Principal Anatomie

Classification de la lithiase urinaire

Classification de la lithiase urinaire

Urolithiase: symptômes et traitement

La lithiase urinaire (DCI) désigne une maladie qui repose sur un désordre métabolique dans le corps, accompagnée de la formation de calculs dans les organes du système urinaire. Une urolithiase chez les hommes est observée 3 fois plus souvent que chez les femmes. L'âge le plus dangereux pour l'apparition de la maladie est de 40 à 50 ans.

  • Le traitement de la lithiase urinaire à Saint-Pétersbourg est effectué par des spécialistes de notre réseau de cliniques. Pour prendre rendez-vous avec un urologue, appelez l'en-tête du site!

Classification des calculs pour la lithiase urinaire:

1. Oxalate de calcium, phosphate, pierres de carbonate inorganiques. Trouvé dans 80% des cas, avec des calculs d'oxalate, des rechutes surviennent dans 40% des cas, avec du phosphate - dans 65% des cas. Les calculs contenant du magnésium sont plus fréquents chez les femmes atteintes de maladies inflammatoires des voies urinaires. Une récidive de la lithiase urinaire chez la femme se produit dans 70% des cas.

2. pierres organiques:

  • les concrétions d'urate sont formées à partir d'acide urique, principalement observé chez les hommes présentant une acidité de l'urine de 5,0 à 6,0;
  • Les calculs de protéines (cystine, xanthine) sont formés lorsque l’acidité de l’urine est inférieure à 6,5, ce qui est associé à des anomalies congénitales du métabolisme des protéines dans le corps.

Chez 50% des patients, les calculs ont une structure mixte.

Classification de la lithiase urinaire:

1. Par le nombre de pierres: une, deux coraux, plusieurs pierres. 2. Par la présence d'inflammation: infecté, non infecté.

3. Par localisation: calculs du calice, du bassin, du tiers supérieur, moyen ou inférieur de l'uretère, de la vessie, de l'urètre, à un ou deux côtés.

Les causes

Les anomalies des processus métaboliques sont à la base de l'apparition de calculs dans les organes du système urinaire. Ces troubles résultent d'une prédisposition génétique, de maladies hormonales, etc. Aucune des opérations effectuées avec une lithiase urinaire n'est une méthode de traitement, car elle n'affecte pas la cause de la maladie. Facteurs prédisposant au développement de la lithiase urinaire:

  • Cas de DCI dans la famille;
  • vivre dans des endroits endémiques pour la CIM (climat chaud);
  • mauvaise alimentation, riche en aliments formant des pierres;
  • utilisez une petite quantité de liquide;
  • risques professionnels;
  • l'hypovitaminose A et B;
  • infections des voies urinaires;
  • prendre des médicaments (préparations de calcium et de vitamine D, sulfamides, vitamine C de plus de 4 grammes par jour);
  • anomalies du système urinaire (rétrécissement du bassin ou de l'uretère, diverticules et coupes pour kystes, retour de l'urine de la vessie aux uretères, rein en fer à cheval);
  • maladies chroniques (hyperfonctionnement de la thyroïde et des glandes parathyroïdes, maladie de Crohn, affection après résection (enlèvement d'une partie) de l'iléon, sarcoïdose, syndrome de troubles digestifs).

Théories de la maladie:

  • matrice (l’épithélium squatté (exfolié) repose sur le noyau de la pierre);
  • colloïde (cristallisation due au passage de la forme lipophile des colloïdes au lipophobe);
  • ionique (changement de l'acidité de l'urine), etc.

Symptômes de lithiase urinaire

Chez un certain nombre de patients, le DCI ne présente aucun symptôme et la pierre est découverte par hasard lors d'un examen de routine. L'intensité des manifestations cliniques ne dépend pas de la taille du calcul. Le principal facteur déterminant les symptômes est la localisation et la présence d’une infection. Par exemple, une grosse pierre peut ne pas causer de signes de lithiase urinaire si l'écoulement de l'urine n'est pas perturbé. Une petite pierre, située à la place du rétrécissement physiologique de l'uretère et bloquant l'écoulement de l'urine, donnera une clinique sérieuse de la colique rénale. Souvent, le seul problème est la douleur sourde dans la région lombaire.

La manifestation la plus fréquente du DCI est la colique rénale. Dans ce cas, les patients s'inquiètent de douleurs aiguës dans le bas du dos sur le côté de la pierre, irradiant vers la vessie et les parties génitales. Lorsque le calcul se situe dans le tiers inférieur de l'uretère, le besoin d'uriner. Dans certains cas, la douleur est répandue sur tout l'estomac ou localisée sur le côté d'un rein en bonne santé. Pendant les coliques néphrétiques, les patients bougent constamment. Des symptômes d'irritation péritonéale peuvent apparaître. La température corporelle monte à 38o. La durée de la colique rénale ne dépasse généralement pas plusieurs heures. Les symptômes s'atténuent progressivement ou plutôt fortement. La disparition de la douleur est due à un changement de la position du calcul ou de son passage dans une partie plus large du tractus urinaire et à la restauration du flux urinaire.

La colique rénale est un syndrome et non une maladie indépendante. La douleur survient à la suite de la fermeture de l'uretère, du spasme de ses parois, de la pression accrue dans le pelvis et les reins et de l'étirement de la capsule rénale. L'augmentation de la température est due au reflux d'urine du pelvis au rein.

Un signe assez caractéristique de la lithiase urinaire est le sang dans les urines. Ce symptôme se manifeste dans le cas où il n'y a pas de blocage complet de la sortie d'urine et que les parois du tractus urinaire sont blessées par une pierre. La quantité de sang dans l'urine augmente pendant le mouvement de la pierre.

L'apparition de pus ou de leucocytes dans les urines indique le développement de complications - infections des voies urinaires. Le signe le plus fiable de la lithiase urinaire est une décharge indépendante de la pierre pendant la miction, qui est généralement observée après une crise de colique rénale.

Diagnostic de la lithiase urinaire

La recherche du diagnostic correct commence par une conversation avec le patient: clarifiez les facteurs prédisposants, la présence de symptômes, des accès de coliques néphrétiques dans le passé. Lors de l'inspection, le côté affecté ressent une douleur lors du tapotement du bas du dos. Dans le diagnostic de la CIM est la visualisation obligatoire, la détection de la pierre.

Données de laboratoire sur l'urolithiase

En règle générale, un test sanguin révèle des signes d'inflammation qui ont commencé: augmentation du nombre de leucocytes, accélération de l'ESR, etc. Dans l'analyse de l'urine, il y a une teneur élevée en globules rouges (plus de 3 dans le champ de vision), en leucocytes (plus de 5 en champ de vision), la présence de bactéries et de cristaux, une modification de l'acidité. Si des bactéries sont détectées dans les urines, il est nécessaire de déterminer la sensibilité des microorganismes aux antibiotiques.

Les tests de laboratoire supplémentaires sont:

  • la teneur en calcium, albumine dans le sang;
  • concentration sanguine de créatinine, de potassium, de sels d'acide urique;
  • détermination des sels de calcium et d'acide urique dans l'urine;
  • détermination de la concentration d'urée et d'ions dans l'urine.

La composition chimique des calculs peut être déterminée par défractométrie aux rayons X ou spectrophotométrie infrarouge.

Méthodes instrumentales

Il est obligatoire de procéder à une radiographie de contrôle des organes abdominaux. Sur la radiographie doivent figurer les zones des reins, des uretères et de la vessie. La méthode ne permet pas de détecter les calculs négatifs aux rayons X (25-30%). La méthode la plus simple et la plus informative de diagnostic des ultrasons vous permet de:

  • obtenir des données sur l'emplacement et la taille de la pierre;
  • obtenir des données indirectes sur la présence d'une pierre pour élargir le système de placage coupe-bassin, l'uretère;
  • identifier les complications purulentes du DCI.

En moyenne, une pierre peut être détectée dans plus de 95% des cas. Des données sur l'emplacement de la pierre peuvent être obtenues lors de l'exécution d'une urographie excrétrice. L’essence de la méthode consiste en l’introduction d’une substance radio-opaque par voie intraveineuse pouvant être excrétée par les reins (urostras, etc.), et la radiographie est prise au bout d’un certain temps. La présence de pierre est indiquée par l'interruption de l'ombre de l'uretère remplie de contraste. La méthode de recherche la plus précise (mais relativement coûteuse) est la MSCT. Il vous permet d’obtenir une reconstruction volumétrique des données.

Méthodes de recherche supplémentaires:

  • urétérographie et pyélographie;
  • scintsiographie;
  • l'angiographie.

Traitement de la lithiase urinaire

Le traitement commence en cas de rechute. Lors de l'anesthésie des coliques, il est nécessaire d'éviter de prescrire des opiacés sans utiliser d'atropine. Analgésiques pour lithiase urinaire: diclofénac, indométacine, tramadol, etc. Le désavantage du diclofénac est sa capacité à réduire le débit de filtration glomérulaire chez les patients présentant une insuffisance rénale. Selon les données américaines, lorsque la taille du calcul est inférieure à 6 mm, son débit indépendant est observé dans 60 à 75% des cas.

L'indication du traitement chirurgical est:

absence d'effet du traitement médicamenteux; violation chronique de l'écoulement d'urine; infections des voies urinaires;

risque d'urosepsis.

Comment traiter chirurgicalement la lithiase urinaire?

Options de traitement chirurgical:

  • lithotripsie à distance;
  • stenting;
  • urétéroscopie;
  • lithotripsie de contact;
  • drainage par cathéter urétéral;
  • urétéroscopie antérograde percutanée (percutanée);
  • cathéter de néphrostomie;
  • chirurgie vidéo endoscopique;
  • pyélolithotomie;
  • pyélonéphrolitotomie;
  • urétérolithotomie
  • néphrectomie.

Question: Est-il possible d'interrompre le régime alimentaire avec une lithiase urinaire?

La prévention de la lithiase urinaire ne peut être discutée que chez des patients qui n’avaient pas été vus auparavant par l’urologue au sujet de cette maladie, mais qui ont grevé l’hérédité. Il est nécessaire d'éviter de prendre des médicaments qui augmentent le risque de formation de calculs, afin de traiter rapidement les infections des voies urinaires. Un régime alimentaire pour la lithiase urinaire devrait inclure la prise de suffisamment de liquides, de vitamines A et B, limitant les aliments riches en calcium, en sodium et en oxalates.

Classification de la lithiase urinaire

Les principaux critères de classification de la lithiase urinaire sont la localisation de la pierre et sa composition. Il y a des calculs rénaux, de l'uretère et de la vessie. Les compositions les plus courantes sont les urates, les phosphates et les oxalates.

Lorsque les calculs d'urolithiase (DCI) peuvent être situés dans différents organes du système urinaire. Selon l'emplacement de la pierre, il existe plusieurs formes de lithiase urinaire.

Urolithiase. dans laquelle la pierre est dans le rein, appelée néphrolithiase.

Le Dr Lerner propose un traitement personnalisé à base de plantes pour le traitement de la lithiase urinaire. À Saint-Pétersbourg, vous pouvez appeler un médecin à la maison. Dans les autres villes, nous envoyons des phytopreparations par courrier.

Si la pierre se déplace du rein à l'uretère, l'urolithiase est appelée urétérolithiase.

À partir de l'uretère, la pierre peut s'enfoncer dans la vessie ou se former à cet endroit, alors l'urolithiase est appelée cistolithiase.

Les pierres ont une composition différente. Par conséquent, distinguer la lithiase urinaire, en fonction de la composition de la pierre.

Les urates sont formés par les sels d'acide urique. De telles pierres sont lisses, de couleur jaune clair et de forme arrondie.

Les oxalates sont composés d'acide oxalique. Ces pierres sont allongées ou arrondies, ont des épines, leur couleur est foncée - du brun foncé au noir. En raison des pointes, ils endommagent la membrane muqueuse du pelvis rénal ou de l'uretère.

La composition du phosphate comprend des sels de phosphate. Les pierres de phosphate de magnésium et de carbonate contiennent des sels d'acide carbonique. Les phosphates sont ronds, doux, friables et de couleur grisâtre. Les carbonates ont une composition uniforme, de couleur blanche, également lâche.

Les pierres de cystine sont beaucoup moins courantes. Ils sont composés du composé soufré, l'acide aminé cystine. Ces pierres ont une couleur jaune, une forme arrondie, une texture douce et une surface lisse.

Parfois, il y a des calculs de cholestérol - calculs de cholestérol. Ce sont des pierres noires molles et lâches.

Les calculs de protéines consistent principalement en fibrine (une protéine impliquée dans la coagulation du sang) avec des impuretés de sels et de bactéries. Ils sont blancs, doux et plats. Comme ces calculs sont détectés par examen aux rayons X, ils sont diagnostiqués comme des urates avant la chirurgie.

Les pierres sont simples et multiples. De multiples calculs sont situés dans le bassin rénal ou en partie dans le bassin, en partie dans l'uretère.

Si la pierre se trouve dans la cupule à rein, puis s’agrandit progressivement, elle peut remplir complètement tout le système de cupules ou une partie seulement de celle-ci. Comme la pierre remplit complètement la lumière du système plaque-bassin-bassin, elle ressemble à la forme du corail, raison pour laquelle ces pierres sont appelées coraux.

Il y a trois degrés de croissance des pierres de corail. Au premier degré, la pierre est presque entièrement située dans le bassin rénal, mais présente des processus en direction des cupules, au troisième degré - elle remplit complètement le bassin et les cupules, formant des branches au niveau des petites cupules. Le deuxième degré est intermédiaire: les processus de la pierre occupent des coupes partiellement ou complètement grandes. La plupart des pierres de corail sont constituées de phosphate d'ammonium et de magnésium, ainsi que de phosphate de calcium.

Le cours est caractérisé par la lithiase avec la formation initiale de la pierre et par la lithiase avec la formation récurrente (répétée) de la pierre après son enlèvement. La récurrence de la maladie suggère que les causes qui conduisent à la formation de calculs ne sont pas éliminées.

La lithiase urinaire chez les femmes enceintes constitue un groupe particulier de la maladie. Pendant la grossesse, les coliques néphrétiques deviennent fréquentes et une pyélonéphrite (inflammation du tissu rénal) peut se développer. Il existe une version selon laquelle la grossesse contribue à la formation de calculs, mais très probablement, elle contribue simplement à l'identification de la maladie, qui était auparavant passée inaperçue.

Le Dr Lerner propose un traitement personnalisé à base de plantes pour le traitement de la lithiase urinaire. À Saint-Pétersbourg, vous pouvez appeler un médecin à la maison. Dans les autres villes, nous envoyons des phytopreparations par courrier.

Posez votre question au médecin.

Types de pierres pour la lithiase urinaire

Déterminer le type de calculs dans l'urolithiase est d'une grande importance pour le choix de la méthode de traitement et l'évaluation du pronostic de la maladie.

Pour la première fois, des études sur les calculs urinaires en 1800 ont été effectuées par Scheele et Bergman, qui ont été les premiers à identifier des calculs composés d'acide urique. Pour classer les pierres en fonction de la composition chimique suggérée, J.F. Heller, qui en 1860 a développé un schéma pour les différencier par la couleur, la densité et les résultats de la recherche chimique.

Les types de calculs dans la lithiase urinaire peuvent être classés en fonction de la taille, de l'emplacement, des caractéristiques radiologiques, de l'étiologie (cause), de la composition (minéralogie), des facteurs de risque de récurrence (reformation du calcul).

Selon l'emplacement des calculs urinaires, ceux-ci peuvent être classés en calculs rénaux (néphrolithiase), uretères (urétérolithiase), vessie (cistolithiase).

Par le nombre de pierres peuvent être simples ou multiples. Beaucoup de petites pierres mobiles sont aussi appelées sable.

Types de calculs pour la lithiase urinaire, en fonction de la composition:

Les quatre types de calculs les plus courants pour la lithiase urinaire sont:

Les calculs de calcium sont détectés dans 80% des cas de lithiase urinaire. Les calculs de calcium peuvent être de différentes formes, tailles et textures. Les calculs de calcium se forment à n'importe quel âge, mais ils sont le plus souvent observés chez les hommes de plus de 50 ans. Les calculs de calcium peuvent être l'oxalate, le phosphate ou le carbonate. Dans la plupart des cas, les calculs sont constitués d'oxalates de calcium avec une légère inclusion de phosphates de calcium. Les pierres de phosphate de calcium pur sont rares.

Les calculs d'urate sont détectés dans 6 à 10% des cas d'urolithiase. Ils sont formés à partir de sels d'acide urique: urate d'ammonium, acide urique dihydraté, urate de sodium.

Figure 4. Cette figure montre une pierre de struvite située dans le système de placage cupule-pelvis du rein.

Les calculs de struvite impliquent des bétons, formés à la suite d'infections du système urinaire et constitués de phosphates de magnésium et d'ammonium, qui sont des déchets de microorganismes pathogènes. Les struvites sont détectées dans 10% des cas de lithiase urinaire et sont plus courantes chez les femmes, car elles sont plus sensibles aux maladies infectieuses du système urinaire, en particulier des reins.

Les calculs de cystine sont détectés dans 1% des cas. En règle générale, les calculs de cystine se forment chez les patients présentant une anomalie génétique rare caractérisée par une altération de l'excrétion de la cystine, un acide aminé. Cela augmente la teneur en cystine dans les urines.

La classification des types de pierre dans la lithiase urinaire par signes radiologiques:

Urolithiase

L'urolithiase (urolithiase) se caractérise par la formation de calculs dans le système urinaire (reins, uretères et vessie). Actuellement, il existe une prévalence significative de cette maladie. Les patients atteints de lithiase urinaire représentent près de la moitié des patients nécessitant des soins urologiques. Le traitement de cette maladie nécessite une connaissance approfondie des méthodes modernes de diagnostic, du traitement rationnel de la lithiase urinaire et des principes modernes d'élimination de la pierre.

Pathogenèse. La formation de calculs rénaux contribue à divers facteurs pouvant être divisés en facteurs exogènes et endogènes. Les facteurs exogènes comprennent les conditions climatiques, géochimiques, les habitudes alimentaires, etc. La prévalence différente de la néphrolithiase dans différentes zones climatiques et groupes ethniques prouve le lien qui existe entre la maladie et le mode de vie d'une personne. Parmi les facteurs endogènes, l'hyperfonctionnement des glandes parathyroïdes, qui provoque une altération du métabolisme phosphore-calcium, occupe une place particulière. Vous ne pouvez pas non plus oublier l'effet des troubles du flux sanguin rénal dus à une blessure, un choc ou une inflammation du rein.

Classification de la lithiase urinaire

1. Sur la localisation dans les organes du système urogénital

  • rein (néphrolithiase)
  • dans les uretères (urétérolithiase)
  • dans la vessie (pistolithiase)

2. par l'apparition de pierres

3. Au cours de la maladie

  • formation de pierre primaire
  • formation récurrente de (re) calculs

4. Formes spéciales de lithiase urinaire

  • calculs coralliens
  • calculs rénaux
  • lithiase urinaire chez la femme enceinte

Tableau clinique

Le tableau clinique de la lithiase urinaire dépend principalement de la localisation de la pierre. Les calculs rénaux provoquent des douleurs dans la région lombaire. La douleur est habituellement douloureuse, aggravée par un effort physique, et particulièrement par des cahots. La pierre peut perturber l'écoulement de l'urine du pelvis rénal et provoquer une colique rénale - une attaque de douleur intense localisée dans la région lombaire et pouvant se propager aux abdomens latéral et inférieur. La colique rénale est souvent accompagnée d'une parésie réflexe de l'intestin. Nausées et vomissements possibles, envie accrue d'uriner. Avec la colique rénale, le patient est agité, changeant souvent la position du corps au lit. Il existe un symptôme positif de Pasternatsky - une douleur lors du tapotement dans la région lombaire. Dans les tests d’urine, les globules rouges sont généralement détectés; apparition possible de protéines, de leucocytes, de cellules épithéliales. Le traitement de la colique rénale doit être sous la supervision d'un médecin. Avant son examen, il est impossible d'utiliser des analgésiques qui déforment le tableau clinique, des symptômes similaires pouvant être observés lors de maladies aiguës des organes abdominaux.

Les manifestations cliniques de la lithiase urétrérale avec les calculs urétraux sont presque les mêmes que celles avec les calculs rénaux, mais le plus souvent une douleur paroxystique aiguë irradiant à l'aine, aux organes génitaux, et des mictions fréquentes se produisent souvent.

  • Douleur - localisée principalement dans la région lombaire ou dans l'abdomen, peut être aiguë ou sourde, périodique ou permanente. Les calculs urétraux provoquent des accès de douleur aigus (coliques néphrétiques) avec irradiation de la région iléale ou inguinale, de la surface interne de la cuisse et des organes génitaux. Les calculs vésicaux provoquent des douleurs au niveau de la poitrine.
  • Hématurie (sang dans les urines) - observée chez la plupart des patients atteints de lithiase urinaire, augmente avec les mouvements. L'urolithiase survient rarement sans complications. L'exacerbation la plus courante de la pyélonéphrite chronique (augmentation de la température corporelle à 38-40 ° C, frissons, faiblesse, transpiration, etc.). En cas de violation de l'écoulement d'urine par les reins, il se produit une expansion de son système de placage coupe-pelvis (hydronéphrose), qui altère considérablement la fonction du rein et peut contribuer à l'exacerbation de la pyélonéphrite. La complication la plus terrible est l'insuffisance rénale. En raison de modifications anatomiques et fonctionnelles des reins sous l’influence de la présence prolongée de calculs, une hypertension artérielle néphrogénique (augmentation de la pression artérielle) se produit.

Diagnostics

Pour diagnostiquer la lithiase urinaire, déterminer les modifications anatomiques et fonctionnelles des organes du système urogénital, un examen complet du patient est nécessaire pour déterminer l'emplacement, le nombre de calculs et leur taille, ainsi que pour identifier les complications et les maladies concomitantes, en tenant compte des caractéristiques propres à un patient tactiques correctes de traitement.

Les principales méthodes de diagnostic sont:

  • examen complexe du sang et de l'urine;
  • méthodes de diagnostic radiologique (ultrasons, méthodes radiologiques, tomographie par ordinateur);
  • test de la fonction rénale.

Une méthode de diagnostic de dépistage est une échographie à l'aide de laquelle il est possible de déterminer la présence de calculs rénaux, leur taille et leur nombre, des perturbations de l'écoulement de l'urine (hydronéphrose). Le diagnostic de calculs urétraux par cette méthode d'étude est difficile, à l'exception de son tiers inférieur. L'échographie est également efficace dans le diagnostic des calculs vésicaux. La méthode principale utilisée pour étudier les patients atteints de lithiase urinaire est la méthode aux rayons X: enquête par rayons X, rayons X par voie intraveineuse, urétéropélographie rétrograde, cystographie.

Les méthodes modernes de diagnostic de la MCI sont la tomodensitométrie, qui permet non seulement de détecter des calculs de toute taille dans les organes du système urinaire, mais également un dysfonctionnement rénal.

Traitement

Au cours des dernières décennies, les méthodes de traitement des patients atteints de lithiase urinaire ont considérablement évolué, entraînant une tendance à une diminution significative de la morbidité chez le patient. Les méthodes de traitement des patients atteints de lithiase urinaire dépendent de la localisation et de la taille du calcul. Les méthodes de traitement des patients atteints de lithiase urinaire sont diverses, mais elles peuvent être divisées en deux groupes principaux: conservateur et opérationnel. Le choix du traitement dépend de l'état général du patient, de son âge, de l'évolution clinique de la maladie, de la taille et de l'emplacement de la pierre, de l'état anatomique et fonctionnel du rein, du stade d'insuffisance rénale chronique.

La société SVICH propose des médicaments à base de plantes médicinales ROVATINEKS (ROWATINEX). ROVATINEX contribue à la désintégration et à l'élimination des calculs rénaux et des calculs urinaires. Les terpènes, tels que Borneol, subissent des modifications métaboliques et sont excrétés dans l'urine, principalement sous forme de glucuronides, ce qui augmente la solubilité des sels de calcium (composants principaux des calculs rénaux et des voies urinaires).

ROVATINEX peut également être utilisé pour empêcher la formation de pièces. Vous trouverez des informations plus détaillées sur la préparation dans la section Produits.

Sources: http://doktorlerner.ru/bolezni-pochek/mochekamennaya/klassifikaciya/, http://imsclinic.ru/mochekamennaya-bolezn/vidy-kamney-pri-mochekamennoy-bolezni, http: //www.switch-pharm.ru / fr / info / mochekamennaja-bolezn /

Pas encore de commentaires!

MedWeb - Urolithiasis: classification et diagnostic de la maladie

calculs vésicaux, calculs rénaux

L'urolithiase survient chez les enfants, chez les adultes, affectant le plus souvent des personnes au cours de la période la plus active de leur vie, ainsi que chez les personnes âgées. En raison de la forte prévalence et des caractéristiques du développement et de l’évolution du DCI, il reste l’un des problèmes urgents de la médecine moderne, en particulier depuis que l’incidence de cette maladie a tendance à augmenter, en raison de l’influence croissante d’un certain nombre de facteurs environnementaux défavorables sur le corps humain.

Les calculs urinaires se forment plus souvent chez l'homme. Mais ils sont moins susceptibles que les femmes d’identifier les formes les plus graves de la maladie avec du corail

des pierres, occupant presque tout le système abdominal du rein.

Maladie de la civilisation

La propagation du DCI est facilitée par les conditions de la vie moderne: hypodynamie entraînant une altération du métabolisme calcium-phosphore, nature de la nutrition (abondance de protéines dans les aliments), qui ont permis d'appeler cette maladie métabolique du corps une maladie de civilisation. Des facteurs tels que l'âge, le sexe, la race, les conditions climatiques, géographiques et de vie, la profession et les caractéristiques génétiques héréditaires prédisposent également à la survenue de cette maladie. Les causes de la formation de calculs peuvent également être des facteurs locaux: infection des voies urinaires, modifications anatomiques et pathologiques des voies urinaires supérieures, entraînant une obstruction du flux normal de l'urine provenant des reins, des troubles métaboliques et vasculaires dans le corps et les reins.

Grâce à l'utilisation de technologies modernes dans le diagnostic et le traitement du DCI, malgré l'augmentation de l'incidence, le nombre de formes graves de cette maladie a diminué au cours de la dernière décennie.

Facteurs de maladie

Il n'existe actuellement aucun concept ICD, il s'agit d'une maladie multifactorielle et son développement est associé à un certain nombre de processus physico-chimiques complexes intervenant à la fois dans le corps dans son ensemble et au niveau du système urinaire. La formation de calculs traverse une série d'étapes allant de la saturation et de la sursaturation de l'urine avec des sels à la cristallisation et à la croissance cristalline de tailles cliniquement significatives, lorsque ces processus ne sont pas gênés par les mécanismes de suppression de la croissance des cristaux présents dans l'urine normale (ou sont totalement absents).

L'ajout d'une infection urinaire non seulement aggrave considérablement l'évolution de la maladie, mais constitue également un facteur local supplémentaire important dans l'apparition et le maintien de l'évolution chronique (récurrente) de la CIM. La raison en est l’effet néfaste sur l’urine des déchets d’un certain nombre de micro-organismes, qui contribuent à son alcalinisation prononcée et à sa formation rapide de cristaux de phosphate amorphe et, en présence d’un noyau de cristallisation, à la croissance rapide de la pierre.

Classification des calculs urinaires

Actuellement, la classification minéralogique des pierres urinaires reconnue internationalement. Environ 70 à 80% des calculs urinaires sont des composés inorganiques du calcium - oxalates, phosphates et carbonates. Des pierres contenant des sels de magnésium sont retrouvées dans 5 à 10% des cas, elles sont souvent associées à une infection urinaire. Les calculs dérivés de l’acide urique représentent 15% de l’ensemble des calculs urinaires et, avec l’âge, ils sont de plus en plus courants. Les calculs de protéines sont les plus rares. Ils se trouvent dans 0,4 à 0,6% des cas (cystine, xanthine, etc.), ils indiquent une perturbation du métabolisme des acides aminés correspondants dans le corps des patients. Cependant, dans sa forme pure, les calculs ne sont retrouvés que dans la moitié des cas, et dans le reste des patients, des calculs (polyminéraux) mélangés dans des proportions différentes se forment dans l'urine, accompagnés de troubles métaboliques concomitants et de processus infectieux souvent associés.

Diagnostics

Le diagnostic de CIM repose sur les plaintes du patient, ainsi que sur les données de laboratoire, de radiographie et de radio-isotopes, ainsi que sur les échographies (ultrasons), ce qui permet de développer une tactique de traitement strictement individuelle. La connaissance de la structure chimique des calculs est extrêmement nécessaire, non seulement du point de vue du développement d’un traitement conservateur anti-rechute, mais également du point de vue du choix de la méthode d’élimination.

Auteur: Jamal Beshliev, urologue, MD

Le matériel utilisé des photos appartenant à shutterstock.com

Tout sur l'urolithiase (calculs rénaux)

Informations générales

La formation de calculs non seulement dans les reins, mais également dans les voies urinaires est favorisée, d’une part, par les maladies des organes internes et, d’autre part, par les facteurs environnementaux. Le fait est que les calculs sont formés par la superposition de sels autour d’une particule spécifique, par exemple un micro-organisme. À leur tour, des modifications des voies urinaires se forment lorsque la pierre reste longtemps au même endroit ou bloque l'écoulement de l'urine en raison d'une expansion locale du rein ou de l'uretère, ainsi que d'un dysfonctionnement des tissus. Tous ces facteurs entraînent une perte de la fonction des organes. En général, tous les facteurs contribuant à la formation et au développement de la lithiase urinaire peuvent être divisés en deux groupes - interne et externe.

Ce sont d’abord des perturbations des processus métaboliques (il s’agit d’échanges de minéraux, de graisses ou de protéines), qui entraînent la formation d’un excès de substances qui précipitent. De telles violations peuvent agir en tant qu'État indépendant ou être une manifestation d'autres maladies. La violation de l'écoulement de l'urine directement des reins dans la vessie, puis de la vessie et dans l'urètre joue un rôle important dans le développement du DCI. Une telle violation se manifeste par un retour d'urine à contre-courant ou par la stagnation de l'urine dans les reins, ainsi que dans la vessie. La cause de l'écoulement de l'urine peut être une malformation congénitale et le développement des organes urinaires, des processus inflammatoires s'y produisant et diverses blessures traumatiques. Parmi les maladies des organes internes au cours desquelles des calculs rénaux peuvent se former, il convient de noter les suivantes:

  • rétrécissement de l'uretère,
  • néphrite (ou inflammation du tissu rénal),
  • prolapsus rénal
  • cystite (ou inflammation de la vessie),
  • toutes sortes de maladies du foie,
  • troubles associés au travail du tube digestif, des glandes surrénales, de la thyroïde et du système musculo-squelettique.
Facteurs externes Les facteurs externes qui influencent le développement de la CIM incluent:
  • usage excessif de sel,
  • manque de liquide dans le corps,
  • abus d'épices et de viandes fumées,
  • boire de l'alcool
  • consommation à long terme et, surtout, incontrôlée de certains médicaments (il s’agit de l’aspirine, de certains antibiotiques, des médicaments hormonaux ainsi que des médicaments réduisant l’acidité du suc gastrique).
La pyélonéphrite chronique (maladie rénale inflammatoire), qui précède la formation de calculs dans environ 35% des cas, complique l'évolution de la lithiase urinaire et contribue à son apparence secondaire après le traitement ou l'élimination de calculs ayant joué un rôle important dans la formation du DCI. Il convient de noter que la formation de calculs se produit principalement dans les reins ou dans la vessie. Ainsi, en présence de conditions favorables, commence le processus de regroupement des molécules, autour de bactéries, de tissus exfoliés, d’un caillot de sang ou de tout autre corps étranger dans l’urine, ainsi que d’un excès de sels s’accumulent dans le rein ou la vessie elle-même, entraînant la formation d’une pierre. En cas de stagnation de l'urine, l'encrassement se produit beaucoup plus rapidement, ce qui entraîne la formation de gros calculs. Dans le cas où une pierre est de taille impressionnante, elle reste le plus souvent à la place de sa formation. À leur tour, des calculs de petite taille peuvent se déplacer sur le périmètre des voies urinaires. Si nous parlons du lieu de localisation de la pierre, celle-ci détermine en grande partie l'évolution de la maladie. Les pierres les plus dangereuses qui empêchent l'écoulement de l'urine. Ils sont concentrés dans le segment pelvico-urétéral, c'est-à-dire à l'intersection du bord supérieur de l'entrée du bassin par l'uretère. Le segment vésico-urétéral est un autre endroit où la pierre peut rester coincée. La pierre bloquant les voies de sortie des cupules elles-mêmes conduit à leur expansion, tandis que la pierre collée sur la région pelvienne-urétérale provoque l'expansion non seulement du bassin rénal, mais aussi des cupules, sans parler de la violation de l'écoulement de sang et de la lymphe du rein en raison de l'accumulation de grandes la quantité d'urine dans le tissu rénal et dans le pelvis. Outre les modifications décrites, il y a une expansion de l'uretère, qui est situé au-dessus de la pierre. Les calculs localisés dans la vessie contribuent au développement de la cystite calcique (ou inflammation de la vessie, associée aux calculs), tandis que les néoplasmes de l'urètre provoquent une rétention urinaire, tandis que les calculs de la prostate entraînent une prostatite chronique. Lorsque les lumières des deux uretères sont bloquées, une anurie est observée, ce qui correspond à une absence totale d’urine. Une brève découverte d'une pierre dans le bassinet ou l'uretère rénal s'accompagne de modifications insignifiantes dans les tissus, alors qu'une prolongation du séjour de la pierre dans ces segments entraîne une perte de la fonction du bassin et son remplacement par du tissu conjonctif. Ce processus s'étend progressivement au tissu rénal, entraînant la mort de ses éléments fonctionnels et le remplacement d'un organe par le tissu adipeux. Il convient de noter en particulier que de tels changements s’accompagnent d’un processus inflammatoire qui se traduit par la formation de tissu adipeux autour du rein. Si une infection se joint à l'inflammation, des ulcères peuvent se former dans les reins et le taux de mortalité du tissu rénal lui-même augmentera de plusieurs fois. Lors de l’infraction prolongée de la pierre dans l’uretère, il existe un risque élevé d’amincissement de sa paroi, ce qui peut entraîner l’ajout d’un processus inflammatoire et un épaississement de la paroi de l’uretère, ce qui, à son tour, entraînera une violation de l’écoulement de l’urine. En cas de blocage prolongé de la lumière de l'uretère, le dysfonctionnement rénal se produit tant du côté du patient que du côté de la santé, et les fonctions d'autres organes et systèmes (par exemple, le foie, l'estomac ou les intestins) peuvent être perturbées. Cela conduit à une violation de la coagulation du sang, à des problèmes liés au métabolisme des graisses et des protéines, à des défaillances du système immunitaire. Le degré de dégradation dépend principalement du degré d'inflammation, ainsi que de la gravité de l'insuffisance rénale.

Même avec une prédisposition congénitale, la lithiase urinaire ne se développera pas en l'absence des conditions prédisposantes suivantes:

  1. Facteur climatique. Ainsi, les personnes vivant dans des climats chauds risquent plus de contracter un DCI que les personnes situées dans la zone intermédiaire, car elles transpirent beaucoup plus, ce qui entraîne une concentration accrue de certains sels dans le corps, ce qui provoque la formation de calculs.
  2. Facteur géographique. Cela dépend beaucoup de la composition de l'eau: par exemple, l'eau calcaire, qui contient une grande quantité de sels de calcium, contribue à la formation de calculs.
  3. La nutrition Le fait est que les aliments épicés et acides augmentent considérablement l’acidité de l’urine, ce qui permet de former des calculs non seulement plus facilement, mais aussi plus rapidement. En outre, le développement des GRV contribue au manque de vitamines dans l'alimentation.
  4. Le manque de rayons ultraviolets.
  5. Blessures et maladies des os.
  6. Maladies chroniques de l'estomac et des intestins, telles que gastrite chronique, colite ou ulcère gastroduodénal.
  7. Déshydratation forte causée par une maladie infectieuse ou un empoisonnement.
  8. Diverses maladies rénales, ainsi que le système génito-urinaire (on parle de pyélonéphrite et d'hydronéphrose, de néphroptose et de cystite, d'adénome de la prostate, de prostatite).
  9. Hypodynamique (ou activité réduite), entraînant une violation du métabolisme calcium-phosphore.
  10. Modifications anatomiques ou pathologiques dans les voies urinaires supérieures, causant des difficultés dans le flux normal des urines.
  11. Caractéristiques génétiques héritées.
Le critère principal pour la classification de la lithiase urinaire est la localisation de la pierre, ainsi que sa composition. En fonction de la localisation de la pierre, on distingue les formes de DCI suivantes:
  • La néphrolithiase est une forme dans laquelle la pierre est située dans les reins.
  • Uretérolithiase - la pierre passe directement du rein à l'uretère.
  • La cystolithiase est une forme caractérisée par la descente d'une pierre de l'uretère dans la vessie. De plus, une pierre peut initialement se former dans la vessie.
Les pierres ont une composition différente selon laquelle émettent:
  • Les urates sont des pierres formées de sels d'acide urique. Ils se distinguent par une surface lisse de couleur jaune clair, ainsi que par une forme arrondie.
  • Oxalate - pierres constituées d'acide oxalique. Ces formations de couleur foncée sont allongées ou arrondies et ont des épines qui endommagent la membrane muqueuse du pelvis rénal et de l'uretère (tout dépend de l'endroit où elles se trouvent).
  • Phosphates - pierres dont la composition comprend des sels de phosphates. Il faut dire que les calculs phosphate-magnésium et carbonate sont composés de sels de carbonate. Ainsi, les phosphates grisâtres ont une forme arrondie, ils sont doux et friables, alors que les carbonates ont une composition homogène et une couleur blanche (comme les phosphates, les carbonates ont une structure friable).
  • Les pierres de cystine sont des pierres plutôt rares, qui se distinguent par leur couleur jaune, leur forme ronde, leur texture douce et leur surface très lisse.
  • Le cholestérol est constitué de formations noires molles et lâches contenant du cholestérol.
  • Protéines - pierres constituées de fibrine (une protéine qui participe au processus de coagulation du sang), d’impuretés de sels et de bactéries. De telles formations de couleur blanche ont une texture douce et une forme plate. Ce type de calculs est détecté uniquement lors de l'examen aux rayons X. Par conséquent, avant l'opération, ils sont diagnostiqués comme étant des urates.
En aval, distinguer l’ICD avec la formation initiale d’une pierre et répétée (ou récurrente), diagnostiquée après son retrait. Ainsi, la récurrence de la maladie suggère que les causes qui ont provoqué la formation de calculs ne sont pas complètement éliminées. La lithiase urinaire chez les femmes enceintes constitue un groupe particulier de la maladie. Le fait est que pendant la grossesse, les coliques néphrétiques augmentent, ce qui peut entraîner une inflammation des tissus rénaux. Selon l’une des versions, la grossesse contribue à la formation de calculs, même si de nombreux médecins affirment que, pendant la grossesse, le CID contribue à la détection d’une maladie qui n’était auparavant pas remarquée.

Symptômes généraux 1. Douleur dans la région lombaire. Il peut être constant ou périodique, émoussé ou aigu. L'intensité, la localisation, mais aussi l'irradiation de la douleur dépendent des facteurs suivants:

  • emplacement de la tumeur
  • taille de la pierre
  • degré d'obstruction
  • structures des voies urinaires.
Les douleurs lombaires se propagent souvent le long de l'uretère, en se dirigeant vers la région iliaque et en déplaçant les calculs vers le tiers inférieur de l'uretère, le degré de localisation de la douleur qui s'étend jusqu'à la région inguinale se modifie, affectant les testicules et la tête du pénis chez l'homme. les lèvres Il y a une envie incontrôlable d'uriner, en conséquence, la miction devient plus fréquente et perturbée. 2. Colique rénale. Il s'agit d'une douleur paroxystique qui survient soudainement après un trajet long ou rapide, des tremblements, une consommation de liquide abondante, une consommation d'alcool. Les patients changent constamment la position du corps, car ils ne peuvent pas trouver une position dans laquelle ils ne ressentent pas de sensations douloureuses, qui provoquent souvent des gémissements et des cris. Un tel comportement humain caractéristique permet d'établir un diagnostic avec une précision de presque 100% sans examen médical. Le syndrome douloureux dure de plusieurs heures à plusieurs jours, avec de courts intervalles de temps pendant lesquels la douleur disparaît. La cause de la colique rénale est tout d’abord une brusque violation de l’écoulement de l’urine directement à partir des cupules ou du pelvis, provoquée par le chevauchement des calculs supérieurs des voies urinaires. Une attaque de colique rénale s'accompagne souvent des manifestations suivantes:
  • des frissons
  • élévation rapide de la température
  • la leucocytose,
  • nausée
  • vomissements répétés
  • distension abdominale,
  • tension des muscles abdominaux
  • hématurie (apparition de sang dans les urines),
  • pyurie (apparition de pus dans l'urine),
  • dysurie (miction),
  • décharge indépendante de la pierre
  • anurie (manque d'urine).
CIM du calice rénal La présence de petites pierres dans le calice rénal peut être indiquée par une douleur récurrente lors d'une obstruction transitoire. Le syndrome douloureux est de nature émoussée, d’intensité variable, localisé dans le bas du dos. Dans le même temps, la douleur peut augmenter plusieurs fois après avoir bu beaucoup d'eau. En plus de l'obstruction, la cause de la douleur peut être une inflammation du calice rénal due à une infection ou à une accumulation de petits cristaux de sels de calcium. Je dois dire que les cuvettes des coupes rénales sont le plus souvent multiples, mais très petites, elles doivent donc se retirer spontanément. Si la pierre n'est pas retirée avec un jet d'urine, le risque d'obstruction est très élevé.

CIM du pelvis rénal

Les néoplasmes, concentrés dans la région du pelvis rénal, ont un diamètre supérieur à 10 mm. Ce type de maladie conduit généralement à une obstruction du segment pelvico-urétéral, se manifestant par une douleur intense, concentrée dans l'angle costal-vertébral, situé sous la côte XII. Une telle douleur est sourde ou douloureusement aiguë, mais son intensité est dans la plupart des cas constante. La douleur s'étend souvent aux zones latérales de l'abdomen et de l'hypochondre, accompagnée de nausées et de vomissements.

ICD des zones supérieure et moyenne de l'uretère

Les pierres localisées dans ces zones sont très douloureuses au dos. Ainsi, si la pierre se déplace le long de l'uretère, le patient ressentira périodiquement une douleur inconstante mais intense. Si le calcul est stationnaire, le syndrome douloureux sera moins prononcé: le fait est que ces calculs provoquent une obstruction prononcée, dans laquelle sont activés des mécanismes compensatoires qui réduisent la pression sur le rein, ce qui réduit considérablement la douleur. Les tumeurs étant localisées dans le tiers supérieur de l'uretère, la douleur est ressentie dans les parties latérales de l'abdomen, tandis que les calculs du tiers moyen se situent dans la zone iliaque.

ICD inférieur uretère

La douleur en présence d'une pierre dans le tiers inférieur de l'uretère provoque souvent un scrotum ou une vulve, et les manifestations cliniques peuvent ressembler à une torsion testiculaire ou à une épididymite aiguë (ou à une inflammation de l'épididyme). La pierre, située au niveau de l'entrée de la vessie elle-même, ressemble dans ses symptômes aux phases aiguës de l'évolution de la cystite, de l'urétrite ou de la prostatite, car elle s'accompagne de douleurs dans la zone sus-pubienne, de mictions fréquentes, douloureuses et plutôt difficiles, de mictions impérieuses. Il est à noter que chez l'homme, la douleur est fixée dans la région de l'ouverture externe de l'urètre.

Vessie CIM

Avec les calculs vésicaux, on observe une douleur dans le bas de l'abdomen, ainsi que dans la région sus-pubienne, et le syndrome douloureux peut se propager à la région périnéale, aux organes génitaux. Une douleur particulièrement forte devient pendant le mouvement et pendant la miction. Les mictions fréquentes sont une autre manifestation des calculs de la vessie: par exemple, des pulsions fortes et déraisonnables sont enregistrées lors de la marche ou du tremblement, ainsi que pendant l'exercice. En cours de miction, il peut y avoir un symptôme de "ponte", dans lequel le flux d'urine est complètement interrompu de manière inattendue (et ceci malgré le fait que le patient veuille toujours vider la vessie). La miction ne reprend que lorsque le patient a changé de position. Dans des cas extrêmement graves, lorsque la taille de la pierre est vraiment importante, les patients ne peuvent uriner que s'ils sont couchés.

Aujourd'hui, les méthodes de diagnostic modernes permettent d'identifier l'urolithiase aux premiers stades de son développement. Néanmoins, une telle perspective brillante est souvent éclipsée par la confiance des patients de ne pas avoir de calculs, même s'il existe des symptômes évidents du DCI. En résumé: entrer à l'hôpital avec les manifestations les plus aiguës d'une forme particulière de la maladie, sans parler de l'absence de garantie de succès du traitement à 100%. Par conséquent, pour éviter de telles situations, vous devez consulter rapidement un médecin aux premiers symptômes de la lithiase urinaire (il s'agit du mal de dos, coliques rénales, fièvre, présence de sang ou de pus dans les urines). Il convient de noter que le succès du traitement de la maladie est loin d’être le garant de l’absence de nouvelles formations à l’avenir. Par conséquent, il est recommandé de surveiller régulièrement l’état du travail des organes du système urogénital. Le diagnostic de la lithiase urinaire est basé sur le recueil de l'anamnèse, l'étude des pathologies héréditaires, ainsi que sur les examens urologiques suivants.

  1. Analyse d'urine. Vous permet d'identifier un mélange mineur de sang, ainsi qu'une infection microbienne et la nature des impuretés de sel présentes dans l'urine.
  2. Test sanguin général. Confirme ou nie la présence de processus inflammatoires.
  3. Analyse biochimique du sang. Sur la base de cette étude, on peut juger de l'état des organes et, en conséquence, des systèmes humains.
  4. Échographie des reins. C’est l’une des méthodes fondamentales de détection des calculs, permettant d’évaluer le degré de modification anatomique causée par la présence ou le mouvement des calculs. Le seul inconvénient de cette méthode est qu’il est assez difficile de diagnostiquer (et parfois même impossible) les calculs de l’uretère lors d’une échographie en raison de sa présence très profonde dans l’espace dit rétropéritonéal.
  5. Urographie excrétrice. Il s'agit d'une étude dans laquelle un agent de contraste est injecté dans une veine, après quoi toute une série de rayons X est prise. Dans le même temps, une vue d'ensemble de l'ensemble du système urinaire permet de déterminer non seulement l'emplacement des calculs, mais également leur taille et leur forme. Mais il existe des calculs négatifs aux rayons X qui passent les rayons X à travers eux-mêmes, de sorte qu'ils ne sont pas visibles sur les rayons X de l'enquête.
  6. Néphroscintigraphie par radio-isotopes. Méthode dans laquelle un produit radiopharmaceutique spécial est accumulé dans la veine, qui s'accumule et est éliminé directement par les reins. Suivant est une analyse des reins sur un équipement spécial.
Malgré des progrès significatifs dans le traitement chirurgical de la lithiase urinaire, rien ne garantit que les calculs ne se formeront plus lors du prélèvement de calculs rénaux. Le plus souvent, les patients ont besoin d'un traitement conservateur complet à long terme visant à normaliser tous les troubles électrolytiques, à éliminer la douleur et l'inflammation, à prévenir les rechutes et les complications de la maladie. Dans l'arsenal du traitement conservateur, il existe des diurétiques et des médicaments antispasmodiques qui contribuent à la décharge de calculs de petite taille. En outre, le traitement conservateur comprend diverses activités fortifiantes, des repas diététiques bien organisés et des cures thermales. Pour dissoudre les urates, on prescrit aux patients des médicaments qui contribuent à la dissolution des calculs (par exemple, la magurite et le blemarin). Pour identifier les calculs qui peuvent se rétracter d'eux-mêmes, prescrire des médicaments à un groupe de terpènes, parmi lesquels cysténal, oliméthine et avisan se sont révélés excellents. À leur tour, dans le but de soulager les coliques néphrétiques, des procédures thermiques (application de coussins chauffants, bains chauds) associées à l’utilisation de médicaments antispasmodiques (baralgin, mais shpy) sont présentées. Si les moyens ci-dessus ne donnent pas l'effet escompté et que la colique rénale n'est pas arrêtée, le médecin vous prescrit un blocage du cordon spermatique par Novocaïne selon la méthode de Lorin-Epstein. Dans les cas extrêmes, pour rétablir le passage de l'urine, un cathétérisme urétéral est prescrit. Un rôle important dans le traitement des calculs rénaux est attribué aux agents antibactériens conçus pour soigner les infections urinaires. Ceci prend en compte les résultats de la culture d'urine, ainsi que la sensibilité de sa microflore à certains médicaments. Si nécessaire, des antibiotiques et des sulfamides, à savoir l'urosulfan, l'étazol ou l'hexaméthylènetétramine (hexamine) peuvent être prescrits. Aujourd'hui, l'acupuncture, l'électropuncture, la physiothérapie et l'acupression sont largement utilisés pour le traitement du DCI. Toutes ces activités réduisent l'intensité de la douleur et contribuent à l'amélioration de l'urodynamique, stimulant ainsi la décharge de calculs. L'intervention chirurgicale est utilisée dans les cas où les calculs sont douloureux, ce qui rend difficile pour les patients de vivre et de travailler normalement. En outre, l'opération est montrée et dans l'exacerbation de maladies telles que la pyélonéphrite et l'hématurie. Il faut dire que l’intervention chirurgicale doit être, d’une part, très douce et, d’autre part, ménageant les organes, bien qu’en cas de modifications importantes fixées dans le rein, il soit possible de réaliser une néphrectomie (retrait d’une partie ou de la totalité du rein avec les tissus des organes environnants). ce qui devrait assurer la présence d'un second rein fonctionnant normalement. La médecine moderne utilise également une méthode innovante de broyage à distance, telle que la lithotripsie, dans laquelle les pierres sont extraites par thérapie extracorporelle par ondes de choc. Fondamentalement, les calculs urétéraux sont conservés après des mesures conservatrices, alors que la thérapie instrumentale est le plus souvent utilisée pour éliminer les petites calculs situés dans les parties inférieures de l'uretère. Si la taille de la pierre ne lui permet pas de sortir d'elle-même, il est impossible de se passer d'une intervention chirurgicale. Le pronostic pour la détection et le traitement rapides de la lithiase urinaire est assez favorable. Mais le risque de complications et de récidive existe toujours en présence de coraux, multiples, ainsi que de calculs phosphates bilatéraux (dans 25 à 47% des cas). En général, les rechutes se produisent dans 4 à 5% des cas lorsque des calculs aseptiques sont détectés et dans 12% des cas, lorsque des cas infectés sont détectés. Dans tous les cas, un traitement anti-rechute à long terme est effectué après l'opération. Une grande importance est accordée au traitement en spa, car les eaux minérales augmentent considérablement la diurèse, sans parler des modifications de la composition en électrolytes et de l'équilibre acido-basique de l'urine. Il convient de noter que les eaux minérales peuvent être appliquées même en dehors des stations, mais cela doit être fait avec une extrême prudence, car leur utilisation excessive peut compliquer le cours de la lithiase urinaire.

Les méthodes traditionnelles de traitement aident depuis longtemps nos ancêtres à faire face à la lithiase urinaire, sans oublier le soulagement du syndrome douloureux qui accompagne cette maladie. A propos de recettes folkloriques éprouvées et efficaces et sera discuté plus loin.

Recette à la millefeuille

L'herbe et les fleurs de la millefeuille sont broyées, après quoi 100 g du mélange sont versés 500 ml de vodka et infusés pendant deux semaines dans un endroit chaud, en agitant de temps en temps. Après deux semaines, la perfusion est filtrée et prise en deux cuillères à soupe 20-25 minutes avant les repas.

Recette De Pomme De Terre

Les tubercules de pomme de terre sont soigneusement lavés, une fine couche de peau est coupée, dont deux poignées sont bouillies jusqu'à ce qu'elles soient tendres. La décoction qui en résulte doit être égouttée. Il a consommé trois fois par jour pendant une demi-tasse (de préférence avant les repas).

Recette Persil

Une cuillerée à thé de feuilles de persil frais finement hachées et le même nombre de ses racines sont mélangés et versés dans une tasse d'eau bouillante. Ce bouillon est emballé et insiste environ trois heures. Le médicament se boit dans un verre une heure avant les repas, et en trois doses et par petites gorgées. Vous pouvez faire une infusion uniquement à partir des racines de persil, alors qu'en hiver, vous ne pouvez pas préparer de persil frais, mais séché.

Recette Rose Sauvage

Pour faire cette recette, vous devez moudre 200 g de graines d'églantier, verser deux litres d'eau froide sur elles et laisser infuser pendant la nuit. Le matin, le mélange est cuit à feu doux jusqu'à ce qu'il reste 0,75 l de décoction dans le pot. Ensuite, le liquide est filtré, après quoi une cuillère à soupe de miel et la même quantité de jus de citron sont ajoutés à un tiers d'un verre du bouillon obtenu. Le bouillon est chauffé et bu le matin à jeun. Les mêmes portions sont prises l'après-midi et le soir une demi-heure avant les repas. La décoction est conservée au réfrigérateur.

Recette avec du miel et du jus de citron

Mélanger et infuser pendant 10 à 10 jours, puis mélanger et infuser pendant 10 à 10 jours, puis verser le médicament dans un flacon en verre sombre et le conserver dans un endroit sombre. Bien agiter avant de prendre le médicament. La perfusion est utilisée trois fois par jour, une cuillère à soupe pendant deux semaines, après quoi une pause d'une semaine est prise. Un traitement supplémentaire est répété. Pour retirer les calculs des reins, vous pouvez préparer un mélange de parties identiques de miel, de vodka, de radis et de jus de betterave. Ainsi, les composants énumérés sont soigneusement mélangés et placés dans un endroit sombre pendant trois à quatre jours. Le contenu doit être agité périodiquement. La teinture est prise comme suit: une cuillère à soupe de médicament est diluée dans un verre d'eau bouillante. Au cours du traitement, il est nécessaire de préparer un litre du mélange. Si nécessaire, le traitement peut être répété dans les deux semaines.

La prévention de la lithiase urinaire consiste principalement à normaliser l'écoulement de l'urine et à améliorer la fonction rénale. Pour ce faire, il est nécessaire non seulement d'identifier à temps, mais également de traiter les maladies du rein et des voies urinaires qui aggravent l'urodynamique et altèrent la fonction rénale. Le régime alimentaire joue un rôle important dans le traitement des calculs rénaux, sa préparation doit donc être effectuée par un médecin, qui tiendra compte de la composition des calculs, de la cause de leur formation et du degré de développement de la maladie. À la maison, les patients doivent suivre scrupuleusement le régime alimentaire prescrit par le médecin, ce qui ralentit le processus de formation et de croissance des calculs. Ainsi, les patients doivent exclure de leur régime alimentaire la consommation de graisses, de viande (notamment de foie, de rognons, de veau et des parties de la carcasse contenant une grande quantité de substances adhésives), de la laitue, de l’oseille et des épinards. En outre, il est nécessaire d’abandonner les produits et substances qui agissent de manière excitable (nous parlons d’épices, de café, d’alcool et de drogues). Il est recommandé de manger plus de produits laitiers, de céréales, de diverses racines et fruits (les citrons sont particulièrement utiles). Il ne faut pas oublier la boisson abondante, qui convient comme thé avec du citron, de l’eau minérale et de l’eau additionnée d’une petite quantité de sel. Et, bien sûr, chez les personnes souffrant de lithiase urinaire, il est plus démontré que le mouvement, parce que c'est l'activité physique qui aide à éliminer les calculs dans l'uretère. Mais rappelez-vous que tout doit être une mesure et qu'il n'est donc pas nécessaire de surcharger le corps avec des charges excessives et épuisantes. Lorsque les pierres uratnyh recommandé d'éviter un mode de vie sédentaire. De plus, un régime est prescrit, selon lequel le patient reçoit une consommation d'alcool abondante, mais cela réduit au minimum la consommation de purines. Lors de la détection de calculs d'oxalate, une thérapie par le régime est prescrite, qui est pauvre en aliments qui excitent la sécrétion gastrique (il s'agit de plats et d'épices épicés, de sel et d'amertume, ainsi que de substances extractives). Oui, et la consommation d'aliments riches en oxalate (par exemple, les épinards, le chocolat, le cacao et les tomates), il est également souhaitable de limiter. Et bien sûr, n'oubliez pas les activités qui renforcent l'état général du système nerveux: gymnastique, exercice régulier, marche au grand air. Je voudrais noter que le plus difficile à traiter efficacement les patients qui ont identifié des calculs de phosphate. Ils doivent accorder une attention particulière au renforcement du système nerveux central: par exemple, il est nécessaire d’obtenir l’apparition d’une réaction acide de l’urine qui empêche la perte de phosphates. Pour cette raison, les patients devraient limiter la consommation de fruits et de légumes, tandis que la consommation devrait également être modérée. Le régime devrait inclure l'avoine, la pâtisserie, la viande, le poisson bouilli, les œufs et le beurre. Vous trouverez ci-dessous les principales mesures préventives qui aideront si vous ne prévenez pas le développement de la maladie, puis suspendez et facilitez son évolution.

  1. Augmentez la quantité de liquide consommée à au moins deux litres par jour, alors qu'en été, vous devez boire autant pour ne pas avoir soif.
  2. Limitez au maximum l'utilisation d'aliments épicés, acides et frits, car la réduction de poids en réduisant l'utilisation d'aliments riches en calories réduit considérablement le risque de développement et la progression de la maladie.
  3. Prenez régulièrement des diurétiques, des infusions ou des décoctions.
  4. Ne pas trop manger.
  5. Pour exclure la consommation de boissons alcoolisées.
  6. Menez une vie active, ce qui est particulièrement important pour les personnes dont l’activité professionnelle n’implique aucune activité physique.
  7. Évitez les situations stressantes.
  8. Ne pas trop refroidir: la taille doit donc toujours être chaude.
Et, bien sûr, nous devons nous rappeler que l'apparition d'au moins une pierre est la preuve que des conditions favorables à leur formation se produisent dans les reins. Et, par conséquent, il y a d'autres pierres (bien que petites) avec lesquelles nous devons nous battre. Après tout, en cas de violation du régime alimentaire, ainsi que d'autres recommandations du médecin, les calculs apparaîtront encore et encore.

Par exemple: hypertension, insomnie, névrose, toux

Plus D'Articles Sur Les Reins