Principal Anatomie

Dysfonctionnement de la vessie neurogène chez l'enfant

Laisser un commentaire

L'échec de la miction est une maladie assez commune. La vessie neurogène chez les enfants survient chez 10% des petits patients et se manifeste dès la petite enfance. La maladie a une congénitale ou acquise, en fonction des causes de désordre nerveux. Dans ce cas, les garçons sont moins susceptibles de souffrir de maladie que les filles.

Informations générales

Vessie neurogène - terme impliquant la défaillance de son réservoir, de sa valve ou de sa fonction d’évacuation. La vessie humaine accumule, retient et élimine l'urine du corps. Ce processus est étroitement lié à l'activité des reins, des uretères et du système nerveux central. La moindre perturbation du fonctionnement du système nerveux affecte négativement la miction.

Les enfants atteints de cette maladie ont des problèmes de libération incontrôlée d'urine. Cela crée beaucoup de problèmes physiologiques et psychologiques. L'enfant ne peut pas faire face au problème et est souvent exposé au ridicule de ses pairs. En conséquence, un certain nombre de maladies se développent, telles que la cystite, la pyélonéphrite, la lithiase urinaire et la dépression.

Pourquoi est-ce que cela se passe?

Le réflexe de la miction contrôlée est de nature conditionnée et dépend de l'activité cérébrale de l'enfant et du travail de son système nerveux central. Toute atteinte neurologique contribue à la perturbation du travail du détonateur ou du sphincter externe. Les causes de l'apparition de la maladie sont divisées en congénitales et acquises. Les échecs sont dus à de tels problèmes:

  • traumatisme à la naissance;
  • pathologie de l'hypothalamus ou de l'hypophyse;
  • Paralysie cérébrale;
  • anomalies congénitales;
  • Le VIH;
  • le diabète;
  • les coups;
  • hernie spinale.

Peut conduire à des défaillances du système nerveux:

  • les blessures;
  • fatigue musculaire de la vessie;
  • inflammation des uretères;
  • tumeurs malignes ou bénignes de la moelle épinière ou du cerveau.
Retour à la table des matières

Types de pathologie

Le dysfonctionnement de la vessie neurogène chez les enfants est dû à la capacité des muscles à se contracter au moment de l'accumulation ou de la vidange de l'urine. Pour classer une maladie neurogène est faite en tenant compte du type de violation. Des indicateurs supplémentaires peuvent être la forme de la maladie ou la quantité d'urine dans le corps avant la vidange. Il existe des types d'urée neurogène:

  • Hyporéflexe (hypotension vésicale). Au stade de l'excrétion de l'urine, les muscles de la vessie se contractent faiblement. Cela conduit à son remplissage excessif. En conséquence, l'incontinence se produit.
  • Vessie Hyperreflex. Dans la phase d'accumulation d'urine, les muscles se contractent plus souvent que d'habitude. En conséquence, l'urine ne reste pas dans la vessie et traverse les uretères souvent et en petite quantité.
  • Areflektony - la vessie, dont les muscles ne répondent pas au volume d'urine qu'elle contient et ne sont pas réduits. Ainsi, la fonction de la miction est incontrôlée par le système nerveux central.

En raison de la capacité des muscles de la vessie à s'étirer et à s'adapter au volume de l'urine, le corps peut être adapté ou non. Elle se manifeste sous des formes bénignes (énurésie, incontinence de stress, incontinence due à un effort physique excessif). Peut avoir un degré de sévérité modéré (excrétion réflexe urinaire) ou être en phase sévère de fonctionnement (syndrome d'Ochoa, syndrome de Hinman).

Symptômes de la maladie

La vessie neurogène chez l'enfant se manifeste en fonction des causes de son apparition, de son stade et de son type. Les symptômes de la maladie signalent non seulement la maladie, mais permettent également de diagnostiquer un type de maladie spécifique. Avec l'hypertension de la vessie chez un enfant peut être dépisté:

  • exhortant à uriner;
  • une petite quantité d'urine excrétée;
  • douleur pendant la miction;
  • mictions fréquentes (jusqu'à 10 fois par jour).

Vessie neurogène hypoactive caractérisée par:

  • miction rare (1 à 3 fois par jour);
  • sentiment constant de plénitude dans la vessie;
  • sensation d'uriner incomplète;
  • une grande quantité d'urine;
  • douleur dans le bas de l'abdomen.
Les mictions incontrôlées sont plus fréquentes chez les adolescentes que chez les garçons.

Si l'enfant est atteint du syndrome de Hinman, il souffre de constipation chronique, d'infections rénales et du système urinaire. En même temps, l’enfant ne veut aller aux toilettes que lorsqu’il passe d’une position horizontale à une position verticale. Le syndrome d'Ocho, qui présente tous les symptômes susmentionnés, est héréditaire et s'accompagne d'une hypertension artérielle.

Le trouble neurogène de la fonction de la vessie entraîne une perte de contrôle urinaire. Les premiers signes apparaissent entre l’âge d’un an et demi et quatre ans, puisqu’un réflexe de contrôle du besoin de vidange de l’organisme aurait déjà dû se former à ce moment-là. Il convient de noter que chez les adolescentes, une miction incontrôlée se produit souvent lors d'un effort physique et même du rire. Cela est dû au fait que les femmes (en particulier pendant la puberté) augmentent considérablement les taux d'œstrogènes.

Complications possibles

Le trouble de la miction ne s'accompagne pas de douleur mais crée un inconfort important. Tout d'abord, les troubles mentaux et la dépression surviennent souvent chez les enfants. Dans ce cas, il est important de soutenir le bébé et de ne pas lui permettre de diminuer son estime de soi. Les effets d’une vessie neurogène dépendent du type de dysfonctionnement. Par exemple, dans la variante hypotonique de la maladie de la vessie, de gros volumes d’urine stagnent. Cela déclenche un reflux urinaire dans les reins. En conséquence, l'urémie se développe - une maladie dans laquelle les toxines de l'urine pénètrent dans le sang. Une autre conséquence est la péritonite - une inflammation du péritoine due à la rupture des parois de la vessie à la suite d'une accumulation excessive d'urine. Si les miettes ont une vessie hyperactive, cela implique une cystite, une pyélonéphrite, une urolithiase, une insuffisance rénale, une inflammation chronique des organes pelviens.

Diagnostic du dysfonctionnement de la vessie neurogène chez l'enfant

Le diagnostic d'une vessie neurogène ne vise pas seulement à détecter la maladie, mais tout d'abord à rechercher les causes de la maladie. C'est pourquoi, lorsqu'ils détectent des symptômes de dysfonctionnement urinaire, les parents ne doivent pas tirer leurs propres conclusions, mais contacter des spécialistes du secteur: pédiatre, urologue pédiatre, néphrologue et, le cas échéant, psychologue ou psychiatre. Les spécialistes diagnostiquent la maladie en plusieurs étapes.

  • Étude de l'histoire de la vie et de la maladie de l'enfant. À ce stade, le médecin examine les plaintes du patient et découvre d'éventuelles blessures à la tête, à la colonne vertébrale ou aux organes pelviens. Ici, il est important que les parents informent le médecin des troubles ou des particularités de la miction de l’enfant.
  • Clarification des causes de la maladie en laboratoire et des méthodes instrumentales.
Retour à la table des matières

Méthodes de diagnostic

Pédiatres expérimentés, les urologues déterminent la vessie neurogène chez les enfants par des méthodes de laboratoire et instrumentales. Les techniques de laboratoire comprennent:

  • Analyse biochimique du sang. Ceci est fait pour déterminer la quantité de produits métaboliques dans le sang.
  • Test sanguin général.
  • Analyse d'urine.
  • Analyse d'urine selon Nichiporenko. Donne des informations sur le niveau de leucocytes, les érythrocytes et la composition en protéines sanguines.
  • Analyse d'urine selon Zimnitsky. Vous permet d'étudier la capacité de la vessie à concentrer l'urine. Conduit en recueillant l'urine excrétée du corps pendant la journée.
  • Buck culture d'urine.

Méthodes instrumentales pour le diagnostic du dysfonctionnement de la vessie:

  • Échographie des reins et de la vessie;
  • urographie excrétrice;
  • fluoroscopie de contraste.

Les canaux urinaires jouent un rôle important dans l'activité de l'appareil sphincter. Par conséquent, après avoir examiné l'état des reins, de la vessie et du sang, il est important d'éliminer le problème au niveau des voies urinaires. Pour ce faire, effectuez une électromyographie, une cystométrie rétrograde et une débitmétrie urinaire.

Si des études antérieures excluent les causes de la maladie au niveau du sphincter, elles vérifient l’activité du système nerveux de l’enfant. Pour ce faire, le médecin peut vous prescrire une IRM ou une tomodensitométrie du cerveau et une neurosonographie. Ces procédures aideront à voir la cause, qui se situe dans le cortex cérébral de l'enfant. Dans ce cas, le traitement de la maladie est très différent de celui utilisé habituellement en urologie chez l'enfant.

Traitement et ses types

Le traitement d'une vessie neurogène dépend des symptômes et du type de maladie. Dans la lutte contre la maladie chez les jeunes patients, il est important de mener une thérapie complexe. Il comprend la surveillance de la nutrition et du mode de vie de l'enfant, la prise de médicaments, la physiothérapie, des exercices thérapeutiques, la psychothérapie et, si la maladie ne peut être traitée par des méthodes conservatrices, une intervention chirurgicale est indiquée.

Mode de vie et nutrition

Les enfants souffrant de troubles de la miction ont besoin de soins et d'une surveillance constante de leurs parents. Ils doivent surveiller la conformité au régime quotidien et à la diète prescrits aux médecins. Tout d’abord, les adultes doivent s’assurer que leurs enfants dorment bien la journée. La miette ne doit pas être exposée au stress, tout effort physique est contre-indiqué. Le corps a besoin d'air frais et la chambre du patient doit donc être ventilée. Les repas doivent être équilibrés. Aigre, salé ou épicé devrait être exclu de l'utilisation. La consommation d'alcool et la miction doivent être surveillées par les parents et un médecin.

Gymnastique thérapeutique

Bien que l'effort physique dans la pathologie de la fonction de la vessie soit contre-indiqué, la physiothérapie est l'une des méthodes de la thérapie complexe. Efficace est considéré comme un complexe d’exercices de Kegel. Il vise à améliorer le travail des muscles du bassin et, en particulier, de la vessie. A la suite d'un tel parcours, les muscles s'étirent et viennent se tonifier. Cela permet de retenir l'urine dans la vessie et d'améliorer l'acte de miction.

Physiothérapie

Correctement choisi nat. Les procédures ont un effet positif sur la restauration de la fonction de la vessie. Cependant, leurs enfants doivent passer exclusivement sous la surveillance d'un médecin, afin d'éviter les réactions négatives du corps. Avec la pathologie neurogène de l'urètre, l'enfant peut subir:

  • médicaments d'électrophorèse;
  • électrique;
  • oxygénation hyperbare;
  • électrostimulation de la vessie;
  • thérapie par ondes magnétiques;
  • procédures échographiques;
  • traitement thermique.
Retour à la table des matières

Traitement de la toxicomanie

Les médicaments prescrits pour la vessie neurogène chez les enfants dépendent du type de maladie. Dans ce cas, le médecin choisit le moyen avec le moins d'effets secondaires sur le corps jeune. Dans le traitement de tout type de dysfonctionnement de la vessie, des préparations vitaminées sont nécessairement utilisées, à savoir les vitamines B1, B6, B2, PP, A et E. Lorsque les muscles hypertoniques de la vessie luttent contre la maladie:

  • holinoblokatorami - "Atropine", "Oksibutinine", "Bellatamininal", "Mélipramine" (pour les enfants de plus de 5 ans);
  • antagonistes du calcium - Nifedipine, Teradidlin;
  • teinture de Motherwort ou de valériane;
  • "Desmopressinom" - s'il y a des mictions nocturnes fréquentes.

Pour combattre la vessie hypotonique, vous devez périodiquement cathéter les uretères. L'enfant doit uriner toutes les 2-3 heures, en augmentant progressivement les intervalles. En outre utilisé:

Non seulement le système urinaire a besoin d'une thérapie complète. N'oubliez pas que le fonctionnement du système nerveux central de l'enfant affecte de nombreuses manières l'élimination des causes de la maladie. Pour cela, les petits patients peuvent comprendre "acide glutamique", "piracétam", "pikimgon" ou "pantogame". Le choix du médicament et le but de la posologie restent toujours entre les mains du médecin traitant.

Intervention chirurgicale

Les thérapies conservatrices permettent de vaincre la maladie. Si cela ne se produit pas, il est nécessaire de recourir à une intervention chirurgicale. Selon la clinique, la maladie peut être réalisée:

  • chirurgie de gangalia;
  • implantation de callogène sous la porte d'entrée des uretères;
  • excision transrectale du col de la vessie;
  • augmentation du volume de la vessie.
Retour à la table des matières

Traitement des remèdes populaires

Il est également possible de traiter la vessie neurogène d'un enfant avec des remèdes populaires. La médecine alternative propose d'utiliser des tisanes pour calmer le système nerveux et soulager le stress. Ces herbes comprennent la camomille, mélisse, menthe. Le thé aux myrtilles a un effet bénéfique. Les teintures à l'alcool de valériane, de sauge ou d'éleuthérocoque ont un effet relaxant sur le cerveau. Ne refusez pas la possibilité de vous adresser aux guérisseurs qui, en secouant un œuf sur la tête d’un enfant, comme s’il supprimait la maladie.

Prévention et pronostic

Si le corps de l’enfant est sujet aux troubles de la miction, il convient de prendre les médicaments Furagin, Taktivin, Levamisol, Canephron à des fins de prévention et de procéder à l’électrophorèse avec des médicaments. Garantir un mode de vie sain aux enfants et une alimentation équilibrée est considéré comme une bonne prévention par les parents. Il est important de surveiller la fréquence et les particularités de la miction et, si les symptômes se manifestent, non pas de se soigner, mais de consulter un urologue pédiatrique, un néphrologue. La maladie urogénique neurogène est sujette à la rechute.

Vessie neurogène chez les enfants

Vessie neurogène chez l’enfant - troubles fonctionnels du remplissage et de la vidange de la vessie, associés à la violation des mécanismes de régulation nerveuse. La vessie neurogène chez les enfants peut se manifester par des mictions fréquentes ou rares, des envies urgentes, une incontinence ou une rétention urinaire, des infections des voies urinaires. Le diagnostic de la vessie neurogène chez l’enfant est établi selon des études de laboratoire, échographiques, radiographiques, endoscopiques, radio-isotopiques et urodynamiques. Vessie neurogène chez les enfants nécessite un traitement complexe, y compris la pharmacothérapie, la physiothérapie, la thérapie physique, correction chirurgicale.

Vessie neurogène chez les enfants

Vessie neurogène chez l’enfant - dysfonctionnement réservoir et évacuation de la vessie, dû à une régulation nerveuse altérée de la miction au niveau central ou périphérique. L'urgence du problème de vessie neurogène en pédiatrie et en urologie pédiatrique est due à la prévalence élevée de la maladie chez l'enfant (environ 10%) et au risque de survenue de modifications secondaires des organes urinaires.

Un régime de miction mature et entièrement contrôlée jour et nuit est formé chez un enfant entre 3 et 4 ans, passant d'un réflexe vertébral non conditionné à un acte réflexe volontaire complexe. Les centres corticaux et sous-corticaux du cerveau, les centres d'innervation spinaux de la moelle épinière lombo-sacrée et les plexus nerveux périphériques participent à sa régulation. La violation de l'innervation de la vessie neurogène chez l'enfant s'accompagne de troubles de sa fonction d'évacuation des réservoirs et peut entraîner le développement d'un reflux vésico-urétéral, d'un mégaurètre, d'une hydronéphrose, d'une cystite, d'une pyélonéphrite et d'une insuffisance rénale chronique. La vessie neurogène réduit considérablement la qualité de vie, forme l'inconfort physique et psychologique et l'inadaptation sociale de l'enfant.

Causes de la vessie neurogène chez les enfants

Au cœur de la vessie neurogène chez l’enfant se trouvent des troubles neurologiques de différents niveaux conduisant à une coordination insuffisante de l’activité du détrusor et / ou du sphincter externe de la vessie lors de l’accumulation et de l’excrétion de l’urine.

La vessie neurogène chez l’enfant peut se développer avec des lésions organiques du système nerveux central dues à des malformations congénitales (myélodysplasie), à ​​des traumatismes, à des maladies dégénératives néoplasiques et inflammatoires de la colonne vertébrale, du cerveau et de la moelle épinière (traumatisme à la naissance, paralysie cérébrale, hernie rachidienne, agénésie et dysgénésie du sacrum, etc. ), conduisant à une dissociation partielle ou complète des centres nerveux supraspinal et rachidien avec la vessie.

La vessie neurogène chez l’enfant peut être due à l’instabilité et à la faiblesse fonctionnelle du réflexe développé de miction contrôlée, ainsi qu’à une violation de sa régulation neurohumorale associée à une insuffisance hypothalamo-hypophysaire, à un retard de maturation des centres vasculaires, à un dysfonctionnement du système nerveux autonome, à une altération de la sensibilité des récepteurs et à une étirement musculaire. La nature, le niveau et l'étendue des dommages causés au système nerveux revêtent une importance fondamentale.

La vessie neurogène est plus fréquente chez les filles, ce qui est associé à une saturation en œstrogène plus élevée, ce qui augmente la sensibilité des récepteurs du détrusor.

Classification de la vessie neurogène chez l'enfant

Selon les modifications du réflexe de la vésicule biliaire, on distingue la vessie hyperreflexe (l’état spastique du détrusor est en phase d’accumulation), la vessie réflexe normale et l’hyporéflexe (l’hypotonie du détrusor est en phase de libération). Dans le cas de l'hyporéflexie détrusorienne, il se produit un réflexe d'uriner lorsque le volume fonctionnel de la vessie est beaucoup plus élevé que la norme d'âge, dans le cas de l'hyperréflexie, bien avant l'accumulation du volume urinaire normal. Le plus grave est la forme réflexe de la vessie neurogène chez les enfants, avec l'impossibilité de se contracter de soi-même et le fait d'uriner involontairement.

En fonction de l'adaptabilité du détrusor à l'augmentation du volume d'urine, la vessie neurogène chez l'enfant peut être adaptée et non adaptée (non freinée).

Un dysfonctionnement de la vessie neurogène chez l’enfant peut survenir sous des formes légères (syndrome urinaire diurne, énurésie, incontinence urinaire à l'effort); modéré (syndrome de la vessie paresseuse et de la vessie instable); sévère (syndrome de Hinman - dissension du détrusor-sphincter, syndrome d'Ochoa - syndrome uro-facial).

Symptômes de la vessie neurogène chez les enfants

La vessie neurogène chez l’enfant se caractérise par divers troubles de l’acte de miction, dont la gravité et la fréquence des manifestations sont déterminées par le degré d’atteinte du système nerveux.

L'hyperactivité neurogène de la vessie, qui prévaut chez les jeunes enfants, entraîne une augmentation de la miction (> 8 fois / jour) par petites portions, des envies urgentes (impératives), de l'incontinence urinaire, de l'énurésie.

La vessie neurogène posturale chez les enfants ne se manifeste que lorsque le corps passe de la position horizontale à la verticale et se caractérise par une pollakiurie diurne, non perturbée par une accumulation nocturne d’urine avec un volume normal de sa partie matinale.

L'incontinence à l'effort chez les filles de la puberté peut survenir pendant l'exercice sous la forme de petites portions manquantes de l'urine. Pour la dyssynergie detrusor-sphincter caractérisée par une rétention urinaire complète, des miccii lors de crachats, une vidange incomplète de la vessie.

L'hypotension neurogène de la vessie chez l'enfant se manifeste par une miction manquante ou rare (jusqu'à 3 fois) avec une vessie pleine et débordante (jusqu'à 1500 ml), une miction lente avec une tension de la paroi abdominale, une sensation de vidange incomplète due à un volume important (jusqu'à 400 ml) urine résiduelle. Une ischurie paradoxale avec excrétion incontrôlée de l'urine en raison de l'apparition du sphincter externe, étiré sous la pression d'une vessie en débordement, est possible. En cas de vessie paresseuse, des mictions rares sont associées à une incontinence urinaire, une constipation et des infections des voies urinaires.

L'hypotonie neurogène de la vessie chez les enfants est prédisposée au développement d'une inflammation chronique des voies urinaires, à une insuffisance du flux sanguin rénal, à une cicatrisation du parenchyme rénal et à la formation de rides secondaires des reins, à une néphrosclérose et à une insuffisance rénale chronique.

Diagnostic de la vessie neurogène chez l'enfant

En présence de troubles urinaires chez un enfant, un examen complet avec la participation d'un pédiatre, d'un urologue pour enfants, d'un néphrologue pour enfants, d'un neurologue pour enfants et d'un psychologue pour enfants est nécessaire.

Le diagnostic de la vessie neurogène chez l’enfant comprend la collecte de l’anamnèse (aggravation familiale, traumatismes, pathologie du système nerveux, etc.), l’évaluation des résultats de méthodes de laboratoire et de méthodes instrumentales d’examen des systèmes urinaire et nerveux.

Pour identifier les infections urinaires et les troubles fonctionnels des reins dans la vessie neurogène chez les enfants, une analyse générale et biochimique de l'urine et du sang, un échantillon de Zimnitsky, Nechiporenko et un examen bactériologique de l'urine sont réalisés.

Les examens urologiques de la vessie neurogène comprennent les ultrasons des reins et de la vessie de l’enfant (avec dosage de l’urine résiduelle); Examen aux rayons X (cystographie vaginale, urographie de synthèse et excréteur); TDM et IRM des reins; endoscopie (urétroscopie, cystoscopie), scannage radioisotopique des reins (scintigraphie).

Pour évaluer l'état de la vessie chez l'enfant, le rythme quotidien (nombre, heure) et le volume des mictions spontanées sont contrôlés dans des conditions de consommation et de température normales. L'étude urodynamique de l'état fonctionnel des voies urinaires inférieures présente une valeur diagnostique élevée dans la vessie neurogène chez l'enfant: débitmétrie urinaire, mesure de la pression intravésicale avec remplissage naturel de la vessie, cystométrie rétrograde, profilométrie de l'urètre et électromyographie.

Traitement de la vessie neurogène chez les enfants

Selon le type, la gravité des troubles et des affections concomitantes de la vessie neurogène chez l'enfant, des tactiques de traitement différenciées sont utilisées, notamment la pharmacothérapie et le traitement non médicamenteux, ainsi que l'intervention chirurgicale. Respect du régime de protection (sommeil supplémentaire, marche au grand air, hors situations psycho-traumatiques), cours de kinésithérapie, physiothérapie (électrophorèse médicale, magnétothérapie, électrostimulation de la vessie, échographie) et psychothérapie.

Quand il est administré hypertonie détrusor M holinoblokatory (atropine, les enfants de plus de 5 ans - oxybutynine), les antidépresseurs tricycliques (imipramine), les antagonistes de Ca + (terodilin, nifédipine), à ​​base de plantes (valériane, armoise), nootropics (acide hopantenic, pikamilon). Pour le traitement de la vessie neurogène avec énurésie nocturne chez les enfants de plus de 5 ans, un analogue de l’hormone antidiurétique de la neurohypophyse, la desmopressine, est utilisé.

Pour l'hypotension de la vessie, miction obligatoire selon un horaire (toutes les 2-3 heures), cathétérisme périodique, administration d'agents cholinomimétiques (acéclidine), agents anticholinestérases (distigmine), adaptogènes (Eleutherococcus, Schizandra), glycine, bains thérapeutiques au sel marin.

Afin de prévenir les infections urinaires chez les enfants présentant une hypotension neurogène de la vessie, les uroseptiques sont prescrits à petites doses: nitrofuranes (furazidine), hydroxyquinolones (nitroxoline), fluoroquinolones (acide nalidixique), traitement immunocorrecteur (lévamisole), préparations à base de plantes.

Dans la vessie neurogène chez les enfants, on effectue des injections intratubulaires et intraurétrales de toxine botulique, des interventions chirurgicales endoscopiques (résection transuréthrale du col de la vessie, implantation de collagène dans la bouche de l'uretère, des sécrétions cutanées);

Le pronostic et la prévention de la vessie neurogène chez les enfants

Avec des tactiques médicales et comportementales appropriées, le pronostic de la vessie neurogène chez l'enfant est le plus favorable en cas d'hyperactivité du détrusor. La présence d'urine résiduelle dans la vessie neurogène chez les enfants augmente le risque de développer une infection urinaire et des troubles fonctionnels des reins, allant jusqu'au CRF.

La prévention précoce et le traitement rapide du dysfonctionnement de la vessie neurogène chez l’enfant sont importants pour la prévention des complications. Les enfants atteints de vessie neurogène doivent faire l’objet d’un suivi et d’un examen périodique de l’urodynamique.

Vessie neurogène chez un enfant: causes, symptômes, diagnostic et traitement

Pédiatrie et urologie pédiatrique considèrent la vessie neurogène comme un problème urgent. La fréquence de la maladie chez les enfants est de 10%.

Processus de miction contrôlée est formée chez les enfants jusqu'à 3-4 ans. La pathologie progresse d'un réflexe spinal à un acte complexe au niveau réflexe. Les régions corticales et sous-corticales du cerveau, les zones d'innervation de la colonne vertébrale, la partie lombo-sacrée de la moelle épinière et les plexus nerveux périphériques sont impliqués dans la régulation du mécanisme.

Les causes de la vessie neurogène chez un enfant peuvent être différentes.

Une miction anormale peut être déclenchée par:

  • reflux urétéral;
  • mégaurètre;
  • hydronéphrose;
  • la cystite;
  • pyélonéphrite;
  • insuffisance rénale chronique.

La vessie neurogène altère la qualité de la vie et provoque une gêne physique et psychologique.

Mécanismes pathologiques

La vessie neurogène chez un enfant se compose de troubles neurologiques d'intensité variable. Ils provoquent une coordination insuffisante de l'activité du sphincter externe.

La maladie peut se développer dans les pathologies suivantes:

  • maladies du système nerveux central de caractère organique;
  • malformations et blessures congénitales;
  • processus dégénératifs dans la colonne vertébrale, le cerveau et la moelle épinière;
  • traumatisme pendant l'accouchement;
  • hernie spinale;
  • agénésie et dysgénésie du coccyx;
  • faiblesse fonctionnelle du réflexe de miction;
  • dysfonctionnement de l'hypothalamus et de l'hypophyse, entraînant une inhibition de la régulation neurohumorale;
  • le retard dans la maturation des centres de traitement;
  • modification de la sensibilité des muscles de la vessie et de l'étirement.

Qui est plus commun?

Plus souvent, la maladie affecte les filles. Ceci est dû aux niveaux plus élevés d'oestrogène dans le corps féminin. Les hormones augmentent la sensibilité des récepteurs du détrusor.

Classification

La vessie neurogène chez un enfant peut être divisée en trois groupes:

  • Formulaire facile. Les mictions fréquentes provoquent du stress jour et nuit.
  • Forme moyenne. Quand il est observé hyperreflex miction rare.
  • Forme lourde. Cela implique la présence de la pathologie d'Ochoa et de Hinman.

Il est accepté de distinguer les troubles de la miction suivants:

  • Type de maladie hypotonique. Les troubles neurologiques sont localisés dans le sacrum. Le remplissage de la vessie est trop long et la phase de vidange ne se produit pas. Une grande quantité d'urine aide à étirer les parois de la vessie. Elle s'attarde dans le corps. Le volume d'urine accumulée peut atteindre 1,5 litre. Il pénètre souvent les uretères dans les reins, ce qui provoque leur inflammation.
  • Type Hyperreflex. L'urine n'est pas collectée dans la vessie, mais est excrétée par petites portions. La miction est fréquente.
  • Type de réflexe. Le processus de la miction devient incontrôlable. Le volume d'urine accumulé dans la vessie est critique.

Symptomatologie

Comment se manifeste la vessie neurogène? Les symptômes chez les enfants sont différents. L'intensité de leur manifestation dépend du degré de dommage causé au système nerveux.

Signes de processus neurogène accru

En présence d'un processus hyperactif, les symptômes suivants peuvent survenir:

  • Miction fréquente (jusqu'à 8 fois par jour), dans laquelle l'urine sort par petites portions.
  • Impératif impératif, qui est la soudaineté inhérente. L'enfant doit courir d'urgence aux toilettes.
  • Dans la vessie, l'urine ne s'accumule pas en quantité suffisante, car elle s'écoule à petits intervalles.
  • Il y a incontinence urinaire jour et nuit.

L'incontinence à l'effort est inhérente aux adolescentes. Dans cette pathologie, la libération d'urine par petites portions se produit pendant l'exercice.

Dans le processus postural, la miction involontaire se produit le jour après que le corps passe en position debout après s’être couché. Les mictions nocturnes ne sont pas brisées.

Signes de fonction réduite

Les signes de vessie neurogène chez les enfants à fonction organique réduite incluent:

  • Rare (1-3 fois par jour) miction.
  • Volume important (jusqu'à 1,5 l) d'urine excrétée.
  • Processus de miction lente.
  • Sensation de vidange incomplète de la vessie. L'enquête montre qu'il reste environ 400 ml d'urine.

La vessie «paresseuse» est caractérisée par une combinaison de miction rare avec incontinence, de présence d'infections dans les voies urinaires et de constipation.

Symptômes de l'énurésie de jour et de nuit

Une envie soudaine est fréquente dans les mictions fréquentes du jour. Cela fait mal à la vessie. Les symptômes persistent de 2 jours à 2 mois et disparaissent d'eux-mêmes.

L'énurésie nocturne se rencontre généralement chez les garçons. Il a une miction involontaire pendant son sommeil.

Les signes du syndrome de Hinman

Les symptômes suivants sont inhérents à cette pathologie:

  • incontinence urinaire;
  • récurrence de processus infectieux dans les voies urinaires;
  • constipation, devenir chronique;
  • actes de défécation spontanés;
  • l'absence de toute pathologie dans le système nerveux, ainsi que des anomalies du tractus urinaire de tout degré;
  • faible expression de l'état psychologique.

Symptômes du syndrome d'Ochoa

Avec le développement de ce syndrome, la base génétique joue un rôle fondamental. La pathologie se développe généralement chez les garçons âgés de 3 mois à 16 ans.

Les principaux symptômes incluent:

  • miction involontaire;
  • constipation chronique;
  • processus infectieux dans les voies urinaires.

L'enfant se plaint que la vessie est douloureuse. Forte probabilité de développer une hypertension et une néphrite chronique.

Méthodes de diagnostic

Un enfant soupçonné de cette pathologie est soumis à un examen approfondi.

  • prélèvement de sang pour analyse biochimique et générale;
  • examen de l'urine du patient pour la présence de bactéries;
  • recherche d'urine selon Nechyporenko;
  • détermination du volume d'urine résiduelle par ultrasons;
  • miktsionnoe et urétrocystographie habituelle;
  • examen et urographie excrétrice;
  • pyélographie ascendante;
  • Radiographie des organes abdominaux;
  • IRM
  • la cystoscopie;
  • urétroscopie;
  • scintigraphie rénale;
  • urofluométrie;
  • cystométrie rétrograde;
  • sphinctérométrie;
  • profilométrie de l'urètre;
  • électromyographie.

La quantité et le volume quotidiens de la miction sont surveillés de manière obligatoire. Leur temps est enregistré. Dans le même temps, les conditions de consommation et de température devraient être optimales.

La procédure pas à pas est également présentée:

  • électroencéphalographie;
  • échoencéphalographie;
  • radiographie du crâne;
  • Rayon X de la colonne vertébrale.

Méthodes de traitement conservateur

Le traitement est élaboré par un urologue ou un neurologue. L'automédication de la maladie peut entraîner des résultats indésirables.

Comment la vessie neurogène est-elle arrêtée chez les enfants? Le traitement par des méthodes conservatrices implique l'utilisation d'un certain nombre de médicaments, sélectionnés en fonction de la gravité de la maladie et des raisons qui l'ont provoquée.

Traitement médicamenteux de l'hyperfonctionnement

Dans le cas d'une vessie hyperactive, un traitement médicamenteux est prescrit pour aider à réduire le tonus musculaire.

Quand Hypertonus nommé:

  • m-holinoblokatory;
  • antidépresseurs tricycliques (imipramine et autres);
  • Antagonistes du Ca + (Terodilin, Nifedipine, etc.);
  • préparations à base de plantes (infusion de valériane et d’agripaume);
  • médicaments nootropes (pikamilon, acide gopanthénique, etc.).

La desmopressine stoppe la vessie neurogène chez un enfant de plus de 5 ans. Ce médicament est un analogue de l'hormone antidiurétique de l'hypophyse. De plus, dans cette catégorie d'âge, l'utilisation de "l'oxybutynine" est indiquée.

Traitement médicamenteux pour le processus hypotonique

Avec un ton réduit, la thérapie est beaucoup plus difficile. Il est nécessaire de soumettre le retrait de l'urine à contrôler. La vidange forcée est également provoquée.

Le traitement moderne de la vessie neurogène chez les enfants présentant une évolution hypotonique de la maladie implique l'utilisation de "Acéclidine", "Distigmina", la perfusion d'Eleutherococcus ou de Schizandra.

À des fins de prévention, les uroseptiques sont prescrits à petites doses. L'utilisation de furazidine, nitroxoline, lévamisole est également justifiée. L'utilisation d'injections de toxine botulique intradurale et intraurétrale est montrée.

Avec l'hypotension de la vessie sont forcés d'uriner toutes les 2-3 heures, l'utilisation périodique du cathéter. Cette pathologie étant caractérisée par la stagnation de l'urine, des médicaments sont prescrits à l'enfant, contribuant ainsi au soulagement du processus inflammatoire. La thérapie antimicrobienne est une partie extrêmement importante du traitement, car elle aide à minimiser toutes les complications possibles.

Les médicaments qui améliorent l'activité de la vessie ne sont prescrits qu'aux enfants présentant une hypotension des parois.

Toute thérapie est accompagnée par l’utilisation de complexes vitaminiques qui soutiennent le système immunitaire à un niveau optimal. Des antioxydants sont également utilisés.

Utilisation du médicament "Pikamilon"

"Picamilon" dans la vessie neurogène chez les enfants est prescrit pour les troubles de la miction, qui sont organiques. Le médicament est utilisé pour optimiser la fonctionnalité de la vessie.

Le remède présente le degré d'efficacité le plus élevé pour arrêter un dysfonctionnement urinaire neurogène, ainsi que pour modifier la dynamique de l'excrétion de l'urine.

Moyens est autorisé à utiliser à partir de 3 ans. Beaucoup de parents sont intéressés par la justification de l'utilisation de ce médicament chez les nourrissons. "Picamilon" est souvent prescrit aux bébés jusqu'à l'âge de 1 an pour le développement général et le maintien du tonus musculaire. Vous pouvez clarifier cette question uniquement avec votre médecin. Il vous prescrira le dosage souhaité.

En moyenne, la durée du traitement est d'un mois. Le médicament est sujet à l'absorption facile, se dissout rapidement dans l'estomac.

La réception de moyens est contre-indiquée pour les enfants présentant un seuil élevé de réaction allergique. Également interdit pour une utilisation en présence de pathologies aiguës des reins.

Traitement non médicamenteux

Que disent les pédiatres à propos d'une maladie telle que la vessie neurogène? Komarovsky (un pédiatre dont le nom est largement connu) mentionne souvent une méthode de traitement non pharmacologique impliquant un entraînement à la miction. Ce traitement n'a pas d'effets secondaires, ne limite pas les autres méthodes de traitement et peut également être associé à des médicaments.

Il est très important de fournir à l'enfant les conditions nécessaires à un bon repos. Il est nécessaire de normaliser le mode de la journée, ce qui devrait inclure un sommeil de deux heures par jour. Avant d'aller dormir la nuit, l'enfant doit être calme.

De grands avantages ont marcher dans l'air frais. Ils aident à calmer le système nerveux.

La psychothérapie a un effet positif, capable de normaliser l'état mental d'un petit patient, d'augmenter les forces d'adaptation et l'estime de soi.

Parmi un certain nombre de méthodes non médicamenteuses devraient inclure:

  • L'établissement de la miction. La vidange de la vessie a lieu à un moment précis. Après un certain temps, ce mode est modifié. Il consiste à augmenter l'intervalle de temps entre les mictions.
  • Afin de renforcer les muscles pelviens et d'optimiser la fonctionnalité du sphincter, il est montré à l'enfant qu'il effectue un ensemble d'exercices de gymnastique de Kegel. Leur base repose sur le principe de la rétroaction au niveau biologique. En règle générale, cette méthode est utilisée pour les enfants adultes.

Lors du traitement d'une pathologie telle que le dysfonctionnement de la vessie neurogène, les procédures physiothérapeutiques ont un degré d'efficacité élevé.

Habituellement, les médecins utilisent:

  • thérapie au laser;
  • traitement par ultrasons;
  • électrophorèse;
  • électrostimulation de la vessie;
  • oxygénation hyperbare;
  • procédures thermiques;
  • thérapie diadynamique;
  • amplipulse;
  • bain au sel de mer.

Traitements chirurgicaux

Sinon, comment la vessie neurogène est-elle éliminée chez les enfants? Le traitement implique l'utilisation de techniques chirurgicales. Les opérations sur la vessie neurogène sont effectuées à l'aide de méthodes endoscopiques.

L'urologie pédiatrique met en pratique les procédures chirurgicales suivantes:

  • Résection transurétrale du col de la vessie.
  • Implantation de collagène dans la bouche de l'uretère.
  • Chirurgie des ganglions nerveux responsables de la miction.
  • Cystoplastie Intestinale. Les médecins pratiquent la chirurgie plastique sur la couche musculaire du corps en corrigeant les fibres nerveuses. Pour élargir la vessie, les chirurgiens ont eu recours au tissu intestinal. Cependant, une telle intervention entraîne souvent de graves complications en raison de l'incompatibilité des tissus de l'intestin et de la vessie. Par conséquent, une telle opération est utilisée dans des cas extrêmement rares.
  • Si la maladie se complique d'oncologie, faites appel à l'ablation de la vessie.

De nombreux traitements sont accompagnés d'urine forcée. À cette fin, un cathéter est inséré dans l’enfant. En particulier, cette procédure a un degré d'efficacité élevé en présence d'une pathologie telle que le reflux vésico-urétéral.

Prévisions

Un traitement précoce, qui prend en compte les caractéristiques individuelles de l'organisme d'un petit patient, vous permet d'éviter des conséquences indésirables.

Les enfants chez qui on a diagnostiqué un dysfonctionnement de la vessie neurogène doivent s’inscrire auprès du dispensaire. Les médecins étudient en permanence la dynamique de la miction afin de pouvoir enregistrer les éventuels changements fonctionnels et, le cas échéant, d’ajuster la thérapie à temps.

Le pronostic est plus favorable pour l'hyperactivité du détrusor. La présence de l'équilibre urinaire provoque une violation de la fonctionnalité des reins, pouvant aller jusqu'à une insuffisance rénale.

Complications possibles

Vessie neurogène chez un enfant, dont les examens indiquent que la maladie est extrêmement négative pour le corps, provoque des troubles nutritionnels importants. La cystite interstitielle est fréquente.

Le résultat du processus pathologique est la sclérose des tissus et les rides de l’organe.

Le développement est également possible:

  • pyélonéphrite chronique;
  • hydronéphrose;
  • néphrosclérose;
  • maladie rénale chronique.

Conclusion

Les causes de la vessie neurogène chez les enfants sont enracinées dans des troubles du système nerveux de nature organique ou fonctionnelle. La maladie nécessite un traitement à long terme. Une approche individuelle est appliquée à chaque petit patient, en fonction des caractéristiques physiologiques du corps de l’enfant.

Le traitement doit être effectué rapidement, car la pathologie est menacée par l’apparition d’un certain nombre de complications graves prenant une forme chronique. Des méthodes de traitement médicamenteuses, non médicamenteuses et chirurgicales sont utilisées.

Causes et symptômes de la vessie neurogène chez les enfants, traitement du dysfonctionnement

La vessie joue un rôle particulier dans le corps. C'est une sorte de réservoir dans lequel l'urine s'accumule. Ses fonctions principales sont l’accumulation de liquide et son excrétion contrôlée. Le système nerveux central est responsable de la mise en œuvre de ce processus. Si une sorte d'échec se produit et que le système nerveux central ne peut pas accomplir pleinement son travail, le développement de la pathologie commence. L'un d'entre eux est le dysfonctionnement de la vessie. Le plus souvent, de telles anomalies surviennent chez les enfants.

Troubles fonctionnels du remplissage et de la vidange de la vessie dus à une pathologie congénitale ou acquise du système nerveux

Pathologie du système urinaire chez l'enfant

Parmi toutes les pathologies existantes de la vessie, on distingue deux des plus graves: il s'agit de la vessie neurogène et de l'extrophie. Quelles sont les anomalies?

La vessie neurogène chez l'enfant (PNM) est une pathologie qui se traduit par une violation du processus normal de vidage de l'urée. Il est également appelé dysfonctionnement de la vessie neurogène. La NMP se manifeste par des mictions fréquentes, rares ou incontrôlées, un retard ou une incontinence urinaire, des infections des voies urinaires. Ces troubles fonctionnels résultent de lésions du système nerveux central. L'anomalie peut être à la fois héréditaire et résulter de blessures ou de maladies antérieures.

L'exstrophie de la vessie est un déficit congénital du développement du système urogénital. La pathologie est l'absence de la paroi antérieure du péritoine et de la paroi antérieure de la vessie. En raison de ces défauts, la vessie n'est pas à l'intérieur de la cavité abdominale, mais à l'extérieur. L'urine est constamment excrétée par les uretères, provoquant une irritation et facilitant la pénétration de l'infection.

Débarrassez-vous de la tache ne sera que la chirurgie, qui ne passe pas toujours sans complications. De nombreuses opérations conduisent à des cordons adhésifs pouvant causer une douleur intense ou une obstruction intestinale.

L'exstrophie de la vessie est rare chez un enfant de 30 000 à 50 000 personnes. Le dysfonctionnement de la vessie neurogène chez l’enfant est un problème courant. Il est fixé chez 10 enfants sur 100, nous allons donc examiner les types de cet écart, ses symptômes, ses causes et ses méthodes de traitement.

Vessie neurogène: types de pathologie

Selon la nature des modifications de la vessie chez les enfants, il en existe les types suivants:

  • Hyporéflexe (résultant de la défaite de la colonne lombaire) - signifie que l'urée est pleine et que le besoin de vider ne se produit pas. La vessie se dilate, raison pour laquelle elle peut recueillir jusqu'à 1500 ml d'urine.
  • Hyperreflexe (se développant sur le fond de pathologies ou de lésions des organes du système nerveux) - l’urée ne peut pas être remplie, car l’urine qui y pénètre est immédiatement extraite. La pathologie est caractérisée par des envies fréquentes avec de petites portions d'urine.
  • Areflektorny - le bébé ne peut pas contrôler la miction. En conséquence, après le remplissage maximal de l'urée, l'urine sort spontanément.

Basé sur la gravité de ces types de dysfonctionnements:

  • lumière (miction fréquente pendant la journée, incontinence de stress, énurésie nocturne) (nous recommandons de lire: comment traiter l'énurésie chez un enfant de 7 ans?);
  • gravité modérée (syndrome de l'urée paresseuse);
  • sévère (maladies de Hinman et d'Ochoa).

Symptômes de la maladie

L’enfant doit être traité si les parents ont remarqué au moins l’un des symptômes suivants:

  • le stress de l'enfant pendant le processus d'émission d'urine;
  • l'enfant va souvent «petit», avec très peu d'urine excrétée;
  • l'urine sort faible pression;
  • la vessie n'est pas complètement vidée (on a le sentiment que tout n'est pas «sorti»);
  • le processus d'émission d'urine provoque une douleur chez le bébé;
  • les pulsions surgissent soudainement;
  • le désir de vider longtemps l'urée ne vient pas;
  • miction spontanée.

Causes du développement de la maladie chez les enfants

Les auteurs de telles violations peuvent être de telles circonstances:

  • lésion de la moelle épinière et du cerveau (néoplasmes bénins et malins de la colonne vertébrale, de la colonne vertébrale ou de la tête, hernie de la colonne vertébrale, blessure à la naissance, paralysie cérébrale, pathologies congénitales du système nerveux central, dysfonctionnement de la SN autonome);
  • processus inflammatoires du système génito-urinaire (cystite, néphrite, etc.);
  • dommages aux NS périphériques (intoxication, diabète, etc.);
  • virus de l'immunodéficience humaine.

Le dysfonctionnement de la vessie est le plus souvent observé chez les jeunes femmes. Cela est dû à la présence d'œstrogènes dans leur corps, grâce à laquelle le tissu musculaire de l'urée acquiert une sensibilité supplémentaire.

Complications possibles de la maladie

Si le problème de la vessie neurogène n'est pas résolu à temps, diverses complications peuvent survenir. Considérez les principaux:

  • Reflux vessie-urétéral - se produit à la suite du dysfonctionnement hyporéflexe de la vessie, dans lequel l'urine reste longtemps dans l'urée sans sortir. Cela conduit au fait que la pression s'accumule dans la vessie, à cause de laquelle l'urine retourne dans les uretères, puis dans les reins. Les complications conduisent souvent à la pyélonéphrite.
Gradation du reflux vésico-urétéral par degrés
  • La péritonite, comme la complication précédente, survient chez les enfants à la suite de la vessie hyporéflexe. L'urine, à la suite de la rupture de l'urée, pénètre dans la cavité abdominale et provoque le développement de processus inflammatoires dans celle-ci. Cette complication est très rare.
  • Hydronéphrose - se produit à la suite d’une urée hypoactive grave. Une complication est une collecte d'urine dans le pelvis rénal. La rétention d'urine dans les voies urinaires ou les reins provoque leur étirement et conduit à une violation de la fonction excrétrice.
  • Un dysfonctionnement de la vessie neurogène chez un enfant peut provoquer le développement d'une hypertension artérielle, d'une néphrosclérose, d'une insuffisance de la circulation sanguine dans les reins et de leurs rides, d'une cystite, de problèmes psychologiques. Pour que cela ne se produise pas, vous devez demander rapidement l'aide d'un médecin.

Traitement du dysfonctionnement de la vessie neurogène

Les tactiques thérapeutiques visant à éliminer ce problème chez les enfants dépendent de la gravité des troubles et de leur type. En règle générale, la thérapie commence par la prise de médicaments. En parallèle, des méthodes non médicamenteuses peuvent être prescrites. S'ils n'aident pas, on montre au patient un moyen chirurgical de résoudre le problème.

Traitement médicamenteux

Étant donné que cette maladie de la vessie est souvent accompagnée d'une stagnation de l'urine, des anti-inflammatoires sont prescrits à l'enfant. Pour minimiser l’apparition de complications possibles, un traitement antimicrobien est effectué. En outre, on prescrit des médicaments aux enfants présentant un problème de vessie similaire afin de normaliser l'apport sanguin à l'organe (nootropics). Pour renforcer le système immunitaire, l'enfant doit prendre des vitamines.

Traitement non médicamenteux

Dans la pratique médicale, la pharmacothérapie et la pharmacothérapie sont de plus en plus associées. Le dernier implique:

  • exercices pour améliorer la performance de la vessie;
  • entraînement de gymnastique pour renforcer les muscles du bassin (exercices de Kegel);
  • régime d'urination (à un moment précis);
  • physiothérapie (électrostimulation, laser, ultrasons, électrophorèse);
  • sommeil complet;
  • longues promenades dans l'air frais (renforce la psyché et détend le NA);
  • l'exclusion des facteurs qui ont un impact négatif sur le psychisme de l'enfant;
  • remplacement des jeux actifs par des jeux plus détendus;
  • psychothérapie (pour normaliser l'état mental du bébé et augmenter son estime de soi).

Intervention chirurgicale

Si les méthodes de traitement conservatrices n'apportent pas les résultats escomptés ou si la pathologie est à la base du dysfonctionnement, une opération est effectuée. La méthode opératoire de traitement comprend les variétés suivantes:

  • l'introduction de collagène dans les uretères;
  • retrait du cou de l'urée;
  • élimination des défauts ganglionnaires impliqués dans le processus d'émission d'urine;
  • une augmentation de la taille de l'urée;
  • cytoplastie intestinale;
  • élimination de l'urée (complications du cancer).

Mesures préventives

Afin de prévenir le dysfonctionnement chez les enfants, les médecins recommandent:

  1. dès son plus jeune âge, apprendre à l’enfant à adopter un mode de vie sain (s’assurer qu’il mange bien, qu’il marche en plein air et qu’il est en bonne forme physique);
  2. entraîner la vessie (établir un calendrier de miction, les intervalles entre l'augmentation graduelle de l'hyperfonctionnement et l'hypofonction - de rappeler au bébé de vider son urée);
  3. observation par un neurologue et un pédiatre (pour la détection rapide de la maladie et son traitement ultérieur).

Causes du dysfonctionnement de la vessie et son traitement

Dysfonctionnement de la vessie - un trouble urinaire assez grave, qui affecte considérablement le mode de vie social des adultes et des enfants.

Souvent, avec une telle maladie, un traitement professionnel est requis non seulement par un néphrologue, mais également par un psychologue ou un neurologue.

Le traitement d'une telle pathologie est déterminé par les causes de sa survenue, elles peuvent être de nature neurogène, ou inversement, ne dépendant pas de la régulation nerveuse de l'urine.

Physiologie du système urinaire

La principale charge fonctionnelle dans le processus de miction est supportée par les reins. Ce sont leurs cellules structurelles, les néphrons, qui filtrent le sang des produits finaux de l'activité vitale, entraînant la formation d'urine.

Il s'accumule dans le bassin du rein et, à travers l'uretère, pénètre dans la vessie.

Ses fonctions principales sont l’accumulation et l’élimination de l’urine. Le mur de la vessie est composé de trois coquilles. À l’extérieur, il est recouvert d’étoffes protectrices de tissu fibreux et, de l’intérieur, d’épithélium muqueux.

Il forme des plis bien prononcés sur la surface interne de la bulle. À mesure que l'urine s'accumule, le mur s'étire et les plis s'aplatissent.

La couche médiane de la paroi de cet organe est représentée par les fibres musculaires lisses. Ils sont particulièrement développés dans la partie inférieure de la vessie, autour du sphincter interne de l'urètre. Cette couche musculaire s'appelle le détrusor.

La structure de la vessie

Comment se passe le processus de miction? Le travail de tous les organes et systèmes du corps est régulé par les parties sympathiques et parasympathiques du système nerveux central.

Les ganglions parasympathiques sont situés directement dans l'organe lui-même ou dans les tissus adjacents. Selon eux, l'impulsion est transmise aux fibres nerveuses du système sympathique, puis au cerveau.

La «réponse» reçue va au corps dans l'ordre inverse.

Le volume maximal de la vessie est d’environ 700 ml, mais normalement, le besoin d’uriner se forme lorsque le volume de l’urine atteint 200 à 250 ml.

Comme il accumule de la pression à l'intérieur de la bulle augmente, il donne un signal aux terminaisons nerveuses dans sa paroi. L'impulsion des nerfs pelviens passe aux nœuds nerveux de la colonne vertébrale sacrale et de là au cerveau.

En conséquence, la personne a le besoin urgent d'uriner. Normalement, une personne peut la retenir pendant un certain temps.

Le signal de réponse est transmis aux fibres musculaires de la paroi de la vessie et des sphincters urétraux. En conséquence, le detrusor se contracte et les sphincters se relâchent en même temps - la miction survient.

Lorsque la vessie est vide, le sphincter interne de l'urètre se ferme et la miction cesse.

Mais si la miction ne se produit pas, la pression intravésicale continue à augmenter. Les impulsions nerveuses deviennent plus fréquentes et le besoin devient plus intense.

Et quand un certain volume d'urine est atteint, son écoulement involontaire se produit.

Causes du dysfonctionnement urinaire

Tumeur de la vessie

Dysfonctionnement de la vessie neurogène dû à de tels facteurs:

  • les maladies du système nerveux central, telles que la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson;
  • blessures du cerveau et de la moelle épinière;
  • lésions tumorales des centres d'innervation de la vessie ou du système nerveux dans son ensemble.

Plus rarement, le dysfonctionnement du détrusor est causé par des causes non neurogènes. Les violations de la miction peuvent être dues à des caractéristiques liées à l’âge, à la compression des parois de la vessie par les tumeurs des organes voisins.

Par exemple, près de la moitié des hommes atteints d'hyperplasie prostatique souffrent d'un dysfonctionnement de la vessie. La détérioration de l'apport sanguin au corps lors de maladies telles que l'athérosclérose joue également un rôle important.

Diagnostics

Avant de commencer le traitement, effectuez un examen complet du patient.

Pour déterminer la nature du trouble de la miction, établissez un diagnostic complet de l'état du système nerveux central.

Il comprend un encéphalogramme, une imagerie par résonance magnétique et par ordinateur du cerveau et de la colonne vertébrale.

Il faut également garder à l'esprit que ces symptômes sont observés dans les maladies inflammatoires du système urinaire.

Afin de vérifier cela, faites des tests cliniques de sang et d'urine, bacposev. En utilisant un cathéter avec une caméra, un cystoscope, examinez la surface interne de la vessie.

Le degré de dysfonctionnement du détrusor est vérifié par des études urodynamiques. Laissez-nous nous attarder sur le plus commun.

Pour l'urofluométrie, le patient doit uriner dans un récipient spécial. À l'aide de systèmes d'enregistrement vidéo, mesurez le volume et le taux de miction.

Lorsque la cystométrie évalue le travail du détrusor. Pour ce faire, à travers un cathéter spécial, la vessie est remplie de solution saline et demande au patient de l'informer lorsque l'envie d'uriner devient critique.

À ce moment, un dispositif est connecté au cathéter, qui mesure le volume de remplissage de la bulle et soulage les indices de pression intravésicale pendant le processus urinaire.

Au cours de la profilométrie, mesurez la vitesse et le volume du flux urinaire lors du passage de l'urine dans l'urètre.

Les symptômes

Les manifestations cliniques du dysfonctionnement de la vessie varient selon que le tonus du détrusor et les muscles de l'urètre sont augmentés ou diminués.

Le syndrome de la vessie Hyperreflex entraîne une envie d’uriner, même avec une très petite quantité d’urine.

Dans les cas graves, une soi-disant incontinence d'urgence peut survenir. Dans le même temps, le désir d'uriner est si fort que le patient ne peut pas le retenir plus de quelques secondes.

Chez les enfants, une telle violation est le plus souvent exprimée dans l'énurésie nocturne.

Pour le dysfonctionnement hyporéflexe du détrusor, les symptômes suivants sont caractéristiques:

  • miction rare;
  • grande quantité d'urine excrétée;
  • l'absence ou l'affaiblissement de l'envie de uriner.

Il est extrêmement rare d'avoir une violation de l'innervation de la vessie, dans laquelle tous les muscles travaillent normalement, mais le besoin de miction ne se forme pas chez le patient.

Troubles de la miction chez l'enfant

Séparément, il faut dire à propos du dysfonctionnement du détrusor chez les enfants. Le plus souvent, cela se traduit par une incontinence.

Fondamentalement, cette maladie est atteinte entre 3 et 5 ans, puis la fréquence de cette pathologie diminue et, à l'adolescence, elle ne représente qu'une très petite partie du nombre total de maladies néphrologiques.

Dans le développement des troubles urinaires chez les enfants, un facteur héréditaire joue également un rôle important.

Les résultats de la recherche montrent que si les deux parents souffrent de dysfonctionnement de la vessie, la probabilité d’une telle maladie chez l’enfant est d’environ 70%, si un seul des parents est âgé de 35 à 40%.

Chez les enfants, la pathologie du détrusor se manifeste principalement par l'énurésie nocturne et souvent, l'enfant ne se réveille même pas.

Le dysfonctionnement de la vessie chez les enfants est dans la plupart des cas dû à des facteurs psychologiques, ainsi qu’à des carences de l’éducation en matière d’entraînement à la propreté.

Traitement

Le traitement contre la dysfonction du détrusor varie entre les adultes et les enfants. Dans ce dernier cas, la première place est la mise en œuvre par les parents de recommandations assez simples.

Restriction d'eau au coucher

Avant d'aller au lit, limitez votre consommation d'alcool, inutile de faire des jeux bruyants et actifs.

La nuit, vous devez réveiller l'enfant deux ou trois fois et le mettre sur le pot. Vous devez aussi vous concentrer sur le fait que lorsque vous avez envie d'uriner, vous devez vous réveiller.

Si les troubles urinaires sont causés par des causes plus graves, des tranquillisants, des vitamines et des sédatifs sont également prescrits pour la régulation de l'activité nerveuse.

Si le traitement est choisi correctement, tous les symptômes disparaissent généralement entre 4 et 5 ans.

Chez l'adulte, le traitement par dysfonction du détrusor est beaucoup plus difficile. Pour commencer, la cause qui a conduit au développement de telles violations est déterminée. Et le traitement de la maladie sous-jacente est mis en avant.

La régulation de la contraction ou de la relaxation du détrusor se produit sous l'influence des neurotransmetteurs acétylcholine et noradrénaline. Ils agissent sur certains récepteurs de la paroi de la vessie.

Par conséquent, le traitement de son dysfonctionnement consiste à choisir des médicaments qui stimulent ou, au contraire, bloquent ces récepteurs.

Le syndrome de la vessie Hyperreflex répond également bien au traitement adjuvant par antispasmodiques.

En cas d’incontinence, le traitement consiste à utiliser des préparations qui agissent sur certains centres du cerveau et réduisent sa formation.

Si le dysfonctionnement neurogène du détrusor de type hyporéflexe se développe, le risque d'infection bactérienne, de cystite, augmente avec la rétention urinaire.

Par conséquent, un traitement prophylactique est parfois effectué avec des agents antibactériens et uroseptiques.

Ainsi, on peut résumer que les troubles de la miction sont beaucoup plus fréquents chez les enfants que chez les adultes. Cependant, il convient de noter que le traitement de ces troubles dans l’enfance est beaucoup plus facile.

Quant aux adultes, avec un schéma thérapeutique bien développé, une assistance psychologique compétente, il est tout à fait possible de revenir au mode de vie habituel.

Par exemple, le travail visant l’adaptation sociale du patient est très important. Cela est particulièrement vrai si le syndrome de la vessie est hyperreflexe.

Les médecins prennent toutes les mesures pour améliorer l'état du patient. Par exemple, ils suggèrent de tenir un journal de miction et d’essayer de contrôler la miction en temps voulu.

Plus D'Articles Sur Les Reins