Principal Kyste

Sang dans les urines en cas de cystite: pourquoi apparaît-il et est-ce dangereux?

Toute maladie semble plus grave lorsqu'un saignement fait partie des symptômes. Pour quelle raison apparaissent-ils? Y a-t-il du sang dans les urines en cas de cystite ou est-ce le signe d’une autre maladie apparue sous la forme d’une complication de l’inflammation de la vessie?

Peut-il y avoir du sang dans l'urine avec une cystite

La cystite survient à la suite d'une infection qui affecte la membrane muqueuse de la vessie et provoque une inflammation. Fondamentalement, la maladie se manifeste par les symptômes suivants:

  1. Désir fréquent et très fort d'aller aux toilettes (jusqu'à trente ou quarante fois par jour). Dans ce cas, l'urine est très peu relâchée.
  2. Inconfort dans le bas-ventre.
  3. Sensation de pression sur la vessie, même après avoir utilisé les toilettes, le besoin ne disparaît pas.
  4. En urinant, la douleur donne parfois au rectum.
  5. Brûlant à la fourche.

Même au stade des premiers signes de maladie, la plupart des gens consultent un médecin et guérissent avec succès la cystite. Mais parfois, la maladie est lente et le patient ne remarque pas ou ignore simplement les symptômes. En conséquence, ils sont composés. Et un jour, une personne remarque du sang pendant la miction: dans la cystite, ce phénomène se produit assez souvent et est appelé hématurie. Cela indique que la maladie est passée à une forme hémorragique. Aller à l'hôpital est un must.

Cystite hémorragique: le sang dans les urines est un symptôme caractéristique de la maladie

La forme hémorragique de la maladie présente les mêmes signes qu'une cystite aiguë régulière. Bien entendu, l'hématurie s'ajoute aux symptômes, ce qui détermine la nature de la maladie. Mais il y a encore un certain nombre de caractéristiques qui donnent ce type de cystite. Parmi eux se trouvent:

  1. Des frissons
  2. Mal de tête
  3. Faiblesse générale, somnolence.
  4. La fièvre
  5. Augmentation de la température
  6. Odeur désagréable d'urine.

Tous les malades ne savent pas s'il peut y avoir du sang dans les urines avec une cystite, pas seulement à la fin de la miction, mais tout au long du processus. Tout dépend de la localisation de l’inflammation, c’est-à-dire que seule la vessie est atteinte ou que l’infection a été transmise à d’autres organes. Il existe une règle simple qui aide à déterminer le lieu du saignement. Si le sang n'apparaît qu'à la toute fin de la miction, il provient de la vessie. Le sang de l'urètre se fait sentir immédiatement après le début de la miction (et parfois sans lui), des reins - tout au long du processus.

La couleur du sang varie du rose pâle au brun sale: plus la maladie est négligée, plus l'ombre est saturée. Parfois, le sang coule en caillots entiers.

Souvent, la maladie n’est pas aiguë, mais chronique. Dans ce cas, tous les signes sont atténués, la miction légèrement plus fréquente et l’excrétion périodique du sang par l’urine sont perceptibles. En conséquence, la cystite hémorragique chronique peut provoquer le développement d'une anémie ferriprive.

Dans une telle situation, les symptômes de l'anémie sont les plus prononcés, à savoir:

  • chagrin d'amour
  • essoufflement;
  • fatigue
  • vertiges fréquents;
  • pâleur de la peau;
  • cheveux et ongles cassants.

Il est nécessaire de traiter la cystite hémorragique et il est fort probable que cette maladie ne soit reconnue que par l'hématurie. Même si le sang apparaît rarement et en petites quantités, il est toujours important d'informer le médecin de ce symptôme. Souvent, il accompagne d'autres maladies, pas seulement la cystite.

Avec la cystite, le sang dans les urines: provoque

La libération de sang dans la cystite est due au fait que l’infection a affecté les vaisseaux sanguins de la vessie. Cela suggère une atteinte grave des organes: si vous retardez le traitement, vous risquez d'attendre son dysfonctionnement.

La cystite hémorragique est très souvent provoquée par des bâtons intestinaux Escherichia coli, des staphylocoques saprophytes, des adénovirus. Une fois dans le corps et atteignant la vessie, ils déclenchent l'inflammation. Parfois, lors d’une cystite, des urines sanguines apparaissent à la suite d’effets non infectieux, par exemple après:

  • radiothérapie requise pour le traitement des tumeurs (dans ce cas, la forme ulcéreuse de la cystite se développe);
  • usage prolongé de médicaments du groupe des cytostatiques;
  • abus d'alcool.

Mais même dans le contexte des facteurs ci-dessus, la maladie ne se manifeste pas du tout. La cystite hémorragique survient essentiellement chez les hommes âgés atteints d'adénome de la prostate. Joue également un rôle d'immunité réduite: le corps avec un peu de forces est incapable de résister adéquatement à l'infection, ce qui permet à la maladie de progresser. Les conditions supplémentaires qui augmentent la probabilité que du sang apparaisse dans l'urine incluent:

  1. Habitude à supporter l'envie d'uriner. Si une personne ne «répond» pas aux besoins naturels du corps pendant une longue période, l’urine stagne en premier, ce qui se transforme en un espace propice à la reproduction de micro-organismes pathogènes. De plus, la couche musculaire de la vessie est trop étirée, ce qui perturbe le processus de circulation sanguine.
  2. Obstacles physiques à l'écoulement de l'urine. Diverses pathologies sont impliquées - rétrécissement de l'urètre dû à une urétrite chronique, constriction des voies urinaires sur le fond d'une tumeur progressive, adhérences, etc.
  3. Faiblesse générale du corps. Il est caractéristique de la période post-partum, de la grossesse et de la ménopause, et se retrouve également dans les maladies de la thyroïde et le diabète.
  4. Perturbation de la contractilité de la vessie neurogène. Celles-ci incluent un dysfonctionnement des organes pelviens, causé par des problèmes au cerveau, et une vessie hyperactive.
  5. Favorable au développement de pathologies infectieuses. Nous parlons de tumeurs qui, lors de leur décomposition, deviennent sujettes aux infections, ainsi que de calculs dans la vessie qui endommagent ses parois.
  6. Ignorer les règles d'hygiène personnelle. Ce sont souvent des microbes qui tombent du rectum dans le système urogénital, provoquant le développement du processus inflammatoire.

Souvent, les symptômes de la cystite augmentent immédiatement après un rhume. Mais là encore, tout est dans l’état de santé général: avec une bonne immunité et l’absence de pathologies, la probabilité que l’infection se développe en une forme hémorragique de la maladie est extrêmement faible.

Cystite sanguine dans l'urine - est-ce dangereux?

L'apparition de traces de sang dans les urines lors d'une inflammation de la vessie est un symptôme que l'on ne peut ignorer. Tout est question de complications possibles. La plupart des patients présentent l'une des affections suivantes:

  1. Tamponnade de la vessie. Le soi-disant chevauchement de la lumière du corps avec des caillots sanguins. Le blocage est très dangereux, car dans ce cas, une miction indépendante est impossible. Le patient peut ressentir un besoin douloureux de déféquer en l'absence de selles. Il existe un risque de développer un état collaptoïde, qui se traduit par une diminution de la pression artérielle, des vertiges, des maux de tête, une gêne au cœur, un blanchissement de la peau, un assombrissement des yeux. Tamponnade de la vessie - raison pour laquelle le patient a été placé à l'hôpital.
  2. Infection sanguine Les vaisseaux sanguins endommagés deviennent vulnérables aux microbes qui, pénétrant dans la circulation sanguine, se déplacent plus loin dans le corps. En conséquence, une pyélonéphrite peut survenir - une inflammation des reins. La forme aiguë de la maladie se caractérise par des douleurs dans la région lombaire, une augmentation de la température pouvant atteindre 39 à 400 ° C et une santé générale médiocre.

N'attendez pas les complications possibles - consultez votre médecin le plus tôt possible. Plus tôt il examine tous les symptômes et prescrit le traitement approprié, plus la cystite disparaîtra rapidement. Un traitement précoce augmente le risque de se débarrasser définitivement des effets de la maladie.

Que faire si le sang est une cystite

La cystite avec du sang nécessite un traitement urgent chez un spécialiste: l'auto-traitement dans ce cas est injustifié.

Pour commencer, le médecin doit confirmer le diagnostic en prescrivant les tests appropriés. Entre autres choses, le nombre de leucocytes, d'érythrocytes et de bactéries dans l'urine est estimé et la présence de signes d'inflammation active dans le sang est déterminée. Lorsque la nature virale de la maladie dans l'urine n'est pas détectée, une bactérie présente des symptômes d'infection virale (par exemple, un nombre excessivement élevé de monocytes). L'urine est cultivée sur un milieu nutritif et il s'avère que l'agent pathogène est sensible aux effets des antibiotiques.

Comme la cystite sanguine est presque toujours plus compliquée qu'une inflammation normale, elle est souvent réalisée sous traitement hospitalier. Les patients sont strictement indiqués:

  • repos au lit;
  • consommation active de liquides (jusqu'à trois à quatre litres par jour). Les décoctions et les infusions sont prescrites sur la base de feuilles d’airelle, de busserole et de quelques autres herbes;
  • le maintien d'un régime strict, ce qui signifie l'exclusion du régime des aliments qui peuvent irriter la vessie. Interdit les viandes fumées, en conserve et les aliments frits, épicés, salés, acides.

Le médecin prescrit le médicament approprié. Ce sont généralement des médicaments anti-inflammatoires, hémostatiques et des médicaments qui renforcent les vaisseaux sanguins. Les fonds peuvent être pris sous forme de pilule ou administrés par voie intraveineuse. Les antibiotiques ne sont utilisés que pour traiter la cystite bactérienne.

S'il y a un blocage de l'urètre dans les caillots de sang, ceux-ci sont enlevés par des moyens instrumentaux.

Activement utilisé des vitamines qui aident le corps à restaurer les défenses. À l'avenir, il est recommandé au patient de mener une vie saine, impliquant le sport, l'abandon des mauvaises habitudes, une nutrition adéquate. Il est extrêmement important d'expliquer au patient la nécessité de consulter rapidement un médecin pour éliminer l'inflammation qui en résulte dans le corps.

Il existe parfois des astuces sur Internet permettant de se débarrasser de la cystite avec du sang. De telles recommandations sont fondamentalement fausses et leur suivi est contre-indiqué.

Vous ne devez pas utiliser de remèdes maison pour le traitement de la cystite avec du sang: il existe un risque uniquement d'aggraver votre état et de manquer le moment favorable pour un traitement. La seule chose qui puisse et devrait être faite par un patient est de prendre rendez-vous avec un spécialiste.

Sang dans les urines: cystite ou pas?

Pas toujours des traces de sang dans les urines n'indiquent un processus inflammatoire dans la vessie. Parfois, l'hématurie est provoquée par d'autres facteurs, plus ou moins inoffensifs.

Les causes de l'hématurie peuvent être trouvées dans tout le corps:

Pourquoi une cystite chez une femme et un homme peut-elle apparaître dans l'urine?

La cystite hémorragique (HZ abrégée) est une maladie de la vessie, accompagnée de symptômes d'hématurie (micro / hématurie macroscopique), de signes d'irritation de la vessie (douleur à la miction et augmentation en fin de miction, augmentation du débit urinaire).

La cystite avec du sang pendant la miction se développe à la suite de dommages causés par les toxines, les agents pathogènes infectieux, les radiations, les médicaments de l'épithélium de transition tapissant la paroi de la vessie et les vaisseaux sanguins de la vessie. [1]

Les patients consultent leur médecin pour se plaindre de la présence de symptômes communs de cystite (mictions fréquentes et douloureuses, douleur dans le bas de l'abdomen, fièvre modérée) et de la présence d'impuretés sanguines dans les urines. Parfois, le patient se plaint d'urine de couleur rouge, écarlate et des caillots sanguins peuvent être détectés dans l'urine. Cette affection est considérée comme une hématurie globale.

Lorsque la microhématurie visuellement, l'urine n'est pas modifiée, ne contient pas d'impuretés pathologiques et de caillots sanguins. L'augmentation du contenu en érythrocytes n'est déterminée que dans l'analyse d'urine générale ou dans l'échantillon de Nechiporenko.

Les symptômes de cystite avec du sang dans les urines en urinant se développent également chez les femmes et les hommes et nécessitent toujours un examen attentif afin de déterminer la cause exacte de l'état pathologique. Le patient indique souvent une adhérence secondaire de l'hématurie aux symptômes courants de la cystite.

Les agents pathogènes infectieux responsables de l’apparition du zona sont les bactéries et les virus. La cystite hémorragique non infectieuse se développe souvent à la suite d'une radiothérapie ou d'une chimiothérapie.

Les patients développent des symptômes de cystite en combinaison avec une hématurie micro / macroscopique, et des caillots sanguins peuvent être détectés dans l'urine. Au cours de la formation de caillots sanguins dans la lumière de la vessie, une rétention urinaire aiguë peut survenir.

Le traitement de la cystite hémorragique dépend de la cause de la maladie, de la gravité des symptômes de saignement et du processus inflammatoire [2].

Les opérations de transplantation de la moelle osseuse sont souvent associées au développement d'une cystite hémorragique chez les receveurs, car les patients prennent du cyclophosphamide et subissent un traitement par irradiation.

Une cystite avec du sang (hématurie) peut survenir chez les patients cancéreux. En cas de tumeurs malignes, la chimiothérapie développe une immunodéficience secondaire, des bactéries, des virus provoquant des symptômes d'hématurie, une inflammation et un gonflement de la muqueuse de la vessie.

Dans de rares cas, des malformations artérioveineuses, des calculs, des tumeurs de la vessie, des lésions métastatiques de la paroi de la vessie entraînent des symptômes d'hématurie.

Ces conditions doivent être distinguées de la cystite hémorragique. Pour le diagnostic différentiel, on a utilisé des méthodes d'imagerie: échographie, cystoscopie, urographie.

Les médecins confrontés à des patients cancéreux doivent être informés des mesures possibles pour prévenir la cystite hémorragique.

1. Anatomie de la vessie

Pour comprendre le mécanisme du développement de la cystite hémorragique, il est nécessaire de connaître la structure couche par couche de la paroi de la vessie. La surface interne de la vessie est recouverte d'une couche d'épithélium de transition. La surface des cellules épithéliales recouvre la couche de glycosaminoglycanes.

Sous l'épithélium de transition se trouve la sous-muqueuse. Le plexus choroïde est situé dans la sous-muqueuse et entoure le détrusor (muscle constitué de nombreuses cellules musculaires lisses orientées dans différentes directions pour un étirement uniforme de la vessie pendant son remplissage).

Sur les parois avant et latérales de la vessie est une couche de tissu adipeux, la partie supérieure de la vessie est recouverte de péritoine.

Dans la cystite chronique, la source de saignement la plus fréquente est la membrane sous-muqueuse, car à la suite d'une inflammation prolongée, des vaisseaux sanguins s'y développent.

La cystite sanguine chez les femmes et les hommes se développe à la suite de lésions de l'épithélium transitoire de la vessie sous l'influence de toxines, de virus, de bactéries, de radiations, de médicaments (notamment de médicaments chimiothérapeutiques) et d'autres conditions pathologiques.

L'examen histologique de la paroi de la vessie révèle des modifications non spécifiques sous la forme d'infiltrat inflammatoire prononcé, d'inflammation chronique, de fibrose [3].

1.1. Inflammation chez les patients recevant du cyclophosphamide

La cyclophosphamide est la cause la plus courante de pathologie chez les patients cancéreux. Les symptômes de la cystite hémorragique se produisent sous l'influence du métabolite toxique, l'acroléine, qui est formée à partir de cyclophosphamide sous l'influence d'enzymes hépatiques et excrétée dans les urines.

L'acroléine a des effets dommageables sur tout l'épithélium des voies urinaires, mais la muqueuse de la vessie est celle qui en souffre le plus, car la vessie accumule la plus grande concentration de métabolite toxique et est en contact prolongé avec elle.

Les réactions indésirables urologiques suivantes se développent le plus souvent lors de l'administration de cyclophosphamide:

  1. 1 mictions fréquentes.
  2. 2 L'émergence d'une envie urgente d'uriner.
  3. 3 Inconfort, douleur au-dessus de l'utérus.
  4. 4 hématurie micro / brute. En cas d'hématurie macroscopique, le patient s'adresse au médecin avec des plaintes concernant un mélange sanguin dans l'urine, une coloration rouge / écarlate et un mélange de caillots sanguins dans l'urine.

1.2. Irradiation

L'irradiation des organes pelviens (par exemple, en cas de cancer du colon avancé) peut être accompagnée par l'apparition de symptômes caractéristiques de la cystite hémorragique.

L'hématurie (apparition de sang dans les urines) peut se développer de manière aiguë au cours d'une radiothérapie, ou des mois ou des années après l'irradiation. Les symptômes de la cystite radique sont dus au développement d’une endartérite oblitérante progressive (rétrécissement de la lumière des vaisseaux sanguins à la suite de la sclérose de leurs parois), qui conduit à une ischémie de la membrane muqueuse de la vessie.

Des saignements se développent dans le contexte de l'ischémie dans l'érosion muqueuse. Lorsque la cystoscopie est déterminée par le trait caractéristique de la cystite de rayonnement - elle se développe dans les foyers pathologiques d’érosion des vaisseaux sanguins nouvellement formés.

Les nouveaux vaisseaux sanguins sont plus fragiles, peuvent saigner avec moins de blessures, moins d'étirement de la paroi de la vessie.

Les symptômes d'hémorragie et d'hématurie sous-muqueuses peuvent survenir immédiatement après une radiothérapie. Les épisodes de cystite aiguë de rayonnement chez la plupart des patients disparaissent en 12 à 18 mois.

2. Causes de la cystite hémorragique

L'étiologie de la cystite hémorragique comprend des facteurs infectieux et non infectieux [6].

De nombreux facteurs non infectieux conduisent au développement de la cystite hémorragique.

Les symptômes les plus courants de cystite et d’impuretés sanguines dans les urines apparaissent à la suite d’une radiothérapie ou d’un traitement médicamenteux (par exemple, cyclophosphamide, ifosfamide). Moins fréquemment, la cystite hémorragique se développe sous l’influence des réactifs chimiques utilisés dans l’industrie (dérivés de l’aniline, toluidine).

Dans de rares cas, des médicaments (pénicillines, danazol) peuvent induire le développement du zona.

Lors de l'examen d'un patient présentant des symptômes de cystite et d'hématurie, il convient de prêter attention à la possibilité d'une cause infectieuse de la maladie, même s'il existe des antécédents de prise de médicaments de chimiothérapie et de radiothérapie, car dans ce cas, l'infection est le point de départ de l'hématurie.

Les infections bactériennes, fongiques, parasitaires et virales de la vessie chez un patient immunodéprimé sont souvent compliquées par l'apparition de sang dans les urines. La plupart du temps, la cystite hémorragique se développe sur le fond de l’infection:

  1. 1 E. coli, E. coli.
  2. 2 Adénovirus 7, 11, 21, 35.
  3. 3 Papovavirus (Papovavirus).
  4. 4 Virus Influenza A.

2.1. Radiothérapie

Chez 25% des patients après irradiation, des complications de la vessie sont associées à l'oncologie, la moitié d'entre elles développant un saignement diffus à partir de la paroi de la vessie.

L'ischémie de la membrane muqueuse de la vessie se développe à la suite d'une endartérite, le durcissement de la paroi vasculaire résultant de l'irradiation.

L'endartérite entraîne un rétrécissement de la lumière des vaisseaux sanguins de la paroi de la vessie, des lésions hypoxiques de la muqueuse, des ulcérations, des saignements d'ulcères.

Les patients atteints de cystite radique subissent généralement un traitement radiologique axé sur l'oncologie de la prostate, du côlon, du rectum, du col utérin et de la vessie.

Les symptômes de miction fréquente, inconfort, douleur au niveau de la poitrine, hématurie peuvent se développer de manière aiguë au cours de l'exposition et quelques mois ou années après l'irradiation.

Plus la dose de rayonnement est élevée, plus la zone impliquée dans l'irradiation est étendue et plus la probabilité de développement du zona est élevée. En attachant une infection, en obstruant les voies urinaires et en empêchant la vidange de la vessie (par exemple, en cas d'hyperplasie bénigne de la prostate), des interventions instrumentales peuvent aggraver les symptômes de la cystite par rayonnement.

2.2. Médicaments

2.2.1. Agents chimiothérapeutiques

Les médicaments les plus courants qui causent la cystite hémorragique sont le cyclophosphamide, l’ifosfamide. La prise de ces médicaments s'accompagne d'effets indésirables graves, liés pour la plupart aux organes de l'appareil urinaire.

La cyclophosphamide est utilisée dans le traitement des lymphomes non hodgkiniens, du cancer du sein, du syndrome néphrotique et de la sclérodermie.

La fréquence des effets indésirables urologiques varie de 2 à 40%, la toxicité dépend de la dose de chimiothérapie. La plupart des réactions indésirables se développent lors de l'administration intraveineuse du médicament [5].

La cyclophosphamide peut provoquer le développement d'une hématurie microscopique ou macroscopique. Les symptômes de l’hématurie apparaissent généralement dans les 48 heures suivant le début du traitement. La cyclophosphamide est également associée à une probabilité accrue d'oncologie de la vessie.

La cyclophosphamide en elle-même n'est pas toxique et un grand nombre de réactions indésirables sont dues au métabolite toxique de la cyclophosphamide, l'acroléine.

L'acroléine est formée à partir du cyclophosphamide dans le foie et est libérée dans le sang, à partir de laquelle elle est excrétée par les reins avec l'urine. Une fois dans la vessie, l'acroléine provoque un gonflement de ses parois, son ulcération qui en saigne.

Au fil du temps, des lésions chroniques des parois se développent avec le développement de la fibrose, une violation de la fonction de remplissage / vidange, le développement de trabécules de la paroi de la vessie.

La cystite hémorragique avec apport de cyclophosphamide est plus fréquente chez les patients en déshydratation (une augmentation de la concentration d'acroléine dans la cavité vésicale entraîne une détérioration plus importante de l'épithélium de la paroi).

Par conséquent, un patient prenant de la cyclophosphamide doit constamment maintenir l'équilibre hydrique dans le corps. Souvent, pour éliminer immédiatement l'urine contenant de l'acroléine toxique de la vessie, un cathéter urinaire est inséré, suivi d'un rinçage de la lumière de la vessie avec une solution isotonique de chlorure de sodium.

L’ifosfamide est utilisé dans le traitement du cancer des testicules, des sarcomes des tissus mous et des os. La cystite hémorragique en présence d’ifosfamide est accompagnée d’une évolution plus sévère. [4]

2.2.2. Pénicillines

Dans de rares cas, la cystite hémorragique est associée à la prise des pénicillines suivantes:

  1. 1 méthicilline;
  2. 2 carbénicilline;
  3. 3 ticarcilline;
  4. 4 pipéracilline;
  5. 5 pénicilline V.

Dans la plupart des cas, le traitement par la pénicilline a provoqué l'apparition de HZ chez les patients atteints de fibrose kystique ayant déjà pris des antibiotiques à la pénicilline.

Les symptômes peuvent apparaître dans les 2 semaines suivant le début du traitement par antibiotiques. Lorsque les symptômes apparaissent, la meilleure option de traitement est d’annuler immédiatement l’antibiotique.

La cause présumée de zona chez les patients prenant des pénicillines est le développement d'une réaction d'hypersensibilité. Dans l'analyse générale de l'urine, les éosinophiles sont souvent enregistrés.

2.2.3. Danazol

Danazol est un stéroïde anabolisant semi-synthétique qui peut provoquer des symptômes de cystite hémorragique chez les patients présentant un œdème de Quincke.

La posologie de danazol ne correspond pas à la gravité de la cystite hémorragique. Presque toujours, les symptômes de zona sont résolus après l’arrêt du danazol.

2.2.4. Autres drogues

Le développement extrêmement rare de la cystite hémorragique est enregistré lors de la prise des médicaments suivants:

  1. 1 témozolomide;
  2. 2 bléomycine;
  3. 3 acide tiaprofénique;
  4. 4 allopurinol;
  5. 5 méthaqualone;
  6. 6 rispéridone.

2.2.5. Produits chimiques

HZ peut se développer chez les travailleurs des entreprises industrielles, où les fuites de produits chimiques, de dérivés de l'aniline (magasins de peinture et de vernis, production de marqueurs, de crèmes pour chaussures), de toluidine (trouvée dans les pesticides, les crèmes pour chaussures) sont possibles.

La cessation de l'exposition aux produits chimiques conduit à une résolution rapide des symptômes. L'exposition chronique aux dérivés de l'aniline, la toluidine, augmente le risque de carcinome à cellules transitionnelles du système urinaire.

Par conséquent, lorsque l'hématurie apparaît chez les travailleurs de l'industrie chimique, un examen supplémentaire est nécessaire pour exclure les néoplasmes du système urinaire.

2.3. Les virus

En règle générale, les HC virales se développent à la suite d'une immunodéficience dans le contexte d'une greffe de moelle osseuse, d'une greffe d'organe et d'immunosuppresseurs, d'un oncologie, d'une chimiothérapie et d'une infection par le VIH.

Les virus pouvant causer des symptômes de cystite avec hématurie comprennent:

  1. 1 virus du polyome;
  2. 2 adénovirus 7, 11, 34, 35;
  3. 3 cytomégalovirus;
  4. 4 virus de l'herpès.

3. épidémiologie

Le zona se développe chez 70% des patients prenant du cyclophosphamide, de l'ifosfamide à fortes doses et chez 25% des patients après irradiation [6].

Ces dernières années, les méthodes modernes de radiothérapie ont permis de réduire jusqu'à 10% l'incidence de la cystite hémorragique. La fréquence de zona chez les enfants est inférieure à celle des patients adultes.

4. Méthodes de diagnostic

4.1. Histoire de la maladie

Au cours de l'enquête / collecte d'anamnèse, les antécédents oncologiques, la présence de maladies chroniques, les états d'immunodéficience congénitale / acquise, le déroulement de la chimiothérapie et la radiothérapie sont spécifiés.

La cystite hémorragique non infectieuse est accompagnée de symptômes d'inflammation, d'irritation des parois de la vessie (dysurie, mictions fréquentes et douloureuses, inconfort du bas-ventre).

Il est important de clarifier avec le patient lorsque du sang apparaît dans les urines. Y a-t-il une dépendance à l’heure du jour, à la position du corps? Du sang dans les urines peut apparaître au début ou à la fin de la miction, ainsi que dans les urines tout le temps. Le sang à la fin de la miction est plus révélateur d'une cystite hémorragique.

Les plaintes concernant la présence ou l'absence de caillots sanguins dans l'urine ne permettent pas de déterminer la cause de la cystite hémorragique. Toutefois, la présence de caillots oblongs peut indiquer l'origine de l'hématurie à partir des parties supérieures de l'appareil urinaire.

4.2. Inspection

Lors de la palpation dans l'abdomen, la douleur et l'inconfort sont déterminés, avec une palpation profonde au-dessus de la poitrine, un besoin pressant d'uriner peut se développer.

En présence d'une obstruction chronique dans le bas de l'abdomen, il est possible de déterminer une vessie trop tendue et douloureuse à la palpation. Souvent, en raison de l'obstruction de l'urètre proximal par un caillot de sang, une rétention urinaire aiguë peut se développer.

4.3. Etudes de laboratoire et instrumentales

Pour le diagnostic de la cystite hémorragique non infectieuse, il est nécessaire d'obtenir des résultats négatifs des cultures bactériennes d'urine, d'urine et de sang pour la recherche d'antigènes viraux / d'anticorps antiviraux.

Même une légère croissance de bactéries dans l'échantillon d'urine nécessite la prise d'un traitement antibiotique tenant compte de la sensibilité de la flore résultante.

En cas de suspicion de cystite hémorragique, un test sanguin général, un coagulogramme (hémostasiogramme) est nécessaire.

La diminution du taux de globules rouges, d'hémoglobine, d'hématocrite se développe à la suite du courant HZ à long terme. L'accession à l'infection peut s'accompagner du développement d'une leucocytose lors du test sanguin général.

Si vous suspectez une étiologie virale de la cystite, vous devez effectuer:

  1. 1 Culture du virus en culture cellulaire.
  2. 2 Microscopie électronique des échantillons de biopsie de la vessie.
  3. 3 Dosage immunologique (ELISA).

4.4. Méthodes de visualisation

Si les symptômes de la HZ sont présents, une échographie des organes urinaires est nécessaire (en règle générale, on détecte une paroi œdémateuse épaissie, un saignement actif permet de visualiser les caillots sanguins dans la lumière de la vessie) et de réaliser un urogramme (pour éliminer les processus pathologiques dans le système urinaire supérieur).

Avec une fonction rénale préservée, il est possible de réaliser une tomodensitométrie des organes urinaires avec contraste. Effectuer une cystoscopie est possible avec HZ non compliqué.

4.5 Cystoscopie

La cystoscopie est indiquée pour tous les patients atteints de zona sans évolution compliquée. La cystoscopie peut être retardée avec un saignement actif.

Effectuer une cystoscopie peut être indiqué pour blanchir la cavité de la vessie des caillots sanguins formés (avec l’inefficacité du lavage des caillots sanguins à l’aide d’un cathéter urinaire).

L'examen de la paroi de la vessie au cours d'une cystoscopie peut aider à choisir les tactiques de traitement et à prévenir les épisodes ultérieurs de zona.

Au cours de la cystoscopie, il est possible de détecter des néoplasmes de la paroi de la vessie, aboutissant à une hémostase par cautérisation locale de la membrane muqueuse.

Cependant, dans la plupart des cas, les découvertes au cours de la cystoscopie ne sont pas spécifiques. Pendant l'étude avec HZ, la paroi de la vessie peut être œdémateuse, avec de nombreuses hémorragies ponctuelles.

5. Principes de traitement

Pour soigner la cystite avec du sang en urinant, il est nécessaire de respecter les principes suivants:

  1. 1 Quand une étiologie bactérienne établie de la cystite avec du sang dans l'urine montre la nomination d'un traitement antibiotique en fonction de la sensibilité de la flore pathogène résultante [2, 6].
  2. 2 En cas d'étiologie non infectieuse, d'absence de rétention urinaire aiguë en raison de la formation de caillots sanguins dans la lumière de la vessie, une hydratation accrue, une forte consommation d'alcool et une observation active sont montrés au patient. Avec une dynamique positive, une hydratation adéquate peut être le seul traitement nécessaire.
  3. 3 En présence de caillots dans la lumière de la vessie, apparition de symptômes d'obstruction des voies urinaires, il est montré au patient en rinçant la lumière de la vessie avec une solution isotonique de chlorure de sodium jusqu'à l'élimination complète des caillots.
  4. 4 S'il est impossible de laver complètement la vessie des caillots de sang avec une sonde urinaire, une cystoscopie doit être réalisée.
  5. 5 Pour éviter la formation de nouveaux caillots sanguins, il est possible d’établir un rinçage constant de la vessie avec une solution de chlorure de sodium isotonique.
  6. 6 Avec le développement de HZ sur le fond de l'intoxication chimique, il est nécessaire d'éliminer l'agent chimique en buvant abondamment, en évitant le contact ultérieur avec des réactifs potentiellement dangereux.
  7. 7 En présence de saignements actifs au niveau de la paroi de la vessie, on montre au patient son hospitalisation, son repos au lit, sa consommation abondante d'alcool, la mise en place d'un cathéter urinaire pour surveiller l'activité du saignement.
  8. Les patients oncologiques présentant des symptômes de zona doivent être traités dans des établissements de soins de santé oncologiques.
  9. 9 Avec l'échec du traitement conservateur indiqué une intervention chirurgicale pour arrêter le saignement.

Options possibles pour le traitement chirurgical de la cystite aiguë:

  1. 1 Cystostomie ouverte et tamponnement temporaire de la vessie;
  2. 2 néphrostomie percutanée;
  3. 3 Embolisation sélective de l'artère hypogastrique (intervention endovasculaire, qui conduit rarement à une hémostase fiable);
  4. 4 urétérostomie percutanée;
  5. 5 Cystectomie.

5.1. Algorithme de gestion du patient

  1. 1 Prévention du développement, consommation excessive d'alcool, prise du médicament Mesna (lors de la prise de cyclophosphamide, neutralise l'effet toxique de l'acroléine sur la muqueuse de la vessie), miction fréquente / échelonnement du cathéter urinaire [6].
  2. 2 Élimination des caillots sanguins, lavage de la vessie avec une solution isotonique de NaCl. La nomination de l'antibiral etiotropic, un traitement antibactérien.
  3. 3 Cystoscopie avec élimination des caillots, cautérisation des zones de saignements actifs.
  4. 4 Compte tenu de la persistance des symptômes d'hématurie, la mise en place d'un système de lixiviation permanente avec un cathéter à trois lumières est indiquée.
  5. 5 Lorsque les symptômes d'hématurie persistent, une cystoscopie répétée avec lavage des caillots sanguins et cautérisation des zones présentant des saignements actifs est indiquée.
  6. 6 Laver la cavité de la vessie avec une solution de nitrate d'argent à 1%.
  7. 7 Avec l'inefficacité de ces mesures, un traitement chirurgical est indiqué.

6. prévention

La meilleure façon de traiter la zona est sa prévention:

  1. 1 La nomination de forte consommation d'alcool en l'absence de symptômes d'obstruction des voies urinaires;
  2. 2 Mise en place du système de lavage de la vessie;
  3. 3 administration prophylactique du médicament Mesna (lors de la prise de cyclophosphamide);
  4. 4 Diagnostic et traitement rapides des infections du système urinaire;
  5. 5 Limitations de l'exposition aux produits chimiques industriels, respect des mesures de sécurité sur le lieu de travail. [6]

7. Prévisions

Le plus souvent, la cystite chez les patients recevant une chimiothérapie est autorisée après le sevrage et le traitement par lavage de la cavité vésicale. HZ sur le fond de l'irradiation du petit bassin dure plusieurs mois.

Les effets traumatiques minimaux (rétention urinaire, interventions instrumentales), l’infection de l’infection peuvent conduire au développement de saignements de la paroi de la vessie.

Dans la plupart des cas, il est possible de guérir complètement les symptômes du zona. À long terme, le développement de la fibrose de la paroi de la vessie, la réduction de son élasticité / contractilité, l'ajout de symptômes de dommages aux parties supérieures du système urinaire sont possibles. Les complications de la cystite sont rares dans le groupe de patients sous chimiothérapie. [7]

Quelle est la dangerosité du sang dans l'urine des femmes atteintes de cystite?

La cystite sanguine est une maladie complexe et dangereuse qui s'accompagne de boutures dans le bas de l'abdomen. Avec cette pathologie, la femme ressent le besoin constant d'uriner, pendant lequel du sang apparaît. La cystite se caractérise non seulement par une inflammation de la vessie, mais également par sa membrane muqueuse.

Cette pathologie est détectée à la fois chez les représentants du sexe faible et chez les hommes. La présence de sang dans l'urine des femmes atteintes de cystite est considérée comme un signe dangereux et nécessite un traitement rapide et efficace. Il est important de consulter un spécialiste dès les premiers signes de la maladie, ce qui évitera le développement de nombreuses complications.

Formes et causes de cystite avec du sang

La cystite est une inflammation de la vessie.

Lorsque vous urinez, du sang peut apparaître chez les femmes atteintes de deux formes de cystite:

  1. La cystite hémorragique est caractérisée par le développement d'un processus inflammatoire qui se produit dans l'épithélium interne de la vessie. Au tout début du développement d'une telle pathologie, parallèlement à l'urine, le sang commence à être libéré, ce qui lui donne une couleur brun rosé. Les principaux agents responsables de la cystite hémorragique sont les adénovirus, les bactéries et les champignons qui pénètrent dans le système urinaire.
  2. La cystite ulcéreuse est considérée comme l'une des formes de pathologie les plus graves, qui se développent à la suite d'un traitement par radiothérapie. À sa réalisation s'observe les dommages des parois de la vessie, et la formation de l'ulcère simple ou multiple en devient la conséquence. Peu à peu, le sang commence à couler et des fistules ne guérissent pas longtemps.

Lorsque du sang apparaît dans les urines, il est impératif de demander conseil à un urologue, qui examinera le patient et établira le diagnostic correct.

Dans la cystite, du sang apparaît au cas où des dommages seraient causés aux vaisseaux sanguins superficiels qui alimentent la muqueuse vésicale.

Lorsque vous urinez, le sang peut apparaître non seulement lorsqu'une femme présente une forme hémorragique de la maladie.

Un tel symptôme peut survenir dans les cystites folliculaire, polypeuse, ulcéreuse et granulaire, avec divers effets mécaniques. Dans certains cas, avec des gouttes de sang dans l'urine peuvent apparaître des pertes purulentes et des impuretés de mucus.

Plus d'informations sur la cystite peuvent être trouvées dans la vidéo:

Les experts identifient les raisons suivantes pouvant déclencher l'apparition de sang chez les femmes atteintes de cystite:

  • Pénétration dans le tractus urogénital d'un objet étranger qui endommage l'épithélium muqueux
  • apparition dans le canal urinaire, l'urètre et d'autres organes de la formation d'une nature bénigne et maligne
  • problèmes de régulation des fonctions contractiles musculaires dans les parois de la vessie en raison d'anomalies neurogènes
  • non-respect des normes d'hygiène de base relatives aux soins du corps, susceptibles de provoquer une inflammation et une réaction hémorragique
  • La rétention urinaire artificielle entraîne la création de pressions excessives, ce qui entraîne des tensions musculaires et des problèmes de circulation du sang dans les vaisseaux.
  • La grossesse, le travail et la ménopause sont des causes courantes de cystite chez les femmes.

La prise incontrôlée de divers médicaments peut également provoquer l'apparition de sang dans les urines. La plupart du temps, ces raisons sont observées lors de la prise de cytostatiques, et les mélanges sanguins ne sont qu'un effet secondaire. Les infections génitales telles que la chlamydia et la gonorrhée sont un facteur commun causant l’apparition de gouttes de sang dans l’urine chez les femmes et les hommes.

Symptômes de la maladie

Le sang dans l'urine peut se produire non seulement à la fin de la miction, mais aussi au début

Au tout début, lorsqu'une femme développe une cystite, il n'y a qu'une miction douloureuse pendant plusieurs jours, à laquelle adhère du sang dans l'urine. Pendant la journée, les femmes et les hommes peuvent avoir jusqu'à 40 actes de miction, et le besoin d'aller aux toilettes ne disparaît pas, même pendant la nuit.

Les patients désirent constamment vider la vessie, mais le fait de se rendre aux toilettes pose tout un problème. Dans le bas de l'abdomen, lorsque vous avez envie d'uriner, une douleur de coupure apparait et devient plus forte après la visite aux toilettes.

Les urologues identifient les symptômes suivants les plus caractéristiques de la cystite hémorragique:

  1. miction trop douloureuse
  2. coloration de l'urine de couleur rose-rouge en raison de la pénétration de sang dans l'urine
  3. mictions fréquentes
  4. la présence de fausses envies aux toilettes
  5. apparition de caillots sanguins de l'urètre avec une perte de sang prononcée
  6. douleur constante et inconfort localisé dans le bas de l'abdomen
  7. élévation de la température corporelle et de la fièvre
  8. faiblesse générale du corps et frissons

Dans le cas où, en temps opportun, ne pas prêter attention aux nouveaux signes de cystite et ne pas commencer un traitement efficace, le risque de complications graves augmente. Au fur et à mesure que la maladie progresse, le patient commence à se plaindre de fatigue constante et d'apparition d'essoufflement.

Complications de pathologie

La libération de caillots sanguins dans l'urètre est la complication la plus dangereuse!

L'une des complications les plus dangereuses d'une maladie telle que la cystite hémorragique est le blocage de l'urètre par un caillot sanguin. Dans cet état pathologique, l'urine continue de s'écouler des reins dans la vessie, mais sa libération n'est soumise à aucune condition. Le résultat est une tamponnade de la vessie, qui commence à augmenter pour atteindre une taille impressionnante.

Les capillaires endommagés de la membrane muqueuse de la vessie sont le moyen idéal pour la reproduction de micro-organismes pathogènes qui se propagent avec le flux sanguin dans tout le corps.

Le résultat de ce processus pathologique peut devenir une inflammation chez les femmes de l’utérus et d’autres organes, ainsi que le développement de la pyélonéphrite.

La variante la plus grave de l’infection par des microorganismes pathogènes est la contamination sanguine. Une trop grande perte de sang entraîne une carence en fer dans le corps de la femme, ce qui entraîne le développement d'une anémie en fer.

Caractéristiques du traitement de la maladie

Traitement prescrit par le médecin en fonction des symptômes et du stade de la maladie

De nombreux patients atteints de cystite hémorragique affirment que cette pathologie disparaît de façon autonome et ne nécessite pas de traitement spécial. En fait, cela est vrai, mais un tel résultat n'est possible que si le patient dispose d'une forte immunité et que son corps est capable de faire face au virus ou à l'infection par lui-même.

Les experts disent que le traitement de la cystite avec du sang est toujours nécessaire, car le risque de développer une complication telle que le blocage du canal avec un caillot de sang provenant d'un caillot de sang est trop élevé. Il en résulte une douleur insupportable chez le patient et une rétention urinaire aiguë en raison de l'impossibilité d'aller aux toilettes.

Le traitement de la cystite avec du sang commence par l'élimination des facteurs qui ont provoqué son développement.

Lors de la confirmation de la nature bactérienne de l'infection, un traitement antibactérien ou de puissants médicaments à large spectre sont prescrits. Dans le cas où la cystite sanguine a une étiologie virale, le traitement implique l'utilisation d'agents antiviraux et d'immunomodulateurs.

Le traitement complet de la cystite avec du sang comprend les domaines suivants:

  1. prescription de médicaments de renforcement hémostatique et vasculaire sous forme de comprimés et d'injections
  2. changement de régime alimentaire et exclusion des plats pointus, gras et sucrés
  3. organisation du régime de consommation, c’est-à-dire que le patient doit consommer au moins 3 à 4 litres de liquide pendant la journée
  4. médicaments anti-inflammatoires
  5. mener des activités visant à renforcer l'immunité du patient et à la thérapie de vitamine

Pour éliminer la douleur chez les femmes atteintes de cystite avec du sang, des analgésiques et des antispasmodiques sont prescrits, parmi lesquels Diclofenac et Baralgin sont considérés comme les plus efficaces. Si la pathologie de la vessie devient chronique, les procédures physiothérapeutiques suivantes sont prescrites:

  • UHF
  • thérapie magnétique
  • inductothermie
  • traitement au laser
  • iontophorèse
  • irrigation de la vessie avec des solutions antiseptiques

En cas de détection de cystite avec du sang chez les femmes, il est recommandé de consulter non seulement un urologue, mais également un gynécologue. Le fait est que les causes de cette maladie sont souvent dues aux pathologies du système de reproduction féminin.

La cystite, qui s'accompagne de l'apparition de saignements lors de la miction, est considérée comme une maladie dangereuse. En l'absence de traitement efficace augmente le risque de diverses complications. Lorsque les premiers signes de maladie apparaissent, il est recommandé à la femme de consulter un spécialiste le plus rapidement possible.

Cystite avec du sang pendant la miction: traitement et causes

Cystite avec du sang - une conséquence de l'inflammation de la vessie. La maladie s'accompagne d'une forte douleur coupante dans le bas de l'abdomen. Le patient éprouve un besoin fréquent et douloureux d'utiliser les toilettes, au cours duquel l'urine est excrétée dans le sang. Qu'est-ce qui cause la cystite avec du sang? Quels symptômes accompagnent cette maladie et comment peut-on la guérir?

Causes de la maladie

La bactérie E. coli est à l'origine du développement de la maladie associée à une miction douloureuse avec du sang. S'il s'installe dans l'urètre, passez progressivement dans la vessie, ce qui provoque une inflammation de la membrane muqueuse. En l'absence de traitement approprié, les capillaires sanguins sont impliqués dans l'inflammation, leurs parois sont endommagées et l'urine est tachée de sang quand on urine. Dans ce cas, il s'agit déjà d'une cystite hémorragique.

Quelle est la différence entre la cystite hémorragique et la aiguë banale, car même avec cette dernière, des gouttelettes de sang peuvent également apparaître dans les urines? La cystite aiguë non compliquée débute avec l’apparition de la température, puis une sollicitation régulière aux toilettes, la miction devient douloureuse et peut parfois être accompagnée par la libération de gouttelettes de sang à la fin. Dans la cystite hémorragique, la membrane muqueuse de la vessie saigne abondamment, l'urine devient rose et l'urètre peut même être thrombosé, ce qui peut rendre l'urine plus difficile. La cystite hémorragique ne dure généralement pas plus de deux semaines, après quoi les symptômes disparaissent.

La couleur de l'urine dépend du stade de la maladie et varie du rose clair au marron sale. L'urine a une odeur forte et désagréable. La cystite sanguine peut toucher à la fois les hommes et les femmes, mais ces dernières sont plus susceptibles de souffrir de cystite en général et de cystite hémorragique en particulier. Une telle «injustice» est liée aux caractéristiques anatomiques: l'urètre est plus large chez les femmes, il est plus facile aux bactéries et aux virus d'y pénétrer. La cystite hémorragique affecte souvent les enfants, alors que contrairement aux adultes, les garçons sont plus susceptibles de souffrir de cystite que les filles.

Causes de la cystite avec du sang

Une cystite peut se développer lorsque l’urine ne peut normalement pas sortir de la vessie à cause d’une obstruction mécanique, par exemple d’une tumeur ou d’une présence de calculs dans la lumière de l’urètre, ou d’un rétrécissement cicatriciel de la lumière de l’urètre. La cystite avec du sang peut également survenir en raison de troubles neurogènes, lorsque la paroi musculaire de la vessie perd soudainement sa contractilité. Du sang dans les urines peut également apparaître dans les cas où une personne souffre longtemps sans vider sa vessie. Dans ce cas, les fibres musculaires sont étirées de nouveau et la circulation sanguine dans les parois de la vessie se détériore.

La cause de la cystite avec du sang est souvent la présence d’un corps étranger dans la vessie, qui irrite les muqueuses et provoque l’apparition de sang dans les urines. Chez les hommes, la forme hémorragique de la cystite se développe souvent en raison de la présence d'un adénome de la prostate. Chez les femmes, la cause de la maladie est souvent les infections sexuellement transmissibles (chlamydia, gonorrhée). De telles infections peuvent provoquer une cystite hémorragique chez l'homme, mais beaucoup moins souvent.

À propos des symptômes

Initialement, lors du développement de la cystite, seule une miction douloureuse est observée pendant quelques jours, auxquels du sang dans les urines est ajouté. Pendant 24 heures chez les hommes et les femmes, il y a jusqu'à 40 mictions. L'appel aux toilettes ne s'arrête pas la nuit. Dans ce cas, la personne ressent le désir de vider sa vessie, mais elle ne peut pas aller aux toilettes. Dans le bas de l'abdomen, les douleurs de coupure apparaissent lorsque vous avez envie d'uriner; après aller aux toilettes, elles ne font que s'intensifier.

La cystite hémorragique ou la cystite avec du sang s'accompagne souvent d'une élévation de la température à des altitudes élevées. Dans le même temps, une envie trop fréquente d'uriner apparaît, même une petite partie de l'urine incite le patient à vouloir vider la vessie, après quoi la douleur ne s'arrête pas mais elle s'intensifie. Le sang dans l'urine n'est pas immédiatement visible. Il apparaît quelques heures après le début de la maladie. Parfois, il peut y avoir tellement de sang qu'il y a même un retard dans la miction. La disparition soudaine de sang dans l'urine du patient indique un prompt rétablissement. Les symptômes de la cystite hémorragique peuvent disparaître sans traitement en une à deux semaines, mais ils peuvent également aller vers la forme chronique de la maladie, caractérisée par des exacerbations qui se reproduisent à une fréquence différente.

Si la maladie dure longtemps, le patient apparaît faible, à bout de souffle, constamment fatigué. Ceci est une conséquence de l'anémie, qui survient lorsque la cystite hémorragique est retardée.

Complications de la cystite avec du sang

La complication la plus dangereuse de la cystite hémorragique est le blocage de l'urètre avec un caillot sanguin. Dans le même temps, l'urine continue de s'écouler des reins dans la vessie sans avoir de sortie. Il y a une tamponnade de la vessie qui, à ce moment-là, continue à s'étirer à une taille énorme.

À travers les capillaires endommagés de la membrane muqueuse de la vessie, des microbes peuvent pénétrer dans la circulation sanguine, qui sont entraînés par le flux sanguin dans tout le corps, tandis qu'une pyélonéphrite, une inflammation de l'utérus ou d'autres maladies inflammatoires peuvent se développer.

Recherche nécessaire

Si le patient se tourne vers le médecin avec des problèmes de sang dans les urines, le premier rendez-vous est de donner du sang pour analyse. Un test sanguin de cystite révèle la présence d'un processus inflammatoire aigu: augmentation du nombre de leucocytes et augmentation de la RSE. Un grand nombre de leucocytes et d'érythrocytes se trouvent généralement dans l'urine du patient et, en cas d'infection bactérienne, il est généralement possible de déterminer l'agent responsable de la maladie. Si la cause de la cystite hémorragique n’est pas une infection bactérienne, mais une infection virale, le test d’urine ne montre pas la présence de bactéries. L'augmentation du nombre total de leucocytes est due à l'augmentation du nombre de monocytes.

Pour confirmer ou infirmer la présence d'un processus bactérien dans la vessie, une culture bactériologique de l'urine sur un milieu nutritif est requise. Dans le même temps, l’étude de la réaction de l’agent pathogène aux antibiotiques qui contribueront à la guérison de la maladie est en cours.

La cystoscopie est une autre étape importante dans le diagnostic de la cystite avec du sang. À l'aide d'un cystoscope, un médecin peut examiner les parois de la vessie, leur état, la présence de calculs, de tumeurs et de corps étrangers dans la vessie. Pour la déclaration finale du diagnostic peut nécessiter des recherches supplémentaires - la radiographie de la vessie et des reins. Après la recherche, le spécialiste diagnostiquera et commencera le traitement approprié.

Traitement

Il est nécessaire de traiter la cystite en présence de sang dans les urines uniquement après avoir consulté un médecin, ce qui est obligatoire pour la cystite sanguine. Pour un traitement rapide et efficace de la maladie, il est important de consulter en temps utile un urologue. Si vous commencez le cours de la cystite avec du sang, alors cela peut se transformer en une forme chronique. Ne vous fiez pas aux méthodes de traitement de la cystite à domicile, qui n'ont souvent aucun sens, elles ne peuvent être utilisées qu'après avoir consulté un médecin et associées aux mesures thérapeutiques traditionnelles. Sans traitement approprié, la cystite peut se propager de la vessie aux uretères et aux reins, ce qui peut entraîner de graves complications. Si la cystite prend une forme chronique, elle devra être traitée longtemps et difficilement.

Le traitement vise à éliminer la cause, ce qui a provoqué une cystite avec du sang dans les urines.

Le traitement de la cystite avec du sang chez les femmes et les hommes présentant une infection bactérienne est effectué à l'aide d'antibiotiques. Pour la cystite d'origine virale, le médecin prescrit un traitement avec des immunomodulateurs et des antiviraux. Si le sang présent dans les urines lors de la cystite est né de la prise de certains médicaments, le médecin vous conseillera de les abandonner temporairement ou de les remplacer par des analogues sûrs.

  • En plus des moyens qui aident à éliminer la cause fondamentale de la maladie, les médecins prescrivent des médicaments aux patients atteints de cystite hémorragique qui renforcent les parois des vaisseaux sanguins et arrêtent le saignement.
  • Le traitement avec des préparations à base de plantes est un ajout important aux méthodes traditionnelles de traitement de la cystite aiguë. Le plus souvent à ces fins, la busserole, la camomille, l’airelle sont utilisées.
  • Il est nécessaire de consommer une grande quantité de liquide. En une journée, ne prenez pas moins de 3 litres de liquide. Il est important d’ajuster le régime alimentaire. Lors du traitement de la cystite hémorragique, les aliments épicés et excessivement salés, les spiritueux et le chocolat sont nécessairement éliminés de l'alimentation. Produits exclus qui entraînent une augmentation de l'excrétion sanguine dans les urines.
  • Pour éliminer la douleur causée par la cystite hémorragique, des analgésiques et des antispasmodiques sont prescrits. Particulièrement efficace avec ce baralgin, le diclofénac.
  • Si la cystite devient chronique, des procédures physiothérapeutiques sont prescrites pour le traitement: inductothermie, iontophorèse, UHF, thérapie au laser magnétique et irrigation de la vessie avec des solutions antiseptiques.
  • Lors du traitement de la cystite avec du sang, il faut suivre un régime. Le patient doit abandonner les aliments salés, frits et épicés.
  • Les femmes doivent consulter non seulement un urologue, mais également un gynécologue: la cause de la cystite avec du sang réside souvent dans les maladies de l'appareil reproducteur féminin.

Traitement de la cystite hémorragique avec des remèdes maison

  • Pour le traitement de la cystite hémorragique, on utilise des thés naturels hémostatiques - par exemple, de belle et millefeuille: 1 cuillère à soupe de chaque herbe versez 300 ml d'eau bouillante. Le bouillon insiste 40 minutes. Buvez 30 minutes avant les repas.
  • Les bains assis avec décoction de camomille vous feront du bien. Trois cuillères à soupe de fleurs de camomille séchées sont versées dans 300 ml d’eau bouillante. Une décoction doit être préparée pendant quelques heures. Ensuite, il est versé dans le bassin et dilué avec de l'eau au volume souhaité. Le temps nécessaire pour prendre un bain assis n’est pas supérieur à 20 minutes.
  • En cas de cystite douloureuse, une décoction de feuilles de myrtille et de busserole viendra à la rescousse. Une cuillère à soupe de feuilles broyées de canneberges et de busserole versez de l'eau bouillante (420 ml). Bouillon tourmenté au bain-marie pendant 40 minutes et prendre 50 ml avant chaque repas.
  • Prenez deux cuillères à soupe de millefeuille et de busserole séchées et une cuillère à soupe de boutons de bouleau. Tout cela est versé de l'eau bouillante (450 ml) et laissé au bain-marie pendant 30 minutes. Infusion boire trois fois par jour, 150 ml.
  • Pour préparer l’infusion d’yarrow (2 c. À thé) coupée, versez 250 ml d’eau bouillante. La perfusion doit être brassée pendant une heure, à boire par petites gorgées tout au long de la journée. Une tasse devrait suffire pour toute la journée.
  • Deux cuillères à soupe de camomille verser un verre d'eau bouillante, laisser infuser pendant une heure. Après cela, une cuillère à café de miel est ajoutée au bouillon. Par jour, utilisez ce bouillon trois fois - 100 ml.
  • Les graines d'aneth sont utilisées pour traiter de nombreuses maladies du système urinaire. Dans la cystite hémorragique, les graines d’aneth sont réduites en farine, versées avec 1 tasse d’eau bouillante, puis laissées infuser pendant une heure. Buvez cette infusion le matin à jeun.
  • Le jus de canneberge est utile dans la cystite avec du sang. Pour sa préparation, prenez une livre de canneberge (fraîche ou congelée), 2 litres d'eau, 200 g de sucre. Berry pétrir, en pressant le jus. Ajouter le sucre à la masse résultante, puis diluer avec deux litres d'eau. Pour être efficace, avant utilisation, le jus est chauffé.

Cystite avec du sang - la maladie est extrêmement désagréable, mais avec un traitement rapide chez le médecin et le respect de toutes ses prescriptions, le rétablissement se produit assez rapidement.

Plus D'Articles Sur Les Reins