Principal Prostatite

Signes d'inflammation des reins, symptômes et traitement

L'inflammation des reins s'appelle néphrite. Plusieurs maladies rénales sont associées aux processus inflammatoires se produisant dans cet organe et affectant ses divers départements.

La pyélonéphrite est une inflammation des reins qui survient lors de l'ingestion de bactéries et de virus pathogènes. La glomérulonéphrite est une maladie dont le processus inflammatoire ne concerne que les glomérules - glomérules rénaux.

Chez les femmes et les hommes, les deux pathologies peuvent survenir sous forme chronique aiguë ou latente. Le danger de la néphrite réside dans leur capacité à conduire progressivement au développement d'une insuffisance rénale nécessitant un traitement cardinal impliquant une greffe d'organe.

Causes de l'inflammation rénale

Les causes de l'inflammation des reins peuvent être des agents pathogènes tels que l'entérocoque, le staphylocoque, l'escherichia intestinal, l'intestin et d'autres. Souvent, la microflore pathogène est mixte, un pathogène étant à l’origine de la maladie dans moins d’un tiers des cas.

Jade peut être divisé en primaire et secondaire, en fonction des symptômes et le traitement de l'inflammation des reins sera différent. Les urologues diagnostiquent une néphrite primitive dans 80% des cas. Diverses maladies du rein sont au cœur de son développement. Par exemple, l'amylose et la néphroptose.

Des processus inflammatoires secondaires au niveau des reins se développent à l’arrière-plan:

  • intoxication par les métaux lourds;
  • inhalation régulière de produits chimiques toxiques;
  • consommation fréquente d'alcool;
  • maladies auto-immunes;
  • la présence d'une infection bactérienne ou virale dans le corps.

Le groupe à risque comprend les personnes qui ont été intoxiquées par des métaux lourds ou des produits chimiques. L'inflammation se produit sur le fond de la polyarthrite rhumatoïde, la tuberculose, le lupus érythémateux. La néphrite est considérée comme une maladie indépendante, ainsi que comme une complication d'autres maladies. Vivre dans des pièces humides et très humides constitue également un terrain propice au développement de processus inflammatoires au niveau des reins.

Classification

Tout d'abord, il convient de noter que les maladies inflammatoires des reins sont un groupe entier de pathologies, chacune ayant ses propres symptômes, ses causes et ses caractéristiques de traitement. Par conséquent, vous devez examiner chacun d’eux séparément:

  1. La pyélonéphrite est une pathologie dans laquelle la lésion du bassinet et du parenchyme rénal survient à la suite d’une infection. L'agent pathogène peut pénétrer dans les reins par le flux sanguin, par la lymphe, ainsi que par le chemin ascendant à travers les uretères. La maladie peut être aiguë ou chronique. La clinique a de la fièvre et la température peut rester pendant 3-4 jours. On a également observé des mictions fréquentes, des maux de dos, de la fatigue, ainsi que des modifications caractéristiques des analyses d'urine sous la forme d'une augmentation du nombre de globules blancs.
  2. La glomérulonéphrite est une maladie auto-immune caractérisée par une inflammation des glomérules (glomérules) qui perturbe le processus de purification du sang et l'excrétion de l'urine. Avec la progression de la maladie, les glomérules se remplacent progressivement par du tissu conjonctif, ce qui conduit finalement à la CRF.
  3. Néphrite interstitielle (tissus interstitiels et tubules rénaux affectés);
  4. Néphrite shunt (dépôt de complexes d'anticorps autour des glomérules rénaux).

Parfois, la néphrite désigne également la périnéphrite (inflammation du tissu adipeux du rein) et la périnéphrite (inflammation de la capsule fibreuse du rein), mais cela peut difficilement être considéré comme correct.

Symptômes de l'inflammation rénale chez les femmes

Selon les caractéristiques anatomiques du corps, les symptômes de l’inflammation rénale chez la femme sont plus prononcés. Le système urinaire est le "maillon faible" du corps féminin. L'urètre du sexe faible étant beaucoup plus court que le mâle, l'infection s'accroche facilement, pénètre dans la vessie et pénètre dans les reins, provoquant ainsi des processus inflammatoires.

Avec une inflammation aiguë des reins, une femme ou un homme aura des symptômes généraux:

  • frissons et transpiration;
  • douleur au bas du dos, souvent aiguë;
  • il peut y avoir des douleurs lancinantes dans l'abdomen;
  • symptômes courants d'intoxication;
  • la température corporelle augmente, parfois de manière très significative, jusqu'à 40 degrés;
  • peut accompagner une inflammation des reins maux de tête et vertiges;
  • avec la prévalence de l'infection dans les uretères et la vessie - miction fréquente et douleur en urinant;
  • dans la projection des reins sur le bas du dos lors du tapotement, ils remarquent une augmentation de la douleur;
  • la présence d'un grand nombre de leucocytes urinaires (pyélonéphrite), de protéines, d'érythrocytes (glomérulonéphrite), parfois de flocons et de résidus dans l'urine peut être vue à l'œil nu.

Les signes d'inflammation des reins au stade chronique incluent les paramètres suivants:

  • transpirer pendant la nuit;
  • changement de température;
  • perte d'appétit;
  • diminution de la capacité de travail et détérioration de la santé générale;
  • augmentation de la pression vasculaire avec nausées et vomissements;
  • dessiccation de la peau avec un changement dans leur teinte naturelle en icteric ou terreux.

La polycystose rénale ou des antécédents de cystite sont un facteur provoquant l'apparition de symptômes d'inflammation rénale chez la femme, qui sont associés à une prédisposition héréditaire dans le premier cas et à des caractéristiques de la structure physiologique de l'appareil urinaire du corps féminin dans le second.

Symptômes de l'inflammation rénale chez les hommes

En plus des symptômes communs ci-dessus, les hommes notent les symptômes suivants:

  • changement significatif de la couleur et de l'odeur des écoulements d'urine;
  • douleur dans la colonne lombaire;
  • l'apparition de traînées de sang dans l'urine;
  • rétention urinaire prolongée;
  • violation de la stabilité de l'envie de vider la vessie.

Souvent, chez les personnes âgées, on diagnostique un adénome de la prostate chez les hommes. Ce diagnostic grave affecte le développement ultérieur de la maladie rénale.

Symptômes chez les enfants

Maman doit être alerte et chercher immédiatement une aide spécialisée si un enfant a:

  • augmentation de la température corporelle;
  • la miction provoque des douleurs, le bébé pleure;
  • les enfants plus âgés se plaignent de douleurs au bas du dos ou au bas-ventre;
  • L’incontinence urinaire a commencé ou vice versa, l’enfant ne peut pas uriner pendant longtemps;
  • la couleur de l'urine a changé, il est devenu sombre, avec des impuretés, des "flocons" étaient visibles;
  • contre les symptômes ci-dessus développent des vomissements.

Les signes d'inflammation rénale chez les enfants, par exemple, peuvent être détectés par un pédiatre régulier. Viennent ensuite toute une série d’analyses nécessaires qui permettent, en règle générale, de poser un diagnostic précis et d’élaborer immédiatement un schéma thérapeutique.

Comment traiter l'inflammation rénale

Pour trouver le bon traitement, il est nécessaire de déterminer avec précision le type de jade et, si possible, d’en éliminer la cause. Dans la phase aiguë du traitement doit être effectué dans un hôpital hospitalier sous la stricte supervision d'un médecin et de contrôler la dynamique de la maladie.

Le traitement de l'inflammation rénale comprend:

  • mode épargne;
  • régime alimentaire;
  • traitement médicamenteux;
  • phytothérapie.

Lorsqu'on diagnostique une inflammation du rein, les symptômes et le traitement sont différents. Parfois, le patient n'est perturbé que par des symptômes à peine perceptibles, par exemple une température légèrement élevée. Mais cela ne signifie pas que vous pouvez vous passer d'un traitement. Dans les premiers jours de la maladie, il est nécessaire de fournir au patient un repos au lit, en particulier dans les cas graves.

Traitement de la toxicomanie

Pour le traitement de l'inflammation rénale, on utilise des antibiotiques et des uroseptiques. Un traitement symptomatique est prescrit au besoin et consiste en l'utilisation de tels médicaments:

  • les diurétiques;
  • médicaments antibactériens;
  • suppléments de calcium;
  • antihypertenseurs;
  • médicaments pour améliorer la circulation sanguine et la nutrition dans les tissus rénaux;
  • cytostatiques;
  • des antihistaminiques;
  • les glucocorticoïdes;
  • immunostimulants;
  • vitamines (C, P, B).

Avec un traitement opportun et bien choisi, l'état du patient s'améliore considérablement après seulement une semaine et un rétablissement final a lieu en quatre semaines.

Antibiotiques pour l'inflammation rénale

Le type d'antibiotique dépend du type de bactérie que l'on trouvera dans les résultats de votre analyse. Si le type ne peut pas être déterminé, un antibiotique à large spectre sera attribué.

Les agents antibactériens les plus efficaces sont reconnus:

  • la norfloxacine;
  • la ciprofloxacine;
  • l'ofloxacine;
  • la furadonine;
  • furagin.

Également recommandés uroseptiques:

  • la nitrofurantoïne;
  • La furazidine;
  • ercefuril;
  • la nitroxoline;
  • le pimidel;
  • norfloxacine et autres.

En moyenne, les antibiotiques doivent être pris pendant au moins 10 jours, mais ce traitement peut parfois être retardé de plusieurs semaines.

Régime alimentaire

Le régime alimentaire avec une inflammation des reins vise à réduire la charge sur l'organe affecté. Le régime alimentaire devrait comprendre principalement des fruits, des légumes, du pain et des céréales. Produits à base de viande et autres sources de protéines, ainsi que de sel, il est recommandé de limiter leur utilisation. La méthode de cuisson préférée est la cuisson à l'eau ou à la vapeur.

Lorsqu'un patient souffre de poches ou d'hypertension, les médecins conseillent de minimiser l'apport liquidien. S'il n'y a pas d'œdème, il est recommandé de boire au moins deux litres de liquide. À quoi il peut s'agir non pas d'une eau simple, mais minérale, uniquement sans gaz, jus, boissons aux fruits, boissons aux fruits et gelée. C'est très bien si un patient atteint de jade boit du jus de canneberge ou des canneberges. Aussi des aliments utiles qui ont des propriétés diurétiques et nettoyantes: pastèques et melons.

Il est absolument inacceptable de manger des plats frits, fumés, épicés et salés avec un excès d’épices, de marinades et d’assaisonnements. En outre, l'utilisation de cornichons et de conservation n'est pas autorisée.

En ce qui concerne les méthodes traditionnelles de traitement, on utilise des décoctions ou des infusions de plantes médicinales et leurs collections, qui ont des effets anti-inflammatoires, diurétiques, hypotenseurs et normalisent le travail de l'organe touché:

  • fleurs de bleuet bleu, camomille, tilleul;
  • herbe de prêle, oiseau d'alpiniste, cornichon;
  • feuilles de busserole, sauge;
  • racine de stalnik, réglisse;
  • bourgeons de bouleau;
  • soie de maïs;
  • fruits de genièvre, de rose sauvage.

Ces remèdes populaires aideront à faire face aux processus inflammatoires dans les organes de la structure génito-urinaire, mais ils devraient être utilisés après avoir consulté un médecin.

Opération

En règle générale, la chirurgie est nécessaire pour les maladies qui violent le flux naturel de l'urine:

  • urolithiase;
  • structure urétérale;
  • torsion des uretères;
  • le développement d'anomalies dans la structure du système urinaire;
  • l'apparition de processus tumoraux dans les uretères, la prostate, les reins.

Si l'inflammation rénale est causée par de telles maladies, une opération visant à renouveler la perméabilité des voies urinaires est réalisée.

Des complications

Les conséquences du jade sont extrêmement dangereuses pour la vie des patients:

  • urosepsie - séparation de l'infection de l'organe malade du sang;
  • périnéphrite - pénétration de l'infection des reins dans les tissus environnants;
  • formation de foyer purulent dans le rein;
  • insuffisance rénale aiguë;
  • choc bactérioxoxique.

Un traitement illettré du jade pourrait bien être fatal. Ne négligez pas votre santé et en cas de troubles du système urinaire, assurez-vous de vous montrer à un spécialiste.

Maladie rénale et ses symptômes chez les femmes traitées

Les reins sont souvent appelés organes «muets», probablement pour leur tolérance. Même si la pathologie est négligée, des symptômes, seule une faiblesse étrange inquiète souvent. L'image complète de la maladie est détectée après la biochimie du sang. Parfois, avec ses résultats, le patient reçoit une recommandation pour une hémodialyse. Pour prévenir un tel développement d’événements, examinons pourquoi les reins font mal, les méthodes de diagnostic et de traitement, les mesures préventives.

Comment mal aux reins

Chez la femme, la pathologie du système urinaire est plus prononcée et douloureuse. La raison en est dans les caractéristiques de l'anatomie: l'urètre large court, qui ouvre l'accès à une infection pathogène. Au moment où cela coïncide avec le début de l'activité sexuelle. Se développe souvent sur fond d’avitaminose, fatigue chronique sévère, stress, complications après des infections respiratoires aiguës, immunité affaiblie. Chez les femmes enceintes, l'inflammation est associée à une charge accrue du système urinaire.

Les problèmes rénaux sont plus susceptibles de se produire si vous êtes préoccupé par:

  • Douleur dans la région lombaire.
  • Fatigue non motivée.
  • Manque d'appétit.

À propos de la progression de la pathologie, dites:

  • Oedème
  • Débit urinaire réduit.
  • La diarrhée

Si l'inflammation est déclenchée, on observe ce qui suit:

  • Augmentation de la température corporelle.
  • Peau sèche et pâle.
  • Faiblesse déraisonnable.
  • Fragilité des ongles et des cheveux.

Dans l'étude de l'urine, il révèle des lipides et des protéines. Le corps développe un déficit en chlore et en potassium, ce qui entraîne des engourdissements, des douleurs musculaires et des crampes. Des poches importantes interfèrent avec le mouvement. Essoufflement possible, non lié à un effort physique.

Les maladies rénales et leurs symptômes

La glomérulonéphrite est de nature auto-immune ou allergique-infectieuse. Outre les signes communs aux pathologies rénales, il se caractérise par certains symptômes spécifiques:

  • Urine sombre avec du sang.
  • Oedème
  • Ascite (hydropisie abdominale).

La pyélonéphrite est une maladie rénale commune chez les femmes. Il est provoqué par une bactérie dont la source peut être une lésion du furoncle, une dent carieuse, un utérus, des poumons. Parfois, les microbes (Escherichia coli, Streptococcus, Proteus) sont la cause du processus inflammatoire et sont activés en affaiblissant les défenses immunitaires. La condition est accompagnée de:

  • Transpiration excessive.
  • La température a augmenté à 40 ° C
  • Urine opaque désagréable.
  • Douleur sourde et douloureuse dans le bas du dos.

Les signes d'inflammation sont: nausée, vomissement, migraine, faiblesse, hypertension. La forme chronique se développe lentement, aggravée par l'hypothermie.

Néphropathie enceinte

La condition particulière à la première grossesse ou à la grossesse multiple. La raison en est un utérus élargi appuyant sur l'urètre, ce qui perturbe la miction, provoque un gonflement à la fois insignifiant et étendu. C’est le fond de l’apparition de l’albuminurie, de l’hypertension, de l’inflammation. Gonflement caché dans la période de gestation - l'indication pour le diagnostic différentiel de l'hydropisie et de la néphropathie.

Il se caractérise par une envie constante d'uriner, mais avec un écoulement minimal. Dans la forme aiguë, les symptômes de la maladie chez les femmes sont complétés par de la fièvre, une hypotension, des nausées et des vomissements. Ces signes sont une raison pour demander de l'aide médicale afin d'éviter le développement de l'hydronéphrose.

La cystite

Inflammation de la vessie - la pathologie est également plus fréquente chez les femmes. La raison est proche du rectum et du vagin. Accompagné de douleurs dans le bas-ventre, de fièvre.

Polykystique

Maladie rénale d'origine génétique affectant les deux organes. La violation de la structure des tubules rénaux conduit à la formation de vésicules kystiques qui remplacent les tissus normaux. La femme souffre de mictions abondantes et fréquentes, de soif et de douleurs sourdes dans la région lombaire. Sans traitement approprié, le patient attend de l’hypertension, ainsi que des troubles du travail du cœur et des vaisseaux sanguins. Suivre un régime, éviter les travaux physiques pénibles, traiter rapidement les infections chroniques permet de retarder la phase terminale lorsqu’une greffe d’organe est nécessaire.

Hydronéphrose

L'état d'expansion des cupules rénales et du bassin. Les médecins le considèrent comme une conséquence de l'écoulement urinaire altéré en raison de maladies des organes pelviens, du processus tumoral, d'anomalies congénitales et de calculs bloquant le tractus excréteur. Jusqu'à rejoindre l'inflammation est caractérisée par un cours asymptomatique.

Du sable dans les reins

La maladie ne se manifeste qu'à la sortie de particules de silicium, qui égratignent et irritent la muqueuse urétrale. La douleur aiguë, localisée dans le bas du dos, s'étend progressivement à l'aine et au bas de l'abdomen. Urine sombre, mélangée à du sang ou du pus. En parallèle, nausées, vomissements, hypertension.

Urolithiase

La néphrolithiase est associée à des troubles métaboliques et à des facteurs externes et internes qui s’y rattachent:

  • Mauvaise nutrition.
  • Mode de vie sédentaire.
  • Déficit chronique en eau ou sa composition calcinée dure.
  • Climat chaud.
  • Une abondance de plats épicés et acides.
  • L'ostéoporose
  • Manque de soleil et de vitamines.

L'urolithiase s'accompagne d'une douleur beaucoup plus intense, qui se ressent au cours du mouvement des pierres. Les cristaux de sel peuvent bloquer l'uretère et blesser sa surface interne. Il est nécessaire de traiter les reins en fonction de la composition, de la taille, de la forme des formations, de la cause de l'état pathologique.

Néphroptose

La maladie, communément appelée prolapsus rénal. Une mobilité anormale d'un organe peut être le résultat d'un travail répété ou d'une perte de poids importante, avec pour résultat l'étirement des muscles et des ligaments qui le soutiennent. Rotation possible du rein, lourde de conséquences, altération de la circulation sanguine due à la flexion des artères et des veines. Le patient souffre de douleurs dans le bas du dos, la hanche et le ventre. La gravité des symptômes dépend du stade de la néphroptose. Troubles possibles des selles, manque d'appétit. Les conséquences de l'intoxication sont l'augmentation de la température corporelle, la nervosité, la faiblesse.

Après la néphroptose, il est possible de tordre les uretères, l'apparition de pyélonéphrite, l'urolithiase.

Vous pouvez remettre le rein à son emplacement initial et le réparer à l'aide d'une gymnastique thérapeutique, de bandages spéciaux et parfois d'une intervention chirurgicale. Pour corriger rapidement le traitement, il est montré aux patients atteints de néphroptose précoce de consulter un médecin une fois par an, de se soumettre à des examens d’urine et de subir une échographie.

Insuffisance rénale

Un état où le corps cesse partiellement ou complètement de remplir ses fonctions. En conséquence, les composés contenant de l'azote ne sont pas excrétés par l'organisme, mais ses tissus, y compris les cellules cérébrales sensibles, l'empoisonnent.

Cancer du rein

Le processus tumoral est dangereux pour son évolution asymptomatique. L'urine contient du sang, l'état du patient se dégrade, la température augmente constamment. Signes de pathologie:

  • Faiblesse générale.
  • Pâleur de la peau.
  • Douleur constante
  • Gonflement important dans la région de l'organe affecté.

Manifestez au stade où le problème est résolu sur la table chirurgicale. La chimiothérapie est indiquée pour augmenter l'efficacité de la chirurgie.

Quand appeler un docteur

L'automédication met la vie en danger. L'assistance d'un spécialiste est nécessaire si:

  • Le corps retient les liquides, ce qui se voit dans le gonflement constant des jambes et du visage.
  • Hypertension persistante, sensation de brûlure pendant la miction, douleur intermittente dans la région lombaire.
  • Urine trouble avec une teinte rouge.
  • Les cystites sont devenues monnaie courante.

Après le diagnostic différentiel, le thérapeute choisira un schéma thérapeutique. Si nécessaire, consultez un urologue, un chirurgien et d’autres spécialistes.

En cas de coliques néphrétiques, appelez l’équipe des ambulances ou contactez immédiatement un néphrologue, passez une échographie pour confirmer ou infirmer le diagnostic.

Diagnostic précis

Dans un premier temps, le médecin interroge et examine le patient. Les reins en bonne santé ne sont pas détectables. En pathologie, ils augmentent eux-mêmes ou cela est dû à une tumeur. Modifications déterminées par le médecin lors de la palpation et de la percussion. En parallèle, le vagin est examiné. Les symptômes déterminent le stade de l'état pathologique. Parmi les méthodes instrumentales appliquées:

  • Échographie.
  • TDM, IRM.
  • Urographie excrétrice pour déterminer la perméabilité de l'activité des voies urinaires et des reins.

Pour clarifier le diagnostic, le patient donne du sang pour détecter les signes d'inflammation, déterminer les taux de créatinine, marqueurs de l'infection. Selon les résultats de la recherche sur l’urine, on peut parler du fonctionnement des filtres naturels. Le fait de semer de l'urine fournit des informations sur le processus infectieux-inflammatoire.

Traitement

La pharmacothérapie résiste aux infections même en cas d’infection profonde, soutient les systèmes endocrinien et immunitaire, en tant que mécanismes auxiliaires permettant d’influencer la cause première de la maladie.

Des médicaments

En plus des antibiotiques, les uroantiseptiques, tels que Furagin et Monural, sont indiqués.

Des analgésiques anti-inflammatoires à base de plantes, caractérisés par des calculs:

  • Canéphron, y compris des extraits de lovage, de romarin, de rose de chien et de centaurée.
  • Fitolysin.
  • Cystone, éliminant le phosphate.

Composés diurétiques utilisés qui éliminent les déchets toxiques des bactéries pathogènes. Le furosémide est un puissant agent à courte durée d'action. Il aide à faire face à un œdème prononcé, une hypertension de type rénal. De bons résultats donnent Aldactone, Veroshpiron et d’autres médicaments diurétiques épargneurs de potassium.

Pour éliminer l'inflammation et soulager la douleur sont appliqués:

Si la douleur dans les reins ne s'atténue pas, utilisez Baralgin et Metamizol. Le traitement est effectué sur le fond d'un régime spécial, dans lequel il n'y a pas de place pour les plats sucrés, épicés, fumés, salés. Il est recommandé de respecter le régime de consommation d'alcool, d'abandonner l'alcool et de fumer. Il est utile de renforcer le corps avec des suppléments de vitamines et de minéraux.

Traitement chirurgical

L'intervention chirurgicale est indiquée dans la nature congénitale des maladies rénales, des complications, des tumeurs, en présence de gros calculs. Les tumeurs bénignes sont supprimés, en essayant de préserver l'organe, cancéreuse - avec le rein. Si les médicaments ne peuvent pas dissoudre les calculs, ils sont écrasés à l'aide d'une lithotritie au contact ou à distance. Les méthodes de laparoscopie permettent de lutter efficacement contre les maladies du rein. Les calculs coralliens et les lésions rénales graves sont traités au cours d’une chirurgie abdominale ouverte. En cas d'insuffisance rénale, une hémodialyse est indiquée.

Remèdes populaires

La camomille est un antiseptique naturel. Cela aidera avec une inflammation mineure ou à un stade précoce de la pathologie. Il est utilisé pour préparer des infusions, des décoctions, à l'aide desquelles les symptômes désagréables sont éliminés, les scories sont éliminées.

Les baies de genièvre sous forme de teinture à l'alcool ou de poudre sèche contribuent également à l'amélioration du tissu rénal. En y ajoutant du miel et des graines de persil, les petites pierres peuvent être dissoutes avec succès.

Prévention des maladies du rein

Le respect des recommandations du médecin aidera à maintenir la santé du système urinaire. Pour ce faire, il suffit d'être mobile dans la région pelvienne pour éviter la stagnation, l'accumulation de graisse. La "danse orientale du ventre" améliorera la souplesse de la colonne vertébrale, ainsi que la respiration et l'humeur. La deuxième règle est de bien manger, y compris dans le menu du jour les produits de la liste suivante:

Il est recommandé de limiter l'utilisation de chocolat, de fromage cottage, de fromage et de viande.

Suivez le régime de boire - la troisième règle. Pour chaque personne, le volume de fluide prélevé est individuel. Une journée correspond à environ 2 litres d’eau pure sans gaz, sans compter les compotes, les infusions aux herbes, le thé vert et le jus de canneberge.

L'eau minérale contient des sels de calcium et de phosphore, qui peuvent être à la base de la formation de calculs. La soif est le cri du corps à propos de la déshydratation. Comme gonfler, parler de leur économiser des fluides. Il vaut mieux ne pas vous mettre dans un tel état. Il est utile de boire souvent, mais pas beaucoup.

La chaleur sèche est confortable pour les reins. Dans le sauna, une partie des toxines est ensuite excrétée, ce qui soulage le système urinaire.

La gymnastique est également la prévention de la maladie rénale. Pose à quatre pattes pendant au moins 5 minutes par jour. Étirer le dos. Joué assis sur le sol. Tâche - doigts pour atteindre les pieds.

La santé rénale dépend de l'état émotionnel. La peur déprime le travail des filtres naturels et la confiance et la tendresse les aident à remplir leurs fonctions les plus complexes.

Avis médical

Les reins malades peuvent transformer la vie d’une femme en enfer. Seul un diagnostic opportun aidera à prévenir les conséquences graves, à préserver le corps et à préserver ainsi votre santé.

Inflammation des reins chez les femmes - les causes et les conditions d'occurrence. Comment traiter l'inflammation des reins résultant chez une femme

L'une des maladies inflammatoires des reins, la pyélonéphrite, est une maladie infectieuse non spécifique.

Selon les statistiques, au cours des dix dernières années, le nombre de cas de pyélonéphrite dans la structure globale de l'incidence a été divisé par 10. Mais vous ne devez pas vous détendre, car l’inflammation des reins chez la femme, comme auparavant, se produit souvent et beaucoup plus souvent que chez l’homme.

Environ 4 à 5 fois plus de femmes que d’hommes souffrent d’inflammation des reins. Même chez les enfants, l'inflammation rénale se développe chez 3% des filles et chez 1% des garçons. E. coli - E. coli est l'agent responsable de l'inflammation des reins chez les femmes à 90%. Cela est dû à la structure anatomique du système urogénital chez la femme.

Pourquoi il y a une inflammation du rein chez les femmes

Voies d'infection chez les femmes présentant une inflammation des reins

L'urètre chez les femmes est à proximité de l'anus et du vagin. Contrairement aux hommes, il est large et court chez les femmes - jusqu'à deux centimètres. Par conséquent, l'agent pathogène, quel que soit son type, peut facilement pénétrer dans l'urètre et à travers les uretères et la vessie pour atteindre les reins. C’est la voie d’infection en amont. Outre Escherichia coli, ils peuvent pénétrer dans les reins et d'autres agents pathogènes: Staphylococcus, Klebsiella, Proteus, Enterococcus, Pseudomonas, Enterobacter, champignons pathogènes, virus. Ces microbes appartiennent à la flore sous condition pathogène, qui devient dangereuse dans certaines conditions. Chez 20% des femmes, l'inflammation rénale est due à une flore mixte.

Les bactéries ou les champignons pathogènes tombent dans l'urètre et, après chaque rapport sexuel, ils sont «pompés» dans celui-ci. Risque élevé d'inflammation rénale chez les femmes ménopausées. Cela est dû à la sécheresse des muqueuses due aux désordres hormonaux qui en résultent, ce qui facilite l'introduction d'un facteur pathogène dans le corps.

Mais il existe également une voie d'infection descendante. Dans ce cas, les microbes pénètrent dans les reins par le sang, si une infection est déjà présente dans le corps.

L'inflammation du rein chez les femmes présentant une flore opportuniste ne se produit pas toujours. E. Coli est constamment présent dans le corps, mais cela ne signifie pas nécessairement que cela mène à la maladie. Cela se produit généralement avec une immunité réduite et en présence de certains facteurs.

Les facteurs de risque sont: hypothermie, présence de lithiase urinaire, kystes ovariens, diabète sucré, manipulations médicales (cathétérisme, échographie transvaginale ou transrectale), chirurgie des organes du système urogénital, âge de la femme (le risque augmente avec l'âge), prolapsus rénal.

Manifestations cliniques de l'inflammation des reins chez les femmes

L'inflammation des reins peut être aiguë et chronique. L'inflammation aiguë des reins chez les femmes, si elle n'est pas déclenchée à temps, peut devenir chronique. L’évolution chronique de l’inflammation rénale chez la femme n’est pas nécessairement une continuation de la phase aiguë. Il existe des cas où la maladie présente initialement des signes de maladie chronique.

Le tableau clinique de l'inflammation aiguë des reins est très brillant: il peut commencer par une douleur intense au niveau des reins ou seulement d'un côté, car le processus est unilatéral. Accompagné d'une forte fièvre - au-dessus de 380 ° C, de frissons, de maux de tête, de nausées, parfois de vomissements, d'une faiblesse grave, de malaises, d'un manque d'appétit. Ce sont des signes communs de tout processus inflammatoire dans le corps. En outre, les mictions fréquentes sont perturbées, principalement la nuit (nycturie).

Chez les femmes, une inflammation des reins peut être douloureuse, principalement dans le bas du dos, de nature diffuse et sourde, accompagnée d'une inflammation bilatérale des reins. Lorsque vous modifiez la position du corps, l'intensité de la douleur ne change pas. En cas de pyélonéphrite purulente, la courbe de température peut être abrupte: plusieurs fois par jour, elle peut s'élever à 390 ° C et diminuer jusqu'à un nombre subfébrile. La fièvre peut durer une semaine, parfois plus.

Avec un diagnostic opportun et le traitement commencé, une amélioration de la condition se produit chez 95% des patients le deuxième jour.

Inflammation chronique des reins chez la femme - caractéristiques du tableau clinique

Il est important de commencer le traitement à temps pour éviter les maladies chroniques. Mais l'inflammation chronique des reins peut être sans la phase aiguë précédente.

Dans l'inflammation chronique des reins chez la femme, le tableau clinique est effacé, il ne peut y avoir aucune plainte spécifique. Préoccupé par la faiblesse générale, la léthargie, la fatigue, le malaise, les frissons. Il peut y avoir des sorties nocturnes aux toilettes, un léger gonflement du visage, des mains le matin, une faible fièvre (37,10– 37,40 ° C) le soir sans raisons évidentes, une gêne dans le bas du dos ou des douleurs dans un côté, aggravée par un effort physique. Il peut même y avoir une légère augmentation de la pression artérielle, qui n'avait pas été remarquée auparavant.

Une inflammation chronique des reins est détectée après un examen approfondi.

Comment reconnaître l'inflammation rénale chez les femmes - diagnostic

Analyses cliniques générales du sang et de l'urine, échographie des reins, si nécessaire, urographie excrétrice, examen aux rayons X avec contraste, tomographie par ordinateur, angiographie des artères rénales, radionucléide sont obligatoires. Le plus souvent, le diagnostic d'inflammation des reins ne présente pas de difficulté particulière et des études récentes sont donc menées dans des cas difficiles.

Il y a des signes d'inflammation dans l'urine et des analyses de sang: leucocytose et augmentation de la RSE dans le sang, leucocytes dans l'urine, érythrocytes, en petites quantités - une protéine, une bactérie peut se produire, la réaction de l'urine est alcaline (pH 6,2 - 6,9). La couleur change (l'urine devient sombre) et la transparence (l'urine est trouble).

La culture bactériologique des urines révèle un agent pathogène spécifique et sa sensibilité à un antibiotique spécifique. Lorsque l'inflammation des reins dans 1 ml d'urine, le nombre de bactéries dépasse 105.

Pour étudier le fonctionnement des reins, il est nécessaire de réaliser une analyse d'urine selon Zimnitsky: toutes les trois heures, l'urine est collectée dans des récipients séparés pendant une journée, le nombre de portions de jour et de nuit et la densité sont déterminés. Lorsque l'inflammation des reins diminue la densité de l'urine, prévalence de la diurèse nocturne au cours de la journée.

Pour le diagnostic différentiel du processus inflammatoire, une analyse d'urine selon Nechyporenko est collectée: dans 1 ml d'urine quotidienne, les leucocytes, les érythrocytes, les cylindres sont comptés. Avec une inflammation des reins, le nombre de leucocytes dépasse de manière significative le nombre de globules rouges.

Parmi les méthodes de recherche instrumentale, la sonographie des reins (échographie) est obligatoire, ce qui permet de déterminer la présence de calculs, de kystes, d’ulcères, la taille des reins, la densité de leur parenchyme. Dans l'inflammation aiguë des reins, l'échogénicité du parenchyme diminue de manière inégale. Dans un processus chronique, l'écho est augmenté.

Comment traiter l'inflammation rénale chez les femmes

Le traitement commence immédiatement après le diagnostic. Les médicaments antibactériens sont prescrits immédiatement, sans attendre les résultats de bakposev et sans déterminer la sensibilité de la flore semée aux antibiotiques, car la réponse de baccosev est possible les cinquième et sixième jours. Mais à ce stade, l'état du traitement commencé à l'heure s'améliore et, bien souvent, il n'est pas nécessaire de changer l'antibiotique prescrit immédiatement. Ce n'est qu'en l'absence de l'effet qu'il est nécessaire de remplacer le médicament. Parfois, deux antibiotiques de groupes différents sont prescrits simultanément.

Les fluoroquinolones, les pénicillines protégées (aminopénicillines), les céphalosporines, les macrolides sont utilisés dans l'inflammation des reins.

Actuellement, il est absolument impossible d'utiliser des médicaments de type pénicilline (ampicilline, etc.) en traitement, car dans 40% des cas, une résistance se développe, 5-NOK, Biseptol. Les pénicillines semi-synthétiques protégées (tazobactam, sulbactam (unazine), etc.) sont utilisées avec succès.

Les fluoroquinolones sont prescrites de manière empirique (Sparfloxacin - «Sparflo» - utilisé pour l'inflammation des reins chez les femmes jeunes; la lévofloxacine - «Levolet» - est prescrit pour l'inflammation des reins chez les femmes âgées. Cela est dû à certaines modifications de l'ECG pouvant se produire pendant le traitement).

Les macrolides (érythromycine, clarithromycine, roxithromycine, spiramycine) inhibent la synthèse des protéines dans la cellule microbienne, leur utilisation est donc efficace dans l'inflammation des reins.

Les céphalosporines peuvent être prescrites sous forme de comprimés si la femme les tolère bien (ciprofloxacine, céphalexine, zinnat) et ne s'embarrasse pas de nausées et de vomissements pendant la prise du médicament. Si ces effets indésirables sont prononcés, le médicament est administré par voie parentérale (ceftriaxone, céfoxime) deux fois par jour. Si l'effet ne se produit pas dans les trois jours, l'antibiotique change. Il est nécessaire de mener des méthodes de recherche supplémentaires pour exclure les complications (abcès, sepsis).

Le traitement antibiotique est effectué pendant au moins 10 jours.

En même temps, pour augmenter l’effet du traitement, on prescrit des uroantiseptiques - nitrofuranes: furagine, furamag, monural. Monural est approuvé pour une utilisation même chez les femmes enceintes, il est utilisé une fois par dose.

Les médicaments anti-inflammatoires à base de plantes (kanefron, ciston, phytolysine) sont utilisés. Canephron n'a pratiquement aucun effet secondaire, est totalement sans danger, a un effet antispasmodique, anti-inflammatoire et analgésique.

Les antihistaminiques sont également utilisés (tavegil, claritine, suprastine, etc.), les diurétiques si nécessaire (furosémide), les antispasmodiques (no-shpa, la drotavérine), les multivitamines qui renforcent le système immunitaire.

En outre, il existe des collections rénales sous forme de thé, d’aliments diététiques (régime sans sel, restriction en protéines, plus de baies / viburnum /, fruits, grandes quantités de liquide - jusqu’à deux litres d’eau pure (si pas contre-indiqué), jus de fruits frais). Il est strictement nécessaire d’exclure les boissons alcoolisées, l’eau gazeuse, le café dans l’inflammation des reins chez la femme.

Pendant le traitement, il est souhaitable d'arrêter les rapports sexuels en raison du risque d'infection supplémentaire.

Il convient de rappeler que le traitement doit être administré individuellement, en fonction de la gravité de la maladie, de l'évolution du processus inflammatoire des reins, de l'état général de la femme et des maladies associées. En auto-médication, progression de la maladie, diverses complications graves peuvent survenir. Les complications comprennent l'abcès, la septicémie, l'insuffisance rénale. Et bien que l'inflammation des reins chez les femmes ne soit pas initialement une maladie grave, ses complications avec un traitement inadéquat peuvent être fatales. Selon les statistiques, si, après avoir établi le diagnostic de pyélonéphrite, une femme ne change pas son mode de vie et ne commence pas de traitement, son espérance de vie ne dépasse pas dix ans. La septicémie, comme le montrent les chiffres, devient une complication fatale chez une personne sur trois, de ceux qui en sont atteints.

La célèbre mannequin brésilienne Marianne Bridi Costa est une des femmes célèbres qui est décédée des suites d'une sepsie, complication d'une inflammation du rein. Pour tenter d’arrêter le processus septique, elle s’est amputée des bras et des jambes mais n’a pas réussi à la sauver de la mort.

Elle souffrait d'inflammation des reins et de sepsie, une autre femme bien connue - la chanteuse et gagnante d'un Grammy Award, Etta James.

Mais, malgré les tristes statistiques, avec une inflammation des reins, une femme peut mener une vie bien remplie, sans limitation de temps, si des conditions importantes sont remplies: la prévention et le traitement opportun de l'inflammation du rein.

Symptômes de maladie rénale chez les femmes

Les reins sont l'un des principaux organes impliqués dans la régulation de l'homéostasie chimique (l'environnement interne permanent du corps). Ils font partie du système urinaire humain, ont une taille d'environ 10-11 cm de long et ont la forme d'un haricot. Le poids d’un rein chez une femme peut atteindre 180-200 g, tandis que le rein du côté gauche peut être de plusieurs millimètres plus grand que le rein du côté droit. La partie principale du rein est son parenchyme, qui soutient l'équilibre nécessaire eau-électrolyte. L'accumulation d'urine se produit à l'aide des cupules rénales et de l'élimination, à l'aide du bassin, qui passe dans l'uretère, qui se connecte à la vessie. À l'extérieur, la capsule rénale est recouverte d'un film fibreux sans signification fonctionnelle. Dans cet article, vous en apprendrez davantage sur les symptômes de la maladie rénale chez la femme.

Symptômes de maladie rénale chez les femmes

Les maladies rénales chez les femmes peuvent être associées à des lésions de l’une quelconque de ses parties. Chacune des pathologies présente des symptômes spécifiques que les femmes doivent connaître qui présentent un risque de maladie du système urinaire. Cela inclut les femmes à immunité réduite, obésité, souffrant de diverses dépendances. Le groupe à risque accru de maladie de l'artère rénale, en raison duquel l'approvisionnement en sang de l'organe se produit, comprend les femmes atteintes de troubles physiques ou physiques, de maladies endocriniennes et vasculaires.

Causes possibles

L'insuffisance rénale est l'une des causes les plus courantes de douleur sourde et douloureuse dans le bas du dos chez les femmes. Les sensations douloureuses peuvent être accompagnées de troubles dysuriques (troubles urinaires), de fièvre, de coliques rénales, d'une détérioration générale du bien-être et d'une faiblesse. En cas de maladies infectieuses des reins, par exemple la pyélonéphrite, le syndrome douloureux peut avoir une localisation floue et être associé à des signes de cystite ou d'uréthrite: mictions fréquentes et douloureuses, sédimentation ou apparition de veines tachées de sang dans le liquide urinaire, turbidité urinaire.

Selon les statistiques des médecins, 4,5% de la population féminine de Russie souffrent de problèmes rénaux.

Avec les kystes et les tumeurs malignes du rein, une femme peut sentir un joint d'étanchéité dans la zone de projection des reins, qui peut être indolore aux premiers stades, mais à mesure que la maladie progresse, le syndrome douloureux prend une intensité modérée ou élevée. Le même tableau clinique peut être observé en cas de prolapsus rénal (rein déréglé) ou de dysplasie polykystique.

Les causes de l'un de ces symptômes, si elles sont associées à des troubles du système rénal, peuvent être:

  • pyélonéphrite (y compris les formes rares - pyélonéphrite xanthogranulomateuse et emphysémateuse);
  • glomérulonéphrite;
  • maladie polykystique des reins;
  • prolapsus rénal (rein omis ou errant);
  • néphrosclérose;
  • carcinome à cellules rénales.

Si une femme s'inquiète de douleurs aiguës dans le bas du dos, accompagnées de fièvre, de fortes fièvres et de troubles urinaires, consultez immédiatement un médecin, car ces signes peuvent être des symptômes de pyonéphrose - une inflammation purulente des reins. Il est également nécessaire de consulter un médecin si une femme s’inquiète de douleurs dorsales régulières d’intensité variable, ainsi que du syndrome de l’œdème ou des troubles dysuriques.

Pour les problèmes rénaux, le gonflement sera égal dans tout le corps.

Maladie rénale polykystique

La prévalence de cette maladie chez les femmes en âge de procréer est d'environ 17%. La polykystose rénale est caractérisée par une dysplasie du parenchyme rénal et par la formation à sa surface de croissances kystiques uniques ou multiples. Le plus grand nombre de patients avec ce diagnostic appartient à la catégorie d'âge moyen (de 30 à 45 ans), bien que diverses formes de dysplasie rénale puissent être détectées chez les filles de 2 à 10 ans. La maladie polykystique a un caractère génétique et est associée à une synthèse altérée de certaines protéines, par exemple la fibrocystine.

Pathologie héréditaire menant à la formation de kystes rénaux

Fait! Environ 90% des lésions polykystiques des reins sont des formes héréditaires.

Les symptômes

La maladie polykystique des reins peut être asymptomatique pendant plusieurs années. Le plus souvent, les femmes ne remarquent aucun symptôme alors que les kystes sont petits et dans un état non inflammatoire. Au fur et à mesure que les formations se développent, des signes spécifiques apparaissent, par exemple:

  • douleur aiguë, coupante ou lancinante dans la région lombaire du processus pathologique;
  • diminution de la diurèse quotidienne;
  • détérioration du bien-être général;
  • maux de tête;
  • sensation de compression et de propagation dans les reins;
  • consolidation douloureuse à l'emplacement du rein affecté.

La douleur pendant la miction avec une maladie polykystique des reins est généralement absente. La température corporelle augmente avec l'inflammation du kyste ou remplit sa cavité de contenu purulent.

C'est important! Il existe des cas où le poids d'un rein polykystique atteint 20 à 30 kg. Par conséquent, si vous détectez des symptômes pouvant indiquer une maladie rénale (même avec un parcours flou), vous devez immédiatement consulter un médecin.

Traitement

La correction du mode de vie est d’une importance capitale dans le traitement de la polykystose rénale. Une femme doit limiter sa consommation de sel de table, de boissons et d’aliments contenant de la caféine (notamment le chocolat, le cacao et les produits glacés à base de confiserie), des aliments gras qui augmentent le taux de cholestérol dans le sang. La quantité de protéines dans l'alimentation est également réduite, car une quantité excessive de protéines peut provoquer une hypertension artérielle et une protéinurie. Les patients atteints de reins polykystiques n'ont pas le droit de prendre des hormones, de l'alcool ou de fumer.

Indications et contre-indications pour l'hémodialyse

Une tâche importante dans le traitement complexe de la maladie polykystique des reins consiste à maintenir une pression artérielle normale. Pour ce faire, appliquez des antihypertenseurs (Dopegit, Nifedipine, Methyldopa). Si nécessaire, on prescrit une hémodialyse au traitement de remplacement. Dans les cas graves, un rein peut être nécessaire.

Néphrosclérose

La néphrosclérose est une maladie rénale grave, appelée couramment «rein ratatiné». Cette pathologie a été nommée parce que le rein dans la néphrosclérose est réduit en taille et que sa surface devient ridée et nodulaire en raison du remplacement du tissu parenchymal par des fibres conjonctives. Les causes de la maladie chez les femmes peuvent être multiples:

  • hypertension artérielle stable;
  • l'athérosclérose des artères rénales, à travers laquelle le sang circule vers les cellules de l'organe;
  • maladies du système rénal (pyélonéphrite, glomérulonéphrite);
  • diabète sucré;
  • certaines infections graves, telles que la syphilis ou la tuberculose.

Pour le diagnostic de la néphrosclérose, il est nécessaire de se soumettre à un certain nombre de procédures de diagnostic: échographie et radiographie des organes abdominaux, angiographie des vaisseaux sanguins, IRM et TDM avec agents de contraste. Le diagnostic primaire comprend les tests de laboratoire sur l'urine et le sang. Pour qu'un médecin puisse correctement prescrire les examens nécessaires, il est important de décrire en détail les plaintes et les symptômes existants.

Les symptômes

L'un des principaux signes de la néphrosclérose est une douleur persistante dans le dos, localisée non seulement dans la région du rein affecté, mais pouvant également devenir zona ou diffuse. Les douleurs peuvent être remplacées par des sensations de traction, des picotements. Dans les cas graves, des douleurs de type coupure ou poignard sont possibles, avec une localisation précise du côté du processus pathologique. Un symptôme typique de cette pathologie est également une augmentation de la pression: pendant les périodes de crise néphroscléreuse, les lectures du tonomètre peuvent atteindre 160/110 et même plus.

Rein avec néphrosclérose

Les femmes peuvent également présenter un complexe symptomatique de troubles dysuriques, qui comprend généralement les troubles suivants:

  • vidange incomplète de la vessie;
  • douleur en urinant;
  • urine involontaire.

Le tableau présente les autres manifestations et formes de dysurie caractéristiques de la néphrosclérose.

Tableau 1. Dysurie avec néphrosclérose

Les études de laboratoire sur les urines permettent d'identifier différentes formes de protéinurie (détection de protéines ou de traces dans les urines), ainsi qu'une faible proportion de liquide urinaire.

Traitement

Le traitement conservateur de la néphrosclérose est inefficace. Par conséquent, lors de la confirmation de ce diagnostic, une femme subira une néphrectomie - une opération destinée à retirer le rein affecté ou une partie de celui-ci. La période de récupération dépend de la méthode choisie, de l'état du système immunitaire, de l'âge du patient et d'autres facteurs et peut aller de 2 à 8 semaines.

Selon le stade de la maladie, une partie du rein peut être enlevée (néphrectomie partielle) ou le rein entier (néphrectomie simple)

Pyonéphrose

Maladie grave, dans la plupart des cas, une complication d'un traitement inapproprié ou tardif d'une pyélonéphrite chronique. Si l'inflammation rénale a atteint le stade terminal, la cavité rénale est remplie de pus, d'urine et d'éléments nécrotiques de l'organe.

Fusion purulente du tissu rénal avec la formation d'un abcès

Un liquide inflammatoire (exsudat) s'accumule dans les parois du bassinet du rein, ce qui entraîne une hyperhémie et des poches. Si la pyonephrose n'est pas diagnostiquée à temps, ou si la patiente refuse le traitement qui lui est proposé, le contenu purulent de la cellulose périhophysique peut être percé, entraînant un empoisonnement du sang et le développement d'une septicémie urogénitale.

Les symptômes

La maladie au cours de la phase aiguë présente des symptômes prononcés et spécifiques, ce qui permet au médecin de suspecter rapidement un possible processus destructeur purulent et de prescrire le bon ensemble de diagnostics primaires. La plainte principale avec laquelle les femmes viennent à la réception chez l'urologue est la douleur dans la région lombaire. Son caractère peut être différent, mais dans la plupart des cas, les patients décrivent la douleur comme une douleur sourde et douloureuse d'intensité moyenne ou élevée. Ces douleurs peuvent augmenter avec un effort physique intense, une hypothermie, un séjour prolongé dans une position.

Échographie du rein avec pyonephrose

Si la maladie est sous forme aiguë, le patient présentera des manifestations prononcées d'intoxication purulente: mal de tête grave, forte fièvre, transpiration excessive, frissons, fièvre. Les autres symptômes caractéristiques de la pyonephrose incluent:

  • une augmentation de l'inflammation du rein et de sa mobilité limitée, qui est déterminée par la palpation;
  • turbidité de l'urine avec précipitation sous forme de flocons denses;
  • la formation de sédiments purulents au fond de la cuve avec de l'urine;
  • peau pâle;
  • asthénie sévère (fatigue et fatigue rapide).

Le nombre d'erythrocytes augmente dans toutes les formes et à tous les stades de la pyonephrose dans les urines.

Traitement

Le traitement de la pyonephrose est toujours chirurgical. Si une femme se rend trop tard à l'hôpital, la néphrostomie est utilisée avant l'opération: un cathéter est placé à travers la peau pour créer un moyen artificiel d'éliminer l'urine d'un rein enflammé. L'installation de la néphrostomie est réalisée à l'aide d'une ponction sous-cutanée sous contrôle radiographique ou par ultrasons.

Tube de néphrostomie dans le bassinet du rein

Pyélonéphrite

C'est la maladie rénale la plus répandue chez les femmes qui peut survenir à tout âge. Le plus souvent, les femmes de 20 à 45 ans souffrent de pyélonéphrite. Le processus inflammatoire primaire dans les tubules rénaux a presque toujours une évolution aiguë et, en l'absence de traitement opportun, il devient chronique. Dans 67% des cas, la maladie est de nature bactérienne et est causée par une bactérie du groupe des staphylocoques, Escherichia coli et Pseudomonas aeruginosa. Cela explique la possibilité de prescrire des antibiotiques à large spectre et des agents antimicrobiens pour traiter diverses formes de pyélonéphrite.

Inflammation du rein - Pyélonéphrite

Les autres organes du système urogénital sont la principale source d’infection rénale: la vessie, l’urètre (urètre) et les uretères. Lorsqu’une infection hématogène, les bactéries pénètrent dans les reins par le sang provenant d’autres foyers, qui peuvent être des maux de dents, de l’estomac, des intestins et d’autres organes internes.

Les symptômes de la pyélonéphrite sont très variés, vous ne devez donc pas vous diagnostiquer vous-même, même si la maladie ne survient pas pour la première fois. Les signes typiques d'inflammation rénale sont:

  • douleur paroxystique dans la région lombaire, principalement due au processus inflammatoire (en l'absence de blocage avec des calculs et des oxalates);
  • syndrome d'intoxication (manque d'appétit, faiblesse, mal de tête, fièvre, fièvre);
  • violation de l'urine et trouble de la diurèse (observé avec une pyélonéphrite, compliquée d'une inflammation de la vessie ou de l'urètre).

Chez les femmes âgées, la douleur peut être floue et localisée dans le bas de l'abdomen et non dans le dos. Le même tableau clinique est typique pour les filles âgées de 5 à 12 ans. Par conséquent, en cas de douleurs abdominales, une échographie des reins et de la vessie est réalisée pour tous les enfants.

Formes rares d'inflammation rénale

L’une des formes les plus rares de pyélonéphrite chez les femmes est l’inflammation emphysémateuse (purulente). Il se développe lorsqu'un rein est infecté par une bactérie qui décompose le glucose en bulles de dioxyde de carbone et d'acide. La maladie se manifeste par des symptômes aigus et le traitement est toujours effectué en milieu hospitalier et nécessite souvent l’utilisation de méthodes chirurgicales (il n’est pas possible d’effectuer un traitement préservant les organes dans tous les cas).

Les symptômes de la pyélonéphrite emphysémateuse comprennent:

  • une forte augmentation de la température jusqu'à 40 ° dans le contexte d'une augmentation rapide du syndrome d'intoxication (fièvre, tremblement dans le corps, transpiration, maux de tête, nausée);
  • augmentation du rythme cardiaque;
  • vomissements indomptables;
  • stimulation motrice;
  • douleur intense dans le bas du dos;
  • muqueuses sèches de la bouche;
  • faiblesse musculaire et douleurs articulaires.

Dans certains cas, la douleur en cas d’inflammation emphysémateuse des reins peut être si intense qu’une femme est hospitalisée dans un état de douleur profonde et de choc toxique.

Une autre forme rare de pyélonéphrite est l'inflammation xanthogranulomateuse, dans laquelle un grand nombre de microphages et de lymphocytes s'accumulent dans le parenchyme rénal. La difficulté du diagnostic complique le traitement de la maladie, car même avec la présence d'équipements modernes, la pyélonéphrite xanthogranulomateuse est très difficile à différencier du cancer du rein.

Traitement de la pyélonéphrite

Les antibiotiques sont à la base du traitement conservateur du processus inflammatoire dans les reins. Les patients atteints de pyélonéphrite chronique doivent savoir que seuls les schémas thérapeutiques combinés sont efficaces pour traiter cette pathologie lorsque plusieurs médicaments antibactériens sont utilisés pour le traitement. Il s’agit le plus souvent de combinaisons de fluoroquinolones avec des pénicillines ou des céphalosporines semi-synthétiques. Dans certains cas, l'association d'aminoglycosides et de pénicillines devient efficace, mais il est conseillé de ne prescrire un tel schéma thérapeutique qu'après la culture bactérienne et la détermination du type d'agent pathogène.

Les médicaments doivent être prescrits par un médecin.

En tant que méthodes auxiliaires, le cathétérisme rénal est utilisé pour normaliser l'écoulement de l'urine, stimuler la gymnastique rénale avec du furosémide ou du Lasix, ainsi que pour la correction de médicaments visant à augmenter la défense anti-oxydante du corps.

Carcinome à cellules rénales (cancer du rein)

Il s'agit d'une maladie rénale grave caractérisée par la formation d'une tumeur maligne épithéliale dans la structure parenchymateuse de l'organe. Chez les femmes, le cancer du rein est 2 fois moins fréquent que chez les hommes. Cependant, l'incidence de cette pathologie est assez élevée et le pronostic de survie après confirmation du diagnostic est défavorable. Les principaux facteurs contribuant aux processus malins dans les reins sont:

  • maladie rénale chronique (maladie polykystique, dysplasie du tissu rénal parenchymal, insuffisance rénale chronique, pyélonéphrite);
  • surpoids;
  • tabagisme et dépendance à l'alcool;
  • ablation chirurgicale de l'utérus dans l'histoire.

Stades du cancer du rein

Un ensemble standard de mesures de diagnostic est utilisé pour diagnostiquer le cancer du rein: résonance magnétique ou tomodensitométrie, échographie et examen histologique de matériel biologique. La radiographie du cancer du rein suspect est réalisée à l'aide d'un agent de contraste (urographie intraveineuse).

Les symptômes

Le principal danger du carcinome à cellules rénales est l’absence de signes spécifiques permettant de suspecter une pathologie à un stade précoce. Les symptômes sévères apparaissent généralement après le début du processus de métastase. Par conséquent, les femmes doivent surveiller attentivement toute évolution de leur santé et de leur bien-être et consulter un médecin même en cas de légère détérioration.

Les manifestations du cancer du rein à 2-3 degrés comprennent:

  • augmentation régulière de la température corporelle et des paramètres basaux jusqu'à 37,2 ° -37,3 °;
  • l'apparition de sang dans l'urine;
  • anémie grave associée à une perte de sang permanente (si la femme ne se rend pas à l'hôpital immédiatement après la détection des premiers signes d'hématurie);
  • douleur modérée dans le bas du dos due au processus pathologique;
  • augmentation de la pression artérielle;
  • sceller dans la projection du rein affecté (trouvé à la palpation).

Le sang dans les urines dans une langue professionnelle est appelé hématurie.

Une femme peut également remarquer des symptômes cliniques généraux caractéristiques de tous les types de cancer: perte de poids, manque d’appétit, fatigue chronique et diminution progressive de la capacité de travail.

Rein laissé tomber

Le prolapsus rénal est une pathologie assez rare, qui se traduit par une mobilité anormale de l'organe. Le déplacement du rein est observé principalement chez les femmes, les néphrologues estimant que le principal facteur étiologique est l'affaiblissement des muscles abdominaux et du jour du bassin résultant de nombreuses grossesses. Le groupe à risque principal comprend principalement les femmes ayant des antécédents de trois grossesses ou plus, ainsi que les patientes ayant subi une perte de poids importante au cours d'une courte période.

Les autres causes possibles de prolapsus rénal incluent également:

  • blessures et contusions au bas du dos;
  • constipation chronique nécessitant des efforts pendant les selles;
  • porter quotidiennement des poids (par exemple, des colis lourds en magasin);
  • l'asthme bronchique, la coqueluche et d'autres maladies accompagnées d'épisodes de toux sèche sévère.

L'omission du rein droit chez la femme est observée 8 fois plus souvent que celle du gauche.

C'est important! Si une femme tarde à demander de l'aide médicale, des complications graves peuvent se développer: pincement du rein ou hydropisie de l'organe.

Les symptômes

Un rein omis (errant) peut rester longtemps inaperçu. Une femme peut être dérangée par une douleur modérée dans la région lombaire, l'articulation iliaque ou l'hypochondre. Beaucoup de gens attribuent cette douleur au stress physique ou à la fatigue, aussi la plupart des femmes consultent-elles leur médecin déjà au stade où le déplacement atteint plusieurs centimètres. Les signes distinctifs de la pathologie à ce stade seront les symptômes suivants:

  • la disparition de la douleur en décubitus dorsal;
  • détection d'une formation épaissie et extrêmement douloureuse sous le bord inférieur des côtes;
  • sons sourds avec percussion (tapotement);
  • irritabilité et tempérament.

Les lésions nerveuses causées par le déplacement du rein, qui les serre, peuvent provoquer le développement d'un syndrome hystérique, qui, associé à des sensations douloureuses, devrait être la raison de l'examen diagnostique.

Le traitement de la pathologie implique l’utilisation de bandes de fixation spéciales et la prise de médicaments symptomatiques. En l'absence d'effet du traitement conservateur, des méthodes chirurgicales sont utilisées pour fixer le rein dans la position anatomiquement correcte. Si nécessaire, la correction de l'infraction est effectuée simultanément.

Résumons

La maladie rénale est un groupe important de pathologies consistant en une perturbation du fonctionnement de l’un des principaux organes de l’appareil urinaire. Le risque de maladies rénales chez les femmes est nettement plus élevé que chez les hommes. Ils ont donc besoin d'informations sur les symptômes et les causes possibles de ces maladies, ainsi que sur la possibilité de les différencier d'autres pathologies des organes internes. Cela réduira le risque de complications, réduira le temps nécessaire aux mesures de diagnostic primaire et débutera rapidement le traitement nécessaire.

Plus D'Articles Sur Les Reins