Principal Anatomie

Infections féminines de la cystite

La cystite est la maladie la plus répandue du système génito-urinaire chez la femme. Au moins une fois dans leur vie, chaque femme l'avait. Les raisons du développement de cette pathologie sont très diverses. Chez les hommes, la maladie est beaucoup moins commune. Mais à 65 ans, ce chiffre s’aplatit.

La cystite est une inflammation de la membrane muqueuse de la vessie. En outre, plus en détail sur quel type d'infections causent la cystite chez le beau sexe.

Types d'infections

La microflore conditionnellement pathogène vit dans le corps de chaque femme, ce qui, sous l’influence de certains facteurs, se transforme en une flore pathogène et provoque une inflammation de la vessie.

Au cours des épidémies, une cystite hémorragique peut se former. En outre, les agents responsables peuvent être des virus de l’herpès et du parainfluenza, ainsi que des adénovirus.

Chez les jeunes filles, la cystite se développe à cause d'infections sexuellement transmissibles. Et maintenant, plus en détail sur chaque agent pathogène.

Microorganismes pathogènes conditionnellement

Le corps de chaque femme est peuplé de microorganismes opportunistes. Ils vivent sur des organes et des muqueuses en contact direct avec l'environnement, par exemple le tractus gastro-intestinal, le système urogénital, toute la peau. La présence de représentants aussi divers de la microflore contribue à maintenir la constance de l'environnement interne et à rendre le corps plus résistant aux facteurs environnementaux.

Dans le corps d'une personne en bonne santé, la microflore opportuniste est au repos. Il ne provoque pas de processus pathologiques. Mais dès que le statut immunitaire du corps diminue, les bactéries entament un processus actif de reproduction. En conséquence, le développement de maladies infectieuses, y compris la cystite infectieuse.

Microflore du tractus gastro-intestinal

Le tube digestif est le plus riche en présence de représentants de différentes flores. Ils contribuent au processus de digestion normale, participent à la synthèse de complexes vitaminiques et, bien sûr, sont responsables de la défense immunitaire de l'organisme.

Ils provoquent des cystites infectieuses à Gram positif (staphylocoques, streptocoques et entérocoques) et des bactéries à Gram négatif (entérobactéries, Proteus, E. coli et Klebsiella).

Microflore vaginale

Les champignons du genre Candida et les ureaplasma sont des représentants de la microflore féminine, responsables du développement de la cystite infectieuse.

La candida est le principal agent responsable de la candidose vaginale (muguet). Si elle n’est pas traitée, la cystite s’inscrit également. Chez les patients dont la protection immunitaire est faible, le processus infectieux se transmet par le flux sanguin dans tous les organes et systèmes, entraînant une candidose générale et une cystite à candidose.

Ureaplasma fait référence à la sous-espèce mycoplasme et possède des propriétés virales. Les Ureplazma ont la capacité de se fixer aux leucocytes, de perturber leurs capacités fonctionnelles et de réduire la réponse protectrice et inflammatoire. En conséquence, une cystite chronique se développe.

Pathogènes des infections sexuellement transmissibles

Chez les femmes sexuellement actives, la cystite est due à une infection urogénitale. La chlamydia occupe une position de leader parmi les infections sexuellement transmissibles.

Aux stades initiaux, la chlamydia ne se manifeste en aucune manière, elle peut être détectée après les complications développées du système urogénital. La chlamydia existe dans le corps humain sous forme de formes atypiques. C'est ce fait qui complique le diagnostic. Malheureusement, l'immunité contre cette infection n'est pas développée.

Infections virales respiratoires

En présence d'une infection virale en cours, une forme de cystite hémorragique se développe dans le corps. C'est quand une infection par le sang envahit la vessie.

La cystite virale est causée par les virus suivants: herpès simplex, varicelle, zona, cytomégalovirus, adénovirus.

Symptômes communs de la cystite

Les symptômes les plus courants de la cystite sont:

  • douleur dans l'abdomen;
  • écoulement muqueux du tractus génital;
  • mictions fréquentes;
  • picotements et démangeaisons dans la région génitale;
  • écoulement purulent avec l'urine.

Traitement de la cystite

Il est nécessaire de traiter la cystite dans un complexe. Le traitement comprend les activités suivantes:

  • les uroantiseptiques (furazidine, nitrofurantoïne, furagine);
  • les quinolones (ofloxacine, ciprofloxacine);
  • céphalosporines, pénicillines et fosfomycine (Monural);
  • médicaments antispasmodiques (pas de shpa, chlorhydrate de papavérine).

Et observez également les indications suivantes:

  • l'utilisation de décoctions d'herbes ayant un effet diurétique;
  • l'alcool, les aliments épicés et salés doivent être exclus du régime alimentaire;
  • utilisez une bouillotte pour réduire la douleur.

Les infections qui causent une inflammation de la vessie sont très diverses. Pour empêcher leur développement, vous devez respecter les règles de base de l'hygiène personnelle. Belles femmes, prenez soin de votre santé.

Connaître l'ennemi en face: liste des bactéries et des maladies responsables de la cystite

La cystite est la pathologie urologique la plus répandue. Le plus souvent, cette maladie touche les femmes et beaucoup moins souvent les hommes.

En pratique, le lien entre le processus d'inflammation de la vessie et les maladies de la sphère gynécologique est très rare. Les allergènes, les toxines et autres agents non infectieux sont susceptibles de provoquer une cystite.

Cependant, dans la pratique médicale, la forme infectieuse la plus commune de la maladie. Par conséquent, la question de savoir quelles infections causent la cystite est très d'actualité. Le plus souvent, le microbe pathogène conditionnel provoque un processus inflammatoire.

Parfois, la cause du processus inflammatoire est une maladie sexuellement transmissible. Dans ce cas, de l'urètre, qui chez la femme est assez large et peu long, l'infection passe dans la vessie.

Il provoque une inflammation dans la vessie et, par conséquent, une cystite bactérienne se développe.

Une vie sexuelle active et même le début du cycle menstruel peuvent être la cause du développement du processus pathologique.

La cystite bactérienne occupe la première place parmi les maladies du système urinaire.

Quelles bactéries causent des maladies?

Le processus inflammatoire sur les parois (membrane muqueuse) de la vessie est caractérisé par une cystite bactérienne. Diagnostiquer cette maladie est facile, car les symptômes sont prononcés.

Bactérie sur le mur de la vessie

Toute bactérie peut être un agent causal de la forme bactérienne de la maladie. Les micro-organismes pathogènes conditionnels qui constituent la microflore ne peuvent pas provoquer de processus infectieux-inflammatoires.

Mais, par exemple, en cas de faible immunité, les formes graves de maladies, les blessures, les maladies virales, la microflore sous condition pathogène peuvent devenir pathogènes et provoquer une maladie. Les agents pathogènes ne font pas partie de la microflore normale et deviennent toujours la principale cause de cystite bactérienne.

Bactérie pathogène sous condition provoquant une cystite bactérienne:

  • staphylocoque;
  • des gonocoques;
  • Champignons Candida;
  • mycoplasme;
  • les streptocoques;
  • E. coli;
  • ureaplasma;
  • Pseudomonas aeruginosa.

Agents pathogènes responsables de la cystite bactérienne:

  • Klebsiella;
  • les virus;
  • microbes coliformes;
  • la listeria;
  • tréponème pâle;
  • protéi;
  • la chlamydia;
  • Trichomonas

Chacune des bactéries provoque une maladie du système urogénital présentant certaines caractéristiques.

Escherichia coli est la cause la plus courante du processus inflammatoire. Ce microorganisme est présent dans l'intestin, là où les bifidobactéries ne permettent pas sa multiplication, et ne provoque pas de pathologie.

Avec toute inflammation du système urogénital, immunité réduite, manque de minéraux et de vitamines, E. coli peut pénétrer dans la membrane muqueuse (paroi interne) de la vessie et provoquer un processus inflammatoire.

Vous devez d’abord prendre soin de votre système immunitaire.

Classification des agents pathogènes

Comme indiqué précédemment, chaque microorganisme pathogène provoque sa propre réponse inflammatoire caractéristique.

Selon cette réaction, la cystite peut être divisée en deux groupes:

  • l'inflammation est causée par une bactérie pathogène spécifique (infections sexuellement transmissibles): chlamydia, trichomonas, etc. Ce groupe peut également inclure la cystite causée par une infection d'origine tuberculeuse. Les microbes qui provoquent un processus inflammatoire avec des caractéristiques distinctives inhérentes à cette infection et à cet agent pathogène sont appelés spécifiques;
  • Non spécifique - une maladie qui disparaît sans symptômes ni caractéristiques spécifiques, les agents responsables de la maladie sont des bactéries conditionnellement pathogènes, provoquées par certaines conditions.

Bactéries responsables de la cystite non spécifique:

Symptômes de la maladie:

  • douleur et inconfort dans le bas de l'abdomen;
  • démangeaisons et picotements;
  • chez les femmes, pertes vaginales, chez les hommes, pertes urétrales;
  • mictions fréquentes;
  • apparition possible de croissances artificielles sur les organes génitaux externes.

Si une infection spécifique se développe, on la trouve généralement:

  • ulcères à bords denses;
  • ganglions lymphatiques enflés (avec la syphilis);
  • du pus dans l'urine.

La cystite causée par un virus est souvent accompagnée par l'apparition de plaies, de condylomes, de vésicules, etc. Non spécifique est infectieuse, elle se prête donc bien au traitement antibactérien.

Il est important de se rappeler que le traitement rapide de la cystite accélérera considérablement le rétablissement.

Modes de transmission des infections

Il existe plusieurs moyens courants de transmission de la maladie:

  • hématogène. Peut survenir avec une transfusion sanguine, la présence de plaies et de coupures sur le corps. Par exemple, lors d'une intervention chirurgicale ou d'une extraction de dents;
  • lymphogène. Cette transmission de la maladie implique la propagation de l'infection par les vaisseaux lymphatiques. Par le biais de la lymphe, la cystite est souvent transmise avec une propreté insuffisante;
  • à la baisse Les bactéries situées dans les uretères et les reins peuvent pénétrer dans la vessie. L'infection des reins enflammés tombe et est localisée dans la vessie;
  • ascendant L'option la plus commune. L'infection se développe dans le corps à partir de l'urètre enflammé et infecte la vessie;
  • contact Cela se produit souvent lorsque vous ignorez les mesures de sécurité lors de l'examen cytologique, du cathétérisme ou de la cystoscopie (examen de la paroi interne de la vessie).

L'un des modes d'infection est l'urètre. Des soins incorrects des organes génitaux et une mauvaise hygiène peuvent provoquer une cystite.

En raison du fait que les micro-organismes se déplacent facilement de la membrane muqueuse infectée à une membrane saine, une infection est possible entre partenaires sexuels. Le porteur de la maladie peut souvent être un homme atteint de maladies chroniques ou non traitées de la vessie ou du système reproducteur.

La cystite bactérienne est souvent une complication d'autres maladies. Dans tous les cas, le respect des règles d'hygiène personnelle augmentera considérablement vos chances de ne pas être infecté par cette infection.

Autres causes de la maladie

Il existe une relation étroite entre tous les processus inflammatoires dans le corps. C'est pourquoi la maladie d'un organe contribue à l'infection d'autres organes. Au sens figuré, il y a une infection de l'intérieur.

La cystite résulte souvent des maladies suivantes:

  • une bronchite;
  • les caries;
  • maux de gorge;
  • otite moyenne;
  • pyélonéphrite;
  • la vaginite;
  • la candidose;
  • l'herpès;
  • amygdalite chronique;
  • la chlamydia;
  • La trichomonase;
  • urétrite, etc.
La cystite résultant d'une autre maladie est appelée secondaire. Cependant, l'inflammation de la vessie peut également contribuer au développement d'une autre maladie. Le cas le plus fréquent est celui où la cystite se transforme en pyélonéphrite (inflammation des reins).

Vidéos connexes

Présentez brièvement et clairement les causes des symptômes, des symptômes et des méthodes de traitement de la cystite dans l’émission télévisée «Vivre en bonne santé!» Avec Elena Malysheva:

Pour le diagnostic de la cystite en utilisant une analyse spéciale et générale de l'urine, frottis dans le vagin, l'urètre, le rectum. Le traitement est effectué par une méthode conservatrice, en utilisant des phytopreparations, des uro-antiseptiques et des antibiotiques, si nécessaire, des analgésiques. Un mode de vie sain, le soutien constant d'un niveau élevé d'immunité, des soins hygiéniques adéquats et une vie sexuelle modérée seront les éléments clés pour prévenir l'apparition de la cystite.

Les cinq bactéries les plus courantes qui causent la cystite bactérienne

Visites fréquentes aux toilettes, sensation de malaise, sensations d'inconfort «dans le bas de l'abdomen» - ces symptômes, qui signalent l'apparition d'une cystite, ne sont pas familiers à presque toutes les femmes. Nous comprendrons quelle est la cause de cette maladie et quels principes de traitement existent.

Le terme "cystite bactérienne" désigne le processus inflammatoire de la paroi de la vessie provoqué par la microflore bactérienne présente dans le corps humain. Les agents responsables de la survenue de cette maladie sont des microorganismes tels que:

  • E. coli;
  • Proteus;
  • Klebsiella;
  • Staphylocoque;
  • Enterobacter.

Ces agents bactériens appartiennent à la microflore sous condition pathogène qui, dans des conditions normales et dans des quantités ne dépassant pas un certain seuil, vit dans le rectum et le vagin d'une femme.

La proximité de ces organes avec l'urètre favorise la pénétration d'agents pathogènes, d'abord dans celui-ci, puis dans la vessie. Introduites dans la couche muqueuse de l'organe, les bactéries provoquent un processus inflammatoire (le principal microorganisme pathogène est Escherichia coli).

En outre, des agents pathogènes pathogènes peuvent être introduits dans la vessie avec une circulation sanguine provenant de foyers d'inflammation chronique dans le corps, tels qu'une amygdalite, une prostatite et même une pulpite.

La cystite bactérienne ne diffère des autres types de cystite que par le type de microorganisme pathogène à l'origine de la maladie. La cause de la cystite peut aussi être:

  • Les virus;
  • Champignons (le plus souvent - le genre Candida);
  • La chlamydia;
  • Trichomonas;
  • Mycoplasme;
  • Ureaplasma;
  • Mycobacterium tuberculosis.

Les facteurs contribuant à l'apparition de la cystite peuvent être des anomalies de la structure de la vessie (diverticules, poches), de la lithiase urinaire, du néoplasme de la vessie, du rétrécissement de l'urètre (contribuent à la stagnation de l'urine et à la reproduction de microorganismes pathogènes).

Quels sont les symptômes de la maladie?

La cystite aiguë survient soudainement, dans le contexte d'une santé complète. Il peut provoquer une hypothermie, des traumatismes, des rapports sexuels fréquents, des interventions médicales à des fins de diagnostic (cathétérisme de la vessie). La maladie est indiquée par l'apparition des symptômes suivants:

  • Fréquent (plus de 6 fois par jour), accompagné d'une miction douloureuse;
  • La sensation de malaise, la vidange incomplète de la vessie après la miction;
  • Douleur constante dans la région sus-pubienne;
  • Démangeaisons et brûlures dans le canal urétral;
  • Fièvre (température corporelle de 37,5 degrés et plus);
  • Diminution de la performance;
  • Chez les femmes en âge de procréer (âge de procréer), des troubles menstruels peuvent survenir.

Une autre caractéristique est l'apparition après la miction d'un écoulement purulent crémeux et de quelques gouttes de sang de l'urètre.

Quelles méthodes déterminent l'agent causatif de la maladie?

Le diagnostic de la cystite bactérienne est établi sur la base de plaintes et de symptômes caractéristiques, ainsi que de données de laboratoire et d'examens instrumentaux. En règle générale, une analyse de sang révèle des signes d'inflammation non spécifique: le nombre de leucocytes augmente avec le déplacement vers la gauche des formes en forme de bâtonnets, la RSE étant accélérée.

Dans l'analyse générale de l'urine, une réaction alcaline de l'urine, une augmentation du nombre de leucocytes, de bactéries et également de globules rouges sont détectés. La méthode la plus informative est la culture d'urine sur microflore. Cela permet non seulement de déterminer l'agent causal de la maladie, mais également de déterminer les antibiotiques auxquels le microbe est le plus sensible.

Cela aidera le médecin à choisir le traitement médicamenteux le plus efficace. L'échographie de la vessie permet de déterminer la présence d'anomalies de la structure de l'organe et la présence de calculs intravésicaux, ainsi que d'exclure une tumeur.

Principes de traitement de la cystite bactérienne

La cystite bactérienne ne peut être vaincue que par une approche thérapeutique intégrée. Il est recommandé de suivre un régime à l'exception des plats gras, frits et épicés. Il est nécessaire d’inclure les aliments à base de produits laitiers et de légumes dans le régime alimentaire afin d’augmenter l’apport quotidien en liquides en raison de l’eau minérale, des boissons aux fruits non concentrées et du thé. Il est recommandé aux femmes de fournir du repos sexuel.

Lire la suite dans l'article - sur les règles de l'activité sexuelle avec la cystite.

Dans le traitement de la cystite, on utilise des médicaments qui éliminent l'agent causal de la maladie (antibiotiques), soulagent la douleur (anti-inflammatoire et antispasmodique), ainsi que des médicaments à base de plantes (aident à éliminer l'agent pathogène de la vessie).

Les antibiotiques modernes utilisés dans le traitement comprennent:

  • Fosfomycine (monurale);
  • Les fluoroquinolones (ciprofloxacine, lévofloxacine, ofloxacine);
  • Pénicillines protégées (amoxicilline + acide clavulanique);
  • Céphalosporines 3 générations (céfixime).
Antibiotiques.

Tous ces agents antibactériens ont un large spectre d’action, ce qui a un effet néfaste sur les microorganismes pathogènes. Seul un médecin peut choisir le bon antibiotique et son dosage en tenant compte des manifestations cliniques et de la durée de la maladie. Le traitement par Monural dure 5 jours et les autres médicaments de ce groupe, 7 jours.

(Diclofenac, Nimesulide) interrompent la chaîne de réactions chimiques conduisant à l'apparition d'une inflammation. Antispasmodique.

(Drotavérine) provoque la relaxation des cellules musculaires lisses de la paroi de la vessie et améliore les processus d'approvisionnement en sang dans le corps - ceci aide à éliminer la douleur

Il a un effet bactéricide diurétique et faible. Cela contribue à la lixiviation des microbes pathologiques du foyer de l'inflammation. Pour la fabrication de médicaments de ce groupe, on utilisait des matières végétales. Ces moyens incluent Canéphron, Fitolysin, Urolesan et autres.

Méthodes de médecine traditionnelle

Dans le traitement de la cystite et le recours à la thérapie populaire:

Frais rénaux (disponibles à la pharmacie):

Versez 2 cuillères à soupe de matière sèche avec 300 ml d'eau bouillante, laissez infuser pendant 1,5 heure. La teinture obtenue est prise dans la semaine.

Teintures adaptogènes (augmenter l'immunité):

Eleutherococcus, échinacée, ginseng. Disponible dans une pharmacie sans ordonnance. Ils contiennent de l'alcool dans leur composition et ont donc certaines contre-indications à leur utilisation.

Le tutsan, l'aneth, le persil et le thym sont pris à parts égales, hachés. 1 cuillère à soupe verser 1 tasse d'eau bouillante, insister pour une courte période. Est ingéré 1/3 tasse 3 fois par jour pendant 2 semaines.

Mesures préventives

Pour vous protéger contre les maladies récurrentes de la cystite, il est recommandé de protéger le corps contre l'hypothermie, de traiter rapidement les maladies inflammatoires d'autres organes et systèmes, de suivre les règles d'hygiène personnelle et intime.

Agents pathogènes infectieux de la cystite chez la femme

Selon les statistiques médicales, environ 30 millions de patients atteints de cystite sont diagnostiqués en Russie en un an. Cette maladie peut être identifiée à tout âge chez toutes les catégories de personnes. Mais les femmes sont plus susceptibles aux inflammations de la vessie en raison de la spécificité de la structure anatomique du système génito-urinaire. Le pourcentage d'incidence des hommes après 65 ans augmente rapidement. Cela est dû à la diversité des microorganismes pathogènes qui agissent comme agents pathogènes de l’infection de l’organe creux du système excréteur. Avant de commencer un traitement, les médecins doivent identifier les infections responsables de la cystite chez les femmes et les hommes.

Contenu de l'article

Étiologie de la cystite et symptômes caractéristiques

Pour obtenir un résultat positif du cours thérapeutique, il est nécessaire de déterminer quelles infections provoquent une cystite dans chaque cas particulier. Sur la base de la phase de la maladie, la maladie peut être sous une forme aiguë ou chronique.

Quel que soit le type d’infection à l'origine de la cystite chez une femme ou un homme, cette maladie se caractérise par des symptômes bénins aux premiers stades du développement. En conséquence, dans la plupart des cas, le traitement commence en présence de complications de la maladie. Les signes standard confirmant la présence d’un processus inflammatoire dans la vessie incluent: miction fréquente, gouttes d’urine, sensation de vessie pas tout à fait vide, douleur spasmodique dans la région pubienne. Avec la progression de la cystite chez les patients ont révélé des pertes de sang (hématurie) et des sédiments dans les urines.

L'étiologie de l'inflammation de la vessie peut être très diverse. La plupart des médecins diagnostiquent les types suivants de la maladie:

L'influence de l'état de la flore vaginale sur la vessie

Candida et ureaplasma sont présents dans la microflore vaginale. En cas de défaillance du système urogénital, on observe d’abord une croissance active de microorganismes analogues à la levure, ce qui provoque le muguet. Si vous ne traitez pas la candidose féminine, les parois muqueuses de l'organe excréteur commencent à s'enflammer.

Les microorganismes pathogènes qui causent la cystite peuvent être n’importe lequel. Les conditions principales ne sont que la présence de leur activité pathogène (Gardnerella, Chlamydia). L'ureaplasma, quant à lui, est un type de mycoplasme et se caractérise par sa capacité à se fixer aux leucocytes, entraînant une défaillance de leur fonctionnement naturel. Une telle interaction avec un microorganisme viral provoque une diminution des réactions protectrices.

Les médecins disent que l’ureaplasma seul n’est pas capable de provoquer une inflammation des parois de la vessie. Son effet viral se manifeste lorsqu'il est associé à d'autres bactéries pathogènes (chlamydia).

Les symptômes standard de la cystite présentant une telle étiologie sont les suivants:

  • picotements et sensation de brûlure dans l'urètre;
  • sécheresse vaginale;
  • sensations douloureuses pendant les rapports sexuels;
  • écoulement muqueux nuageux avec une odeur désagréable.

L'inflammation de l'organe excréteur causée par la vaginose bactérienne est une maladie chronique, accompagnée de périodes de maladie aiguë et de rémission.

Le traitement de la dysbiose vaginale infectieuse doit être basé sur la compréhension qu'il ne sera pas possible de le faire avec des antibiotiques seuls ou des suppositoires. En plus de la nécessité de détruire complètement le véritable agent responsable de l'inflammation de la vessie, vous devrez restaurer la microflore naturelle du vagin et améliorer l'immunité. Pour ces raisons, le cours thérapeutique aborde ces deux domaines.

La relation de dysbiose intestinale et de cystite

Dans le tractus gastro-intestinal, un très grand nombre de bactéries participent à la synthèse des vitamines, à la digestion et à la formation d'une immunité locale. Dans le fonctionnement normal du système digestif, ces microorganismes ne sont pas en conflit. Cependant, dans le contexte d'une violation de leur ratio, des processus inflammatoires commencent. Au cours des études cliniques, il a été établi que la présence de bactéries gram (-) (Enterobacter, Klebsiella, E. coli) et Gram (+) (entérocoque, streptocoque, staphylocoque) pouvait déclencher la cystite.

D'après des statistiques médicales, E. coli occupe une place prépondérante en tant qu'agent responsable de l'inflammation de la vessie et les cas de la maladie causée par le staphylocoque sont le plus rarement diagnostiqués. Dans la plupart des cas, la cystite se développe dans le contexte d'une telle dysbiose avec une hygiène insuffisante.

La microflore pathogène pénètre dans la vessie de deux manières:

  • ascendant - de l'urètre (diagnostiqué dans la plupart des cas de cystite);
  • vers le bas - depuis le pelvis rénal

La relation entre dysbiose intestinale et cystite d’étiologie infectieuse s’explique par le fait que, en cas de trouble du tube digestif, la résistance de l’organisme aux effets négatifs de bactéries pathogènes est réduite. En association avec d'autres facteurs provoquants, le patient développe une cystite sous une forme chronique.

Le développement de l'inflammation de la vessie dans le contexte d'infections génitales

En pratique médicale, il existe souvent des situations de diagnostic de la cystite, dont l’agent causal est l’infection urogénitale. Dans la plupart des cas d'inflammation de la vessie présentant cette forme d'étiologie, la chlamydia est détectée. Dans le même temps, un impact négatif sur le système urogénital n’est pas réalisé directement, mais indirectement. Cela signifie qu'en cas d'infection à Chlamydia aux stades initiaux, l'urètre est affecté, puis la microflore.

La complexité de cette étiologie de la cystite réside dans les épidémies récurrentes et récurrentes. Cela est dû au fait que la chlamydia se développe dans le corps, étant dans un état atypique et ne se manifeste négativement que dans des conditions de réduction des fonctions de protection. Il est à noter qu’à la fin du traitement, l’immunité n’est pas rétablie par elle-même, et les médecins sont priés de prendre des immunostimulants supplémentaires.

Pour ces raisons, les professionnels de la santé insistent sur l’importance de la protection lors des rapports sexuels. Même si le partenaire sexuel est complètement en bonne santé, au cours de son intimité, il transfère ses microorganismes nuisibles. En conséquence, la microflore naturellement pathogène peut être perturbée dans le corps de la femme.

Virus respiratoires en tant qu'agents pathogènes de la cystite

Le deuxième responsable le plus fréquent du développement de la cystite après bactérie est l'impact négatif des virus. Avec cette étiologie, une inflammation des parois muqueuses de l’organe se produit lorsque les facteurs suivants sont présents: virus de la grippe et virus parainfluenza, herpès, adénovirus, cytomégalovirus.

Les médecins notent que le pourcentage de tout agent pathogène dépend directement de la prévalence de la maladie dans la région de résidence. Par exemple, lors d'une épidémie de grippe, le risque de développer une cystite présentant le même étiologie est élevé. Cela est dû au fait que les processus inflammatoires dans l'organe creux du système excréteur sont secondaires.

Selon l'agent pathogène spécifique, les symptômes peuvent différer d'une certaine manière de la manifestation standard de la maladie. En cas d'inflammation herpétique, les patients remarquent des éruptions cutanées caractéristiques de leurs organes génitaux et l'urine dégage une forte odeur désagréable. Dans la plupart des cas de diagnostic de cystite virale, les patients commencent à montrer des signes d'hématurie, résultant de la circulation sanguine dans les parois de la vessie. En conséquence, la cystite hémorroïdaire se caractérise par la présence de pertes sanguines dans les urines.

En conséquence, les médecins choisissent un traitement individuel pour chaque cas particulier, en fonction des résultats des analyses de laboratoire et bactériologiques. L'utilisation d'antibiotiques à elle seule ne suffira pas à vaincre la vessie, car les microorganismes viraux y sont peu sensibles. De plus, il faut comprendre que le principal instigateur de cette forme de maladie est la réduction des fonctions de protection de l'immunité humaine. C'est pourquoi les médecins commencent le traitement avec la nomination d'immunostimulants. Vous devez également comprendre qu'un patient présentant une infection virale est contagieux pour les autres. En l'absence d'un effet médicamenteux adéquat, la cystite d'étiologie virale se transforme rapidement en une forme bactérienne.

Conclusion

Dans la cystite, l'infection, provoquant, peut être très diverse. Comme le montre la pratique médicale, indépendamment de l'étiologie de l'inflammation de l'organe creux du système excréteur, la cause fondamentale de son développement est une diminution significative de l'immunité. En conséquence de réduire les fonctions de protection du corps de chaque personne devient vulnérable et sensible à l'action de la microflore pathogène. Pour cette raison, les patients doivent également se rappeler des mesures préventives consistant à prendre des complexes vitaminiques, à se durcir et à faire du sport.

La cystite est une maladie infectieuse grave dont le traitement doit obligatoirement être effectué sous la surveillance constante d'un spécialiste qualifié. En outre, pour obtenir un résultat positif sous la forme d'un rétablissement complet, une approche thérapeutique intégrée est nécessaire.

Quels micro-organismes provoquent la cystite?

Les infections causées par divers micro-organismes sont caractérisées par le développement d'un processus inflammatoire aigu. Cette inflammation peut aboutir à un rétablissement complet ou devenir chronique lorsque les périodes de rémission alternent avec des exacerbations de la maladie.

Les infections urinaires, y compris la cystite, peuvent être causées par une grande variété de pathogènes. En outre, toute bactérie sexuellement transmissible fait référence à un groupe spécifique du type de distribution approprié. Les bactéries peuvent infecter de nombreux organes du système reproducteur humain, pas seulement la vessie. Les infections urinaires identifiées par l’Organisation mondiale de la santé comprennent la cystite, l’urétrite, la pyélonéphrite, les annexites, l’endométrite, la prostatite, etc.

Quelles bactéries causent des maladies?

L'agent causal des infections urogénitales, y compris la cystite, peut être n'importe quel microorganisme, pathogène ou opportuniste. Les bactéries pathogènes sont toujours à l'origine de la maladie et ne font jamais partie de la microflore normale d'une personne. Des micro-organismes pathogènes conditionnels sont présents dans la microflore humaine et ne sont pas capables de provoquer un processus infectieux-inflammatoire. Mais, en présence de certains facteurs, par exemple lors de la chute de l’immunité, de graves maladies somatiques, des maladies virales et des traumatismes, la microflore pathogène conditionnelle se transforme en pathogène et contribue au développement de l’inflammation.

Les maladies les plus courantes du système génito-urinaire sont les bactéries pathogènes suivantes:

  1. Gonocoques
  2. Ureaplasmas.
  3. Mycoplasme.
  4. Trichomonas
  5. Chlamydia.
  6. Treponema pallidum.
  7. Staphylococcus et Streptococcus.
  8. E. coli, Pseudomonas aeruginosa.
  9. Champignons Candida.
  10. Microbes coliformes.
  11. Proteus.
  12. Virus.
  13. Listeria
  14. Klebsiella.

Tous les micro-organismes ci-dessus sont les principales causes de la cystite. Dans le même temps, les cocci, E. coli et les champignons Candida sont des agents pathogènes opportunistes, tous les autres sont pathogènes. Chaque bactérie provoque le développement d'une inflammation avec ses caractéristiques spécifiques.

Classification des agents pathogènes

Comme déjà mentionné, le microorganisme pathogène provoque une certaine réaction inflammatoire. Par leur type, les infections urogénitales sont divisées en spécifiques et non spécifiques. Les microbes qui forment une réaction inflammatoire avec des caractéristiques distinctives qui ne sont inhérentes qu'à cet agent pathogène et à cette infection sont appelés spécifiques. Si l'inflammation survient sans symptômes ni caractéristiques spécifiques, une telle infection est considérée comme non spécifique.

Bactéries responsables d'infections non spécifiques:

Ces agents pathogènes activent le processus inflammatoire typique sans aucune caractéristique. Par exemple, la cystite, dont les agents responsables sont la chlamydia et le staphylocoque, sera considérée comme non spécifique.

Modes de transmission des infections

L'infection par une infection urogénitale peut être l'une des trois manières suivantes:

  1. Tout contact sexuel au cours duquel aucun contraceptif de barrière n'a été utilisé.
  2. Négligence des règles d'hygiène, qui a conduit à l'ascension de l'infection de la peau dans l'urètre et plus loin dans la vessie.
  3. Les maladies inflammatoires telles que les caries, l'otite moyenne, la sinusite, la grippe, le mal de gorge, la pneumonie, qui ont provoqué la transmission du sang et de la lymphe dans la vessie et ont provoqué une cystite.

Certains micro-organismes provoquent une inflammation dans un seul organe, d'autres dans plusieurs à la fois. Par exemple, les streptocoques du groupe B causent souvent des maux de gorge, puis atteignent les reins avec un flux sanguin, provoquant une glomérulonéphrite.

Différences dans l'évolution de la maladie chez les deux sexes

Les hommes souffrent moins souvent de cystite que les femmes, en raison principalement de la structure différente de leurs organes génitaux. Les hommes ont un urètre plus long, ce facteur est en soi une sorte de barrière qui protège contre la pénétration et l’ascension de l’infection urogénitale. Les femmes dont l'urètre est court et large ne sont pas protégées contre les bactéries ascendantes. Par conséquent, leur uréthrite primaire se transforme souvent en cystite, pyélonéphrite, salpingite et annexis.

La plupart des hommes souffrent de prostatite et d'urétrite. Souvent, la tête du pénis ou son prépuce s’enflamme à cause du non-respect des règles d’hygiène personnelle et de l’abus de manque de protection lors des relations sexuelles anales. Dans le même temps, les hommes ressentent une douleur intense, des douleurs et des brûlures dans la région génitale, ainsi qu'une sensation de lourdeur dans le périnée.

Chez les femmes, au contraire, on observe souvent une évolution plus discrète et plus cachée de la maladie, c'est-à-dire qu'une bactériurie se développe - des bactéries sont présentes dans l'urine et les symptômes et les signes de la maladie sont absents. En raison de la présence d'une forme cachée, les femmes ignorent souvent l'existence de la maladie.

Signes d'infections urinaires

Toute infection sexuelle urinaire, y compris la cystite, survient avec les symptômes suivants:

  • douleur et inconfort dans le bas de l'abdomen;
  • sensation de démangeaisons et de picotements;
  • pertes vaginales chez les femmes et de l'urètre chez les hommes;
  • mictions fréquentes;
  • des éruptions inhabituelles peuvent apparaître sur la vulve.

Si une infection spécifique se développe, vous pourriez recevoir:

  • du pus dans l'urine;
  • ulcères à bords denses;
  • les ganglions lymphatiques peuvent être élargis (avec la syphilis).

Cystite causée par des virus, souvent accompagnée d'apparition d'ulcères, de vésicules, de condylomes, etc. Dans le cas d'une infection non spécifique, les symptômes peuvent être moins perceptibles, moins prononcés.

Quelles bactéries causent la cystite chez les femmes?

En proportion directe de ce que les infections provoquent la cystite, est prescrit pour lutter contre ce schéma thérapeutique. Très souvent, dans cette situation, de graves erreurs sont commises: par exemple, la cystite d'origine virale est traitée à l'aide d'antiviraux et les maladies d'origine bactérienne, à l'aide d'agents antibactériens. Par conséquent, un traitement approprié est impossible sans un examen diagnostique approfondi du patient.

Quels types de microorganismes peuvent causer une inflammation?

Le processus inflammatoire dans les parois de la vessie peut être causé par différents types de pathogènes: bactéries (pathogènes conditionnelles, pathogènes et spécifiques), virus et champignons.

Quand la maladie est causée par une bactérie

En présence de facteurs prédisposants, l'inflammation de la vessie peut également être provoquée par une microflore sous condition pathogène, constamment présente dans le corps humain. Dans ce cas, le déclenchement de l’inflammation peut être:

La négligence grave des règles de base de l'hygiène personnelle, en particulier, la mauvaise exécution de la toilette des organes génitaux, ce qui peut entraîner l'infiltration de microorganismes vivant dans le rectum dans la lumière de l'urètre et de là dans la vessie. La flore intestinale est l'agent causal le plus courant de la cystite bactérienne. Effectuer des manipulations thérapeutiques ou diagnostiques instrumentales. Très souvent, la cystite se développe après un cathétérisme de la vessie, une dilatation de l'urètre ou une cystoscopie. Inflammation concomitante de la prostate chez l'homme, entraînant une augmentation de la température corporelle locale et la création de conditions propices au développement de la flore pathogène. Diabète sucré, entraînant une modification de la composition chimique de l'urine et une diminution de la fonction de barrière du tissu épithélial. La grossesse Le développement de la cystite peut contribuer à la compression de la vessie de l’utérus enceinte, ainsi qu’à la modification des propriétés chimiques de l’urine en raison d’une altération de la fonction excrétrice rénale. Urolithiase. Le chevauchement mécanique des voies urinaires contribue à la stagnation de l'urine et à la création de conditions propices à l'activation de la flore sous condition pathogène. Maladies des voies urinaires supérieures et de l'urètre. Ils augmentent le risque d'infection dans la cavité vésicale.

L'inflammation la plus commune de la vessie est causée par des bactéries telles qu'Escherichia coli, Staphylococcus aureus, Streptococcus, Klebsiella, Enterococcus et Proteus.

On ne considère pas que la cystite bactérienne appartient à la catégorie des maladies infectieuses, car dans ce cas, l'agent pathogène n'est pas transmis d'un malade à un autre. Par conséquent, un diagnostic de cystite non infectieuse est souvent diagnostiqué chez un urologue lorsqu'une flore pathologiquement conditionnelle est détectée dans l'urine.

Si l'infection est venue de l'extérieur

La cystite bactérienne peut également être causée par une bactérie transmise sexuellement. Une telle cystite est appelée infectieuse. Le plus souvent, les types de microorganismes suivants provoquent une inflammation de la vessie:

Gonocoque Le plus souvent, la cystite à gonocoque survient chez des patientes présentant de faibles niveaux du système immunitaire, souffrant d'inflammation de l'urètre, des organes génitaux externes et du vagin. Chlamydia. Ce type de microorganisme entraîne une diminution des propriétés protectrices de la membrane muqueuse de la vessie et l’activation de la microflore pathogène conditionnelle. Par conséquent, en cas de chlamydia, la cystite non infectieuse se produit plus souvent, mais elle est due à l’invasion de la chlamydia. Ureaplasma et mycoplasmes. Ces parasites intracellulaires se retrouvent souvent chez les patients présentant une inflammation chronique persistante de la vessie.

Le processus inflammatoire peut provoquer et le plus simple, en particulier, Trichomonas. Cependant, de nombreux experts nient l’existence de la cystite à Trichomonas.

La cystite provoquée par des micro-organismes sexuellement transmissibles a le cours le plus malin et peut conduire au développement d'une inflammation chronique et à des lésions des organes génitaux. Souvent, ces processus inflammatoires suivent un cours asymptomatique, ce qui conduit à de graves modifications des parois de la vessie.

Il a été établi de manière fiable que certains types de virus provoquent également une inflammation des parois de la vessie. Le plus souvent, la cystite virale est due à la pénétration d'adénovirus, de papillomavirus et de virus de l'herpès dans la vessie. En règle générale, ce type d'inflammation est détecté chez les enfants dont le système immunitaire est peu développé.

Un affaiblissement marqué du système immunitaire conduit au développement d'un autre type de cystite - les champignons. Le processus inflammatoire de la vessie est le plus souvent causé par les actinomycètes, les blastomycètes et le candida.

La vessie est également vulnérable à une infection bactérienne spécifique. Ainsi, une inflammation de la membrane muqueuse de cet organe peut se développer lorsque Mycobacterium est infecté par la tuberculose et que la tuberculose est endommagée par les reins et les organes génitaux.

Signes distinctifs d'inflammation

En règle générale, les symptômes des différents types de cystite sont les mêmes. Fondamentalement, ils sont dans la nature de la douleur qui se produit lors du processus d’excrétion de l’urine et au repos. Caractéristiques caractéristiques telles que:

petites quantités d'urine excrétée; augmenter la fréquence des mictions; besoin urgent d’uriner (besoin insupportable); sensation de vessie pas complètement vidée; température corporelle basse; des frissons; faiblesse et fatigue; douleur abdominale basse.

Les caractéristiques physiques et chimiques de l'urine changent, ce qui se manifeste de l'extérieur par une couleur et une odeur atypiques. Les rapports sexuels sont violés, au cours desquels une douleur aiguë peut apparaître.

Les infections bactériennes entraînent souvent la formation de flocons dans l’urine et son trouble. Cependant, ce n'est pas un signe fiable d'un processus bactérien.

L'historique de la maladie permet de juger de la nature de l'inflammation existante et de ses causes les plus probables. Si à la veille de l'apparition des signes de cystite, il y avait une nouvelle relation sexuelle, il y avait une légère sensation de brûlure dans l'urètre ou le vagin (chez les femmes), et des pertes atypiques vaginales ou urétrales, la nature infectieuse de la maladie est suspectée.

Dans les cas où l'hypothermie, une situation stressante, un rhume et les symptômes eux-mêmes sont apparus de manière inattendue ou dans le contexte de douleurs légères à l'aine, la cause la plus probable de l'inflammation est la microflore banale. La probabilité de son activation augmente en présence de maladies concomitantes du système urinaire, de la grossesse et du vieillissement.

Si nous parlons d'un processus inflammatoire chronique, son origine virale est exclue. Seule la flore bactérienne peut maintenir l'inflammation pendant une longue période.

Principes de base de la thérapie

Afin de choisir le plan de traitement le plus efficace pour la vessie enflammée, il est nécessaire de mettre en œuvre des mesures de diagnostic telles que:

analyse d'urine; examen biochimique des urines; culture bactériologique d'urine; échographie et radiographie de la vessie; la cystoscopie; test d'urine par réaction en chaîne de la polymérase.

Selon les résultats des analyses, déterminez la nature et l'étendue du processus inflammatoire, établissez le type spécifique de l'agent pathogène. Le traitement est prescrit en tenant compte de la nature de la maladie.

La sélection de médicaments capables de détruire l'agent pathogène revêt une importance particulière.

De plus, les médicaments prescrits doivent être utilisés à des doses optimales. La violation de cette règle entraîne la formation d'une microflore stable et d'un processus chronique.

Lorsqu'il s'agit de formes chroniques de la maladie, le traitement est effectué dans le contexte du traitement immunomodulateur.

La prévalence de la cystite en Russie est très élevée - 35 millions de cas sont enregistrés chaque année. La maladie peut survenir à tout âge.

Chez 25% des femmes en âge de procréer, l'inflammation de la vessie est enregistrée sous une forme ou une autre.

Les hommes tombent beaucoup moins souvent malades. Cependant, après 65 ans, le nombre d'hommes et de femmes malades devient presque le même. Cela est dû non seulement à la structure du système urogénital.

L'évolution de la maladie et les caractéristiques de son traitement dépendent du type d'infection à l'origine de la cystite.

Quelles infections causent la cystite?

La maladie provoque une flore sous condition pathogène, qui est constamment dans le corps humain.

Les agents pathogènes proviennent de l'intestin, du rectum, de la peau de la région anogénitale et du vagin.

Au cours d'une épidémie de grippe, une cystite hémorragique se produit. En outre, la maladie est causée par l'adénovirus, le virus de l'herpès et le parainfluenza.

Avec le début de l'activité sexuelle, il existe un risque d'infection par des infections urogénitales. Chez les jeunes, les infections sexuellement transmissibles sont souvent la cause de la cystite.

L'inflammation non compliquée de la vessie est causée par un seul microorganisme. au cours d'une maladie chronique, plusieurs agents pathogènes sont détectés.

Microflore conditionnellement pathogène (UPF)

Les microorganismes sont constamment présents dans le corps humain.

Les bactéries pathogènes conditionnelles vivent sur la peau, dans le tube digestif et le système urogénital, c'est-à-dire dans les organes directement liés à l'environnement extérieur. La microflore est nécessaire à leur fonctionnement normal.

De plus, les UPF ont un effet antagoniste sur la flore pathogène. De cette manière, le corps est protégé de la surproduction de bactéries pathogènes.

Dans un organisme en bonne santé, la flore opportuniste ne provoque pas de pathologie. Mais avec une diminution de l'immunité globale ou sous l'influence de facteurs externes, la bactérie commence à proliférer activement. Quand leur nombre dépasse le maximum, ils deviennent pathogènes et peuvent causer diverses infections.

Flore du tube digestif conditionnellement pathogène

Dans le tractus gastro-intestinal, les bactéries favorisent la digestion, synthétisent les vitamines et participent à la formation de l’immunité.

Les bactéries à Gram négatif (E. coli, Proteus, Klebsiella, Enterobacter) ou à Gram positif (Streptococcus, Staphylococcus, Enterococcus) entraînent le développement d'une cystite.

En 2005, des scientifiques nationaux ont mené une étude sur UTIAR III. Selon cette étude, dans 86% des cas, une inflammation aiguë de la vessie provoque E. coli, 6% - Klebsiella spp., 1,8% - Proteus spp., 1,6% - Staphulicocus saprophitus, 1,2% - Pseudomnas aeruginosa, etc..

Ainsi, la première place parmi les bactéries intestinales opportunistes provoquant une cystite aiguë non compliquée est occupée par E. coli. Klebsiella est en deuxième position et le troisième en fréquence, le staphylocoque saprophyte.

Microflore organes génitaux

Les principaux représentants de la microflore normale du vagin, susceptible de provoquer une inflammation de la vessie, sont les champignons du genre Candida et de l'auréplasma.

Champignons ressemblant à la levure r. La candidose provoque la candidose (muguet) chez les femmes. La cystite se développe comme une complication d'une candidose vaginale sévère.

Chez les personnes immunodéprimées, les champignons se propagent avec le sang dans tous les organes. Une candidose commune se développe.

Il survient chez les patients atteints de diabète sucré, après une chirurgie et l'utilisation à long terme d'antibiotiques, au cours d'une radiothérapie, avec un traitement à base d'hormone stéroïde. Ces personnes développent une cystite candidale.

La candidose cystite peut être suspectée si plus de 1000 colonies de champignons sont trouvées dans 1 ml d'urine.

Ureaplasma uealiticum appartient aux mycoplasmes et est un microorganisme ressemblant à un virus. La particularité des ureaplasmas est qu’ils sont capables de s’attacher aux leucocytes, de perturber leur fonctionnement et de réduire la réponse de défense inflammatoire. Cela conduit à une cystite grave. Souvent, une telle cystite est sujette à une rechute à long terme. Parfois couler inaperçu.

Ureaplasma seul, l'inflammation est extrêmement rare, il affiche ses propriétés pathogènes en combinaison avec la chlamydia ou d'autres bactéries pathogènes.

Infections sexuellement transmissibles (IST)

Chez les femmes en âge de procréer et les hommes sexuellement actifs, la cause de la cystite devient souvent une infection urogénitale.

Le plus important est l’infection à chlamydia. Environ 10% des personnes sont infectées par Chlamidia trachomatis.

La chlamydia n'a pas de manifestations spécifiques, elle est généralement détectée en cas de complications existantes - maladies chroniques du système urogénital.

La chlamydia peut exister dans les cellules du corps humain sous forme de formes atypiques. Cette circonstance rend le traitement plus difficile et conduit à des rechutes fréquentes. Après traitement, une forte immunité ne se forme pas.

Virus respiratoires

Parfois, avec une infection virale grave développe une cystite hémorragique. L'infection est véhiculée par le sang dans la vessie.

L'adénovirus, le virus de la grippe, le virus parainfluenza et le virus de l'herpès sont isolés parmi les virus susceptibles de provoquer une cystite.

Dans la plupart des cas, la cystite virale disparaît sans traitement médical spécial, en quelques semaines.

Cependant, dans le contexte de l'inflammation virale de la vessie, une cystite bactérienne se développe souvent.

Le système urinaire est particulièrement sensible à diverses infections. Brûlure après la miction chez les femmes et les hommes - causes et facteurs de ce symptôme, ainsi que symptômes supplémentaires de la maladie.

Causes et symptômes du processus inflammatoire de la cystite chronique chez l'homme - lire dans cette rubrique.

Comment est l'infection de la vessie

La pénétration de microorganismes pathogènes dans le système urinaire se fait de plusieurs manières:

En cas de non-respect des règles d'hygiène personnelle, l'intestin et le vagin de l'UPF pénètrent dans la vessie en montant. Les infections virales, les champignons candidaux y pénètrent par le sang. Cette voie est appelée hématogène. On dit que les agents pathogènes pénètrent dans la vessie par les reins. Cela se produit avec une pyélite de différentes étiologies. Très rarement, il existe une voie de contact dans laquelle l'infection par les organes voisins passe à la vessie. Ceci est observé lors de la fusion purulente de ses parois.

Escherichia coli est la cause d'inflammation de la vessie dans 86% des cas. L'infiltration de micro-organismes dans la vessie se produit lorsque les règles d'hygiène et le système immunitaire sont réduits.

Ne pas oublier les infections sexuellement transmissibles. Pour prévenir l’infection par la cystite, les relations sexuelles occasionnelles doivent être évitées.

Toute inflammation se produit dans un contexte d'immunité réduite. Par conséquent, il est nécessaire de tempérer, de prendre une multivitamine, d'observer le régime quotidien et de bien manger.

Quelles infections causent le plus souvent la cystite?

En proportion directe de ce que les infections provoquent la cystite, est prescrit pour lutter contre ce schéma thérapeutique. Très souvent, dans cette situation, de graves erreurs sont commises: par exemple, la cystite d'origine virale est traitée à l'aide d'antiviraux et les maladies d'origine bactérienne, à l'aide d'agents antibactériens. Par conséquent, un traitement approprié est impossible sans un examen diagnostique approfondi du patient.

Quels types de microorganismes peuvent causer une inflammation?

Le processus inflammatoire dans les parois de la vessie peut être causé par différents types de pathogènes: bactéries (pathogènes conditionnelles, pathogènes et spécifiques), virus et champignons.

Quand la maladie est causée par une bactérie

En présence de facteurs prédisposants, l'inflammation de la vessie peut également être provoquée par une microflore sous condition pathogène, constamment présente dans le corps humain. Dans ce cas, le déclenchement de l’inflammation peut être:

  1. La négligence grave des règles de base de l'hygiène personnelle, en particulier, la mauvaise exécution de la toilette des organes génitaux, ce qui peut entraîner l'infiltration de microorganismes vivant dans le rectum dans la lumière de l'urètre et de là dans la vessie. La flore intestinale est l'agent causal le plus courant de la cystite bactérienne.
  2. Effectuer des manipulations thérapeutiques ou diagnostiques instrumentales. Très souvent, la cystite se développe après un cathétérisme de la vessie, une dilatation de l'urètre ou une cystoscopie.
  3. Inflammation concomitante de la prostate chez l'homme, entraînant une augmentation de la température corporelle locale et la création de conditions propices au développement de la flore pathogène.
  4. Diabète sucré, entraînant une modification de la composition chimique de l'urine et une diminution de la fonction de barrière du tissu épithélial.
  5. La grossesse Le développement de la cystite peut contribuer à la compression de la vessie de l’utérus enceinte, ainsi qu’à la modification des propriétés chimiques de l’urine en raison d’une altération de la fonction excrétrice rénale.
  6. Urolithiase. Le chevauchement mécanique des voies urinaires contribue à la stagnation de l'urine et à la création de conditions propices à l'activation de la flore sous condition pathogène.
  7. Maladies des voies urinaires supérieures et de l'urètre. Ils augmentent le risque d'infection dans la cavité vésicale.

L'inflammation la plus commune de la vessie est causée par des bactéries telles qu'Escherichia coli, Staphylococcus aureus, Streptococcus, Klebsiella, Enterococcus et Proteus.

On ne considère pas que la cystite bactérienne appartient à la catégorie des maladies infectieuses, car dans ce cas, l'agent pathogène n'est pas transmis d'un malade à un autre. Par conséquent, un diagnostic de cystite non infectieuse est souvent diagnostiqué chez un urologue lorsqu'une flore pathologiquement conditionnelle est détectée dans l'urine.

Si l'infection est venue de l'extérieur

La cystite bactérienne peut également être causée par une bactérie transmise sexuellement. Une telle cystite est appelée infectieuse. Le plus souvent, les types de microorganismes suivants provoquent une inflammation de la vessie:

  1. Gonocoque Le plus souvent, la cystite à gonocoque survient chez des patientes présentant de faibles niveaux du système immunitaire, souffrant d'inflammation de l'urètre, des organes génitaux externes et du vagin.
  2. Chlamydia. Ce type de microorganisme entraîne une diminution des propriétés protectrices de la membrane muqueuse de la vessie et l’activation de la microflore pathogène conditionnelle. Par conséquent, en cas de chlamydia, la cystite non infectieuse se produit plus souvent, mais elle est due à l’invasion de la chlamydia.
  3. Ureaplasma et mycoplasmes. Ces parasites intracellulaires se retrouvent souvent chez les patients présentant une inflammation chronique persistante de la vessie.

Le processus inflammatoire peut provoquer et le plus simple, en particulier, Trichomonas. Cependant, de nombreux experts nient l’existence de la cystite à Trichomonas.

La cystite provoquée par des micro-organismes sexuellement transmissibles a le cours le plus malin et peut conduire au développement d'une inflammation chronique et à des lésions des organes génitaux. Souvent, ces processus inflammatoires suivent un cours asymptomatique, ce qui conduit à de graves modifications des parois de la vessie.

Il a été établi de manière fiable que certains types de virus provoquent également une inflammation des parois de la vessie. Le plus souvent, la cystite virale est due à la pénétration d'adénovirus, de papillomavirus et de virus de l'herpès dans la vessie. En règle générale, ce type d'inflammation est détecté chez les enfants dont le système immunitaire est peu développé.

Un affaiblissement marqué du système immunitaire conduit au développement d'un autre type de cystite - les champignons. Le processus inflammatoire de la vessie est le plus souvent causé par les actinomycètes, les blastomycètes et le candida.

La vessie est également vulnérable à une infection bactérienne spécifique. Ainsi, une inflammation de la membrane muqueuse de cet organe peut se développer lorsque Mycobacterium est infecté par la tuberculose et que la tuberculose est endommagée par les reins et les organes génitaux.

Signes distinctifs d'inflammation

En règle générale, les symptômes des différents types de cystite sont les mêmes. Fondamentalement, ils sont dans la nature de la douleur qui se produit lors du processus d’excrétion de l’urine et au repos. Caractéristiques caractéristiques telles que:

  • petites quantités d'urine excrétée;
  • augmenter la fréquence des mictions;
  • besoin urgent d’uriner (besoin insupportable);
  • sensation de vessie pas complètement vidée;
  • température corporelle basse;
  • des frissons;
  • faiblesse et fatigue;
  • douleur abdominale basse.

Les caractéristiques physiques et chimiques de l'urine changent, ce qui se manifeste de l'extérieur par une couleur et une odeur atypiques. Les rapports sexuels sont violés, au cours desquels une douleur aiguë peut apparaître.

Les infections bactériennes entraînent souvent la formation de flocons dans l’urine et son trouble. Cependant, ce n'est pas un signe fiable d'un processus bactérien.

L'historique de la maladie permet de juger de la nature de l'inflammation existante et de ses causes les plus probables. Si à la veille de l'apparition des signes de cystite, il y avait une nouvelle relation sexuelle, il y avait une légère sensation de brûlure dans l'urètre ou le vagin (chez les femmes), et des pertes atypiques vaginales ou urétrales, la nature infectieuse de la maladie est suspectée.

Dans les cas où l'hypothermie, une situation stressante, un rhume et les symptômes eux-mêmes sont apparus de manière inattendue ou dans le contexte de douleurs légères à l'aine, la cause la plus probable de l'inflammation est la microflore banale. La probabilité de son activation augmente en présence de maladies concomitantes du système urinaire, de la grossesse et du vieillissement.

Si nous parlons d'un processus inflammatoire chronique, son origine virale est exclue. Seule la flore bactérienne peut maintenir l'inflammation pendant une longue période.

Principes de base de la thérapie

Afin de choisir le plan de traitement le plus efficace pour la vessie enflammée, il est nécessaire de mettre en œuvre des mesures de diagnostic telles que:

  • analyse d'urine;
  • examen biochimique des urines;
  • culture bactériologique d'urine;
  • échographie et radiographie de la vessie;
  • la cystoscopie;
  • test d'urine par réaction en chaîne de la polymérase.

Selon les résultats des analyses, déterminez la nature et l'étendue du processus inflammatoire, établissez le type spécifique de l'agent pathogène. Le traitement est prescrit en tenant compte de la nature de la maladie.

La sélection de médicaments capables de détruire l'agent pathogène revêt une importance particulière.

De plus, les médicaments prescrits doivent être utilisés à des doses optimales. La violation de cette règle entraîne la formation d'une microflore stable et d'un processus chronique.

Lorsqu'il s'agit de formes chroniques de la maladie, le traitement est effectué dans le contexte du traitement immunomodulateur.

Plus D'Articles Sur Les Reins