Principal Tumeur

Inflammation de la vessie chez la femme: causes, symptômes. Traitement de la cystite: médicaments

Aujourd'hui, beaucoup de femmes doivent faire face à divers types de maladies urogénitales. Les symptômes primaires devraient alerter chaque femme. En règle générale, une maladie ne peut être vaincue sans assistance médicale qualifiée.

Informations générales

L'inflammation de la vessie chez la femme, autrement appelée cystite, est l'une des maladies les plus courantes du tractus urologique.

Cela procure beaucoup d'inconvénients. Les hommes sont beaucoup moins souvent confrontés à cette maladie, la structure des voies urinaires étant quelque peu différente.

La cystite nécessite un traitement rapide et qualifié. Sinon, le risque de complications augmente considérablement. Le traitement médicamenteux doit être prescrit exclusivement par un médecin. Le fait est qu'un mauvais traitement ne peut qu'aggraver la situation. En règle générale, le processus inflammatoire lui-même se forme directement dans la membrane muqueuse. Si l’on en croit les spécialistes, cette affection peut être diagnostiquée à tout âge, quels que soient le mode de vie de la personne et les facteurs héréditaires concomitants.

Selon les statistiques disponibles, une femme sur trois au moins une fois en âge de procréer devait faire face à un problème tel que l'inflammation du système génito-urinaire. Dans la moitié de ce nombre, la maladie entre dans une phase chronique, puis se répète presque chaque année.

On pense que le taux d'incidence chez les jeunes et les personnes âgées est à peu près le même. Les experts expliquent ce fait par les particularités de la structure anatomique du corps féminin (large urètre, proximité de l'anus au vagin) et de la physiologie (des perturbations au niveau hormonal entraînent des modifications de la microflore vaginale, à partir de laquelle les agents pathogènes pénètrent facilement dans la vessie elle-même).

Raisons principales

Chez les femmes, la cystite se développe souvent dans la voie ascendante. Les microorganismes pénètrent dans l'urètre. Cela peut être dû à l'hypothermie, au non-respect des règles d'hygiène élémentaires ou à la présence d'une vaginite.

Chez les jeunes enfants et les femmes âgées, l'urine pénètre dans le vestibule du vagin, provoquant une irritation des muqueuses dans cette zone. Ensuite, une flore pathogène est associée à ce processus, provoquant une inflammation très rapidement transmise aux organes du système urinaire.

Chez les enfants de deux ans et jusqu'à la fin de l'adolescence, les changements au niveau hormonal ne sont pas rares. En conséquence, la flore en bâtonnets se transforme en cocci, ce qui provoque une inflammation du vagin, puis de la vessie elle-même.

Déjà à ce qu'on appelle l'âge de procréer (de 18 à 45 ans environ), les causes de la cystite peuvent être très différentes, à commencer par des relations sexuelles avec promiscuité et se terminant par un manque de respect pour l'hygiène personnelle.

L'inflammation du système génito-urinaire peut également se produire en raison de certaines maladies, par exemple l'urétrite ou la pyélonéphrite. En outre, l'examen instrumental des organes internes en urologie conduit parfois au développement de ce problème. Un certain rôle dans l'apparition de la maladie appartient aux calculs dans la vessie. Ils irritent constamment la membrane muqueuse, puis la flore pathologique rejoint ce processus. Tout cela provoque une cystite. Selon les spécialistes, ses agents pathogènes sont des bactéries (moins communément des champignons, des protozoaires et divers virus).

Outre l’infection, les médecins identifient un certain nombre de facteurs qui contribuent au développement du processus inflammatoire, à savoir:

  • l'hypothermie;
  • déséquilibre hormonal;
  • vidange intempestive de la vessie;
  • sexe promiscuous;
  • non-respect des règles d'hygiène élémentaires (en particulier pendant la menstruation);
  • constipation fréquente;
  • immunité réduite;
  • essuyer de manière inappropriée après les selles.

Les symptômes

En règle générale, le tableau clinique chez les femmes d'âges différents est le même. La symptomatologie persiste pendant 10 à 12 jours, après le rétablissement complet du traitement. Si les symptômes de la cystite ne disparaissent pas et au bout de 14 jours, la maladie est très probablement passée à une forme chronique. Voici les principaux symptômes de la maladie:

  • mictions fréquentes;
  • douleur et inconfort dans le bas de l'abdomen;
  • sensation de brûlure dans la région génitale;
  • incontinence urinaire;
  • une légère augmentation de la température (jusqu'à 37 degrés);
  • turbidité de l'urine.

En cas de problème ci-dessus, il est recommandé de demander immédiatement conseil à un spécialiste. Il est important de se rappeler que l'inflammation de la vessie chez la femme nécessite toujours un traitement efficace. Sinon, le risque de développer des complications augmente plusieurs fois.

Classification

Il est à noter qu’une seule classification de cette maladie n’existe pas. Les experts appellent seulement deux stades de la maladie, en fonction du moment de son apparition - aiguë et chronique.

L'inflammation est classée dans les pathologies aiguës, s'il y en a une. La cystite chronique est secondaire. Cela semble dû à la propagation de l'infection dans le corps. Ses manifestations sont moins prononcées et ne sont pas accompagnées de fièvre. Des exacerbations sont possibles dont la fréquence d'occurrence dépend simultanément de plusieurs facteurs (l'état du système immunitaire, la présence d'autres maladies gynécologiques). Avitaminose, fatigue constante, épuisement du corps - tout cela contribue au développement de maladies telles que l'inflammation chronique de la vessie. Dans ce cas, le traitement nécessite une approche plus compétente.

"Lune de miel de la cystite"

La médecine moderne distingue une telle maladie de «cystite de lune de miel». En quoi est-ce différent? En fait, un terme aussi beau implique l’apparition des premiers signes de la maladie immédiatement après la défloration.

Très souvent, avant que la fille commence à avoir des relations sexuelles dans la microflore de son vagin, des changements se produisent. Ils sont mineurs et ne causent pas d'anxiété. Pratiquement tous les rapports sexuels sont accompagnés d'un jet de la microflore vaginale directement dans l'urètre, ainsi que dans la vessie. En règle générale, les parois des organes ne sont pas préparées à une telle «attaque», qui provoque le développement du processus inflammatoire et, partant, la cystite. Les principaux signes de la maladie apparaissent dans quelques jours. Très rarement, les filles en lune de miel refusent l'intimité, même malgré l'inflammation de la vessie. Le traitement est constamment reporté et la maladie ne fait que progresser.

Qui est à risque?

  • Femmes pendant la grossesse / ménopause.
  • Patients après examen instrumental du système urogénital.
  • Patients diabétiques.
  • Femmes pratiquant des rapports sexuels non protégés (anal).
  • Les femmes qui utilisent régulièrement des spermicides.

Diagnostics

Il est possible de confirmer l'inflammation de la vessie chez les femmes seulement après un examen complet. Cela implique une analyse d'urine et une culture bactériologique. Ce dernier est nécessaire pour la détection des agents pathogènes opportunistes.

De plus, avec ce diagnostic, lors de la palpation dans le bas de l'abdomen, la femme ressentira une douleur d'intensité différente. L'échographie confirme toujours la présence d'une inflammation, qui affecte directement le changement de structure des parois internes de l'organe.

En cas d'évolution prolongée de la maladie, le médecin peut prescrire un examen supplémentaire (par exemple, une biopsie ou une cystoscopie). En utilisant ces méthodes, vous pouvez enfin confirmer un diagnostic tel que l’inflammation de la vessie.

Traitement: pilules et autres formes de drogue

Tout d'abord, une femme devrait subir un examen diagnostique complet, dont le médecin prescrira le traitement par médicament. À tout moment du traitement, il est recommandé d'exclure les contacts sexuels afin de restaurer la microflore vaginale.

Pour soulager les spasmes et éliminer les douleurs aiguës, les médecins prescrivent généralement «Urolesan» ou «Kanefron».

Comment se débarrasser de la cystite? Avec la nature infectieuse de la maladie, la prescription d'antibiotiques est considérée comme une nécessité. À l’heure actuelle, les agents antibactériens les plus courants sont les suivants: monural, cotrimoxazole, nitrofurantoïne. En règle générale, la durée du cours varie de trois à sept jours.

Le choix des antibiotiques doit être abordé avec une attention particulière. C'est pourquoi il est si important de faire appel à un spécialiste qualifié. Le médecin recommande des médicaments en fonction des résultats des tests. Les tests effectués permettent d’isoler du patient tout un groupe de microorganismes sensibles à un médicament en particulier. Il est important de noter que les agents antibactériens modernes n’ont pratiquement aucun effet toxique sur le corps, ils peuvent donc être utilisés sans danger pour une maladie telle que la cystite aiguë.

Le traitement de la maladie est impossible sans l'utilisation de diurétiques à base de plantes, d'uro-antiseptiques et d'immunostimulants. Vous pouvez accélérer le processus de guérison grâce à la physiothérapie.

Pendant un certain temps, il est également important de suivre un régime alimentaire spécial qui empêche le développement d’un environnement urinaire agressif. Les boissons alcoolisées, le poivre, la moutarde, le raifort, les cornichons et les cornichons doivent être exclus du régime alimentaire quotidien.

Pas le dernier rôle dans le traitement est donné au régime de boire. Par exemple, il est recommandé de consommer au moins deux litres de liquide par jour. Il s’agit peut-être de l’eau non gazeuse la plus courante, du thé au miel, de la décoction de feuilles de persil, du thé dit du rein. Boire beaucoup d'eau aide à éliminer plus rapidement l'infection de la vessie.

Le traitement traditionnel de la cystite chez les femmes ne devrait pas être effectué sans consulter un spécialiste. Bien sûr, vous pouvez trouver aujourd'hui de nombreuses recettes de médecines douces conçues pour aider à lutter contre cette maladie. Cependant, dans certains cas, ils font plus de mal que de bien.

Cystite et grossesse

Si une femme a déjà cette maladie au stade chronique, il est fort probable que la prochaine exacerbation de l'enfant se produira probablement pendant sa grossesse. Pendant la grossesse, on observe des modifications du corps au niveau hormonal, la microflore habituelle dans le vagin est perturbée, l'immunité est réduite - tous ces facteurs contribuent à l'exacerbation de la cystite.

L'inflammation de la vessie chez les femmes enceintes est importante à traiter sous la supervision d'un médecin. Le fait est que dans une position intéressante, de nombreux médicaments sont interdits. Un spécialiste peut choisir ces produits naturels (à ne pas confondre avec la médecine traditionnelle) qui seront sans danger pour le fœtus.

Cystite infantile

L'inflammation de la vessie chez un enfant est diagnostiquée très souvent pour plusieurs raisons. Il est important de noter que cette maladie n'est pas associée au sexe ou à l'âge. Chez les filles, la maladie est souvent expliquée par la dysbactériose du vagin; chez les garçons, elle se développe dans le contexte du phimosis, mais le plus souvent, la cystite survient de manière sporadique après que l'infection se soit propagée directement dans la vessie. Le traitement d'une maladie implique tout d'abord un diagnostic compétent (analyse générale et culture d'urine), permettant de déterminer l'agent pathogène et d'identifier ses propriétés caractéristiques. La maladie chez les petits patients va très vite aux reins. C'est pourquoi retarder le traitement n'en vaut pas la peine.

Des complications

L'inflammation de la vessie chez la femme peut parfois entraîner des conséquences très désagréables. Le plus souvent, leur développement est dû à un traitement intempestif. Les principales complications des médecins sont les suivantes:

  • pyélonéphrite;
  • jeter de l'urine dans l'uretère et les reins;
  • perforation de la paroi de la vessie;

Prévention

Comme vous le savez, toute maladie est plus facile à prévenir qu'à guérir par la suite. Dans le cas de la cystite, cela est également pertinent. Pour prévenir le développement de cette maladie, toutes les femmes sont encouragées à suivre des règles assez simples. Que faire avec la cystite est impossible?

  • Mener une vie sexuelle incontrôlée.
  • Ignorer les règles élémentaires de l'hygiène personnelle.
  • Constamment supercool.
  • Traitement par négligence des infections des voies urinaires.
  • Utilisez du lin serré à partir de tissus synthétiques.

Conclusion

Dans cet article, nous avons parlé de l’inflammation de la vessie. Symptômes, traitements, mesures préventives nécessaires, tels sont les principaux problèmes abordés.

En conclusion, nous notons encore une fois que la cystite est une maladie qui doit simplement être traitée. La médecine moderne a tous les préparatifs nécessaires à cette fin.

Causes, symptômes et traitement de la cystite cervicale

L'inflammation du col de la vessie est une maladie urologique courante. Il survient chez les enfants, les hommes et les femmes avec la même fréquence. La cystite cervicale aiguë survient pendant la reproduction de la microflore dans le contexte d’une diminution de la protection immunitaire locale.

Tous les processus inflammatoires ne conduisent pas à une lésion cervicale. Pour le développement de la pathologie nécessite un agent pathogène et un facteur provoquant.

L'examen bactériologique du matériel des voies urinaires révèle un certain nombre d'agents pathogènes fréquents - champignons du genre "Candida", virus, entérobactéries. Le mode de transmission initial est l'infection génitale.

Facteurs étiologiques de l'inflammation du col de la vessie

La forme aiguë de la maladie se développe plusieurs jours après la pénétration de l'agent pathogène:

  1. Ascendant du rectum et des organes génitaux;
  2. Transfert de l'infection avec le mouvement du sang des foyers inflammatoires;
  3. Propagation à la baisse dans la pyélonéphrite (inflammation du bassinet du rein);
  4. Après une opération à la vessie.

Les variantes anatomiques de la structure du tractus urinaire féminin provoquent une incidence accrue de bactéries de bas en haut.

Pourquoi une protection immunitaire réduite dans le bassin:

  • Perturbation de la microcirculation après des opérations sur les organes urogénitaux;
  • Long refroidissement du bas-ventre;
  • Saignement dans la vessie;
  • Pyélonéphrite - inflammation du bassinet du rein.

Les autres causes de nosologie sont moins courantes.

Mécanismes pathogéniques de la cystite

Le col de la vessie est situé anatomiquement en bas. Autour de celle-ci est la couche musculaire qui assure la rétention de l'urine à l'intérieur tout en se contractant. Pendant la relaxation, le contenu est retiré dans l'urètre.

La membrane muqueuse du corps lors du remplissage est lisse, dans la forme vide - pliée. La structure anatomique crée des opportunités pour la prolifération de bactéries dans les plis avec des mictions fréquentes chez les personnes excitables, souffrant de troubles neurologiques.

Le triangle kystique est formé à la confluence des uretères. En raison de l'insécurité du site, une inflammation survient souvent dans celui-ci - trigonite. L’état est un mécanisme déclencheur de la propagation des micro-organismes au cou.

Classification de l'inflammation cervicale chronique de la vessie

La majeure partie de l'inflammation urogénitale se produit de manière chronique - progressivement sur plusieurs années. Une variété de formes morphologiques décrit la classification clinique:

  1. Formes latentes - stables (avec absence de laboratoire, modifications bactériologiques, présence d'un tableau endoscopique seulement des modifications de la muqueuse). La forme latente d'exacerbations rares se produisant dans la forme aiguë. Inflammation chronique avec répétitions fréquentes - plus de deux fois par an sous forme d'évolution subaiguë;
  2. Espèces persistantes - avec la présence de modifications endoscopiques et de laboratoire sans besoin urgent d'uriner;
  3. Les types interstitiels sont accompagnés d'une douleur dans l'abdomen, une violation de la fonction d'accumulation de l'organe.

Selon les modifications morphologiques de la membrane muqueuse, la cystite cervicale est divisée en 6 types - nécrotique, catarrhale, encroûtante, ulcéreuse, kystique, polypeuse.

Symptômes de la cystite cervicale

Les spécialistes ont identifié une forme unique de la maladie en raison de lésions des sphincters musculaires, qui sont normalement responsables de la rétention et de l'excrétion de l'urine. Au cours du traitement chronique, les dommages se développent progressivement, ce qui ne permet pas de suspecter une pathologie à temps.

La seule manifestation à un stade précoce d'une évolution chronique est le besoin périodique d'uriner, qui survient avec une certaine périodicité. Lorsque vous urinez, une petite quantité d'urine est sécrétée, car le liquide ne s'accumule pas en quantité suffisante.

Le stress du sphincter enflammé entraîne une douleur intense dans le bas-ventre, une sensation de brûlure pendant la miction. L'intensité du syndrome douloureux est individuelle - d'une douleur mineure à une douleur intense.

  • L'urine sent l'ammoniac;
  • L'analyse en laboratoire de l'urine révèle des globules blancs, des globules rouges, des bactéries, du pus;
  • Une envie fréquente d'uriner survient en cas d'inflammation grave, mais ne se caractérise pas par une miction intense;
  • Augmentation de la température à 38,5 degrés;
  • Augmentation de la transpiration avec l'odeur d'acétone;
  • L'urine devient trouble, l'apparition de globules rouges dans l'urine est possible.

La cystite cervicale chronique est détectée tardivement, ce qui ne guérit pas complètement la nosologie.

Diagnostic de l'inflammation du col de la vessie

Les méthodes cliniques ne peuvent qu'établir la douleur du pubis. Les autres signes de nosologie sont déterminés par des études instrumentales et en laboratoire. L'analyse chimique du contenu de l'urètre indique une augmentation des inclusions de protéines en pathologie.

Un examen endoscopique est réalisé pour étudier l'état de la paroi interne de la vessie, mais dans les cas aigus, le diagnostic n'est pas recommandé en raison de la probabilité accrue d'inflammation.

La forme aiguë ou chronique nécessite une cystoscopie, une radiographie de contraste. Des études sont prévues pour exclure les polypes, les ulcères et étudier d'autres zones de la sphère urinaire.

Principes de traitement de la cystite cervicale

Il existe 3 types de traitement de la maladie:

  1. Pathogénétique;
  2. Étiologique;
  3. Préventif.

La cause de la maladie sont des infections - bactériennes, virales, fongiques. Pour les neutraliser, l'utilisation d'antibiotiques est recommandée. Les préparations sont sélectionnées en tenant compte de la sensibilité aux antibiotiques de l'agent pathogène après l'ensemencement du matériel sur un milieu nutritif. À côté de la colonie de bactéries se trouve une bandelette contenant un antibiotique. Si l'agent pathogène du médicament est sensible, on trace autour de lui un fragment de la mort de la colonie.

La thérapie pathogénique de la cystite cervicale est prescrite pour normaliser la microcirculation, rétablir l’immunité, éliminer le déséquilibre hormonal, restaurer la microflore du tractus génital féminin.

Les diurétiques végétaux sont utilisés pour la prophylaxie, le traitement sanitaire et hygiénique des organes génitaux après un rapport sexuel.

Cystite cervicale bactérienne - traitement antibiotique:

  • Le traitement est effectué par des médicaments auxquels l'agent pathogène est sensible. Longue - au moins 7 jours. Les agents antibactériens les plus populaires du groupe urinaire chez les médecins de la Fédération de Russie sont la lévofloxacine, la pefloxacine, la norfloxacine, la nitrofurantoïne;
  • Les formes aiguës sont éliminées par des courts-circuits (3-5 jours) avec répétition. La durée de la thérapie antibiotique est chronique jusqu'à la destruction complète de l'agent pathogène, qui est déterminée par l'examen des frottis et des cultures sur la croissance de la culture du microorganisme;
  • Les médicaments de choix - la loméfloxacine, la ciprofloxacine, la norfloxacine, la destruction de E. coli, la flore des voies urinaires à Gram négatif;
  • Les infections sexuellement transmissibles sont traitées par des régimes combinés utilisant des fluoroquinolones, des tétracyclines et des macrolides.

La thérapie pathogénique implique de boire beaucoup d’eau pour éliminer les micro-organismes étrangers de l’urètre et de la vessie. L’optimisation de la nutrition implique le contrôle de l’apport en protéines, la normalisation de l’équilibre vitamino-minéral.

Des études pratiques ont montré que, chez les patients souffrant d’infections des voies urinaires, les complexes immuns s'écartaient de la norme en diminuant ou en augmentant avec l’aide d’immunothérapies (extrait de protéine, Uro-Vaksom), de bactériophages.

Dans la forme chronique, une accumulation excessive d'ammoniac entraîne un manque d'oxygène dans les tissus. L’hypoxie est traitée avec des antihypoxants, des veinotoniques, des antiplaquettaires (solcoséryle, escuzan, trental).

La forme latente peut être traitée localement en injectant des médicaments dans la vessie à travers un cathéter. L'héparine est introduite par voie intracellulaire à une concentration de 10 000 unités internationales trois fois par semaine pendant trois mois. La dioxidine est recommandée pour l'instillation locale dans la vessie. Des études scientifiques indiquent un effet thérapeutique positif de l'argent colloïdal sur les agents pathogènes de la sphère génito-urinaire.

Régime alimentaire pour l'inflammation de la vessie

Le processus inflammatoire entraîne une augmentation du tonus de la vessie. Une thérapie par le régime est prescrite pour détendre le sphincter distal. Dans la plupart des cas, la cystite cervicale cachée chez les femmes et les hommes peut être éliminée en prenant des sédatifs (drogue de valériane, agripaume) la nuit.

Pour éliminer l'hypertonicité de la vessie, le refus des aliments frits et épicés, des ketchups, des marinades est recommandé. Dans la forme chronique, vous devez boire au moins 2 litres d'eau par jour et dans la forme aiguë, encore plus.

Les eaux minérales alcalines sans gaz possèdent des propriétés utiles.

En cas de changements inflammatoires dans le bassin, il est recommandé de porter des vêtements naturels qui empêchent une augmentation de la température dans le bas de l'abdomen. Le port de ficelles provoque une exacerbation d'infections chroniques.

En conclusion, nous décrivons le complexe de remèdes à base de plantes utilisé pour le traitement de maladies de la sphère urinaire:

  • Canephron - contient des feuilles de lovage, de romarin, d’herbe centaurée;
  • Cystone - comprend silicate de chaux, vernonia, saxifrage, extrait de Didimocarpus;
  • Phytolysine à base d'huile de menthe, de pin, d'herbe de verge d'or, de racine amoureuse, de rhizome de poireau, de prêle, de pelure d'oignon.

Les médicaments sont prescrits pour la cystite, la lithiase urinaire.

Lors de l'analyse de critiques sur la manière dont j'ai guéri l'inflammation de la vessie, les recettes populaires à base de prêle, de zeste d'oignon, brassées avec de l'eau dans un rapport de 2 cuillères pour 250 ml d'eau bouillante, sont mises en évidence. Appliquez des décoctions pendant plusieurs mois jusqu'à disparition des symptômes.

La cystite qualitativement guérie ne s'accompagne pas d'une forte miction, d'une fausse envie et d'une fièvre. Observez les procédures préventives pour éviter les récidives - évitez l’hypothermie, n’oubliez pas l’hygiène de la sphère urogénitale, ne portez pas de longues ficelles.

Cystite chez les femmes - symptômes et traitement rapide à la maison

Presque toutes les femmes au moins une fois dans leur vie ont ressenti un malaise et des brûlures au cours de la miction, mais ces symptômes sont souvent ignorés et disparaissent après un certain temps sans traitement.

Dans certains cas, ces signes précurseurs indiquent l'apparition d'une inflammation dans la vessie, c'est-à-dire une cystite. De par la nature de l'évolution, il est classé en cystite aiguë (apparaissant dans la phase aiguë accompagnée de la manifestation de symptômes typiques) et chronique (apparaissant sous une forme latente ou récurrente).

Le traitement efficace de la cystite chez les femmes devrait être rapide et complexe pour prévenir les complications.

Raisons

La cystite est une inflammation de la vessie. Dans la plupart des cas, la cause de la maladie est une infection qui habite le corps de la femme. En règle générale, les principaux agents responsables sont les bactéries E. coli et Staphylococcus. Ces bactéries pénètrent dans la vessie par la peau ou le rectum par l’urètre.

Les causes du développement de la cystite chez les femmes sont très diverses, nous en soulignons donc les principales:

  • gestation et travail;
  • infection génitale;
  • congestion de l'urine dans la vessie;
  • avitaminose et nutrition déséquilibrée;
  • troubles hormonaux;
  • non-respect des règles d'hygiène intime;
  • hypothermie significative;
  • opérations sur le col utérin et les organes urinaires.

On pense que l'hypothermie est un élément déclencheur du développement de la cystite, car elle affaiblit l'immunité de l'organisme et contribue à la reproduction des virus et des bactéries qui s'y trouvent.

Cette infection de la vessie crée beaucoup de symptômes désagréables, obligeant la femme à s’inquiéter constamment et à être nerveuse. Étant donné que la cystite n’est pas grave, la qualité de vie en souffre parfois, ce qui engendre divers troubles dans tous les domaines de la vie.

Premiers signes

Ainsi, le tableau clinique de la forme aiguë de la cystite est:

Il convient de noter que les deux derniers signes sont les symptômes d’un stade grave de la maladie.

Symptômes de la cystite chez les femmes

La cystite aiguë est toujours soudainement malade, après le stress, une infection virale, une hypothermie, tout autre facteur qui mine l’immunité locale de la vessie.

Avec l'apparition de la cystite chez les femmes, parmi les premiers symptômes émettent fréquemment des envies d'aller aux toilettes, une sensation de douleur en urinant, une douleur dans le bas de l'abdomen. En outre, plus le nettoyage est difficile, plus une femme ressent le besoin de se rendre aux toilettes. Dans les cas graves, ils se produisent toutes les demi-heures. Les douleurs ne donnent pas de repos au patient 24 heures sur 24. L'estomac fait mal à la fois pendant la miction et à l'extérieur. Sentant l'abdomen désagréable et la douleur.

La cystite chronique est généralement moins prononcée symptômes, différentes rechutes. Il signale périodiquement des épidémies d’exacerbations. Il s’agit d’une infection latente que vous ne pouvez tolérer dans aucun cas.

Nature de la douleur

Comme mentionné précédemment, un symptôme courant de la maladie est une douleur au bas de l'abdomen et au périnée.

L'intensité de la douleur peut être différente. Dans environ 10% des cas, la cystite est indolore. Seul un léger inconfort et une douleur peuvent être ressentis, ce qui est souvent ignoré. La douleur s'étend souvent jusqu'au dos et le patient peut avoir l'impression qu'il a mal au dos. Souvent, la douleur est accompagnée de symptômes tels que maux de tête, fatigue, fièvre.

Les médecins considèrent la douleur et l'intoxication comme un complexe à symptôme unique. Cependant, avec une immunité affaiblie, la fièvre et d'autres symptômes d'intoxication peuvent ne pas être présents.

Présence de sang dans l'urine

Parfois, du sang est trouvé dans l'urine. L'urine peut acquérir une teinte rose pâle et une couleur brique. Souvent, le sang dans les urines indique une lésion virale de la membrane muqueuse des voies urinaires.

En cas d'hématurie, les médecins envisagent deux options pour la maladie: aiguë et compliquée. Dans ce cas, un diagnostic approfondi est effectué pour déterminer le type de cystite et la désignation d'un schéma thérapeutique supplémentaire pour la maladie.

Diagnostics

Les diagnostics primaires comprennent une inspection sur place des spécialistes concernés: urologue, néphrologue et gynécologue. Les experts procèdent à la collecte de l'anamnèse et établissent les causes possibles de l'apparition de la maladie.

Lors de la collecte de l'anamnèse, les médecins sont particulièrement attentifs aux facteurs de risque:

  1. L'hypothermie;
  2. Sexe non protégé
  3. Médicaments pris;
  4. Stress émotionnel excessif;
  5. La présence de comorbidités et de pathologies (dans le champ des organes pelviens en premier lieu).

Les tests de laboratoire comprennent:

  1. Un test d'urine pour les cultures selon Nechyporenko. Aide à identifier l'agent pathogène.
  2. Analyse d'urine complète. Les érythrocytes, les leucocytes et les protéines sont détectés dans l'urine. L'urine elle-même est trouble et peut être mélangée à du sang ou du pus. Dans la forme hémorragique de la maladie, l'urine est rose.
  3. Numération globulaire complète. En général, selon les résultats, une image du processus inflammatoire se dessine, éventuellement une augmentation de la RSE et de la leucocytose. Cependant, il ne peut y avoir aucun changement de sang du tout. La formule sanguine complète indique s’il existe des maladies plus dangereuses qui se «masquent» comme une cystite: oncologie, etc.

Parmi les méthodes instrumentales utilisées deux principales:

  1. Échographie de la vessie. Vous permet d'identifier les changements organiques du corps.
  2. Urétroscopie et cystoscopie. Les examens endoscopiques ont pour objectif une inspection visuelle de l'état des muqueuses de l'urètre et de la vessie. Malgré la gêne ressentie lors de ces procédures, leur contenu en information est extrêmement élevé.

Traitement de la cystite chez les femmes

Si vous présentez des symptômes de cystite, le traitement chez la femme doit nécessairement inclure des médicaments antibactériens et doit être effectué sous la supervision d'un spécialiste.

Il ne suffit pas de prendre un antibiotique sur les conseils de bonnes connaissances: cela ne fera que vous soulager des sensations désagréables pendant un moment, mais lorsque l'effet du médicament cessera, l'agent pathogène commencera à se multiplier à nouveau et tous les symptômes réapparaîtront. Dans ce cas, la maladie peut non seulement être retardée, mais aussi devenir chronique.

Les médicaments antibactériens et antispasmodiques qui soulagent la douleur sont généralement prescrits aux femmes souffrant de cystite aiguë. En plus des antibiotiques, on prescrit au patient des médicaments qui stimulent le système immunitaire.

Comme thérapie d'appoint prescrite beaucoup de boisson. Ce peut être simplement de l'eau pure, mais mieux: une infusion de camomille, de calendula ou d'hypericum. Utile pour la cystite et le jus de canneberge.

Comment traiter la cystite: une liste de médicaments

Le plus souvent, lors de l’élaboration d’un schéma de traitement d’une maladie chez la femme, le médecin intègre nécessairement dans le processus thérapeutique des médicaments tels que les uroantiseptiques (antibiotiques) et les anti-inflammatoires. Ce traitement vous permet de vous débarrasser rapidement des symptômes de la cystite et de vaincre l'infection.

1) Analgésiques et antispasmodiques pour le traitement symptomatique, ils élimineront les spasmes et contribueront à diminuer le tonus des muscles lisses de la vessie:

  1. No-Shpa - 120-240 mg par jour en 2-3 doses;
  2. Papaverine - 40-60 mg 3 à 4 fois par jour;

2) Une fois le diagnostic confirmé et déjà connu de la femme, des antibiotiques sont prescrits pour le traitement étiotropique:

  1. Monural - 3 mg une fois, 2 heures après un repas;
  2. Nolitsin - 1 comprimé 2 fois par jour, pendant 3 jours;
  3. Biseptol - 2 comprimés 2 fois par jour pendant 3 jours;

3) Les préparations à base de plantes aident également à réduire les spasmes et la douleur:

  1. Cystone - 2 comprimés 2 fois par jour;
  2. Canephron - 50 gouttes 3 fois par jour, diluées dans une petite quantité d’eau;
  3. Spasmotsistenal - jusqu'à 10 gouttes 3 fois par jour, diluées dans une petite quantité d'eau;
  4. Fitolizin - 1 c. Pâte dissoudre dans 1/2 tasse d'eau douce chaude, prendre 3-4 fois par jour après les repas.

Le choix d'un médicament approprié pour la cystite, la détermination de sa dose unique, l'ordre d'administration et la durée du traitement doivent être de la compétence exclusive du médecin. L'auto-traitement non seulement ne favorise pas le rétablissement rapide, mais entraîne également le développement de complications graves de la maladie.

Dans la forme récurrente de la maladie, en plus du traitement symptomatique etiotrope susmentionné, les instillations de la vessie, l’ionophorèse intravésicale, la FHF, l’inductothermie, le traitement au laser magnétique et le traitement magnétique sont également indiqués. Si une cystite récurrente est diagnostiquée chez une femme ménopausée, il est recommandé d'appliquer par voie intravaginale ou périurétrale une crème contenant des œstrogènes. Avec le développement de l'hyperplasie grossière du col de la vessie, on a recours à la résection transurétrale (RTU).

Monural

C'est le médicament le plus courant et le plus moderne dans la lutte contre une telle maladie. Il a une activité bactéricide élevée contre pratiquement tout le spectre des microorganismes pathogènes.

L'ingrédient actif du médicament est la fosfomycine trométamol. Son utilisation est absolument sans danger, même chez les femmes enceintes et les enfants. En même temps, 1 paquet suffit une fois par jour pour résoudre les problèmes de santé. C’est pourquoi, lorsque les femmes se posent des questions sur la manière de traiter la cystite, elles choisissent Monural parmi une variété de médicaments (voir la notice d’utilisation).

Que faire à la maison?

En plus du traitement de base, suivez les règles simples à la maison. Cela aidera à se débarrasser de la maladie plus rapidement.

  1. Il est très souhaitable d'observer le repos au lit lors d'une exacerbation. Il est nécessaire de s'allonger sous une couverture chaude avec un coussin chauffant dans le bas de l'abdomen.
  2. Comment boire plus. Les boissons aux fruits à la canneberge, aux airelles et à la myrtille sont les bienvenues.
  3. En ce qui concerne les aliments, vous devez limiter votre consommation d'aliments, qui contiennent beaucoup de calcium. Cela peut être du lait, du yaourt, du fromage.
  4. La phytothérapie est plus efficace sous forme de frais, la pharmacie offrira toujours des plats tout prêts. Vous pouvez brasser des herbes vous-même, ou utiliser des pilules (Cyston, Canephron), des gouttes (Spasmotsistenal) ou de la pâte (Fitolysin) - ce n’est rien d’autre que des préparations à base de plantes, seulement «compactement emballées».

Mais dans tous les cas, le traitement de l'infection nécessite des antimicrobiens.

Nutrition pour la cystite

Avec la cystite, les femmes doivent suivre un certain régime. L'utilisation de boissons contenant de la caféine ou de l'alcool est inacceptable, car ils peuvent aggraver considérablement l'évolution de la maladie.

Pour la prévention de la maladie, il est recommandé de boire du jus de canneberge. Il contient de l'acide hippurique, qui empêche la fixation de bactéries sur la membrane muqueuse de la vessie. Il est également très utile d’ajouter des canneberges au yogourt.

Prévisions

Dans les cas standard, avec des symptômes typiques et un traitement rapide, la cystite aiguë chez la femme passe rapidement - la tâche principale dans ce cas est d'empêcher la transition du processus aigu vers la forme chronique.

Depuis la cystite chronique peut augmenter plus haut, initiant une inflammation dans les reins. Si l'urine infectée pénètre dans les uretères, il est possible que l'inflammation soit purulente, ainsi que les signes de pyélonéphrite. Avec la cystite, des lésions plus graves peuvent commencer, par exemple, une néphrite apostématique et même une périréphrite, c'est-à-dire une inflammation du tissu rénal.

Prévention

Pour réduire à zéro le risque de processus inflammatoire dans la muqueuse de la vessie, suivez ces règles:

  1. Éviter l'hypothermie;
  2. Traiter rapidement les infections du système génito-urinaire;
  3. Suivez les règles d'hygiène personnelle (y compris le lavage après un rapport sexuel);
  4. Ne pas utiliser de sous-vêtements serrés;
  5. Changer régulièrement les serviettes hygiéniques et les tampons.

Adhérez au moins aux règles de base ci-dessus et vous ne devrez jamais apprendre comment et comment on traite la cystite.

Cystite chez les femmes

La cystite chez la femme est une lésion inflammatoire de la couche muqueuse (moins communément sous-muqueuse et musculaire) de la vessie en phase aiguë ou chronique. La cystite chez la femme s'accompagne de mictions fréquentes et douloureuses, de sensations résiduelles de brûlures et de crampes, de douleurs dans la région pelvienne, d'une sensation de vidange insuffisante de la vessie, d'une faible fièvre et de l'apparition de mucus et de sang dans les urines. Le diagnostic de la cystite chez la femme comprend un test d'urine (analyse générale, selon Nechiporenko, Bakposev), un examen par un gynécologue avec une étude de la microflore vaginale, une échographie de la vessie, une cystoscopie. Dans le traitement de la cystite chez la femme, on utilise des antibiotiques, des uroseptiques, une instillation de la vessie, de la physiothérapie.

Cystite chez les femmes

La cystite est l’une des maladies féminines les plus courantes située à la jonction de l’urologie et de la gynécologie. Selon les statistiques, une femme sur deux est atteinte de cystite au cours de sa vie. La pathologie est principalement détectée chez les femmes en âge de procréer (20 à 40 ans); La prévalence de la cystite est également assez élevée chez les filles de 4 à 12 ans (3 fois plus souvent que chez les garçons de cet âge). Dans 11 à 21% des cas, la cystite chez les femmes acquiert une évolution chronique, c’est-à-dire qu’elle provoque au moins 2 exacerbations par an.

Causes de la cystite chez les femmes

Dans la plupart des cas, la cystite chez les femmes est infectieuse. Les caractéristiques de l'anatomie de l'urètre féminin (urètre court et large), ainsi que la proximité topographique du vagin, de l'anus et de l'urètre facilitent la pénétration ascendante de la flore pathogène dans la vessie. En plus de la voie urétrale (ascendante), une infection de la vessie peut se produire dans les voies descendante (du haut des voies urinaires), lymphogène (des organes pelviens), hématogène (des organes distants).

En règle générale, les agents responsables de la cystite chez la femme sont E. coli (70-95%), le staphylocoque (5-20%), moins souvent - Klebsiella, Proteus, bâtonnet pyocyanique. Cystite chez les femmes se développe souvent sur le fond de la colpite, la vulvite et l'urétrite, causée par la candidose, le gardnerellezom, la mycoplasmose, la gonorrhée, l'ureaplasmose, la chlamydiose, la trichomonase, la tuberculose génitale et d'autres infections.

L’épisode primaire ou l’exacerbation de la cystite chez la femme est associé à une hypothermie, des infections virales respiratoires aiguës, l’apparition d’une activité sexuelle, un changement de partenaire sexuel, l’apparition de la menstruation, une consommation excessive d’aliments épicés ou d’alcool, le port de vêtements trop serrés. Les facteurs de cystite chez les femmes peuvent également être la pyélonéphrite, les corps étrangers et les calculs dans la vessie, la congestion de l’urine avec des diverticules, les rétrécissements de l’urètre ou la vidange rare de la vessie, la constipation.

La cystite chez les filles peut se développer avec une hygiène insatisfaisante des organes génitaux, ainsi qu'avec une vessie neurogène. La cystite chez la femme enceinte est causée par des modifications de la gestation hémodynamique et endocrinienne, la transformation de la microflore du tractus urogénital.

Dans certains cas, l'apparition d'une cystite chez la femme peut être provoquée par une radiothérapie pour tumeurs pelviennes, allergies, effets toxiques, troubles métaboliques (diabète, hypercalciurie). Pendant la ménopause, la cystite chez la femme se développe sous l’influence d’une carence en œstrogènes et de modifications atrophiques de la membrane muqueuse du tractus urogénital.

L'émergence de la cystite chez la femme est favorisée par une lésion de la muqueuse de la vessie lors de manipulations et d'opérations endoscopiques (cathétérisme, cystoscopie, résection transurétrale de la vessie, etc.). La cystite chronique chez les femmes, en plus d'une infection lente, peut être causée par le prolapsus de l'utérus ou du vagin, la paramétrite chronique.

Classification de la cystite chez les femmes

Par étiologie, la cystite chez la femme peut être bactérienne (infectieuse) ou non bactérienne (radiations, allergie, produit chimique, médicamenteux, toxique, etc.). En fonction de l'agent pathogène responsable, la cystite infectieuse se divise en deux groupes (ureaplasma, mycoplasme, chlamydia, gonorrhée, etc.) et non spécifique, provoqué par une flore conditionnellement pathogène.

Compte tenu des modifications morphologiques identifiées de la vessie, la cystite chez la femme peut être catarrhale, hémorragique, kystique, ulcéreuse (fibreuse ulcéreuse), phlegmoneuse, gangréneuse, incrustée, granulomateuse, semblable à une tumeur, interstitielle. La prévalence et la localisation de l'inflammation sécrètent une cystite diffuse (totale), limitée (focale) - cystite cervicale et trigonite (inflammation du triangle de Lietho).

Par la nature du flux, on distingue les cystites aiguës et chroniques (persistantes) chez les femmes; primaire (apparaissant indépendamment) et secondaire (développée dans le contexte d'autres maladies urologiques). Dans la cystite aiguë chez les femmes, l'inflammation affecte dans la plupart des cas les couches épithéliales et sous-épithéliales de la muqueuse de la vessie. Le tableau endoscopique de l'inflammation catarrhale est caractérisé par un œdème et une pléthore de réactions vasculaires muqueuses (expansion, injection vasculaire), la présence de plaques fibrineuses ou mucopuruleuses sur les zones enflammées. Avec l'évolution progressive de la cystite chez la femme, la sous-muqueuse et même la couche musculaire de la vessie peuvent être touchées.

Les signes cystoscopiques de la cystite hémorragique chez la femme sont une infiltration érythrocytaire marquée de la membrane muqueuse, des zones d’hémorragie avec rejet de la membrane muqueuse, des saignements au contact. La forme ulcéreuse de la cystite chez la femme se développe souvent avec des dommages par radiation à la vessie. Les ulcères peuvent être simples ou multiples, toucher toutes les couches de la paroi kystique (pancystite), entraîner un saignement, la formation de fistules de la vessie. Lorsque les ulcères cicatriciels développent des modifications fibreuses et scléreuses de la paroi de la vessie, ce qui entraîne des rides.

En cas de cystite phlegmoneuse chez la femme, on note une infiltration diffuse des leucocytes dans la couche sous-muqueuse. L'inflammation purulente s'étend à la membrane séreuse (péricystite) et au tissu environnant (paracystite). Des ulcères peuvent se former dans les tissus autour de la vessie, provoquant une lésion diffuse de la fibre entière.

La cystite gangréneuse chez la femme affecte toute la paroi kystique avec le développement d'une nécrose partielle ou complète de la muqueuse, moins souvent - la couche musculaire de la vessie avec une perforation de la paroi avec le développement d'une péritonite. Les muqueuses mortes et les couches sous-muqueuses de la vessie peuvent être rejetées et expulsées par l'urètre. La cystite gangréneuse est causée par la sclérose et le rétrécissement de la vessie.

La cystite chronique endoscopique chez la femme se caractérise par un gonflement, une hyperémie, un épaississement ou une atrophie de la membrane muqueuse et une diminution de son élasticité. Dans certains cas, des microabcès et des ulcérations peuvent se former dans la couche muqueuse et sous-muqueuse.

Les ulcères à long terme qui ne guérissent pas peuvent être incrustés de sels, provoquant le développement d'une cystite incrustante. La prédominance des processus prolifératifs implique la croissance de tissu de granulation avec des formations de croissances granulaires ou polypoïdes (cystite granulomateuse et polypoïde). Moins fréquemment, des kystes peuvent se former dans la vessie, faisant saillie au-dessus de la surface de la muqueuse, seuls ou en groupes, sous forme de petits tubercules représentant une accumulation sous-muqueuse de tissu lymphoïde (cystite kystique).

Chez les femmes atteintes de cystite interstitielle, la présence caractéristique de glomérules (formations hémorragiques sous-muqueuses), un seul ulcère de Gunner, qui a une forme linéaire avec un fond recouvert de fibrine et des infiltrats inflammatoires est déterminée. Nous croyons que la cystite interstitielle chez la femme sert à froisser la vessie et à en réduire la capacité.

Symptômes de la cystite chez les femmes

La cystite aiguë chez les femmes se manifeste soudainement, généralement après une exposition à un ou plusieurs facteurs provoquants (hypothermie, infection, traumatisme, coït, intervention instrumentale, etc.). Les manifestations de la cystite chez les femmes comprennent la triade classique: dysurie, leucocyturie (pyurie), hématurie terminale.

Violations de la miction dues à une excitabilité neuro-réflexe accrue de la vessie sous l’influence d’une inflammation, d’un gonflement et d’une compression des terminaisons nerveuses, ce qui entraîne une augmentation du tonus de la paroi kystique. Les troubles dysuriques chez les femmes atteintes de cystite sont caractérisés par une pollakiurie (augmentation du nombre des mictions), un désir constant d'uriner, la nécessité de faire des efforts pour commencer le traitement, une incision de la vessie, des douleurs et une sensation de brûlure dans l'urètre, une nycturie.

Les symptômes de la cystite aiguë chez les femmes se développent rapidement. L'envie d'uriner toutes les 5-15 minutes est impérative, alors que le volume d'une portion séparée diminue. Les contractions spasmodiques du détrusor entraînent une incontinence. Une douleur intense accompagne le début et la fin de la miction; en dehors de la miccia, la douleur persiste généralement dans le périnée et le pubis.

La nature et l'intensité de la douleur associée à la cystite chez la femme peuvent varier d'un léger inconfort à une douleur insupportable. Chez les petites filles, face à la douleur, une rétention urinaire aiguë peut survenir. Avec la cystite cervicale chez les femmes, la dysurie est plus prononcée. Des manifestations extrêmement douloureuses sont observées dans la cystite interstitielle, ainsi que dans les inflammations causées par des facteurs chimiques et radiologiques.

La leucocyturie est un signe obligatoire et permanent de la cystite chez la femme. C'est pourquoi l'urine devient trouble purulente. L'hématurie est souvent de nature microscopique et se développe à la fin de la miction. La cystite hémorragique chez les femmes, qui se manifeste principalement par une hématurie macroscopique, constitue une exception. Dans la cystite aiguë chez la femme, la température corporelle peut atteindre 37,5-38 ° C. Le bien-être général et l'activité physique en souffrent fortement.

La particularité de la cystite chez les femmes est la récurrence fréquente de la maladie: chez plus de la moitié des patients, des rechutes se produisent dans l'année qui suit le premier épisode de la maladie. En cas d'attaques répétées de cystite apparues dans le mois qui suit la fin du traitement, il convient de réfléchir à la persistance de l'infection. après 1 mois - sur la réinfection.

Les manifestations de la cystite chronique chez les femmes ressemblent à celles de la forme aiguë, mais elles ne sont pas aussi prononcées. La douleur lors de la vidange de la vessie est modérée et la fréquence des mictions vous permet de ne pas perdre en efficacité et de respecter le mode de vie habituel. En période d'exacerbation de la cystite, les femmes développent une clinique d'inflammation aiguë / subaiguë; pendant la rémission, les données cliniques et de laboratoire sur le processus inflammatoire actif sont généralement absentes.

Diagnostic de la cystite chez la femme

La reconnaissance de la cystite chez la femme repose sur des informations cliniques et de laboratoire ainsi que sur des données d’échographie et d’endoscopie. La palpation de la région sus-pubienne est extrêmement douloureuse. En général, l'analyse de l'urine est déterminée par une augmentation significative des leucocytes, des érythrocytes, des protéines, du mucus, des sels d'acide urique. En cas de cystite bactérienne chez la femme, l’urine à cuire est caractérisée par une croissance abondante de la flore pathogène.

Un examen de routine des femmes atteintes de cystite doit nécessairement comprendre une consultation avec un gynécologue, un examen du patient dans son fauteuil, un examen microscopique, bactériologique et par PCR de frottis gynécologiques.

Le rôle de la cystoscopie et de la cystographie est important dans le diagnostic de la cystite récurrente chez la femme. La cystoscopie vous permet de déterminer la forme morphologique des lésions de la vessie, la présence de tumeurs, de calculs urinaires, de corps étrangers, de diverticules de la vessie, d'ulcères, de fistules et d'effectuer une biopsie. L'échographie de la vessie confirme indirectement la présence de cystite chez la femme par des modifications caractéristiques des parois de la vessie, ainsi que par la présence d'une suspension «hégonégative».

Traitement de la cystite chez les femmes

Le traitement de la cystite chez les femmes devrait être sous la supervision d'un gynécologue et d'un urologue. Le soulagement de la forme aiguë de la cystite chez la femme est généralement de 5 à 7 jours. Des antibiotiques du groupe des fluoroquinolones (ciprofloxacine, norfloxacine), de la fosfomycine, des céphalosporines et des nitrofuranes sont utilisés. Lorsque la microflore spécifique est détectée, des médicaments antimicrobiens, antiviraux et antifongiques appropriés sont utilisés.

Les AINS (nimésulide, diclofénac), les antispasmodiques (papavérine, drotavérine) sont prescrits pour soulager la douleur. En plus du traitement médicamenteux de base, des phytotées peuvent être recommandées (infusions de busserole, prêle, renoncule, feuille d’airelle, etc.), des préparations à base de plantes. Dans les cas de cystite aiguë, il est conseillé aux femmes d’adhérer à un régime alimentaire doux, principalement à base de lait et de légumes, et d’augmenter leur charge en eau.

En cas de cystite récurrente chez les femmes, en plus du traitement symptomatique ci-dessus, les instillations de la vessie, l’iontophorèse intravésicale, la FU, l’inductothermie, le traitement au laser magnétique et le traitement magnétique sont également indiqués. Si une cystite récurrente est diagnostiquée chez une femme ménopausée, il est recommandé d'appliquer par voie intravaginale ou périurétrale une crème contenant des œstrogènes. Avec le développement de l'hyperplasie grossière du col de la vessie, on a recours à la résection transurétrale (RTU).

Prévention de la cystite chez les femmes

Dans le domaine de la prévention de la cystite chez les femmes, une grande importance est attachée à l'hygiène personnelle et sexuelle, au traitement rapide des maladies gynécologiques et urologiques, à la prévention du refroidissement, à la vidange régulière de la vessie. Une stricte observation de l'asepsie est nécessaire lors des examens endovésiques et du cathétérisme de la vessie.

Pour réduire le risque de récurrence de la cystite chez les femmes, il est nécessaire d'accroître l'immunité, en effectuant des traitements préventifs à l'automne et au printemps.

Traitement de la cystite de la vessie cervicale

Une infection peut pénétrer très facilement dans la vessie. En conséquence, son inflammation se produit - cystite. En outre, diverses lésions organiques peuvent provoquer une inflammation.

Le type de cystite le plus courant est la cystite cervicale, dans laquelle le col de la vessie s'enflamme. Pour la vie, la maladie n’est pas dangereuse, contrairement à la kératose (pathologie caractérisée par l’apparition de kératomes - tumeurs bénignes) et de nombreuses autres maladies, mais ses symptômes sont désagréables.

La structure de la vessie

La vessie est l'un des organes du système urinaire. Sa fonction est d'accumuler et d'excréter l'urine. Il est composé de muscles et peut facilement s'étirer et se contracter.

La vessie comprend le bas, le haut, le corps et le cou. Ses parois comprennent plusieurs membranes: muqueuse, musculaire et adventice. Le corps est coudé. Son sommet est incliné vers l'avant. Le fond est en bas et dirigé vers l'arrière. Le col de la vessie se termine par l'urètre. Le conduit urinaire relie le nombril et la partie antérieure de l'apex.

Le bas de la vessie a la structure la plus complexe. Voici le triangle de la vessie. Il a reçu ce nom en raison de sa similitude avec la figure du même nom. La bouche de l'uretère se trouve dans les deux coins et le sphincter interne du canal de miction dans le troisième coin.

Les symptômes

Avec la cystite cervicale chez les femmes et les hommes, le bas de la vessie devient enflammé. Les muscles responsables de l'excrétion de l'urine cessent de fonctionner normalement. En bonne santé, une personne peut ouvrir ces muscles avec un effort de volonté. En cas de cystite cervicale, la personne ne peut pas contrôler le système musculaire ni contrôler la miction, une incontinence urinaire se produit.

Dans la cystite cervicale, les symptômes sont similaires à ceux d'autres types de cystite. Patients observés:

  1. Douleur dans le bas de l'abdomen et dans la région pubienne.
  2. Couper et brûler pendant la miction.
  3. Besoin fréquent d'uriner.
  4. Miction difficile.

Un symptôme caractéristique est l'incontinence urinaire. Lors de la réalisation d'études de laboratoire, il est possible de détecter un excès du niveau normal de leucocytes dans l'urine.

La maladie peut être accompagnée d'une faiblesse générale, d'un malaise et, dans certains cas, d'une augmentation de la température corporelle. Les symptômes aigus se manifestent en une semaine.

Ensuite, ils disparaissent progressivement. Certaines personnes sont heureuses d'améliorer leur bien-être et ne font pas attention au traitement. Il est nécessaire pour que la maladie n'entre pas dans une phase chronique au cours de laquelle la maladie se manifestera avec une certaine périodicité.

Raisons

La cystite peut être infectieuse ou non infectieuse. Les maladies non infectieuses résultent de lésions de la muqueuse de la vessie. Les composants chimiques qui accompagnent l'urine, les médicaments et les corps étrangers peuvent être irritants. Ainsi, lors du lavage de la vessie avec une substance chimique, elle peut brûler sa membrane muqueuse.

Des dommages sont souvent infligés lors de l'examen endoscopique.

En règle générale, le processus inflammatoire se produit à la suite d'une exposition à une infection. Les agents responsables sont: E. coli, streptocoque, staphylocoque. Trichomonas vaginal, chlamydia peut être présent dans l'urine de la cystite causée par une infection. La cause de la cystite cervicale peut être une hypothermie du corps.

Outre les raisons principales, il existe également des déclencheurs qui déclenchent l'apparition de la maladie. Ceux-ci comprennent:

  • immunité réduite;
  • pyélonéphrite;
  • maladies infectieuses;
  • urétrite, vulvite, colpite;
  • l'apparition de la menstruation;
  • diabète sucré;
  • la ménopause;
  • mauvaise hygiène personnelle.

Diagnostics

Pour le diagnostic du patient est attribué un test d'urine général. Dans le même temps, la quantité de leucocytes est estimée. L'hématurie (la présence de sang dans les urines) est un critère représentatif de la présence d'une cystite cervicale. En outre, le médecin se concentre sur le diagnostic des symptômes caractéristiques.

L'échographie est l'une des méthodes de diagnostic de l'inflammation de la vessie. Il n'a pas de contre-indications. L'échographie est réalisée avec une vessie remplie, ainsi qu'avant et après la miction. Le spécialiste évalue la forme, le volume, les contours de la vessie, la présence d'urine résiduelle après miccation, les calculs, l'épaisseur des parois de l'organe et d'autres pathologies.

La cystoscopie est une autre méthode de diagnostic efficace. Il s'agit d'une méthode médicale permettant d'examiner la surface interne de la vessie à l'aide d'un endoscope. Il a certaines contre-indications. Certains patients se voient prescrire un examen radiologique. Il n'est pas effectué pendant la période d'exacerbation. Une fois que le processus inflammatoire a cessé, l'étude commence par une cystographie vasculaire. C'est l'occasion d'identifier le reflux vésico-urétéral et de connaître son degré.

Pour déterminer l'agent causal de la cystite cervicale, une culture d'urine est effectuée. Avec elle, vous pouvez détecter les champignons et les bactéries. La microscopie urinaire est effectuée pour détecter les virus.

Traitement

La thérapie doit être complète. Il doit être prescrit individuellement, en tenant compte de l'âge du patient, de son sexe et de la nature de la maladie. Il est possible de traiter la cystite cervicale à la maison et à l'hôpital.

Traitement à domicile

Dans la forme aiguë de la maladie, il est recommandé au patient de se reposer au lit et de boire de façon excessive. Il est utile de boire de l'eau minérale non gazeuse, des boissons alcalines et des tisanes. Si la maladie est causée par des microbes, des médicaments antimicrobiens sont prescrits au patient. Un traitement anti-inflammatoire est également effectué. Il est recommandé pour toutes les maladies inflammatoires, y compris les myosites. En présence de douleur intense, les antispasmodiques sont indiqués.

Les médicaments les plus populaires pour le traitement de la cystite sont les suivants:

Le traitement antibiotique est effectué pendant 3-7 jours.

En cas de cystite au col de la vessie, le traitement homéopathique aide également. Les remèdes populaires ont également prouvé leur efficacité. Les patients sont invités à prendre des décoctions à base de feuilles de bourgeons d’airelles, de genévrier et de bouleau. Avec l'aide du jus de canneberge, l'inflammation peut être réduite.

Pour le traitement de la cystite chez les filles et les femmes, on a utilisé des suppositoires vaginaux.

Traitement hospitalier

Il est parfois montré des installations dans lesquelles des drogues sont injectées directement dans la vessie. Cette procédure ne peut être effectuée que dans un hôpital.

Si la maladie est chronique et apporte un inconfort important au patient, un traitement chirurgical peut être effectué. L'opération est une ouverture externe en plastique de l'urètre. Ce trou est transféré à une position plus élevée. De cette façon, le chemin pour l'entrée de bactéries est bloqué.

Méthodes de traitement

Si un patient a la cystite de la vessie cervicale, le traitement peut inclure les mesures suivantes:

  • l'utilisation d'antibactériens et d'anti-inflammatoires;
  • prendre des analgésiques;
  • consommation excessive d'alcool et repos au lit;
  • installation de la vessie;
  • chirurgie (dans les cas extrêmes);
  • traitement à l'aide de remèdes populaires.

Des complications

La maladie au stade aigu présente des symptômes caractéristiques. Au stade chronique, il peut ne pas être ressenti. C'est le danger, car la maladie reste non traitée et peut donner des complications.

Une des complications les plus fréquentes est le reflux vésico-urétéral. Développe également souvent pyélonéphrite. La sténose de l'urètre, la sclérose au col de la vessie, la paracystite, l'urétrite et la péritonite sont moins courantes.

Stade chronique

Il se développe en l'absence d'un traitement adéquat de la cystite aiguë. Hypothermie constante, l’utilisation de quantités insuffisantes de liquide contribue au fait que les symptômes commencent à apparaître constamment à une certaine fréquence.

Pour prévenir la forme chronique, un traitement rapide est recommandé en cas d'inflammation du système urogénital.

Prévention

Afin de prévenir, il convient d'éviter les facteurs qui provoquent le développement d'une inflammation de la vessie: l'hypothermie, les actes sexuels non protégés. Vous devez également boire beaucoup de liquides par jour et vider votre vessie rapidement.

Le respect des règles d'hygiène intime et le port de linge de qualité et propre sont d'une grande importance. Activité physique utile et modérée: gymnastique, promenades.

Régime alimentaire pour l'inflammation du col de la vessie

Il est conseillé au patient de refuser les plats frits, gras et épicés. En outre, il est nécessaire d'exclure toutes les épices. Ces produits provoquent une irritation des muqueuses et exacerbent la maladie. En ce qui concerne les boissons, vous devriez reporter la réception du café, des sodas et de l'alcool.

Statistiques sur les maladies

Selon les statistiques médicales, la cystite cervicale survient le plus souvent chez les femmes jeunes. Cette maladie représente environ 10 à 20% des autres maladies des voies urinaires. Chaque année, 3 à 5 millions de personnes consultent un médecin présentant des symptômes caractéristiques. 0,5 à 0,7 cas par femme. Chez les hommes, l'incidence est nettement inférieure. Sur 1000 personnes, la maladie ne survient que chez 5 à 7 représentants du sexe fort.

Faits intéressants

  1. Peu de gens savent que les relations sexuelles avec un nouveau partenaire peuvent provoquer une cystite. Des actions négligentes après une longue interruption dans la vie sexuelle peuvent contribuer à l’apparition de plaies et d’inflammations, qui constituent un excellent moyen de survie aux bactéries qui pénètrent dans l’urètre.
  2. Beaucoup de gens croient que les bains chauds sont un excellent remède pour le traitement de la cystite. En fait, ils ne soulagent que les symptômes, mais ne guérissent pas la maladie. Au contraire, dans la chaleur de l'infection commence à se développer encore plus rapidement. Donc, en présence d'inflammation, les bains sont contre-indiqués.
  3. Les sous-vêtements synthétiques ne sont pas aussi sûrs qu’il semble. Il ne laisse pas passer l'air et augmente la température dans la zone de l'entrejambe. Ainsi, toutes les conditions sont créées pour la vie des bactéries.

Conclusion

Cystite cervicale - inflammation du bas de la vessie. C'est l'une des formes les plus courantes de cystite. La pathologie la plus commune survient chez les femmes. La cystite cervicale est caractérisée par des symptômes caractéristiques, le traitement de cette maladie doit être administré sous la surveillance d'un médecin.

La cause de l'inflammation peut être une infection ou des dommages mécaniques à la muqueuse organique. La thérapie comprend les médicaments, l’adhésion à un régime alimentaire particulier et les règles de l’hygiène personnelle. Dans les cas graves, une installation de la vessie ou une intervention chirurgicale peut être nécessaire.

Plus D'Articles Sur Les Reins