les complications que la cystite a provoquées.

Parfois, cela se passe dans l'autre sens. Souvent, la cystite n'est que le symptôme d'un déséquilibre hormonal, entraînant une défaillance de la microflore des organes génitaux. Ou, dans le corps, l'inflammation des appendices s'est déjà développée, et c'est d'eux que l'infection est passée à la vessie. Dans cette situation, la cystite n’est que l’une des complications de la maladie initiale et non la cause. Même si l'infertilité se développe, la vessie enflammée n'a rien à voir avec cela.

En fait, ces cas négligés sont rares. Habituellement, les femmes ont plus ou moins de temps pour consulter un médecin et suivre un traitement, ce qui élimine le risque de problèmes graves en matière de santé de la reproduction.

La cystite se développe souvent pendant la grossesse. Actuellement, le danger est très grave: en raison des complications possibles des reins, il existe un risque de mort fœtale ou de naissance prématurée. On pense que la cystite chez la mère provoque une perte de poids corporel chez le nouveau-né, augmente également le risque d'infirmité motrice cérébrale et retarde le développement psychomoteur de l'enfant à l'adolescence.

N'importe laquelle, même apparemment insignifiante, la maladie devrait être traitée. Et vous ne devriez pas espérer un «dépassement de soi» ou une thérapie à domicile: la cystite peut devenir à la fois un inconfort temporaire et un supplice constant. Le choix est fait par l'homme lui-même. S'il ignore les symptômes et décide de ne pas consulter un médecin, les complications de la maladie ne peuvent être évitées - et elles sont même moins agréables que les principaux signes.

Qu'est-ce qu'une cystite dangereuse?

Face à un problème tel que l’inflammation de la vessie, beaucoup se posent d’abord des questions: quel est le danger de la cystite, quelle est la probabilité de complications possibles et quelles sont les méthodes efficaces pour le traiter?

Qu'est-ce qu'une cystite dangereuse pour les femmes?

La cystite est une maladie de la vessie et des voies urinaires, souvent causée par Escherichia coli, rarement causée par des infections virales ou des microorganismes fongiques. Malheureusement, les femmes sont beaucoup plus susceptibles de souffrir de cette maladie désagréable. Cela est dû à la particularité de la structure de leur système uro-génital - l'urètre est situé très près du vagin et de l'anus, ce qui augmente les risques de micro-organismes pathogènes et conditionnellement pathogènes dans les canaux urinaires, puis dans la vessie.

Les symptômes se font généralement connaître le plus tôt possible et il est impossible de ne pas les remarquer. Les manifestations de cette maladie comprennent:

  • difficulté à uriner;
  • douleur et sensation de brûlure en urinant;
  • besoin fréquent d'aller aux toilettes;
  • odeur désagréable et couleur foncée de l'urine;
  • parfois une légère augmentation de la température corporelle.

A quel point la cystite est-elle dangereuse à en juger par ses conséquences? Pour les femmes, cela peut entraîner la forme chronique de la maladie, l'incontinence urinaire, la pyélonéphrite et d'autres maladies directement associées au système urinaire.

Connaissant le danger de la cystite chez les femmes, nous notons que le traitement est prescrit individuellement, en fonction de l'agent responsable de la maladie, de la gravité des symptômes, des caractéristiques liées à l'âge. Il existe de nombreux médicaments qui peuvent traiter efficacement la cystite. Il peut s'agir de pommades, de pilules, de gouttes ou de remèdes à base de plantes, qui ont un effet ménageant sur le corps.

Cystite pendant la grossesse

Ce sujet mérite une attention particulière, car il s'agit à la fois de la santé de la future mère et de la santé du bébé. Tout d'abord, la cystite pendant la grossesse est extrêmement dangereuse. Cela est dû au fait qu’il peut être asymptomatique au premier trimestre. Pendant ce temps, il peut entrer dans la forme chronique, qui est traitée beaucoup plus difficile et plus longtemps que le stade précoce de la maladie. Aux symptômes classiques de la cystite chez la femme, il faut ajouter une douleur tiraillante dans le bas de l'abdomen. Dans ce cas, une femme enceinte, dès les premiers symptômes, doit immédiatement contacter son gynécologue. Il sera préférable que le gynécologue et l'urologue soient impliqués dans le diagnostic et la prescription. Il est nécessaire pour la nomination de médicaments, la prise qui aura un impact minimal sur le fœtus.

En même temps, sachant si la cystite est dangereuse pendant la grossesse, il convient de noter son effet négatif sur le fœtus. Il peut être une menace dans l'une de ses manifestations. Le principal danger est l'infection intra-utérine, la naissance prématurée ou la fausse couche (plus tôt). En outre, cette maladie peut provoquer diverses pathologies sous forme de fuite de liquide amniotique, de pyélonéphrite, de formes chroniques de cystite, d’incontinence urinaire.

Le traitement doit être prescrit par un spécialiste, car De nombreux médicaments sont contre-indiqués pendant la grossesse, même ceux à base de plantes ne sont pas toujours autorisés et peuvent être dangereux. Pour éliminer le risque de préjudice pour le fœtus, sachant si la cystite est dangereuse, il est nécessaire de réaliser un traitement exclusivement sous contrôle médical.

Inflammation de la vessie chez l'homme

Les hommes sont beaucoup moins susceptibles de souffrir de cette maladie que les femmes, mais 7 à 8 hommes sur 1000 ont subi tous les «charmes» de la cystite. La principale cause de la maladie chez les hommes sont les infections cachées: chlamydia, trichomonase, gonorrhée, etc., ainsi que la prostatite, l'urétrite, la vésiculite. Il convient de noter que les hommes qui pratiquent régulièrement des procédures d'hygiène minimisent le risque de développer une cystite.

Les symptômes de l'inflammation des voies urinaires sont:

  • brûlure et douleur en urinant;
  • difficulté à uriner;
  • incontinence urinaire;
  • douleur dans le pénis;
  • besoin fréquent d'aller aux toilettes avec un minimum d'urine.

Si nous parlons du danger de la cystite chez l'homme, il existe un risque de conséquences graves et de complications telles que: pyélonéphrite, reflux vésico-urétéral, perforation des parois de la vessie.

Le traitement consiste à déterminer la source de la maladie en effectuant des tests et en ne prescrivant qu'un médicament efficace. Souvent, il s'agit d'antimicrobiens à large spectre ou simplement d'antibiotiques. En règle générale, les pommades pour administration topique n’apportent pas l’effet escompté chez les hommes.

La cystite chronique est plus que dangereuse pour tout le monde. C'est lui qui est capable d'évoluer dans des maladies plus complexes de la direction urologique. Par conséquent, afin d'éviter toute conséquence indésirable, vous devez contacter immédiatement un spécialiste dès l'apparition des premiers symptômes d'inflammation des canaux urinaires. Des urologues compétents, capables de lutter efficacement et efficacement contre cette maladie désagréable, en leur prescrivant des médicaments efficaces. Ne jamais ignorer un problème existant. Votre santé est entre vos mains!

Nous proposons également de visiter notre forum sur la cystite, des critiques peuvent vous aider beaucoup ou laisser vos commentaires. Rappelez-vous qu'en partageant votre expérience, vous pouvez aider quelqu'un autant que vous le pouvez.

Qu'est-ce qu'une cystite dangereuse? Les effets de la cystite chez les femmes

La cystite est une maladie inflammatoire de la paroi de la vessie. En raison des particularités de l'anatomie du système génito-urinaire féminin, les femmes sont plus susceptibles de souffrir de cette pathologie.

De nombreuses femmes sont habituées à la récurrence de la cystite, sont capables d’arrêter les symptômes de cette maladie et d’approcher calmement de ses manifestations. Cependant, comme beaucoup d'autres maladies inflammatoires, la cystite peut entraîner des complications assez graves. Qu'est-ce qu'une cystite dangereuse?

Facteurs de risque

Comme la cystite touche un pourcentage assez élevé de la population féminine, il est utile de savoir quels facteurs peuvent entraîner des complications. Parmi eux figurent les suivants:

  1. Manque de traitement ou son manque d'efficacité.
  2. Non respect des recommandations du médecin, arrêt des antibiotiques avec disparition des symptômes cliniques.
  3. L'affaiblissement des forces immunitaires avec le rhume, la grossesse, l'anémie.
  4. Déficit immunitaire en pathologie congénitale du système sanguin, processus oncologiques, infection par le VIH.
  5. Hypovitaminose, jeûne, troubles métaboliques.
  6. Changement fréquent de partenaires sexuels.
  7. Échec de l'hygiène intime.
  8. Opérations et blessures de la cavité abdominale, petit bassin.
  9. Anomalies congénitales de la structure du système génito-urinaire.
  10. Autres foyers d'infection chroniques dans les organes du système urogénital et d'autres sites.

Avec une ou plusieurs de ces conditions, le risque de complications de la cystite augmente considérablement.

Pour se préparer aux conséquences de la maladie et repérer leurs manifestations le plus tôt possible, il est nécessaire de s'attarder davantage sur les complications les plus particulières de la maladie.

Complications de la cystite

Pour imaginer les effets de la cystite chez les femmes, vous devez comprendre les caractéristiques de cette maladie. Normalement, l'urine est un environnement stérile du corps.

Lorsque des micro-organismes pénètrent dans la cavité de la vessie, un processus inflammatoire commence dans sa paroi. Les microbes pénètrent généralement dans la voie ascendante - à travers l’urètre, qui est court chez la femme, c’est l’un des principaux facteurs du développement de la maladie.

Ayant eu lieu une fois, l'infection devient sujette à de nombreuses rechutes.

Cela est dû à un traitement inadéquat et à une mauvaise sélection de médicaments, ainsi qu'aux caractéristiques individuelles du corps de la femme.

Plus le processus inflammatoire dans la paroi du corps est long, plus le risque de conséquences graves est grand. Complications de la cystite:

  • La transition de l'inflammation aiguë dans la forme chronique.
  • Réduire le volume du corps.
  • La formation de reflux urétéral.
  • Inflammation du tissu rénal - pyélonéphrite.
  • La propagation de l'inflammation dans l'urètre avec la formation d'uréthrite.
  • La transition de la cystite dans la forme hémorragique et la perte de sang chronique.
  • Généralisation de l'infection avec le développement de la septicémie.

Toutes les complications énumérées de la cystite ne se développent pas chez toutes les femmes malades. Tout repose sur le travail des défenses de l'organisme. Cependant, ces systèmes échouent parfois et les facteurs de risque de complications y contribuent.

Chronisation de l'infection

La transition de l'inflammation aiguë de la paroi de la vessie à chronique est la complication la plus fréquente de cette maladie. Après le premier épisode de cystite aiguë, le processus est chronique dans plus de la moitié des cas.

Les caractéristiques de la cystite chronique sont les suivantes:

  1. Rechute de la maladie avec un tableau clinique caractéristique.
  2. Détérioration progressive de la paroi de l'organe.
  3. Il se produit sur le fond d'une autre maladie chronique du système génito-urinaire.
  4. La gravité des symptômes est moindre comparée à la cystite aiguë.

Pour éviter le passage d'une inflammation aiguë à une infection chronique, ainsi que pour vous débarrasser des rechutes d'une cystite chronique existante, procédez comme suit:

  • Changer de régime et de mode d'activité.
  • Buvez beaucoup de liquides.
  • Videz la vessie systématiquement dès la première poussée.
  • Cesser de porter des vêtements timides.
  • Suivez les règles d'hygiène personnelle.
  • Visitez périodiquement l'urologue.

La cystite chronique, à son tour, est elle-même la cause la plus fréquente des autres complications énumérées ci-dessous.

Réduction du volume de la vessie

L’évolution de tout processus chronique est associée à la formation d’adhésions - le dépôt de brins de protéines de fibrine. Les adhérences entre les différentes parties du corps peuvent ainsi réduire sa cavité.

Cela peut se produire lors d'une longue cystite chronique. Dans ce cas, on parle de vessie ratatinée. Cette maladie limite sérieusement la qualité de vie du patient, car elle se manifeste par les symptômes suivants:

  • Besoin fréquent et insupportable d'uriner.
  • En pressant plus de 2 fois.
  • Une petite quantité d'urine excrétée.
  • Progression et détérioration graduelles.

Le traitement de la pathologie est assez compliqué. La méthode conservatrice peut être appelée hydrodilatation. Au cours de cette procédure, des volumes de plus en plus importants de fluide sont progressivement introduits dans la cavité de l’organe, ce qui entraîne dans certains cas une dilatation de la cavité.

Le traitement principal de la maladie est la chirurgie.

Pendant l'opération, les muscles de la paroi de la vessie sont en plastique, les nerfs sont croisés, la partie de la vessie est enlevée ou elle est complètement enlevée et remplacée par une section intestinale.

Reflux urétéral

Reflux en médecine s'appelle jeter le contenu d'un organe creux dans la section sus-jacente. Ainsi, dans un processus inflammatoire chronique, il se produit un dysfonctionnement du sphincter - les muscles entourant les ouvertures urétérales de la vessie.

En conséquence, l'urine de la cavité vésicale commence à remonter à travers l'uretère. Depuis le processus inflammatoire dans la paroi du corps, l'urine contient un grand nombre de bactéries et de cellules immunitaires présentes dans l'uretère.

Ce processus peut perturber le travail du corps et entraîner une autre conséquence de la cystite: la pyélonéphrite.

Pyélonéphrite

Lorsque de l'urine contaminée pénètre dans l'uretère de manière ascendante ou qu'une infection du sang de la vessie pénètre dans le rein, un processus inflammatoire commence également à se former dans celui-ci.

L'inflammation de diverses parties du rein de genèse infectieuse est appelée pyélonéphrite. Le nom de la maladie reflète la localisation prédominante du processus - généralement le système pelvien d'organe-pectoral est enflammé - une section qui collecte l'urine de tous les néphrons rénaux.

La pyélonéphrite est une pathologie très grave nécessitant un traitement complexe. Symptômes de la maladie:

  • La fièvre
  • Faiblesse et perte d'appétit.
  • Augmentation de la pression artérielle.
  • Perturbation du sommeil
  • Nausées et vomissements.
  • Douleur au bas du dos.
  • Gonflement sur le visage.
  • Urine trouble.
  • Douleur en urinant.
  • Augmentation de la miction d'uriner.

En plus des antibiotiques, des anti-inflammatoires, des vitamines et des médicaments vasculaires sont prescrits dans le traitement de la maladie, les patients doivent également suivre un régime et un mode d’activité physique rationnel.

Urétrite

Ci-dessus sont énumérées les complications de la cystite, qui se développent lorsque l’infection se transmet aux organes sus-jacents. Cependant, le processus inflammatoire peut également descendre le long des voies urinaires.

Dans ce cas, l'uréthrite se développe - une inflammation bactérienne de l'urètre. Cette condition est accompagnée des symptômes suivants:

  • Douleur ou crampes en urinant.
  • Séparation du pus ou du mucus de l'urètre, ainsi que de l'exsudat sanglant.
  • Odeur désagréable.
  • Mictions fréquentes.
  • Douleur dans la zone intime.

L'uréthrite répond bien au traitement, mais commencez le traitement le plus tôt possible. La maladie elle-même peut causer des complications progressives.

L'infection peut se déplacer vers la région des organes génitaux externes et internes, auquel cas il se forme une bartholinite, une vulvite, une colpite et d'autres maladies.

Cystite hémorragique

La cystite hémorragique est une forme de maladie accompagnée de lésions des vaisseaux de la paroi interne de l'organe. Cela conduit à des saignements récurrents et à l'apparition de sang dans les urines.

Cette condition s'appelle l'hématurie. Elle se divise en microhématurie (le sang n'est pas visible dans l'urine, les globules rouges sont détectés par analyse) et en hématurie générale - la couleur de l'urine change et le sang devient visible à l'œil nu.

Outre le fait que la cystite hémorragique est une forme assez grave de la maladie et qu'elle s'accompagne de symptômes désagréables, elle peut également causer une anémie ferriprive chronique.

De petites pertes de sang constantes entraînent une diminution de la quantité de fer dans le corps. Le syndrome anémique se produit. Il ne peut pas être éliminé avec un régime. Par conséquent, des préparations à base de fer sont ajoutées au traitement de la cystite.

L'anémie ne peut être guérie si la cause de la perte de sang n'est pas éliminée, le traitement de la maladie sous-jacente reste donc une priorité.

Urolithiase

Le processus inflammatoire dans les organes creux est un facteur dans la formation de conglomérats de protéines et de minéraux - pierres. Ceci est caractéristique de la cholécystite et de la cholélithiase qui l'accompagne, ainsi que de la cystite que nous envisageons. Dans ce dernier cas, la maladie est compliquée par une lithiase urinaire.

Une pierre dans la lumière de la vessie irrite les muqueuses et cause des dommages supplémentaires au mur. Il améliore le processus inflammatoire et des dommages mécaniques sont liés au composant bactérien.

En outre, la pierre peut bloquer la lumière de l'urètre ou de l'uretère, entraînant une rétention urinaire aiguë ou une insuffisance rénale aiguë.

Le traitement utilise:

  • Anti-inflammatoires.
  • Antispasmodiques.
  • Physiothérapie.
  • Antioxydants
  • Concassage ultrasonique des pierres.
  • Retrait en ligne.

Pour prévenir le développement de la lithiase urinaire, il faut suffisamment de temps pour prévenir le développement d'une inflammation dans la lumière de l'organe.

Sepsis

Une complication extrêmement rare du processus inflammatoire dans la vessie est l'introduction d'une infection dans le sang et la formation d'une réponse inflammatoire systémique - une septicémie. Dans cette pathologie, des foyers d'infection commencent à se former dans divers organes en raison de la pénétration de microbes dans le sang de la vessie.

La sepsie est une maladie potentiellement mortelle, mais une cystite survient dans le pourcentage minimum de cas. Son développement peut être associé à une immunodéficience ou à des complications de la cystite.

Cystite et ses complications


La cystite est une maladie qui, avec un traitement rapide et l'absence d'anomalies congénitales dans la structure des organes urinaires, peut être complètement guérie et ne laisse aucune conséquence. Si une thérapie non radicale était pratiquée sur le patient, le traitement aux antibiotiques était interrompu et non achevé et le facteur provoquant n'étant pas éliminé, la maladie pouvait devenir chronique et même entraîner des complications graves. Qu'est-ce qu'une cystite dangereuse? Les conséquences les plus courantes de la cystite sont la pyélonéphrite aiguë ou chronique, le reflux vésico-urétéral, la cystite interstitielle.

La cystite aiguë est relativement favorable, les signes cliniques de la maladie disparaissent après une dizaine de jours. Si la maladie est retardée et que l'état du patient s'aggrave, vous devez en rechercher la cause, qui soutient longtemps le processus inflammatoire de la vessie.

  • La pyélonéphrite est l’une des conséquences les plus fréquentes et les plus dangereuses de la cystite. Il se produit lorsque l'infection se propage aux organes supérieurs du système urinaire - aux reins et s'accompagne du développement d'une inflammation.
  • Chez les enfants, la cystite peut être compliquée par un reflux vésico-urétéral. Cette pathologie ne se caractérise pas par la libération d'urine de la vessie vers l'extérieur par l'urètre, mais par son passage des urètres dans les reins.
  • Une cystite prolongée sans le traitement efficace nécessaire entraîne une modification des tissus de la vessie. Ses murs ne sont pas élastiques et mal étirés. Le corps lui-même est réduit en taille et perd pratiquement sa fonction. Il en va de même pour le développement de la cystite interstitielle, qui s'accompagne d'une douleur insupportable.
  • La cystite chronique affecte négativement la fonction de reproduction des femmes et peut même entraîner une infertilité. La cystite a un cours récurrent qui est provoqué par diverses infections, y compris les infections sexuellement transmissibles. En aucun cas, ne peut pas ignorer les premiers symptômes de la maladie, et devrait demander l'aide d'un spécialiste qui vous prescrira le traitement nécessaire.
  • Quoi de plus dangereux cystite? En règle générale, la cystite est une pathologie à développement rapide qui disparaît sept ou dix jours plus tard et tous les symptômes disparaissent. En règle générale, une rechute survient rapidement: douleur débilitante, envie fréquente d'aller aux toilettes. Cela perturbe l'équilibre nerveux, l'irritabilité, le manque de confiance en soi, l'indifférence à l'égard du monde environnant apparaissent. Le stress et la dépression sont des complications graves de la cystite.
  • La cystite, qui affecte principalement le col de la vessie, est chronique. Cela conduit à un dysfonctionnement du sphincter et à une incontinence urinaire, particulièrement aiguë chez les personnes âgées.

Reflux urétéral kystique

Le reflux urétéral kystique est une pathologie caractérisée par un écoulement inverse de l'urine de la vessie à travers les uretères jusqu'au rein. Normalement, l'urine se déplace toujours dans une direction à partir du lieu de sa formation - le rein, le long de l'uretère jusque dans la vessie - le réservoir, où elle s'accumule au volume requis. Il existe une valve spéciale qui empêche l'écoulement de l'urine. Il est situé dans l'uretère kystique. Le remplissage de la vessie entraîne une augmentation de la pression dans celle-ci et la fermeture des valves de la valve. L'inflammation chronique endommage les structures de la valve, modifie l'élasticité de l'orifice de l'uretère et l'urine commence à retourner dans le rein.

Miction normale et reflux vésico-urétéral

Le reflux urétéral kystique est une complication grave de la cystite qui préserve l’infection dans les organes urinaires et conduit au développement d’une pyélonéphrite chronique. L'absence prolongée de traitement se termine par la cicatrisation du tissu rénal et la perte complète de la fonction des organes.

La cystographie est la principale méthode de diagnostic du reflux. Un agent de contraste est injecté dans la vessie à travers le cathéter et une série de rayons X est réalisée. Dans la première image, l'état de la vessie entière est reflété, dans la deuxième image - la vessie pendant la miction. L'expansion des uretères sur la radiographie et l'injection d'un agent de contraste à l'intérieur de ceux-ci confirment le reflux vésico-urétéral.

Le traitement de reflux consiste à éliminer la cause qui l’a provoqué, à savoir le traitement de la cystite.

Attention! Le reflux urétéral kystique est une complication assez fréquente de la cystite chez l’enfant. Les adultes souffrent le plus souvent des conséquences graves de la maladie, telles que la pyélonéphrite et la cystite interstitielle.

Pyélonéphrite

La cystite chronique entraîne souvent la propagation de l'infection de la vessie, en passant par les uretères, jusqu'au bassinet du rein, puis aux reins eux-mêmes avec le développement de la pyélonéphrite.

Le tableau clinique de la pyélonéphrite se caractérise par une forte fièvre accompagnée d’une température corporelle allant jusqu’à quarante degrés. Les patients sont tourmentés par des frissons et une transpiration excessive. Sur le côté de la lésion, il existe une douleur et une tension marquées des muscles de la paroi abdominale antérieure. La douleur est généralement unilatérale, se produit rarement pyélonéphrite bilatérale.

Les reins ne peuvent être malades que si leur capsule est étirée et contient un grand nombre de terminaisons nerveuses responsables de la perception des pulsions de douleur. Le processus pathologique qui se développe dans le rein lui-même ne se manifeste en aucune manière. Seul l’étirement de l’organe, résultant d’un gonflement ou d’une accumulation de pus, entraîne des sensations désagréables dans cette région. Dès le cinquième jour de la maladie dans le bas du dos, une infiltration dense et douloureuse est indiquée, indiquant un processus pathologique prolongé.

La pyélonéphrite s'accompagne d'une diminution de la quantité d'urine libérée. Ce symptôme est associé à un dysfonctionnement rénal qui, en raison de la pathologie développée, ne peut pas produire d'urine en quantité normale.

Le diagnostic de la maladie comprend:

  • analyse d'urine,
  • culture bactériologique d'urine pour identifier l'agent pathogène et déterminer sa sensibilité aux antibiotiques,
  • Examen aux rayons X du système urogénital pour déterminer la nature du processus inflammatoire en leur sein,
  • La méthode de diagnostic par ultrasons est la plus informative à l’heure actuelle.

C'est important! Le traitement de la pyélonéphrite est effectué dans un hôpital et comprend des soins intensifs, ainsi qu'un certain nombre d'activités visant à guérir le patient et à prévenir son invalidité.

Régime de traitement:

  • repos au lit strict
  • respect du régime d'alcool,
  • régime alimentaire,
  • thérapie antibactérienne
  • thérapie de désintoxication.

Si le traitement conservateur devient inefficace, on prescrit une chirurgie aux patients.

Le groupe à risque d'infections rénales comprend les personnes âgées et les jeunes enfants. Cela est dû au fait que, dans cette catégorie de personnes, les symptômes de cystite et d'infection ultérieure du rein ne sont pratiquement pas exprimés. Par conséquent, le diagnostic et le traitement présentent certaines difficultés.

Cystite Interstitielle

La cystite interstitielle est une complication grave de l'inflammation de la vessie. Il s'agit d'une pathologie caractérisée par une inflammation non seulement de la membrane muqueuse, mais également de la couche musculaire de la vessie. La cystite interstitielle est-elle dangereuse? Son parcours prolongé conduit au remplacement des fibres musculaires par du tissu conjonctif cicatriciel. En conséquence, l'élasticité des parois de la bulle est perdue et son volume considérablement réduit.

Symptômes de la cystite interstitielle:

  • Augmentation de la miction, jour et nuit;
  • Petit volume d'une portion d'urine;
  • Des envies soudaines et urgentes qui obligent les toilettes à aller immédiatement;
  • Douleur et inconfort dans la région pelvienne, aggravés par le remplissage de la vessie;
  • Douleur pendant les rapports sexuels;
  • La constipation est possible.

Les symptômes de la maladie peuvent varier. Cela dépend de la phase du cycle menstruel et des erreurs dans le régime alimentaire.

Pour le traitement de la cystite interstitielle, utilisez divers médicaments, un traitement local ou une intervention chirurgicale.

Sang dans l'urine

L'inflammation qui affecte la muqueuse de la vessie et s'accompagne de la présence de sang dans les urines est appelée cystite hémorragique aiguë. L'hématurie est causée par une augmentation de la perméabilité des ventouses vasculaires et par la destruction de la membrane muqueuse tapissant la cavité vésicale. L'urine devient sanglante et dégage une odeur désagréable.

Les facteurs contribuant au développement de la cystite hémorragique sont les infections virales ou l'exposition chimique de certains médicaments au corps.

En plus du sang dans les urines, les principales manifestations de cette forme de cystite sont les suivantes:

  • mictions fréquentes accompagnées de douleur
  • volume minimal d'urine, juste quelques gouttes,
  • douleur aiguë au périnée et au bas de l'abdomen,
  • forte fièvre, frissons et malaise.

Qu'est-ce qu'une dangereuse cystite hémorragique? La détérioration progressive du fonctionnement de la vessie, la croissance excessive de ses parois par le tissu conjonctif, le développement de l'anémie ferriprive et ses conséquences.

Le traitement de cette pathologie est effectué par un médecin. On montre aux patients au repos, en buvant de grandes quantités de liquide, un régime alimentaire à l’exception des aliments acides, fumés et épicés. Si la cystite est infectieuse, des antibiotiques spéciaux sont prescrits. Les médicaments obligatoires réduisent les saignements et renforcent les parois des vaisseaux sanguins.

Qu'est-ce qu'une cystite dangereuse chez la femme?

La cystite est considérée comme une maladie féminine, car ce sont les femmes qui y sont le plus susceptibles. La pathologie infectieuse affecte la muqueuse de la vessie, provoquant des symptômes désagréables. Les conséquences négatives de la cystite chez les femmes se produisent le plus souvent dans le cas d’un schéma de traitement mal compilé, qui menace en premier lieu de rendre la maladie chronique. Cependant, les récidives fréquentes ne sont pas les seules choses pour lesquelles la cystite est dangereuse. L'infection peut remonter les uretères et toucher les reins.

Provoquant des facteurs de complications

L'évolution chronique de la maladie ne prend pas seulement en l'absence d'un traitement adéquat. La rechute de la maladie peut déclencher:

  • non-respect de l'hygiène personnelle;
  • perturbations hormonales dans le corps;
  • pathologie des organes pelviens;
  • immunité affaiblie.

C'est la forme chronique qui provoque l'apparition de nombreuses complications. Souvent, la maladie suit un cours chronique pendant la grossesse en raison de sauts hormonaux et de l’absence de traitement antibactérien.

Complications de la cystite chez les femmes

Si vous ne traitez pas la cystite, les conséquences peuvent être très imprévisibles. Dans le contexte du processus inflammatoire sous-traité de la muqueuse de la vessie, les complications suivantes et ses formes se produisent le plus souvent:

Si la cystite est dangereuse et si ses conséquences aideront à évaluer séparément les caractéristiques de chacune des complications.

Le danger du cours chronique

Les conséquences de la cystite chronique sont principalement exprimées par la rechute de la maladie. La période de rémission est remplacée par une exacerbation, qui peut se produire une à deux fois par an ou plus. Un patient souffrant de cette forme de pathologie a besoin d'une correction de la nutrition et d'une prévention des rechutes au printemps et à l'automne. La longue évolution de la maladie, qui est causée par l’absence de traitement et de prévention adéquats, endommage les couches profondes des parois de la vessie. Ceci à son tour menace de modifier le tissu conjonctif d'un organe, ce qui entraîne inévitablement sa déformation et sa formation de rides. Dans ce cas, les parois de la vessie perdent leur élasticité et leur capacité à s'étirer. Cette condition conduit souvent à une miction involontaire (incontinence).

Forme hémorragique

La cystite non traitée peut provoquer une forme hémorragique de la maladie. La complication survient lorsque le traitement antibactérien est mal choisi et la réinfection par des agents pathogènes. Les principaux symptômes sont les suivants:

  • l'urine avec du sang;
  • odeur désagréable d'urine;
  • douleur abdominale;
  • miccia fréquente;
  • fièvre.

Les micro-hémorragies résultent d'une lésion des vaisseaux sanguins de l'organe urinaire.

L'absence de traitement adéquat est dangereuse pour la détérioration du fonctionnement de la vessie et le développement de l'anémie ferriprive.

Forme interstitielle

Cette espèce est le plus souvent le résultat d'une maladie chronique. Les effets des formes interstitielles de la cystite entraînent le développement de la stagnation de la vessie. Le processus inflammatoire affecte non seulement la membrane muqueuse, mais également les parois de l'organe de la sphère génito-urinaire. Dans les cas aigus, il y a des envies fréquentes d'aller aux toilettes et des sensations douloureuses.

Forme gangréneuse

En l'absence de traitement de l'évolution aiguë de la maladie, les agents pathogènes de la pathologie commencent un processus actif de reproduction, pénétrant dans les muqueuses jusque dans les couches plus profondes de la vessie. Les agents pathogènes au cours de leurs activités entraînent la mort des cellules de la vessie. C’est l’une des complications les plus graves de la dangereuse cystite chez la femme.

Les principaux symptômes de la forme gangréneuse sont la présence de sang dans les urines, un besoin fréquent de formation de miccation et l'absence de soulagement après la miction.

La gangrène de la vessie nécessite une intervention chirurgicale obligatoire et immédiate, car elle menace de rompre l'organe.

Trigonite

Une des complications après la cystite chez les femmes est la présence de trigonite. La symptomatologie de ces deux maladies présente de nombreuses similitudes et ne diffère que par les spécificités de la localisation. La pathologie affecte le triangle de Lietho, situé entre les uretères et dans la région de l'ouverture de l'urètre.

En raison de l'emplacement spécifique, le processus inflammatoire affecte souvent le sphincter, entraînant une incontinence. La déformation de la valve peut également provoquer le développement d'un reflux vésico-urétéral, ce qui entraîne le retour de l'urine. Dans ce contexte, la pyélonéphrite, l'une des maladies infectieuses des reins les plus dangereuses, survient souvent.

Paracystite

Les conséquences d'une infection vésicale non traitée se manifestent par des envies fréquentes d'uriner, des douleurs au bas de l'abdomen, des frissons, de la fièvre et une faiblesse. Au cours du processus inflammatoire, un acte de défécation douloureux est observé sur la paroi arrière de l'organe urinaire.

Le traitement est effectué à l'aide d'antibiotiques à large spectre et de physiothérapie.

Pyélonéphrite

Les complications après une cystite chez la femme se manifestent souvent par une pyélonéphrite. Le plus souvent, la pathologie se développe dans le contexte de l'évolution aiguë de la maladie provoquante. L'infection dans les uretères monte et affecte le bassinet du rein. Les principaux symptômes de la pyélonéphrite sont:

  • augmentation soudaine de la température corporelle à 40 degrés;
  • frissons et transpiration;
  • douleurs spastiques dans le péritoine;
  • mauvaise excrétion d'urine avec miccia.

Le pus et l'exsudat encombrés dans la région du pelvis rénal sont dangereux en raison de la survenue d'une insuffisance rénale et d'une rupture d'organe, pouvant entraîner une issue fatale.

Le lien entre la cystite et l'infertilité

Les complications de la cystite sont principalement dangereuses pour les femmes en âge de procréer. Certains experts estiment que, dans le contexte de l'évolution chronique de la maladie, l'infertilité peut se développer chez les filles. Cependant, le processus inflammatoire de la vessie elle-même ne peut pas provoquer l’incapacité de la femme à concevoir. Souvent, les maladies chroniques surviennent en raison de problèmes de santé existants dans la région urogénitale et signalent leur présence dans le corps. Un traitement précoce des pathologies féminines aidera à éviter la récurrence de l'inflammation de la vessie et à concevoir un enfant en bonne santé et à part entière.

Traitement des formes aiguës et chroniques

La cystite lancée et sa forme aiguë nécessitent une approche thérapeutique différente. En traitement chronique, le traitement est plus prolongé et vise principalement à réduire le risque d’exacerbations.

Le choix des médicaments pour l'évolution aiguë de la maladie dépend de la gravité des symptômes et de la présence de comorbidités. La restauration complète de la membrane de la vessie ne se produit que dans le cas de médicaments bien sélectionnés et dans la mise en œuvre d'un traitement rapide. L’antibiotique le plus efficace est Monural et ses analogues à base de fosfomycine. La plupart des agents pathogènes responsables de l'inflammation de la vessie sont sensibles à la substance active. Prendre des médicaments est acceptable pendant la grossesse.

Pendant le traitement, il est important d'observer un régime de consommation d'alcool (au moins 2 litres d'eau par jour) et un régime. De plus, il est recommandé de prendre des herbes diurétiques à effet anti-inflammatoire. Cette catégorie comprend les feuilles d’ours, les canneberges, etc.

La forme chronique nécessite une approche plus scrupuleuse du traitement. Le traitement peut durer de 1 à 4 semaines et est réalisé à l'aide de médicaments antibactériens auxquels l'agent pathogène est sensible.

Après une antibiothérapie, le médecin peut prescrire l’utilisation de nitrofuranes (nitroxoline, furadonine, etc.), traités pendant plusieurs mois, en fonction de la gravité de la forme chronique.

Afin d'éviter les complications, des immunomodulateurs et des médicaments améliorant la circulation sanguine dans le pelvis sont prescrits. La dernière catégorie comprend les agents antiplaquettaires et les agents veinotoniques. Des antihypoxants sont prescrits pour enrichir les organes pelviens en oxygène.

La forme chronique ne peut pas être complètement guérie, cependant, un schéma thérapeutique bien formulé et le respect des prescriptions du médecin permettent de réduire le risque de récurrence de la pathologie et de ses conséquences. Le respect de toutes les règles de la thérapie peut également améliorer la qualité de vie du patient.

Afin de ne pas penser aux conséquences que la cystite peut avoir chez la femme, il est nécessaire de faire immédiatement appel à un spécialiste pour diagnostiquer et définir le schéma de traitement approprié.

Prévention des complications

Les complications après la cystite, comme le montre la pratique, sont une conséquence du manque de traitement ou d’auto-traitement. C’est pourquoi, afin d’éviter les conséquences d’une maladie infectieuse, il est nécessaire de consulter un médecin en temps voulu et de lui faire administrer tous les tests nécessaires. La réalisation d'une étude clinique aidera à identifier l'agent responsable de l'infection et à différencier d'autres types de maladies des organes pelviens. L'urologue détermine le traitement à prescrire après avoir reçu les résultats des tests, ce qui aide également à identifier la forme de la maladie.

Pour prévenir les maladies chroniques aidera les règles suivantes:

  • traitement rapide des pathologies internes concomitantes;
  • mesures préventives visant à renforcer l'immunité;
  • éviter l'hypothermie et l'hygiène personnelle;
  • élimination de la constipation fréquente et de la diarrhée.

Une approche thérapeutique intégrée aidera à minimiser le risque de conséquences graves.

L'histoire de l'un de nos lecteurs:

Cystite chez les femmes: qu'est-ce que c'est, ce qui est dangereux, symptômes et prévention de la cystite

Miction douloureuse fréquente, douleur, sensation de brûlure - il s’agit d’une cystite. Et les femmes souffrent principalement de cette maladie: selon les statistiques, 35% des personnes honnêtes savent ce qu’est une cystite.

Il s’agit des caractéristiques anatomiques du corps de la femme: l’urètre est court et large, alors qu’il se trouve près du vagin. Cela permet aux bactéries et aux virus d'entrer librement dans la vessie et de provoquer une inflammation. Personne n'est à l'abri de la cystite: une femme âgée et une petite fille peuvent tomber malades, car les caractéristiques physiologiques sont les mêmes pour tous. La période la plus difficile pour détecter la cystite chez les femmes ménopausées et chez les enfants, car dans ces catégories, la maladie est presque asymptomatique. Dans ce cas, seuls les tests peuvent révéler une cystite.

Quelle est la cystite?

La cystite est une inflammation de la vessie due à une infection ou à une bactérie. Elle peut se développer comme une maladie indépendante - la cystite primaire - ou être une complication d'autres maladies du tractus urogénital - la cystite secondaire.

La cystite primitive se présente généralement sous une forme aiguë: accompagnée de douleurs aiguës et d’un inconfort perceptible. Les secondaires n'ont souvent pas de forme chronique: les symptômes n'apparaissent pas immédiatement. Cependant, toute cystite doit être traitée.

Causes de la cystite

La cystite peut être causée par une bactérie (bactérienne) ou une infection (infectieuse). En outre, il peut se développer en raison d'un traitement médicamenteux prolongé ou d'un abus d'alcool (non infectieux).

* L'inflammation bactérienne provoque une microflore pathogène des organes urinaires, de la microflore intestinale ou des bactéries respiratoires. L’infection par les reins - par l’urètre, ainsi que par d’autres foyers d’infection dans le corps: des oreilles (otite), de la cavité buccale (caries), des voies respiratoires (bronchite) et d’autres. Moins souvent, mais il arrive toujours que le la microflore est introduite lors d'une intervention chirurgicale, d'un cathétérisme ou d'un examen de la vessie.

* L'inflammation infectieuse est la plus courante. En règle générale, l'apparition d'une telle cystite se fonde sur une infection qui pénètre dans la vessie au cours de processus inflammatoires dans l'urètre, les organes génitaux externes, ainsi que dans les maladies rénales, avec du sang ou de la lymphe (si le foyer de l'infection se situe dans d'autres organes plus éloignés). et tissus).

* Une inflammation non infectieuse peut survenir à la suite d'une irritation de la membrane muqueuse de la vessie avec de l'urine contenant des produits chimiques agressifs en raison d'une utilisation prolongée de médicaments, de la consommation d'aliments épicés ou gras, de boissons alcoolisées. L'hypothermie ou l'insuffisance hormonale peuvent également entraîner l'apparition d'une inflammation. Dans la plupart des cas, en raison de l’absence de traitement rapide, l’infection est tôt ou tard associée à une cystite non infectieuse.

Symptômes de la cystite

Les symptômes de la cystite apparaissent presque immédiatement. Le premier signe est une envie constante et irrésistible d'uriner. Cela provoque souvent des douleurs dans le bas de l'abdomen, une sensation de brûlure dans le périnée et une sensation de vider la vessie. Penser à aller chez le médecin devrait changer la couleur de l’urine ou son odeur.

Si vous ne faites pas attention à ces "cloches" et ne commencez pas le traitement, les symptômes suivants, plus désagréables, seront du sang dans l'urine, une fièvre inexprimée et des frissons, une douleur pendant les rapports sexuels, une douleur urétrale, une fatigue et un malaise général. Il est donc préférable de consulter un médecin à temps.

Pas rayonnage

Pour une raison quelconque, il existe une opinion erronée sur le traitement de la cystite chez les femmes: elles disent que nous pouvons le faire nous-mêmes! Personne ne va chez le médecin et, en même temps, le premier antibiotique est pris, il le faut en quelques jours et la maladie «l'enlève comme une main». Mais cela semble seulement. En fait, seuls les symptômes sont éliminés de cette manière, le problème lui-même subsiste et se fait bientôt sentir à nouveau. Pire encore, la cystite peut devenir chronique. Donc, l'automédication est la même chose que de se faire du mal consciemment. Le seul traitement correct et adéquat ne peut être choisi que par un médecin, après avoir déterminé la nature et la cause de la maladie sur la base de tests de laboratoire et d'examens.

Les stades chroniques et avancés de la cystite sont beaucoup plus difficiles à guérir que les stades initiaux. Mais hélas, ils ont généralement recours à l'aide médicale lorsqu'il n'est plus possible de se battre seul. Cependant, heureusement, même avec des formes compliquées, un traitement complexe bien choisi (antibiotiques, uroseptiques, antispasmodiques, ainsi que des médicaments modifiant la réactivité générale et locale) permet dans la plupart des cas de se débarrasser complètement de la maladie en deux à trois semaines. Mais pour obtenir un tel résultat, afin d’aider au traitement médicamenteux, le patient doit suivre strictement un régime strict: pas de plats frits ni épicés! Plus - boisson abondante et refus temporaire des relations sexuelles.

Cystite et grossesse

Chez les femmes atteintes de cystite chronique, la maladie est presque garantie pendant la grossesse est exacerbée. Et dans ce cas, il est beaucoup plus difficile d'y faire face, car les médicaments, qui sont habituellement prescrits pour la cystite, sont contre-indiqués pour les femmes enceintes. Un schéma spécial d'instillation vésicale vient à la rescousse: l'administration de médicaments directement sur le site de la maladie. Les symptômes sont éliminés en 1 à 2 procédures et les séances suivantes restaurent déjà la paroi de la vessie afin que les symptômes ne se reproduisent pas et ne nuisent pas à l'enfant.

10 façons de prévenir la cystite

Personne n'est à l'abri de la cystite, cependant, il existe quelques règles simples qui peuvent réduire le risque de devenir victime d'une maladie insidieuse ou fournir une prévention contre l'exacerbation.:

1. Évitez l’hypothermie: habillez-vous en fonction des conditions météorologiques, ne vous asseyez pas sur des surfaces froides et ne nagez pas dans des eaux froides ou polluées.

2. Hygiène soigneuse des organes génitaux.

3. Traitez les maladies inflammatoires à temps.

4. Limiter l'alcool.

5. Ne vous laissez pas emporter par la nourriture épicée et frite, et si vous avez «péché», buvez beaucoup d'eau.

6. Évitez le stress physique et nerveux - ils affaiblissent le système immunitaire, ce qui rend le corps vulnérable aux facteurs environnementaux.

7. Bouge plus, fais du sport.

8. Ne pas permettre la rétention forcée de la miction. En d'autres termes, ne tolérez pas lorsque vous souhaitez utiliser les toilettes. Cela a un effet négatif sur la fonction de la vessie.

9. Si vous souffrez de constipation fréquente, mangez beaucoup de fruits et de légumes.

10. Et surtout: écoutez votre corps, n'ignorez pas ses signaux, n'ayez pas peur de déranger le médecin avec des symptômes suspects, car, comme déjà mentionné, plus tôt la maladie est diagnostiquée, plus il est facile de la traiter.

Et si vous ne soignez pas la cystite, que va-t-il se passer?

Cystite et si désagréable, et si elle n'est toujours pas traitée, les conséquences peuvent être généralement déplorables. Le plus souvent, la cystite non traitée devient chronique et finit par entraîner des modifications irréversibles de la vessie.

Ainsi, l'infection à l'origine de la cystite peut pénétrer dans les reins et provoquer une pyélonéphrite. Elle se fera sentir par la fièvre et les maux de dos. Guérir la pyélonéphrite est beaucoup plus difficile que la cystite et, en règle générale, le traitement est déjà à l'hôpital - la thérapie de masse est utilisée. Rappelez-vous: la pyélonéphrite peut même rendre une personne handicapée, chacune de ses nouvelles attaques réduisant la fonction rénale.

Dans certaines structures individuelles de la paroi de la vessie, le processus inflammatoire provoque une forme incurable de cystite - interstitielle, dans laquelle seuls les antibiotiques soulagent les souffrances. Et ce n'est pas toujours le cas: souvent, ils ne donnent aucun résultat et aggravent même l'état. Dans de tels cas, le seul moyen d'éradiquer la souffrance est une intervention chirurgicale pour enlever la vessie.

Le danger de la cystite et ses types

La cystite est souvent considérée comme une maladie inflammatoire du poumon, accompagnée de symptômes sévères. Cependant, bien que l’inflammation soit l’objet de la vessie, le risque de propagation de l’infection n’est pas limité à son étendue. Le principal inconvénient de la cystite est qu’il est difficile de diagnostiquer une évolution latente et, partant, un risque de développer un certain nombre de complications.

Causes de complications après une cystite

De nombreux facteurs peuvent déclencher des processus pathologiques au-delà de la forme «bénigne», mais la principale raison de la survenue de complications peut être considérée comme une cystite inhérente, une forme asymptomatique de la maladie. Il se caractérise par une lente évolution des processus inflammatoires dans la membrane muqueuse de la surface de la vessie, avec préservation à long terme de la viabilité des micro-organismes pathogènes et par l'absence de symptômes prononcés, se manifestant sous la forme aiguë de la maladie.

Les principales raisons du déclin du processus aigu et de son passage à la forme chronique sont les suivantes:

  • sélection inadéquate de médicaments;
  • durée insuffisante du traitement;
  • violations dans le régime des médicaments antibactériens ou des antibiotiques recommandés;
  • maladie répétée de la cystite aiguë dans les 1-2 mois;
  • l'utilisation de procédures de réchauffement sans l'utilisation simultanée d'antibactériens, d'antiseptiques ou d'antibiotiques.

Caractéristiques des complications possibles

Toutes les complications possibles de la cystite peuvent être divisées en:

  • provoquant des changements structurels et fonctionnels dans les tissus de la vessie: cystite interstitielle; hémorragique; cystite ulcéreuse diffuse; leucoplasie des parois de la vessie;
  • causant des maladies d'autres organes du système urogénital: reflux vésico-urétéral; pyélonéphrite; inflammation de la prostate chez l'homme; endométriose chez les femmes.

Le danger de la cystite pour les hommes et les femmes

Il est impossible de dire avec certitude si les effets de la cystite chez les femmes sont plus graves que chez les hommes. En raison de différences de structure, l'évolution de la maladie peut être différente, accompagnée de complications propres à chacun des sexes.

Par exemple, les cas de cystite chez les femmes au cours de la vie sont beaucoup plus fréquents que chez les hommes, mais dans le même temps, la guérison est plus rapide en raison de facteurs "responsables" du développement de la maladie (urètre large et court). De plus, la physiologie de la femme est plus adaptée à la lutte contre les agents pathogènes et possède une microflore plus riche en système immunitaire.

La cystite chronique ou compliquée chez l'homme est d'abord menacée par le risque de propagation de la microflore pathogène dans la glande prostatique et par le développement d'un adénome de la prostate. Un tel développement de la maladie est dangereux non seulement parce qu’il complique le traitement, puisqu’une hypertrophie de la prostate due à des processus inflammatoires interfère avec le flux normal de l’urine, mais contribue également au développement du reflux vésico-urétéral, principale cause de pyélonéphrite.

Cystite Interstitielle

Une cystite interstitielle est une affection pathologique causée par une lésion bactérienne des couches profondes du tissu de la vessie. Les processus inflammatoires qui se produisent dans la couche musculaire entraînent des modifications destructrices persistantes, accompagnées de douleurs chroniques dans la région pelvienne.

En raison du fait que les tissus endommagés à la suite d'une lésion infectieuse sont systématiquement exposés aux irritants contenus dans l'urine, des cicatrices apparaissent, entraînant une perte d'élasticité de la vessie. Au fil du temps, le volume de la bulle diminue et la capacité de s’acquitter de ses fonctions (accumulation de fluide) est réduite. Le seul traitement possible dans cette situation est la chirurgie. Elle est effectuée afin d’enlever l’organe atrophié et de le remplacer par un fragment rectal.

L'évolution de la cystite interstitielle s'accompagne de symptômes caractéristiques de la forme aiguë de la maladie. La seule différence est que la douleur est en général permanente et peut être intensifiée lors des rapports sexuels (en particulier chez la femme). Les symptômes de la cystite interstitielle peuvent être:

  • douleur constante dans la région pelvienne d'origine mal définie;
  • sensation de pression dans la vessie;
  • douleur lors du remplissage de la vessie;
  • l'apparition de sang dans l'urine;
  • augmentation de la fréquence urinaire;
  • douleur du pénis.

En raison du fait que le diagnostic de la cystite interstitielle est généralement extrêmement difficile en raison du manque de localisation spécifique des symptômes de la douleur, le patient peut demander l’aide de médecins spécialisés dans d’autres domaines et réduire le temps requis pour un traitement rapide.

Cystite ulcéreuse et hémorragique diffuse

Les cystites ulcéreuses et hémorragiques diffuses sont des manifestations des stades 2 et 3 de la cystite interstitielle.

Au stade 2, il existe des ruptures rares et profondes de la membrane muqueuse de la vessie, affectant la couche musculaire et portant le nom "ulcère du mitrailleur". Les lacunes résultent de la perte de la capacité de la vessie à s'étirer et sont accompagnées de processus inflammatoires.

Au stade 3, les fractures recouvrent la majeure partie de la surface muqueuse, sous forme de lésions diffuses, accompagnées d'hémorragies hémorragiques dans la muqueuse. En partie, le sang peut pénétrer dans l'urine et peut être observé en urinant.

Les cystites ulcéreuses et hémorragiques diffuses sont diagnostiquées par cystoscopie de la vessie avec remplissage maximal.

Leucoplasie des parois de la vessie

Dans certains cas, la régénération des tissus de la muqueuse vésicale endommagée peut devenir maligne. Sous l’effet de stimuli systématiques, les tentatives de restauration de l’intégrité des tissus revêtent le caractère de processus leucoplastiques. En d’autres termes, les cellules endommagées sont remplacées par un épithélium plus résistant aux effets négatifs, qui présente une structure inhabituelle pour un organe particulier. Par exemple, la croissance du tissu conjonctif au lieu du mucus.

Peu à peu, toute la surface muqueuse est remplacée par une couche de cellules kératinisées, qui présente une caractéristique caractéristique d'expansion et de formation d'un joint multicouche. Dans certaines circonstances, de tels changements peuvent devenir malins et conduire à la croissance de la tumeur.

Important: dans le cas du diagnostic de leucoplasie de la vessie, l’état du patient est généralement qualifié de précancéreux.

Reflux urétéral kystique

En soi, le reflux vésico-urétéral n'est pas une maladie indépendante et ne présente donc aucun danger. Mais s'il y a une cystite même non compliquée, une complication des reins peut survenir.

En raison du développement de processus inflammatoires, accompagnés d'une destruction, d'un gonflement et de modifications de la structure des tissus:

  • déformation de la valve bloquant le passage de l'urine dans les uretères;
  • perte d'élasticité par la bouche des uretères.

En rapport avec ces troubles, une réinjection d'urine se produit, provoquant le développement de la pyélonéphrite à la hausse.

Pyélonéphrite aiguë

La pénétration de la microflore pathogène dans le rein par les uretères (pyélonéphrite ascendante) n'est pas la voie d'infection la plus courante. Le plus souvent, il existe une infection à partir d'autres foyers d'inflammation, généralement provoquée par la circulation sanguine.

Si une infection pénètre dans le tissu rénal, le tissu intermédiaire (parenchyme) est principalement touché. La structure du parenchyme est caractérisée par l'impossibilité de réparer les dommages causés par le processus inflammatoire. Par conséquent, des tissus cicatriciels se forment sur le site de la blessure.

La pyélonéphrite aiguë est le premier stade de l’infection des reins. Il peut avoir le caractère d'une inflammation générale ou focale avec formation d'une lésion d'infiltration. Les conséquences de l’inflammation focale peuvent être l’articulation du rein (grand foyer de suppuration) ou le jade apostématique (multiples petits abcès qui affectent les tissus externes et internes du rein).

Pyélonéphrite chronique

La forme chronique de la pyélonéphrite est le résultat de plusieurs étapes de la forme aiguë:

  • Lésion primaire de tissu interstitiel;
  • Lésion des tubules rénaux;
  • Défaite des glomérules rénaux;
  • Atrophie des vaisseaux et des artérioles.

L'absence de symptômes graves est caractéristique de la pyélonéphrite chronique, ainsi que de la cystite chronique. Ce fait est la cause du diagnostic tardif de pyélonéphrite et du développement de processus irréversibles dans les reins. Certains des symptômes accompagnant la pyélonéphrite ascendante sont identiques aux symptômes de la cystite, d'autres sont autonomes:

  • douleur douloureuse dans le bas du dos ou l'abdomen;
  • haute température;
  • des nausées;
  • vomissements;
  • phénomène diureticheskie.

Quels que soient les facteurs qui ont provoqué la cystite, le développement ultérieur de la maladie sera dans tous les cas infectieux. Par conséquent, il est extrêmement important de prendre toutes les mesures possibles pour supprimer en temps voulu l’activité de la microflore pathogène avec les moyens les plus efficaces et les plus sûrs. En règle générale, les agents antibactériens combinés sont très efficaces pour traiter la cystite.

Plus D'Articles Sur Les Reins