Principal Traitement

Cystite chez les femmes - symptômes et traitement rapide à la maison

Presque toutes les femmes au moins une fois dans leur vie ont ressenti un malaise et des brûlures au cours de la miction, mais ces symptômes sont souvent ignorés et disparaissent après un certain temps sans traitement.

Dans certains cas, ces signes précurseurs indiquent l'apparition d'une inflammation dans la vessie, c'est-à-dire une cystite. De par la nature de l'évolution, il est classé en cystite aiguë (apparaissant dans la phase aiguë accompagnée de la manifestation de symptômes typiques) et chronique (apparaissant sous une forme latente ou récurrente).

Le traitement efficace de la cystite chez les femmes devrait être rapide et complexe pour prévenir les complications.

Raisons

La cystite est une inflammation de la vessie. Dans la plupart des cas, la cause de la maladie est une infection qui habite le corps de la femme. En règle générale, les principaux agents responsables sont les bactéries E. coli et Staphylococcus. Ces bactéries pénètrent dans la vessie par la peau ou le rectum par l’urètre.

Les causes du développement de la cystite chez les femmes sont très diverses, nous en soulignons donc les principales:

  • gestation et travail;
  • infection génitale;
  • congestion de l'urine dans la vessie;
  • avitaminose et nutrition déséquilibrée;
  • troubles hormonaux;
  • non-respect des règles d'hygiène intime;
  • hypothermie significative;
  • opérations sur le col utérin et les organes urinaires.

On pense que l'hypothermie est un élément déclencheur du développement de la cystite, car elle affaiblit l'immunité de l'organisme et contribue à la reproduction des virus et des bactéries qui s'y trouvent.

Cette infection de la vessie crée beaucoup de symptômes désagréables, obligeant la femme à s’inquiéter constamment et à être nerveuse. Étant donné que la cystite n’est pas grave, la qualité de vie en souffre parfois, ce qui engendre divers troubles dans tous les domaines de la vie.

Premiers signes

Ainsi, le tableau clinique de la forme aiguë de la cystite est:

Il convient de noter que les deux derniers signes sont les symptômes d’un stade grave de la maladie.

Symptômes de la cystite chez les femmes

La cystite aiguë est toujours soudainement malade, après le stress, une infection virale, une hypothermie, tout autre facteur qui mine l’immunité locale de la vessie.

Avec l'apparition de la cystite chez les femmes, parmi les premiers symptômes émettent fréquemment des envies d'aller aux toilettes, une sensation de douleur en urinant, une douleur dans le bas de l'abdomen. En outre, plus le nettoyage est difficile, plus une femme ressent le besoin de se rendre aux toilettes. Dans les cas graves, ils se produisent toutes les demi-heures. Les douleurs ne donnent pas de repos au patient 24 heures sur 24. L'estomac fait mal à la fois pendant la miction et à l'extérieur. Sentant l'abdomen désagréable et la douleur.

La cystite chronique est généralement moins prononcée symptômes, différentes rechutes. Il signale périodiquement des épidémies d’exacerbations. Il s’agit d’une infection latente que vous ne pouvez tolérer dans aucun cas.

Nature de la douleur

Comme mentionné précédemment, un symptôme courant de la maladie est une douleur au bas de l'abdomen et au périnée.

L'intensité de la douleur peut être différente. Dans environ 10% des cas, la cystite est indolore. Seul un léger inconfort et une douleur peuvent être ressentis, ce qui est souvent ignoré. La douleur s'étend souvent jusqu'au dos et le patient peut avoir l'impression qu'il a mal au dos. Souvent, la douleur est accompagnée de symptômes tels que maux de tête, fatigue, fièvre.

Les médecins considèrent la douleur et l'intoxication comme un complexe à symptôme unique. Cependant, avec une immunité affaiblie, la fièvre et d'autres symptômes d'intoxication peuvent ne pas être présents.

Présence de sang dans l'urine

Parfois, du sang est trouvé dans l'urine. L'urine peut acquérir une teinte rose pâle et une couleur brique. Souvent, le sang dans les urines indique une lésion virale de la membrane muqueuse des voies urinaires.

En cas d'hématurie, les médecins envisagent deux options pour la maladie: aiguë et compliquée. Dans ce cas, un diagnostic approfondi est effectué pour déterminer le type de cystite et la désignation d'un schéma thérapeutique supplémentaire pour la maladie.

Diagnostics

Les diagnostics primaires comprennent une inspection sur place des spécialistes concernés: urologue, néphrologue et gynécologue. Les experts procèdent à la collecte de l'anamnèse et établissent les causes possibles de l'apparition de la maladie.

Lors de la collecte de l'anamnèse, les médecins sont particulièrement attentifs aux facteurs de risque:

  1. L'hypothermie;
  2. Sexe non protégé
  3. Médicaments pris;
  4. Stress émotionnel excessif;
  5. La présence de comorbidités et de pathologies (dans le champ des organes pelviens en premier lieu).

Les tests de laboratoire comprennent:

  1. Un test d'urine pour les cultures selon Nechyporenko. Aide à identifier l'agent pathogène.
  2. Analyse d'urine complète. Les érythrocytes, les leucocytes et les protéines sont détectés dans l'urine. L'urine elle-même est trouble et peut être mélangée à du sang ou du pus. Dans la forme hémorragique de la maladie, l'urine est rose.
  3. Numération globulaire complète. En général, selon les résultats, une image du processus inflammatoire se dessine, éventuellement une augmentation de la RSE et de la leucocytose. Cependant, il ne peut y avoir aucun changement de sang du tout. La formule sanguine complète indique s’il existe des maladies plus dangereuses qui se «masquent» comme une cystite: oncologie, etc.

Parmi les méthodes instrumentales utilisées deux principales:

  1. Échographie de la vessie. Vous permet d'identifier les changements organiques du corps.
  2. Urétroscopie et cystoscopie. Les examens endoscopiques ont pour objectif une inspection visuelle de l'état des muqueuses de l'urètre et de la vessie. Malgré la gêne ressentie lors de ces procédures, leur contenu en information est extrêmement élevé.

Traitement de la cystite chez les femmes

Si vous présentez des symptômes de cystite, le traitement chez la femme doit nécessairement inclure des médicaments antibactériens et doit être effectué sous la supervision d'un spécialiste.

Il ne suffit pas de prendre un antibiotique sur les conseils de bonnes connaissances: cela ne fera que vous soulager des sensations désagréables pendant un moment, mais lorsque l'effet du médicament cessera, l'agent pathogène commencera à se multiplier à nouveau et tous les symptômes réapparaîtront. Dans ce cas, la maladie peut non seulement être retardée, mais aussi devenir chronique.

Les médicaments antibactériens et antispasmodiques qui soulagent la douleur sont généralement prescrits aux femmes souffrant de cystite aiguë. En plus des antibiotiques, on prescrit au patient des médicaments qui stimulent le système immunitaire.

Comme thérapie d'appoint prescrite beaucoup de boisson. Ce peut être simplement de l'eau pure, mais mieux: une infusion de camomille, de calendula ou d'hypericum. Utile pour la cystite et le jus de canneberge.

Comment traiter la cystite: une liste de médicaments

Le plus souvent, lors de l’élaboration d’un schéma de traitement d’une maladie chez la femme, le médecin intègre nécessairement dans le processus thérapeutique des médicaments tels que les uroantiseptiques (antibiotiques) et les anti-inflammatoires. Ce traitement vous permet de vous débarrasser rapidement des symptômes de la cystite et de vaincre l'infection.

1) Analgésiques et antispasmodiques pour le traitement symptomatique, ils élimineront les spasmes et contribueront à diminuer le tonus des muscles lisses de la vessie:

  1. No-Shpa - 120-240 mg par jour en 2-3 doses;
  2. Papaverine - 40-60 mg 3 à 4 fois par jour;

2) Une fois le diagnostic confirmé et déjà connu de la femme, des antibiotiques sont prescrits pour le traitement étiotropique:

  1. Monural - 3 mg une fois, 2 heures après un repas;
  2. Nolitsin - 1 comprimé 2 fois par jour, pendant 3 jours;
  3. Biseptol - 2 comprimés 2 fois par jour pendant 3 jours;

3) Les préparations à base de plantes aident également à réduire les spasmes et la douleur:

  1. Cystone - 2 comprimés 2 fois par jour;
  2. Canephron - 50 gouttes 3 fois par jour, diluées dans une petite quantité d’eau;
  3. Spasmotsistenal - jusqu'à 10 gouttes 3 fois par jour, diluées dans une petite quantité d'eau;
  4. Fitolizin - 1 c. Pâte dissoudre dans 1/2 tasse d'eau douce chaude, prendre 3-4 fois par jour après les repas.

Le choix d'un médicament approprié pour la cystite, la détermination de sa dose unique, l'ordre d'administration et la durée du traitement doivent être de la compétence exclusive du médecin. L'auto-traitement non seulement ne favorise pas le rétablissement rapide, mais entraîne également le développement de complications graves de la maladie.

Dans la forme récurrente de la maladie, en plus du traitement symptomatique etiotrope susmentionné, les instillations de la vessie, l’ionophorèse intravésicale, la FHF, l’inductothermie, le traitement au laser magnétique et le traitement magnétique sont également indiqués. Si une cystite récurrente est diagnostiquée chez une femme ménopausée, il est recommandé d'appliquer par voie intravaginale ou périurétrale une crème contenant des œstrogènes. Avec le développement de l'hyperplasie grossière du col de la vessie, on a recours à la résection transurétrale (RTU).

Monural

C'est le médicament le plus courant et le plus moderne dans la lutte contre une telle maladie. Il a une activité bactéricide élevée contre pratiquement tout le spectre des microorganismes pathogènes.

L'ingrédient actif du médicament est la fosfomycine trométamol. Son utilisation est absolument sans danger, même chez les femmes enceintes et les enfants. En même temps, 1 paquet suffit une fois par jour pour résoudre les problèmes de santé. C’est pourquoi, lorsque les femmes se posent des questions sur la manière de traiter la cystite, elles choisissent Monural parmi une variété de médicaments (voir la notice d’utilisation).

Que faire à la maison?

En plus du traitement de base, suivez les règles simples à la maison. Cela aidera à se débarrasser de la maladie plus rapidement.

  1. Il est très souhaitable d'observer le repos au lit lors d'une exacerbation. Il est nécessaire de s'allonger sous une couverture chaude avec un coussin chauffant dans le bas de l'abdomen.
  2. Comment boire plus. Les boissons aux fruits à la canneberge, aux airelles et à la myrtille sont les bienvenues.
  3. En ce qui concerne les aliments, vous devez limiter votre consommation d'aliments, qui contiennent beaucoup de calcium. Cela peut être du lait, du yaourt, du fromage.
  4. La phytothérapie est plus efficace sous forme de frais, la pharmacie offrira toujours des plats tout prêts. Vous pouvez brasser des herbes vous-même, ou utiliser des pilules (Cyston, Canephron), des gouttes (Spasmotsistenal) ou de la pâte (Fitolysin) - ce n’est rien d’autre que des préparations à base de plantes, seulement «compactement emballées».

Mais dans tous les cas, le traitement de l'infection nécessite des antimicrobiens.

Nutrition pour la cystite

Avec la cystite, les femmes doivent suivre un certain régime. L'utilisation de boissons contenant de la caféine ou de l'alcool est inacceptable, car ils peuvent aggraver considérablement l'évolution de la maladie.

Pour la prévention de la maladie, il est recommandé de boire du jus de canneberge. Il contient de l'acide hippurique, qui empêche la fixation de bactéries sur la membrane muqueuse de la vessie. Il est également très utile d’ajouter des canneberges au yogourt.

Prévisions

Dans les cas standard, avec des symptômes typiques et un traitement rapide, la cystite aiguë chez la femme passe rapidement - la tâche principale dans ce cas est d'empêcher la transition du processus aigu vers la forme chronique.

Depuis la cystite chronique peut augmenter plus haut, initiant une inflammation dans les reins. Si l'urine infectée pénètre dans les uretères, il est possible que l'inflammation soit purulente, ainsi que les signes de pyélonéphrite. Avec la cystite, des lésions plus graves peuvent commencer, par exemple, une néphrite apostématique et même une périréphrite, c'est-à-dire une inflammation du tissu rénal.

Prévention

Pour réduire à zéro le risque de processus inflammatoire dans la muqueuse de la vessie, suivez ces règles:

  1. Éviter l'hypothermie;
  2. Traiter rapidement les infections du système génito-urinaire;
  3. Suivez les règles d'hygiène personnelle (y compris le lavage après un rapport sexuel);
  4. Ne pas utiliser de sous-vêtements serrés;
  5. Changer régulièrement les serviettes hygiéniques et les tampons.

Adhérez au moins aux règles de base ci-dessus et vous ne devrez jamais apprendre comment et comment on traite la cystite.

Quelles sont les conséquences et les complications de la cystite chez la femme?

Les conséquences et les complications de la cystite chez les femmes sont très dangereuses pour la santé et se répercutent au fil du temps sur leur qualité de vie. Par conséquent, plus tôt le traitement de la maladie sous-jacente est effectué, moins de problèmes se poseront.

En raison de la structure et de la localisation particulières des organes pelviens chez les femmes, les maladies infectieuses du système urogénital sont beaucoup plus courantes que chez les hommes. Mais leur traitement est plus rapide et plus facile, surtout à notre époque. Il suffit de consulter un médecin dès les premiers symptômes de pathologie.

Risque de maladie

L'infection peut se produire à la fois par les organes génitaux externes et en aval, c'est-à-dire par les reins ou d'autres systèmes voisins. Le plus souvent, la maladie concerne les femmes et les filles, et les complications après la cystite affectent la fonction de reproduction.

Si vous ne traitez pas la maladie, cela peut entraîner de tels désordres dans le corps de la femme:

  • il y aura des difficultés dans les relations sexuelles;
  • la structure même et le fonctionnement de la vessie sont brisés;
  • il y a des risques d'incontinence;
  • les organes adjacents sont endommagés;
  • la capacité de concevoir et de supporter un enfant en bonne santé est réduite;
  • le tissu meurt;
  • saignements fréquents.

Les principales causes de complications après une cystite et son passage du stade aigu au stade chronique sont les suivantes:

  • erreurs de pharmacothérapie, automédication;
  • un traitement médicamenteux trop court, lorsque le patient cesse de prendre ce médicament lorsque les premiers symptômes désagréables sont éliminés;
  • en cas de non-respect des doses prescrites, violation du schéma thérapeutique;
  • récurrence fréquente de la maladie;
  • procédures de réchauffement sans antibiothérapie.

Pour prévenir de tels phénomènes, il suffit de consulter un médecin à temps et de guérir complètement la cystite au stade aigu. Aujourd'hui, il existe suffisamment de remèdes efficaces pour éliminer, en une semaine, non seulement les symptômes, mais également la cause de la maladie et prévenir sa récurrence.

Des complications

Les complications de la cystite chez la femme sont associées à des modifications fonctionnelles et structurelles des tissus de la vessie et à la propagation de l'infection dans l'ensemble du système urinaire. Nous décrivons plus en détail chacun d'eux.

Je n'ai jamais fait attention à ma santé. J'ai traité toutes sortes de températures froides et élevées par chauffage, rinçage, etc. Maintenant, je comprends que l'automédication ne mènera jamais à rien de bon. Comme cela m’est arrivé, mais cela m’a aidé. Lire plus »

Cystite Interstitielle

Cette pathologie survient lorsque des bactéries infectent des tissus plus profonds. C'est un type de cystite chronique. À partir d'un processus inflammatoire prolongé dans les muscles, il se produit des changements pathologiques dans la structure du tissu. Le patient avec une douleur constante dans le bassin.

Les cellules détruites sont constamment exposées aux effets agressifs des substances irritantes, ce qui entraîne l'apparition de cicatrices à la surface de la vessie. Au fil du temps, ces processus destructeurs se traduisent par une diminution de l'élasticité musculaire, une diminution de ses volumes et la perte de la capacité d'accumulation de liquide corporel.

Traiter la cystite sous cette forme n’est disponible que chirurgicalement, lorsque le tissu modifié doit être complètement excisé ou même retiré de tout l’organe atrophié. Pour le fonctionnement normal du système, il est remplacé par une partie du rectum, de structure similaire et capable d'évoluer vers le travail souhaité.

Symptômes de la cystite interstitielle:

  • douleur intense constante dans le bassin, aggravée pendant les rapports sexuels ou, si désiré, aux toilettes;
  • sensation de pression sur la vessie;
  • sang dans l'urine;
  • les pulsions deviennent trop fréquentes.

Cystite hémorragique

Cette forme est plus avancée lorsque, en raison de lésions prolongées des tissus de la vessie, se produit une rupture de la membrane muqueuse de la surface et du muscle. Cela est dû à la perte d'élasticité et à la capacité des tissus à supporter la charge désirée. Au fil du temps, ces lésions sont complétées par des hémorragies, qui deviennent évidentes lors de l'analyse urinaire.

Les symptômes de cette complication sont également des sensations douloureuses dans la zone touchée, mais l’état du patient est accompagné d’une température corporelle élevée et de pulsions fréquentes avec un minimum de liquide excrété. En conséquence, la vessie est envahie par le tissu conjonctif, son fonctionnement est considérablement altéré et l'anémie survient chez l'homme en raison d'une perte de sang permanente.

Il y a 4 ans, j'ai commencé à m'inquiéter des problèmes liés au système génito-urinaire. Douleur et difficulté à uriner.

Cystite ulcéreuse diffuse et empyème

Elle se caractérise par l'apparition de foyers purulents, ainsi que par des saignements ulcéreux. Avec l’effet constant de l’infection sur les parois touchées, une fistule peut se former dans le muscle. La cicatrisation et la diminution de l'élasticité de l'organe entraînent une perte de la capacité d'éliminer les liquides du corps en quantité suffisante. Un empyème est diagnostiqué lorsque la sortie de pus accumulée est indisponible.

Cystite gangréneuse

À ce stade de la maladie, il se produit une mort complète et irréversible des tissus de la vessie. Mais à la prochaine rupture des murs peut être une complication sous la forme d'une péritonite. Pour sauver la situation est disponible uniquement chirurgicalement, puisque les cellules mortes ne sont plus restaurées, mais continuent à infecter les zones voisines. Par conséquent, ils doivent être supprimés.

Leucoplasie

L'influence constante des bactéries et des processus destructeurs peut provoquer la formation de nouvelles cellules qui seront plus résistantes à la microflore pathogène. En conséquence, les tentatives de l'organisme pour restaurer la zone détruite entraîneront une prolifération excessive du tissu conjonctif à la surface de la vessie, puis à l'émergence de cellules modifiées particulièrement persistantes. Ces processus leucoplastiques ont un effet négatif sur l'épithélium et modifient sa structure. Les médecins diagnostiquent cette condition comme précancéreuse.

Reflux urétéral kystique

Cette pathologie n'est pas considérée comme particulièrement dangereuse en soi. Mais en combinaison avec la cystite courante chez les femmes, la valve est déformée, ce qui ne devrait pas permettre à l'urine de refluer dans l'uretère. L'élasticité des murs se dégrade également. Si ce processus n'est pas arrêté à temps, il existe un risque d'inflammation des organes voisins du type ascendant.

Pyélonéphrite

Lorsque des bactéries pathogènes de la vessie pénètrent dans les reins, elles provoquent une infection de l'organe. Outre les sensations douloureuses et autres symptômes évoquant la cystite, une diminution de la sécrétion de liquide s’ajoute, car les reins ne font pas face à la fonction d’excrétion.

Cela commence par une petite inflammation focale. Ensuite, les tissus se cicatrisent progressivement et les infiltrats conduisent à l'apparition d'un anthrax du rein ou de néphrite (multiples formations purulentes) à sa surface. La structure du corps est modifiée.

Le danger de cette complication est qu’une longue période ne permet pas d’observer de symptômes supplémentaires, mais que dans le même temps le pelvis accumule du pus et que les reins s’étirent progressivement. Lorsque leur rupture se produit, le risque de péritonite et de décès augmente.

Paracystite

Dans ce cas, le processus d'infection de la vessie se propage aux cellules pelviennes. Cette zone est remplie de fibres spéciales qui entourent tous les organes du bassin. Il fournit leur nutrition et leur mobilité, leur fonctionnalité normale et leur innervation. Lorsque l'inflammation de ce tissu se produit cicatrisation, la formation d'abcès, qui nécessitera également un traitement sous la forme d'une intervention chirurgicale.

Cystalgia

Une telle complication est un phénomène résiduel après la cystite. Il se caractérise par la présence de douleur lors de la miction, lorsqu'il n'y a pas de pathologie dans l'organe lui-même. Mais ces symptômes désagréables peuvent persister quelque temps après un processus inflammatoire aigu. Ils sont dus à des modifications des récepteurs entraînant des réponses autonomes atypiques.

Trigonite

Dans ce cas, l'inflammation affecte le triangle dit kystique, qui comprend toute la zone située entre les uretères et l'ouverture interne de l'urètre. Dans certains cas, l'infection affecte également le sphincter, ce qui entraîne la libération involontaire de liquide. Distinguer cette pathologie avec la cystite n'est possible qu'avec la cystoscopie.

Implications pour d'autres organes

Avec la défaite du système urinaire et l'absence de traitement adéquat et rapide, l'infection pénètre facilement dans les organes adjacents du pelvis. Dans chaque cas, les effets de la cystite chez les femmes se manifesteront de différentes manières:

  1. Le processus inflammatoire peut aller à l'utérus, aux appendices, aux intestins, ce qui entraînera l'apparition de maladies désagréables telles que la salpingite, l'oophorite, les annexites, le metroendometrit, la proctite, etc.
  2. L'infertilité est l'une des conséquences les plus graves. Après la maladie et sans traitement adéquat, la structure et le fonctionnement du système reproducteur peuvent être perturbés. Cela rendra impossible de porter un enfant ou même de concevoir.
  3. Dans la vie intime, cela se manifeste également - sentiments douloureux lors des rapports sexuels, refus de nouer des relations avec des hommes, peur de provoquer une exacerbation qui se produit après de tels contacts.
  4. L’incontinence est l’une des conséquences les plus désagréables pour les femmes. Éliminer un tel problème ne peut être que guéri complètement une maladie chronique.

Pendant la grossesse

Souvent, cette pathologie apparaît chez une femme pendant la période où elle porte un bébé. Dans ce cas, le traitement et le diagnostic sont compliqués par de tels facteurs:

  • changements hormonaux dans le corps, déclenchant des cas fréquents d'exacerbation;
  • immunité réduite, dans laquelle les complications se développent particulièrement rapidement;
  • l'utérus qui grandit et dont le volume augmente serre tous les organes adjacents, ce qui entraîne des processus inflammatoires, la stagnation et des difficultés de miction.

Comme la cystite est dangereuse pour la mère et le fœtus, il est nécessaire de la guérir dès que possible. Pour ce faire, utilisez des remèdes à base de plantes, préparés à base d'ingrédients à base de plantes, ainsi que des installations, c'est-à-dire injectez des drogues directement dans la cavité vésicale.

Si le temps ne permet pas d'éliminer la cystite durant la grossesse aux stades précoces, elle peut alors entraîner une pyélonéphrite, qui ne devra être traitée que dans un hôpital sous la supervision de spécialistes expérimentés. Le risque le plus important de cette maladie est le risque de fausse couche.

Vidéo: effets de Gardnerella pour hommes et femmes.

Comment éviter les conséquences?

Afin de ne pas traiter diverses complications de la cystite, celle-ci doit être traitée rapidement. Il suffit de ne pas être timide et de faire appel à un spécialiste dès les premiers signes de la maladie. Après avoir posé le diagnostic, il prescrira un traitement adéquat qui, dans 5 à 7 jours, soulagera l’infection et soulagera considérablement la maladie. Les critiques de gens parlent de la grande efficacité des médicaments modernes et de leur sécurité relative pour le corps, même pour les femmes enceintes et les enfants.

Qu'est-ce qu'une cystite dangereuse? Les effets de la cystite chez les femmes

La cystite est une maladie inflammatoire de la paroi de la vessie. En raison des particularités de l'anatomie du système génito-urinaire féminin, les femmes sont plus susceptibles de souffrir de cette pathologie.

De nombreuses femmes sont habituées à la récurrence de la cystite, sont capables d’arrêter les symptômes de cette maladie et d’approcher calmement de ses manifestations. Cependant, comme beaucoup d'autres maladies inflammatoires, la cystite peut entraîner des complications assez graves. Qu'est-ce qu'une cystite dangereuse?

Facteurs de risque

Comme la cystite touche un pourcentage assez élevé de la population féminine, il est utile de savoir quels facteurs peuvent entraîner des complications. Parmi eux figurent les suivants:

  1. Manque de traitement ou son manque d'efficacité.
  2. Non respect des recommandations du médecin, arrêt des antibiotiques avec disparition des symptômes cliniques.
  3. L'affaiblissement des forces immunitaires avec le rhume, la grossesse, l'anémie.
  4. Déficit immunitaire en pathologie congénitale du système sanguin, processus oncologiques, infection par le VIH.
  5. Hypovitaminose, jeûne, troubles métaboliques.
  6. Changement fréquent de partenaires sexuels.
  7. Échec de l'hygiène intime.
  8. Opérations et blessures de la cavité abdominale, petit bassin.
  9. Anomalies congénitales de la structure du système génito-urinaire.
  10. Autres foyers d'infection chroniques dans les organes du système urogénital et d'autres sites.

Avec une ou plusieurs de ces conditions, le risque de complications de la cystite augmente considérablement.

Pour se préparer aux conséquences de la maladie et repérer leurs manifestations le plus tôt possible, il est nécessaire de s'attarder davantage sur les complications les plus particulières de la maladie.

Complications de la cystite

Pour imaginer les effets de la cystite chez les femmes, vous devez comprendre les caractéristiques de cette maladie. Normalement, l'urine est un environnement stérile du corps.

Lorsque des micro-organismes pénètrent dans la cavité de la vessie, un processus inflammatoire commence dans sa paroi. Les microbes pénètrent généralement dans la voie ascendante - à travers l’urètre, qui est court chez la femme, c’est l’un des principaux facteurs du développement de la maladie.

Ayant eu lieu une fois, l'infection devient sujette à de nombreuses rechutes.

Cela est dû à un traitement inadéquat et à une mauvaise sélection de médicaments, ainsi qu'aux caractéristiques individuelles du corps de la femme.

Plus le processus inflammatoire dans la paroi du corps est long, plus le risque de conséquences graves est grand. Complications de la cystite:

  • La transition de l'inflammation aiguë dans la forme chronique.
  • Réduire le volume du corps.
  • La formation de reflux urétéral.
  • Inflammation du tissu rénal - pyélonéphrite.
  • La propagation de l'inflammation dans l'urètre avec la formation d'uréthrite.
  • La transition de la cystite dans la forme hémorragique et la perte de sang chronique.
  • Généralisation de l'infection avec le développement de la septicémie.

Toutes les complications énumérées de la cystite ne se développent pas chez toutes les femmes malades. Tout repose sur le travail des défenses de l'organisme. Cependant, ces systèmes échouent parfois et les facteurs de risque de complications y contribuent.

Chronisation de l'infection

La transition de l'inflammation aiguë de la paroi de la vessie à chronique est la complication la plus fréquente de cette maladie. Après le premier épisode de cystite aiguë, le processus est chronique dans plus de la moitié des cas.

Les caractéristiques de la cystite chronique sont les suivantes:

  1. Rechute de la maladie avec un tableau clinique caractéristique.
  2. Détérioration progressive de la paroi de l'organe.
  3. Il se produit sur le fond d'une autre maladie chronique du système génito-urinaire.
  4. La gravité des symptômes est moindre comparée à la cystite aiguë.

Pour éviter le passage d'une inflammation aiguë à une infection chronique, ainsi que pour vous débarrasser des rechutes d'une cystite chronique existante, procédez comme suit:

  • Changer de régime et de mode d'activité.
  • Buvez beaucoup de liquides.
  • Videz la vessie systématiquement dès la première poussée.
  • Cesser de porter des vêtements timides.
  • Suivez les règles d'hygiène personnelle.
  • Visitez périodiquement l'urologue.

La cystite chronique, à son tour, est elle-même la cause la plus fréquente des autres complications énumérées ci-dessous.

Réduction du volume de la vessie

L’évolution de tout processus chronique est associée à la formation d’adhésions - le dépôt de brins de protéines de fibrine. Les adhérences entre les différentes parties du corps peuvent ainsi réduire sa cavité.

Cela peut se produire lors d'une longue cystite chronique. Dans ce cas, on parle de vessie ratatinée. Cette maladie limite sérieusement la qualité de vie du patient, car elle se manifeste par les symptômes suivants:

  • Besoin fréquent et insupportable d'uriner.
  • En pressant plus de 2 fois.
  • Une petite quantité d'urine excrétée.
  • Progression et détérioration graduelles.

Le traitement de la pathologie est assez compliqué. La méthode conservatrice peut être appelée hydrodilatation. Au cours de cette procédure, des volumes de plus en plus importants de fluide sont progressivement introduits dans la cavité de l’organe, ce qui entraîne dans certains cas une dilatation de la cavité.

Le traitement principal de la maladie est la chirurgie.

Pendant l'opération, les muscles de la paroi de la vessie sont en plastique, les nerfs sont croisés, la partie de la vessie est enlevée ou elle est complètement enlevée et remplacée par une section intestinale.

Reflux urétéral

Reflux en médecine s'appelle jeter le contenu d'un organe creux dans la section sus-jacente. Ainsi, dans un processus inflammatoire chronique, il se produit un dysfonctionnement du sphincter - les muscles entourant les ouvertures urétérales de la vessie.

En conséquence, l'urine de la cavité vésicale commence à remonter à travers l'uretère. Depuis le processus inflammatoire dans la paroi du corps, l'urine contient un grand nombre de bactéries et de cellules immunitaires présentes dans l'uretère.

Ce processus peut perturber le travail du corps et entraîner une autre conséquence de la cystite: la pyélonéphrite.

Pyélonéphrite

Lorsque de l'urine contaminée pénètre dans l'uretère de manière ascendante ou qu'une infection du sang de la vessie pénètre dans le rein, un processus inflammatoire commence également à se former dans celui-ci.

L'inflammation de diverses parties du rein de genèse infectieuse est appelée pyélonéphrite. Le nom de la maladie reflète la localisation prédominante du processus - généralement le système pelvien d'organe-pectoral est enflammé - une section qui collecte l'urine de tous les néphrons rénaux.

La pyélonéphrite est une pathologie très grave nécessitant un traitement complexe. Symptômes de la maladie:

  • La fièvre
  • Faiblesse et perte d'appétit.
  • Augmentation de la pression artérielle.
  • Perturbation du sommeil
  • Nausées et vomissements.
  • Douleur au bas du dos.
  • Gonflement sur le visage.
  • Urine trouble.
  • Douleur en urinant.
  • Augmentation de la miction d'uriner.

En plus des antibiotiques, des anti-inflammatoires, des vitamines et des médicaments vasculaires sont prescrits dans le traitement de la maladie, les patients doivent également suivre un régime et un mode d’activité physique rationnel.

Urétrite

Ci-dessus sont énumérées les complications de la cystite, qui se développent lorsque l’infection se transmet aux organes sus-jacents. Cependant, le processus inflammatoire peut également descendre le long des voies urinaires.

Dans ce cas, l'uréthrite se développe - une inflammation bactérienne de l'urètre. Cette condition est accompagnée des symptômes suivants:

  • Douleur ou crampes en urinant.
  • Séparation du pus ou du mucus de l'urètre, ainsi que de l'exsudat sanglant.
  • Odeur désagréable.
  • Mictions fréquentes.
  • Douleur dans la zone intime.

L'uréthrite répond bien au traitement, mais commencez le traitement le plus tôt possible. La maladie elle-même peut causer des complications progressives.

L'infection peut se déplacer vers la région des organes génitaux externes et internes, auquel cas il se forme une bartholinite, une vulvite, une colpite et d'autres maladies.

Cystite hémorragique

La cystite hémorragique est une forme de maladie accompagnée de lésions des vaisseaux de la paroi interne de l'organe. Cela conduit à des saignements récurrents et à l'apparition de sang dans les urines.

Cette condition s'appelle l'hématurie. Elle se divise en microhématurie (le sang n'est pas visible dans l'urine, les globules rouges sont détectés par analyse) et en hématurie générale - la couleur de l'urine change et le sang devient visible à l'œil nu.

Outre le fait que la cystite hémorragique est une forme assez grave de la maladie et qu'elle s'accompagne de symptômes désagréables, elle peut également causer une anémie ferriprive chronique.

De petites pertes de sang constantes entraînent une diminution de la quantité de fer dans le corps. Le syndrome anémique se produit. Il ne peut pas être éliminé avec un régime. Par conséquent, des préparations à base de fer sont ajoutées au traitement de la cystite.

L'anémie ne peut être guérie si la cause de la perte de sang n'est pas éliminée, le traitement de la maladie sous-jacente reste donc une priorité.

Urolithiase

Le processus inflammatoire dans les organes creux est un facteur dans la formation de conglomérats de protéines et de minéraux - pierres. Ceci est caractéristique de la cholécystite et de la cholélithiase qui l'accompagne, ainsi que de la cystite que nous envisageons. Dans ce dernier cas, la maladie est compliquée par une lithiase urinaire.

Une pierre dans la lumière de la vessie irrite les muqueuses et cause des dommages supplémentaires au mur. Il améliore le processus inflammatoire et des dommages mécaniques sont liés au composant bactérien.

En outre, la pierre peut bloquer la lumière de l'urètre ou de l'uretère, entraînant une rétention urinaire aiguë ou une insuffisance rénale aiguë.

Le traitement utilise:

  • Anti-inflammatoires.
  • Antispasmodiques.
  • Physiothérapie.
  • Antioxydants
  • Concassage ultrasonique des pierres.
  • Retrait en ligne.

Pour prévenir le développement de la lithiase urinaire, il faut suffisamment de temps pour prévenir le développement d'une inflammation dans la lumière de l'organe.

Sepsis

Une complication extrêmement rare du processus inflammatoire dans la vessie est l'introduction d'une infection dans le sang et la formation d'une réponse inflammatoire systémique - une septicémie. Dans cette pathologie, des foyers d'infection commencent à se former dans divers organes en raison de la pénétration de microbes dans le sang de la vessie.

La sepsie est une maladie potentiellement mortelle, mais une cystite survient dans le pourcentage minimum de cas. Son développement peut être associé à une immunodéficience ou à des complications de la cystite.

Quelle est la dangereuse cystite: les conséquences pour les femmes

La cystite est une pathologie caractérisée par une inflammation de la vessie. Des erreurs de traitement ou son absence complète entraînent souvent des conséquences désagréables de la cystite.

Par exemple, l'infection ne se limite pas à la cavité vésicale, mais s'étend à d'autres organes. En règle générale, les complications de la cystite sont difficiles à surmonter.

Causes de complications

De nombreux facteurs contribuent à la transition des processus pathologiques d'un degré «modéré» à un degré sévère. Souvent, ce facteur n’est pas un traitement fourni à temps. Parfois, la cystite se présente sous une forme asymptomatique, qui s'accompagne d'une préservation à long terme des bactéries mortelles dans la cavité vésicale. Pendant longtemps, le patient ignore tout simplement le processus pathologique dans son corps, permettant ainsi le développement de complications.

Les principales causes de complications sont également:

  • durée insuffisante du traitement;
  • mauvaise sélection de médicaments;
  • mauvaise utilisation des antibiotiques et violation de leur dosage;
  • cystite aiguë multiple pendant quatre à huit semaines;
  • mauvaise utilisation des procédures de chauffage.

Quel est le danger de la maladie?

En raison de différences dans la structure des organes du système génito-urinaire, la cystite est différente chez l'homme et chez la femme, mais les complications sont dans la plupart des cas similaires chez les deux sexes. Il est à noter que les femmes sont beaucoup plus susceptibles de développer une cystite que les hommes, mais dans le même temps, le rétablissement est plus facile.

La physiologie des représentants du sexe faible est mieux adaptée pour lutter contre les bactéries nuisibles et présente une microflore plus résistante.

Chez les hommes, la forme avancée de la cystite est associée à la probabilité de propagation d'agents pathogènes dans la prostate et à l'apparition d'un adénome de la prostate.

Quelles sont les conséquences possibles de la maladie?

Qu'est-ce qu'une cystite dangereuse? Cela conduit à diverses complications.

Pyélonéphrite

En règle générale, la population accrue d’agents pathogènes de la vessie se propage aux organes les plus proches. Ils affectent souvent les reins. Une fois dans la cavité rénale, les bactéries forment un foyer d'inflammation. Ainsi, il existe une maladie dangereuse - la pyélonéphrite.

Une focalisation inflammatoire dans le rein peut avoir des conséquences encore plus graves, notamment:

  • carbuncle (centre étendu de suppuration);
  • apostematozny jade (un grand nombre de petites suppurations);
  • septicémie (empoisonnement du sang);
  • péritonite (inflammation du péritoine);
  • choc bactériologique.

Le traitement de la pyélonéphrite est assez compliqué et prend beaucoup de temps. Il est effectué plus souvent dans un hôpital. Au cours des premiers jours, le patient a besoin de repos au lit (position horizontale et chaleur) et de boire beaucoup.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont utilisés pour obtenir l'effet analgésique et abaisser la température. Un traitement antibiotique est également fourni pendant 7 à 14 jours.

Paracystite

Processus purulent lancé et nécrose des enveloppes musculaires conduit à l'apparition de paracystite. Avec cette maladie, l'inflammation du tissu adipeux paravésical se produit.

La pathologie conduit souvent à une perturbation des organes pelviens, une fièvre, une sudation. Juste au-dessus du pubis, un gonflement peut se former. Il existe également un risque de formation d'abcès dans le tissu adipeux paravésical.

Pour le traitement de la paracystite, prescrit des médicaments à large spectre en association avec des substances antibactériennes. Aussi utilisé physiothérapie. Si un patient a un ulcère obstrué, il est éliminé à l'aide d'une intervention chirurgicale.

Reflux urétéral kystique

Les lésions inflammatoires entraînent une perte d'élasticité de la bouche des uretères et une diminution de la capacité du sphincter à remplir ses fonctions. En conséquence, un reflux vésico-urétéral se développe - une violation du mouvement de l’urine, c’est-à-dire qu’il est refondu.

En tant que traitement, une pharmacothérapie ou des procédures physiothérapeutiques peuvent être prescrits pour aider à rétablir le bon fonctionnement de l'uretère.

En l'absence d'un schéma thérapeutique approprié, cette affection peut provoquer des transformations cicatricielles des reins, allant jusqu'à l'atrophie absolue.

Vessie leucoplasie

La leucoplasie est une maladie dans laquelle les parois de la vessie sont privées de la protection contre les composants de l'urine. Cette complication est souvent provoquée par des infections telles que trichomonas, diplocoques, E. coli, chlamydia, staphylocoque, Proteus, ainsi que Mykoplasma hominis et Ureaplasma urealyticum.

Les principales manifestations de la leucoplasie sont les troubles de la miction et la douleur dans la région pelvienne. Ces effets ont divers degrés de gravité.

La douleur est généralement terne et terne, mais le processus de miction est accompagné d'une sensation aiguë et brûlante. En fonction de la gravité de la lésion, les leucoplaxies sont traitées par une méthode médicale ou à l'aide d'une intervention chirurgicale.

Empyème de la vessie

Cette complication de la cystite se développe avec l'accumulation de pus dans la cavité de la vessie en raison d'une inflammation purulente dans la membrane de l'organe et de l'incapacité à évacuer l'exsudat trouble à temps.

Le traitement par empyema est possible chirurgicalement. Les spécialistes effectuent le drainage de la vessie ou sa ponction. Les manipulations sont effectuées sous le contrôle de la tomodensitométrie, des ultrasons ou de la laparoscopie diagnostique. En plus de la chirurgie, des antibiotiques sont prescrits.

Autres complications possibles

La cystite chez la femme entraîne souvent les conséquences suivantes:

  1. Incontinence d'urine, en particulier chez les femmes âgées de 60 ans. Une autre option est possible lorsque la rétention urinaire aiguë se développe en raison d'une inflammation.
  2. Cystalgia Complications de la cystite, qui survient souvent chez les femmes âgées de 25 à 55 ans. Le patient a un besoin accru et une affection douloureuse. Cependant, aucune transformation pathologique de la vessie n’est observée. En tant que thérapie, des médicaments et des analgésiques, un programme de renforcement physique et un régime alimentaire particulier peuvent être prescrits. Il est interdit aux patients de boire de l'alcool et des plats épicés.
  3. Trigonite Maladie infectieuse caractérisée par des lésions du tractus urogénital (zone du triangle urinaire). Capture partiellement les muscles du sphincter. Il est traité comme une cystite aiguë. L'essence de la thérapie consiste à prendre des médicaments antibactériens et des agents conçus pour restaurer les forces immunitaires du corps et maintenir un équilibre optimal d'oligo-éléments et de minéraux dans le corps. Parmi les antibiotiques recherchés pour cette maladie, notons Monural, Ofloxacin, Biseptol et d’autres.
  4. Hématurie Une complication caractérisée par la présence de sang dans les urines. L'intensité de cette manifestation varie de insignifiante à menaçante lorsque le sang est excrété en quantités excessivement grandes. Peut atteindre le saignement. Dans cet état, le patient est immédiatement hospitalisé. Dans l'hôpital, des procédures médicales visant à arrêter le sang sont effectuées. En outre, le patient peut effectuer une transfusion sanguine.
  5. Cystite en forme d'institut. Il est considéré comme l'une des complications les plus difficiles. Le processus inflammatoire implique non seulement la membrane, mais également la couche musculaire de la vessie. Le processus pathologique peut conduire au remplacement complet des muscles de la vessie par du tissu conjonctif grossier. En conséquence, le corps perd la capacité de mener à bien son travail et la stagnation provoquera la propagation des bactéries dans tout le corps.
  6. Urethrite. Pathologie qui se produit lorsque l'inflammation bactérienne descend le long des voies urinaires. Cette affection s'accompagne de pertes muqueuses ou purulentes de l'urètre, de douleurs dans la sphère intime, d'odeurs désagréables, de coupures au cours de la miction, d'un besoin accru d'uriner. L'uréthrite est facile à traiter, mais il faut commencer le plus tôt possible, sinon la pathologie entraînera des complications encore plus graves. L'infection peut passer dans la zone des organes génitaux internes et externes. Dans ce cas, la vulvite, la bartholinite, la colpite et d'autres maux apparaissent.

Effets de l'inflammation sur les organes environnants

Le foyer de l'inflammation dans la vessie constitue une menace particulière pour les structures voisines du corps: les intestins, les appendices, les ovaires, l'utérus. Les bactéries les envahissent avec le sang ou la lymphe, provoquant de nouveaux processus inflammatoires. Par exemple, la proctite, l'oophorite, la salpingite.

La cystite cause-t-elle l'infertilité?

La cystite elle-même ne conduit pas à l'infertilité. Cependant, cette maladie est lourde de déséquilibre hormonal et constitue une violation de la microflore des organes génitaux.

Il existe également un risque d'épaississement des parois du tuyau, de formation d'exsudat purulent, d'obstruction des trompes de Fallope, d'apparition d'adhérences, d'adhérence du tuyau. Peut-être le développement de salpingoofrita (annexite), qui affecte les tissus des ovaires. Tout cela peut mener à l'infertilité.

Avec un diagnostic très précis et un traitement bien choisi, les effets désagréables de la cystite sont rares. Si une femme suit attentivement les recommandations prescrites par un spécialiste, l'infertilité ne la menace pas.

Cystite chez les femmes: causes, symptômes, comment traiter?

Quelle est la cystite?

La cystite est l'une des maladies les plus courantes du système génito-urinaire. Au cours du processus pathologique, pour une raison ou une autre (agents infectieux, lésions chimiques et traumatiques), une inflammation de la membrane muqueuse de la vessie se produit.

La cystite est une maladie typique de la femme. Selon les statistiques médicales, 80% des personnes atteintes de cystite sont des femmes. Ceci est compréhensible du point de vue anatomique: chez les femmes, les voies urinaires sont beaucoup plus courtes que chez les hommes, ce qui signifie que les agents pathogènes (qui sont pour la plupart les agents responsables de la cystite) ont moins de résistance et se déplacent rapidement vers la vessie. C'est pourquoi les femmes devraient vider leur vessie plus souvent et si le risque de rétention d'urine est atteint, le risque de développer une cystite augmente considérablement.

La cystite affecte non seulement la membrane muqueuse de la vessie. En général, il s’agit d’une maladie assez complexe, qui implique beaucoup de complications et d’inconfort.

Les symptômes, le diagnostic et les stratégies de traitement dépendent de nombreux facteurs:

Nature du processus pathologique;

La cystite est divisée en types selon plusieurs critères:

Selon le type d'agent pathogène: cystite bactérienne (chlamydia, ureaplasma, gonorrhée, autres agents pathogènes des maladies vénériennes, ainsi que staphylocoque, streptocoque, E. coli et autres) et cystite non bactérienne (toxique, causée par des médicaments, allergie);

Par la nature de la maladie: cystite aiguë (apparaissant dans la phase aiguë accompagnée de la manifestation de symptômes typiques) et chronique (apparaissant sous forme latente ou récurrente);

En fonction de la présence et du type de modifications organiques (morphologiques) d'organes: ulcératif, catarrhal, kystique, etc.

Basé sur la localisation du processus pathologique: cystite de la membrane muqueuse de la vessie, affectant la couche sous-muqueuse, affectant la couche musculaire.

Symptômes de la cystite chez les femmes

Douleur de la cystite

La nature et l’intensité de la douleur et de l’inconfort de la cystite sont individuelles et dépendent du seuil de douleur ainsi que du degré d’atteinte des structures de la vessie.

Loin de tous les êtres humains et des douleurs intenses (crampes, brûlures) ne sont pas toujours observées dans cette pathologie. Dans certains cas, la cystite ne peut se manifester que par un léger inconfort dans le bas de l'abdomen et dans la zone pubienne (lourdeur, sensation de distension). Selon les statistiques, sous cette forme, la cystite aiguë ne survient pas chez plus de 10% des femmes (le plus souvent, la pathologie «inaperçue» passe chez l'homme). Dans la plupart des cas de beau sexe, la cystite s'accompagne d'une douleur intense, ce qui est compréhensible: l'urètre d'une femme est beaucoup plus large et plus court et constitue, comme nous l'avons déjà mentionné, la passerelle directe vers l'infection.

On pense qu'avec la cystite, la douleur est localisée uniquement dans la région de la vessie. Ce n'est pas tout à fait vrai. Souvent, la douleur peut avoir un caractère irradiant (errant). Les douleurs de la cystite passent dans la colonne lombo-sacrée et il semble aux patients que leur dos leur fait mal.

Le syndrome douloureux peut également être localisé dans le coccyx. La douleur irradiante peut être tiraillante, sourde ou sourde, indépendamment de l'intensité de l'activité physique, ou se couper et se brûler. Le syndrome douloureux particulièrement brillant se manifeste en urinant. Le patient est «hanté» par une sensation de plénitude dans la vessie et ressent une douleur intense dans l'urètre, la vessie et le dos lors de la miction.

La douleur est souvent accompagnée de symptômes généraux d'intoxication du corps: maux de tête d'intensité variable (localisée au front), faiblesse et fatigue, hyperthermie (augmentation de la température corporelle) à 37,5 - 38 degrés. La douleur et les manifestations d'intoxication sont considérées comme un symptôme unique de la pathologie et sont inséparables l'une de l'autre, bien que l'absence d'hyperthermie soit possible avec une immunité affaiblie.

Cystite chez les femmes

Dans certains cas, les femmes atteintes de cystite peuvent remarquer que l'urine a une teinte rose pâle ou rouge intense. Les raisons en sont peut-être deux: on parle de cystite aiguë ou d'une forme beaucoup plus grave de celle-ci - la cystite hémorragique. Il est relativement facile de les distinguer. En cas de cystite aiguë, l’urine acquiert une teinte rougeâtre à la fin de la miction, avec une urine compliquée de cystite rouge tout au long de l’acte et conserve sa teinte lors de toutes les visites ultérieures aux toilettes.

La cause la plus fréquente de sang dans les urines est une lésion virale de la membrane muqueuse de la vessie (le principal agent responsable dans ce cas est un adénovirus). Chez la femme, la cystite hémorragique est relativement rare, car les virus et leurs produits métaboliques urinant fréquemment, ils sont rapidement éliminés du corps, n’ayant pas le temps de conduire à la dégénérescence des tissus.

Cependant, la cause ne réside pas toujours dans l'infection, des formes similaires de cystite sont causées par la prise de médicaments cytotoxiques, des dommages par irradiation (par exemple, dans le cas d'un traitement spécifique de tumeurs malignes).

Aussi parmi les causes de la cystite:

Lésion traumatique des parois de la vessie et de l'urètre avec des objets étrangers;

Manque de tonus musculaire de la vessie;

Congestion dans la vessie, entraînant l'apparition de changements dégénératifs;

Troubles anatomiques (sténose de la lumière du canal urinaire, compression des structures du système excréteur avec une tumeur oncologique).

Par conséquent, le plus souvent, la cystite avec du sang chez la femme est une pathologie secondaire causée par certains facteurs.

Les cystites aiguës avec du sang et, en particulier, les fuites hémorragiques sont difficiles:

Il existe des douleurs intenses, permanentes et persistantes.

Besoin fréquent d'uriner;

La principale manifestation de ces formes de cystite est la libération de sang. Malgré le fait que le sang commence à sortir quelques heures seulement après le début de la phase aiguë, l'intensité du saignement peut être si élevée que le sang sous l'influence de substances spécifiques qui composent l'urine va se coaguler, formant de gros caillots sanguins. Les caillots sanguins, obstruant la lumière de l'urètre, entraînent un retard dans l'écoulement de l'urine et, par conséquent, compliquent davantage l'état du patient.

Démangeaisons et brûlures dans la cystite

Les démangeaisons et les brûlures sont peut-être les symptômes les plus courants de la cystite chez les femmes après le syndrome de la douleur. Habituellement, ces deux manifestations s'observent avec le caractère allergique ou infectieux de la cystite.

La cystite chez la femme est souvent associée à des lésions inflammatoires des organes génitaux. L'un peut être avec l'autre dans une relation de cause à effet (ainsi, souvent avec des maladies vaginales, la colpite, des agents infectieux peuvent pénétrer dans l'urètre en raison de sa proximité anatomique et affecter la vessie, ainsi que l'inverse: une infection de la vessie par l'urine quitte le corps et, tomber sur les organes génitaux externes, entraîne une colpite secondaire).

Des démangeaisons et des brûlures surviennent également souvent lorsqu’une origine allergique de la cystite. L'allergène est reconnu par le système immunitaire du patient comme un antigène, de sorte que l'immunité produit des anticorps spécifiques pour lutter contre «l'intrus dangereux». À la suite de la réaction, le complexe antigène-anticorps se dépose sur les mastocytes (basophiles) situés dans la région de l'urètre et de l'urètre. Sous l’effet du complexe basophile, la substance à base d’histamine est libérée en grande quantité, ce qui est un médiateur des démangeaisons (substance irritant les terminaisons nerveuses de l’épiderme) et provoque une sensation insupportable de démangeaisons et de brûlures.

Pour des raisons similaires, des démangeaisons et des brûlures sont également observés dans les lésions inflammatoires: agents infectieux et produits toxiques de leur activité vitale (à l'origine bactérienne de la cystite) ou des substances spécifiques contenues dans des médicaments s'accumulent en grande quantité dans les urines. En partant, ces substances affectent les terminaisons nerveuses superficielles.

En général, un symptôme tel qu'un prurit avec une probabilité de 95% indique le caractère allergique ou infectieux de la cystite, ce qui signifie que des dommages concomitants à la muqueuse vaginale sont possibles.

Pourrait-il y avoir une température pour la cystite?

Pour répondre correctement à la question, vous devez comprendre pourquoi il y a une augmentation de la température corporelle. L'hyperthermie résulte d'une réponse immunitaire aiguë à une substance ou à un microorganisme d'origine étrangère. À des températures supérieures à 37 degrés, les agents pathogènes perdent leur activité précédente et leur intensité d'activité diminue fortement. Presque toujours, la cystite infectieuse s'accompagne d'une augmentation de la température corporelle allant de 37,5 à 38,2 degrés. Ceci est la preuve normale d'un système immunitaire fort capable de résister aux infections. La hauteur des chiffres dépend en grande partie de l'agent causal direct de la maladie.

Pour cette raison, même une cystite de nature infectieuse ne peut provoquer une élévation de la température. Par exemple, l'agent responsable de la tuberculose dans les premiers stades de la maladie ne se révèle pas en augmentant la température, alors que la plupart des infections sexuellement transmissibles et même l'adénovirus provoquent une hyperthermie significative, allant jusqu'à 39 degrés.

Une température excessivement élevée qui menace la vie du patient souffrant de cystite augmente rarement. Si cela se produit, cela signifie que la maladie est grave et que vous devez immédiatement consulter un médecin. Par conséquent, il n'est pas nécessaire de considérer la cystite comme une pathologie inoffensive. Il est nécessaire de surveiller de près la dynamique de la température corporelle. Sinon, une très grande variété de complications sont possibles, notamment la participation des reins au processus pathologique, la survenue d'une insuffisance rénale aiguë et le décès.

Causes de la cystite chez les femmes

Comme indiqué précédemment, la maladie se développe dans la plupart des cas chez la femme en raison du canal court et large de l'urètre, de la proximité de l'anus et du vagin (même la microflore pathogène du côlon et du vagin peut être il arrive aussi que des agents pathogènes vivent sur des muqueuses qui ne se manifestent qu’à un moment donné).

Dans 85 à 90% des cas, la cystite chez la femme se développe précisément à cause de la pénétration d'un microorganisme pathogène ou pathogène de nature conditionnelle (cystite infectieuse). L'agent pathogène ne pénètre pas toujours dans la vessie par le vagin ou l'anus.

Les chemins peuvent être différents:

Chemin descendant. L'infection peut pénétrer des reins dans la vessie;

Chemin ascendant. Ce qui a déjà été appelé - de l’extérieur par l’urètre jusqu’à la vessie;

Voie hématogène. Comparativement, une bactérie ou un virus pénètre rarement dans la vessie avec un flux sanguin. La cause peut être n'importe quel foyer d'infection dans le corps, mais le risque qu'un agent de la maladie, par exemple des amygdales de la vessie, soit extrêmement faible, est toujours là.

Voie lymphogène. L'agent pathogène pénètre dans la vessie à partir des organes pelviens qui ont subi une inflammation.

Cependant, en plus d’une origine infectieuse, la cystite peut se développer en raison de:

Prenez des médicaments. Parmi ceux-ci, par exemple, les médicaments cytotoxiques utilisés pour lutter contre les tumeurs malignes. Au cours du traitement de ces substances par l'organisme, l'acroléine est un métabolite synthétisé qui irrite activement la muqueuse de la vessie, provoquant ainsi le développement d'une cystite toxique (médicamenteuse);

Réactions allergiques. Les allergies sont souvent de nature locale. Dans certains cas, la vessie est affectée.

Très rarement, la cystite chez les femmes survient de manière isolée. La plupart d'entre elles sont motivées par le développement d'un processus inflammatoire général au niveau des organes du pelvis: port de sous-vêtements synthétiques étroits, changements fréquents du partenaire sexuel et négligence des règles d'hygiène intime. Tout cela conduit à ce que la femme elle-même crée des conditions favorables à la reproduction de représentants de la microflore pathogène. Selon les statistiques, environ 80% des agents pathogènes de la cystite sont E. coli, 10 à 15% des staphylocoques et environ 4 à 5% des autres agents pathogènes tels que Klebsiella, Amoeba protea, etc.

Il existe plusieurs facteurs d'augmentation du risque de développer une cystite:

Inflammations vaginales (colpite) et maladies sexuellement transmissibles. Avec la proximité anatomique du vagin et de l'urètre, l'apparition d'une cystite n'est qu'une question de temps;

La même chose peut être dite de la constipation et d'autres problèmes d'intestins (colite, etc.). Les micro-organismes du gros intestin, également en raison de la proximité anatomique de l'anus et des organes génitaux externes, peuvent provoquer la formation d'une cystite aiguë;

Maladies néphrologiques: calculs rénaux, néphrite et pyélonéphrite, rétention urinaire. Par principe descendant, l'infection tombe souvent des reins dans la vessie et lorsque l'urine stagne, des pathologies très graves et des formes de cystite peuvent se développer.

États hormonaux de pointe. Grossesse, cycle menstruel, ménopause, etc. La raison réside dans la modification du fond hormonal et, par conséquent, de la microflore des muqueuses du vagin et de l'urètre;

Parmi les facteurs prédisposants figurent également les maladies endocriniennes, en particulier le diabète sucré;

Le groupe à risque comprend les allergies, ainsi que les patients cancéreux subissant une chimiothérapie.

Quelles que soient les causes et la source de la maladie, la cystite comprend un complexe symptomatique caractéristique:

Mictions fréquentes et douloureuses. Douleur brûlante dans la vessie et l'urètre;

L'envie d'uriner peut être fausse;

Incontinence urinaire (parfois);

Augmentation des envies nocturnes sans augmentation de la production d'urine.

Douleur constante dans le pubis et le périnée, irradiant dans le bas du dos et le coccyx. Douleur prononcée au début et à la fin de la miction;

Couleur foncée de l'urine, ou vaseuse, avec des impuretés de pus;

Manifestations générales de l'intoxication.

Si la cause réside dans les allergies, il peut développer une sensation de brûlure et de démangeaison douloureuse dans l'urètre.

Complications et effets de la cystite

La cystite n'est en aucun cas une maladie inoffensive, et les principes «boire quelque chose» et «se transmettre» ne fonctionnent pas ici.

Si le traitement nécessaire n’est pas administré à temps, les conséquences peuvent être plus que déplorables:

Dans la voie ascendante, des lésions rénales surviennent. Selon les statistiques médicales, dans 95% des cas, une cystite non traitée provoque une maladie grave du rein: pyélonéphrite, néphrite. La conséquence la plus terrible est l’insuffisance rénale, qui résulte de l’empoisonnement excessif des tissus de l’organe jumelé avec les produits de l’activité vitale de l’agent infectieux;

Les femmes peuvent souffrir du retour de l'urine de la vessie vers les reins. Cela arrive extrêmement rarement. Plus souvent, un syndrome similaire (reflux vésico-urétéral) se développe chez l'enfant;

Un traitement à la fois long et inefficace de la cystite peut entraîner des modifications organiques des tissus de l’organe. La dégénérescence de l'épithélium se produit et, en conséquence, la vessie perd son élasticité, perd sa capacité de régénération et sa taille diminue. Une telle conséquence rend la personne prise en otage par la cystite et augmente le risque de rupture de la vessie;

Si le traitement spécifique n'est pas effectué à temps, le risque que la maladie devienne chronique devient élevé. La cystite chronique, en particulier infectieuse (et le plus souvent elle se produit) est une source d'inflammation persistante. Comme le montrent les observations, presque jamais la cystite est une pathologie isolée. Plus souvent affectés organes proches. Par conséquent, les femmes souffrant de cystite chronique risquent de devenir stériles: lorsque la cystite réapparaît, une colpite aggravée se développe avec la formation ultérieure d'adhérences dans les structures de l'utérus. Ainsi, la cystite contribue indirectement à la réduction de la fonction de reproduction jusqu’à sa perte absolue;

Bien qu'il soit difficile d'appeler le stress et la dépression les complications immédiates de la cystite, c'est le cas. Si le temps ne guérit pas la pathologie, elle devient chronique. Les rechutes de cystite sont fréquentes et peuvent survenir presque plusieurs fois par mois. La maladie exerce une forte pression psychologique sur une personne, en faisant littéralement un membre en bonne santé du public, un otage des toilettes. De plus, un dominant est formé dans l'esprit humain;

L'affaiblissement du sphincter de la vessie. Peut causer une incontinence urinaire. Le plus souvent, il se développe chez les personnes âgées.

Diagnostic de la cystite

Les diagnostics primaires comprennent une inspection sur place des spécialistes concernés: urologue, néphrologue et gynécologue.

Les experts procèdent à la collecte de l'anamnèse et établissent les causes possibles de l'apparition de la maladie.

Lors de la collecte de l'anamnèse, les médecins sont particulièrement attentifs aux facteurs de risque:

Sexe non protégé

Stress émotionnel excessif;

Médicaments pris;

La présence de comorbidités et de pathologies (dans le champ des organes pelviens en premier lieu).

Tests de laboratoire

Inclure:

Numération globulaire complète. En général, selon les résultats, une image du processus inflammatoire se dessine, éventuellement une augmentation de la RSE et de la leucocytose. Cependant, il ne peut y avoir aucun changement de sang du tout. Le bilan sanguin complet indique s’il existe davantage de maladies dangereuses qui se «masquent» sous la cystite: oncologie, etc.

Analyse d'urine complète. Les érythrocytes, les leucocytes et les protéines sont détectés dans l'urine. L'urine elle-même est trouble et peut être mélangée à du sang ou du pus. Dans les maladies hémorragiques, l’urine est rose;

Un test d'urine pour les cultures selon Nechyporenko. Aide à identifier l'agent causal de la cystite.

Parmi les méthodes instrumentales utilisées deux principales:

Urétroscopie et cystoscopie. Les examens endoscopiques ont pour objectif une inspection visuelle de l'état des muqueuses de l'urètre et de la vessie. Malgré la gêne ressentie lors de ces procédures, leur contenu en information est extrêmement élevé.

Échographie de la vessie. Vous permet d'identifier les changements organiques du corps.

Comment enlever une crise de cystite? Premiers secours à la maison

Les attaques de cystite aiguë sont extrêmement douloureuses pour les patients. L'intensité de la douleur et de l'inconfort peut être très élevée. Avant tout, soulager une crise aiguë de cystite consiste à consommer le plus de liquide possible. Beaucoup croient qu'avec la cystite, il faut boire moins d'eau, la douleur et d'autres manifestations disparaîtront. C'est une compréhension fondamentalement erronée du problème. Sans assez d'eau, la crise peut être retardée pendant longtemps. En raison de l'augmentation de l'apport hydrique, les substances étrangères et les micro-organismes sont rapidement évacués du corps et soulagent la douleur.

Dans les cas graves, il est recommandé de recourir à des soins médicaux:

La meilleure solution serait de recevoir des antispasmodiques. Ils vont éliminer les spasmes et aider à réduire le tonus des muscles lisses de la vessie: No-spa, Spazmalgon, Papaverin, etc.

En plus des antispasmodiques, la douleur soulage les analgésiques (réduisant la conductivité des terminaisons nerveuses). Analgin, Ketorol et autres;

Prendre indépendamment des médicaments antibactériens ne devrait en aucun cas. La prise d'antibiotiques est garantie pour changer l'image des tests de laboratoire, et le spécialiste ne sera pas en mesure de déterminer la source et la cause de la maladie. Ces mesures ont également un impact insuffisant sur la source du problème. Par automédication, le patient ne peut que faire taire la maladie et éliminer les symptômes, mais la cystite deviendra chronique;

Si le diagnostic est confirmé et déjà connu du patient, vous pouvez recourir à la prise de médicaments antimicrobiens. Parmi les médicaments efficaces, on peut nommer Nolitsin, Furadonin, Monural, etc. Le furadonin étant également un puissant diurétique, il est recommandé de combiner la prise de ces médicaments à un apport hydrique accru (il est préférable de conserver une eau simple, propre et non gazeuse).

Dans tous les autres cas, il est préférable de ne pas se soigner soi-même. Les attaques de cystite compliquée (avec du sang, hémorragique, etc.) sont éliminées exclusivement à l'hôpital. Sinon, des saignements mettant en jeu le pronostic vital peuvent se développer.

Comment traiter la cystite chez les femmes?

Le traitement de la cystite est un événement responsable, nécessitant les efforts de plusieurs spécialistes à la fois: urologue, gynécologue, néphrologue. Avec un traitement approprié, la guérison complète de la cystite survient 7 à 12 jours après le début du traitement.

Comme la plupart des cystites chez les femmes se développent à cause d’une lésion infectieuse, un traitement spécifique vise la destruction des agents pathogènes.

Le complexe de mesures thérapeutiques et préventives contre la cystite utilise souvent des remèdes naturels à base d'ingrédients à base de plantes, tels que des extraits de feuilles de busserole, de prêle et de canneberges. Par exemple, le complément alimentaire UROPROFIT®, dont les composants ont une action antimicrobienne, anti-inflammatoire et antispasmodique. *

Le complexe de substances biologiquement actives constituant le complément alimentaire «UROPROFIT®» contribue à normaliser la miction, améliore l'état fonctionnel des reins et des voies urinaires et réduit également le risque d'exacerbations répétées de la cystite chronique. *

Ces dernières années, les préparations de leur groupe de fluoroquinolones, par exemple, la ciprofloxacine (Ciprolet A, Tsifran) et les nitrofuranes (Furadonine) se sont révélées efficaces. L’acceptation de ces antibiotiques n’est possible qu’à l’intention du spécialiste;

Si, en fonction des résultats du diagnostic, des agents pathogènes spécifiques sont détectés, des médicaments antifongiques, antimicrobiens ou antiviraux appropriés sont prescrits;

Pour éliminer un syndrome douloureux intense, des antispasmodiques et des analgésiques sont recommandés: No-shpa, Papaverin, Diclofenac, Nimesil (anti-inflammatoires non stéroïdiens);

En l'absence d'allergie aux herbes médicinales, il est permis de prendre des tisanes à base de myrtille, de prêle, de busserole. La préférence devrait être donnée aux fonds non emballés;

Les médicaments suivants sont également recommandés: Canephron, Cyston, Fitolysin, Monurel (médicament à base de canneberge);

Pour éliminer rapidement les toxines du corps, il est recommandé d'augmenter l'apport liquidien quotidien.

Prévention de la cystite - conseils utiles pour les femmes

Il est obligatoire de suivre les règles d'hygiène personnelle. Pour le lavage, il est nécessaire de choisir des agents neutres dans leurs propriétés acido-basiques. Des soins intimes appropriés sont la clé de la non-récurrence.

Il est recommandé de vider votre vessie aussi souvent que possible. La stase de l'urine est lourde de complications.

Ne pas permettre l'hypothermie. Les jambes doivent être gardées au chaud et au sec.

Au moment de l'exacerbation de la cystite, il faut augmenter le volume d'absorption de liquide à 2-2,5 litres par jour: eau, jus naturels frais, jus de canneberge. Il faut éviter de boire de l'eau gazeuse et des boissons artificielles.

Comme avec la cystite aiguë, et avec exacerbation de la cystite chronique devrait refuser de porter des sous-vêtements synthétiques serrés.

La constipation affecte indirectement le risque de développer une cystite. Par conséquent, les mesures de prévention incluent également des méthodes pour améliorer la motilité intestinale.

Réponses aux questions populaires

Quel genre de docteur traiter pour la cystite?

La première étape consiste à établir un diagnostic précis. Un spécialiste des problèmes du système excréteur humain est un urologue. Avec une visite à l'urologue et devrait commencer à lutter contre la cystite. Pour clarifier le diagnostic, la première chose à faire est de passer un test d’urine. Dans la plupart des cas, cela suffit. Seul un urologue peut interpréter correctement et sans ambiguïté les résultats des recherches en laboratoire. En outre, l'urologue prescrit une collecte d'urine pour l'inoculation bactérienne selon Nechyporenko, une cystoscopie et une échographie de la vessie.

Compte tenu de la complexité de la cystite, il est impératif de consulter un gynécologue. La cystite chez les femmes est souvent provoquée par des maladies sexuellement transmissibles. Toutefois, même s’il existe une raison de recourir à d’autres agents infectieux, il est important d’exclure les colpites et les lésions utérines afin de se protéger rapidement de la perte de la fonction reproductrice et de minimiser le risque de développement de pathologies génitales chroniques.

Vous devriez également consulter un néphrologue. Les maladies rénales, qui apparaissent souvent après une cystite, sont les plus dangereuses pour la vie et la santé du patient. Dans les premiers stades, une maladie rénale peut ne pas être visible. Ceci est juste une illusion. En fait, il y a une dégénérescence active des tissus des reins et la perte d'un organe de ses fonctions. Pour vous protéger de l’insuffisance rénale (et donc du besoin d’hémodialyse, de greffe de rein d’un donneur et du décès), il est important de planifier une visite chez le néphrologue immédiatement après la détection de symptômes suspects.

Ainsi, vous devriez contacter trois spécialistes: urologue, néphrologue et gynécologue.

Puis-je avoir des relations sexuelles avec une cystite? Est-ce transmis sexuellement?

La cystite est une maladie inflammatoire de la vessie. Bien sûr, il est tout simplement impossible de contracter une cystite lors d'un contact sexuel.

Cependant, il est fort probable que les agents infectieux à l'origine de la cystite aient été transférés au partenaire. Mais vous devez faire une réservation, le transfert de microflore pathogène n’est possible que si la maladie a une origine infectieuse. Dans tous les autres cas, le partenaire est en sécurité.

Quant à l’autre aspect de cette question, ce n’est pas si simple. La plupart des spécialistes compétents recommandent aux femmes de ne pas avoir de relations sexuelles pendant la durée de leur maladie.

Il y a plusieurs raisons à cela:

Pendant le contact sexuel, une pression peut être exercée sur la vessie enflammée, et les conséquences sont très imprévisibles: du retour de l'urine aux reins et de sa défaite ultérieure à la rupture de la vessie. De plus, une augmentation des symptômes est garantie.

Même si le patient a subi un traitement, le risque de récidive demeure;

La réponse la plus évidente à la question posée: le sexe pendant une cystite aiguë n’est pas une activité agréable. Une femme est plus susceptible de ressentir beaucoup de sensations douloureuses et inconfortables.

Cependant, si vous ne pouvez pas vous passer de contact sexuel, vous devez suivre les recommandations:

Immédiatement avant les rapports sexuels, lavez le corps et manipulez bien les mains;

Évitez de toucher le vagin. La muqueuse pendant la cystite est soumise à un stress accru, car il est impossible de la protéger complètement de la pénétration de particules urinaires.

Si l'on soupçonne une lésion concomitante de l'utérus, exclure la pénétration profonde;

À la fin de l'intimité, il est nécessaire de laver les organes génitaux externes;

Utilisez des contraceptifs de barrière (préservatifs uniquement).

Cystite après intimité, quelles sont les raisons?

Le développement de la cystite après le sexe - le problème n'est pas artificiel. La cystite post-coïtale (également appelée «syndrome de lune de miel») survient dans environ 45% des cas. En règle générale, il est détecté après le premier contact sexuel.

Il y a plusieurs raisons à cela:

La plus commune, mais en même temps la plus difficile à éliminer, est une anomalie congénitale du système urogénital. S'il y a eu des blessures au périnée, l'anomalie peut être acquise. Cela réside dans le fait que l'ouverture de l'urètre est décalée par rapport à sa position normale vers le bas et vers l'intérieur dans la région vaginale. C'est le déplacement du canal urétral. Un autre type d'anomalie est possible, la mobilité excessive des canaux. Les deux pathologies sont relativement faciles à détecter avec un examen des doigts par un gynécologue. En conséquence, pendant les rapports sexuels, l'urètre est activement impliqué et irrité. Les parois du canal urétral sont couvertes de microfractures et de fissures. C'est une passerelle directe pour l'infection. La muqueuse endommagée devient enflammée et, le long du chemin ascendant, l'infection pénètre dans la vessie;

Une autre cause fréquente est le manque d'hygiène appropriée. Le partenaire peut ne pas le savoir, alors qu’à la surface du pénis, il y a beaucoup de micro-organismes. En conséquence, l'urètre d'une femme est attaqué par un agent infectieux. Également dans ce groupe de causes, il y a alternance de relations sexuelles vaginales et anales sans changer de préservatif ou sans le moindre préservatif. Dans ce cas, l'agent responsable de la cystite est la microflore intestinale (bacille);

Sécheresse vaginale. En raison de la sécheresse excessive de la membrane muqueuse du vagin, il se produit une fissuration des tissus. En conséquence - la colpite, qui provoque rapidement le développement de la cystite. Dans ce cas, la cystite devient une maladie secondaire. Par conséquent, vous ne pouvez pas avoir de relations sexuelles sans désir et mouillage suffisant des organes génitaux d'une femme;

Il convient également de rappeler les agents responsables des maladies sexuellement transmissibles. Si le partenaire est malade ou est porteur, la femme est rapidement infectée et dans ce cas, il existe un risque non seulement de développement d'une maladie sexuellement transmissible, mais également d'une cystite secondaire.

Puis-je faire du sport avec la cystite?

Dans ce cas, tout est purement individuel et dépend de l'état du patient et de la gravité de la cystite. Cependant, un certain nombre d'activités physiques doivent être abandonnées.

Visites de clubs de fitness. L’aérobic et l’exercice peuvent provoquer une irritation mécanique de l’urètre et de la vessie, ce qui aggrave considérablement les symptômes;

Natation La natation est autorisée, mais pas plus de 10-20 minutes. Une exposition prolongée à l'eau froide (30 à 50 minutes) est susceptible de conduire à une hypothermie locale. À la suite du refroidissement, l'immunité locale diminuera, en quelques heures littéralement, les symptômes de la cystite deviendront plus prononcés. Refuser de nager est recommandé non seulement aux femmes atteintes de cystite aiguë, mais également à celles qui souffrent de la forme chronique de la maladie. Longue baignade dans la piscine - un chemin direct vers la rechute. La baignade est autorisée sans limite de temps uniquement dans les piscines où la température de l'eau ne tombe pas en dessous de 30-35 degrés;

Sports d'hiver. Presque tous les sports d'hiver sont associés à un long séjour dans le froid. Dans de telles conditions, le risque de développer une hypothermie et une aggravation du flux de la cystite augmente considérablement. Il est conseillé aux personnes passionnées de patinage artistique de s’habiller aussi chaudement que possible, de couvrir le bassin et la région périnéale, et en aucun cas de s’asseoir sur la glace;

Les sports actifs associés à une activité physique accrue et à une forte augmentation de la pression intra-abdominale sont exclus: la boxe, la lutte, le cyclisme, etc.

Cependant, un certain nombre de sports sont recommandés pour la cystite. Ils sollicitent uniformément les muscles du corps et n'entraînent pas de fatigue importante. C'est du jogging, de la marche, du basketball, du volleyball. La danse est également autorisée. Il est important de se rappeler que les vêtements doivent convenir. Nocif de porter des vêtements serrés. Le survêtement ne doit pas être ajusté, la préférence doit être donnée à la lumière, mais aussi aux vêtements chauds fabriqués à partir de matériaux naturels.

Est-il possible de prendre un bain chaud avec la cystite?

En général, la question est très controversée. Pour y répondre, il faut à nouveau partir de l'état du patient au moment et de l'évolution de la maladie. Il est possible de prendre des bains chauds (chauds, mais pas chauds) seulement à ce stade où la cystite ne se fait pas sentir par des symptômes spécifiques. Dans ce cas, le réchauffement facile est non seulement non contre-indiqué, mais également utile.

Dès que l'un des symptômes suivants apparaît, les traitements thermiques sont strictement contre-indiqués:

Spasmes musculaires (crampes aiguës dans le bas de l'abdomen et le pubis);

Brûlures et crampes en urinant;

Sang ou pus dans l'urine.

Si vous continuez à vous réchauffer après avoir identifié des symptômes aigus, vous risquez de provoquer des saignements menaçant le pronostic vital.

Pendant la période de menstruation ou de grossesse compliquée de cystite, les bains chauds sont strictement contre-indiqués (une fausse couche est possible).

Si nous ne parlons que des phases initiales de la maladie, le réchauffement est autorisé, mais il est nécessaire de ne les appliquer que dans des limites raisonnables:

Chaleur sec et chaud. Le sel est chauffé dans des plats à 38-40 degrés, versé dans un sac en tissu et appliqué sur le point sensible;

Bains de pieds. Le bassin est rempli d'eau tiède, après quoi vous devriez prendre un bain de pieds pendant 10-20 minutes. On essuie ensuite les pieds et on met des chaussettes chaudes;

Sièges de bain. Dans les premiers stades du développement de la cystite, vous pouvez prendre un bain sédentaire avec l’ajout d’herbes médicinales. Dans le même temps, la température de l’eau ne doit pas dépasser 37 degrés et la durée de la baignade ne doit pas dépasser 10 minutes. Même un bain chaud est interdit dans les cas où d'autres organes s'ajoutent à la vessie: reins, etc.

Douche chaude. Le meilleur moyen de soulager la cystite et l'hygiène au cours de l'évolution de la maladie;

Se réchauffer les mains au chaud. Pendant plusieurs heures, une paume est appliquée à la région de la vessie;

Compresse chauffante à l'huile d'eucalyptus. Efficace en l'absence de symptômes aigus. Mais est contre-indiqué dans les allergies.

Pourrait-il y avoir un retard dans la menstruation avec la cystite?

Il n'y a pas de lien de causalité immédiat entre la cystite et les troubles menstruels. Cependant, comme mentionné précédemment, rarement chez les femmes cystite se produit uniquement avec une lésion de la vessie. En se levant, l’infection affecte souvent les organes génitaux, y compris l’utérus et les ovaires situés dans la cavité abdominale.

Les ovaires sont responsables de la production d'œstrogène, une hormone féminine spécifique qui contribue en soi à la normalisation du cycle menstruel. Lorsque l'infection se propage aux ovaires, l'intensité de la production d'œstrogènes diminue. En conséquence, le cycle est brisé et le retard de la menstruation est possible.

* Mode d'emploi des compléments alimentaires UROPROFIT®

Plus D'Articles Sur Les Reins