Principal Kyste

Formation néphrotique ou kyste du rein: traitement et à partir de quoi il est apparu, recommandations utiles pour les patients

Un kyste rénal est une croissance bénigne qui se développe pour de nombreuses raisons. Une tumeur est congénitale (jusqu'à 5% des cas) et acquise (chez la plupart des patients). La cavité est ronde ou ovale remplie de liquide, les parois sont élastiques.

Dans la plupart des cas, un kyste au niveau des reins survient dans un organe situé dans la partie inférieure ou supérieure du pôle rénal. L'éducation est petite - 1 ou 2 cm, certaines tumeurs atteignant 10 cm. Après avoir identifié un kyste, il est important de connaître l'origine de ce kyste, de le diagnostiquer et de lui prescrire un traitement.

Causes probables

Il est souvent difficile aux médecins de comprendre quel facteur a donné une impulsion au développement de l’éducation kystique. Parfois, les tumeurs présentent des prédispositions héréditaires, mais les espèces acquises apparaissent souvent dans le contexte de diverses pathologies des reins et d'autres organes.

Causes possibles de kystes rénaux:

  • nécrose médullaire;
  • tuberculose des reins et d'autres organes;
  • glomérulonéphrite;
  • a subi une crise cardiaque;
  • maladies parasitaires;
  • pyélonéphrite;
  • tumeurs dans d'autres organes;
  • troubles métaboliques;
  • foyers d'infection dans le corps.

Kyste du rein Code CIM-10 - N 28.1 (acquis), Q 61.9 (type d'enseignement non spécifié), Q 61.0 (célibataire congénital).

En savoir plus sur les causes de la cystite avec du sang chez les femmes et sur les méthodes de traitement de la pathologie.

À propos des déviations et du taux d'urée dans le sang des hommes, lisez à cette adresse.

Signes et symptômes caractéristiques

Les symptômes négatifs dépendent directement de la taille de la zone de formation et de localisation. Avec l'apparition de pus dans la cavité, un syndrome inflammatoire actif développe le syndrome douloureux.

Les principaux symptômes d'un kyste sur le rein:

  • avec une petite taille de tumeur, la nature bénigne du patient ne ressent pas de gêne;
  • plus la taille du kyste est grande, plus la personne remarque rapidement les signes négatifs dans l'organe à problème;
  • douleur sourde et lancinante dans la région lombaire ou sous les côtes. L'inconfort est aggravé par l'effort physique;
  • la pression augmente souvent;
  • hématurie totale se développe;
  • avec une grande taille du kyste, il peut être détecté par la palpation du rein;
  • lors de l'accumulation dans la cavité des masses purulentes, le renforcement du processus inflammatoire du patient souffre d'une douleur intense. La rupture d'un kyste s'accompagne d'une gêne aiguë et nécessite l'intervention immédiate d'un chirurgien.

Classification

Le médecin doit connaître autant d'informations que possible sur l'éducation kystique. Les kystes se distinguent par de nombreux indicateurs.

Par catégories:

  • le premier. Les tumeurs bénignes sont facilement détectées lors d'une échographie des reins. La gaine du kyste est plutôt molle, il n'y a pas d'infection à l'intérieur de la cavité;
  • la seconde. À l'intérieur des formations bénignes, il y a de petits changements et des membranes. Les sels de calcium s'accumulent dans certaines formations, un processus inflammatoire se développe;
  • le troisième. Tumeurs prédisposées à la malignité (dégénérescence en cancer du rein). Les kystes de cette catégorie ont des membranes, la coque est plus rigide. Si de telles formations sont détectées, une opération d'élimination des tumeurs est obligatoire.

Par la nature des dommages aux reins:

Par localisation géographique:

  • okolokhanochnaya. L'éducation est située près du bassin du rein, mais n'entre pas en contact avec celui-ci;
  • sous-capsulaire. La tumeur est située sous la capsule du rein;
  • multi-chambre;
  • kyste parenchymal du rein. L'éducation est dans le parenchyme ou le sinus de l'organe jumelé. Le second type est un kyste sinusal du rein;
  • corticale. La zone de localisation est la couche corticale.

Par le nombre de tumeurs:

  • kyste unique;
  • plusieurs kystes.

Diagnostics

Lorsque l'inconfort apparaît dans la région lombaire, l'urologue examine le tableau clinique de la pathologie, clarifie les antécédents, prescrit une échographie des reins. Si un kyste sujet à une tumeur maligne est suspecté, une IRM est réalisée.

En outre, le patient fait don de sang et d'urine à des fins d'analyse: il est important de vérifier les indicateurs, de savoir si le processus inflammatoire est en cours, s'il y a des leucocytes, des protéines, des bactéries dans l'urine. Avec la pénétration de l'infection augmente le niveau de l'ESR, souvent le nombre de globules blancs augmente.

Règles générales et méthodes de traitement efficaces

Comment traiter un kyste sur le rein et que faire? Le médecin développe un schéma de thérapie sur une base individuelle. Vous ne pouvez pas prendre de pilules, appliquer des décoctions à base de plantes sur les conseils de personnes éloignées de la médecine: un traitement inapproprié accélère souvent la croissance de la formation kystique et affecte négativement les processus métaboliques.

En choisissant la méthode optimale, l'urologue prend en compte:

  • type d'éducation;
  • taille du kyste sur le rein;
  • taux de croissance de la tumeur;
  • la propension d'une tumeur à la malignité.

Découvrez une sélection de traitements efficaces contre l’hydronéphrose rénale chez l’adulte et l’enfant.

La liste et les règles d'utilisation des bougies pour le traitement de la cystite sont présentées dans cet article.

Rendez-vous sur http://vseopochkah.com/lechenie/preparaty/furosemid.html pour en savoir plus sur les effets et les caractéristiques de l'utilisation du médicament diurétique Furosemide.

Les principales méthodes de traitement des kystes rénaux:

  • observation. Si le diamètre de la tumeur est inférieur à 5 cm, les médecins ne touchent souvent pas le kyste; une échographie (une fois tous les 6 ou 12 mois) est prescrite pour contrôler la formation. Il est important de savoir: y a-t-il des changements à l'intérieur de la cavité, y-a-t-il du pus ou des hémorragies, la tumeur est-elle en croissance, y-a-t-il des septums, comment fonctionnent les reins? Avec de graves déviations, la croissance du kyste prescrit l'élimination de la formation;
  • arrêter de fumer, faire de l'exercice modéré (gymnastique sans utiliser de fardeau), prévenir l'hypothermie;
  • régime avec un kyste rénal. Élément obligatoire pour sauvegarder la fonction rénale, réduire la charge sur les néphrons et autres tissus. Il est important de réduire la quantité d'aliments protéinés, de ne pas consommer de bouillons forts, d'abandonner le chocolat, le café, l'alcool, les légumes grillés, rôtis et gras. Le médecin choisit le volume quotidien de liquide pour un patient donné, en tenant compte de la gravité de la maladie, contre lequel une formation kystique est apparue;
  • médicaments pour soulager les signes négatifs. Préparations pour la réduction et la stabilisation de la pression artérielle: Kapoten, Enap, Enalapril. Noms des plantes pour la dissolution et l'enlèvement des pierres: Urolesan, Canephron. Antibiotiques dans la détection des infections bactériennes, en fonction du type d'agent pathogène. Antispasmodiques et analgésiques pour soulager la douleur: No-spa, Drotaverin. Avec un syndrome de douleur prononcé, le repos au lit est recommandé.

Intervention chirurgicale

Même en l'absence de plainte, les médecins prescrivent une opération consistant à retirer une cavité avec un liquide si la taille de la formation dépasse 5 cm.Autres indications: problèmes d'écoulement d'urine, diamètre de la tumeur de 8–10 cm, suppuration, douleur intense, risque de rupture de la tumeur, propension à la malignité. Selon les symptômes, la nature de la formation, une méthode peu invasive est utilisée ou une opération standard à libre accès est effectuée.

Méthodes chirurgicales d'élimination du kyste rénal:

  • ponction. La procédure à faible impact réduit la pression sur les reins et les organes situés à proximité. Le contenu du kyste est pompé hors de la cavité à l'aide d'une aiguille spéciale. Par le drainage, le liquide sort, progressivement les parois de la formation se contractent, les tissus se cicatrisent. Le matériel de la cavité est envoyé à la cytologie. Inconvénients: risque élevé de récidive - jusqu'à 80%, infection possible;
  • laparoscopie. La chirurgie mini-invasive est réalisée avec une tumeur de grande taille, une probabilité élevée d'infections parasitaires, un risque de rupture, un saignement dans la cavité rénale. Dans la cavité abdominale, le médecin fait trois ponctions, à travers lesquelles le chirurgien insère un laparoscope et d'autres instruments. Le processus se déroule sous le contrôle d'une caméra vidéo et d'une ampoule miniature, le médecin supprime complètement le kyste, les rechutes se produisent rarement. La laparoscopie est une alternative appropriée à la chirurgie classique, en l'absence de complication dans laquelle l'ablation intracavitaire de la tumeur est impossible.
  • chirurgie rénale ouverte. Avec un processus inflammatoire actif, la nature maligne de la tumeur, la perforation du kyste, les médecins prescrivent immédiatement la chirurgie abdominale. En fonction du degré de dommage, retirez la paroi de la tumeur, une zone spécifique du rein ou complètement l'organe. La chirurgie ouverte provoque souvent des complications, la période de rééducation est longue, en particulier à partir de 60 ans. La méthode est utilisée avec une faible efficacité de la laparoscopie et de la ponction.

Remèdes et recettes populaires

Avec un kyste de petite taille, les urologues conseillent de suivre les recommandations relatives à la nutrition, aux changements de mode de vie et au renforcement de l'immunité. Il est important de faire des échographies tous les ans ou tous les six mois pour contrôler la dynamique du développement de l’éducation.

Le traitement des kystes rénaux à la maison est inefficace. Les tisanes augmentent la protection immunitaire, réduisent le risque de récidive dans les pathologies inflammatoires des voies urinaires, lavent les tubules rénaux, enlèvent le sable et les petites calculs rénaux.

Sous l'influence d'infusions et de pommades à domicile, les kystes ne se dissolvent pas, l'utilisation de composés irritants cause souvent des dommages et provoque une augmentation de la croissance bénigne. Pour cette raison, le patient doit coordonner toutes ses actions avec l'urologue, ne prendre des décoctions à base de plantes qu'avec l'autorisation du médecin.

Quand un kyste apparaît dans les tissus rénaux, le patient doit savoir de quoi il s'agit, pourquoi la formation s'est produite. Il est important de coopérer avec l'urologue, de prendre des médicaments, de suivre un régime, de passer régulièrement un bilan de santé, de faire une échographie pour surveiller l'état de la tumeur.

Plus d'informations utiles sur le traitement des kystes rénaux peuvent être trouvées après avoir visionné la vidéo suivante:

Kyste rénal

Un kyste rénal est une tumeur bénigne, qui est une cavité remplie de liquide avec une gaine mince de tissu conjonctif. Les symptômes subjectifs de la pathologie sont souvent absents, avec le développement de complications ou l'augmentation de la taille de la formation, se manifestent des maux de dos, du sang dans les urines, de la fatigue, de la fièvre. Les diagnostics sont effectués à l'aide de techniques ultrasonores (échographie des reins), d'imagerie par résonance magnétique et calculée, d'études par radio-isotopes des fonctions du système excréteur. Le traitement comprend l'aspiration ponctuelle du contenu, la sclérothérapie du kyste, dans certains cas - l'excision du néoplasme.

Kyste rénal

Le kyste rénal est l’une des affections les plus courantes en néphrologie. On suppose que des modifications kystiques de gravité variable se produisent chez près du quart des personnes âgées de plus de 45 ans. Particulièrement prédisposé au développement de la pathologie des hommes souffrant d'obésité, d'hypertension artérielle, de maladies infectieuses du système urinaire, d'urolithiase. Les troubles rénaux ne sont détectés que chez un tiers des patients, mais dans d'autres cas, une évolution asymptomatique est observée. Les types de kystes congénitaux que l'on trouve chez les enfants constituent un type distinct.

Causes des kystes rénaux

Les formations kystiques dans les reins constituent un groupe assez diversifié de conditions pathologiques. La dysplasie des tissus épithéliaux et conjonctifs (interstitiels) provoquée par des lésions ou des processus inflammatoires est considérée comme la cause directe de la maladie. Le développement de certaines croissances kystiques est dû à des anomalies congénitales du système urinaire ou aux caractéristiques génétiques de l'organisme. Les principaux facteurs prédisposants sont:

  • Dommages au tissu rénal. Les processus inflammatoires (glomérule ou pyélonéphrite), la tuberculose, les lésions ischémiques (infarctus), les tumeurs peuvent provoquer une altération du développement du tissu épithélial des tubules du néphron. En conséquence, une cavité à paroi mince est formée principalement dans la moelle des reins.
  • Changements d'âge. L'apparition de kystes chez les personnes de plus de 45 ans est due à une augmentation de la charge du système excréteur et du mécanisme de «l'accumulation de perturbations». Ce dernier est dû à une gravité mineure, mais à de multiples processus pathologiques qui augmentent l’influence les uns des autres.
  • Facteurs congénitaux. Parfois, les kystes sont le résultat de troubles du développement intra-utérin des bourgeons rénaux. De telles tumeurs sont généralement trouvées dans l'enfance, ont souvent un caractère multiple. Les mutations de certains gènes augmentent la susceptibilité à la formation de cavités kystiques dans les reins.

Les conditions systémiques (hypertension artérielle, obésité, diabète sucré) contribuent à la progression de la maladie. Ils entraînent une perturbation de l'apport sanguin et de la nutrition des organes du système urinaire et, par conséquent, la prolifération de tissus conjonctifs moins exigeants en oxygène. Certains types de pathologie ne sont pas causés par l’émergence et la croissance de la formation kystique, mais par le processus localisé de destruction du tissu rénal (avec abcès, anthrax).

Pathogenèse

Le développement du «vrai» kyste rénal le plus commun survient à la suite de lésions des tubules du néphron. Processus inflammatoire ou sclérotique, une lésion organique conduit à l'isolement d'un fragment de tubule du reste des sections initiales du tractus urinaire. Dans certaines conditions, il n’ya pas de sclérotisation de la zone isolée, mais une croissance rapide de l’épithélium tubulaire, entraînant la formation d’une petite bulle (environ 1 à 3 millimètres). Il est rempli d'un liquide dont la composition est similaire à celle de l'urine primaire ou du plasma sanguin filtré. Avec la division ultérieure des cellules des tissus conjonctifs et épithéliaux, un kyste se développe, atteignant parfois 10-15 centimètres de taille.

La croissance des tumeurs s'accompagne d'une compression des structures environnantes, elle stimule parfois le développement de croissances kystiques secondaires. Avec une quantité importante de kystes, l'écoulement de l'urine est entravé, les vaisseaux sanguins qui alimentent le rein sont compressés et les faisceaux nerveux sont irrités. Cela provoque un certain nombre de symptômes locaux et communs - douleur, fluctuations de la pression artérielle, intoxication du corps. Parfois, il existe une malignité des cellules épithéliales des parois du néoplasme.

Classification

Il existe plusieurs options pour la classification des bulles kystiques dans les reins, en fonction de leur structure, de leur emplacement, de leur origine et de la nature de leur contenu. Traditionnellement, cette pathologie inclut des affections qui ne sont pas réellement un kyste - par exemple, les tumeurs dermoïdes, les abcès du rein, qui ont des caractéristiques structurelles similaires, mais une étiologie différente. La classification, créée en fonction de la structure de l’éducation et comprenant les options suivantes, a une signification clinique particulièrement élevée:

  • Kyste solitaire. C'est le type de maladie le plus répandu, il est retrouvé dans 70 à 80% des cas. Il s’agit d’une cavité à paroi mince à chambre unique remplie de liquide séreux. Les tailles peuvent varier de quelques millimètres à 10-12 centimètres.
  • Kyste multiloculaire. La chambre tumorale est divisée par des septa en sections séparées. Il est principalement héréditaire. Oxygéner plus souvent que les autres kystes.
  • Polykystique. Il est diagnostiqué lorsque plusieurs kystes de formes et de tailles variées se forment, affectant souvent les deux reins. Habituellement, le résultat d'anomalies congénitales du système urinaire, diagnostiqué chez les enfants.

La localisation des cavités kystiques peut varier - sous la capsule de l’organe (sous-capsulaire), dans l’épaisseur de ses tissus (intraparenchymateuse), dans la région de la grille ou du pelvis rénal. La localisation, la nature et la taille du kyste sont les principales caractéristiques qui influent sur le choix des méthodes de traitement et le pronostic de la maladie.

Symptômes d'un kyste rénal

La pathologie est souvent asymptomatique, en raison de la croissance lente du néoplasme - les tissus rénaux ont le temps de s’adapter à sa présence sans perte notable de fonctionnalité. Avec la croissance, le kyste commence à exercer une pression sur les vaisseaux sanguins et à stimuler l'appareil juxtaglomérulaire. Cela se manifeste par une augmentation et une instabilité du niveau de pression artérielle, ce qui entraîne des maux de tête, des palpitations et des cardialgies. Des symptômes locaux - douleur dans la région lombaire - se développent avec une décompensation de la fonction rénale ou une compression du tronc nerveux proche.

La grande taille du kyste rénal contribue à la violation de l'urodynamique en raison d'une diminution du volume du bassin ou d'une compression partielle de l'uretère. Dans ce cas, les symptômes associés à une diminution de la quantité d'urine, des mictions fréquentes, une hématurie. Les douleurs commencent à irradier à l'aine et aux organes génitaux. Le retard et l'altération de la formation d'urine provoquent une intoxication du corps, qui se manifeste par une faiblesse, une fatigue accrue et parfois un œdème. Des phénomènes d'insuffisance rénale (rétention d'eau, odeur d'ammoniac par la bouche) se produisent en cas d'atteinte rénale bilatérale ou de la présence d'un seul organe.

Une forte augmentation de la température, des frissons, de la fièvre, une douleur accrue au cours d'un kyste au niveau des reins indiquent souvent l'apparition d'une infection bactérienne secondaire et la suppuration du néoplasme. Une douleur intense dans la région lombaire, apparaissant particulièrement soudainement, sur fond d'effort physique, indique la possibilité d'une rupture de la paroi kystique. Une rupture peut être accompagnée d'une lésion des vaisseaux sanguins avec le développement d'une hémorragie du rein et d'une ischémie de ses tissus. Une hématurie soudaine est un signe de saignement. Dans de rares cas, le sang s’accumule dans l’espace rétropéritonéal.

Des complications

L’une des complications les plus fréquentes d’un kyste du rein est l’infection par le développement de la suppuration, se traduisant par un abcès ou une pyélonéphrite grave. Un rôle important dans la pénétration de micro-organismes pathogènes joue un rôle dans la violation de l'urodynamique - reflux et stagnation de l'urine. Il est également possible que le kyste se rompe avec l'écoulement de son contenu dans le système cup-pelvis ou dans l'espace rétropéritonéal. Cela peut s'accompagner de saignements rénaux, d'une infection des voies urinaires ou d'un choc. À long terme, il existe un risque de dégénérescence maligne des formations kystiques.

Diagnostics

La détection d'un kyste rénal est compliquée en raison d'une longue période de pathologie asymptomatique. En conséquence, la maladie est souvent détectée par hasard. Les premiers signes sont des modifications non spécifiques de l'analyse d'urine, une augmentation inexpliquée de la pression artérielle. À l'aide de diverses techniques de diagnostic, un urologue peut non seulement confirmer la présence d'un néoplasme, mais également déterminer son type, sa taille et son emplacement, ainsi que l'évaluation de l'activité fonctionnelle du système urinaire. A cette fin, les études suivantes sont désignées:

  • Échographie des reins: le diagnostic par ultrasons est une technique de diagnostic couramment utilisée pour détecter les kystes. Ils sont définis comme des structures aéchogènes avec une amplification «bande son» derrière les formations. Parfois, des cloisons et des calcifications sont détectées à l'intérieur. L'échographie Doppler (USDG des vaisseaux rénaux) permet d'évaluer l'effet d'un kyste sur l'irrigation sanguine des reins.
  • Scanner des reins. La méthode est utilisée pour clarifier le diagnostic et la différenciation des kystes avec des tumeurs malignes. Les formations solitaires ressemblent à des objets arrondis aux contours clairs, remplis de variétés liquides et multiloculaires - à une multitude de chambres de différentes tailles. L’introduction de produits de contraste intraveineux permet de distinguer les kystes des tumeurs, celles-ci ayant la capacité d’accumuler une substance radio-opaque.
  • Recherche fonctionnelle. L'étude de l'activité du système excréteur produite par la méthode de l'urographie excrétoire, la scintigraphie dynamique, parfois par l'urographie par IRM et d'autres manières. Ces techniques nous permettent d’estimer le débit de filtration glomérulaire et d’identifier en outre les modifications du système pelvisal et des premières sections du tractus urinaire.
  • Tests de laboratoire. Pour les petites formations kystiques, l'analyse générale de l'urine reste inchangée. L'augmentation de la taille d'un kyste peut provoquer une diminution du volume de la diurèse quotidienne, l'apparition de la nycturie, l'apparition de sang (hématurie) et de protéines (protéinurie) dans les urines.

Traitement de kyste rénal

En présence de kystes solitaires intraparenchymateux ou sous-capsulaires d'une taille pouvant atteindre 5 centimètres, le traitement n'est pas nécessaire - il suffit de faire appel à un spécialiste pour contrôler la maladie. Le besoin de mesures thérapeutiques survient lorsque l'apparition de symptômes caractéristiques (douleurs dans le bas du dos, troubles de la miction, etc.), l'augmentation de la taille de la vessie kystique. Le traitement est également indiqué pour la nature multicellulaire du kyste (en raison du risque de malignité), sa localisation aux portes et dans la région du pelvis rénal. Généralement, l'élimination de la formation kystique est réalisée par des techniques de ponction et d'endoscopie, notamment:

  • Aspiration percutanée d'un kyste rénal. Elle consiste à insérer une aiguille dans la cavité kystique avec une aspiration ultérieure du contenu. En conséquence, le volume du kyste diminue fortement, la tumeur est sclérosée. La technique est appliquée en présence d'un kyste à chambre unique ne dépassant pas 6 centimètres. Il y a un nombre assez élevé de rechutes.
  • Sclérothérapie des kystes rénaux. C'est une modification de l'aspiration de ponction. Après avoir retiré le contenu liquide, une solution d'alcool éthylique ou de composés d'iode est introduite dans la cavité de la bulle. Les médicaments irritent la surface interne de la membrane kystique et activent les processus de durcissement, ce qui réduit le nombre de rechutes.
  • Excision du kyste. Se réfère à des interventions radicales, consiste à enlever la tumeur et à suturer le tissu rénal normal restant. Il est utilisé pour les kystes volumineux ou à chambres multiples, la rupture de la coquille, les saignements, les suppurations lourdes. Habituellement réalisée avec une instrumentation endoscopique, dans les cas graves, une chirurgie ouverte peut être prescrite.

En présence de gros kystes et de lésions rénales importantes, recours à la résection ou à la néphrectomie (sous réserve du fonctionnement normal du deuxième organe). Le traitement auxiliaire comprend des mesures symptomatiques - prendre des analgésiques, des antihypertenseurs (inhibiteurs de l'ECA), des antibiotiques pour les complications infectieuses.

Pronostic et prévention

Le pronostic du kyste rénal dépend de la nature du néoplasme, de sa taille et de sa localisation. Dans la plupart des cas, des vésicules kystiques à chambre unique relativement petites à croissance lente sont détectées. Leur présence est presque asymptomatique, caractérisée par des perspectives favorables. Le traitement de ces formes de pathologie n’est pas nécessaire, seul un examen périodique par un néphrologue est nécessaire pour détecter rapidement les complications possibles. Avec les formes à plusieurs chambres et polykystiques, le pronostic se détériore à mesure que le risque de malignité et de CRF augmente. Cependant, avec le traitement radical de ces types de pathologies, les rechutes et les complications sont extrêmement rares. Il n’existe pas de prophylaxie spécifique du kyste rénal, les recommandations sont réduites au traitement rapide des maladies inflammatoires du système urinaire, au contrôle de la pression artérielle et à un examen médical périodique chez l’urologue après l’âge de 40 ans.

Causes, symptômes et traitement du kyste du rein droit et gauche

Un kyste rénal est une maladie urologique caractérisée par la formation d'une cavité entourée d'une capsule de tissu conjonctif remplie de liquide. Il a la forme d'un cercle ou d'un ovale, est formé plus souvent d'une part, moins souvent - de deux. Cette maladie est également courante chez les représentants masculins et féminins, mais plus typique chez les personnes âgées de plus de quarante ans. Ceci est principalement bénin et est le type le plus commun de tumeurs du rein (il survient chez environ 70% des patients). Avec la croissance de l'éducation peut atteindre 10 centimètres ou plus.

Le risque de développer un kyste rénal est accru si les facteurs suivants sont présents:

L'âge du patient âgé (avancé, sénile);

Hypertension, dystonie vasculaire;

Subi une intervention chirurgicale sur les reins ou d'autres organes du système urinaire;

Maladies infectieuses du système génito-urinaire.

Si un patient a un kyste uniquement dans le gauche ou dans le rein droit, nous parlons d'une seule formation. S'il y a plusieurs kystes dans un rein à la fois, ils parlent d'une lésion multi-kystique. Dans le cas présent, si les formations sont situées des deux côtés à la fois, on parle de maladie polykystique.

Les signes et les symptômes d'un kyste rénal

Les symptômes de la présence de formations kystiques dans les reins ne sont pas clairs. Le patient peut ne ressentir aucune gêne ou signes spécifiques. Une longue période de la maladie est asymptomatique et le kyste lui-même est détecté par hasard lors d'une échographie.

Une personne n'éprouve ces sensations ou d'autres sensations désagréables que lorsqu'un kyste commence à se développer à un point tel qu'il exerce déjà une pression sur les organes et les tissus voisins. Les symptômes suivants sont le plus souvent observés:

Sensations douloureuses dans la région lombaire, qui s'aggravent après la levée de poids ou lors de gestes brusques;

Hypertension rénale (augmentation de la pression "inférieure");

La présence de sang dans l'urine;

Troubles circulatoires dans le rein affecté;

Ecoulement d'urine perturbé du rein malade;

Douleur sourde dans l'uretère, la vessie;

Si l’immunité du patient est faible, une infection peut se développer et déclencher un processus inflammatoire. Dans ce cas, le patient ressentira tous les signes d’une lésion infectieuse du rein (pyélonéphrite): faiblesse générale, mictions douloureuses et fréquentes, douleur persistante à la ceinture, fièvre. En outre, dans l'étude de l'urine, il révèle un nombre accru de globules blancs, peut également être identifié cylindres et globules rouges.

En l'absence de traitement adéquat en temps voulu, le patient peut développer une insuffisance rénale chronique. Cette pathologie se manifeste par une polyurie (envie très fréquente de vider la vessie), une faiblesse, une soif, une pression artérielle élevée. Si la taille du kyste est assez grande, il peut pincer non seulement les uretères et le pelvis rénal, mais également les vaisseaux importants. À son tour, cela peut conduire à une ischémie et à une atrophie de l'organe touché.

Causes des kystes rénaux

Bien que les kystes des reins droit et gauche ne soient pas si rares, les causes de cette pathologie ne sont toujours pas parfaitement comprises par les scientifiques et les médecins. Le plus souvent, il s'agit d'une formation congénitale, mais elles peuvent se former après la naissance.

On pense qu'il existe des kystes rénaux dus à des facteurs héréditaires, traumatiques ou infectieux. Et la difficulté d'identifier de manière fiable les causes est encore aggravée par le fait que la maladie, comme déjà mentionné, est sans symptômes spécifiques.

Le processus de formation de kyste lui-même est dû à leur développement à partir des tubules rénaux, qui perdent le contact avec d'autres structures similaires, après avoir été remplis de fluide et avoir augmenté en taille à quelques millimètres. Ces formations se développent en raison de la croissance accrue des cellules épithéliales qui tapissent l'intérieur des tubules rénaux.

Types de kystes rénaux

Classer les kystes rénaux selon divers critères. Donc, par origine, ils sont:

Par la nature de la lésion du corps:

Par la qualité du fluide à l'intérieur de la formation:

Hémorragique (liquide mélangé à du sang);

Purulent (se développent à la suite de l’ajout d’une inflammation due à une infection).

Faites également la distinction entre les kystes simples et complexes. Un simple kyste rénal est une cavité sphérique remplie d'un liquide clair. Ce type de kyste est le plus courant et, en même temps, il est le plus sûr, car le risque de transformation en cancer est extrêmement faible. Cette pathologie est souvent asymptomatique. Les kystes complexes diffèrent des simples en ce qu'ils comportent plusieurs chambres et segments et que les contours de leurs surfaces sont inégaux. Dans le cas où il existe des cloisons épaissies dans la cavité d'un tel kyste, le risque d'oncogénicité augmente. De plus, les dépôts calcifiés ne sont pas rares dans ceux-ci. Un autre domaine spécifique d'un kyste complexe peut fournir du sang. Et comme les vaisseaux entourent généralement les tumeurs cancéreuses, cela indique encore une fois une possible dégénérescence d’un kyste rénal complexe en cancer.

De plus, il existe des kystes, en fonction de leur structure:

kystes rénaux sinusaux;

kyste parenchymal du rein;

kyste solitaire du rein.

Ensuite, nous examinons plus en détail chacune de ces espèces.

Les kystes sinusaux des reins, également appelés parapelviens, sont de simples kystes. Ces formations sont situées à la porte du sinus rénal (d'où son nom) ou du rein lui-même. Une telle vessie pathologique est formée à la suite d'une augmentation de la lumière des vaisseaux lymphatiques qui traversent le rein dans un endroit proche du pelvis, mais pas à côté. Ils représentent une cavité remplie d'un liquide clair jaunâtre, avec dans certains cas des impuretés sanguines. Pourquoi les kystes des sinus sont formés n'est pas complètement compris. Cette pathologie est plus fréquente chez les femmes âgées de plus de 50 ans.

Un kyste sinusal des reins provoque un symptôme douloureux chez le patient, ainsi que des troubles de la miction, et l'urine elle-même peut être rouge en raison de la présence de sang dans celle-ci. Le patient souffre souvent d'hypertension.

Un kyste parenchymal du rein est le plus souvent une anomalie congénitale, moins communément acquise. De plus, si une personne est née avec cette éducation dans un rein, elle peut facilement disparaître, se dissoudre. Cette formation, dont la caméra est située directement dans le parenchyme du rein, est la raison pour laquelle le nom de ce kyste est apparu. Le plus souvent, à l'intérieur de la chambre se trouve un fluide séreux, de composition et d'aspect ressemblant au plasma sanguin. Parfois, cependant, il existe des kystes parenchymateux remplis de contenu hémorragique (avec des impuretés sanguines). Ce type de pathologie du kyste peut également être unique, multicystique et polykystique.

Les kystes congénitaux du parenchyme sont le plus souvent liés à ces troubles ou à d’autres troubles au cours des premier et deuxième trimestres de la grossesse (embryogenèse), lors de la formation et de l’insertion de tous les organes, y compris les reins. De plus, ces pathologies congénitales sont accompagnées de certaines autres maladies du système génito-urinaire. Une autre raison du développement de kystes parenchymateux (congénitaux) est la dysplasie génétique intra-utérine du parenchyme rénal.

Les kystes parenchymateux acquis sont plus fréquents chez les hommes âgés de plus de 50 ans. Ils peuvent se développer en raison d'une obstruction (encrassement) des néphrons des néphrons par des micro-polypes, des sels d'urée ou du tissu conjonctif. Dans 2/3 des cas, le kyste parenchymateux ne se manifeste par aucun symptôme.

Le kyste solitaire du rein est l'une des variantes du kyste simple, de forme arrondie. Cette formation n'est pas associée au système collecteur (excréteur) du corps, n'a pas d'inclusions, de partitions. Un tel kyste est situé dans le parenchyme (couche corticale) du rein, généralement dans un rein. Mais il y a aussi des kystes solitaires situés dans la couche médullaire de l'organe, qui peuvent avoir un contenu hémorragique ou purulent au centre (en cas d'atteinte rénale).

Traitement de kyste rénal

Avant la nomination d'un type particulier de traitement, le médecin, si un kyste rénal est suspecté, envoie le patient se soumettre à un examen complet. Le diagnostic est établi sur la base des plaintes du patient. La polykystose est déterminée par la palpation, comme dans le cas présent, de la taille des reins et ils ont une structure nodulaire. Lors des tests de laboratoire, on détecte dans le sang une anémie et une diminution des protéines fonctionnelles, ainsi qu'une augmentation de la créatinine et de l'urée. Comme on l'a dit, dans les urines, on trouve des leucocytes et des érythrocytes, la proportion d'urine diminuant en raison d'une insuffisance rénale.

L'échographie est le moyen principal et indispensable pour identifier les kystes dans les reins. C’est cette méthode qui permet d’identifier la localisation des formations, leur taille, leur nombre et leur connexion avec les organes adjacents. Si nécessaire, un diagnostic différentiel avec tumeurs rénales, une méthode de contraste par diffraction des rayons X (angiographie, urographie excrétrice) peuvent également être proposés. Dans ce cas, le kyste se manifeste par une formation sans vaisseaux. Une des méthodes modernes pouvant être appliquées en plus est la tomodensitométrie (CT).

Seul un urologue spécialiste, connaissant parfaitement le cas, pourra expliquer en détail au patient le danger des formations kystiques dans les reins. Mais, en général, le risque principal de cette pathologie est la possibilité d'autres maladies.

Le traitement médicamenteux conservateur d'un kyste du rein est plutôt limité dans ses capacités, mais de cette manière, l'état général du patient peut être corrigé sans retirer le kyste lui-même. Le plus souvent, un traitement symptomatique est réalisé, qui consiste à prendre des médicaments qui abaissent la pression artérielle, soulagent la douleur dans la région lombaire, soulagent l’inflammation et normalisent le flux normal de l’urine. En cas d'infection bactérienne, des antibiotiques sont prescrits au patient.

En l'absence du traitement nécessaire, un kyste rénal peut provoquer des complications assez graves - suppuration, rupture de la capsule, hémorragie. Dans ce cas, une opération d'urgence est nécessaire. Si le diamètre de la formation ne dépasse pas 5 cm et qu'il ne provoque pas de violation du débit sortant de l'urine et de la circulation sanguine, un tel kyste est simplement observé. La chirurgie prévue est offerte dans de tels cas:

L'âge du patient est jeune ou moyen;

Le kyste provoque une douleur intense;

La taille du kyste est grande, il serre les organes adjacents;

Le patient a l'hypertension artérielle;

Kyste rénal: le danger de néoplasme

La maladie rénale est un problème qui a récemment eu tendance à se généraliser. Heureusement, le développement de la technologie permet de mettre en œuvre le diagnostic précoce de nombreuses maladies. Cette circonstance joue un rôle particulièrement important en urologie, car de nombreuses pathologies des organes du système urogénital sont initialement asymptomatiques. Parmi ces maladies, le «bourreau silencieux» - un kyste rénal - n'est pas à la dernière place. Plus tôt la formation est détectée, plus il est facile de la guérir, de préserver l'efficacité de l'organe touché et d'éviter les complications, parfois très graves.

Quelle est la pathologie

Un kyste est une formation sous la forme d'une cavité remplie de liquide, qui a une gaine mince de tissu conjonctif. Les maladies rénales kystiques surviennent le plus souvent après 45 à 50 ans. Environ 20-25% des personnes de cet âge ont une pathologie. Les kystes rénaux sont plus fréquents chez les hommes et les femmes atteints de lithiase urinaire, d'obésité, de pathologies chroniques des voies urinaires, d'hypertension. Seul un tiers des patients présentant un kyste révèle une insuffisance fonctionnelle des reins, les autres cas sont asymptomatiques. Selon diverses sources, les femmes âgées sont plus susceptibles à la maladie.

Un kyste rénal est une vessie remplie de liquide.

Une vessie kystique remplie de liquide a tendance à croître lentement mais régulièrement. Les kystes peuvent grossir de quelques millimètres à la taille du rein et même davantage (10-15 cm). Atteignant une taille importante, la formation de resserrement des vaisseaux sanguins et des tissus rénaux perturbe son fonctionnement normal et, au fil du temps, conduit à une insuffisance rénale. Une masse importante commence à faire mal, sollicitant excessivement la capsule rénale et comprimant les tissus environnants, y compris le muscle psoas. En perturbant le flux sanguin rénal, un kyste oblige le rein à compenser la rénine, une substance qui augmente la pression artérielle, afin de rétablir le flux sanguin vers l'organe. Une telle hypertension néphrogénique ne peut pratiquement pas être traitée.

Le risque de kystes est également dans la possibilité d'infection de leur contenu interne. La suppuration des kystes menace de propager l'infection dans tout le corps. La rupture traumatique d'un kyste, même avec un contenu séreux, est une affection nécessitant des soins d'urgence pour le patient. Certains types de kystes peuvent provoquer une malignité, c'est-à-dire une dégénérescence maligne. Le cancer du rein est la complication la plus terrible de la pathologie.

Vidéo: qu'est-ce qu'un kyste?

Comment se forme un kyste?

La formation d'un kyste simple commence par une atteinte des tubules du néphron (unité structurelle et fonctionnelle du rein). Une inflammation, un traumatisme de l'organe ou un processus sclérotique (cicatriciel) conduit à la délimitation d'une petite section du tubule du reste des structures rénales. Se produit généralement le durcissement de la zone isolée. Cependant, dans certaines conditions, la croissance rapide de l'épithélium tubulaire commence et un petit flacon se forme, rempli d'un liquide de composition similaire à celle du plasma sanguin filtré. La croissance ultérieure de la vésicule est due à la division des cellules du tissu épithélial et conjonctif. L'élargissement du kyste entraîne la compression (compression) des structures voisines, ce qui peut stimuler la formation d'éléments kystiques secondaires.

Un kyste rénal peut atteindre une très grande taille, dépassant dans certains cas la taille du rein lui-même.

Types de formations kystiques

Il existe plusieurs options pour la classification des kystes rénaux, chacune d’elles étant basée sur des caractéristiques différentes: caractéristiques structurelles, origine, localisation, contenu interne.

La classification basée sur la structure des bulles kystiques a une signification clinique élevée:

  • Le kyste simple ou solitaire est le type de pathologie le plus courant. Il a l'aspect d'une cavité à chambre unique remplie de contenu séreux.
  • Kyste multiloculaire - a une structure à plusieurs chambres, c’est-à-dire que la cavité de la vessie est divisée par des cloisons. La principale raison de la formation de tels kystes est l'hérédité. Sujet à la malignité.
  • Polykystique - beaucoup de formations kystiques de différentes tailles et formes. Les deux reins sont souvent touchés. En règle générale, a un caractère congénital, est diagnostiqué chez les enfants.
  • Kyste dermoïde est un type de kyste congénital, la cavité est formée par les restes de tissus germinaux ou de leurs dérivés.
  • Kyste parasite - formé lors de l'infection par des vers parasites, par exemple, alvéocoque ou échinocoque. Ces kystes peuvent apparaître dans les poumons, le foie et les reins.

Les kystes rénaux peuvent avoir une structure, un emplacement et un contenu interne différents.

Les kystes sont situés:

  • sous-capsulaire - sous la capsule fibreuse du rein;
  • intraparenchymateux - dans l'épaisseur du tissu rénal (parenchyme);
  • parapelvien (sinus) - dans la région de la porte du rein (sinus), près du pelvis et du faisceau neurovasculaire.

Le contenu kystique peut être:

  • séreux - contient un liquide jaunâtre clair;
  • purulent - rempli de pus, qui est observé en raison de l’ajout d’une infection bactérienne;
  • hémorragique - contenu en sang ou en sang dû à un infarctus du rein ou à une blessure.

Vidéo: Types de formations kystiques

Les kystes simples ont le plus souvent un caractère acquis et sont généralement diagnostiqués chez l'adulte, les enfants sont rares. Chez les bébés, la polykystose rénale congénitale associée à une prédisposition héréditaire est beaucoup plus courante. Polykystique est généralement une contre-indication à la grossesse. Si la future mère a un petit kyste simple, une observation dynamique de la formation est effectuée. Étant donné que la charge sur les reins augmente considérablement pendant la grossesse, une surveillance et une identification régulières de l’atteinte fonctionnelle des reins sont nécessaires.

Causes des kystes rénaux

La cause immédiate des formations kystiques dans les reins est une perturbation de la croissance de l'épithélium et du tissu conjonctif due à une inflammation ou à des dommages mécaniques. L'émergence de polykystiques est due à des anomalies congénitales du système urinaire et à des modifications génétiques.

Facteurs prédisposant à l'apparition de croissances kystiques:

  • Dommages au tissu rénal résultant de processus inflammatoires - pyélonéphrite, glomérulonéphrite, tuberculose, troubles ischémiques. L'inflammation provoque une violation du développement de l'épithélium tapissant les tubules des néphrons, entraînant la formation d'une cavité kystique.
  • Violations d'âge. Au fil des années, la charge sur le système urinaire augmente, entraînant une accumulation de modifications pathologiques mineures mais multiples dans le tissu rénal. Ceci explique la formation de kystes simples principalement après 45 à 50 ans.
  • Changements congénitaux. Parfois, des violations se produisent même dans le développement intra-utérin des reins. Une prédisposition à de tels troubles se produit lorsque certains gènes mutent.

Une inflammation transitoire des reins peut provoquer le développement d'un kyste.

Les maladies courantes qui entraînent une diminution de l'apport sanguin aux reins contribuent à la progression de la croissance des bulles kystiques. Ces maladies incluent le diabète, l'obésité et l'hypertension. Ces pathologies provoquent une malnutrition des reins. En conséquence, le tissu conjonctif moins exigeant en oxygène se développe.

Manifestations de pathologie

Le kyste rénal ne présente souvent aucun symptôme, car sa taille augmente très lentement et les tissus rénaux parviennent à s’adapter aux nouvelles conditions sans perdre en fonctionnalité.

La compression des vaisseaux par un kyste agrandi se manifeste par une augmentation de la pression artérielle, ce qui entraîne l'apparition de palpitations, de maux de tête, de vertiges et de douleurs dans la région du cœur. La compression des tissus voisins et des troncs nerveux, la progression de la fonction rénale altérée conduit à l'apparition de douleurs dans la région lombaire.

Lorsque le kyste se développe, il provoque une douleur tirante dans la région lombaire.

Un kyste de taille considérable peut partiellement comprimer l’uretère et réduire le volume du bassinet du rein, ce qui entraîne une rupture de l’urodynamique. Le patient commence à ressentir un besoin fréquent de vider la vessie, du sang apparaît dans l'urine (hématurie), la quantité d'urine est réduite. La douleur commence à se propager aux organes génitaux et à l'aine. La violation du processus normal de production d'urine et de son excrétion conduit au développement d'une intoxication du corps - le patient apparaît:

  • la faiblesse;
  • fatigue
  • des nausées;
  • perte d'appétit;
  • somnolence;
  • parfois gonflement.

En cas de lésion kystique bilatérale, apparaissent des signes d'insuffisance rénale - œdème prononcé, odeur ammoniacale de la bouche.

L'imposition d'une infection bactérienne secondaire et la suppuration de la formation se manifestent par une nette détérioration de la santé, de la fièvre, des frissons, une augmentation de la douleur dans la région lombaire.

Une douleur intense du type de colique rénale, en particulier dans le contexte d'efforts physiques intenses, peut indiquer une rupture de la vessie kystique. Les dommages à la paroi de la formation peuvent être accompagnés d'une hématurie soudaine (sang dans les urines) due à la rupture des vaisseaux sanguins et à une hémorragie du tissu rénal.

Comment se fait le diagnostic?

À un stade précoce de développement, il est plutôt difficile de détecter une néoplasie en raison de l'absence de symptômes. Le kyste est souvent trouvé par hasard. Habituellement, les patients consultent un médecin pour des événements dysuriques (troubles urinaires) ou pour une augmentation inexplicable de la pression artérielle. De tels signes sont présents si le kyste a déjà atteint une taille considérable. L’urologue procède à une enquête et à un examen du patient et lui impose obligatoirement des examens de laboratoire et des examens instrumentaux, car les plaintes du patient et les données d’inspection ne comportent pas d’informations diagnostiques complètes - elles ne sont pas spécifiques.

Examen par un néphrologue - la première étape dans le diagnostic d'un kyste rénal

  • Analyse d'urine. Dans la plupart des cas, avec un petit kyste simple, le résultat reste inchangé. L'augmentation de la densité de l'urine, la présence de globules rouges et de protéines indiquent une altération de la fonction rénale due à une formation kystique importante.
  • Biochimie sanguine. Ils étudient le niveau de créatinine et d'urée pour déterminer dans quelle mesure l'activité fonctionnelle de l'organe endommagé a diminué.

L'analyse de l'analyse d'urine est obligatoire à partir des méthodes de diagnostic de laboratoire.

  • L'échographie est un élément obligatoire des mesures de diagnostic. Par échographie, vous pouvez non seulement confirmer la présence de la formation, sa taille et sa localisation, mais également déterminer ses caractéristiques - remplissage interne, cloisons ou calcifications. L'échographie est souvent réalisée en association avec le Doppler, c'est-à-dire l'étude des vaisseaux rénaux.
  • Tomographie par ordinateur. Il est utilisé pour clarifier le diagnostic et la différenciation des kystes avec d'autres formations. Dans les images, un simple kyste est un objet arrondi aux contours clairs et au contenu liquide.

L'échographie des reins est la principale méthode de diagnostic instrumental des kystes rénaux

Dans certains cas, des études fonctionnelles supplémentaires sont utilisées:

  • L'urographie excrétrice, qui permet de déterminer les possibilités excrétoires des reins. La méthode consiste à introduire un agent de contraste par voie intraveineuse suivi d’une série de rayons X.
  • Scintigraphie dynamique - Étude des fonctions rénales en fixant le processus d’accumulation d’une préparation radiologique spéciale par les reins, qui est préalablement injectée dans une veine.

Le diagnostic différentiel des kystes rénaux est réalisé avec les pathologies suivantes:

  • tumeur maligne;
  • hydronéphrose - l'expansion pathologique du pelvis rénal;
  • lésion rénale tuberculeuse;
  • abcès rénal - la formation d'une cavité purulente, entourée d'une membrane capsulaire, est l'une des complications possibles de la pyélonéphrite - une inflammation des reins;
  • malformations congénitales.

Traitement de la maladie

Un simple kyste sous la capsule du rein ou dans l'épaisseur du parenchyme, qui a atteint une taille de 4–5 cm, ne nécessite pas de traitement spécial - il y a suffisamment de contrôle régulier par échographie avec un spécialiste. La nécessité d'un traitement survient lorsqu'un patient développe certains symptômes (douleur, augmentation de la pression artérielle, œdème et troubles de la miction) et avec une grande quantité de kyste. Les patients atteints de kyste polykystique et multi-chambre ont également besoin d'un traitement.

Des médicaments

L'utilisation de médicaments est favorable et vise à éliminer les symptômes causés par la prolifération kystique. Il est impossible d'éliminer le kyste lui-même avec des médicaments - l'éducation ne peut pas être dissoute.

En général, le traitement conservateur vise à éliminer:

  • infection bactérienne, le cas échéant;
  • hypertension artérielle;
  • syndrome de douleur.

Tableau: remèdes pour éliminer les symptômes du kyste rénal

  • Bloqueurs de l'ECA (enzyme de conversion de l'angiotensine):
    • Énalapril;
    • Capoten;
  • inhibiteurs du récepteur de l'angiotensine:
    • Naviten;
    • Atacand
  • Lasix (furosémide);
  • Hypothiazide;
  • Veroshpiron, Aldactone (spironolactone).
  • Baralgin, Tempalgin, Spazmolgon;
  • Papaverine, pas de spa;
  • Nimésulide, ibuprofène.
  • Antibiotiques du groupe des céphalosporines:
    • Céfixime;
    • Ceftazidime;
    • Céphalexine;
    • Ceftriaxone;
  • pénicillines protégées:
    • Amoxiclav;
    • Augmentin;
  • antibiotiques aminoglycosides:
    • La gentamicine;
    • Amikacin.
  • Nitroxoline;
  • Furadonine;
  • Biseptol.
  • Canephron;
  • Urolesan;
  • Le cyston;
  • Fitolysin.

Galerie de photos: médicaments pour les formations kystiques

Méthodes chirurgicales

Chirurgie - la principale méthode de traitement des formations kystiques. Le traitement chirurgical est indiqué dans ces cas:

  • petit kyste (jusqu'à 4 cm), mais serre le bassin;
  • formation kystique supérieure à 5 cm;
  • il y a des septa dans le kyste - une telle formation est sujette à la dégénérescence maligne;
  • la suppuration du kyste se produit ou il saigne.

Il peut y avoir plusieurs types de chirurgie:

  • Ponction du kyste avec sclérothérapie ultérieure. Elle consiste à insérer une aiguille dans la cavité kystique et à en extraire le contenu. Le processus est contrôlé par une machine à ultrasons. Après cela, une substance est injectée dans la formation, irritant la membrane interne du kyste et stimulant le processus de durcissement. Il s'agit généralement de composés d'iode, de phénol ou d'une solution d'éthanol. Il est utilisé pour traiter les kystes à chambre unique ne dépassant pas 6 cm, ce qui entraîne une diminution significative du nombre de rechutes. La procédure est réalisée sous anesthésie locale.
  • Élimination des kystes par voie endoscopique - par laparoscopie. Conduit avec de grandes formations simples (de 6-7 cm), multi-kystes. Le patient est fait 3 ponctions d'environ 5 mm de long, à travers lesquelles des instruments endoscopiques sont insérés. Le kyste est excisé, un tissu rénal sain est suturé. Une telle opération est préférable à l'abdomen, la guérison est beaucoup plus rapide. Habituellement, le patient est renvoyé à la maison pendant 2-3 jours après l’intervention.
  • Excision d'un kyste avec chirurgie abdominale. Cette intervention est réalisée avec de très grandes formations, des suppurations sévères, des saignements, la rupture de grosses bulles kystiques.

Les gros kystes sont généralement excisés par laparoscopie.

Dans les cas particulièrement graves, les médecins sont obligés de recourir à une néphrectomie - prélèvement de l'organe touché. L'opération est réalisée dans la condition d'un second rein fonctionnant normalement.

Vidéo: traitement chirurgical du kyste rénal

Traitement à domicile

Si le traitement chirurgical n'est pas nécessaire, le kyste doit être surveillé régulièrement. À la maison, vous pouvez prendre des infusions et des décoctions d'herbes, ajuster votre régime alimentaire pour faciliter le travail des reins. Il est recommandé de recevoir des eaux minérales faiblement alcalines - Essentuki, Polyana Kvasova, Slavyanovskaya, Smirnovskaya, Svalyava.
Les bains chauds et la chaleur sèche dans la région lombaire en profiteront pour améliorer le flux sanguin et nourrir les reins. Le massage rénal avec un kyste est contre-indiqué.

Séjour adéquat en plein air, exercice quotidien, natation, exercice cardiovasculaire modéré - tout cela sera bénéfique si le kyste a une structure simple, de petite taille et en l'absence de pathologies aiguës du système génito-urinaire.

Des promenades quotidiennes à l'air frais et des exercices réalisables, y compris des exercices du matin, améliorent l'état général du corps

L'activité physique intense et le recours aux sports traumatiques doivent être limités autant que possible. Sinon, une rupture traumatique du kyste peut se produire - une complication grave qui nécessite une intervention chirurgicale immédiate.

Méthodes folkloriques

Les remèdes non conventionnels ne peuvent pas éliminer les kystes, mais les herbes peuvent être utilisées comme traitement de soutien. Auparavant, toutes les méthodes de phytothérapie devraient être discutées avec votre médecin. En quelles quantités appliquer des infusions et décoctions - dépend de l'âge et de la condition du corps.

  1. Les feuilles de la busserole, les bourgeons de bouleau, l’herbe de prêle en prennent à parts égales.
  2. Sélectionnez une grande cuillerée du mélange et versez 250 ml d'eau bouillante.
  3. Insister 40 minutes, puis filtrer.
  4. Boire toute la semaine 3 fois par jour pendant une heure avant les repas.

Décoction anti-inflammatoire et réparatrice:

  1. Herbe hachée yarrow verser de l'eau (2 cuillères à soupe par 500 ml).
  2. Mettez au bain-marie et faites cuire à feu doux pendant 5 minutes.
  3. Insister pour refroidir, filtrer et compléter avec de l'eau bouillie jusqu'au volume initial.
  4. Accepter des moyens pendant 2 semaines trois fois par jour de 50 à 150 ml en fonction de l'âge.

La décoction de flocons d'avoine est un excellent tonique, nettoyant et diurétique doux. La manière classique de préparer une boisson:

  1. Un plein verre d'avoine non lavée et prélavée doit être versé dans un litre d'eau.
  2. Insister la nuit (12 heures).
  3. Mettez le feu, faites bouillir pendant une demi-heure sous le couvercle.
  4. Envelopper et insister 6 heures.
  5. Filtrer et prendre trois fois par jour avant les repas: pour les enfants, 2 cuillères à soupe, pour les adultes - 100 ml.
  6. La durée du traitement est d'un mois.

Antiseptique, diurétique - infusion de persil:

  1. Plantes vertes broyées - 3-4 grosses branches - versez un verre d’eau bouillante.
  2. Insister 15 à 20 minutes, égoutter.
  3. Boire avant un repas dans 100 ml (enfants - 2 cuillères à soupe).

Boisson à la rose musquée (agent régénérant, anti-inflammatoire, fortifiant):

  1. Une cuillère à soupe et demi infuser 500 ml d'eau bouillante.
  2. Insister dans un thermos pendant 2 heures.
  3. Boire entre les repas à 150 ml (enfants 50 ml à la fois).
  4. Stage d'accueil - 3 semaines.

Diurétique, régénérant, cicatrisant - décoction de racine de bardane:

  1. Une cuillère à soupe de matières premières hachées versez 300 ml d'eau bouillante.
  2. Faire bouillir à feu doux pendant 10 minutes.
  3. Insister pour refroidir. Passer à travers une étamine.
  4. Prendre 30–50 ml une demi-heure avant les repas.

La teinture de propolis est un puissant antioxydant et anti-inflammatoire. Vous pouvez utiliser la teinture pharmaceutique finie et la préparer vous-même. Pour cela, vous avez besoin de:

  1. Propolis broyé placé dans un récipient en verre et versez la vodka ou dilué jusqu'à 50% en volume. dans le rapport de 1:10.
  2. Insistez, en secouant de temps en temps, dans un endroit sombre et frais pendant 2 semaines.
  3. L'outil ne peut être pris que par des adultes et à la posologie indiquée par le médecin.

Galerie de photos: remèdes populaires recommandés pour les kystes du rein

Régime alimentaire

Une petite formation kystique qui n'interfère pas avec le travail des reins ne nécessite pas de régime alimentaire particulier. Néanmoins, les principes d’une saine alimentation doivent être respectés. S'il y a des altérations fonctionnelles de la part de l'organe affecté, il est alors nécessaire de respecter une nutrition qui soulagera au maximum l'appareil rénal.

Dans le régime alimentaire devrait limiter le sel, les aliments protéinés, les graisses animales et contrôler la consommation de liquide. Il est recommandé de nourrir le menu avec des aliments d'origine végétale - légumes, baies, fruits, diverses céréales, ainsi que des produits à base d'acide lactique, de viande et de poisson diététiques. Il est nécessaire de manger par petites portions, 4 à 5 fois par jour, alors qu'il est préférable de cuire des plats à la vapeur, en utilisant la méthode de la cuisson au four, de la cuisson au four ou de l'ébullition.

Aliments qu'il est recommandé d'inclure dans les aliments:

  • légumes crus, cuits et bouillis;
  • fruits et baies frais - pommes, poires, melons, mûres, fraises, groseilles, canneberges, airelles;
  • viande de veau, de lapin et de dinde faible en gras;
  • pain à grains entiers, pâtes à base de farine de blé dur;
  • légumes et beurre;
  • produits laitiers fermentés - kéfir, crème sure faible en gras, yaourt, fromage cottage;
  • céréales - avoine, sarrasin, riz, maïs, boulgour;
  • thé noir vert et faible.

Le régime alimentaire d'un kyste rénal doit être composé de légumes, de viande, de céréales et de produits à base d'acide lactique.

Produits à retirer de l'alimentation:

  • nourriture en conserve;
  • légumes marinés et salés;
  • mets fumés, bacon, saucisses;
  • produits semi-finis;
  • desserts sucrés gras;
  • assaisonnements et sauces épicés;
  • viande grasse et poisson;
  • café fort, sodas, boissons alcoolisées.

Dans la formation kystique du rein, il est nécessaire de limiter autant que possible les aliments nocifs dans l'alimentation afin de faciliter le travail de l'appareil rénal.

En adhérant aux règles de l'alimentation, vous pouvez grandement faciliter le travail des reins.

Pronostic et prévention

Le pronostic est directement lié à la nature du kyste, à sa taille et à sa localisation dans les reins. Perspectives favorables pour les formations à chambre unique à croissance lente, situées principalement sous la capsule du rein ou dans l'épaisseur du parenchyme. Ces kystes ne nécessitent pas de traitement, ils doivent seulement être examinés régulièrement par un néphrologue - une fois par an, faites une échographie du rein.

Les formations polykystiques et à plusieurs chambres ont un pronostic plus sombre. Les kystes héréditaires multiples conduisent finalement au développement d'une insuffisance rénale et d'une urémie chronique (empoisonnement du corps par des substances nocives normalement excrétées par les reins). La pathologie en phase terminale nécessite une hémodialyse régulière - purification du sang à l'aide d'un appareil spécial. Les formations polykystiques chez les nouveau-nés sont très défavorables - les enfants meurent prématurément d'une urémie.

Une hémodialyse régulière est nécessaire chez les patients atteints de polykystose au stade terminal

Les kystes multiloculaires sont sujets aux tumeurs malignes. Dans le cas de l'utilisation de méthodes radicales de traitement de ces kystes, les complications et les rechutes se produisent assez rarement.

Les kystes multiloculaires sont sujets à la malignité, c’est-à-dire à la dégénérescence en cancer

Autres complications dangereuses d'un kyste rénal:

  • Education à l'infection avec suppuration ultérieure. Le développement du processus purulent joue un rôle important dans la perturbation du flux normal d'urine - reflux (reflux) ou congestion urinaire.
  • Rupture de la vessie kystique avec le contenu pénétrant dans l'espace rétropéritonéal ou le système pelvien rénal. La complication peut être accompagnée de saignements, d'infection du tractus excréteur ou de développement d'un choc.

Les mesures préventives sont les suivantes:

  • détection rapide des maladies infectieuses et inflammatoires des organes urinaires;
  • la désinfection des foyers d'inflammation chronique dans le corps - le traitement de la sinusite, de l'amygdalite;
  • prévention des lésions rénales, de l'hypothermie générale et locale;
  • après 40 ans, surveiller la tension artérielle et consulter périodiquement un urologue pour des examens préventifs;
  • une échographie des reins en début de grossesse pour détecter les formations kystiques;
  • mise en œuvre d'un contrôle médical minutieux, y compris chez les enfants, présentant une susceptibilité génétique à un kyste du rein.

Dans la plupart des cas, un simple kyste ne provoque pas de complications et n'interfère pas avec le travail complet des reins. Mais dans tous les cas, la détection précoce de la pathologie est très importante. Cela vous permettra de contrôler le néoplasme et de prendre des mesures rapides pour vous en débarrasser radicalement si le besoin s'en fait sentir.

Plus D'Articles Sur Les Reins