Principal Tumeur

Nouveaux renforts sur le rein - de quoi s'agit-il et comment est-il traité?

Une néoplasie sur le rein (tumeur) s'appelle un trouble pathologique, accompagné de la croissance des tissus et d'un changement de leur structure cellulaire. Le plus souvent, la maladie est diagnostiquée chez les personnes âgées, mais les jeunes patients ne sont pas non plus à l'abri de la maladie. Le danger d'un état pathologique dépend du type de tumeur, bénigne et maligne. Nous examinerons plus en détail les types de tumeurs présentes sur le rein et leur nature dans chaque cas particulier.

Symptômes et causes du néoplasme

Les maladies tumorales des reins sont diagnostiquées plus souvent chez les personnes âgées; par conséquent, les modifications liées à l'âge sont la principale cause du développement de la pathologie. Si nous considérons le nombre de cas de la maladie en fonction du sexe, les néoplasmes rénaux sont plus fréquents chez les hommes que chez les femmes. Nommer la cause exacte du développement de la maladie est difficile. Un certain nombre de facteurs ont un impact négatif sur le corps et contribuent au développement de maladies néoplasiques des reins. Ceux-ci comprennent:

  • prédisposition génétique;
  • exposition aux rayons de rayonnement;
  • intoxication chimique;
  • abus de mauvaises habitudes (toxicomanie, tabagisme, alcoolisme);
  • immunité réduite.

L'éducation dans le rein peut apparaître d'un côté et en même temps avec les deux, ce qui est moins courant. Les signes d'un désordre pathologique dans ce cas sont notés dans la zone touchée. En règle générale, une tumeur bénigne d’un petit rein ne provoque pas d’inconfort grave chez le patient et les symptômes caractéristiques sont absents. La progression de la maladie et l'augmentation du volume de la tumeur entraînent une perturbation du fonctionnement de l'organe touché et l'apparition de signes de pathologie.

Les tumeurs bénignes du rein chez les enfants et les adultes sont accompagnées des symptômes suivants: fièvre persistante jusqu'à 38 ° C, faiblesse, anorexie, perte de poids rapide, gonflement des jambes, varices. Les patients remarquent une douleur sourde intense dans la région lombaire de l’organe affecté. Si une formation volumétrique du rein gauche a été diagnostiquée chez un patient, la douleur est localisée à gauche dans le bas du dos et vice versa. En outre, les résultats des tests sont différents pour les patients (augmentation de la VS, diminution de l'hémoglobine).

La tumeur rénale maligne progressive chez les enfants et les adultes est accompagnée de fièvre, d’une augmentation de la pression artérielle, d’une perte de poids rapide et d’une douleur intense dans la région lombaire. Les patients présentent une faiblesse grave. Aussi un gonflement marqué des membres inférieurs et des varices. La formation maligne du rein droit s'accompagne d'une douleur localisée à droite et inversement. Dans l'urine d'un organe oncologique, le sang est présent, une augmentation de la VS et une diminution de la concentration en hémoglobine sont caractéristiques.

Types de tumeurs bénignes

Une tumeur rénale de caractère bénin est caractérisée par des limites clairement définies et une croissance incontrôlée des tissus affectés. L'éducation volumétrique ne menace pas la vie du patient, mais affecte négativement le fonctionnement du corps. Les tumeurs du rein et la classification des maladies, bien sûr, sont divisés en types suivants:

  1. Lipome rénal - l'accumulation de cellules adipeuses. Souvent, un changement de tissu pathologique s'appelle un «wen». En l'absence de traitement adéquat et opportun, le lipome du rein se développe et peut être transformé en néoplasme malin.
  2. Adénome - une tumeur de petite taille (de 2 mm à 3 cm).
  3. L'oncocytome rénal est une tumeur qui se développe à partir du tissu épithélial. La tumeur a des limites claires. L'oncocytome du rein se développe plus souvent chez l'homme.
  4. Le myxome est un néoplasme de forme irrégulière de consistance gélatineuse.
  5. Angiomyolipoma (AML) - une tumeur constituée de tissu adipeux, de muscle lisse et de vaisseaux sanguins. Le plus souvent, le néoplasme se développe chez les femmes. Les tailles vont de 1 mm à 20 cm de diamètre.
  6. Le lymphangiome est une tumeur dont les cellules sont formées à partir de vaisseaux lymphatiques. Ce type d'éducation est souvent diagnostiqué chez les enfants. La formation de lymphangiome chez un enfant se produit pendant le développement du fœtus. En règle générale, la maladie chez les enfants se manifeste au cours de la première année de vie.
  7. Fibrome - une tumeur formée à partir de cellules de tissu fibreux. La lésion peut affecter le bassin et les membranes rénales.
  8. Angiome - une tumeur formée à partir de vaisseaux sanguins et lymphatiques.
  9. L'hémangiome rénal est une formation vasculaire qui se développe en raison d'une croissance excessive du tissu rénal. L'hémangiome rénal se rencontre le plus souvent chez les jeunes enfants. Dans la plupart des cas, le néoplasme est résolu de manière indépendante à l'âge de cinq ans. Chez les patients adultes, l'hémangiome rénal est extrêmement rare.

Les tumeurs bénignes aux premiers stades du développement ne causent pas d’inconfort ni de douleur chez les patients. Le plus souvent, au début, une tumeur est découverte par hasard lors d'un examen de routine. Avec l'augmentation de la taille, la formation provoque une perturbation du fonctionnement des organes urinaires.

Types de tumeurs malignes

Les maladies oncologiques du système urinaire sont dangereuses principalement en raison de la progression de la pathologie; les métastases se développent dans les systèmes et les organes voisins. Selon le stade de l'évolution et le type de tumeur du rein, les symptômes et le traitement diffèrent. La progression de l'oncologie (cancer) dans certains cas dure longtemps et les métastases ont lieu des décennies plus tard. Chez d'autres patients, on note la prolifération des tissus affectés. On distingue les types de néoplasmes malins du système urinaire suivants:

  • carcinome à cellules rénales;
  • fibroangiosarcome;
  • carcinome à cellules transitionnelles du bassin;
  • néphroblastome rénal (tumeur de Wilms);
  • cancer de la muqueuse;
  • sarcome du rein;
  • lipoangiosarcome;
  • hypernephrome rénal (adénocarcinome à cellules claires);
  • myoangiosarcome;
  • carcinome épidermoïde.

Souvent, les maladies oncologiques au stade initial n’affectent pas le bien-être d’une personne. Des symptômes caractéristiques et prononcés apparaissent avec la croissance des tumeurs et un impact négatif sur tout le corps. Pour certaines maladies oncologiques, les lésions organiques unilatérales sont caractéristiques, pour d'autres bilatérales. Ainsi, le sarcome du rein, qui est diagnostiqué principalement chez les enfants, est dans la plupart des cas bilatéral.

Le cancer du rein peut toucher divers segments de l'organe. Selon la région de localisation, on distingue les types de tumeur suivants: pelvis et uretère, parenchyme, capsule fibreuse. Pour déterminer le lieu de concentration de la tumeur, différentes méthodes de diagnostic sont utilisées (IRM, scanner, rayons X, échographie). Avec le diagnostic opportun des lésions cancéreuses, la probabilité de guérir la maladie ou d’arrêter la progression est beaucoup plus élevée qu’avec les stades prolongés.

Méthodes de traitement des néoplasmes

La principale méthode de traitement des tumeurs est l'ablation chirurgicale. Il existe des néoplasmes, par exemple un hémangiome du rein, qui disparaît dans la plupart des cas indépendamment. Certains patients sont sceptiques quant au traitement médicamenteux et en particulier à la chirurgie. Ils préfèrent donc traiter la maladie avec des remèdes traditionnels. La thérapie avec diverses infusions et herbes est possible, mais seulement comme méthode auxiliaire, la méthode principale et efficace est l’excision chirurgicale de la zone touchée.

Une intervention chirurgicale en cours bénigne est prescrite pour la croissance rapide des tissus, ce qui perturbe le fonctionnement de l'organe. Il est permis d'utiliser des remèdes populaires pour prévenir et prévenir le développement d'une pathologie. Le traitement des lésions oncologiques consiste à enlever une partie de la zone touchée et, dans les stades sévères, à exciser tout l'organe. Avec un diagnostic précoce, une thérapie sans chirurgie est possible, mais dans ce cas, une chimiothérapie est nécessaire.

La cryothérapie est acceptable pour les petits cancers, dans laquelle les zones touchées sont gelées.

La procédure empêche la croissance des tissus, mais ne peut garantir une guérison complète, un renouvellement de la progression est possible. Quel que soit le traitement, une supplémentation en médicaments est également prescrite, dont l’action est de maintenir l’immunité et de normaliser les niveaux hormonaux. Lors du traitement des néoplasmes, il est nécessaire de maintenir un mode de vie correct.

Le régime alimentaire d'une tumeur au rein consiste à exclure les aliments gras, salés et frits. La ration journalière devrait consister en des aliments hautement enrichis. Les remèdes populaires efficaces pouvant être utilisés en complément du traitement principal sont: les champignons (Shiitake, Reishi, Meytake, chanterelles), la propolis, diverses herbes médicinales (calendula, immortelle, échinacée, etc.). Toute méthode doit être convenue avec votre médecin. Un traitement inapproprié des remèdes populaires peut nuire au corps et aggraver la situation.

Il est impossible de déterminer la cause exacte de l'apparition de tumeurs du rein, plusieurs facteurs ayant un impact négatif. Il n'existe pas de remède universel pour aider à prévenir le développement d'une tumeur, mais vous pouvez éliminer les effets néfastes sur le corps. Dans certains cas, des lésions tissulaires surviennent même au cours du développement embryonnaire. La responsabilité de la santé du fœtus incombe donc à la mère. À titre préventif, il est conseillé aux patients de bien manger, de maintenir un mode de vie sain, de limiter les contacts avec des substances toxiques. Lorsque la prédisposition génétique est nécessaire de subir un examen régulier par un médecin.

Une tumeur bénigne du rein est-elle dangereuse?

Selon les statistiques, les formations bénignes au niveau des reins sont affectées par des personnes qui ont franchi le cap des 70 ans. Plus de 60% des cas de tumeur dans l'organe sont observés chez les personnes âgées, mais parfois, la maladie peut se développer chez les personnes plus jeunes. En règle générale, il est assez difficile de détecter les signes d'une tumeur dans le rein, principalement si la maladie est asymptomatique et est détectée par hasard lors du passage de l'examen médical. Pour le néoplasme détecté, une surveillance médicale constante est nécessaire car, dans certains cas, la tumeur peut prendre une forme maligne.

Qu'est ce que c'est

Dans le corps humain, les cellules meurent toutes les secondes, mais les processus immunitaires qui se produisent constamment dans tous les organes et tissus ne permettent pas aux cellules mortes de se reproduire de manière incontrôlée. Lorsque, pour certaines raisons, les mécanismes responsables des processus biochimiques corrects échouent, les cellules des organes sont soumises à une croissance rapide, ce qui entraîne une augmentation du volume des tissus rénaux et une transformation tumorale.

Les tumeurs bénignes ne sont pas aussi dangereuses que les néoplasmes malins. Voyons pourquoi:

  1. Comme ils ne peuvent pas infecter les tissus voisins (métastaser).
  2. La croissance des tumeurs bénignes se produit lentement, parfois la pathologie peut se développer sur plusieurs années.
  3. Au fil du temps, la croissance de la tumeur a entraîné une augmentation de la pression sur les reins, ce qui a pour effet de briser la circulation sanguine dans l'organe.
  4. Malgré la présence d'une tumeur, les reins continuent d'exercer leur fonction d'origine, mais la qualité du travail des organes diminue.
  5. Dans certains cas, la pathologie conduit à une forte détérioration de l'état du patient, il est donc impossible de retarder le diagnostic.

Causes de la maladie

Pour déterminer la cause exacte pour laquelle une tumeur commence à se développer dans les reins, il n’est pas encore possible pour les médecins. La plupart des experts sont enclins à penser qu’à l’âge avancé, une personne augmente le risque de cancer, tant bénin que malin. Cependant, il existe des facteurs provocateurs, à cause desquels les cellules de l'organe commencent à se diviser de manière intensive.

Ces facteurs incluent les raisons suivantes:

  • abus d'alcool, le tabagisme, l'utilisation de substances narcotiques;
  • prédisposition génétique;
  • réduction des fonctions de protection du corps;
  • toxicité prolongée avec des produits chimiques (colorants à l'aniline);
  • l'utilisation de certains médicaments;
  • perturbation endocrinienne;
  • exposition au rayonnement et aux rayons ultraviolets;
  • dommages mécaniques (blessure) de la région lombaire;
  • manger des aliments contenant des substances cancérigènes;
  • diverses maladies virales ou fongiques;
  • immunodéficience humaine.

Selon les statistiques, les tumeurs bénignes du rein sont le plus souvent diagnostiquées chez les hommes de la moitié de la population, les femmes souffrant de cette pathologie moins souvent.

Types de tumeurs

En général, les tumeurs bénignes ne sont localisées que dans un rein, mais dans de rares cas, la maladie peut toucher les deux organes à la fois. Il existe plusieurs types de néoplasmes, qui diffèrent les uns des autres par leur structure et leur mécanisme de développement.

Adénome

Parmi les néoplasmes bénins des reins, l'adénome est considéré comme le plus fréquent. Les causes exactes de la tumeur pour le moment ne sont pas claires. La nouvelle croissance est caractérisée par:

  1. structure dense et solide;
  2. croissance lente;
  3. l'absence de métastases.

La formation de la tumeur est presque asymptomatique, mais malgré l'absence de menace pour la vie du patient, l'adénome peut provoquer des complications graves. Lorsque la tumeur atteint une taille importante, elle commence à comprimer le parenchyme rénal, ce qui réduit la fonctionnalité de l'organe. À la suite d’une insuffisance rénale, d’autres maladies, parfois très dangereuses, peuvent survenir (par exemple, insuffisance rénale aiguë).

Comme les cellules d'adénome ont une structure similaire à celle des cellules cancéreuses, le traitement de la tumeur est effectué uniquement par chirurgie. Après une opération réussie, les rechutes sont généralement exclues et la personne retourne calmement à sa vie habituelle.

Fibrome

Ce type de néoplasme se produit dans de très rares cas, il est principalement diagnostiqué chez les femmes après 35 ans. La tumeur a des dimensions de 2 mm à 2 cm de diamètre, est constituée de tissu fibreux, peut être molle ou dure au toucher. Le fibrome en croissance exerce une forte pression sur le bassinet du rein, le déformant. Il en résulte une atrophie des reins et un dysfonctionnement complet des organes. La croissance du fibrome s'accompagne de douleurs dans la colonne lombaire, de perte de poids et de douleurs abdominales.

Kyste

Très souvent une tumeur des reins. La forme d'un kyste ressemble à un sac rempli d'un liquide jaune vif. Le néoplasme a une membrane mince, constituée principalement de tissu conjonctif. Les tumeurs kystiques sont:

La taille varie de quelques millimètres à plusieurs centimètres. Les causes des kystes sont inconnues. Les signes de la maladie étant le plus souvent totalement absents, le patient n’est informé de sa maladie qu’au cours de l’examen médical (examen de routine, commission sur le lieu de travail). Les grosses tumeurs kystiques exercent une forte pression sur les reins et les voies urinaires et nuisent à la circulation dans l'organe. Souvent, la croissance d'un gros kyste chez un patient entraîne une insuffisance rénale.

Angiomyolipome

La tumeur, constituée de muscle et de tissu adipeux, pénètre dans les vaisseaux sanguins et présente une structure solide. L'angiomyolipome est formé à la suite d'une mutation génétique, généralement au cours du développement fœtal. Ce type d'éducation bénigne et solitaire est extrêmement rarement diagnostiqué, principalement chez les femmes ménopausées. Dans certains cas, la tumeur se développe avec des formations kystiques sur les reins. Dès que la taille de la formation atteint plus de 4 cm de diamètre, le patient présente une hématurie, une douleur intense à la colonne lombaire. Des hémorragies sont possibles à l'intérieur de la tumeur, qui sont la cause directe des saignements rétropéritonéaux.

Oncocytome

Tumeur bénigne formée dans le parenchyme rénal. C'est extrêmement rare. L'oncocytome peut être simple ou multiple, dans certains cas, il se développe avec une tumeur kystique. La symptomatologie est le plus souvent absente, même dans le cas où l'oncocytome a atteint une taille impressionnante. La tumeur est diagnostiquée par hasard, alors que le patient subit une échographie, pour des raisons complètement différentes.

Lipome

C'est une tumeur bénigne. L'éducation est composée de tissu adipeux, a des bords nets et lisses et une surface brillante. Les tailles d'un lipome atteignent de 1 à 25 cm de diamètre. Les grosses tumeurs peuvent comprimer les organes et les tissus adjacents, perturbant leur circulation sanguine. Les symptômes de la maladie n'apparaissent que lorsque le lipome atteint une taille impressionnante et s'accompagne de douleurs abdominales, d'un gonflement des extrémités et de coliques néphrétiques.

Hémangiome

Néoplasie bénigne rare se composant de parois entrelacées de vaisseaux sanguins. Localisé dans le médulla ou le bassinet rénal, dans de rares cas dans la couche corticale de l'organe (provoque une hémorragie sévère). L'hémangiome a la particularité de se développer rapidement pendant la période de développement du corps des enfants ou des adolescents. Dans certains cas, la tumeur disparaît d'elle-même, même chez l'adulte. Le néoplasme peut se rompre et constituer une menace pour la vie d’une personne. Par conséquent, en cas de douleur abdominale aiguë, de sang dans les urines, d’évanouissements, le patient est immédiatement hospitalisé.

Les symptômes

Comme les tumeurs bénignes existent en plusieurs variétés, certains signes de la maladie dépendent du type spécifique de tumeur. Aux premiers stades de la maladie, les symptômes sont le plus souvent absents. Cependant, au fur et à mesure que la tumeur se développe, elle commence à exercer une forte pression sur les organes et les tissus voisins, entraînant une détérioration de l'état de santé du patient.

Les signes courants d’éducation bénigne dans les reins sont les suivants:

  • hypertension artérielle;
  • augmentation de la température corporelle;
  • douleur lombaire;
  • manque d'appétit;
  • perte de poids rapide;
  • la présence de sang dans l'urine;
  • faiblesse, évanouissement;
  • gonflement des membres;
  • les hommes ont la varicocèle;
  • compactage des reins palpable avec des contours clairs.

L’absence de symptômes évidents au stade initial de la maladie fait que le patient n’est pas pressé de consulter son médecin et risque donc d’avoir de graves problèmes de santé.

Diagnostics

Pour diagnostiquer une tumeur bénigne, le plus important est de la distinguer d'une tumeur maligne. À cette fin, un examen complet du patient:

  1. Examen échographique du rein - est capable de détecter la présence d'éducation, le lieu de localisation, sa structure et ses limites, ainsi que les effets néfastes de la tumeur sur les organes et les tissus voisins. Une échographie ne permet pas de différencier une tumeur bénigne d'une tumeur cancéreuse, surtout si la taille de la tumeur ne dépasse pas 2 cm.
  2. CT utilisant un agent de contraste - un fluide spécial est injecté dans la veine du patient. En remplissant les vaisseaux, la substance vous permet de voir le parenchyme rénal et ses modifications. Cette méthode détecte même une petite tumeur (jusqu'à 2 cm de diamètre).
  3. Examen aux rayons X - détermine la présence et le type de tumeur, le degré de lésion des reins.
  4. Analyses générales d'urine et de sang.
  5. Une biopsie des tissus de l'organe affecté - sous anesthésie générale, un matériel est prélevé (morceau d'organe) pour déterminer plus avant la nature de la tumeur.

Le cancer du rein est un cancer, ce qui signifie qu'il est très dangereux. Mais vous pouvez le combattre et avertir aussi. Vous pouvez connaître le nombre d'étapes d'un cancer du rein et ses caractéristiques, son traitement et les causes de cette maladie.

Traitement

Les tumeurs bénignes, dont la taille ne dépasse pas 2-3 cm, ne nécessitent pas de traitement. Le patient doit être surveillé en permanence par un spécialiste afin de pouvoir suivre en temps voulu la forte croissance de la tumeur.

Traitement conservateur

Efficace seulement à un stade précoce de la maladie. Il implique le recours à une thérapie symptomatique et hormonale, ce qui empêche la croissance de la tumeur. Le patient doit nécessairement adhérer à un régime alimentaire spécial et abandonner toutes les mauvaises habitudes. En l'absence de résultat positif du traitement, seule une intervention chirurgicale est prescrite.

Traitement chirurgical

La décision de l'opération est prise dans l'éventualité où la tumeur commençait à se développer rapidement et affectait négativement le travail des reins et d'autres organes. La méthode chirurgicale classique est réalisée sous anesthésie générale. Une incision est pratiquée sur la paroi antérieure du péritoine, à travers laquelle un retrait partiel du tissu de l'organe touché ou une résection complète du rein malade est réalisé (à condition que le deuxième rein soit complètement en bonne santé).

Si la tumeur mesure moins de 10 cm de diamètre, une chirurgie laparoscopique est réalisée. Sur la paroi frontale ventrale, 4 petites incisions (environ 1 cm) sont pratiquées, à travers lesquelles une micro-caméra et des instruments chirurgicaux sont insérés. L'image de la caméra est affichée sur le moniteur et indique au médecin de retirer le tissu rénal affecté. À la fin de l'opération, le patient est suturé.

Médecine alternative

La plupart des patients atteints d'une tumeur bénigne du rein utilisent des recettes populaires pour le traitement de la pathologie:

  • Abeille perga

100 g de pain d'abeille mélangés avec la même quantité de miel naturel. mettre dans un bocal en verre. Chaque matin avant le petit déjeuner, consommez 1 cuillerée à thé de médicament. Le traitement est effectué pendant 10 jours, puis une pause de 2 jours est nécessaire.

  • Décoction de cônes

Pour la préparation, il ne faut utiliser que des pommes de pin (10 pièces), qui sont lavées, placées dans une casserole, ajouter 0,5 litre d'eau froide et mises à bouillir. Ensuite, le feu est éteint et la casserole est cuite sur le poêle pendant environ 40 minutes. Le bouillon prêt est refroidi et bu à raison de 200 ml par jour, en ajoutant un peu de miel d’abeille au médicament.

Prévisions

Les tumeurs rénales bénignes ont généralement un pronostic favorable. Avec une forte augmentation de la taille de la tumeur et son impact négatif sur le fonctionnement des organes, une intervention médicale urgente est nécessaire. Après le retrait de la tumeur, la personne retourne généralement à une vie normale.

Les tumeurs de nature bénigne ne menacent pas la vie humaine, comme les cancers, mais cela ne signifie pas que vous pouvez oublier la maladie. L'observation régulière par des spécialistes permettra de reconnaître la présence d'une pathologie, sa forte croissance et la menace d'effets nocifs sur les organes.

Vous pouvez également vous familiariser avec l'opinion de l'oncologue clinique en visionnant cette vidéo, qui décrit la différence entre une tumeur bénigne et une tumeur maligne.

Tumeur bénigne et maligne du rein. Tumeur rénale: symptômes et traitement

Les tumeurs rénales bénignes ou cancéreuses se produisent lorsque les tissus d’un organe commencent à se développer pathologiquement. Dans ce cas, la pathologie est causée par des mécanismes globaux. Les processus immunitaires dans le corps, en descendant, donnent une impulsion à la reproduction incontrôlée des cellules. Les tissus dus à la division intense des cellules augmentent et se transforment en une tumeur du rein ou d'un autre organe.

La mort cellulaire dans le corps humain se produit chaque seconde. Mais en même temps, ils ne peuvent pas se multiplier de manière incontrôlable. Les cellules en train de mourir suppriment les processus immunitaires. Avec l'échec des mécanismes bloquant le mauvais déroulement des processus biochimiques, la probabilité d'apparition de tumeurs dans n'importe quel organe augmente, et les reins dans ce cas ne font pas exception.

Causes des tumeurs du rein

Une tumeur au rein peut apparaître pour plusieurs raisons. Les facteurs provoquants comprennent la prédisposition génétique et les troubles survenus dans le système immunitaire. Les coupables de tumeurs sont considérés comme une hérédité et des anomalies associées à l'appareil génétique des cellules.

Ils se développent après une exposition prolongée à des toxines et à certains médicaments. Les tumeurs apparaissent chez les personnes immunodéficientes. L'impulsion à l'apparition des tumeurs se traduit par des radiations, des rayons UV excessifs, le tabagisme, des substances cancérigènes et un certain nombre de produits chimiques agressifs.

Trouvez souvent une tumeur du rein gauche (aussi bien que du droit) chez les personnes qui sont forcées d'entrer en contact avec des colorants à l'aniline. Cependant, cela ne signifie pas du tout que toutes les personnes travaillant avec des substances nocives développeront par la suite une tumeur, bénigne ou oncologique. Pour certaines raisons inexpliquées, la maladie n'en affecte qu'une partie. Quels mécanismes conduisent au fait que les facteurs de risque se développent en tumeurs, est actuellement inconnu.

Types de tumeurs bénignes du rein

Les néoplasmes rénaux, tout d’abord, sont divisés en deux grands groupes: malin et bénin. Dans chaque groupe, il existe plusieurs types de tumeurs.

Parmi les espèces bénignes, il y a huit espèces. Le lipome se développe sur les tissus adipeux. Les cellules glandulaires affectent l'adénome. Les excroissances sur le bassin s'appellent des papillomes. Des angiomes se forment sur les vaisseaux. Les dermoïdes se développent à partir de tissus épithéliaux. Sur les vaisseaux lymphatiques, les lymphangiomes rampent. Et une tumeur bénigne du rein peut s'appeler fibrome et myome.

Pour l'enlèvement des tumeurs bénignes n'a eu recours que dans des cas extrêmes. L'intervention chirurgicale est réalisée uniquement lorsqu'elle devient rationnelle. Les indications chirurgicales sont des signes tels que croissance tumorale rapide, inconfort et compression des tissus adjacents. Dans d'autres situations, cela ne devrait pas être fait, car les complications survenant après la chirurgie ne seront pas justifiées.

Types de tumeurs malignes du rein

Les cancers du rein sont divisés en six types. Les reins sont atteints de fibroangiosarcome, liposarcome. Sur le bassin révèlent un sarcome. Les patients souffrent de tumeurs de Williams, de cellules et de cancers poloskletochechnogo. La cellule a un degré d'agressivité assez élevé. Il se caractérise par une métastase transitoire des organes voisins.

Ne vous flattez pas sur le sarcome, cela peu après la formation de métastases, et elles se propagent rapidement. Comme on le voit, une tumeur maligne du rein est un néoplasme assez grave. Avec un diagnostic tardif, les prévisions sont décevantes. Les chances de survie des patients sont minimes. Les tumeurs rénales cancéreuses détectées aux premiers stades sont immédiatement éliminées par chirurgie. La chirurgie prolonge la vie d’une personne.

Symptômes de néoplasmes rénaux malins

Dans le cancer du rein, on note de la fièvre, une pression accrue, des douleurs dans le dos, qui ne peuvent pas être expliquées par un traumatisme. L'état des patients est caractérisé par une faiblesse et un gonflement des chevilles et du bas des jambes. Ils maigrissent rapidement. Il y a des traces de sang dans leurs urines.

Symptômes de masses rénales bénignes

Une tumeur bénigne d'un petit rein n'exerce pas de pression sur le tissu rénal, les symptômes en tant que tels sont donc absents. Les formations en expansion violent le fonctionnement du corps et sont accompagnées de certains signes. Les patients ont de la fièvre, qui est maintenue autour de 38 ° C.

Leur état de santé laisse beaucoup à désirer. Ils se plaignent de faiblesse, de perte d'appétit, de perte de poids drastique. Les patients sont épuisés par des douleurs qui sont perçantes. Les coliques les dérangent dans la région du rein malade. Les gens souffrent de douleurs douloureuses s'étendant jusqu'au bas du dos dans la région de l'organe affecté.

Les tumeurs bénignes du rein sont accompagnées d'une anémie et d'un gonflement des jambes. Les patients observés varicocèle, la pression augmente. Les érythrocytes se déposent à un taux élevé. L'éducation se fait sentir par la palpation.

Traitement de l'éducation rénale bénigne

Dans les néoplasmes rénaux pathogènes, contrairement aux analogues bénins, on note une destruction des tissus locaux et des foyers de croissance. Des cellules similaires se trouvent dans d'autres tissus. La propagation des cellules cancéreuses dans le corps s'appelle métastase.

Les tumeurs simples (kystes) n'ont pas besoin de traitement. Il est recommandé aux patients de subir un examen prophylactique, de ne pas trop refroidir et d’éviter les infections. Le traitement est effectué en cas de complications dues à une pyélonéphrite et à une insuffisance rénale.

Jusqu'à un certain point, ils tentent de traiter une tumeur du rein avec des méthodes conservatrices. Les symptômes et le traitement sont toujours liés. Le rendez-vous chez le médecin dépend des signes des pathologies apparues. Les néoplasmes peuvent être accompagnés d'inflammation, d'anémie, d'hypertension et d'autres complications.

Les tumeurs de taille mineure sont libérées du liquide par la vidange ponctuelle. On a recours à la chirurgie lorsque la formation est comprimée par les voies urinaires, les tissus organiques, la cavité tumorale est infectée et qu'un abcès est survenu. Les indications pour l'opération sont: la rupture de la tumeur, sa grande taille et son développement rapide.

Traitement du cancer du rein

Une tumeur maligne du rein, dont les symptômes se sont manifestés, est traitée de manière principale - une opération chirurgicale. La résection est effectuée lorsque son opportunité est évidente. Au cours de la chirurgie, le rein et les tissus adipeux entourant l’organe touché sont enlevés. L'uretère émanant du rein doit également être retiré.

Parfois, au cours d'une intervention chirurgicale, des opérations permettant de conserver des organes sont effectuées. S'il était possible de détecter une tumeur du rein à un stade précoce, l'opération est réalisée avec sa préservation, à condition qu'une personne ne puisse rester sans un organe atteint du cancer. La progression de la maladie dans cette situation ne joue pas un rôle décisif. Le déroulement de la résection est dicté par le fait que le deuxième rein restant ne peut pas assumer seul les fonctions d'excrétion des produits métaboliques.

Avec de telles interventions chirurgicales, le rein est partiellement éliminé. Le résultat d'une telle intervention diffère peu d'une néphrectomie radicale (ablation complète de l'organe). Cependant, il est clair qu'après une intervention chirurgicale, la probabilité d'une rechute est beaucoup plus grande. En effet, lors de l’excision de la tumeur, il existe une probabilité de conserver les cellules anormales.

De plus, le traitement utilise une thérapie immunitaire et hormonale. La radiothérapie aide à améliorer l'état des patients.

Le pronostic du traitement de la tumeur maligne

Le pronostic pour le traitement du cancer du rein est déterminé par son stade. Avec un diagnostic précoce et un traitement immédiat, le taux de survie est élevé. Les tumeurs rénales précoces, dont les symptômes et le traitement sont identifiés, permettent, après leur retrait, un taux de survie à cinq ans de 80% des patients. Avec des excroissances dans la veine cave inférieure (deuxième stade) après la chirurgie, la chance de vivre cinq ans ou plus apparaît chez 50% des personnes atteintes d'un cancer du rein.

La défaite de l'oncologie de la veine rénale (dans la deuxième étape) dans la période postopératoire garantit cinq ans de vie à 60% des malades. Si le processus oncologique est marqué par la participation du tissu adipeux (et nous parlons de la troisième étape), alors jusqu'à 80% des patients opérés survivent à l'opération. Lorsque les ganglions lymphatiques régionaux sont touchés (au troisième ou au quatrième stade), le taux de survie à cinq ans est réduit au minimum. Le nombre de ganglions chanceux ne dépasse pas 5 à 20%.

Les néoplasmes qui ont germé dans les tissus adjacents et métastasés ne permettent à 5% des patients de survivre. Lorsqu'une tumeur rénale en germination est détectée, la plupart des médecins reconnaissent le traitement chirurgical si des métastases individuelles sont détectées. La vie des personnes opérées est prolongée et sa qualité s'améliore.

Quelle est la différence entre les tumeurs malignes et les tumeurs bénignes?

Dans les néoplasmes rénaux pathogènes, contrairement aux analogues bénins, on note une destruction des tissus locaux et des foyers de croissance. Des cellules similaires se trouvent dans d'autres tissus. La propagation des cellules cancéreuses dans le corps s'appelle métastase.

Avec les processus bénins, le pronostic du traitement est favorable. Ils ne menacent pratiquement pas la vie des patients. Ces néoplasmes se développent lentement, ils ne sont pas sujets aux rechutes. Ils n'ont pas tendance à germer dans les tissus voisins. La tumeur bénigne du rein a la capacité de résorption.

Cependant, la qualité bénigne de l’éducation est un phénomène conditionnel. Il arrive parfois que des cellules d’un néoplasme se développent en cellules cancéreuses se développant activement et touchant des organes proches et éloignés.

Une grosse tumeur du rein, comprimant le tissu, empêche la miction, perturbe le fonctionnement des organes génitaux, provoque une douleur, se logeant dans le périnée et les jambes. Une tumeur bénigne est surveillée en permanence. Une tumeur en croissance rapide est rapidement retirée.

Tumeurs bénignes du rein

Cyber ​​Knife // Tumeurs du rein // Tumeurs bénignes du rein

Les tumeurs bénignes des reins ont une croissance lente, ne germent pas dans les tissus environnants et ont un pronostic favorable. Cependant, à mesure que la maladie progresse, l'état du patient peut s'aggraver considérablement en raison de la pression de compression de la tumeur sur le parenchyme rénal, les vaisseaux sanguins et les voies urinaires. Dans cet article, nous parlerons des méthodes modernes de diagnostic et de traitement des tumeurs bénignes du rein.

Les tumeurs bénignes du tissu rénal présentent un certain nombre de caractéristiques:

  • Pronostic favorable de la maladie
  • Croissance lente non invasive
  • Manque de capacité à donner des métastases
  • La fonction rénale n'est pas altérée (si la tumeur est petite). En se développant, la tumeur bénigne commence à serrer les tissus environnants, mais ne se développe jamais dans ceux-ci.
  • Il n'y a pas de menace immédiate pour la vie du patient, mais il y a toujours la possibilité qu'une tumeur bénigne dégénère en une tumeur maligne.

Kyste rénal

Les kystes sont des masses rénales bénignes communes.

Un kyste est une formation volumétrique - une bulle remplie de liquide jaune citron.

La gaine du kyste est mince et constituée de tissu conjonctif.

La plupart des kystes ne se manifestent pas en tant que symptômes et se retrouvent par hasard, lors de la recherche d'une autre maladie.

Les kystes peuvent être simples et multiples, leur taille varie de un millimètre à plusieurs centimètres. Les causes des kystes rénaux sont inconnues.

L'examen échographique du kyste présente des bords nets et un contour lisse, délimité du parenchyme rénal. Lorsqu'il atteint une taille importante, le kyste commence à affecter la fonction rénale (serre les vaisseaux sanguins et les voies urinaires).

Les gros kystes peuvent gêner le patient et provoquer une insuffisance rénale en raison de l'obstruction des voies urinaires.

Si les kystes sont petits - observation dynamique.

Certains médecins considèrent le kyste comme une formation précancéreuse et le retirent chirurgicalement.

Le traitement chirurgical est également indiqué si le kyste est gros et serre les tissus environnants.

La part des adénomes rénaux représente 5 à 9% de toutes les formations tumorales de cet organe.

Les adénomes rénaux sont les tumeurs bénignes du rein les plus courantes. Les causes des adénomes sont inconnues.

L'adénome est une formation solide dense caractérisée par une croissance lente et non invasive. Les symptômes de la maladie le plus souvent absents.

Malgré l'absence de menace immédiate pour la vie, lorsque la tumeur est volumineuse, un parenchyme du rein est comprimé, ce qui entraîne une déficience fonctionnelle de cet organe. Par conséquent, le diagnostic et le traitement opportuns de l'adénome constituent un problème très important.

Classification des adénomes rénaux:

  • Adénomes solides
  • Adénomes kystiques
  • Adénomes papillaires
  • Adénomes tubulaires
  • Adénomes mixtes
  • Examen aux rayons X (vous ne pouvez obtenir que les signes caractéristiques de toutes les formations tumorales)
  • Tomodensitométrie, échographie (il est impossible de différencier les tumeurs bénignes des tumeurs malignes).

De nombreux médecins se méfient des adénomes rénaux, les classant comme une condition précancéreuse.

La structure histologique de l'adénome est similaire à celle du carcinome épidermoïde de bas grade.

Des résultats précis ne peuvent être obtenus que par des diagnostics opérationnels.

La tactique de traitement des adénomes rénaux est la même que dans le traitement du cancer du rein - traitement chirurgical.

Même si les résultats de l'examen histologique indiquent un adénome rénal (et non un cancer), l'observation dynamique ne peut être limitée.

L'oncocytome est une maladie rare, il existe à la fois des oncocytomes simples (dans la plupart des cas) et multiples (oncocytomatose rénale).

La tumeur est localisée dans le parenchyme du rein.

L'oncocytome est une formation bénigne bien différenciée constituée d'oncocytes.

Parfois "adjacente" avec un kyste rénal, les deux maladies se développent simultanément.

Le développement de la tumeur se déroule sans symptômes - l’état du patient n’est presque pas perturbé, même lorsque l’oncocytome atteint une taille importante.

Pour ces raisons, le diagnostic de cette maladie présente certaines difficultés. Le plus souvent, la tumeur est détectée par hasard, lors de l'examen d'un patient pour une autre pathologie.

Les causes de l'apparition du lipome sont encore inconnues de la science moderne.

La taille du lipome peut varier de quelques millimètres à 25 centimètres de diamètre. Le lipome est une formation isolée bien différenciée avec des bords nets et des contours lisses.

La tumeur est recouverte d'une fine coquille lisse et brillante. À l'intérieur du lipome se trouve un tissu graisseux contenant de nombreux vaisseaux et divisé par des septa fibreux.

Les symptômes cliniques de la maladie apparaissent lorsque le lipome se développe. Lorsque le lipome atteint une taille importante, il commence à comprimer les structures environnantes - le parenchyme rénal, les vaisseaux sanguins, le pelvis rénal et le calice.

L'angiolimome comprend le tissu adipeux, les fibres musculaires et les vaisseaux sanguins. La tumeur a une structure complexe.

On distingue deux formes d'angiomyolipomes: en association avec la sclérose tubéreuse et sans.

Symptômes de la maladie (angiomyolipomes, survenant avec la sclérose tubéreuse):

  • L'épilepsie
  • La présence de nodules dans le cerveau
  • Modifications des tissus des organes internes les plus importants: foie, rein
  • Échec intellectuel
  • Angiolipomes multiples
  • Dans la plupart des cas, la nature congénitale de la maladie

Angiomyolipome sans sclérose tubéreuse:

  • tumeurs uniques, unilatérales, qui, en règle générale, sont détectées à l'âge adulte.

Un symptôme important de l'angiomyolipome est la douleur dans le bas du dos et dans la région abdominale. Ces sensations sont causées par des hémorragies qui se produisent à l'intérieur de la tumeur.

Les hémorragies multiples peuvent provoquer des saignements rétropéritonéaux massifs. Cette condition est dangereuse lors du développement d'un choc hémorragique et est accompagnée d'un tableau clinique d'abdomen aigu.

Parfois, un angiomyolipome acquiert les propriétés d'une tumeur maligne et se développe dans la veine rénale.

Mais la malignité de l'angiomiolip est si rare qu'une tactique de préservation des organes restreinte est applicable à ces entités.

La tactique d'observation dynamique s'applique aux tumeurs dont le diamètre ne dépasse pas 4 à 5 centimètres (avec maladie asymptomatique).

Une fois par an, ces patients doivent subir une échographie des reins ou une tomodensitométrie (tomodensitométrie).

Si, au cours de l'observation dynamique, le développement d'une tumeur ne progresse pas, aucune intervention chirurgicale n'est effectuée en raison de l'absence d'indication.

Traitement des gros angiolimes (plus de 5 centimètres de diamètre):

  • En l'absence de symptômes:
    • Observation dynamique Une fois par an - examen de contrôle (échographie ou tomodensitométrie)
  • Avec une augmentation significative de la tumeur:
    • Dans ce cas, la chirurgie est clairement indiquée. Le besoin absolu de chirurgie est associé au risque de saignement rétropéritonéal et de choc hémorragique (s'il n'est pas traité).

Les angmiolipomes étant rarement en corrélation avec le carcinome à cellules rénales, il est préférable de pratiquer une chirurgie nephronique.

La chirurgie d’économie du néphron est particulièrement importante pour les patients chez qui l’angmiolipome est associé à la sclérose tubéreuse. Cette pathologie est caractérisée par la présence de plusieurs foyers tumoraux dans les deux reins.

Le léiomyome rénal est une lésion bénigne formée à partir des muscles lisses du rein.

Dans les premiers stades du développement de la tumeur, les symptômes de la maladie sont absents et n'apparaissent que lorsque le léiomyome atteint une taille importante.

  • Lombalgie
  • Tumeur palpable

Le diagnostic différentiel est réalisé avec un adénocarcinome rénal.

Chirurgie pour enlever le leiomyoma.

La méthode de choix est la chirurgie épargnant les organes. Le pronostic de la maladie est relativement favorable.

L'hémangiome rénal est une tumeur bénigne rare. Habituellement, les hémangiomes rénaux ne grossissent pas et sont asymptomatiques.

L'hémangiome consiste à entrelacer les parois des vaisseaux sanguins et résulte de leur défaut, qui est congénital.

Localisation fréquente des hémangiomes rénaux:

  • paroi du bassin rénal
  • moelle des reins.

Dans de rares cas, l'hémangiome est formé dans la substance corticale du rein, un tel arrangement de la tumeur peut déclencher une hémorragie massive.

Un des traits distinctifs de l’hémangiome est qu’il est sujet à une croissance rapide pendant le développement intensif du corps - pendant l’enfance et à l’adolescence. Il existe des cas d’auto-réduction et de disparition des hémangiomes rénaux chez l’adulte et la personne âgée.

  • L'apparition de sang dans l'urine
  • Apathie, faiblesse
  • Douleurs tirantes dans la région lombaire
  • Colique rénale

L’hémangiome est dangereux en raison de ses complications - lorsqu’il se rompt, une maladie potentiellement mortelle survient (estomac aigu, hématurie, forte chute de la pression artérielle, faiblesse, évanouissement). En cas de suspicion d'hémangiome rompu, le patient doit être immédiatement hospitalisé.

Tumeur rare, plus fréquente chez les femmes d'âge moyen.

Les nœuds fibromateux dans les reins peuvent être simples ou multiples, et les fibromes simples sont généralement plus gros que les multiples.

Le fibrome rénal est composé de tissu fibreux. Si nous considérons les nœuds fibromateux au microscope, nous pouvons voir de petits foyers de tissu dense gris-blanchâtre.

La taille du fibrome moyen est de 1 millimètre à 2 centimètres de diamètre. Cependant, des cas de fibromes géants atteignant 17 centimètres de long ont été rapportés.

Le diagnostic différentiel doit être réalisé avec un cancer du rein. Malgré l’exactitude des méthodes de diagnostic modernes, il n’existe toujours pas de critère permettant de distinguer les fibromes des cancers. Les fibromes sont généralement détectés par hasard, lors de la recherche d'une autre maladie.

Que peut montrer l’étude du fibrome au microscope électronique?

Le fibrome n'a pas de capsule histologiquement distincte qui le sépare du tissu rénal environnant.

En quoi consiste le fibrome?

  • Fibres de collagène
  • Fibroblastes
  • Fibroblastes
  • Vaisseaux sanguins

Le rapport quantitatif des structures ci-dessus dépend de la consistance des fibromes - de leur dureté ou de leur douceur.

Le fibrome mou contient un grand nombre de fibroblastes, le solide étant constitué de faisceaux de fibres de collagène.

Le fibrome est une tumeur bénigne - il ne se développe pas dans les tissus environnants, mais exerce une pression de compression sur eux.

La compression du tissu rénal par une tumeur entraîne progressivement son atrophie et, en conséquence, l'organe perd complètement sa fonction. Les gros fibromes peuvent pincer le bassin et déformer le calice.

En cas de doute sur le diagnostic d'une intervention chirurgicale appropriée.

Il existe 2 types de chirurgie pour éliminer les fibromes:

  • résection rénale
  • néphrectomie radicale

(495) 740-58-05 - informations sur le système Cyber ​​Knife

En fonction de la partie de l'organe touchée par la tumeur, on distingue plusieurs types de maladies, basées sur les caractéristiques des études cliniques et radiologiques. Les types incluent les tumeurs qui affectent le parenchyme rénal, par exemple, l'adénome, le lipome, le fibroangiosarcome. En outre, les néoplasmes provenant du pelvis rénal, par exemple, un papillome du pelvis ou un carcinome à cellules en transition du pelvis.

Les causes de ce type de maladie ne sont actuellement pas bien comprises. De nombreux facteurs peuvent contribuer à l'apparition de cellules altérées. Celles-ci incluent, en premier lieu, le facteur héréditaire, qui réside dans la prédisposition, ainsi que la présence d'une maladie pouvant contribuer à l'apparition de tumeurs, par exemple le syndrome de Hippel-Lindau. Deuxièmement, contact prolongé avec divers produits chimiques, notamment divers solvants, plastiques, colorants et détergents agressifs. Troisièmement, la présence de maladies non héréditaires qui entraînent une transformation ultérieure des tissus, par exemple une maladie polykystique des reins, ainsi que des personnes hémodialysées de longue date. Quatrièmement, les effets chimiothérapeutiques et radiothérapeutiques sur le cancer d'autres organes.

Symptômes et signes de tumeur du rein.
Selon le type de tumeur au rein, les symptômes varient. Cependant, il existe des manifestations communes. L'un des premiers signes est l'apparition de sang dans les urines. Ce phénomène peut être à la fois prononcé (hématurie macroscopique) et lorsque le sang n'est pas visible à l'œil nu (micro hématurie). Ce phénomène peut se produire soudainement et disparaître de la même manière et n'a pas de périodicité ni de régularité prononcées. Il est beaucoup plus efficace de passer un test d'urine immédiatement après la détection de ce signe, car dans ce cas, le médecin sera en mesure de déterminer plus précisément la cause de l'apparition de sang dans les urines.

Il se caractérise également par une détérioration du bien-être général, dû à une intoxication du corps, résultant de l’apparition de produits issus de l’échange de tissus tumoraux. Dans ce cas, vous pouvez parler de faiblesse générale, de perte d'appétit, de perte de poids. Parfois, il y a une augmentation de la température, qui est souvent maintenue dans subfebrile, et atteint dans de rares cas 39 degrés. L'élévation de la température jusqu'aux marques supérieures peut être perçue comme un signe défavorable de l'évolution de la maladie. Cependant, une tumeur au rein affecte également la moelle osseuse humaine et une anémie se produit. Ce signe peut indiquer un processus de grande envergure. En outre, l’étude du sang peut détecter une augmentation de la RSE, qui peut rester le seul signe de l’apparition de tumeurs tumorales.

Les symptômes locaux incluent l'apparition de douleurs, qui sont de nature terne et douloureuse, dans de rares cas, peuvent donner à l'aine et à la cuisse. Les sensations douloureuses palpables apparaissent dans les derniers stades de la maladie.

Diagnostic d'une tumeur au rein.
Dès qu’il découvre en lui-même au moins un symptôme pouvant indiquer l’apparition de cellules cancéreuses, il faut immédiatement consulter un spécialiste. Un médecin spécialisé dans le diagnostic et le traitement du cancer est un oncologue. Grâce à une échographie et à une imagerie par résonance magnétique et à rayons X informatisée, un spécialiste sera en mesure de déterminer si le patient a une tumeur au rein, mais également de prescrire un traitement adéquat.

Tout d'abord, une étude de l'urine et du sang. Une tumeur maligne et bénigne du rein entraîne l'apparition de cellules blastomateuses dans l'urine. De plus, le taux de sédimentation des érythrocytes dans cette maladie est fortement accéléré. Parfois, il y a une leucocytose, qui peut atteindre 20 000.

La cystoscopie peut jouer un rôle important dans la reconnaissance de la tumeur de cet organe. Surtout si elle est réalisée dans la période de l'hématurie totale. Cette étude vous permet de déterminer avec précision la source du saignement, car il peut être associé à la vessie. La détection d'une tumeur villeuse dans la bouche de l'uretère droit ou gauche indique une atteinte rénale de ce côté.

Lors de l'examen par rayons X, il est très probable que l'on parle non seulement de la présence de processus oncologiques, mais également de déterminer l'étendue de la lésion et le type de néoplasme. Parfois, avec cette étude, des foyers de calcification sont trouvés, ce qui peut indiquer des processus tumoraux anciens.

La tomodensitométrie permet de déterminer les contours d’un organe, de déterminer s’il ya augmentation d’un pôle quelconque et de détecter une anomalie tumorale du système cupulpelvien. Cette méthode a remplacé le pneumoretroperitoneum présacral, qui était utilisé dans le même but avant l'avènement de la technologie moderne.

De grande importance et l'angiographie rénale, qui vous permet de détecter et de reconnaître une tumeur du rein. Lorsque ce dernier sur l'angiogramme réfléchi radiocontrasnye des taches qui ont une forme différente, taille. Leur présence dépend du processus d’accumulation dans le noeud tumoral du fluide de contraste.


Lipome rein
Un lipome rénal est une tumeur de tissu adipeux issue des cellules de la capsule graisseuse du rein ou des tissus environnants. Ils surviennent généralement chez les femmes d'âge moyen. Comme beaucoup de tumeurs bénignes des reins, il peut éventuellement devenir malin, aussi un retrait chirurgical rapide est-il recommandé.

Oncocytome du rein
L'oncocytome est une formation rénale bénigne asymptomatique pouvant être assez importante. Cette tumeur peut également se produire dans d'autres zones et organes du corps. La cause de cette tumeur est inconnue. L'oncocytome du rein est plus fréquent chez l'homme. Habituellement, cette tumeur est détectée par hasard, par échographie, scanner ou IRM.
Les oncocytomes au microscope sont également similaires aux stades précoces du carcinome à cellules rénales. De nombreux chercheurs se réfèrent au précancer du rein et recommandent de le retirer chirurgicalement.

Adénome rénal
L'adénome rénal est le type le plus courant de formation rénale bénigne. Il est généralement de petite taille. L'adénome est caractérisé par une croissance lente. La cause de la formation d'adénome rénal est inconnue. En raison du fait que cette tumeur est asymptomatique, la fréquence de son apparition est inconnue, bien que selon une étude basée sur une autopsie, elle soit retrouvée dans 7% à 22% des cas. Dans de rares cas, lorsque la taille de la tumeur atteint une taille telle qu'elle commence à pincer les vaisseaux sanguins ou les voies urinaires, des symptômes similaires à ceux du cancer du rein apparaissent.
Au microscope, l'adénome rénal ressemble à un carcinome rénal de bas grade. Et bien que cette tumeur soit considérée comme bénigne, il n’existe actuellement aucune classification cellulaire permettant de la distinguer du cancer des cellules rénales. De nombreux chercheurs attribuent à un stade précoce l'adénome rénal au précancer.

Angiomyolipome rénal
Cette tumeur est également appelée hamartome rénal. L'angiomyolipome est une tumeur bénigne assez rare causée par une mutation génétique congénitale. Cette maladie peut survenir isolément, mais est le plus souvent associée à une pathologie génétique rare telle que la sclérose tubéreuse. Dans la sclérose tubéreuse, des tumeurs peuvent se former dans la peau, les reins, le cerveau et d'autres organes. Un angiomyolipome rénal survient chez environ 80% des patients atteints de sclérose tubéreuse.
Chez les patients sans sclérose tubéreuse, cette tumeur est plus fréquente chez les femmes d'âge moyen. Dans la plupart des cas, un angiomyolipome est découvert par hasard, avec une échographie ou un scanner des reins.
Le traitement de l'angiomyolipome du rein dépend de sa taille et de la sévérité des symptômes. Si la tumeur est petite et ne provoque aucune manifestation, le traitement n'est pas nécessaire. Dans ce cas, il est conseillé aux patients de se faire examiner périodiquement par un médecin et de mener une étude sur les reins - échographie.
En raison du risque de rupture spontanée, la chirurgie est recommandée chez les patients présentant un angiomyolipome de taille relativement importante, par exemple une néphrectomie partielle ou une embolisation artérielle.

Fibrome rénal
La fibrome est une tumeur de tissu fibreux. Cela peut être sur le rein ou à l'intérieur. C'est un type de tumeur plutôt rare qui est plus fréquent chez les femmes. Les causes de cette tumeur sont inconnues. Le fibrome rénal ne se manifeste généralement pas. Fondamentalement, le fibrome rénal se développe à sa périphérie et, avant de se manifester cliniquement, atteint de grandes tailles.

Traitement des tumeurs du rein.
La clé du succès du traitement de cette maladie est la rapidité du traitement chez un spécialiste. La chirurgie reste la méthode de traitement la plus utilisée dans le monde, l'une des caractéristiques de cette maladie étant son insensibilité aux radiations et à la chimiothérapie. En fonction de l'endroit où elle est localisée, du degré de croissance de l'organe et de la taille d'une tumeur au rein, l'opération est réalisée par voie ouverte ou par laparoscopie.

Si la taille d'un néoplasme ne dépasse pas dix centimètres, on utilise la laparoscopie: plusieurs ponctions sont réalisées avec un diamètre allant jusqu'à un centimètre, à travers lequel sont insérés des outils pour effectuer des manipulations. S'il existe des contre-indications à l'utilisation de la méthode ci-dessus, une chirurgie abdominale est réalisée pour retirer une tumeur du rein. Le traitement avec cette méthode implique souvent une néphrectomie radicale (retrait) de l'organe malade. Cette méthode est utilisée si les métastases ont commencé à se déplacer vers d'autres organes. Si la taille de la tumeur est inférieure à quatre centimètres, effectuez un prélèvement partiel du tissu rénal.

Il convient de rappeler que la possibilité d'appliquer telle ou telle méthode dépend principalement des données obtenues lors d'une étude de diagnostic. En même temps, l'équipement technique de l'institution médicale et le niveau de qualification du chirurgien jouent un rôle non négligeable. Après l'intervention chirurgicale nécessite une surveillance constante du patient. Dans le cas d'un traitement opportun et méthodiquement correct, le risque de récurrence est faible.

Le mécanisme de développement des néoplasmes

Lorsque l'ADN d'une cellule est endommagé, il se produit une violation de sa division et de son contrôle. La cellule devient incontrôlable: la croissance est réalisée sans la «mise au rebut» de l'organisme, la composition antigénique, la structure et les fonctions changent. En règle générale, une tumeur bénigne du rein présente une structure similaire à celle du tissu à partir duquel elle s'est formée. Il se développe lentement, ne pénètre pas dans les tissus environnants, ne les détruit pas. Avec une augmentation du nombre de cellules, une tumeur bénigne augmente, comprimant le tissu environnant. C'est la principale différence entre les tumeurs bénignes et malignes.

Les raisons pour lesquelles une tumeur bénigne apparaît sur le rein n'ont pas été identifiées. On pense que cela provoque les mêmes facteurs qui ont provoqué l'apparition de l'oncologie:

  • produit chimique - certaines substances ayant un composant aromatique peuvent modifier la structure de l'ADN de la cellule;
  • physique - les rayons ultraviolets et les radiations peuvent perturber la transformation;
  • mécanique - toutes sortes de blessures dans la région des reins;
  • biologique - divers types de champignons et de virus, par exemple le papillomavirus humain;
  • l'immunosuppression est la cause la plus probable d'une tumeur bénigne du rein;
  • les pathologies du système endocrinien - par exemple, lorsque la glande thyroïde fonctionne mal, le fond hormonal du corps est perturbé, ce qui provoque une division cellulaire incontrôlée et peut conduire à l'apparition d'une tumeur bénigne.

La plupart des scientifiques et des médecins ont tendance à croire que la croissance d'une éducation bénigne ne cause pas un, mais plusieurs facteurs à la fois. La probabilité d'une tumeur lorsqu'elle est combinée, par exemple une lésion et un dysfonctionnement du système endocrinien, augmente plusieurs fois.

Classification de la maladie rénale

Selon la classification internationale des maladies ICD-10, une tumeur bénigne du rein porte le code D30.

Les néoplasmes bénins ont une structure et un mécanisme de développement différents, ils sont donc divisés en plusieurs groupes.

Kyste rénal

En violation de l'écoulement des urines primaires du rein, le liquide s'accumule dans le corps. En réponse à une pathologie, le système immunitaire humain forme une capsule autour de l'urine primaire, dont les parois sont constituées de tissu conjonctif. Le contenu du kyste et sa structure peuvent être différents (voir photo).

Les kystes d’une structure complexe, que les experts considèrent comme une affection précancéreuse, constituent un grave problème pour les médecins. Dans ce cas, une intervention chirurgicale immédiate est prescrite, suivie d'une observation régulière.

Adénome d'organe

La plupart des hommes sont familiers avec une maladie telle que l'adénome de la prostate. Mais peu de gens savent qu'une telle tumeur peut apparaître dans d'autres organes, y compris les reins. La particularité de la tumeur est une croissance extrêmement lente. L'examen microscopique de la structure cellulaire est similaire au cancer. Le niveau de développement de la médecine moderne ne permet pas de distinguer avec précision l'adénome du cancer, l'approche du traitement est donc chirurgicale.

Il a été établi que chez les fumeurs de sexe masculin, le risque d'adénome rénal est plus élevé que celui de mener une vie saine. Après le retrait, les rechutes ne se produisent généralement pas. Le pronostic est favorable.

Fibrome rénal

Ce type de néoplasme se produit principalement chez les femmes. Mais les hommes ne sont pas à l'abri de l'apparition d'une telle tumeur au rein. La pathologie se caractérise par des modifications du parenchyme de l'organe, tandis que le néoplasme lui-même est constitué de tissu fibreux (d'où son nom).

Les symptômes sont généralement absents. Avec le développement rapide de la croissance du fibrome rénal, une douleur dans la région lombaire et une difficulté à uriner peuvent survenir.

Oncocytome

Il est plus commun chez les hommes et est classé comme une condition précancéreuse. La tumeur est constituée de grosses cellules épithéliales. Cette tumeur étant difficile à distinguer du cancer du rein, le traitement est le même que celui utilisé en oncologie. La seule exception est l’absence de radiothérapie, qui n’a aucun effet thérapeutique.

Oncocytome est souvent appelé adénome oncocytaire ou oxyphilique.

Angiomyolipome

Une tumeur bénigne de ce type de rein est rare. Au cœur de son origine se trouve une mutation génétique qui se produit pendant le développement du fœtus. Le néoplasme est localisé dans les vaisseaux sanguins adjacents, causant souvent des dommages mécaniques, et peut donc être accompagné d'un kyste rénal. L'angiomyolipome simple ne survient que chez les femmes, le plus souvent avec la ménopause. Chez les hommes sous cette forme ne se produit pas.

Les symptômes apparaissent si la tumeur se développe et atteint 4 cm.Il y a des douleurs dans le bas du dos, des impuretés de sang dans l'urine. Détecter la tumeur peut être avec sentiment. Si vous ignorez le traitement - chez 10% des patients, la tumeur éclate et une péritonite survient. Avec des soins médicaux rapides, le pronostic est favorable.

Léiomyome

Néoplasme formé à partir de tissu musculaire. L'origine et le mécanisme de développement n'a pas été étudié. Le traitement est effectué comme dans un cancer, de préférence une méthode de résection. Avec le début du traitement, le pronostic de récupération est favorable.

Lipome rein

La tumeur apparaît et est formée à partir de tissu adipeux. Les causes sont inconnues. Ce type de tumeur bénigne du rein n'a pas tendance à se transformer en oncologie, le traitement n'est donc pas effectué. La seule exception est une augmentation de la taille du lipome, une compression des organes, des vaisseaux sanguins ou des voies urinaires. Dans ce cas, une résection rénale est effectuée.

Principaux symptômes d'une tumeur à cellules bénignes

Dans la plupart des cas, le néoplasme ne se manifeste pas et n'est détecté que par des mesures diagnostiques liées à l'examen d'un autre organe. Un développement asymptomatique est possible si la tumeur est située loin des vaisseaux sanguins et du canal urinaire et ne serre pas les organes et tissus adjacents. Si la croissance cellulaire est agressive, les symptômes suivants peuvent apparaître:

  1. Douleur dans la région lombaire, irradiant souvent à l'aine ou au bas de l'abdomen.
  2. Difficulté à uriner, flux d’urine intermittent ou impossibilité de soulager un petit besoin. Si les vaisseaux sanguins sont endommagés, il peut y avoir des particules de sang dans l'urine.
  3. Chez l'homme, les veines du cordon spermatique - les varices testiculaires peuvent se dilater.
  4. Oppression de tout le corps: faiblesse, fatigue, signes d'apathie.
  5. Augmentation de la pression artérielle inférieure.

La plupart des symptômes sont caractéristiques d'autres maladies du système urogénital de l'homme. Par conséquent, poser un diagnostic seul ne fonctionnera pas. Dans les conditions d'une institution médicale, des diagnostics différentiels seront nécessaires pour exclure d'autres maladies et révéler la véritable.

Méthodes de diagnostic des tumeurs du rein

Les mesures visant à diagnostiquer une tumeur bénigne des reins ne visent pas à identifier la pathologie, mais à la distinguer des tumeurs cancéreuses. Par conséquent, différents types d'études sont utilisés pour chaque type de tumeur. Les exemples regardent la photo.

Le diagnostic général est effectué à l'aide des méthodes suivantes:

  • Échographie des reins;
  • tomographie par ordinateur;
  • imagerie par résonance magnétique IRM;
  • numération globulaire et urine complète.

L'échographie du rein est effectuée le plus souvent. Cette technique permet de déterminer la présence d'une tumeur, sa localisation, la nature des limites, la menace pour les processus physiologiques dans les organes voisins. L'inconvénient de cette étude est qu'il est impossible de distinguer une tumeur bénigne d'une tumeur maligne sur l'écran, en particulier si sa taille est inférieure à 2 cm.En outre, le processus inflammatoire habituel peut avoir des résultats similaires. En d'autres termes, l'échographie vous permet de déterminer uniquement la présence d'une pathologie dans le corps, mais le diagnostic exact ne fonctionnera pas.

La tomodensitométrie, associée aux ultrasons, fournit un tableau clinique plus complet. Avec la tomodensitométrie, un agent de contraste spécial est injecté dans la veine du patient, qui remplit les vaisseaux sanguins. En conséquence, le parenchyme du rein et ses modifications pathologiques sont clairement visibles. Cette méthode permet de déterminer la présence d'une tumeur d'une taille pouvant atteindre 2 cm. Pour distinguer, par exemple, un angiomyolipome d'un cancer, les médecins utilisent cette technique.

L'IRM est rarement utilisée pour diagnostiquer une tumeur bénigne. Fondamentalement, si le patient a une intolérance individuelle à un agent de contraste. Cet examen permet de déterminer la présence d'une pathologie, ses dimensions approximatives, le degré d'endommagement des tissus sains. Si un thrombus est suspecté d'avoir un cancer dans la veine rénale, un examen par IRM est également utilisé.

Déterminez plus précisément le type de tumeur et le diagnostic différentiel ne peut être fait qu’avec un examen microscopique. Elle est réalisée soit après le retrait de la tumeur, soit au moyen d’une biopsie du rein.

Traitements des tumeurs bénignes

La méthode de traitement d'une tumeur au rein dépend de son emplacement, du degré de croissance et du bien-être du patient. Si la taille de la tumeur ne dépasse pas 2-3 cm et qu'il n'y a pas de symptômes désagréables, le traitement n'est pas effectué. Seule une observation régulière par ultrasons et scanner. Le but est d'identifier à temps la croissance possible des cellules d'une tumeur bénigne et d'orienter le patient vers l'opération le plus tôt possible.

En général, le traitement d’une tumeur bénigne du rein n’est que chirurgical. Il n'y a pas de médicaments efficaces pour l'exposition au médicament. Exception - en cas de suspicion de survenue d'une pathologie à la suite d'une défaillance hormonale. Dans ce cas, prescrit un traitement hormonal. Presque toujours prescrit des médicaments qui renforcent l'immunité du corps.

La médecine moderne vous permet de réaliser une opération pour enlever une tumeur présentant le plus faible risque de récidive. Le chirurgien, avec la méthode laparoscopique, essaie, si possible, de ne pas effectuer l'ablation du rein. Dans certains cas, une résection partielle est requise.

Le traitement est-il efficace selon les méthodes traditionnelles?

En Russie, plus de la moitié de la population a plus confiance que la médecine traditionnelle dans la médecine traditionnelle. En effet, dans certains cas, il est possible de soulager l’état en cas de tumeur bénigne. Mais l'utilité et les contre-indications d'une ordonnance particulière devraient être considérées par le médecin traitant. Rappelez-vous que le traitement des remèdes populaires n’a de sens que comme auxiliaire, mais pas comme méthode principale.

Perga au miel

Prenez chaque composant de 100 g, mélangez dans un récipient en verre. Prenez une cuillère à café tous les jours le matin. C'est souhaitable sur un estomac vide. La durée du cours est de 10 jours, puis une pause de 2 jours.

Pollen et décoction d'herbes

De l'avis des gens, cette recette aide à combattre l'angiomyolipome. Pour préparer le médicament dont vous avez besoin:

  • pollen d'abeille;
  • herbes de Veronica, chélidoine, violette et cocklebur;
  • fleurs de calendula;
  • Bardane et racine immortelle;
  • germes de gui.

Préparer une infusion d'herbes. Prenez tous les ingrédients en quantités égales, mélangez, mettez 2 cuillères à soupe dans un bocal. Verser 500 ml d'eau bouillante et laisser mijoter 15 minutes au bain-marie. Puis laisser refroidir et filtrer.

Chaque jour, prenez une demi-cuillère à thé de pollen et buvez un demi-verre de perfusion. Durée du traitement d'au moins un mois. Si vous souhaitez reprendre le cours, faites une pause d'une semaine.

Vous pouvez préparer des infusions à partir des herbes suivantes:

Les guérisseurs sibériens recommandent de boire une décoction de pommes de pin pour traiter une tumeur bénigne du rein. Pour le préparer, prenez 10 cônes de taille moyenne, rincez-les et mettez-les dans une casserole. Versez 500 ml d'eau, portez à ébullition. Puis laissez la casserole sur feu doux pendant 40 minutes. Retirer du feu, laisser refroidir. Au cours de la journée, vous devez boire un verre de bouillon, en le mélangeant avec du miel au lieu de sucre.

Conclusion

Une tumeur bénigne du rein peut facilement être traitée si elle est sollicitée rapidement. Par conséquent, si vous présentez les symptômes caractéristiques, n'espérez pas les guérir vous-même. Consultez un médecin qui ordonnera un examen et déterminera la cause des symptômes désagréables. Le pronostic de récupération et l'absence de rechutes n'est favorable que lorsque le traitement est démarré rapidement.
Vous pouvez regarder une vidéo qui vous aidera à comprendre la différence entre les types de diagnostics tels que l'IRM, le scanner et les ultrasons.

Les tumeurs rénales bénignes sont des tumeurs différentes des tumeurs malignes des reins en ce qu'elles ne métastasent pas, ne se développent pas lentement et causent rarement un dysfonctionnement de l'organe. La plupart d'entre eux sont trouvés au hasard, car ils donnent très peu de symptômes. Bien que les tumeurs bénignes des reins ne représentent pas un danger immédiat pour la vie, elles risquent cependant de se transformer en cancer du rein. Par conséquent, le diagnostic de tumeurs du rein est très important. Ils sont évalués et traités comme des formes précoces de cancer du rein.

Adénome rénal

L'adénome est la forme la plus courante de tumeur bénigne du rein. En général, il est petit, dense et à croissance lente. Les causes de son apparition ne sont pas connues. Comme l'adénome rénal est souvent asymptomatique, la fréquence de son apparition dans la population n'est pas déterminée. Bien qu'une étude indique la fréquence de 7% à 20% des cas d'adénome du rein détectés à l'autopsie.

Dans de rares cas, avec une quantité importante de tumeur au rein, il commence à pincer le tractus urinaire et les vaisseaux sanguins, avec des symptômes similaires au cancer du rein.

Au microscope, l'adénome du rein ressemble à un cancer du rein de bas grade. Bien que l'adénome rénal soit considéré comme une tumeur bénigne, il n'existe actuellement aucun critère clair permettant de le distinguer du cancer du rein. De nombreux chercheurs attribuent à un stade précoce l'adénome rénal au précancer. Le traitement est effectué conformément aux normes de traitement des tumeurs malignes du rein.

Oncocytome du rein

L'oncocytome du rein est une tumeur bénigne du rein, asymptomatique et pouvant atteindre une taille énorme. On le trouve non seulement dans les reins, mais aussi dans d'autres organes et zones du corps. Les causes de son apparition ne sont pas claires. L'oncocytome du rein est plus fréquent chez l'homme que chez la femme. En règle générale, les oncocytomes rénaux sont détectés par hasard lors des ultrasons, de l'urographie intraveineuse, de la tomodensitométrie et de l'imagerie par résonance magnétique lors de l'examen de problèmes de santé autres que les maladies du rein.

Au microscope, les cellules d'oncocytome rénal ressemblent à des cellules en phase initiale de cancer du rein. Par conséquent, les experts le considèrent comme un pré-cancer, qui doit être retiré chirurgicalement si l'état de santé du patient le permet.

Angiomyolipome rénal

L'angiomyolipome rénal (hémarthrome rénal) est une tumeur rénale bénigne rare causée par une mutation génétique congénitale.

Elle peut survenir isolément, mais le plus souvent, elle est associée à une maladie génétique appelée sclérose tubéreuse. La sclérose tubéreuse est caractérisée par de petites tumeurs dans les vaisseaux sanguins, conduisant à l'apparition de bosses sur la peau, ainsi que par une oligophrénie, des crises d'épilepsie, des kystes aux reins, au foie et au pancréas et, dans certains cas, au cancer du rein. Environ 80% des personnes atteintes de sclérose tubéreuse développent un angiomyolipome rénal.

Les angiomyolipomes du rein isolés (sans sclérose tubéreuse) sont plus fréquents chez les femmes d'âge moyen. Dans la plupart des cas, un angiomyolipome du rein est retrouvé dans la tomodensitométrie de patients souffrant de douleurs abdominales, d'étiologie peu claire, souffrant de troubles gastro-intestinaux ou en cas d'hémorragie soudaine pouvant être provoquée par une rupture de l'angiomyolipome du rein.

Les méthodes de traitement des angiomyolipomes du rein dépendent de la taille de la tumeur et de la gravité des symptômes. Les patients atteints d'un angiomyolipome du rein de petite taille qui ne provoque aucun symptôme sont généralement sous la surveillance d'un urologue et ne nécessitent pas de traitement. La question de la chirurgie - l'ablation d'un angiomyolipome du rein est envisagée en présence d'une croissance tumorale et de l'apparition de symptômes.

En raison du risque de rupture spontanée d'un angiomyolipome et de la survenue d'un saignement menaçant le pronostic vital, le traitement chirurgical est recommandé pour les patients présentant un angiomyolipome rénal de grande taille, par exemple une résection rénale ou une embolisation artérielle.

Fibrome rénal

Le fibrome rénal est une tumeur bénigne constituée de tissu fibreux. Il peut être localisé sur le rein ou à l'intérieur de celui-ci.

Il s'agit d'un type plutôt rare de tumeur bénigne du rein, plus fréquente chez la femme. Les causes de son apparition sont inconnues. Cliniquement, le fibrome rénal ne se manifeste pas. Il se développe principalement à la périphérie du rein et, avant de donner des symptômes, atteint une taille importante.

Bien que le fibrome rénal soit une tumeur bénigne, aucun critère particulier ne permet de le distinguer du cancer du rein. Avec de tels doutes dans le diagnostic, la plupart des médecins choisissent une méthode chirurgicale de traitement, généralement une résection du rein ou une néphrectomie radicale.

Lipome rein

Un lipome rénal est une tumeur bénigne du tissu adipeux du rein, qui provient des cellules de la capsule graisseuse du rein ou des tissus environnants. Il survient généralement chez les femmes d'âge moyen. Le lipome peut devenir volumineux et provoquer des douleurs et une hématurie.

Comme beaucoup de tumeurs bénignes, avec le temps, un lipome du rein peut devenir une tumeur maligne. Il est donc recommandé de l'éliminer rapidement par résection du rein ou néphrectomie.

Urologue Altunin Denis Valerievich (Institut de recherche en urologie, Moscou)

Plus D'Articles Sur Les Reins