Principal Traitement

Inflammation de la vessie chez la femme: signes et traitement

La cystite ou l'inflammation de la vessie est une maladie très féminine. Cela est facilité par les caractéristiques de l'anatomie: il est facile de pénétrer à l'intérieur par l'urètre court et large de l'infection. Bien que pratiquement tout le monde soit confronté à une telle maladie, il ne faut pas en ignorer les signes. Lorsque la cystite nécessite un traitement obligatoire: l'inflammation de la vessie chez la femme peut non seulement évoluer rapidement vers une forme chronique, mais également transmettre l'infection à d'autres organes. Comment reconnaître le problème et s'en débarrasser?

Inflammation de la vessie chez la femme: symptômes

Le traitement commence par l'analyse des plaintes du patient. Habituellement, les femmes parlent des signes inquiétants suivants:

  • inconfort dans les organes pelviens (le plus souvent, l'inconfort est localisé dans la zone pubienne);
  • des pulsions fréquentes, même si à chaque fois une petite quantité d'urine est excrétée;
  • crampes, accompagnant l'acte de miction (donne parfois des douleurs dans le rectum);
  • changer l'odeur d'urine;
  • sensation constante de lourdeur dans la vessie, impossibilité de la vider complètement;
  • la température monte à 37,2-37,7 degrés, indiquant une tentative de l'organisme pour lutter contre l'infection.

Ce sont tous des symptômes de cystite aiguë. Parfois, ils sont complétés par une hématurie - la libération de sang avec l'urine. Dans ce cas, on peut dire que la maladie se présente sous une forme hémorragique et s'accompagne de lésions profondes aux parois de la vessie.

Si le processus inflammatoire n'est pas traité, il devient progressivement chronique. Les symptômes d'une telle cystite sont les mêmes, mais ils apparaissent moins prononcés plusieurs fois par an.

La pyélonéphrite, processus inflammatoire des reins, complique souvent la cystite chez les femmes. Reconnaître la pathologie peut être en élevant la température à 39-40 degrés, des nausées et des vomissements, des maux de dos aigus, une mauvaise santé en général. La pyélonéphrite peut également devenir chronique.

Vessie - inflammation chez les femmes: traitement

Les symptômes de la cystite sont à la base de l’évaluation de l’état général du patient. De plus, le médecin doit prescrire des études spéciales pour confirmer le diagnostic. Parmi les principales procédures recommandées:

  1. Tests d'urine - selon Nechiporenko, général, remous, biochimique.
  2. Test sanguin général.
  3. Cystoscopie (examen des parois de la vessie).
  4. Analyse de débit urinaire (estimation des paramètres de jet d'urine).
  5. Échographie des reins et, si possible, de la vessie.

En outre, il ne serait pas superflu de consulter un gynécologue. La cystite se développe souvent à cause de maladies des organes génitaux: si ces problèmes ne sont pas éliminés, le processus inflammatoire ne s'atténuera pas. Le gynécologue procède à un examen dans le fauteuil, effectue un frottis, peut effectuer une échographie transvaginale.

Afin de déterminer l’influence de tous les facteurs sur l’état de la femme et de choisir le type de traitement le plus approprié, il est parfois recommandé au patient de subir des tests de dépistage des maladies sexuellement transmissibles.

Le traitement ne peut être prescrit qu’après la fin de l’examen complet. Il est très important de déterminer correctement la nature de la cystite: si elle est déclenchée par une bactérie, des antibiotiques sont utilisés; Pour lutter contre une maladie à caractère viral ou fongique, il faut des médicaments antiviraux ou antifongiques.

Inflammation de la vessie chez la femme: traitement par les pharmacies

Les médicaments acceptés doivent être convenus avec le médecin. Attribuer:

  1. Antibiotiques. Les plus courants sont Monural, Nolitsin, Ofloxacin, Norfloxacin, Levofloxacin, Amoxiclav, Palin, Ciprofloxacin, Erythromycine, Levomycetin. Il est nécessaire de prendre des antibiotiques en respectant scrupuleusement la posologie tout au long du traitement. Si vous arrêtez de boire le médicament à l'avance, l'effet souhaité de la thérapie ne sera pas.
  2. Antifongiques (antimycotiques). Le diflucane et l'amphotéricine sont principalement utilisés, car ils pénètrent facilement dans la coque de la vessie. Pimafucin et Itracon sont considérés comme moins efficaces.
  3. Médicaments antiviraux. Aciclovir, Virazol, Laferon ont fait leurs preuves.

La désinfection de l'urine et de la vessie est également réalisée à l'aide d'urantoseptiques. Parmi eux - 5-NOK, Furagin et Furadonin.

Analgin, No-shpa, Papaverine, Paracetamol sont recommandés pour soulager la douleur. Si vous avez besoin d'augmenter le débit d'urine, des diurétiques sont indiqués, tels que Canephron.

Les médicaments sont prescrits pour chaque cas. Les prescrire ne peut que le médecin traitant, qui a soigneusement examiné l’état du patient.

Inflammation de la vessie: traitement des remèdes populaires féminins

Bien que la médecine ne reste pas immobile, de nombreux patients préfèrent utiliser les méthodes de la "grand-mère". Les méthodes de la médecine traditionnelle sont efficaces pour soulager l’inflammation, réduire la douleur, c’est-à-dire se débarrasser des symptômes. Mais si vous ne détruisez pas l'infection, l'effet de la thérapie à domicile sera de courte durée.

Toutes sortes de procédures thermiques sont considérées comme très utiles. Vous pouvez:

  1. Soar pieds.
  2. Prenez un bain sessile, en ajoutant à l'eau - quelques gouttes d'huile d'eucalyptus ou de bois de santal; 2 cuillères à soupe l soda et un peu de permanganate de potassium; une infusion de prêle des champs ou de camomille, une décoction de branches de pin ou de cônes de sapin.
  3. Appliquez sur la partie inférieure de l'abdomen et sur l'aine un coussin chauffant, une bouteille en plastique remplie d'eau chaude, un sac en tissu avec du sable chauffé au rouge ou du sel.
  4. Prenez une douche chaude.
  5. Cuisinez vous-même un "bain" spécial de briques sèches. Il faudra un assez grand seau en métal. Sur son fond, mettez des morceaux de brique chauds et asseyez-vous dessus, après avoir enveloppé les bords du pot avec un chiffon épais.

Le traitement de la cystite par la chaleur peut rapidement réduire la douleur. Mais cette thérapie présente des inconvénients: elle peut provoquer une augmentation du processus infectieux. Par conséquent, le réchauffement est strictement interdit avec l'hématurie.

Les boissons à base de légumes sont:

  1. Jus de bouleau ou de canneberge.
  2. Infusion de plantain et de busserole broyés. Il faudra 3 c. l chaque ingrédient. Les herbes versent de l'eau bouillante, insistez pendant une heure, puis égouttez-les et ajoutez du miel. Il est recommandé de boire la perfusion toutes les quinze minutes pendant environ 0,5 tasse. La particularité de la boisson est le plus puissant effet diurétique, car le traitement doit commencer le jour de congé, sans avoir à se déplacer.
  3. Infusion de stigmates de maïs. Il doit être bu seulement chaud. Il est nécessaire de remplir avec de l'eau chauffée 3 c. l stigmatisation et mise à 2 heures dans un endroit sombre. Pour améliorer le goût, du miel peut être ajouté à la boisson. Buvez des médicaments pendant 1 à 2 tasses par jour. L'effet positif est le soulagement de la douleur.
  4. Infusion de racine de réglisse. À 20 g de la plante aura besoin de 1 litre d'eau tiède. Il est nécessaire de conserver la boisson dans une casserole enveloppée d'une serviette éponge pendant 24 heures. Boire une infusion trois fois par jour. Il a un puissant effet anti-inflammatoire. Pour que la boisson ne perde pas ses vertus, elle est mise au réfrigérateur.
  5. Bouillon de persil. On verse 100 g de feuilles dans de l'eau bouillante (1 l), puis on fait bouillir pendant une demi-heure, en remuant de temps en temps. La boisson finie est conservée dans un récipient fermé pendant deux heures, filtrée et mise au réfrigérateur. Posologie - 0,5 tasse le matin à jeun. Prenez le médicament pendant 21 jours, puis faites une pause hebdomadaire.

L'inflammation de la vessie est un problème grave qui doit être pris en compte. La cystite aiguë est traitée rapidement, contrairement à son "frère" chronique.

Cystite chez les femmes - symptômes et traitement rapide à la maison

Presque toutes les femmes au moins une fois dans leur vie ont ressenti un malaise et des brûlures au cours de la miction, mais ces symptômes sont souvent ignorés et disparaissent après un certain temps sans traitement.

Dans certains cas, ces signes précurseurs indiquent l'apparition d'une inflammation dans la vessie, c'est-à-dire une cystite. De par la nature de l'évolution, il est classé en cystite aiguë (apparaissant dans la phase aiguë accompagnée de la manifestation de symptômes typiques) et chronique (apparaissant sous une forme latente ou récurrente).

Le traitement efficace de la cystite chez les femmes devrait être rapide et complexe pour prévenir les complications.

Raisons

La cystite est une inflammation de la vessie. Dans la plupart des cas, la cause de la maladie est une infection qui habite le corps de la femme. En règle générale, les principaux agents responsables sont les bactéries E. coli et Staphylococcus. Ces bactéries pénètrent dans la vessie par la peau ou le rectum par l’urètre.

Les causes du développement de la cystite chez les femmes sont très diverses, nous en soulignons donc les principales:

  • gestation et travail;
  • infection génitale;
  • congestion de l'urine dans la vessie;
  • avitaminose et nutrition déséquilibrée;
  • troubles hormonaux;
  • non-respect des règles d'hygiène intime;
  • hypothermie significative;
  • opérations sur le col utérin et les organes urinaires.

On pense que l'hypothermie est un élément déclencheur du développement de la cystite, car elle affaiblit l'immunité de l'organisme et contribue à la reproduction des virus et des bactéries qui s'y trouvent.

Cette infection de la vessie crée beaucoup de symptômes désagréables, obligeant la femme à s’inquiéter constamment et à être nerveuse. Étant donné que la cystite n’est pas grave, la qualité de vie en souffre parfois, ce qui engendre divers troubles dans tous les domaines de la vie.

Premiers signes

Ainsi, le tableau clinique de la forme aiguë de la cystite est:

Il convient de noter que les deux derniers signes sont les symptômes d’un stade grave de la maladie.

Symptômes de la cystite chez les femmes

La cystite aiguë est toujours soudainement malade, après le stress, une infection virale, une hypothermie, tout autre facteur qui mine l’immunité locale de la vessie.

Avec l'apparition de la cystite chez les femmes, parmi les premiers symptômes émettent fréquemment des envies d'aller aux toilettes, une sensation de douleur en urinant, une douleur dans le bas de l'abdomen. En outre, plus le nettoyage est difficile, plus une femme ressent le besoin de se rendre aux toilettes. Dans les cas graves, ils se produisent toutes les demi-heures. Les douleurs ne donnent pas de repos au patient 24 heures sur 24. L'estomac fait mal à la fois pendant la miction et à l'extérieur. Sentant l'abdomen désagréable et la douleur.

La cystite chronique est généralement moins prononcée symptômes, différentes rechutes. Il signale périodiquement des épidémies d’exacerbations. Il s’agit d’une infection latente que vous ne pouvez tolérer dans aucun cas.

Nature de la douleur

Comme mentionné précédemment, un symptôme courant de la maladie est une douleur au bas de l'abdomen et au périnée.

L'intensité de la douleur peut être différente. Dans environ 10% des cas, la cystite est indolore. Seul un léger inconfort et une douleur peuvent être ressentis, ce qui est souvent ignoré. La douleur s'étend souvent jusqu'au dos et le patient peut avoir l'impression qu'il a mal au dos. Souvent, la douleur est accompagnée de symptômes tels que maux de tête, fatigue, fièvre.

Les médecins considèrent la douleur et l'intoxication comme un complexe à symptôme unique. Cependant, avec une immunité affaiblie, la fièvre et d'autres symptômes d'intoxication peuvent ne pas être présents.

Présence de sang dans l'urine

Parfois, du sang est trouvé dans l'urine. L'urine peut acquérir une teinte rose pâle et une couleur brique. Souvent, le sang dans les urines indique une lésion virale de la membrane muqueuse des voies urinaires.

En cas d'hématurie, les médecins envisagent deux options pour la maladie: aiguë et compliquée. Dans ce cas, un diagnostic approfondi est effectué pour déterminer le type de cystite et la désignation d'un schéma thérapeutique supplémentaire pour la maladie.

Diagnostics

Les diagnostics primaires comprennent une inspection sur place des spécialistes concernés: urologue, néphrologue et gynécologue. Les experts procèdent à la collecte de l'anamnèse et établissent les causes possibles de l'apparition de la maladie.

Lors de la collecte de l'anamnèse, les médecins sont particulièrement attentifs aux facteurs de risque:

  1. L'hypothermie;
  2. Sexe non protégé
  3. Médicaments pris;
  4. Stress émotionnel excessif;
  5. La présence de comorbidités et de pathologies (dans le champ des organes pelviens en premier lieu).

Les tests de laboratoire comprennent:

  1. Un test d'urine pour les cultures selon Nechyporenko. Aide à identifier l'agent pathogène.
  2. Analyse d'urine complète. Les érythrocytes, les leucocytes et les protéines sont détectés dans l'urine. L'urine elle-même est trouble et peut être mélangée à du sang ou du pus. Dans la forme hémorragique de la maladie, l'urine est rose.
  3. Numération globulaire complète. En général, selon les résultats, une image du processus inflammatoire se dessine, éventuellement une augmentation de la RSE et de la leucocytose. Cependant, il ne peut y avoir aucun changement de sang du tout. La formule sanguine complète indique s’il existe des maladies plus dangereuses qui se «masquent» comme une cystite: oncologie, etc.

Parmi les méthodes instrumentales utilisées deux principales:

  1. Échographie de la vessie. Vous permet d'identifier les changements organiques du corps.
  2. Urétroscopie et cystoscopie. Les examens endoscopiques ont pour objectif une inspection visuelle de l'état des muqueuses de l'urètre et de la vessie. Malgré la gêne ressentie lors de ces procédures, leur contenu en information est extrêmement élevé.

Traitement de la cystite chez les femmes

Si vous présentez des symptômes de cystite, le traitement chez la femme doit nécessairement inclure des médicaments antibactériens et doit être effectué sous la supervision d'un spécialiste.

Il ne suffit pas de prendre un antibiotique sur les conseils de bonnes connaissances: cela ne fera que vous soulager des sensations désagréables pendant un moment, mais lorsque l'effet du médicament cessera, l'agent pathogène commencera à se multiplier à nouveau et tous les symptômes réapparaîtront. Dans ce cas, la maladie peut non seulement être retardée, mais aussi devenir chronique.

Les médicaments antibactériens et antispasmodiques qui soulagent la douleur sont généralement prescrits aux femmes souffrant de cystite aiguë. En plus des antibiotiques, on prescrit au patient des médicaments qui stimulent le système immunitaire.

Comme thérapie d'appoint prescrite beaucoup de boisson. Ce peut être simplement de l'eau pure, mais mieux: une infusion de camomille, de calendula ou d'hypericum. Utile pour la cystite et le jus de canneberge.

Comment traiter la cystite: une liste de médicaments

Le plus souvent, lors de l’élaboration d’un schéma de traitement d’une maladie chez la femme, le médecin intègre nécessairement dans le processus thérapeutique des médicaments tels que les uroantiseptiques (antibiotiques) et les anti-inflammatoires. Ce traitement vous permet de vous débarrasser rapidement des symptômes de la cystite et de vaincre l'infection.

1) Analgésiques et antispasmodiques pour le traitement symptomatique, ils élimineront les spasmes et contribueront à diminuer le tonus des muscles lisses de la vessie:

  1. No-Shpa - 120-240 mg par jour en 2-3 doses;
  2. Papaverine - 40-60 mg 3 à 4 fois par jour;

2) Une fois le diagnostic confirmé et déjà connu de la femme, des antibiotiques sont prescrits pour le traitement étiotropique:

  1. Monural - 3 mg une fois, 2 heures après un repas;
  2. Nolitsin - 1 comprimé 2 fois par jour, pendant 3 jours;
  3. Biseptol - 2 comprimés 2 fois par jour pendant 3 jours;

3) Les préparations à base de plantes aident également à réduire les spasmes et la douleur:

  1. Cystone - 2 comprimés 2 fois par jour;
  2. Canephron - 50 gouttes 3 fois par jour, diluées dans une petite quantité d’eau;
  3. Spasmotsistenal - jusqu'à 10 gouttes 3 fois par jour, diluées dans une petite quantité d'eau;
  4. Fitolizin - 1 c. Pâte dissoudre dans 1/2 tasse d'eau douce chaude, prendre 3-4 fois par jour après les repas.

Le choix d'un médicament approprié pour la cystite, la détermination de sa dose unique, l'ordre d'administration et la durée du traitement doivent être de la compétence exclusive du médecin. L'auto-traitement non seulement ne favorise pas le rétablissement rapide, mais entraîne également le développement de complications graves de la maladie.

Dans la forme récurrente de la maladie, en plus du traitement symptomatique etiotrope susmentionné, les instillations de la vessie, l’ionophorèse intravésicale, la FHF, l’inductothermie, le traitement au laser magnétique et le traitement magnétique sont également indiqués. Si une cystite récurrente est diagnostiquée chez une femme ménopausée, il est recommandé d'appliquer par voie intravaginale ou périurétrale une crème contenant des œstrogènes. Avec le développement de l'hyperplasie grossière du col de la vessie, on a recours à la résection transurétrale (RTU).

Monural

C'est le médicament le plus courant et le plus moderne dans la lutte contre une telle maladie. Il a une activité bactéricide élevée contre pratiquement tout le spectre des microorganismes pathogènes.

L'ingrédient actif du médicament est la fosfomycine trométamol. Son utilisation est absolument sans danger, même chez les femmes enceintes et les enfants. En même temps, 1 paquet suffit une fois par jour pour résoudre les problèmes de santé. C’est pourquoi, lorsque les femmes se posent des questions sur la manière de traiter la cystite, elles choisissent Monural parmi une variété de médicaments (voir la notice d’utilisation).

Que faire à la maison?

En plus du traitement de base, suivez les règles simples à la maison. Cela aidera à se débarrasser de la maladie plus rapidement.

  1. Il est très souhaitable d'observer le repos au lit lors d'une exacerbation. Il est nécessaire de s'allonger sous une couverture chaude avec un coussin chauffant dans le bas de l'abdomen.
  2. Comment boire plus. Les boissons aux fruits à la canneberge, aux airelles et à la myrtille sont les bienvenues.
  3. En ce qui concerne les aliments, vous devez limiter votre consommation d'aliments, qui contiennent beaucoup de calcium. Cela peut être du lait, du yaourt, du fromage.
  4. La phytothérapie est plus efficace sous forme de frais, la pharmacie offrira toujours des plats tout prêts. Vous pouvez brasser des herbes vous-même, ou utiliser des pilules (Cyston, Canephron), des gouttes (Spasmotsistenal) ou de la pâte (Fitolysin) - ce n’est rien d’autre que des préparations à base de plantes, seulement «compactement emballées».

Mais dans tous les cas, le traitement de l'infection nécessite des antimicrobiens.

Nutrition pour la cystite

Avec la cystite, les femmes doivent suivre un certain régime. L'utilisation de boissons contenant de la caféine ou de l'alcool est inacceptable, car ils peuvent aggraver considérablement l'évolution de la maladie.

Pour la prévention de la maladie, il est recommandé de boire du jus de canneberge. Il contient de l'acide hippurique, qui empêche la fixation de bactéries sur la membrane muqueuse de la vessie. Il est également très utile d’ajouter des canneberges au yogourt.

Prévisions

Dans les cas standard, avec des symptômes typiques et un traitement rapide, la cystite aiguë chez la femme passe rapidement - la tâche principale dans ce cas est d'empêcher la transition du processus aigu vers la forme chronique.

Depuis la cystite chronique peut augmenter plus haut, initiant une inflammation dans les reins. Si l'urine infectée pénètre dans les uretères, il est possible que l'inflammation soit purulente, ainsi que les signes de pyélonéphrite. Avec la cystite, des lésions plus graves peuvent commencer, par exemple, une néphrite apostématique et même une périréphrite, c'est-à-dire une inflammation du tissu rénal.

Prévention

Pour réduire à zéro le risque de processus inflammatoire dans la muqueuse de la vessie, suivez ces règles:

  1. Éviter l'hypothermie;
  2. Traiter rapidement les infections du système génito-urinaire;
  3. Suivez les règles d'hygiène personnelle (y compris le lavage après un rapport sexuel);
  4. Ne pas utiliser de sous-vêtements serrés;
  5. Changer régulièrement les serviettes hygiéniques et les tampons.

Adhérez au moins aux règles de base ci-dessus et vous ne devrez jamais apprendre comment et comment on traite la cystite.

Inflammation de la vessie: traitement

L'une des maladies les plus courantes du système génito-urinaire est l'inflammation de la vessie ou la cystite. Les femmes rencontrent cette pathologie beaucoup plus souvent que les hommes, en raison des caractéristiques anatomiques de la structure de l'urètre en elles - elle est courte et assez large. Selon les statistiques, une femme sur 4 souffrait de cystite au moins une fois dans sa vie et une femme sur 8 souffrait d'une forme chronique de cette maladie. Les hommes ont plus de chance: l'inflammation de la vessie ne survient que chez 0,5% des hommes.

Causes de la cystite

Une maladie aussi désagréable que la cystite, dans la plupart des cas, est une infection: staphylocoque, intestin, bâton pyocyanique, proteus, champignons, trichomonas et autres agents pathogènes. L'agent infectieux pénètre dans la membrane muqueuse de la vessie soit de l'extérieur (de la région périnéale - transmission dite ascendante), soit du sang et de la lymphe des foyers d'infection chronique de n'importe quel endroit (carie, angines, sinusite, furonculose, etc.).

La nature a pris soin de doter la membrane muqueuse de la vessie d’une résistance considérable aux micro-organismes. Ainsi, même en cas d’infection, le processus inflammatoire dans l’organe ne commence pas toujours. De nombreux facteurs contribuent au développement de la cystite:

  • hypothermie générale du corps et hypothermie locale dans la région pelvienne (pour cette raison, il n'est pas recommandé aux femmes de rester assises sur le froid pendant longtemps);
  • mictions rares (la stagnation prolongée de l'urine dans la vessie s'accompagne du développement d'une microflore pathogène dans celle-ci);
  • non-respect des règles d'hygiène personnelle (changement rare de serviettes et de tampons pendant la menstruation, essuyage dos à dos après une selle);
  • port fréquent de linge serré et de lanières;
  • longue position assise;
  • caractéristiques de la vie sexuelle (rapports vaginaux immédiatement après l'anal);
  • maladies inflammatoires transférées de l'appareil reproducteur, en particulier sous-traitées;
  • infection chronique de toute localisation;
  • constipation prolongée;
  • diminution du statut immunitaire après une maladie grave due au surmenage, au stress chronique, pendant la grossesse et après l'accouchement;
  • manipulations diagnostiques et thérapeutiques de la vessie (cathétérisme, cystoscopie);
  • changements hormonaux dans le corps pendant la puberté ou pendant la ménopause.

La cystite non infectieuse peut être causée par:

  • lésion de la muqueuse de la vessie par un corps étranger (par exemple, calculs urinaires);
  • brûlures de la membrane muqueuse de l'organe (par exemple, introduction d'une solution chaude pendant le lavage)
  • irritation des membranes muqueuses par les produits chimiques excrétés dans l'urine (en particulier, une cystite à urotropine peut survenir lors d'une utilisation prolongée du médicament, l'urotropine).

Manifestations cliniques de la cystite

Souvent, la maladie se développe quelques heures après l'hypothermie. Soudainement, une personne (essentiellement, comme mentionné ci-dessus, une femme) présente les symptômes suivants:

  • mictions fréquentes en petites portions;
  • fausse miction d'uriner;
  • des crampes, des brûlures, des douleurs le long de l'urètre pendant la miction;
  • douleurs douloureuses et persistantes dans le bas de l'abdomen (au-dessus du pubis), dont l'intensité augmente progressivement;
  • des épisodes d'incontinence urinaire sont possibles;
  • parfois - la température monte en nombre subfébrile;
  • turbidité de l'urine, parfois de couleur rougeâtre (parle de la présence de sang).

Ces symptômes peuvent persister pendant une à une semaine et demie, après quoi le bien-être du patient s’améliore. Si, après cette période, les symptômes persistent, il existe un processus chronique.

Diagnostic de la cystite

Ce diagnostic peut être suspecté par le médecin sur la base des plaintes caractéristiques du patient et des antécédents de la maladie. Pour confirmer le diagnostic de cystite aiguë, il ne suffira que des résultats d'un test urinaire général montrant des signes d'inflammation. L'échographie de la vessie présentant cette pathologie ne sera pas informative.

En ce qui concerne les méthodes de diagnostic de la forme chronique de la maladie, les plus fréquemment utilisées à cette fin sont:

  • analyse d'urine selon nechyporenko;
  • culture d'urine sur un milieu nutritif pour déterminer l'agent pathogène;
  • débitmétrie;
  • méthodes de recherche en urodynamique;
  • la cystoscopie.

Traitement de l'inflammation de la vessie

Des complications

La complication la plus grave de la cystite est une inflammation du système pelvien rénal, ou pyélonéphrite, résultant du transfert d'urine infectée de la vessie vers l'uretère ou directement vers le rein. Si, parallèlement aux symptômes caractéristiques de l'inflammation de la vessie, la patiente commençait à être perturbée par la douleur dans la région lombaire et la fièvre, elle devrait consulter un médecin dès que possible.

Prévention de la cystite

La prévention de cette maladie consiste à éliminer tous les facteurs ayant contribué à son développement, à savoir: la réhabilitation des foyers d'infection chroniques, le respect des règles d'hygiène personnelle et l'éducation sexuelle.

Quel médecin contacter

Si des signes de cystite apparaissent, vous pouvez consulter un médecin généraliste ou un urologue. En cas de cystite chronique et récurrente, il est impératif de procéder à une cystoscopie, consultez un gynécologue, un physiothérapeute.

À propos de la prévention et du traitement de la cystite (inflammation de la vessie) dans le programme «Pour vivre en bonne santé!»:

Comment traiter l'inflammation de la vessie chez les femmes

Beaucoup de femmes sont confrontées au problème de l'inflammation de la vessie. En médecine, cette maladie s'appelle la cystite. Il survient dans diverses situations, notamment l'hypothermie et l'infection par des maladies infectieuses. Cela se caractérise par un certain nombre de symptômes et par une diminution significative de la qualité de la vie.

Par conséquent, il est important de demander rapidement, dès les premières cloches, l’aide d’un spécialiste qui identifiera les causes de la maladie et sera en mesure de l’éliminer au tout début.

Le moyen le plus facile de guérir l'inflammation aiguë est qu'en même temps, quand il devient chronique, il est beaucoup plus difficile de faire face à ce problème. Cependant, il existe un certain nombre de solutions, y compris des méthodes traditionnelles qui peuvent être guéries.

Causes de l'inflammation de la vessie chez les femmes

La principale raison de l'apparition de la cystite dans la belle moitié de l'humanité est la caractéristique anatomique du système urogénital. À savoir - un urètre court qui, contrairement aux hommes, permet à de nombreux micro-organismes de pénétrer très rapidement dans la vessie.

C’est la voie d’infection en amont par tout micro-organisme agressif. Il existe donc un risque d'infection facile dans le bassin, dans la rivière, où vit un grand nombre de bactéries nocives.

Toutefois, en ce qui concerne les maladies sexuellement transmissibles, vous pouvez être une femme calme qui n’a pas eu de relations intimes avec la patiente. Ces maladies ne sont pas transmises par l’eau, sur la plage, par les toilettes, par les moyens domestiques. Et il est presque impossible d'être infecté en l'absence de contact sexuel avec des personnes infectées par des infections sexuellement transmissibles.

Si une femme a eu des rapports sexuels occasionnels, elle doit consulter un gynécologue et un urologue pour écarter la possibilité d’une infection. Ce sont ces microbes qui peuvent provoquer une cystite et se propager par voie hématogène dans tout le corps, réduisant ainsi ses forces de protection.

Mais aussi les infections communes, les champignons peuvent également provoquer une inflammation de la vessie. Si la maladie n'est pas traitée, il y a un risque de pénétration ascendante de l'infection dans les reins, ce qui peut entraîner des maladies graves comme la pyélonéphrite ou la glomérulonéphrite.

Cela crée un environnement favorable à la reproduction des bactéries. Le corps est affaibli et les microbes, au contraire, commencent à se sentir plus forts et plus nombreux. C'est pourquoi il est dangereux de ne pas porter de vêtements chauds. Les microbes peuvent pénétrer dans la vessie à partir du tractus génital.

C’est-à-dire que s’il ya muguet (qui n’est pas guéri jusqu’à la fin), gardnerella, chlamydia (et autres micro-organismes), ils peuvent tous facilement passer à travers le court urètre de la femme dans la vessie. Mais les bactéries sont également capables de "descendre" du rein, provoquant ainsi une cystite. Par conséquent, cette maladie accompagne souvent les maladies rénales.

Il est également important que chaque femme se souvienne que toute maladie infectieuse conduit souvent à une infection du système génito-urinaire. Même un nez qui coule ou une mauvaise dent dans les cas avancés peut provoquer une cystite ou une pyélonéphrite.

Ainsi, il est possible de distinguer les facteurs d'élimination suivants conduisant à une inflammation de la vessie:

  • maladies des reins et des organes reproducteurs;
  • faible immunité;
  • calculs rénaux;
  • chocs mentaux et stress;
  • troubles hormonaux;
  • utilisation longue et incontrôlée de divers médicaments pouvant perturber l'équilibre naturel de l'organisme (antibiotiques, par exemple);
  • interventions opérationnelles;
  • maladies infectieuses;
  • la présence de foyers d'infection dans le corps (par exemple, dents malades ou carieuses).

Parfois, la cystite accompagne certains mois de la grossesse, ce qui est associé à des changements hormonaux dans le corps ou à une charge sur les reins. Cependant, cette condition avec la bonne approche de spécialistes n'est pas dangereuse.

Au cours de la période post-partum, le corps subit à nouveau des modifications sur un fond hormonal. Peut-être une diminution de l'immunité, de sorte qu'une femme doit aussi prendre soin d'elle-même à ce moment-là.

Les calculs dans la vessie causent beaucoup de problèmes qui entraînent la multiplication de l'infection. Il est important de résoudre d'abord le problème des pierres. En ce qui concerne le stress, les scientifiques ont depuis longtemps prouvé l’origine de nombreuses maladies dans le contexte de troubles émotionnels.

A ce moment, toutes les forces du corps sont mobilisées, comme s'il gaspillait ses réserves. Au cours de diverses expériences, les médecins ont noté qu’à un tel moment, le métabolisme d’une personne change, aux niveaux hormonaux, puisqu’il ya une poussée d’adrénaline et d’autres substances qui poussent une personne à «faire attention» à un ennemi invisible.

La pression peut chuter brusquement ou augmenter, le système nerveux fonctionne de manière incontrôlable, ce qui entraîne une violation de ses fonctionnalités. En conséquence, l'immunité tombe, les défenses de l'organisme sont affaiblies.

Et les cellules auxiliaires peuvent ne pas reconnaître le microbe nuisible comme un ennemi et les cellules tueuses ne peuvent pas le détruire. En conséquence, les microbes commencent à se multiplier, la flore bénéfique est remplacée par plusieurs maladies nuisibles, notamment le muguet et la cystite.

L'inflammation des appendices chez les femmes est décrite dans notre publication sur le site.

On trouvera dans cet article le taux de créatinine dans le sang des femmes.

Voici des moyens décrits qui aident à se débarrasser rapidement de la toux.

Inflammation de la vessie chez la femme: symptômes et signes

Reconnaître le début de la cystite est très simple. Une femme sera immédiatement attentive aux modifications de son corps, car elles lui apporteront certainement beaucoup de problèmes et de désagréments. Et dans certains cas, et réduire considérablement la qualité de sa vie.

Par exemple, si elle a besoin de se réveiller plusieurs fois ou plus au milieu de la nuit pour uriner. La quantité d'urine peut être assez petite, mais l'envie sera très forte. L'incontinence urinaire est possible chez les femmes plus âgées, ce qui est associé à une faiblesse musculaire et à une diminution du tonus des organes abdominaux.

Les jeunes femmes peuvent aussi avoir des problèmes la nuit et le jour, car elles ont souvent besoin d'aller aux toilettes. Cela affecte la productivité.

C'est particulièrement difficile pour le beau sexe, qui n'a pas la possibilité d'aller aux toilettes par la nature du travail. De plus, les femmes sont souvent perturbées par un symptôme tel que des brûlures et des douleurs lors de la miction.

Dans certains cas, lorsque le processus est allé trop loin, il peut y avoir du sang dans l'urine et des crampes dans l'estomac. Pour différencier les maladies les plus dangereuses, il est nécessaire de recourir à une série de mesures de diagnostic avec un spécialiste.

Les femmes qui ont été touchées par la cystite constatent des sédiments dans l'urine, une odeur désagréable et une couleur qui peut devenir très trouble. Cependant, l'apparition de sang dans l'urine doit être une alerte, car il s'agit d'un signe facultatif. Les principaux symptômes de la cystite:

  • mictions fréquentes;
  • urine trouble;
  • protéines, globules rouges et globules blancs dans l'urine;
  • douleur ou sensation de brûlure en urinant.

Avec les formes les plus sévères, il est possible d'augmenter la température globale du corps, la fièvre, la perte de force. Dans de tels cas, des soins médicaux d'urgence sont nécessaires.

Caractéristiques du traitement de la cystite

Même des signes mineurs d'inflammation de la vessie devraient alerter et nécessiter immédiatement l'aide d'un médecin. Si vous attrapez une maladie, elle devient rapidement chronique. Après cela, il sera extrêmement difficile de lutter contre la maladie.

Et seulement être en mesure d'atteindre un état de rémission. Le non-respect des règles d’hygiène peut entraîner l’entrée d’Escherichia coli et d’autres microbes dans la vessie; par conséquent, la tactique de choix d’un traitement dépend de la cause de la maladie.

Tout d'abord, les micro-organismes provoquant la cystite sont éliminés.

Ceux-ci peuvent être des bactéries ou des infections fongiques. Par conséquent, il est d'abord important de planifier un examen complet:

  • Échographie des reins et de la vessie (si nécessaire et d'autres organes);
  • test sanguin clinique;
  • la cystographie;
  • Échographie des organes pelviens;
  • frottis sur les infections de l'urètre et du vagin;
  • peut avoir besoin d'un test de selles pour l'infection.

Ce n’est qu’après avoir posé un diagnostic précis que l’on pourra créer un schéma thérapeutique qui éliminera effectivement la maladie. Dans le cas où la cystite est accompagnée d’autres maladies, il est nécessaire de traiter en parallèle toute maladie.

Sinon, il ne sera pas possible d'obtenir un effet durable. Lorsqu'une infection affecte l'ensemble du corps, on lui prescrit des médicaments qui détruisent l'infection.

Traitement de l'inflammation de la vessie chez les femmes: médicaments, pilules, antibiotiques

Assurez-vous d’assigner un régime qui vous permette de décharger les reins et d’alléger le fardeau de la vessie. Il est important d'éliminer le "sable", s'il y en a un dans les reins. Parmi les produits interdits:

  • les cornichons;
  • trop sucré;
  • salé;
  • viande fumée;
  • nourriture en conserve;
  • colorants, additifs alimentaires chimiques.

Certains médicaments hormonaux sont également capables de provoquer une diminution de l’immunité et de contribuer à la survenue d’une cystite. Il est donc important de consulter un médecin afin de décider de la question de son annulation ou de sa prolongation. Le médecin doit être informé de tous les médicaments pris au moment de la plainte de cystite.

Il est important de comprendre que lors d'un contact sexuel, tous les micro-organismes sont échangés. Lorsqu'une femme a des microbes vaginaux pouvant provoquer une inflammation de la vessie, il faut en informer la femme.

Le traitement comprend les étapes suivantes:

  • la nomination de médicaments antibactériens;
  • élimination des causes de la maladie;
  • élimination du processus inflammatoire;
  • l'utilisation d'eau propre;
  • consultation d'une femme malade en matière d'hygiène.

Si nécessaire, appliquez des antispasmodiques, des herbes diurétiques, pour normaliser l'écoulement naturel du liquide de la vessie. Habituellement, avec le bon diagnostic et l'approche professionnelle du traitement, les femmes se débarrassent rapidement de la maladie.

Mais la tactique de traitement des processus aigus et chroniques est quelque peu différente. La cystite chronique peut être associée à une maladie rénale. Cette maladie revient donc avec une exacerbation de pyélonéphrite, de glomérulonéphrite et d’insuffisance rénale.

Il est nécessaire de traiter ces maladies dans ce cas.

Comment traiter l'inflammation de la vessie chez les femmes infusées d'herbes

En période de manque de produits chimiques, les femmes avaient souvent une maladie telle que la cystite. Et les médecins ont toujours trouvé une occasion de les sauver de cette maladie. De nombreuses préparations modernes contiennent des ingrédients naturels et des herbes dans leur composition.

La nature a offert à l'humanité des possibilités presque illimitées. On sait que les chats souffrant d'un manque de vitamines et de certaines maladies à l'état sauvage recherchent les bonnes herbes à soigner. Et dans de nombreux cas, cela réussit.

Certaines herbes, comme la millefeuille et le millepertuis, sont appelées antibiotiques naturels. Dans certains cas, ils aident vraiment à résoudre le problème.

Plantes utiles qui aident à éliminer le processus inflammatoire du système génito-urinaire, tuent les microbes nocifs et améliorent la circulation sanguine dans les reins et la vessie. Les herbes collectées sont généralement préparées et ingérées ou utilisées pour la douche.

Également utilisé des bains spéciaux. Cependant, il est important de savoir que toutes les herbes médicinales sont également des médicaments qui présentent des effets secondaires et des contre-indications. Par conséquent, dans tous les cas, vous devez consulter votre médecin à l’avance.

Remèdes populaires pour l'inflammation de la vessie chez les femmes

En combinaison avec le traitement habituel, que le médecin vous prescrira, vous pouvez également utiliser des décoctions d'herbes: camomille, millepertuis, ortie, graines d'aneth. Ce dernier est très largement utilisé en néphrologie pour le traitement des maladies du rein.

Tous ces outils éliminent l'infection, soulagent l'inflammation et stimulent le système immunitaire. En ce qui concerne les médicaments immunologiques, le ginseng, Eleutherococcus aujourd'hui, il existe des désaccords entre les médecins.

Beaucoup pensent qu'il n'est pas nécessaire de stimuler spécifiquement le système immunitaire avec des médicaments immunitaires, car cela pourrait entraîner le fait que la résistance de l'organisme, au contraire, sera réduite. Mais en ce qui concerne les herbes médicinales, elles sont utiles à appliquer en l’absence d’allergies et de contre-indications.

La boisson thérapeutique à base de rose musquée, de plantain, de busserole et de millepertuis est préparée de la manière suivante:

  1. Mélanger toutes les herbes et baies de rose sauvage (à doses égales);
  2. Versez de l'eau bouillante dans une quantité de 200 ml;
  3. Faire bouillir (feu minimum) pendant cinq minutes;
  4. Insister pour 20 minutes.

Boire le besoin d'infusion pour une troisième tasse trois fois par jour. Il est possible d'accepter des moyens à un an et demi. La période minimale est de trois mois.

Pour préparer la décoction de graines d'aneth, il vous faut:

  1. 20-30 g de graines versent de l'eau bouillante (à raison d'un demi-litre);
  2. Insister pour une demi-heure ou plus.

Bouillon pris cinq fois par jour. Un tel agent pour le traitement de la pyélonéphrite au stade aigu et de la cystite (aiguë) est très efficace.

Plus de conseils sur l'élimination de l'inflammation de la vessie chez les femmes

Pour vous débarrasser des symptômes désagréables et ne pas déclencher la maladie, vous devez suivre toutes les recommandations du médecin. Assurez-vous de poser un diagnostic afin d’exclure d’autres maladies pouvant se manifester par une cystite, ou les accompagner.

Vous pouvez utiliser le bain pour réduire les symptômes de la cystite et vous en débarrasser rapidement. Commencez par préparer une décoction de calendula ou de camomille.

Puis ils le versent dans le seau et s'assoient sur les côtés. La température de l'eau doit être modérée pour que la femme ne brûle pas. En règle générale, 5 à 100 g d'herbe suffisent pour 5 litres d'eau. Dans le régime alimentaire est utile d'inclure les noix (pin), ainsi que le miel.

Prévention

Il est plus facile de prévenir les maladies que d'essayer de les guérir plus tard. Mais lorsque le processus est déjà en cours, il est important de terminer le traitement. Sinon, la maladie pourrait se manifester de nouveau bientôt. Pour éviter les rechutes, vous devez d'abord suivre ces règles:

  1. L'hygiène;
  2. Éviter l'hypothermie;
  3. Exclusion d'infections dans le corps;
  4. Traitement de maladies existantes;
  5. Bonne et bonne nutrition;
  6. Détection et traitement rapides des maladies du système génito-urinaire.

Un mode de vie correct a un effet positif sur le système immunitaire, permettant ainsi à l’organisme de lutter efficacement contre les maladies inflammatoires. L'absence de stress, la dépression, l'utilisation d'eau potable et de produits sains aident à oublier de nombreuses maladies.

En aucun cas, ne peut pas boire de l'alcool, de la fumée, ainsi que des aliments épicés et trop salés non recommandés. Les fruits et légumes frais aident à obtenir la bonne dose de vitamines, à nettoyer la vessie et à renforcer le système immunitaire.

Des informations supplémentaires de l'urologue sur la cystite chez les femmes figurent dans la vidéo suivante.

Inflammation de la vessie: symptômes et traitement

L'inflammation de la vessie est causée par un processus infectieux, principalement localisé dans la membrane muqueuse. Cette pathologie s'appelle "cystite", du mot "kyste" - la bulle.

Épidémiologie

La maladie est diagnostiquée plus souvent chez la femme, ce qui est associé aux caractéristiques hormonales, anatomiques et physiologiques du corps de la femme. En Russie, l’inflammation aiguë de la vessie est enregistrée chaque année en moyenne par 30 millions de représentants de la moitié faible, dont 35% rechutent en un an et, dans 8 à 10% des cas, la maladie revêt un caractère chronique et récurrent.

L'inflammation de la vessie est plus fréquente chez les femmes en âge de procréer; le deuxième pic survient à un âge supérieur à 55 ans, au moment de la ménopause.

Facteurs prédisposants

Les facteurs de risque tiennent compte de ce qui suit:

  • maladies gynécologiques chroniques;
  • la proximité de l'urètre au rectum et au vagin;
  • prédisposition génétique;
  • l'utilisation de contraceptifs agressifs;
  • intensité de la vie sexuelle;
  • Les caractéristiques de la microflore à Gram négatif sont faciles à pénétrer dans la membrane muqueuse en raison de leur capacité à adhérer.

Classification des processus inflammatoires dans la vessie

Selon le facteur étiologique, l’inflammation de la vessie peut être causée par une bactérie (cystite infectieuse) ou apparaissent sur le fond de la radiothérapie, des dommages toxiques, des allergies, etc. (cystite non infectieuse).

Il existe des processus inflammatoires aigus et chroniques, qui se produisent à leur tour dans la phase aiguë ou dans la phase de rémission.

L'inflammation de la vessie peut être primaire, se développer indépendamment sans l'influence d'une pathologie concomitante ou secondaire, associée à une maladie quelconque: cystolithiase, tuberculose urogénitale, anomalies de la structure, processus tumoral, etc.

Le tableau morphologique distingue l’inflammation catarrhale, ulcéreuse-fibrineuse, hémorragique et interstitielle de la vessie.

La cystite interstitielle appartient à un processus pathologique indépendant.

Symptômes d'inflammation de la vessie

Plaintes pour cystite à la suite:

  • miction douloureuse en petites portions;
  • besoin fréquent d'aller aux toilettes;
  • douleur dans la projection de la vessie à l'état normal et / ou pendant et après la miction;
  • besoin urgent (incontrôlable), incontinence urinaire;
  • augmentation de la température;
  • écoulement d'urine trouble avec une odeur désagréable.

La présence de sang dans les urines indique une cystite hémorragique, caractérisée par une rupture vasculaire à l'arrière-plan de l'inflammation de la vessie.

Il convient de noter que, malgré la diversité des plaintes, l’état de santé général associé à la cystite catarrhale ne souffre pas beaucoup et que l’état est plutôt évalué comme non grave, mais relativement satisfaisant.

À la palpation, il y a une sensibilité dans le bas de l'abdomen. Le symptôme positif du tapotement parle de la propagation de l'infection par voie ascendante dans les reins et de l'ajout de pyélonéphrite.

Si un patient / patient présente une inflammation de la vessie sur fond d'immunodéficience prononcée, le développement d'une forme ulcéreuse-fibrineuse ou gangréneuse est possible. La condition est considérée comme grave et est une indication pour un traitement hospitalier.

Une inflammation de la vessie peut survenir lorsqu’elle est associée à des maladies gynécologiques: salpingo-oophorite, annexite, colpite. Par conséquent, un gynécologue doit être examiné avant de commencer le traitement.

Mesures de diagnostic

Pour diagnostiquer une inflammation de la vessie, une analyse d'urine est effectuée. Les modifications suivantes, typiques de cette nosologie, sont confirmées au microscope:

Étant donné que 90% des agents responsables sont E. coli, avec une cystite simple, il est possible de prescrire un antibiotique à large spectre de manière empirique.

En cas de récidive, il est raisonnable d'effectuer une culture d'urine sur la flore et une sensibilité aux médicaments.

Pour éliminer les IST, qui provoquent la cystite, ils ont recours au diagnostic PCR. Biomatériau prélevé dans le vagin et l'urètre chez la femme. Chez les hommes, le secret de la prostate et l'écoulement de l'urètre sont étudiés pour le diagnostic.

Si la vessie est souvent enflammée, c'est-à-dire la maladie a acquis une forme récurrente et un dépistage supplémentaire des infections virales a été prouvé: herpès génito-urinaire, cytomégalovirus.

Chez les femmes présentant de fréquents épisodes de cystite, un frottis vaginal est examiné pour exclure la dysbiose (muguet).

Diagnostics instrumentaux

Dans la période aiguë, la cystoscopie est inacceptable car elle contribue au renforcement du processus inflammatoire.

L'échographie de la vessie avec une cystite montrera un épaississement de la paroi, une suspension dans la lumière, la quantité d'urine résiduelle.

De plus, l’échographie est un moyen efficace d’exclure ou de confirmer une tumeur de la vessie, du tartre, etc.

Après la disparition de l'inflammation, dans les cas douteux, une cystoscopie est effectuée.

L'image de l'inflammation dans la vessie dépend de la nature des changements morphologiques: de l'hyperhémie de la membrane muqueuse avec des hémorragies ponctuelles aux défauts érosifs et aux ulcères. Lors de la manipulation de l'examen de la vessie à partir de la zone suspecte, le matériel est collecté pour un examen histologique (biopsie).

Si un diagnostic différentiel est nécessaire, effectuez une IRM, une urographie excrétrice, une analyse TRUS et urodynamique.

Pour les hommes, l'inflammation isolée de la vessie n'est pas typique et se déroule toujours dans le prolongement de quelque chose: prostatite, lithiase urinaire, obstruction infra-vésicale, tumeurs, etc.

Lorsque des cylindres apparaissent dans l'urine à l'arrière-plan de l'hématurie, le patient est référé pour consultation par un néphrologue.

Indications du traitement hospitalier

Le patient est mieux hospitalisé dans les cas où il y a:

  • hématurie macroscopique;
  • cystite sur fond de comorbidités sévères (infection par le VIH, diabète sucré en phase de décompensation, tous types de déficit immunitaire);
  • état grave;
  • l'échec de l'épicystostomie, entraînant une inflammation aiguë de la vessie;
  • incapacité à traiter en ambulatoire.

Traitement de l'inflammation de la vessie

Thérapie antibactérienne pour l'inflammation de la vessie

Les formes non compliquées de cystite répondent bien au traitement ambulatoire.

Selon le groupe, un antibiotique est prescrit une fois par Fosfomycine (Monural) ou pour une période allant jusqu'à 7 à 10 jours. Nolitsin, Tsiprolet, Floratsid et ainsi de suite sont plus souvent utilisés

Pour les femmes enceintes, les préparations de pénicilline sont choisies pour le traitement de l'inflammation de la vessie: Amoxiclav, Flemoklav, Flemoksin.

Un traitement antibiotique prolongé de la cystite (pas un seul antibiotique) est préférable chez les patients de plus de 65 ans, les patients présentant une anomalie pathologique concomitante (diabète, inflammation chronique du tractus urogénital), chez la femme enceinte.

L'inflammation de la vessie après un contact sexuel non protégé accidentel est traitée en prescrivant de la lévofloxacine ou de l'ofloxacine en association avec du nitroimidazole (Trichopol, Ornidazole, etc.). En cas de suspicion d'infection gonococcique, injecter Ceftriaxone par voie intramusculaire une fois, à raison de 1,0 g.

En cas de cystite provoquée par une IST, des antibiotiques sont prescrits en tenant compte de l'agent responsable: macrolides, tétracyclines, fluoroquinolones, etc.

Antispasmodiques, œstrogènes, M - anticholinergiques

Si le syndrome de la douleur dans l'inflammation de la vessie est exprimé de manière significative - il est possible d'utiliser No-shpy, Baralgin, Papaverine.

Un traitement hormonal substitutif est possible pour les femmes présentant une déficience confirmée en œstrogènes souffrant de cystite.

En cas de besoin urgent d'uriner, l'incontinence urinaire peut être éliminée avec l'aide d'anticholinergiques, par exemple Vesicare.

Remplir la vessie et la phytothérapie

Un bon effet thérapeutique est donné par instillation dans les solutions anti-inflammatoires de la vessie:

  • Émulsion de 10% de syntomycine et solution de novocaïne à 0,5%;
  • Métrogil;
  • La furacilline,
  • La dioxidine;
  • Chlorhexidine;
  • Héparine 25 000 U et lidocaïne à 0,2% - 2,0 ml + solution saline à 20 ml;
  • Uro-hyal, etc.

Herbes pour la cystite

La phytothérapie, en tant que type de traitement indépendant, n'est pas utilisée pour l'inflammation aiguë, mais comme adjuvant, l'utilisation d'herbes à effet diurétique et antimicrobien est un bon moyen de prévention de la cystite.

Vous pouvez brasser les herbes suivantes pour l'inflammation de la vessie:

  • Busserole;
  • Feuille de myrtille;
  • Soie de maïs;
  • Thé de rein;
  • Graines d'aneth;
  • Prêle, etc.

Après la fin du traitement antibiotique, des phytopreparations peuvent être prises, par exemple, Canephron, Fitolysin, Urolesan, etc.

Outre d'autres mesures thérapeutiques, un régime alimentaire est prescrit, à l'exception des aliments épicés, salés et acides, des viandes fumées et des cornichons. Cystite liquide doivent boire au moins 2000 ml par jour.

L'alcool, le thé fort et le café, les boissons gazeuses dans la période aiguë ne peuvent pas être consommés.

Mishina Victoria, urologue, examinatrice médicale

5,691 vues totales, 2 vues aujourd'hui

Inflammation de la vessie chez la femme: traitement, symptômes, médicaments à prendre

Lorsque l'inflammation de la vessie affecte sa coquille, ce qui entraîne des symptômes caractéristiques et très désagréables. La plupart des patients consultent immédiatement un médecin, car les sensations douloureuses sont difficiles à tolérer. Si le processus est retardé, l'inflammation se propage aux zones voisines - l'urètre, les reins et conduit à des complications plus graves. Cette maladie survient souvent chez les femmes et, avec le mauvais traitement, elle peut devenir une forme chronique difficile à éliminer.

Et maintenant, arrêtons cela plus en détail.

Qu'est-ce que l'inflammation de la vessie?

L'inflammation de la vessie est une maladie que beaucoup de gens appellent cystite. Le processus inflammatoire peut se produire sous l'action de divers facteurs, mais affecte plus souvent les femmes. Cela est dû à la structure anatomique des voies urinaires - chez le beau sexe, elles sont plus courtes, ce qui facilite la pénétration de l'infection de l'environnement externe.

L'inflammation de la vessie est dangereuse, mais aussi la propagation de la pathologie au niveau des reins, situés très près. La cystite peut être de nature inflammatoire et non inflammatoire. La tactique de traitement dépend de l'étiologie de la maladie, mais la gravité des symptômes est généralement assez forte dans les deux cas.

Près de la moitié des femmes ont déjà eu une cystite. Après cela, ils reconnaissent les symptômes de la maladie rapidement et avec précision. Avec un traitement approprié et une correction du mode de vie, des rechutes répétées peuvent être évitées et la cystite peut ne jamais se reproduire. Si le patient se soigne lui-même ou interrompt le schéma prescrit par le médecin, le processus inflammatoire s'atténue mais n'est pas éliminé. La forme chronique de la cystite est assez dangereuse, car elle se présente sous une forme usée, elle devient plus aiguë avec chaque facteur provocateur et affecte négativement la structure et la fonction des organes urinaires.

Lors de l'exacerbation de la cystite, l'état physique et psycho-émotionnel de la femme est perturbé. La maladie modifie le rythme de vie habituel et rend souvent impossible la visite du travail ou d'une autre activité. En règle générale, l’invalidité est temporaire, puisqu’un traitement approprié entraîne une amélioration de la maladie en quelques heures.

Souvent, la cystite ne survient pas comme une maladie indépendante, mais comme une complication ou une conséquence d'autres pathologies. Le foyer principal de l'inflammation peut se situer dans les organes génitaux et constituer un problème gynécologique.

Les premiers signes d'inflammation de la vessie

Les symptômes dépendent de la nature du processus inflammatoire. En cas d'évolution chronique, ils ne peuvent être effacés et intensifiés que lors d'une exacerbation. La cystite aiguë commence par les symptômes caractéristiques:

  • besoin fréquent d'aller aux toilettes;
  • miction douloureuse.

Le développement de la maladie est rapide, l'état du patient peut se détériorer avec chaque heure qui passe. Au début, ce ne sont que des manifestations locales, mais lorsque le processus est en cours, des symptômes généraux peuvent être ajoutés.

Symptômes d'inflammation de la vessie

À mesure que l'inflammation affecte les couches profondes de la vessie et se propage aux régions voisines, le tableau clinique de la maladie se développe. Les couches affectées peuvent être rejetées et, au cours du processus infectieux, des inclusions pathologiques sont ajoutées à l'urine.

La cystite aiguë se manifeste par les symptômes suivants:

  • l'évolution rapide du tableau clinique après l'action d'un facteur provoquant (hypothermie, nage dans un étang pollué);
  • l'apparition de pus dans l'urine;
  • douleur abdominale basse (généralement dans la région de la vessie, mais peut également donner aux régions voisines);
  • douleur à la palpation de la vessie;
  • l'apparition de sang dans les dernières gouttes d'urine;
  • miction très douloureuse;
  • une envie accrue, alors que aller aux toilettes est inefficace;
  • turbidité de l'urine (due au processus inflammatoire, dans lequel le nombre de leucocytes, de cellules mortes, de bactéries augmente);
  • augmentation de la température corporelle totale (lorsque la pathologie est transmise aux reins).

Dans les cas aigus, l'intervalle entre les envies de toilette peut être réduit à 5 minutes et les portions d'urine considérablement réduites.

Dans l'inflammation chronique, le tableau clinique est moins prononcé. La longue évolution de la pathologie conduit à un épaississement du tissu conjonctif et à des lésions des couches les plus profondes de l'organe. Le résultat est une violation de ses fonctions et une susceptibilité à tout facteur provocateur. Sous cette forme, les signes de cystite seront:

  • mictions fréquentes et douloureuses;
  • localisation de la douleur plus près du pubis et de l'urètre;
  • la turbidité de l'urine et l'apparition de pus.

En cas d'évolution chronique, la douleur est généralement modérée et n'interfère pas avec le mode de vie habituel du patient.

Causes et prévention de l'inflammation de la vessie

Dans la plupart des cas, le processus inflammatoire de la cystite est accompagné de l'activation de la microflore pathogène. L’agent pathogène peut pénétrer dans la vessie des manières suivantes:

  • descendant (des reins et des voies urinaires supérieures);
  • ascendant (à partir de l'urètre, y compris infection par une bactérie de la région périanale);
  • lymphogène (des organes pelviens adjacents);
  • à travers la paroi du corps à partir des foyers d'inflammation adjacents.

Le plus souvent, les femmes sont infectées ascendantes. L'état d'immunité générale et locale est important. Le facteur qui a causé la maladie chez une femme ne sera pas nécessairement dangereux pour une autre. La présence de l'agent pathogène ne suffit pas. En plus de cela, des troubles structurels ou fonctionnels sont nécessaires, de sorte que la membrane muqueuse de l'organe ne peut pas le protéger de la reproduction active d'agents pathogènes.

Facteurs qui augmentent le risque de développer une cystite:

  • immunité réduite;
  • l'hypothermie;
  • violation de la sortie d'urine;
  • les déséquilibres hormonaux, y compris la grossesse et l'accouchement;
  • manipulations diagnostiques ou thérapeutiques sur l'urètre ou la vessie;
  • urolithiase;
  • utilisation à long terme d'antibiotiques;
  • chimiothérapie ou radiothérapie;
  • congestion dans le bassin;
  • état psycho-émotionnel négatif.

Certains d'entre eux contribuent à la pénétration de la flore pathogène dans l'urètre et la vessie, tandis que d'autres aident à activer les bactéries qui sont des habitants normaux du tractus urinaire féminin.

La cystite chez la femme survient souvent à cause d'entérobactéries situées dans l'urètre, situées dans l'intestin. Cela peut se produire lorsque les règles d'hygiène ne sont pas respectées ou que les relations sexuelles vaginales sont transférées après les relations sexuelles anales.

La dépendance directe de la santé du système génito-urinaire est observée avec un fond hormonal. Ses modifications peuvent affecter le fonctionnement des deux systèmes. La cystite est souvent diagnostiquée associée à une colpite ou à une vaginose bactérienne.

L'inflammation se produit souvent pendant la grossesse. La raison en est la difficulté de vider complètement la vessie, raison pour laquelle une infection commence à se développer dans l'urine résiduelle.

La prévention de la cystite n'est pas difficile. En règle générale, avec un bon niveau d'immunité et le respect de règles simples, une femme peut se protéger de manière fiable de ce problème. Les recommandations des médecins pour la prévention de la cystite sont les suivantes:

  • Il est nécessaire de vider la vessie à temps. Il est préférable d’aller aux toilettes à l’avance que d’endurer à cause du manque d’espace. Cela aidera à prévenir la stagnation des yeux et l’activation de la flore pathogène.
  • Maintenez un style de vie actif et accordez une attention suffisante à l'exercice physique. Le travail par assis entraîne une mauvaise circulation sanguine dans la région pelvienne et augmente le risque de processus inflammatoires.
  • Restez en bonne santé. Les aliments fumés, les aliments épicés, les sodas, l'ail, le raifort et autres produits similaires peuvent altérer les fonctions de protection de la membrane muqueuse des voies urinaires et provoquer une irritation.
  • Respectez les règles d'hygiène personnelle et portez du lin fabriqué à partir de tissus naturels.
  • Ne vous baignez pas dans des réservoirs pollués et n'allez pas avoir des relations sexuelles vaginales immédiatement après une pénétration anale.

Diagnostics

En règle générale, pour poser un diagnostic de cystite aiguë chez le médecin, le tableau clinique et les plaintes du patient sont suffisants. Une analyse générale et une culture d'urine sont nécessaires pour identifier la nature de l'inflammation et de la microflore pathogène. La cystoscopie et la biopsie peuvent être effectuées en présence d'un corps étranger dans la vessie ou d'une cystite prolongée.

En cas de cystite récurrente, une échographie peut être prescrite à une femme pour identifier les pathologies anatomiques des voies urinaires.

Traitement de l'inflammation de la vessie

Le traitement de la cystite comprend la pharmacothérapie et la correction du mode de vie. Les médicaments suivants peuvent être prescrits à une femme:

  • Antispasmodiques (No-Spa, Spazmalgon). Ils aident à réduire la douleur lors de la miction, détendent les muscles lisses des voies urinaires.
  • Antibiotiques. Ils sont prescrits pour l'étiologie infectieuse de la cystite.
  • Anti-inflammatoires. L'origine végétale et synthétique peut être utilisée. Les médicaments de ce groupe soulagent les symptômes du patient en réduisant l’inflammation et en soulageant le gonflement.
  • Remèdes à base de plantes. Vous pouvez utiliser des tisanes ou des médicaments à base d'ingrédients à base de plantes. Par leur pouvoir d'action, ils sont inférieurs aux drogues synthétiques, mais ils ont un avantage: un large spectre d'action. Les remèdes naturels produisent généralement une composition complexe, grâce à laquelle la combinaison d'herbes aide à réduire la douleur, l'inflammation, à tuer l'infection et à accélérer la guérison des muqueuses.

Les antibiotiques et les uro-antiseptiques sont utilisés pour lutter contre l'infection. Le deuxième groupe comprend les préparations de la série des nitrofuranes, qui ont une activité antimicrobienne et s’accumulent en grande quantité dans l’urine. Cela leur permet de lutter efficacement contre les agents pathogènes et d'améliorer rapidement le bien-être du patient.

Pendant le traitement de la cystite, les patients doivent adhérer aux recommandations suivantes:

  • Essayez de boire beaucoup d'eau et allez souvent aux toilettes, malgré la miction douloureuse. Cela aidera à réduire l'acidité de l'urine et à éliminer rapidement le pathogène ou les irritants du corps.
  • Réduire légèrement la douleur pendant la miction aidera les bains chauds ou un radiateur. Cependant, avec la cystite infectieuse, de telles procédures ne sont pas toujours autorisées.
  • Les plantes les plus efficaces pour traiter les voies urinaires sont la busserole, la canneberge et la myrtille. Et en prenant à l'intérieur de la décoction de camomille, vous pouvez accélérer la guérison des muqueuses.
  • L'autotraitement pour la cystite est inacceptable. Il est nécessaire d'identifier la cause de l'inflammation et de suivre le schéma thérapeutique prescrit par le médecin.
  • Vous devez suivre un régime alimentaire restreignant les produits irritant les muqueuses. Ceux-ci incluent les épices, les viandes fumées, l'alcool et d'autres dangers.

Si vous interrompez le traitement, vous risquez une cystite chronique qui, au fil du temps, affectera négativement le travail de tout le système urogénital.

Plus D'Articles Sur Les Reins