Principal Prostatite

Fuite d'urine et comment la gérer

Dribbler l'urine réduit considérablement le niveau de vie des personnes: elles doivent rester longtemps aux toilettes et utiliser des tampons urologiques. La pathologie peut survenir chez les femmes et les hommes, quel que soit leur âge, car elle est diagnostiquée même chez les jeunes enfants. En règle générale, la libération de gouttes d’urine se produit lorsqu’une maladie se déclare dans le corps humain. Par conséquent, lorsque ce symptôme déplaisant est détecté, il est urgent de consulter un spécialiste pour obtenir un traitement.

Causes de fuite d'urine involontaire

La fuite d'urine est appelée décharge involontaire d'une petite quantité d'urine après la miction. Pour toute personne, cette situation est inconfortable - il est nécessaire de changer fréquemment de sous-vêtements ou d'utiliser périodiquement des tampons urologiques pour les hommes et les femmes. Il est nécessaire de limiter la durée des promenades au grand air, de compter le temps de séjour à une fête. Après tout, même les joints d'étanchéité peuvent aider pendant une courte période - au bout d'un moment, une odeur désagréable apparaît.

Les fuites urinaires involontaires doivent être distinguées de leur incontinence. L'incontinence peut survenir avant la miction, par exemple avec une forte toux ou un éternuement. Une fuite se produit après avoir vidé la vessie sur le chemin des toilettes. Même un long séjour dans la cabine ne garantit pas la séparation involontaire des gouttes d'urine.

La fuite d’urine involontaire est causée par l’apparition d’un certain nombre de problèmes:

  • Maladies du système urinaire: pyélonéphrite, cystite, adénome de la prostate.
  • Problèmes gynécologiques: troubles hormonaux, anomalies congénitales.
  • Pathologies neurologiques: situations stressantes, dépression.

Mais une personne a le sentiment que sa vessie est complètement vide. Il sort doucement de la cabine de toilette et, peu de temps après, il sent un écoulement involontaire de gouttes d'urine. Cette situation ne vient pas de zéro, ce symptôme peut provoquer une tumeur maligne.

Causes de fuite d'urine chez l'homme

L'une des raisons des fuites d'urine involontaires chez les hommes est la récente intervention invasive. L'objet de l'opération sont les organes du petit bassin, souvent l'écoulement de gouttes d'urine se produit après:

  • une adénomectomie;
  • retrait de la prostate entière ou d'une partie de celle-ci.

La raison de la fuite d'urine n'est pas toujours servir les conditions préalables physiologiques sous la forme de coutures de la douleur. Un symptôme déplaisant a un arrière-plan psychologique - les hommes ont peur de fatiguer les muscles du petit bassin pour vider complètement la vessie. Dans de tels cas, les fuites sont temporaires et ne nécessitent aucun traitement. Parfois, le médecin recommande à ces patients uniquement des préparations à base de plantes ayant un léger effet sédatif.

Le terme dribble désigne non seulement la technique magistrale de possession d'un ballon de football, mais également les fuites d'urine chez les hommes sans aucune maladie. Le dribble est diagnostiqué chez 20% des hommes, quel que soit leur âge ou leur race. Le processus n'est pas une menace pour la santé et la vie d'un homme lorsque:

  • La quantité d'écoulement d'urine est mesurée avec quelques gouttes.
  • Lorsque vous urinez ne se produit pas de sensations désagréables.

La cause du dribble masculin est un affaiblissement du muscle situé près du canal urétral. Le muscle bulbocavernosus est capable de se contracter pendant la miction et de réguler le flux normal d'urine sous pression. Une activité musculaire fonctionnelle réduite entraîne une vidange incomplète de la vessie. Les résidus d'urine sont excrétés au fil du temps au cours de l'exercice.

Mais les fuites d'urine peuvent provoquer des maladies graves nécessitant une intervention médicale urgente:

  • Tumeurs bénignes (hyperplasie de la prostate).
  • Tumeurs malignes (carcinome, carcinome épidermoïde).
  • Etat dystrophique des muscles du bassin.
  • Violation de la perméabilité des uretères ou rétrécissement de la vessie.
  • Déformation des parois de l'urètre - saillie ou collapsus anormal.
  • Les processus inflammatoires de diverses parties du système urinaire de l'homme - la cystite hémorragique, la pyélonéphrite aiguë ou chronique, la glomérulonéphrite.
  • Inflammation d'une petite zone de l'urètre de la prostate.
  • La croissance du tubercule de la graine.
  • Adénocarcinome ou mélanome, accompagné d'une hypertrophie avec chevauchement des uretères.
  • Rétrécissement anormal de la lumière interne de l'urètre, ce qui entraîne une insuffisance de miction de divers degrés de gravité.

Pourquoi les fuites d'urine chez les femmes

Les causes des fuites urinaires chez les femmes peuvent également être causées par diverses maladies. Mais il y a aussi des facteurs naturels de la séparation involontaire de l'urine après chaque miction. L'une d'elles est la grossesse, caractérisée par un trouble circulatoire réversible au niveau des organes pelviens. Chez une femme enceinte, les fuites se produisent pour plusieurs raisons:

  • Changer les niveaux hormonaux. Lorsqu'un enfant naît dans le corps, les glandes endocrines produisent une quantité accrue d'hormones sexuelles féminines. Sous l'influence de ces substances biologiquement actives, les tissus musculaires deviennent plus élastiques et sujets à l'étirement.
  • Augmente le volume de l'utérus. À mesure que l'enfant grandit, l'utérus se développe et commence à exercer une pression sur la vessie. En plus des mictions fréquentes, des gouttes d’urine apparaissent chez les femmes enceintes.
  • Le poids de l'enfant Augmenter progressivement le poids de l'enfant aide à pincer les conduits urinaires et à détendre le sphincter. En raison de l'augmentation du stress, les fuites d'urine après la miction.

Vous trouverez plus de détails sur les fuites d’urine pendant la grossesse et sur la façon de résoudre le problème dans cet article.

Pendant la grossesse, la structure des structures anatomiques du petit bassin subit des modifications. Ainsi, l'organisme de la future mère se prépare à la prochaine naissance. Lors de la formation du canal génital, l'urine commence à s'accumuler dans l'urètre. Après la miction, cela peut prendre plusieurs minutes et les gouttes d’urine commencent à se détacher involontairement. Dans les périodes ultérieures, il est important de faire la distinction entre les fuites d'urine et les fuites de liquide amniotique.

Après 50 ans dans le corps d'une femme, la production d'œstrogènes et de progestérone diminue. Cela conduit à une perturbation de l'ensemble du système endocrinien, affecte le fonctionnement normal du sphincter, provoque de fréquentes fuites d'urine involontaires. Dans le traitement de la pathologie ménopausique, il est important de différencier les modifications naturelles du corps de la femme des pathologies dangereuses possibles:

  • Maladies infectieuses du système urinaire, accompagnées de la formation d'un ou plusieurs foyers inflammatoires. Une douleur brûlante et aiguë peut indiquer leur présence.
  • L'urolithiase peut provoquer une fuite d'urine involontaire chez une femme. Le processus s'accompagne de spasmes douloureux et la formation de caillots sanguins dans l'urine.
  • Les tumeurs malignes des uretères, de la vessie ou de l'urètre peuvent provoquer des fuites d'urine.
  • Rupture des parois de la vessie à la suite d'une blessure ou après une intervention chirurgicale.

Les crises cardiaques ou les accidents vasculaires cérébraux récemment transférés provoquent des gouttes d’urine après chaque visite aux toilettes. Les médicaments pharmacologiques pris après le traitement peuvent également affecter les fuites. Ces médicaments comprennent les diurétiques, qui éliminent de grandes quantités de potassium dans l'organisme (furosémide).

Fuite d'urine chez un enfant

Les tout-petits sont en mesure de contrôler partiellement leur vessie après avoir atteint l'âge de 2 à 2,5 ans. Par conséquent, une fuite d'urine involontaire chez un garçon ou une fille de moins de deux ans est considérée comme normale. Pour uriner sans défauts et sans pantalons mouillés, les enfants apprennent à 3,5 ans. Si le processus d'apprentissage est retardé, vous devez contacter votre urologue pédiatrique pour identifier la cause de la pathologie.

Chez un enfant, le flux d'urine peut être causé par:

  • Anomalies congénitales du système urinaire.
  • Troubles mentaux, congénitaux ou survenus pour une raison quelconque.

Dans ces cas, le traitement du bébé doit viser à éliminer la maladie qui a provoqué l'apparition d'un symptôme négatif.
Il arrive parfois que le contrôle de la vessie de l’enfant soit perdu. Cela peut se produire pour les raisons suivantes:

  • À la suite d'une blessure physique.
  • À la suite d'un traumatisme psychologique.

Les garçons et les filles hyperactifs souffrent souvent de fuites d'urine. Le divorce des parents ou un changement de jardin d'enfants peut déclencher la libération d'urine après chaque miction. Cela devrait être un signal pour faire appel à un psychologue pour enfants.

Diagnostiquer les fuites involontaires d'urine

Si l'urine coule, vous ne devriez pas vous faire une réduction sur l'âge ou une intervention chirurgicale récente - assurez-vous de contacter votre médecin. Cela contribuera à améliorer la qualité de vie et à guérir la pathologie à l'origine de la fuite. Le médecin effectuera une enquête dans le but de collecter des données sur le nombre de mictions effectuées pendant la journée, les modifications de la composition de l'urine et le bien-être général du patient. Si un processus infectieux est suspecté, une culture d'urine est effectuée pour déterminer l'agent pathogène.

Selon les résultats des tests de laboratoire sur l'urine et le sang, il est possible de juger de la présence d'un processus inflammatoire dans les organes et les tissus. Une maladie latente sera indiquée par une augmentation du nombre de globules blancs dans les liquides biologiques. Et la concentration accrue dans l'urine de produits du métabolisme des protéines permet de déterminer une maladie rénale aiguë ou chronique.

Pour exclure la présence d'une pathologie du système urinaire, le patient doit subir des procédures d'examen:

  • Échographie de la vessie pour déterminer l'urine résiduelle.
  • Examen aux rayons X (si nécessaire).
  • Cystoscopie pour l'inspection visuelle de la vessie.
  • Études urodynamiques pour étudier la capacité de la vessie à accumuler et à excréter de l'urine.
  • L'IRM et la tomodensitométrie sont réalisées avec une échographie non informative.
  • Si vous suspectez une pathologie des vaisseaux sanguins appliquée une angiographie à l'aide d'un agent de contraste.
  • Il est parfois montré à l’élastographie chez le patient qu’il fait une distinction entre les néoplasmes malins et bénins.

Les femmes de plus de 50 ans devront consulter un endocrinologue et / ou un neurologue pour confirmer le diagnostic.

Traitement des fuites d'urine après la miction

Les pathologies détectées du système urinaire sont soumises à un traitement conservateur ou chirurgical. Si la fuite n'a pas été causée par une maladie grave, mais résultait de la perte d'élasticité des muscles du bassin, alors:

  • traitement de la toxicomanie;
  • Renforcement des muscles avec une série d'exercices.

En l'absence de résultat positif après ces méthodes de traitement, une intervention chirurgicale est présentée au patient.

La pharmacothérapie vise à augmenter la capacité de la vessie et son activité fonctionnelle. Pour ces fins sont utilisés:

  • Antispasmodiques - Driptan, Sibutin, Enuran. Contribue à la relaxation des muscles de la vessie, au développement d'un effet cumulatif. Le cours de traitement: 1 mois.
  • Préparations à base de plantes - Tsiston, Kanefron. Ils ont des propriétés anti-inflammatoires, «calment» la vessie. Le cours de traitement: à partir de deux mois.
  • Antidépresseurs - Simbalta. Ils sont utilisés pour l'étiologie neurogène suspectée de la maladie.

Parfois, une fuite est diagnostiquée chez les patients souffrant de constipation chronique. Dans de tels cas, l'utilisation de laxatifs légers est prescrite. Les femmes ménopausées ont recommandé un traitement hormonal substitutif pour augmenter la teneur en collagène dans les muscles du système urinaire.

Traiter les fuites à un stade précoce peut être un entraînement régulier. C'est pourquoi les exercices de Kegel sont populaires: ils vous permettent de renforcer le muscle responsable de l'arrêt de la miction. L'essence de la méthode consiste en une relaxation et une tension régulières de ce muscle 2-3 fois par jour. Après plusieurs mois d'entraînement, les fuites d'urine disparaissent sans laisser de traces.

La chirurgie pour une fuite d'urine est rarement pratiquée. Si un problème délicat réduit considérablement la qualité de vie, une femme a une boucle spéciale sous son urètre pour créer un ligament artificiel. Chez l'homme, un sphincter artificiel est établi ou des barrières à la sortie de l'urine sont supprimées.

Le dribble d'urine peut être guéri même par les exercices habituels à la maison. Pour consolider les résultats, vous devez limiter l'utilisation de café fort, d'alcool, ainsi que d'arrêter de fumer et de vous débarrasser de l'excès de poids. Si vous détectez des maladies infectieuses, vous devriez consulter un médecin pour éviter les rechutes.

Miction involontaire

La miction involontaire n'est pas une unité nosologique indépendante. C'est un type de symptôme qui indique que toute pathologie nécessitant un traitement progresse dans le corps humain. Le plus souvent, les femmes font face à cet état pathologique, mais il est également souvent diagnostiqué chez les hommes et les enfants. Plus souvent, la miction involontaire gêne les femmes âgées ou après l’accouchement. Il est important de comprendre qu'il ne s'agit pas d'une affection physiologique, mais d'une pathologie nécessitant une correction rapide en utilisant des méthodes de traitement conservatrices et chirurgicales.

Espèces

Selon les causes de la miction involontaire, les cliniciens distinguent les types de pathologie suivants:

  • décharge sénile involontaire d'urine. À mesure que le corps vieillit, le nombre de structures musculaires diminue et la masse musculaire du corps humain diminue également. Chez les femmes et les hommes, les muscles du sphincter et du pelvis sont affaiblis, ce qui permet d'observer une libération incontrôlée d'urine.
  • type de nuit. Dans ce cas, l'écoulement de l'urine est observé la nuit en raison de son accumulation trop importante dans la vessie.
  • type de stress. La principale raison de la manifestation de cette affection chez les hommes et les femmes est une violation du fonctionnement complet du sphincter de la vessie. Dans ce cas, on observe une certaine quantité d'urine libérée lorsque l'on tousse, qu'on rit fort, même un léger effort physique;
  • type urgent Dans ce cas, la miction involontaire chez les hommes et les femmes se manifeste en raison de la contraction accrue des structures musculaires de la vessie. Le principal symptôme de ce type de pathologie est qu'une personne ressent une forte envie d'uriner;
  • type mixte. Il existe plusieurs signes caractéristiques des formes ci-dessus. La miction involontaire peut être observée à la fois avec une forte toux et en raison d'une envie irrésistible et forte d'uriner.

Incontinence urinaire chez l'homme

Chez les hommes, la miction involontaire est observée plusieurs fois moins que chez les femmes. Dans une certaine mesure, cela est dû aux particularités de la structure de leur système urinaire. Le plus souvent, cette condition chez les représentants d'une forte moitié de l'humanité se manifeste pour de telles raisons:

  • cancer de la prostate;
  • adénome de la prostate;
  • changements liés aux âges dans les muscles du bassin, dans les organes du système urinaire ainsi que dans les tissus de la prostate;
  • des interventions opérables précédemment transférées sur la prostate;
  • un stress grave ou des anomalies mentales peuvent également provoquer une incontinence urinaire chez les hommes;
  • pathologie profil neurologique. Le plus souvent, des écoulements d'urine involontaires sont observés chez les hommes dans le contexte de la maladie de Parkinson, de la sclérose en plaques, après un accident vasculaire cérébral et d'autres maladies;
  • processus infectieux survenant dans la partie inférieure des voies urinaires;
  • traumatisme à la moelle épinière ou au cerveau, à la suite duquel la relation directe de ces organes avec la vessie est perturbée (trouble de l'innervation);
  • consommation de certains groupes de médicaments;
  • la formation de conglomérats dans la vessie ou dans les reins.

La miction involontaire provoque non seulement un inconfort physique, mais aussi psychologique chez l'homme. Parfois, l'urine peut être excrétée même en toussant ou en éternuant. Malgré cela, les représentants du sexe fort ne sont pas pressés de faire appel à un spécialiste compétent, car ils pensent que tout se normalise. En fait, plus le diagnostic et le traitement approprié sont effectués rapidement, plus les chances d'éviter diverses complications sont grandes. Il est important d'établir la véritable cause de la progression d'une telle condition chez l'homme. À cette fin, les examens suivants peuvent être prescrits par un médecin:

  • Échographie de la prostate;
  • profilométrie;
  • Rayon X des organes urinaires avec un agent de contraste;
  • débitmétrie;
  • la cystoscopie.

Le traitement de cette pathologie est effectué à l'aide de plusieurs techniques:

  • La gymnastique spéciale vise à renforcer les muscles pelviens;
  • traitement de la toxicomanie. On peut prescrire aux hommes des antidépresseurs, des antibiotiques (à inclure dans le traitement en cas d'infection), des antispasmodiques et des anticholinergiques;
  • intervention opérable. Dans ce cas, les experts ont eu recours à l’implantation d’un sphincter artificiel pour la vessie, à la chirurgie de la fronde, ainsi qu’à l’introduction d’un gel spécial dans la paroi du canal de miction.

Excrétion involontaire d'urine chez les femmes

La miction involontaire chez les femmes est beaucoup plus fréquente que chez les hommes. Les principaux «provocateurs» d'un tel état sont les infections du système urinaire, la grossesse, les affections du profil gynécologique, etc.

  • ménopause. Au cours de cette période, la sécrétion d’œstrogènes dans le corps de la femme diminue, ce qui affecte négativement le fonctionnement de certains organes et systèmes, en particulier du système génito-urinaire;
  • la vieillesse Chez les femmes plus âgées, le tonus musculaire de la vessie diminue, raison pour laquelle la capacité de retenir complètement l'urine est perdue. L'urine peut excréter même en toussant;
  • la grossesse est un gros foetus ou plusieurs;
  • accouchement de façon naturelle. L’incontinence se manifeste souvent si la tête du bébé est plus grosse que la sortie du bassin. Ces genres sont compliqués et se heurtent à des violations non seulement de la libération d’urine, mais aussi à d’autres pathologies;
  • intervention opérable sur des organes localisés dans le bassin;
  • traumatisme du périnée de gravité variable, entraînant des lésions des structures nerveuses de la musculature pelvienne, responsables du contrôle du processus d'excrétion de l'urine;
  • ablation complète de l'organe génital;
  • obésité de 3 ou 4 degrés;
  • lésion ou inflammation de la moelle épinière;
  • soulever des poids constamment pour le travail ou les sports;
  • diabète sucré;
  • cystite chronique (devient souvent un provocateur de l’incontinence chez la femme);
  • conglomérats dans les reins et la vessie;
  • constipation prolongée;
  • toux chronique due au tabagisme ou à l'asthme. Pendant la toux, la pression dans la cavité abdominale augmente, ce qui provoque un écoulement involontaire d'urine. En plus de la toux, une miction involontaire est observée lors des éternuements;
  • maladies du système nerveux central.

En cas d'urine non contrôlée, la femme doit immédiatement consulter un urologue. Méthodes de diagnostic de base:

  • test sanguin;
  • analyse d'urine;
  • la cystoscopie;
  • radiographie des voies urinaires avec contraste;
  • examen gynécologique;
  • prendre un frottis vaginal;
  • prendre un frottis de l'urètre;
  • Échographie d'organes localisés dans le bassin et les reins.

Méthodes de traitement de la pathologie chez la femme:

  • traitement médicamenteux;
  • la nomination d'exercices spéciaux conçus pour tonifier les muscles du plancher pelvien;
  • installation de l'anneau utérin;
  • traitement chirurgical.

Excrétion involontaire d'urine après l'accouchement

Avec le problème de la miction avec facultés affaiblies de ce type, on trouve le plus souvent des femmes qui ont déjà eu une naissance unique. Mais il convient de noter que l’incontinence peut survenir même pendant la grossesse. Mais ici les raisons sont plus physiologiques que pathologiques. Pendant la grossesse, l'utérus élargi commence à exercer une forte pression sur la vessie. Ce qui conduit à la libération d'une certaine quantité d'urine. Mais ce n'est pas une pathologie, mais une norme. Mais si ce symptôme persiste après la grossesse, il s'agit d'un signe alarmant qui ne peut être ignoré.

Après la grossesse, la normalisation du processus d’excrétion de l’urine dure jusqu’à un an. Mais il arrive aussi que ce processus ne soit pas restauré seul. Bien sûr, la menace pour la santé ou la vie d'une femme ne porte pas un tel état, mais cela réduit considérablement la qualité de sa vie. Plus tôt après la grossesse un diagnostic et un traitement de la miction involontaire seront effectués, plus il y aura de chances de normaliser le fonctionnement de la vessie.

Facteurs contribuant à l'émergence d'une miction involontaire après l'accouchement:

  • mobilité inhabituelle du canal;
  • échec de l'innervation des muscles de la vessie et du plancher pelvien;
  • changements de pression fréquents à l'intérieur de la vessie.

Facteurs de risque contribuant à l’émergence d’un écoulement d’urine involontaire après l’accouchement:

  • facteur héréditaire;
  • fruits trop gros et bassin étroit de la mère;
  • chirurgie pendant l'accouchement;
  • prise de poids trop rapide pendant la grossesse;
  • profil neurologique de la future mère;
  • caractéristiques structurelles du système génito-urinaire.

Symptômes de l'incontinence après la grossesse:

  • excrétion d'une certaine quantité d'urine pendant physique. charge;
  • incontinence urinaire la nuit;
  • une forte toux ou un éternuement peut provoquer la miction;
  • L'envie d'uriner peut survenir chez une femme après l'accouchement, de manière brutale et inattendue. Elle ne peut pas le contrôler.
  • l'excrétion d'urine peut se produire chez une femme dont la vessie est complètement remplie - elle ne peut pas retenir l'urine.

Diagnostic de ce symptôme chez la femme après l'accouchement:

  • prise d'histoire;
  • examen gynécologique. Parfois, la cause de l'incontinence après l'accouchement peut être dissimulée dans les larmes et les blessures causées par le canal de naissance.
  • la cystoscopie;
  • Échographie;
  • la cystométrie;
  • débitmétrie.

Le traitement de cette condition chez les femmes après la grossesse est effectué avec des méthodes économes, car il peut allaiter le bébé. La sélection du schéma de traitement est effectuée uniquement par un spécialiste qualifié.

Miction involontaire chez les enfants

Ce symptôme se manifeste souvent chez les enfants. Les raisons de son apparition peuvent être très nombreuses. Tous leurs cliniciens sont divisés en 4 grands groupes:

  • bio. Dans ce cas, un symptôme aussi déplaisant chez l’enfant se manifeste en raison d’un diabète, d’anomalies de la structure du système urinaire, de la pénétration d’agents infectieux dans l’urètre et de troubles de l’innervation;
  • fonctionnel La constipation, une vessie hyperactive, une diminution du volume fonctionnel de la vessie, etc. peuvent provoquer l'apparition d'un symptôme chez l'enfant.
  • psychologique. Souvent, ce groupe de causes provoque l'excrétion involontaire de l'urine chez les enfants. Un symptôme survient souvent en présence de peurs nocturnes, de querelles de famille, de manque d'amour parental. Tout cela affecte négativement la condition des enfants;
  • génétique. Parmi les scientifiques, il existe une opinion selon laquelle la pathologie se manifeste chez l'enfant à cause d'un facteur héréditaire. Mais ces données n'ont pas encore été confirmées.

Le traitement des enfants doit être effectué avec beaucoup de soin, afin de ne pas leur nuire à la fois physiquement et psychologiquement. Les enfants sont très sensibles et l’émergence d’un problème aussi délicat peut affecter leur adaptation sociale. Il est important d'identifier la cause véritable du symptôme dès que possible et de l'éliminer.

Le traitement des enfants ne doit être que complexe et comporter les étapes suivantes:

  • soutien psychologique aux parents;
  • régime alimentaire;
  • psychothérapie;
  • normalisation de l'alimentation et du sommeil;
  • traitement médicamenteux;
  • exercice thérapeutique.

"Miction involontaire" est observé dans les maladies:

Le choc anaphylactique est une affection allergique grave qui représente une menace pour la vie humaine et qui se développe suite à une exposition au corps de différents antigènes. La pathogénie de cette pathologie est causée par un type instantané de réaction corporelle, caractérisé par un afflux important de substances telles que l'histamine et d'autres dans le sang, ce qui entraîne une augmentation de la perméabilité des vaisseaux sanguins, des spasmes musculaires des organes internes et d'autres troubles multiples. En conséquence de ces troubles, la pression artérielle chute, ce qui entraîne un manque d'oxygène adéquat dans le cerveau et d'autres organes. Tout cela conduit à une perte de conscience et au développement de divers troubles internes.

La prostate est responsable de la production de la partie liquide du liquide séminal et contribue également à la projection de ce liquide lors de l'éjaculation. L'hyperplasie glandulaire de la prostate est une masse bénigne qui se forme à partir de l'épithélium glandulaire de la prostate. Sa partie interne grandit, pouvant aller de la taille d'un marron à la taille d'une orange.

Paralysie cérébrale (PC) est un terme médical général utilisé pour désigner un groupe de troubles du mouvement qui évolue chez les nourrissons en raison de la traumatisation de diverses zones du cerveau dans la période circadienne. Les premiers symptômes de la paralysie cérébrale peuvent parfois être identifiés après la naissance de l'enfant. Mais généralement, les signes de la maladie se manifestent chez les nourrissons en bas âge (jusqu'à 1 an).

Le laryngisme est un état pathologique caractérisé par une contraction incontrôlée du larynx. Elle survient soudainement et provoque un chevauchement étroit ou complet de la glotte. Dyspnée inspiratoire se produit dans le contexte de ces changements pathologiques. Dans certaines situations cliniques, le laryngospasme s'accompagne d'un trachéospasme.

Le syndrome de Guillain-Barré est un groupe de maladies auto-immunes aiguës caractérisées par une progression rapide. La période de développement rapide est d'environ un mois. En médecine, ce trouble a plusieurs noms - paralysie de Landry ou polynévrite aiguë idiopathique. Les principaux symptômes sont une faiblesse musculaire et un manque de réflexes, apparaissant dans le contexte de lésions nerveuses étendues (résultant du processus auto-immunitaire). Cela signifie que le corps humain accepte ses propres tissus en tant que tissus étrangers et que l'immunité forme des anticorps contre les membranes nerveuses touchées.

La spasmophilie est une maladie caractérisée par l'apparition de convulsions et d'états spasmodiques directement associés à une hypocalcémie sanguine. En médecine, la pathologie s'appelle également tétanie. Il est généralement diagnostiqué chez les enfants âgés de 6 à 18 mois.

La sténose du larynx est un processus pathologique qui conduit à un rétrécissement important de la lumière du larynx, ce qui rend difficile l’avalement de la nourriture et de la respiration. La sténose du larynx la plus souvent observée chez les enfants. Cette pathologie nécessite une visite immédiate chez le médecin et le traitement approprié de l'enfant. Le manque de réanimation en temps opportun peut entraîner la mort.

La cystite chez les enfants est une maladie infectieuse qui affecte la membrane muqueuse de la vessie et sa couche sous-muqueuse. Il convient de noter que pour déclencher le processus inflammatoire de cette nature, une hypothermie ou un séjour prolongé dans l’humidité suffisent amplement. Cependant, seul un médecin peut déterminer la cause exacte du développement d'une telle maladie.

Avec l'exercice et la tempérance, la plupart des gens peuvent se passer de médicaments.

Causes de l'incontinence urinaire chez la femme et comment les éviter

L'incontinence chez les femmes nécessite non seulement un traitement médical, mais également une aide psychologique. Ensuite, nous parlerons des raisons pour lesquelles l’urine fuit et des solutions, des méthodes d’hygiène et de traitement.

Fuite d’urine séparée pendant la grossesse, car les causes ne sont pas de nature pathologique.

Types de fuites chez les femmes

Le dribble ou l'incontinence urinaire chez les femmes est divisé en plusieurs types en fonction des symptômes:

  1. Stressant. Le dribble se produit lorsque la pression intra-abdominale augmente, par exemple pendant l'exercice, les rapports sexuels, les éternuements et la toux. L'urine est libérée spontanément, il n'y a pas de besoin.
  2. Urgent L'envie d'uriner survient soudainement et brusquement, la femme n'a pas le temps de réagir ou il n'y a pas de toilettes à la disponibilité la plus proche. L'envie se produit indépendamment de la plénitude de la vessie, il peut être presque vide.
  3. Mixte. Combine deux types. Tout d'abord, il y a une tension, par exemple, lors du rire ou du changement de position du corps, après quoi l'envie d'aller aux toilettes.

Séparément, l'énurésie est excrétée lorsque l'excrétion de l'urine se produit même pendant la nuit pendant le sommeil, incontinence urinaire constante, en cas de perturbation du sphincter et d'affaiblissement lorsque l'urine continue à se drainer après la miction.

Causes de l'incontinence urinaire

La principale cause de l'incontinence est la tension nerveuse et la fatigue chronique. Autres raisons:

  1. Incontinence d'effort après un accouchement difficile. Cela se produit en raison de l'étirement des muscles du plancher pelvien et de la rupture des tissus mous.
  2. En surpoids. Provoque une violation des relations anatomiques des organes pelviens et une incontinence de stress.
  3. Changements hormonaux. Le groupe à risque comprend les femmes ménopausées. Les muscles cessent d'être élastiques, le sphincter ne remplit pas pleinement ses fonctions.
  4. Traitement chirurgical des organes génitaux féminins.
  5. Caractéristiques anatomiques du corps féminin. Chez la femme, l'urètre étant plus large et plus court, tout effet négatif sur les muscles du plancher pelvien peut entraîner une incontinence.
  6. Troubles neurologiques. La dysfonction des organes pelviens survient après un accident vasculaire cérébral, une lésion cérébrale traumatique ou une lésion de la colonne vertébrale, en violation de la circulation sanguine, de processus inflammatoires de la moelle épinière, de tumeurs, de diabète et de sclérose en plaques.
  7. Infections urinaires.

Pendant la grossesse, il est important de distinguer l’incontinence urinaire de la fuite de liquide amniotique. L'incontinence urinaire est causée par l'effet relaxant de la progestérone sur les muscles du vagin et de la vessie. Chaque mois, sa quantité ne fait qu'augmenter. À mesure que le fœtus grandit, il exerce une pression d'autant plus forte sur la vessie que le sphincter ne supporte plus de telles charges.

La fuite de liquide amniotique est dangereuse et nécessite un examen immédiat par un médecin. Le liquide est clair, sans odeur.

Méthodes de diagnostic

Dès la première admission, l'urologue peut poser un diagnostic préliminaire. Il faut que la patiente soit informée de la fréquence des cas d'incontinence, de la quantité d'urine excrétée et de la quantité de liquide qu'elle boit.

Le gynécologue examine l'état des muscles et des tissus du plancher pelvien, examine s'il existe un prolapsus des parois vaginales de l'utérus. Le médecin demande au patient de tousser, si l'urine coule, il parle d'incontinence à l'effort.

Études pour déterminer la cause de l'incontinence:

  1. Cystoscopie L'introduction d'un mince tube dans l'uretère et la vessie.
  2. Échographie des organes pelviens.
  3. Examen urodynamique Des capteurs sont insérés dans la vessie et dans le vagin, lesquels enregistrent le remplissage et la vidange de la vessie.

Assurez-vous d'effectuer un frottis sanguin et urinaire.

Traitement de ce problème

Le traitement complet comprend:

  1. Thérapie non médicamenteuse. Il consiste à effectuer des exercices physiques pour entraîner les muscles des organes pelviens. Il est recommandé de normaliser le poids, pour observer une nutrition adéquate. Il est également nécessaire d’habituer la vessie à se vider à certaines heures, un plan est établi à cet effet par le médecin, que le patient observe strictement.
  2. Traitement médicamenteux. Elle consiste à prendre des médicaments pour réduire l’activité contractile de la vessie et augmenter ses capacités fonctionnelles. Des antidépresseurs, des antispasmodiques, des médicaments pour la régulation des impulsions irritantes du système nerveux central sont prescrits.
  3. Intervention chirurgicale. Il est utilisé avec l'inefficacité du traitement conservateur. Les opérations mini-invasives et par élingue sont courantes.

Recommandations d'hygiène

Pour une femme ayant un tel problème, le plus important est de l'accepter et de pouvoir l'adapter à la société. Comfort fournira les produits d'hygiène suivants:

Les produits d'hygiène collectent et retiennent l'urine, absorbent les odeurs désagréables. Les tampons urologiques sont fabriqués dans un matériau qui ne provoque pas d'irritation de la peau lors d'une utilisation constante.

Pour empêcher les bactéries nocives de se développer dans l'urine qui a touché la peau, il convient de l'essuyer immédiatement à l'aide de lingettes humides spéciales. Ils sont hypoallergéniques et ne dessèchent pas la peau.

La zone de l’entrejambe doit être traitée avec des crèmes hydratantes et protectrices. La composition doit contenir de la vaseline et de l'oxyde de zinc. En buvant plus de 2 litres de liquide par jour, vous pouvez diluer la concentration d'urine et réduire la netteté de l'odeur.

Incontinence chez les femmes

L'incontinence urinaire chez les femmes est une violation de la miction, accompagnée de l'impossibilité de réguler de manière arbitraire la vidange de la vessie. Selon la forme, elle se manifeste par des fuites d'urine incontrôlées sous tension ou au repos, une envie soudaine et incontrôlable d'uriner, une incontinence inconsciente d'urine. Les fuites d'urine peuvent être petites, moyennes ou importantes. Dans le cadre du diagnostic de l'incontinence urinaire chez la femme, un examen gynécologique, une échographie du système génito-urinaire, des études urodynamiques, des tests fonctionnels et une urétrocystoscopie sont réalisés. Les méthodes de traitement conservateur peuvent inclure des exercices spéciaux, une pharmacothérapie, une stimulation électrique; avec l'inefficacité, élingue et autres opérations sont effectuées.

Incontinence chez les femmes

L'incontinence urinaire chez les femmes est une excrétion urinaire involontaire et incontrôlée de l'urètre, due à la violation de divers mécanismes de régulation de la miccia. Selon les données disponibles, une femme sur cinq risque une libération d'urine involontaire en âge de procréer, une femme sur trois en âge de ménopause précoce et ménopausée, et une femme sur trois (après 70 ans) - chez les personnes âgées. Le problème de l'incontinence urinaire est particulièrement important pour les femmes qui ont accouché, en particulier celles qui ont des antécédents d'accouchement naturel. L'incontinence urinaire a des aspects non seulement hygiéniques, mais également médicaux et sociaux, car elle a un effet négatif prononcé sur la qualité de vie d'une femme, accompagnée d'une diminution forcée de l'activité physique, de névroses, de dépression et de dysfonctions sexuelles. Les aspects médicaux de ce trouble sont considérés comme de la gynécologie, de l'urologie et de la psychothérapie.

Classification de l'incontinence urinaire féminine

En fonction du lieu d'excrétion de l'urine, on distingue les incontinences transuréthrale (vraie) et extra-urétrale (fausse). Dans la forme vraie, l'urine est excrétée dans l'urètre intact; dans le cas d'un faux, des voies urinaires anormalement localisées ou endommagées (des uretères localement ectopiques, une vessie exstrophiée, des fistules urinaires, etc.). À l'avenir, nous nous concentrerons exclusivement sur les cas d'incontinence réelle.

Les femmes présentent les types suivants d'incontinence transurétrale:

  • stressant - écoulement involontaire d'urine associé à une insuffisance du sphincter urétral ou à une faiblesse de la musculature du plancher pelvien
  • impératif (incontinence urinaire urgente, vessie hyperactive) - pulsion intolérable et sans contrainte en raison de la réactivité accrue de la vessie;
  • mixte - combinant les signes de stress et d'incontinence impérieuse (un besoin soudain et irréversible d'uriner survient pendant un effort physique, suivi d'une miction incontrôlée;
  • incontinence réflexe (vessie neurogène) - écoulement spontané d'urine, causé par une violation de l'innervation de la vessie;
  • iatrogène - est causée par la consommation de certains médicaments;
  • autres formes (situationnelles) - énurésie, incontinence urinaire due à un débordement de vessie (ischurie paradoxale), pendant les rapports sexuels, etc.

Les trois premiers types d’incontinence urinaire chez la femme se retrouvent dans la plupart des cas, le reste n’atteignant pas plus de 5-10%.

Causes de l'incontinence urinaire chez la femme

Le mécanisme de l'incontinence urinaire à l'effort chez la femme est associé à une insuffisance des sphincters urétral ou kystique et / ou à une faiblesse des structures pelviennes. Un rôle important dans la régulation de la miction est attribué à l'état de l'appareil sphincter: lorsque l'architectonique change (rapport entre le muscle et le tissu conjonctif), la contractilité et la distensibilité des sphincters sont perturbées, empêchant ces derniers de réguler le débit urinaire.

Normalement, le continent (rétention) de l'urine est fourni par un gradient positif de pression urétrale (c'est-à-dire que la pression dans l'urètre est plus élevée que dans la vessie). Un écoulement involontaire d'urine se produit si ce gradient devient négatif. Une condition indispensable pour une miction volontaire est une position anatomique stable des organes pelviens les uns par rapport aux autres. Lorsque l'appareil myofascial et ligamentaire est affaibli, la fonction de fixation du support du plancher pelvien est perturbée, ce qui peut s'accompagner d'un prolapsus de la vessie et de l'urètre.

Les conditions préalables à l'incontinence urinaire d'effort chez les femmes peuvent être l'obésité, la constipation, la perte de poids drastique, le travail physique pénible, la radiothérapie. On sait que l’incontinence urinaire affecte souvent les femmes qui ont accouché et que le nombre de naissances n’est pas aussi important que leur flux. Naissance d'un grand fœtus, bassin étroit, épisiotomie, fractures des muscles du plancher pelvien, utilisation de forceps obstétriques - ces facteurs et d'autres sont déterminants pour le développement ultérieur de l'incontinence.

La miction involontaire est habituellement constatée chez les patientes en âge de ménopause, ce qui est associé à une déficience en œstrogène et à d’autres stéroïdes sexuels et aux modifications atrophiques qui en résultent dans les organes du système génito-urinaire. La chirurgie pelvienne (ovariectomie, annexectomie, hystérectomie, panhystérectomie, interventions endo-urétrales), le prolapsus de l’utérus, la cystite chronique et l’urétrite contribuent au développement de l’incontinence urinaire à l'effort chez les femmes. Le facteur de production immédiat est toute tension entraînant une augmentation de la pression intra-abdominale: toux, éternuement, marche rapide, jogging, mouvements brusques, levée de poids et autres efforts physiques.

La pathogenèse de l'incontinence urinaire impérative chez la femme est associée à une transmission neuromusculaire altérée au détrusor, conduisant à une hyperactivité de la vessie. Dans ce cas, l’accumulation, même minime, d’urine donne lieu à une forte et intolérable envie de mélanger. Les conditions préalables à l’émergence d’envahis urgents sont les mêmes que dans l’incontinence à l'effort, et divers stimuli externes peuvent jouer le rôle de facteurs provocateurs (son intense, lumière vive, eau du robinet, etc.).

Des lésions au cerveau et à la moelle épinière (lésions, tumeurs, encéphalite, accidents vasculaires cérébraux, sclérose en plaques, maladie d'Alzheimer, maladie de Parkinson, etc.) peuvent entraîner une incontinence réflexe. L'incontinence iatrogène est un des effets secondaires de certains médicaments (diurétiques, sédatifs, bloqueurs des adrénergiques, antidépresseurs, colchicine, etc.) et disparaît après le retrait de ces fonds.

Symptômes de l'incontinence urinaire chez les femmes

Avec l'incontinence urinaire à l'effort, les femmes commencent à remarquer une fuite d'urine involontaire, sans envie préalable d'uriner, qui se produit lors de tout type d'effort physique. En même temps, au fur et à mesure que la pathologie progresse, le volume d'urine perdue augmente (de quelques gouttes à presque tout le volume de la vessie) et la tolérance à l'exercice diminue. L'incontinence urinaire à l'effort chez les femmes est classée par degrés: avec un degré faible, l'incontinence urinaire survient lors d'efforts physiques, d'éternuements ou de toux; avec moyen - lors d'une forte montée, en cours d'exécution; avec sévère - en marchant ou seul. Parfois, une classification basée sur le nombre de serviettes hygiéniques utilisées est utilisée en urogynécologie: I degré - pas plus d’une par jour; II degré - 2–4; Grade III - plus de 4 pads par jour.

L’incontinence urinaire urgente chez la femme peut être accompagnée de plusieurs autres symptômes caractéristiques d’une vessie hyperactive: pollakiurie (augmentation de la miction plus de 8 fois par jour), nycturie et impulsions impérieuses. Si l'incontinence est accompagnée d'un affaissement de la vessie, il peut y avoir une gêne ou des douleurs abdominales, une sensation de vidange incomplète de la vessie, une sensation de corps étranger dans le vagin, une dyspareunie.

Face à des fuites d'urine incontrôlées, la femme souffre non seulement de problèmes d'hygiène, mais également d'un grave inconfort psychologique. Le patient est contraint d'abandonner son mode de vie habituel: limiter son activité physique, éviter de se présenter dans des lieux publics et dans l'entreprise, refuser le sexe. En outre, le flux constant d'urine est marqué par l'apparition de dermatites dans la région de l'aine, d'infections urinaires récurrentes (vulvovaginite, cystite, pyélonéphrite), ainsi que de troubles neuropsychiatriques - névroses et dépression. Cependant, en raison de leur timidité ou de leur méconnaissance de l'incontinence en tant que «compagnon inévitable de leur âge», les femmes se tournent rarement vers ce problème pour obtenir de l'aide médicale, préférant supporter des inconvénients évidents.

Diagnostic de l'incontinence urinaire chez la femme

Une femme souffrant d'incontinence urinaire doit être examinée par un gynécologue et un urologue. Cela permettra non seulement d’établir les causes et la forme de l’incontinence, mais également de choisir la voie de correction optimale. Lors de la collecte des antécédents d'un médecin, la prescription de l'incontinence, son lien avec la charge ou d'autres facteurs provoquants, la présence de désirs impératifs et d'autres symptômes dysuriques (brûlures, coupures, douleurs) présentent un intérêt. Au cours de la conversation, les facteurs de risque sont clarifiés: travail traumatique, interventions chirurgicales, pathologie neurologique, caractéristiques de l'activité professionnelle, etc.

Assurez-vous de procéder à un examen sur la chaise gynécologique; Cela permet de détecter le prolapsus génital, l'urètre, le cysto et le rectocèle, d'évaluer l'état de la peau périnéale, de détecter les fistules urogénitales, de réaliser des tests fonctionnels (test de tension, test de toux), provoquant une miction involontaire. Avant sa réadmission (dans les 3 à 5 jours), il est demandé au patient de tenir un journal de ses mictions, où sont notées la fréquence des micci, le volume de chaque portion d'urine sélectionnée, le nombre d'épisodes d'incontinence, le nombre de tampons utilisés, le volume de fluide consommé par jour.

Pour évaluer les relations anatomiques et topographiques des organes pelviens, une échographie gynécologique et une échographie de la vessie sont effectuées. Parmi les méthodes de laboratoire d’examen de l’incontinence urinaire chez la femme, l’analyse générale de l’urine, la bactériographie urinaire de la flore, la microscopie des frottis sont celles qui présentent le plus grand intérêt. Les méthodes de recherche urodynamique comprennent la débitmétrie urinaire, la cystométrie de remplissage et de vidange, la profilométrie de la pression intra-urétrale - ces méthodes de diagnostic permettent d’évaluer l’état des sphincters, de différencier le stress et de favoriser l’incontinence chez la femme.

Si nécessaire, l'examen fonctionnel est complété par des méthodes d'évaluation instrumentale de la structure anatomique du tractus urinaire: urétrocystographie, urétroscopie et cystoscopie. Le résultat de l'enquête est une conclusion reflétant la forme, le degré et les causes de l'incontinence urinaire chez la femme.

Traitement et prévention de l'incontinence urinaire chez les femmes

S'il n'y a pas de pathologie organique grossière qui cause l'incontinence, le traitement commence par des mesures conservatrices. Il est recommandé au patient de normaliser son poids (avec l'obésité), d'arrêter de fumer, ce qui provoque une toux chronique, d'éliminer le travail physique pénible et de suivre un régime alimentaire sans caféine. Aux premiers stades de l'incontinence urinaire chez la femme, des exercices visant à renforcer les muscles du plancher pelvien (exercices de Kegel), une électrostimulation des muscles périnéaux et la thérapie BOS peuvent être efficaces. En cas de troubles neuropsychiatriques concomitants, l’aide d’un psychothérapeute peut être nécessaire.

L’administration d’antidépresseurs (duloxétine, imipramine), d’œstrogènes topiques (sous forme de suppositoires ou de crèmes vaginaux) ou d’un THS systémique constitue un soutien pharmacologique sous forme incontinente de stress. Les M-cholinolytiques (toltérodine, oxybutynine, solifénacine), les bloqueurs α-adrénergiques (alfuzosine, tamsulozine, doxazosine), l'imipramine, le traitement hormonal substitutif sont utilisés pour traiter l'incontinence urinaire impérieuse chez la femme. Dans certains cas, le patient peut recevoir des injections intravésicales de toxine botulique de type A, une administration périurétrale de charges autofattes.

La chirurgie de l'incontinence urinaire d'effort chez les femmes a plus de 200 méthodes différentes et leurs modifications. Les méthodes les plus courantes de correction opérationnelle de l'incontinence de stress à l'heure actuelle sont les opérations par élingue (TOT, TVT, TVT-O, TVT-S). Malgré les différences de technique d'exécution, elles reposent sur un principe général unique: la fixation de l'urètre à l'aide d'une «boucle» en matière synthétique inerte et la réduction de son hypermobilité, qui prévient les fuites d'urine. Cependant, malgré la grande efficacité des opérations avec élingue, 10 à 20% des femmes développent des rechutes d'incontinence urinaire à l'effort. Selon les indications cliniques, il est possible d'effectuer d'autres types d'interventions chirurgicales: urétrocystopexie, colporraphie antérieure avec repositionnement de la vessie, implantation d'un sphincter de vessie artificielle, etc.

La prévention de l'incontinence urinaire chez la femme consiste en le rejet des mauvaises habitudes et des dépendances, du contrôle du poids, du renforcement des muscles abdominaux et du plancher pelvien, du contrôle de la défécation. Un aspect important est la gestion prudente de l’accouchement et le traitement adéquat des maladies urogénitales et neurologiques. Les femmes confrontées à un problème aussi intime que l'incontinence urinaire doivent surmonter la fausse modestie et rechercher une aide spécialisée le plus tôt possible lorsque des mesures conservatrices peuvent être efficaces.

Fuite urinaire chez les adultes et les enfants - les causes principales et le traitement complexe

Les fuites d'urine peuvent survenir à tout âge. Il ne faut pas le confondre avec l'incontinence, même si dans certains cas les fuites sont l'un des signes de cette maladie. Ce phénomène peut être observé chez des personnes en bonne santé, causant des problèmes, mais ne concernant pas la pathologie.

Qu'est-ce qu'une fuite d'urine?

Des fuites involontaires d'urine sont souvent observées chez les femmes. C'est un phénomène lorsque quelques gouttes d'urine sont excrétées après la miction. Cela peut se produire régulièrement, mais le volume de l'urine est toujours faible. Dribbler vous oblige à porter des coussinets, à ressentir une gêne et à tolérer régulièrement l’odeur d’urine, ce qui peut réduire la qualité de la vie humaine.

Chez l'homme, la fuite d'urine est appelée «dribble» et est associée à la déficience du muscle bulbocaverneux entourant l'urètre. Le dribble se produit chez un homme ou un garçon en bonne santé sur cinq et n'est pas considéré comme une pathologie, mais dans 60% des cas, il est causé par une maladie chronique de la région urogénitale.

Causes du problème

Une personne a le besoin urgent d'uriner lorsque la vessie est suffisamment pleine (généralement 1/3 du volume total). Dans ce cas, il y a des sensations spécifiques qui obligent à aller aux toilettes. Les signaux donnent au cerveau d'où ils viennent par les parois de la vessie. Dans certains cas, ce processus change: une personne a l'impression que sa vessie est vide, mais ce n'est pas le cas. Après avoir uriné, un peu plus d'urine est sécrétée, une fuite se produit.

Plusieurs groupes de raisons peuvent causer de tels problèmes:

  • Neurologique - en cas de défaillance du système nerveux central ou du système nerveux autonome, des fuites urinaires se produisent;
  • Hormonal - un déséquilibre hormonal provoque une diminution du taux de réactions de la vessie;
  • Inflammatoire - s'il y a une inflammation dans les organes du système urinaire, cela peut provoquer des fuites;
  • Tumeur - le chevauchement d'une partie de la vessie provoque un écoulement d'urine involontaire.

Faiblesse des muscles pelviens à l'origine des fuites d'urine

Chez les hommes

La cause principale est l'affaiblissement du muscle bulbocaverneux. Si son état est normal, alors, après avoir vidé la vessie, des résidus d'urine sont expulsés de l'urètre. La faiblesse musculaire provoque une rétention urinaire dans l'urètre, suivie de son écoulement. Chez les personnes en bonne santé, ce phénomène peut être congénital et n'est pas reconnu comme une maladie.

En outre, le dribble peut provoquer des pathologies et des conditions:

  • Sténoses de l'urètre;
  • Renflement des parois de l'urètre sous la forme d'une poche;
  • Opération infructueuse de la prostate;
  • Une augmentation du tubercule de la graine dès la naissance ou dans le contexte de son inflammation;
  • Obstruction du col de la vessie;
  • Néoplasme;
  • Tumeurs de la prostate ou prostatite;
  • Dystrophie des muscles du bassin.

La cause du problème réside souvent dans le stress transféré, le stress psychologique prolongé et la dépression. Les fuites urinaires surviennent souvent lors de l'énurésie nocturne si elles persistent jusqu'à l'âge adulte. L'obésité est un facteur de risque, car il provoque une augmentation de la pression intra-abdominale. Un stade grave d'ostéochondrose lombaire peut provoquer un dribble lorsque les troncs nerveux innervant la vessie et l'urètre sont enfreints.

Chez les femmes

Des fuites urinaires sont souvent observées chez les femmes ménopausées. Le fait est que pendant la ménopause, la quantité d'hormones change - la teneur en œstrogène diminue. Dans le contexte de la restructuration hormonale, les muscles des organes pelviens sont affaiblis et, dans ce contexte, des fuites et une incontinence urinaire peuvent se développer. En cas de gêne grave, le médecin vous recommandera un traitement hormonal substitutif.

Autres causes possibles de troubles chez les femmes:

  • Cystite - inflammation de la muqueuse de la vessie. Il provoque une irritation des parois de l'organe et contribue à la libération de gouttes d'urine.
  • Urétrite infectieuse - provoque la relaxation des muscles du canal urinaire et le développement de fuites urinaires;
  • Urolithiase - cette pathologie à long terme provoque un processus inflammatoire chronique avec les mêmes conséquences;
  • Tumeurs de la vessie - en raison d'une réduction du volume de l'organe, l'urine est libérée de façon involontaire;
  • Prendre des diurétiques, des médicaments contre la pression - une augmentation de la quantité d'urine peut avoir des conséquences désagréables.

Pendant la grossesse, la pression dans le péritoine augmente considérablement en raison de l'augmentation de l'utérus, de sorte que le processus d'élimination de l'urine peut être perturbé. La raison en est également le changement de fond hormonal - une augmentation de la quantité de progestérone aide à détendre les parois de tous les organes des muscles lisses.

Chez les enfants

Chez les garçons, le dribble peut être causé par une faiblesse congénitale des muscles parauréthraux, qui n'est pas considérée comme une maladie. Chez un enfant âgé de 2 à 3 ans, toute fuite d’urine involontaire ne doit pas non plus causer d’anxiété, car il n’est pas encore en mesure de contrôler la vessie.

Après 3-4 ans, la cause de la fuite chez les garçons et les filles est le plus souvent:

  • Inflammation aiguë et chronique de l'urètre, de la vessie;
  • Maladies du système nerveux, y compris l'hyperactivité, le trouble déficitaire de l'attention;
  • Vessie hyperactive;
  • Stress, chocs;
  • Blessure physique.

Diagnostic de la maladie

Dans certains cas, les fuites sont à la surface, par exemple lors de la ménopause chez la femme, s’il ya des sutures après une chirurgie de la prostate chez l’homme. Néanmoins, il est nécessaire de subir un examen pour exclure les pathologies graves (tumeurs, anomalies de la structure, inflammation, calculs rénaux). Pour ce faire, contactez un urologue adulte ou pédiatrique (les hommes peuvent consulter l'andrologue).

En tant que diagnostic primaire simple, le médecin vous prescrira:

  • Échographie des reins, de la vessie;
  • Analyse d'urine;
  • Chez les femmes, une échographie pelvienne, chez les hommes, une échographie de la prostate.

Sur la base des résultats, il sera clair si des tests supplémentaires sont nécessaires. Si nécessaire, une analyse biochimique du sang, de l'urine bakosev, de la radiographie ou du scanner, de la cystoscopie de la vessie est effectuée. Les femmes peuvent avoir besoin de consulter un endocrinologue, un gynécologue. En outre, les patients doivent souvent consulter un neurologue et un psychothérapeute.

Traitement - Basics

Le changement de mode de vie est important dans le traitement de toutes les maladies urologiques. Nécessairement, il est nécessaire de normaliser le contexte psychologique - d'éliminer les effets néfastes du stress, si nécessaire, en le rendant médicalement. Les aliments tranchants et irritants sont supprimés de l'alimentation, il est conseillé d'arrêter de fumer et de consommer de l'alcool. Pour améliorer leur qualité de vie, ils acquièrent des tampons spéciaux bien absorbés qui ne laissent pas apparaître les mauvaises odeurs.

En règle générale, les fuites d'urine sont éliminées par des méthodes conservatrices - médicaments ou exercices. En présence d'anomalies, d'adhérences, de cicatrices, les tumeurs doivent effectuer une opération. Les méthodes chirurgicales sont rarement utilisées, principalement pour l’incontinence. Les hommes mettent un sphincter synthétique, les femmes font une boucle pour renforcer les ligaments de la vessie.

Des médicaments

Le traitement avec des médicaments est prescrit, principalement, avec une combinaison de fuite d'urine et d'incontinence. Il est également possible d'influencer certaines des causes du problème par des médicaments s'ils ont été identifiés.

Afin de traiter les fuites, des agents tels que ceux pouvant être prescrits:

  1. Antispasmodiques (Driptan, Enuran, Sibutine). Ces médicaments affectent les muscles des voies urinaires, réduisent son tonus, réduisent la fréquence des contractions de la vessie. En conséquence, les fuites d'urine cessent.
  2. Préparations à base de plantes anti-inflammatoires (Canephron, Cystone). Éliminer en douceur l'inflammation, indiquée dans toutes les maladies inflammatoires chroniques du système urinaire. Le traitement peut durer jusqu'à 3 mois.
  3. Les antidépresseurs (Adaptol, Duloxetine). Contribuer à l'élimination de l'anxiété, éliminer les effets néfastes du stress, améliorer le fonctionnement de la vessie.
  4. Agents antimuscariniques (solifénacine, propantéline). Utilisé avec la vessie hyperactive chez les adultes.

L'hormonothérapie est indiquée chez les femmes en période de pré-ménopause - Klimonorm et Femoston sont utilisés. Ramener les niveaux d'hormones à la normale améliore rapidement l'activité des voies urinaires.

Au cours de l’enfance, le médicament Driptan est le plus souvent prescrit. Il contribue à faire cesser l’énurésie nocturne et les fuites urinaires pendant la journée chez les enfants de plus de 5 ans.

Remèdes populaires

Les recettes de la médecine traditionnelle sont principalement utilisées dans la nature inflammatoire des fuites d'urine.

Vous pouvez appliquer les méthodes suivantes:

  • Préparez une cuillère à soupe de graines d’aneth avec un verre d’eau, laissez agir une heure, buvez 100 ml deux fois par jour;
  • Verser une cuillère à soupe de canneberges en feuilles 300 ml d'eau bouillante, insister dans une heure de thermos. Buvez une cuillère à soupe d'infusion toutes les 2 heures;
  • Mélanger les canneberges et les airelles, écraser, verser de l'eau tiède (un verre de 2 cuillères de baies). Laisser agir pendant une demi-heure, puis prendre 2 doses.

Physiothérapie

La thérapie par l'exercice spécialement conçue est considérée comme une méthode de traitement encore plus efficace que les pilules et les herbes. Des exercices en cas de fuite urinaire renforceront les muscles autour de l'urètre et sur les parois de la vessie. La façon la plus simple de faire les exercices de Kegel est de serrer et de desserrer régulièrement vos muscles, comme si une personne essayait de retenir un jet d'urine. Vous devriez vous entraîner de cette façon 2-3 fois / jour pendant 5 minutes. Les résultats apparaîtront au bout de 3 semaines et, au bout de 3 mois, la plupart des gens ont une fuite d’urine.

Pour les hommes souffrant de fuites d'urine, il existe un tel complexe de métiers:

  • Devenez droit, jambes écartées, tendez les muscles du bassin, mais ne pressez pas les fesses. Restez dans cette position pendant 10 secondes, puis détendez-vous;
  • Asseyez-vous, poussez vos genoux, tendez votre bassin pendant 10 secondes, en maintenant votre respiration régulière;
  • Pour vous allonger, pliez les jambes au niveau des genoux, dissolvez-vous sur les côtés, contractez les muscles du bassin pendant 10 secondes;
  • Lorsque vous marchez, contractez périodiquement les muscles du bassin, comme après chaque acte de miction.

Il est souhaitable de combiner la formation avec le traitement médical prescrit par le médecin - pour que les résultats apparaissent plus rapidement et qu'il soit possible de se débarrasser de la fuite pendant longtemps. Sans gymnastique, il sera difficile de se débarrasser des fuites d'urine pour toujours, vous ne devez donc pas sauter de cours.
Dans la vidéo sur les causes, les symptômes et le traitement des fuites d’urine:

Plus D'Articles Sur Les Reins