Principal Prostatite

Cystite chez les femmes - symptômes et traitement rapide à la maison

Presque toutes les femmes au moins une fois dans leur vie ont ressenti un malaise et des brûlures au cours de la miction, mais ces symptômes sont souvent ignorés et disparaissent après un certain temps sans traitement.

Dans certains cas, ces signes précurseurs indiquent l'apparition d'une inflammation dans la vessie, c'est-à-dire une cystite. De par la nature de l'évolution, il est classé en cystite aiguë (apparaissant dans la phase aiguë accompagnée de la manifestation de symptômes typiques) et chronique (apparaissant sous une forme latente ou récurrente).

Le traitement efficace de la cystite chez les femmes devrait être rapide et complexe pour prévenir les complications.

Raisons

La cystite est une inflammation de la vessie. Dans la plupart des cas, la cause de la maladie est une infection qui habite le corps de la femme. En règle générale, les principaux agents responsables sont les bactéries E. coli et Staphylococcus. Ces bactéries pénètrent dans la vessie par la peau ou le rectum par l’urètre.

Les causes du développement de la cystite chez les femmes sont très diverses, nous en soulignons donc les principales:

  • gestation et travail;
  • infection génitale;
  • congestion de l'urine dans la vessie;
  • avitaminose et nutrition déséquilibrée;
  • troubles hormonaux;
  • non-respect des règles d'hygiène intime;
  • hypothermie significative;
  • opérations sur le col utérin et les organes urinaires.

On pense que l'hypothermie est un élément déclencheur du développement de la cystite, car elle affaiblit l'immunité de l'organisme et contribue à la reproduction des virus et des bactéries qui s'y trouvent.

Cette infection de la vessie crée beaucoup de symptômes désagréables, obligeant la femme à s’inquiéter constamment et à être nerveuse. Étant donné que la cystite n’est pas grave, la qualité de vie en souffre parfois, ce qui engendre divers troubles dans tous les domaines de la vie.

Premiers signes

Ainsi, le tableau clinique de la forme aiguë de la cystite est:

Il convient de noter que les deux derniers signes sont les symptômes d’un stade grave de la maladie.

Symptômes de la cystite chez les femmes

La cystite aiguë est toujours soudainement malade, après le stress, une infection virale, une hypothermie, tout autre facteur qui mine l’immunité locale de la vessie.

Avec l'apparition de la cystite chez les femmes, parmi les premiers symptômes émettent fréquemment des envies d'aller aux toilettes, une sensation de douleur en urinant, une douleur dans le bas de l'abdomen. En outre, plus le nettoyage est difficile, plus une femme ressent le besoin de se rendre aux toilettes. Dans les cas graves, ils se produisent toutes les demi-heures. Les douleurs ne donnent pas de repos au patient 24 heures sur 24. L'estomac fait mal à la fois pendant la miction et à l'extérieur. Sentant l'abdomen désagréable et la douleur.

La cystite chronique est généralement moins prononcée symptômes, différentes rechutes. Il signale périodiquement des épidémies d’exacerbations. Il s’agit d’une infection latente que vous ne pouvez tolérer dans aucun cas.

Nature de la douleur

Comme mentionné précédemment, un symptôme courant de la maladie est une douleur au bas de l'abdomen et au périnée.

L'intensité de la douleur peut être différente. Dans environ 10% des cas, la cystite est indolore. Seul un léger inconfort et une douleur peuvent être ressentis, ce qui est souvent ignoré. La douleur s'étend souvent jusqu'au dos et le patient peut avoir l'impression qu'il a mal au dos. Souvent, la douleur est accompagnée de symptômes tels que maux de tête, fatigue, fièvre.

Les médecins considèrent la douleur et l'intoxication comme un complexe à symptôme unique. Cependant, avec une immunité affaiblie, la fièvre et d'autres symptômes d'intoxication peuvent ne pas être présents.

Présence de sang dans l'urine

Parfois, du sang est trouvé dans l'urine. L'urine peut acquérir une teinte rose pâle et une couleur brique. Souvent, le sang dans les urines indique une lésion virale de la membrane muqueuse des voies urinaires.

En cas d'hématurie, les médecins envisagent deux options pour la maladie: aiguë et compliquée. Dans ce cas, un diagnostic approfondi est effectué pour déterminer le type de cystite et la désignation d'un schéma thérapeutique supplémentaire pour la maladie.

Diagnostics

Les diagnostics primaires comprennent une inspection sur place des spécialistes concernés: urologue, néphrologue et gynécologue. Les experts procèdent à la collecte de l'anamnèse et établissent les causes possibles de l'apparition de la maladie.

Lors de la collecte de l'anamnèse, les médecins sont particulièrement attentifs aux facteurs de risque:

  1. L'hypothermie;
  2. Sexe non protégé
  3. Médicaments pris;
  4. Stress émotionnel excessif;
  5. La présence de comorbidités et de pathologies (dans le champ des organes pelviens en premier lieu).

Les tests de laboratoire comprennent:

  1. Un test d'urine pour les cultures selon Nechyporenko. Aide à identifier l'agent pathogène.
  2. Analyse d'urine complète. Les érythrocytes, les leucocytes et les protéines sont détectés dans l'urine. L'urine elle-même est trouble et peut être mélangée à du sang ou du pus. Dans la forme hémorragique de la maladie, l'urine est rose.
  3. Numération globulaire complète. En général, selon les résultats, une image du processus inflammatoire se dessine, éventuellement une augmentation de la RSE et de la leucocytose. Cependant, il ne peut y avoir aucun changement de sang du tout. La formule sanguine complète indique s’il existe des maladies plus dangereuses qui se «masquent» comme une cystite: oncologie, etc.

Parmi les méthodes instrumentales utilisées deux principales:

  1. Échographie de la vessie. Vous permet d'identifier les changements organiques du corps.
  2. Urétroscopie et cystoscopie. Les examens endoscopiques ont pour objectif une inspection visuelle de l'état des muqueuses de l'urètre et de la vessie. Malgré la gêne ressentie lors de ces procédures, leur contenu en information est extrêmement élevé.

Traitement de la cystite chez les femmes

Si vous présentez des symptômes de cystite, le traitement chez la femme doit nécessairement inclure des médicaments antibactériens et doit être effectué sous la supervision d'un spécialiste.

Il ne suffit pas de prendre un antibiotique sur les conseils de bonnes connaissances: cela ne fera que vous soulager des sensations désagréables pendant un moment, mais lorsque l'effet du médicament cessera, l'agent pathogène commencera à se multiplier à nouveau et tous les symptômes réapparaîtront. Dans ce cas, la maladie peut non seulement être retardée, mais aussi devenir chronique.

Les médicaments antibactériens et antispasmodiques qui soulagent la douleur sont généralement prescrits aux femmes souffrant de cystite aiguë. En plus des antibiotiques, on prescrit au patient des médicaments qui stimulent le système immunitaire.

Comme thérapie d'appoint prescrite beaucoup de boisson. Ce peut être simplement de l'eau pure, mais mieux: une infusion de camomille, de calendula ou d'hypericum. Utile pour la cystite et le jus de canneberge.

Comment traiter la cystite: une liste de médicaments

Le plus souvent, lors de l’élaboration d’un schéma de traitement d’une maladie chez la femme, le médecin intègre nécessairement dans le processus thérapeutique des médicaments tels que les uroantiseptiques (antibiotiques) et les anti-inflammatoires. Ce traitement vous permet de vous débarrasser rapidement des symptômes de la cystite et de vaincre l'infection.

1) Analgésiques et antispasmodiques pour le traitement symptomatique, ils élimineront les spasmes et contribueront à diminuer le tonus des muscles lisses de la vessie:

  1. No-Shpa - 120-240 mg par jour en 2-3 doses;
  2. Papaverine - 40-60 mg 3 à 4 fois par jour;

2) Une fois le diagnostic confirmé et déjà connu de la femme, des antibiotiques sont prescrits pour le traitement étiotropique:

  1. Monural - 3 mg une fois, 2 heures après un repas;
  2. Nolitsin - 1 comprimé 2 fois par jour, pendant 3 jours;
  3. Biseptol - 2 comprimés 2 fois par jour pendant 3 jours;

3) Les préparations à base de plantes aident également à réduire les spasmes et la douleur:

  1. Cystone - 2 comprimés 2 fois par jour;
  2. Canephron - 50 gouttes 3 fois par jour, diluées dans une petite quantité d’eau;
  3. Spasmotsistenal - jusqu'à 10 gouttes 3 fois par jour, diluées dans une petite quantité d'eau;
  4. Fitolizin - 1 c. Pâte dissoudre dans 1/2 tasse d'eau douce chaude, prendre 3-4 fois par jour après les repas.

Le choix d'un médicament approprié pour la cystite, la détermination de sa dose unique, l'ordre d'administration et la durée du traitement doivent être de la compétence exclusive du médecin. L'auto-traitement non seulement ne favorise pas le rétablissement rapide, mais entraîne également le développement de complications graves de la maladie.

Dans la forme récurrente de la maladie, en plus du traitement symptomatique etiotrope susmentionné, les instillations de la vessie, l’ionophorèse intravésicale, la FHF, l’inductothermie, le traitement au laser magnétique et le traitement magnétique sont également indiqués. Si une cystite récurrente est diagnostiquée chez une femme ménopausée, il est recommandé d'appliquer par voie intravaginale ou périurétrale une crème contenant des œstrogènes. Avec le développement de l'hyperplasie grossière du col de la vessie, on a recours à la résection transurétrale (RTU).

Monural

C'est le médicament le plus courant et le plus moderne dans la lutte contre une telle maladie. Il a une activité bactéricide élevée contre pratiquement tout le spectre des microorganismes pathogènes.

L'ingrédient actif du médicament est la fosfomycine trométamol. Son utilisation est absolument sans danger, même chez les femmes enceintes et les enfants. En même temps, 1 paquet suffit une fois par jour pour résoudre les problèmes de santé. C’est pourquoi, lorsque les femmes se posent des questions sur la manière de traiter la cystite, elles choisissent Monural parmi une variété de médicaments (voir la notice d’utilisation).

Que faire à la maison?

En plus du traitement de base, suivez les règles simples à la maison. Cela aidera à se débarrasser de la maladie plus rapidement.

  1. Il est très souhaitable d'observer le repos au lit lors d'une exacerbation. Il est nécessaire de s'allonger sous une couverture chaude avec un coussin chauffant dans le bas de l'abdomen.
  2. Comment boire plus. Les boissons aux fruits à la canneberge, aux airelles et à la myrtille sont les bienvenues.
  3. En ce qui concerne les aliments, vous devez limiter votre consommation d'aliments, qui contiennent beaucoup de calcium. Cela peut être du lait, du yaourt, du fromage.
  4. La phytothérapie est plus efficace sous forme de frais, la pharmacie offrira toujours des plats tout prêts. Vous pouvez brasser des herbes vous-même, ou utiliser des pilules (Cyston, Canephron), des gouttes (Spasmotsistenal) ou de la pâte (Fitolysin) - ce n’est rien d’autre que des préparations à base de plantes, seulement «compactement emballées».

Mais dans tous les cas, le traitement de l'infection nécessite des antimicrobiens.

Nutrition pour la cystite

Avec la cystite, les femmes doivent suivre un certain régime. L'utilisation de boissons contenant de la caféine ou de l'alcool est inacceptable, car ils peuvent aggraver considérablement l'évolution de la maladie.

Pour la prévention de la maladie, il est recommandé de boire du jus de canneberge. Il contient de l'acide hippurique, qui empêche la fixation de bactéries sur la membrane muqueuse de la vessie. Il est également très utile d’ajouter des canneberges au yogourt.

Prévisions

Dans les cas standard, avec des symptômes typiques et un traitement rapide, la cystite aiguë chez la femme passe rapidement - la tâche principale dans ce cas est d'empêcher la transition du processus aigu vers la forme chronique.

Depuis la cystite chronique peut augmenter plus haut, initiant une inflammation dans les reins. Si l'urine infectée pénètre dans les uretères, il est possible que l'inflammation soit purulente, ainsi que les signes de pyélonéphrite. Avec la cystite, des lésions plus graves peuvent commencer, par exemple, une néphrite apostématique et même une périréphrite, c'est-à-dire une inflammation du tissu rénal.

Prévention

Pour réduire à zéro le risque de processus inflammatoire dans la muqueuse de la vessie, suivez ces règles:

  1. Éviter l'hypothermie;
  2. Traiter rapidement les infections du système génito-urinaire;
  3. Suivez les règles d'hygiène personnelle (y compris le lavage après un rapport sexuel);
  4. Ne pas utiliser de sous-vêtements serrés;
  5. Changer régulièrement les serviettes hygiéniques et les tampons.

Adhérez au moins aux règles de base ci-dessus et vous ne devrez jamais apprendre comment et comment on traite la cystite.

Cystite: symptômes et traitement de la femme, médicaments et comprimés pour la cystite

Dans la plupart des cas, les formes chroniques de maladies inflammatoires de la sphère génito-urinaire résultent d'une approche thérapeutique non professionnelle. La maladie ne peut être éliminée si les symptômes et le traitement de la cystite chez la femme ne coïncident pas. Les médicaments imposés par la publicité télévisée n'apportent qu'un soulagement temporaire, et la maladie réapparaît après un certain temps.

Le seul moyen de se débarrasser de la cystite est d’établir la cause de la maladie et de suivre un traitement complet sous la supervision d’un urologue professionnel.

Cystite - causes de la femme

En médecine, le concept de "cystite" combine plusieurs types de pathologies urinaires symptomatiques, dans lesquelles la muqueuse de la vessie est atteinte. En raison des caractéristiques anatomiques du corps, les femmes souffrent de cystite plusieurs fois plus souvent que les hommes.

Le travail de la vessie étant associé à tous les systèmes physiologiques, les anomalies fonctionnelles des organes internes, d'une manière ou d'une autre, affectent la santé de la sphère urogénitale de la femme.

Le développement du processus inflammatoire peut être précédé de:

  • infections virales ou bactériennes - grippe, mal de gorge, sinusite maxillaire, staphylocoque, trichomonas, E. coli, carie, furonculose;
  • l'hypothermie;
  • réaction allergique;
  • changements hormonaux pendant la menstruation, la grossesse, la ménopause;
  • maladies acquises - diabète sucré, colite, lésions de la colonne vertébrale, pathologies néphrologiques et endocriniennes, formations tumorales;
  • consommation de drogue;
  • immunité réduite;
  • développement anormal du système urogénital;
  • hygiène insuffisante des organes génitaux;
  • Les formes aiguës de cystite surviennent le plus souvent dans un contexte de stagnation du système urinaire.

Les voies de pénétration des microorganismes pathogènes dans la vessie sont également différentes. En cas de maladies des voies respiratoires supérieures, l'infection se propage à travers le corps par le sang. Dans les maladies du tractus gastro-intestinal, les microbes pénètrent dans les organes urogénitaux à partir de l'anus. En raison de pathologies néphrologiques, les agents pathogènes se déplacent des reins avec l'urine.

Les facteurs contribuant au développement de la cystite comprennent le port de sous-vêtements synthétiques serrés, une tendance à la constipation, des changements fréquents de partenaires sexuels, des rapports sexuels non protégés et des conditions réduisant le potentiel du système immunitaire - stress, manque de sommeil, exercice excessif, nutrition irrégulière.

Principaux symptômes et signes de la maladie

Le développement de la cystite peut survenir de manière aiguë ou avec une augmentation progressive des symptômes. Les symptômes caractéristiques de la cystite dans la forme aiguë sont les crampes et les douleurs en urinant.

Mais à mesure que la maladie progresse, des symptômes tels que:

  • inconfort dans les zones génitale et pubienne;
  • Démangeaisons et brûlures au périnée - résultant des effets irritants des substances toxiques accumulées dans l'urine;
  • mictions fréquentes;
  • douleur dans le bas de l'abdomen et dans le dos, sensation de plénitude;
  • maux de tête;
  • fatigue accrue;
  • une légère augmentation de la température corporelle;
  • turbidité de l'urine;
  • forte odeur d'urine;
  • sensation de vidange incomplète de la vessie;
  • l'apparition de sang dans l'urine peut indiquer le développement de complications.

La cystite à caractère allergique ou infectieux dans 95% des cas est accompagnée de démangeaisons.

Complications de la maladie

En raison de la prévalence élevée (pathologie diagnostiquée chez 40% des femmes dans le monde), la gravité des effets de la cystite est souvent sous-estimée.

Avec un traitement approprié, à condition que rien ne justifie l’évolution de la pathologie, les symptômes de la cystite aiguë disparaissent et le bien-être de la femme s’améliore nettement. Si l'effet thérapeutique nécessaire est absent, la maladie acquiert une forme chronique d'évolution, qui présente de graves complications pour la santé.

La cystite chronique se caractérise par des lésions d'une grande partie des muqueuses de la vessie. Dans le même temps, un gonflement et un épaississement apparaissent dans les zones touchées, dans le contexte d'une diminution de l'élasticité de l'épithélium.

La progression du processus pathologique conduit à des complications qui menacent la santé des organes et systèmes vitaux:

  • une insuffisance rénale survient dans 95% des cas - pyélonéphrite, insuffisance rénale;
  • changement organique dans les tissus de la vessie se heurte à la rupture de ses parois et au développement de la péritonite;
  • une inflammation fréquente est l'une des principales causes des adhérences;
  • réduction de la fonction de reproduction, risque de perte totale de la capacité de procréer;
  • l'urétrite;
  • processus tumoraux;
  • ulcération sur les parois de la vessie, saignant;
  • urolithiase;
  • dommages musculaires et perte du tonus des tissus de la vessie, ce qui entraîne son dysfonctionnement et son incontinence urinaire.

Dans le corps de la femme, au cours de la vie, il y a des périodes où la prédisposition au développement de la cystite est associée à des changements physiologiques naturels.

Vulnérabilité à la cystite dans la vie d’une femme

La première période critique commence à l'âge de trois ans. À cet âge, les enfants présentant des anomalies congénitales des voies urinaires peuvent développer un reflux vésico-urétéral, dans lequel l'urine retourne de la vessie vers les reins. La conséquence de la pathologie est la vulvovaginite et l’infection ascendante de la vessie.

La puberté est la deuxième, importante en termes de degré de susceptibilité au kystisme, une période de la vie d’une femme. Les changements hormonaux inhérents à la puberté sont associés au risque d'infection par des infections lors de rapports sexuels non protégés.

La ménopause se manifeste non seulement par une diminution du niveau hormonal dans le corps de la femme, mais aussi par une baisse des propriétés protectrices de la muqueuse de la vessie, ainsi que par une modification de sa position anatomique. Tous ces changements contribuent au développement de l'inflammation des voies urinaires et d'autres pathologies inhérentes à la cystite.

Mesures de diagnostic

L'examen médical des patients suspects de cystite implique non seulement de confirmer le diagnostic, mais également de déterminer la maladie sous-jacente qui a provoqué une inflammation de la muqueuse de la vessie.

Parallèlement à l’étude des données anamnestiques et des symptômes de la maladie, les urologues utilisent les mesures de diagnostic suivantes:

  • analyse d'urine;
  • numération globulaire complète;
  • cystoscopie - examen de la vessie avec un endoscope;
  • analyse de la composition de la microflore vaginale;
  • Échographie du système génito-urinaire;
  • La PCR est une méthode de dosage moléculaire.
  • culture d'urine bactérienne.

Dans certains cas, les médecins utilisent les informations obtenues par la méthode de biopsie - examen microscopique d’échantillons de tissus affectés pour le diagnostic.

Les médicaments pour le traitement complet de la maladie

Le traitement de la cystite consiste à éliminer non seulement l'inflammation de la membrane muqueuse de la vessie, mais également les maladies qui la soutiennent. Le choix des méthodes et des outils thérapeutiques dépend de la forme de la maladie et des processus pathologiques associés.

Pour le soulagement des symptômes de la forme aiguë de la cystite, on prescrit au patient un repos au lit, un régime spécial, des coussins chauffants, ainsi que des médicaments antispasmodiques, antibactériens et diurétiques.

Le traitement minimum pour la cystite aiguë est de 7 jours. Le traitement interrompu est l'une des principales causes de la forme chronique de la cystite.

Médicaments antibactériens

La nomination de médicaments antibactériens est appropriée pour la cystite, dont l'agent causal est une bactérie établie.

Parmi les agents antibactériens les plus efficaces:

  • Monural - un antibiotique à base de fosfomycine. Disponible sous forme de granulés. Il est pris une fois dans la forme aiguë de la cystite;
  • Palin - comprimés pour la cystite et autres infections des voies urinaires aiguës ou chroniques. Appartient au groupe des quinolones. La substance active est l'acide pipemidovaya;
  • La furagine est un antibiotique populaire à base de nitrofurane. Il est pertinent lorsqu'il est exposé à des bactéries dont la sensibilité à Furagin est démontrée par l'ensemencement;
  • Nolitsin (analogues de Norbaktin, Normaks) - une réserve d'antibiotiques. Il est prescrit si l'utilisation d'autres médicaments n'a pas fourni d'effet thérapeutique. L'ingrédient actif est la norfloxacine du groupe des fluoroquinols;
  • La nitroxoline est un médicament du groupe des oxyquinoléines. Diffère l'activité contre la plupart des bactéries et des champignons Candida;
  • Furadonine - un agent antimicrobien qui supprime l'activité des infections bactériennes. L'utilisation de comprimés est également appropriée en tant qu'agent prophylactique pour les maladies des voies urinaires.

L'acceptation de tout médicament antibactérien n'est possible que sur ordonnance. Malgré l'efficacité thérapeutique élevée, les médicaments modernes ont de nombreuses contre-indications et peuvent provoquer des réactions indésirables.

Antispasmodique

Moyens dotés de propriétés antispasmodiques - un élément essentiel du traitement de restauration et de soutien de la cystite.

Les antispasmodiques les plus populaires sont: No-Shpa, Papaverin, Drotaverin. L'effet des médicaments antispasmodiques s'exprime dans l'élimination des spasmes des muscles lisses de la vessie et dans l'effet de la relaxation, soulageant la douleur.

L’acceptation des antispasmodiques est appropriée à la fois pour les formes aiguës de cystite et pour les récidives d’infections chroniques.

Comprimés anti-inflammatoires

Pour soulager l'inflammation de la muqueuse vésicale avec la cystite, il est recommandé de prendre des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) - ibuprofène, nurofen, diclofénac, nemesil. Outre l’élimination des processus inflammatoires, les médicaments de ce groupe procurent un effet analgésique en éliminant la douleur et la pathologie inhérente à l’inconfort.

Phytodrugs

L'utilisation de remèdes à base de plantes est un moyen efficace d'accroître l'impact de la pharmacothérapie. Au cœur des phytomes - des composants végétaux naturels à activité biologique.

Urolesan - un moyen de fournir une action antiseptique, antispasmodique et diurétique. Disponible sous forme de gélules, sirop ou gouttes.

Cyston - comprimés à base d'extraits de plantes aux propriétés néphrolitiques et antimicrobiennes.

Fitolizin - pâte à base d’huiles d’orange et de sapin. Il a un effet diurétique, anti-inflammatoire et antispasmodique. Il empêche le développement de la lithiase urinaire.

L'acceptation des remèdes à base de plantes est plus efficace au stade initial du développement de la cystite.

Probiotiques

À la suite d'une exposition à des micro-organismes infectieux et après la prise d'antibiotiques, l'activité de la microflore bénéfique peut diminuer.

Pour maintenir le niveau physiologique naturel de la microflore des muqueuses de l’intestin et des organes génitaux, il est nécessaire d’utiliser des probiotiques - des additifs alimentaires contenant des cultures vivantes de micro-organismes.

Linex, Hilak Forte et Bifiform sont parmi les agents populaires ayant une action probiotique.

Traitement de la forme chronique de la maladie

Pour se débarrasser de la forme chronique de la maladie, il est nécessaire de diagnostiquer tous les foyers d'infection potentiels et de fournir un traitement complet qui supprime l'activité vitale des agents pathogènes et ses conséquences.

Les principales méthodes de traitement de la cystite chronique:

  • Le traitement étiologique vise à éliminer l’agent infectieux et consiste à prendre des médicaments antibactériens;
  • La thérapie pathogénétique vous permet de restaurer le fonctionnement du système immunitaire, de normaliser les hormones et d’éliminer les pathologies structurelles des organes internes. Les principaux objectifs de la thérapie sont de rétablir le flux naturel de l’urine et d’éliminer tous les foyers d’infection possibles. Le traitement implique l'administration de médicaments immunomodulateurs et anti-inflammatoires et, dans certains cas, une correction chirurgicale;
  • la prévention des maladies est un ensemble de mesures qui préviennent la possibilité d’une récurrence de l’infection.

La physiothérapie est prescrite en tant que mesure thérapeutique supplémentaire: électrophorèse, stimulation électrique des tissus, exposition au laser, gymnastique spéciale, normalisation de la circulation sanguine dans les organes pelviens.

Remèdes populaires pour la cystite chez les femmes

La liste des remèdes populaires recommandés pour le traitement de la cystite comprend les remèdes à base de plantes bien connus et disponibles: décoction de graines d’aneth, infusion de mil, thés, infusions et infusions de bain à la camomille, infusion de persil et tisanes hypericum.

De plus, les feuilles de canneberge et de canneberge sont considérées comme un élément constant du traitement à domicile de la cystite.

Grâce à sa composition unique, la feuille d’airelle confère un effet thérapeutique complet sur les organes de la sphère urogénitale - antimicrobien, diurétique et anti-inflammatoire. Thé à partir de feuilles d’airelles préparées selon la recette de cuisson des feuilles de thé ordinaires. Je prends ce thé trois fois par jour pendant un demi-verre.

Boire des boissons à base de canneberge procure un puissant effet de guérison.

Grâce aux proanthocyanidines de canneberge, thé aux baies:

  • inhibe l'activité des microorganismes pathogènes;
  • empêche le dépôt d'agents pathogènes sur les parois du système urinaire;
  • soulage l'inflammation;
  • protège le corps contre les champignons et les germes;
  • améliore l'élasticité des vaisseaux sanguins;
  • a un effet immunomodulateur.

Pour préparer une boisson de guérison, utilisez des canneberges fraîches ou congelées. Les baies sont broyées, versées d'eau bouillie et conservées au bain de vapeur pendant 10 minutes. Deux tasses de boisson par jour additionnées de miel en un temps record amélioreront la santé et le bien-être.

Nutrition et microflore

Une bonne nutrition pendant le traitement de la cystite revêt une importance particulière. Cela dépend des types de produits qui seront présents dans le régime, de la rapidité avec laquelle il sera possible d'éliminer les inflammations et de commencer la restauration des tissus endommagés de la vessie.

En outre, un régime bien organisé maintient la fonctionnalité de la microflore habitant les organes internes muqueux. Cela garantit l’élimination et l’élimination des microorganismes pathogènes, ainsi que la normalisation des processus de récupération.

La base du régime médical - des produits spécialement sélectionnés et le régime de consommation.

Il est impératif que la nutrition respecte les principes suivants:

  • tous les produits consommés doivent avoir des propriétés diurétiques;
  • la quantité de sel consommée doit être réduite au minimum;
  • exclure et le menu est vif, gras, frit, fumé, sucré et laitier, ainsi que la conservation;
  • limiter la consommation d'aliments contenant des protéines;
  • lors de la cuisson devrait être limitée au traitement thermique minimum;
  • les boissons fortes et l'alcool sont complètement exclus;
  • le volume total de fluide consommé par jour est d'au moins deux litres.

Pendant toute la durée du traitement, il est recommandé d'utiliser des bouillies de céréales, des soupes de légumes légers, de la viande bouillie et du poisson allégés, du yogourt, du fromage légèrement salé, du chou, des courgettes, des concombres, du persil, de la grenade, du melon d'eau et des poires.

Parmi les boissons devraient être préférées tisanes et morsam de canneberges et canneberges.

Prévention de la cystite

La prédisposition à la maladie persiste toute la vie d'une femme qui a au moins une fois eu une cystite.

Des mesures préventives aideront à prévenir les récidives:

  • traitement en temps opportun de tous les maux;
  • minimisation du stress;
  • hygiène personnelle;
  • prendre une douche est préférable à un bain;
  • visites régulières chez le gynécologue et l'urologue, tests;
  • respect du régime de consommation.

En été, il est important de ne pas rater l'occasion de laver les reins et la vessie en utilisant davantage de pastèques.

Et surtout, il ne faut pas sacrifier la santé à la beauté et s'habiller en fonction des conditions météorologiques, en particulier au printemps et à l'automne - leur chaleur est trompeuse et le risque de tomber malade est trop élevé.

Cystite: causes de la femme et méthodes de diagnostic de la maladie

Selon les statistiques, presque toutes les femmes au moins une fois dans leur vie sont confrontées à une maladie aussi désagréable que la cystite, c'est-à-dire une inflammation de la vessie. Cette maladie récidive souvent (dans environ 30% des cas).

Les symptômes de cette maladie sont très désagréables, le traitement étant assez complexe, beaucoup s’intéressent aux causes d’une maladie aussi courante que la cystite chez la femme et aux moyens de l’en empêcher. Nous en parlerons dans cet article.

Quel médecin contacter?

Comme la cystite est une maladie du système urinaire, le profil du médecin est un urologue. Vous devez le contacter si vous remarquez des signes d’inflammation.

Pour une raison quelconque, on considère que l'urologue est un médecin de sexe masculin et les femmes sont donc gênées de le contacter.

En attendant, il ne s'agit que d'un mythe et, en raison de préjugés, le patient peut recevoir des conseils illettrés, et un traitement inapproprié entraînera une maladie chronique.

Malheureusement, toutes les cliniques ne peuvent pas se vanter d'avoir un urologue. Dans ce cas, vous devrez vous rendre dans une clinique privée ou demander à un thérapeute de district de vous diriger vers un autre hôpital.

Causes de la cystite chez les femmes

La cystite et les causes de survenue chez les femmes sont le plus souvent infectieuses et sont causées par la reproduction dans la vessie de bactéries pathogènes. Chez de nombreuses femmes, la maladie devient chronique et récidive souvent.

L'hypothermie la plus fréquente est l'hypothermie banale, car les femmes, qui prennent soin de leur apparence et de leur impression, oublient souvent l'essentiel - leur santé. Ils ont tendance à s'habiller hors saison, à porter des jupes trop courtes, à négliger les collants chauds par temps froid.

Cystite chez les femmes

À la saison chaude, la raison devient souvent un repos sous le flux d'air froid du climatiseur. L'hypothermie réduit la résistance du corps féminin et peut facilement déclencher l'apparition d'une cystite.

La raison suivante est facilement expliquée par la structure du corps féminin, dans lequel la nature a un urètre court et large, grâce à quoi des microorganismes pathogènes de l'urètre et de l'anus adjacents peuvent facilement pénétrer dans la vessie et provoquer un processus inflammatoire important.

La soi-disant voie ascendante de l'infection, avec laquelle la cystite est le résultat d'autres maladies:

  • inflammation cervicale;
  • l'urétrite;
  • la candidose;
  • paramétrique;
  • kolpita.

En outre, des agents infectieux peuvent pénétrer dans la vessie à partir des organes pelviens par la voie lymphogène, à partir d'autres organes du système urogénital par le bas (à partir des reins) et même à partir d'organes situés à une distance éloignée par la voie hématogène. Les causes les plus courantes de cystite sont le staphylocoque, Escherichia coli ou les streptocoques.

Les causes possibles suivantes de la cystite chez les femmes sont des interventions médicales: des agents pathogènes peuvent également pénétrer dans la vessie lors de la réalisation de frottis gynécologiques ou d'un cathétérisme.

S'il existe dans l'organisme des agents pathogènes de diverses infections sexuellement transmissibles (mycoplasmes, ureaplasma, trichomonas, chlamydia), le risque d'inflammation de la vessie augmente également de façon spectaculaire.

Sans parler de la soi-disant lune de miel de la cystite, dont l'origine est due à une lésion de la muqueuse urétrale lors du premier rapport sexuel, entraînant des modifications de la microflore vaginale, qui déclenchent le processus inflammatoire.

Malheureusement, il peut survenir non seulement après le premier rapport sexuel, mais également après le prochain, dans les deux jours qui suivent. Cela s'explique par les caractéristiques anatomiques: chez certaines femmes, l'ouverture externe de l'urètre est déplacée ou trop mobile et irritée et blessée lors des rapports sexuels.

L'absence de procédures hygiéniques avant et immédiatement après les rapports sexuels, ainsi que les relations vaginales après anales, peut également entraîner une maladie. La cystite est également provoquée par l’utilisation d’un diaphragme ou de spermicides, lors de rapports sexuels trop longs.

Cependant, il n’est pas toujours facile de déterminer les causes de la cystite chez les filles car une rechute de la maladie peut survenir même dans les situations suivantes:

  • le changement climatique, à la suite de quoi la résistance du corps diminue;
  • stress sévère;
  • perturbations hormonales, y compris l'apparition de la menstruation, la ménopause;
  • mode de vie sédentaire, conduisant à une stagnation notable du sang dans les organes pelviens;
  • manger de la nourriture trop épicée;
  • radiothérapie;
  • prendre des médicaments qui causent des allergies.

Enfin, les causes de cystite fréquente chez les femmes sont le non-respect de certaines règles d'hygiène personnelle et de port de vêtements. Si vous avez tendance à faire une rechute de cette maladie désagréable, n'oubliez pas les procédures d'hygiène quotidiennes et vous devez vous laver strictement dans le sens de la marche, et non l'inverse.

Abandonnez toujours les sous-vêtements synthétiques et portez des jeans trop serrés.

Provoque parfois une maladie et certaines caractéristiques comportementales: la cystite est plus fréquente chez les personnes qui ne sont pas pressées de vider leur vessie et d’endurer jusqu’à la fin. En raison de la stagnation prolongée de l'urine, des microbes pathogènes peuvent commencer à s'y multiplier.

Comme vous pouvez le constater, les causes de la cystite chez les femmes sont très étendues et, souvent, il est presque impossible de déterminer exactement ce qui a provoqué l'apparition de la maladie.

Les femmes enceintes sont souvent atteintes de cystite, car leur corps subit de fortes modifications hormonales. Il est particulièrement important qu'ils consultent immédiatement un médecin afin de prévenir l'apparition de complications et l'apparition d'un œdème.

Tableau clinique

Les symptômes de la cystite sont très caractéristiques et sont donc diagnostiqués très simplement.

Ainsi, une femme peut suspecter le début du processus inflammatoire dans la vessie en présence des manifestations désagréables suivantes:

  • mictions fréquentes et douloureuses (parfois toutes les 5 à 15 minutes), après lesquelles il se produit une sensation de douleur et de brûlure et une sensation de vidange incomplète;
  • douleur abdominale ou lombaire inférieure;
  • fièvre, souvent sous-fébrile;
  • changement dans le type d'urine, l'apparition d'impuretés dans le sang, le mucus;
  • détérioration générale de la santé.

Lorsque ces signes apparaissent, il est impératif que le médecin vous voie afin de vous prescrire un traitement adéquat.

Bien que les symptômes de la cystite soient très caractéristiques, il est parfois possible de le confondre avec des maladies telles que la tuberculose de la vessie ou la présence d'une tumeur. Vous ne pouvez donc pas vous passer d'une visite chez le médecin, qui établira un diagnostic précis.

Diagnostics

Lors de la première visite, l’urologue vous orientera vers les tests suivants:

  • analyse d'urine pour un diagnostic précis et la détermination de la gravité de la maladie;
  • bakposev d'urine pour déterminer l'agent pathogène spécifique et sa résistance à divers médicaments;
  • numération globulaire complète pour déterminer la présence d'une inflammation;
  • analyse d'urine selon Nechiporenko afin de clarifier l'état des organes du système urogénital;
  • analyse de la dysbactériose vaginale.

Vous pouvez également avoir besoin d'une échographie du système urogénital et d'une biopsie. Si nécessaire, et si l'équipement nécessaire est disponible, le patient peut être dirigé vers un test PCR, une cystoscopie (visualisation de l'urètre et de la vessie à l'aide d'un cystoscope).
Dans certains cas, l'urologue vous recommande de consulter en outre un gynécologue, qui déterminera s'il existe des maladies sexuellement transmissibles.

De plus, une visite chez un chirurgien peut parfois être nécessaire, car l'une des causes de la cystite est la localisation basse de l'urètre par rapport au vagin. Dans ce cas, heureusement, c'est assez rare, le seul traitement efficace est la chirurgie.

Sur la base des résultats des tests et des études, l’urologue déterminera la gravité de la cystite et de son agent pathogène spécifique et prescrira un traitement.

Il est très important de commencer le traitement à temps pour que la maladie ne devienne pas chronique, sinon vous ressentirez à nouveau des symptômes désagréables au cours de toute hypothermie et foncez chez le médecin.

Vidéos connexes

Causes de la cystite chez les femmes et traitement de la maladie:

La cystite n’est pas une maladie très grave, mais ses symptômes empoisonnent considérablement la vie des femmes et un traitement inopportun peut entraîner des complications. Si vous avez des signes de maladie, dépêchez-vous d'aller chez le médecin, quelles que soient les causes de la cystite chronique chez la femme, assurez-vous de consulter l'urologue une fois par an, il vous prescrira des médicaments préventifs et vous indiquera comment soutenir le corps pour augmenter sa résistance aux agents pathogènes et ne pas donner une chance de récurrence de l'inflammation.

Cystite chez les femmes

La cystite chez la femme est une lésion inflammatoire de la couche muqueuse (moins communément sous-muqueuse et musculaire) de la vessie en phase aiguë ou chronique. La cystite chez la femme s'accompagne de mictions fréquentes et douloureuses, de sensations résiduelles de brûlures et de crampes, de douleurs dans la région pelvienne, d'une sensation de vidange insuffisante de la vessie, d'une faible fièvre et de l'apparition de mucus et de sang dans les urines. Le diagnostic de la cystite chez la femme comprend un test d'urine (analyse générale, selon Nechiporenko, Bakposev), un examen par un gynécologue avec une étude de la microflore vaginale, une échographie de la vessie, une cystoscopie. Dans le traitement de la cystite chez la femme, on utilise des antibiotiques, des uroseptiques, une instillation de la vessie, de la physiothérapie.

Cystite chez les femmes

La cystite est l’une des maladies féminines les plus courantes située à la jonction de l’urologie et de la gynécologie. Selon les statistiques, une femme sur deux est atteinte de cystite au cours de sa vie. La pathologie est principalement détectée chez les femmes en âge de procréer (20 à 40 ans); La prévalence de la cystite est également assez élevée chez les filles de 4 à 12 ans (3 fois plus souvent que chez les garçons de cet âge). Dans 11 à 21% des cas, la cystite chez les femmes acquiert une évolution chronique, c’est-à-dire qu’elle provoque au moins 2 exacerbations par an.

Causes de la cystite chez les femmes

Dans la plupart des cas, la cystite chez les femmes est infectieuse. Les caractéristiques de l'anatomie de l'urètre féminin (urètre court et large), ainsi que la proximité topographique du vagin, de l'anus et de l'urètre facilitent la pénétration ascendante de la flore pathogène dans la vessie. En plus de la voie urétrale (ascendante), une infection de la vessie peut se produire dans les voies descendante (du haut des voies urinaires), lymphogène (des organes pelviens), hématogène (des organes distants).

En règle générale, les agents responsables de la cystite chez la femme sont E. coli (70-95%), le staphylocoque (5-20%), moins souvent - Klebsiella, Proteus, bâtonnet pyocyanique. Cystite chez les femmes se développe souvent sur le fond de la colpite, la vulvite et l'urétrite, causée par la candidose, le gardnerellezom, la mycoplasmose, la gonorrhée, l'ureaplasmose, la chlamydiose, la trichomonase, la tuberculose génitale et d'autres infections.

L’épisode primaire ou l’exacerbation de la cystite chez la femme est associé à une hypothermie, des infections virales respiratoires aiguës, l’apparition d’une activité sexuelle, un changement de partenaire sexuel, l’apparition de la menstruation, une consommation excessive d’aliments épicés ou d’alcool, le port de vêtements trop serrés. Les facteurs de cystite chez les femmes peuvent également être la pyélonéphrite, les corps étrangers et les calculs dans la vessie, la congestion de l’urine avec des diverticules, les rétrécissements de l’urètre ou la vidange rare de la vessie, la constipation.

La cystite chez les filles peut se développer avec une hygiène insatisfaisante des organes génitaux, ainsi qu'avec une vessie neurogène. La cystite chez la femme enceinte est causée par des modifications de la gestation hémodynamique et endocrinienne, la transformation de la microflore du tractus urogénital.

Dans certains cas, l'apparition d'une cystite chez la femme peut être provoquée par une radiothérapie pour tumeurs pelviennes, allergies, effets toxiques, troubles métaboliques (diabète, hypercalciurie). Pendant la ménopause, la cystite chez la femme se développe sous l’influence d’une carence en œstrogènes et de modifications atrophiques de la membrane muqueuse du tractus urogénital.

L'émergence de la cystite chez la femme est favorisée par une lésion de la muqueuse de la vessie lors de manipulations et d'opérations endoscopiques (cathétérisme, cystoscopie, résection transurétrale de la vessie, etc.). La cystite chronique chez les femmes, en plus d'une infection lente, peut être causée par le prolapsus de l'utérus ou du vagin, la paramétrite chronique.

Classification de la cystite chez les femmes

Par étiologie, la cystite chez la femme peut être bactérienne (infectieuse) ou non bactérienne (radiations, allergie, produit chimique, médicamenteux, toxique, etc.). En fonction de l'agent pathogène responsable, la cystite infectieuse se divise en deux groupes (ureaplasma, mycoplasme, chlamydia, gonorrhée, etc.) et non spécifique, provoqué par une flore conditionnellement pathogène.

Compte tenu des modifications morphologiques identifiées de la vessie, la cystite chez la femme peut être catarrhale, hémorragique, kystique, ulcéreuse (fibreuse ulcéreuse), phlegmoneuse, gangréneuse, incrustée, granulomateuse, semblable à une tumeur, interstitielle. La prévalence et la localisation de l'inflammation sécrètent une cystite diffuse (totale), limitée (focale) - cystite cervicale et trigonite (inflammation du triangle de Lietho).

Par la nature du flux, on distingue les cystites aiguës et chroniques (persistantes) chez les femmes; primaire (apparaissant indépendamment) et secondaire (développée dans le contexte d'autres maladies urologiques). Dans la cystite aiguë chez les femmes, l'inflammation affecte dans la plupart des cas les couches épithéliales et sous-épithéliales de la muqueuse de la vessie. Le tableau endoscopique de l'inflammation catarrhale est caractérisé par un œdème et une pléthore de réactions vasculaires muqueuses (expansion, injection vasculaire), la présence de plaques fibrineuses ou mucopuruleuses sur les zones enflammées. Avec l'évolution progressive de la cystite chez la femme, la sous-muqueuse et même la couche musculaire de la vessie peuvent être touchées.

Les signes cystoscopiques de la cystite hémorragique chez la femme sont une infiltration érythrocytaire marquée de la membrane muqueuse, des zones d’hémorragie avec rejet de la membrane muqueuse, des saignements au contact. La forme ulcéreuse de la cystite chez la femme se développe souvent avec des dommages par radiation à la vessie. Les ulcères peuvent être simples ou multiples, toucher toutes les couches de la paroi kystique (pancystite), entraîner un saignement, la formation de fistules de la vessie. Lorsque les ulcères cicatriciels développent des modifications fibreuses et scléreuses de la paroi de la vessie, ce qui entraîne des rides.

En cas de cystite phlegmoneuse chez la femme, on note une infiltration diffuse des leucocytes dans la couche sous-muqueuse. L'inflammation purulente s'étend à la membrane séreuse (péricystite) et au tissu environnant (paracystite). Des ulcères peuvent se former dans les tissus autour de la vessie, provoquant une lésion diffuse de la fibre entière.

La cystite gangréneuse chez la femme affecte toute la paroi kystique avec le développement d'une nécrose partielle ou complète de la muqueuse, moins souvent - la couche musculaire de la vessie avec une perforation de la paroi avec le développement d'une péritonite. Les muqueuses mortes et les couches sous-muqueuses de la vessie peuvent être rejetées et expulsées par l'urètre. La cystite gangréneuse est causée par la sclérose et le rétrécissement de la vessie.

La cystite chronique endoscopique chez la femme se caractérise par un gonflement, une hyperémie, un épaississement ou une atrophie de la membrane muqueuse et une diminution de son élasticité. Dans certains cas, des microabcès et des ulcérations peuvent se former dans la couche muqueuse et sous-muqueuse.

Les ulcères à long terme qui ne guérissent pas peuvent être incrustés de sels, provoquant le développement d'une cystite incrustante. La prédominance des processus prolifératifs implique la croissance de tissu de granulation avec des formations de croissances granulaires ou polypoïdes (cystite granulomateuse et polypoïde). Moins fréquemment, des kystes peuvent se former dans la vessie, faisant saillie au-dessus de la surface de la muqueuse, seuls ou en groupes, sous forme de petits tubercules représentant une accumulation sous-muqueuse de tissu lymphoïde (cystite kystique).

Chez les femmes atteintes de cystite interstitielle, la présence caractéristique de glomérules (formations hémorragiques sous-muqueuses), un seul ulcère de Gunner, qui a une forme linéaire avec un fond recouvert de fibrine et des infiltrats inflammatoires est déterminée. Nous croyons que la cystite interstitielle chez la femme sert à froisser la vessie et à en réduire la capacité.

Symptômes de la cystite chez les femmes

La cystite aiguë chez les femmes se manifeste soudainement, généralement après une exposition à un ou plusieurs facteurs provoquants (hypothermie, infection, traumatisme, coït, intervention instrumentale, etc.). Les manifestations de la cystite chez les femmes comprennent la triade classique: dysurie, leucocyturie (pyurie), hématurie terminale.

Violations de la miction dues à une excitabilité neuro-réflexe accrue de la vessie sous l’influence d’une inflammation, d’un gonflement et d’une compression des terminaisons nerveuses, ce qui entraîne une augmentation du tonus de la paroi kystique. Les troubles dysuriques chez les femmes atteintes de cystite sont caractérisés par une pollakiurie (augmentation du nombre des mictions), un désir constant d'uriner, la nécessité de faire des efforts pour commencer le traitement, une incision de la vessie, des douleurs et une sensation de brûlure dans l'urètre, une nycturie.

Les symptômes de la cystite aiguë chez les femmes se développent rapidement. L'envie d'uriner toutes les 5-15 minutes est impérative, alors que le volume d'une portion séparée diminue. Les contractions spasmodiques du détrusor entraînent une incontinence. Une douleur intense accompagne le début et la fin de la miction; en dehors de la miccia, la douleur persiste généralement dans le périnée et le pubis.

La nature et l'intensité de la douleur associée à la cystite chez la femme peuvent varier d'un léger inconfort à une douleur insupportable. Chez les petites filles, face à la douleur, une rétention urinaire aiguë peut survenir. Avec la cystite cervicale chez les femmes, la dysurie est plus prononcée. Des manifestations extrêmement douloureuses sont observées dans la cystite interstitielle, ainsi que dans les inflammations causées par des facteurs chimiques et radiologiques.

La leucocyturie est un signe obligatoire et permanent de la cystite chez la femme. C'est pourquoi l'urine devient trouble purulente. L'hématurie est souvent de nature microscopique et se développe à la fin de la miction. La cystite hémorragique chez les femmes, qui se manifeste principalement par une hématurie macroscopique, constitue une exception. Dans la cystite aiguë chez la femme, la température corporelle peut atteindre 37,5-38 ° C. Le bien-être général et l'activité physique en souffrent fortement.

La particularité de la cystite chez les femmes est la récurrence fréquente de la maladie: chez plus de la moitié des patients, des rechutes se produisent dans l'année qui suit le premier épisode de la maladie. En cas d'attaques répétées de cystite apparues dans le mois qui suit la fin du traitement, il convient de réfléchir à la persistance de l'infection. après 1 mois - sur la réinfection.

Les manifestations de la cystite chronique chez les femmes ressemblent à celles de la forme aiguë, mais elles ne sont pas aussi prononcées. La douleur lors de la vidange de la vessie est modérée et la fréquence des mictions vous permet de ne pas perdre en efficacité et de respecter le mode de vie habituel. En période d'exacerbation de la cystite, les femmes développent une clinique d'inflammation aiguë / subaiguë; pendant la rémission, les données cliniques et de laboratoire sur le processus inflammatoire actif sont généralement absentes.

Diagnostic de la cystite chez la femme

La reconnaissance de la cystite chez la femme repose sur des informations cliniques et de laboratoire ainsi que sur des données d’échographie et d’endoscopie. La palpation de la région sus-pubienne est extrêmement douloureuse. En général, l'analyse de l'urine est déterminée par une augmentation significative des leucocytes, des érythrocytes, des protéines, du mucus, des sels d'acide urique. En cas de cystite bactérienne chez la femme, l’urine à cuire est caractérisée par une croissance abondante de la flore pathogène.

Un examen de routine des femmes atteintes de cystite doit nécessairement comprendre une consultation avec un gynécologue, un examen du patient dans son fauteuil, un examen microscopique, bactériologique et par PCR de frottis gynécologiques.

Le rôle de la cystoscopie et de la cystographie est important dans le diagnostic de la cystite récurrente chez la femme. La cystoscopie vous permet de déterminer la forme morphologique des lésions de la vessie, la présence de tumeurs, de calculs urinaires, de corps étrangers, de diverticules de la vessie, d'ulcères, de fistules et d'effectuer une biopsie. L'échographie de la vessie confirme indirectement la présence de cystite chez la femme par des modifications caractéristiques des parois de la vessie, ainsi que par la présence d'une suspension «hégonégative».

Traitement de la cystite chez les femmes

Le traitement de la cystite chez les femmes devrait être sous la supervision d'un gynécologue et d'un urologue. Le soulagement de la forme aiguë de la cystite chez la femme est généralement de 5 à 7 jours. Des antibiotiques du groupe des fluoroquinolones (ciprofloxacine, norfloxacine), de la fosfomycine, des céphalosporines et des nitrofuranes sont utilisés. Lorsque la microflore spécifique est détectée, des médicaments antimicrobiens, antiviraux et antifongiques appropriés sont utilisés.

Les AINS (nimésulide, diclofénac), les antispasmodiques (papavérine, drotavérine) sont prescrits pour soulager la douleur. En plus du traitement médicamenteux de base, des phytotées peuvent être recommandées (infusions de busserole, prêle, renoncule, feuille d’airelle, etc.), des préparations à base de plantes. Dans les cas de cystite aiguë, il est conseillé aux femmes d’adhérer à un régime alimentaire doux, principalement à base de lait et de légumes, et d’augmenter leur charge en eau.

En cas de cystite récurrente chez les femmes, en plus du traitement symptomatique ci-dessus, les instillations de la vessie, l’iontophorèse intravésicale, la FU, l’inductothermie, le traitement au laser magnétique et le traitement magnétique sont également indiqués. Si une cystite récurrente est diagnostiquée chez une femme ménopausée, il est recommandé d'appliquer par voie intravaginale ou périurétrale une crème contenant des œstrogènes. Avec le développement de l'hyperplasie grossière du col de la vessie, on a recours à la résection transurétrale (RTU).

Prévention de la cystite chez les femmes

Dans le domaine de la prévention de la cystite chez les femmes, une grande importance est attachée à l'hygiène personnelle et sexuelle, au traitement rapide des maladies gynécologiques et urologiques, à la prévention du refroidissement, à la vidange régulière de la vessie. Une stricte observation de l'asepsie est nécessaire lors des examens endovésiques et du cathétérisme de la vessie.

Pour réduire le risque de récurrence de la cystite chez les femmes, il est nécessaire d'accroître l'immunité, en effectuant des traitements préventifs à l'automne et au printemps.

Plus D'Articles Sur Les Reins