Principal Anatomie

Perturbation des hormones surrénales

Laisser un commentaire

L'insuffisance surrénalienne est une affection caractérisée par une pénurie aiguë d'hormones stéroïdes. Les hormones sont produites directement dans le cortex surrénalien et la maladie peut être aiguë ou chronique. La maladie provoque une défaillance de l'équilibre eau-électrolyte et une défaillance du système cardiovasculaire. Une personne connaissant les symptômes de l'hypofonction du cortex surrénalien peut contacter rapidement un spécialiste, ce qui augmente les chances d'une pathologie aisée.

Classification

Il classe l'insuffisance surrénale en fonction de deux critères:

  • localisation de l'échec;
  • cours d'échec.

En fonction de la localisation, l’hypofonction surrénalienne est divisée en 3 groupes:

  1. Primaire. Il se caractérise par le fait que les glandes surrénales sont directement affectées. La concentration primaire insuffisante d'hormones est beaucoup plus compliquée que celle secondaire et tertiaire.
  2. Secondaire. Elle est causée par la pathologie de l'hypophyse, qui produit de l'hormone adrénocorticotrope en petite quantité ou ne produit pas du tout. Cette hormone affecte le travail des glandes surrénales.
  3. Tertiaire. Son caractéristique est que l'hypothalamus produit une petite quantité de corticolibérine.

En fonction de l'évolution, l'insuffisance surrénale est divisée en 2 groupes:

  1. Épicé Caractérisé par le développement de l'état grave du patient, appelé aussi crise addisonique. Peut être fatal, par conséquent, le patient qui a remarqué les premiers symptômes, il est important de demander immédiatement l'aide d'un spécialiste.
  2. Chronique. Il comporte 3 étapes: sous-compensation, compensation, décompensation. Contrairement à l'insuffisance aiguë, elle n'a pas de conséquences aussi graves et, en présence d'un traitement compétent et opportun, peut être observée pendant de nombreuses années sous une forme bénigne.
Retour à la table des matières

Causes et mécanisme de développement de l'insuffisance surrénale

Considérant que les glandes surrénales sont un organe apparié, l'apparition des symptômes d'une maladie chronique n'est possible que si plus de 90% du cortex ont été blessés. L'échec primaire est observé dans les cas de lésions des glandes surrénales directement, dont la cause sont les conditions suivantes:

  • pathologie congénitale du cortex surrénalien;
  • la tuberculose;
  • Syndrome d'algrove;
  • caillots de sang dans les vaisseaux qui nourrissent l'organe;
  • accumulation dans les tissus d'un organe à concentration de protéines accrue, qui se manifeste par une évolution prolongée de la forme aiguë de la maladie;
  • tumeurs cancéreuses dont les métastases infectent les glandes surrénales;
  • diphtérie sévère;
  • cancers dans le corps;
  • nécrose surrénalienne due au VIH;
  • la septicémie;
  • Syndrome de Smith-Opitz, caractérisé par la présence parallèle de plusieurs anomalies, telles qu'un petit volume du crâne, des dysfonctionnements de la structure du système reproducteur, des retards de développement et une activité cérébrale.
L'insuffisance surrénale peut être congénitale ou se développer dans le contexte de maladies d'autres organes et systèmes.

L’insuffisance surrénale secondaire se développe en raison de ces pathologies de l’hypophyse:

  • infectieux (souvent viral);
  • hémorragie provoquée par des blessures de natures diverses;
  • les cancers;
  • perturbation de l'organe, qui a débuté plus tard, chimiothérapie et chirurgie;
  • lésions de la glande pituitaire avec ses propres anticorps.

L'hypofonction tertiaire du cortex surrénalien est formée en raison de:

  • anomalies congénitales de l'hypothalamus;
  • anomalies acquises de l'hypothalamus (néoplasmes et infections diverses).
Retour à la table des matières

Symptômes d'insuffisance surrénale

La forme chronique de la défaite des hormones surrénaliennes présente de nombreux symptômes, parmi lesquels les plus courants sont:

  • fatigue déraisonnable et fatigue;
  • faiblesse musculaire;
  • perte de poids soudaine;
  • manque d'appétit;
  • douleur dans l'abdomen;
  • une indigestion;
  • la diarrhée;
  • la constipation;
  • des vertiges;
  • évanouissement;
  • pression réduite.

Les symptômes les plus précis et les plus précis en violation du fonctionnement du cortex surrénalien sont considérés comme un vif désir d’aliments trop salés et d’assombrissement de la peau et des muqueuses. Ils deviennent une nuance de bronze, et cela se voit mieux sur le site des plis de la peau et des cicatrices. Cependant, le changement de couleur de la peau ne se produit que lorsque l'insuffisance du cortex surrénalien se présente sous sa forme primaire.

Des lésions aiguës du cortex surrénal peuvent mettre la vie en danger. Au cours de celle-ci, les symptômes de l'évolution chronique de la maladie augmentent et les patients ressentent:

  • hypotension prolongée;
  • pulsion émétique;
  • des convulsions;
  • douleurs musculaires;
  • changements de conscience.

Diagnostic de l'hypofonction surrénalienne

L'insuffisance surrénalienne peut être déterminée en interrogeant le patient pour connaître les plaintes et les symptômes de la maladie. Cependant, cela ne donne pas une image complète, et afin de révéler quelle insuffisance particulière est inhérente à ce cas, le patient devra consulter un endocrinologue, qui lui prescrira une enquête comprenant les études suivantes:

  1. Etude échographique des glandes surrénales. Il existe des cas où l’échographie ne donne pas le résultat attendu, puis recourt à la tomodensitométrie de l’organe.
  2. Imagerie par résonance magnétique, au cours de laquelle une attention particulière est accordée à l'examen de l'hypothalamus et de l'hypophyse.

Ensuite, on soumet à la patiente des tests de laboratoire efficaces en l'absence de certaines hormones. Les médecins étudient:

  1. La quantité de cortisol dans le sang. Pour tous les types d'insuffisance surrénale, la concentration de l'hormone est réduite.
  2. 17-ACS et 17-KS dans l'urine, collectée pendant la journée. Une concentration réduite est diagnostiquée dans les carences secondaire et primaire.
  3. Hormone corticotrope dans le sang. La concentration de l'hormone est élevée dans les maladies de la glande surrénale et faible dans les hypofonctions secondaire et tertiaire.
  4. Niveau d'aldostérone.

Une fois le diagnostic établi, les spécialistes étudient la gravité des perturbations des processus métaboliques de l'organisme, telles que les protéines, les glucides et les électrolytes. Le test sanguin veineux, qui indiquera la quantité de potassium, de calcium, de sodium, de glucose et de protéines, aidera à identifier ceci. En outre, les médecins doivent prescrire un électrocardiogramme indiquant l’état du système cardiovasculaire et la réaction du cœur aux perturbations de l’équilibre électrolytique.

Traitement de l'hypofonction surrénale

La thérapie commence en violation des fonctions du cortex surrénalien par le fait que les médecins prescrivent l’introduction d’hormones de synthèse chez les patients, notamment ceux dont le déficit est observé dans le corps. L'inconvénient est souvent le glucocorticoïde, qui fait partie de ces médicaments: "hydrocortisone", "cortisone", "fludrocortisone", "prednisolone" et "dexaméthasone". Utilisez des médicaments selon ce schéma: 2/3 doses prises le matin et 1/3 - l'après-midi. Dans les cas où le patient a un léger manque d'hormones, les médecins prescrivent un "cortisone". Si le déficit est exprimé sous une forme plus sévère, un traitement complexe comprenant 2 ou 3 médicaments à la fois est prescrit.

L'efficacité du traitement est surveillée les premiers jours de chaque mois. Le contrôle est effectué à l'aide de tests montrant le niveau d'hormones et l'équilibre électrolytique dans le sang. Après que l'état de santé s'améliore progressivement, contrôlez le traitement 1 fois en 2-3 mois. Les médecins s'accordent pour dire qu'il est préférable de dépasser la dose d'hormones pendant plusieurs jours lorsque l'hypofonction des glandes surrénales dépasse le risque de formation d'une insuffisance surrénale aiguë.

Thérapie des maladies aiguës

La crise surrénalienne s'aggrave souvent dans les cas où une quantité insuffisante de glucocorticoïdes pénètre dans l'organisme. Le traitement de l'hypofonction aiguë des glandes surrénales est maintenu en soins intensifs et comprend les étapes suivantes:

  1. l'introduction d'une solution intraveineuse de sodium et de glucose pour corriger les irrégularités de la balance eau-électrolyte;
  2. l'élimination du manque d'hormones, qui est compensée par l'administration intraveineuse et intramusculaire d'agents synthétiques;
  3. en cas de chute persistante de la pression artérielle chez le patient, les médecins prescrivent des médicaments qui contractent les vaisseaux sanguins;
  4. soulagement des symptômes de la maladie qui a provoqué l'exacerbation.

Lorsque le patient se remet progressivement, son état de santé s'améliore de manière persistante, ses taux sanguins de sodium et de potassium faibles se normalisent et la pression redevient normale, et les experts la traduisent par l'utilisation de médicaments en comprimés. Après cela, le patient peut être transféré de l'unité de soins intensifs au service de l'hôpital général.

Prévention et pronostic de l'hypofonction surrénale

Dans les cas où le traitement de substitution hormonale complexe correct et opportun a été attribué au patient, l'insuffisance surrénalienne a une évolution presque positive. Le pronostic pour les patients présentant une hypofonction chronique repose sur la prévention et le traitement des crises surrénaliennes. Lorsqu'une personne présente également divers types d'infections, de blessures, de chirurgies, de dépressions nerveuses et de dysfonctionnements du tractus gastro-intestinal, les spécialistes prescrivent immédiatement une augmentation de la dose de l'hormone qu'elle a prise. Les patients présentant une hypofonction des glandes surrénales doivent être enregistrés auprès de l'endocrinologue et examinés de temps à autre. Les patients qui risquent de développer une crise surrénalienne devraient également être enregistrés. Cette catégorie de patients comprend ceux qui utilisent des corticostéroïdes depuis longtemps pour traiter diverses maladies chroniques.

Insuffisance surrénale: symptômes, traitement

L’insuffisance surrénalienne (hypocorticisme) est un syndrome clinique causé par une diminution de la sécrétion d’hormones du cortex surrénalien. L'hypocorticoïdisme peut être primaire, dans lequel une violation de la production d'hormones est associée à la destruction du cortex surrénalien, et secondaire, dans lequel il existe une pathologie du système hypothalamo-hypophysaire. L'insuffisance surrénalienne primaire a été décrite pour la première fois par le médecin anglais Thomas Addison à la fin du XIXe siècle chez un patient atteint de tuberculose. Cette forme de la maladie a donc reçu un autre nom: "maladie d'Addison". Cet article explique comment déterminer les symptômes de cette maladie et comment traiter correctement l'insuffisance surrénalienne.

Raisons

Les causes de l'hypocorticisme primaire sont nombreuses, les principales sont les suivantes:

  • des lésions auto-immunes du cortex surrénalien se produisent dans 98% des cas;
  • tuberculose surrénale;
  • adrénoleucodystrophie - une maladie génétique héréditaire qui conduit à la dystrophie surrénalienne et à une altération prononcée des fonctions du système nerveux;
  • d'autres causes (telles que l'infarctus hémorragique bilatéral des glandes surrénales, la coagulopathie, les métastases dans les tumeurs des organes voisins) sont extrêmement rares.

Les symptômes de la maladie se manifestent généralement dans les lésions bilatérales, lorsque des processus destructeurs affectent plus de 90% du cortex surrénalien, ce qui entraîne une déficience en hormones cortisol et aldostérone.

L'insuffisance surrénale secondaire survient dans les pathologies du système hypothalamo-hypophysaire, en cas de production insuffisante d'ACTH (hormone adrénocorticotrope), nécessaire à la production de cortisol, une hormone surrénalienne. La production d'aldostérone ne dépend pratiquement pas de ce facteur, sa concentration dans le corps ne change donc pratiquement pas. C’est avec ces faits que la forme secondaire de la maladie suit un cours moins grave que la maladie d’Addison.

Symptômes d'insuffisance surrénale

Une carence en hormones du cortex surrénalien conduit à de graves troubles métaboliques, à un manque d'aldostérone, à une perte de sodium et à une rétention de potassium dans l'organisme, entraînant une déshydratation. Les troubles du métabolisme des électrolytes et des sels d'eau ont un impact négatif sur tous les systèmes du corps et les troubles cardiovasculaires et digestifs sont plus touchés. Le manque de cortisol se traduit par une diminution de la capacité d’adaptation de l’organisme. Le métabolisme des glucides, y compris la synthèse du glycogène, est altéré. Par conséquent, les premiers signes de la maladie se produisent souvent précisément dans le contexte de diverses situations de stress physiologiques (maladies infectieuses, blessures, exacerbation d'autres pathologies).

Signes d'insuffisance surrénale primaire

Hyperpigmentation de la peau et des muqueuses.

L'hyperpigmentation (coloration excessive) est le symptôme le plus prononcé de cette maladie. Cela est dû au fait qu'une déficience en hormone cortisol entraîne une production accrue d'ACTH, avec un excès dont résulte une synthèse accrue d'hormone stimulant les mélanocytes, provoquant ce symptôme.

La gravité de l'hyperpigmentation dépend de la gravité du processus. Tout d'abord, la peau s'assombrit sur les zones ouvertes du corps les plus exposées aux rayons ultraviolets (visage, cou, mains), ainsi qu'aux membranes muqueuses visibles (lèvres, joues, gencives, palais). Dans la maladie d'Addison, il existe une pigmentation caractéristique des paumes, un assombrissement de la peau lié au frottement des vêtements (par exemple, un collier ou une ceinture). Les zones de peau peuvent avoir une teinte de fumée, ressemblant à la couleur de la peau sale au bronze. À propos, c’est la raison pour laquelle cette maladie porte un autre nom - «maladie du bronze».

L'absence de ce symptôme, même en présence de nombreux autres caractéristiques de cette maladie, est à l'origine d'un examen plus approfondi. Cependant, il convient de noter qu'il existe des cas où il n'y a pas d'hyperpigmentation, le soi-disant «addisonisme blanc».

Les patients ont noté une détérioration de l'appétit, jusqu'à son absence complète, des douleurs dans la région épigastrique, des selles bouleversées, qui se traduisent par une alternance de constipation et de diarrhée. Avec la décompensation de la maladie, des nausées et des vomissements peuvent se rejoindre. En raison de la perte de sodium par le corps, il se produit une perversion de la dépendance à l’alimentation, les patients utilisent des aliments très salés, parfois même du sel de table pur.

Perte de poids.

La perte de poids peut être un signe d'insuffisance surrénale.

La perte de poids peut être très significative jusqu'à 15-25 kg, en particulier en présence d'obésité. Cela est dû à une violation des processus de digestion, à la suite de laquelle il y a un manque de nutriments dans le corps, ainsi qu'une violation des processus de synthèse des protéines dans le corps. C'est-à-dire que la perte de poids est le résultat de la perte, tout d'abord, de muscle et non de masse grasse.

Faiblesse sévère, asthénie, handicap.

Les patients ont une émotivité diminuée, ils deviennent irritables, lents, apathiques, la moitié des patients présentent des troubles dépressifs.

Une diminution de la pression artérielle est inférieure à la normale, la survenue de vertiges est un symptôme qui, dans la plupart des cas, est associé à cette maladie. Au début de la maladie, l'hypotension ne peut avoir qu'un caractère orthostatique (se produit lorsque l'on se lève brusquement d'une position couchée ou si on reste debout longtemps) ou est provoquée par le stress. Si l'hypocorticoïdie s'est développée dans le contexte d'hypertension concomitante, la pression peut alors être normale.

Signes d'insuffisance surrénale secondaire

Selon le tableau clinique, l'hypocorticisme secondaire diffère de la forme primaire de la maladie par l'absence de symptômes associés à une diminution de la production d'aldostérone: hypotension artérielle, troubles dyspeptiques, dépendance aux aliments salés. L'absence d'hyperpigmentation de la peau et des muqueuses est également à noter.

Des symptômes non spécifiques tels que la faiblesse générale et la perte de poids, ainsi que des épisodes d'hypoglycémie (diminution du taux de sucre dans le sang), survenant généralement quelques heures après les repas, sont mis en avant. Pendant les crises, les patients ressentent la faim, se plaignent de faiblesse, de vertiges, de maux de tête, de frissons, de transpiration. Il y a un blanchissement de la peau, une augmentation de la fréquence cardiaque, une coordination altérée des petits mouvements.

Traitement de l'insuffisance surrénale

Les personnes souffrant d'hypocorticisme ont besoin d'un traitement hormonal substitutif à vie. Après confirmation du diagnostic, dans la plupart des cas, le traitement commence par l'administration parentérale (mode d'administration de médicaments, contournement du tractus gastro-intestinal) de préparations à base d'hydrocortisone. Avec un diagnostic correctement établi, après plusieurs injections du médicament, un effet positif prononcé est noté, les patients notent une amélioration de leur état de santé, une disparition progressive des symptômes de la maladie et une tendance positive est également observée dans les résultats du test. L'absence d'effet du traitement initié donne des raisons de douter de l'exactitude du diagnostic.

Après stabilisation de l'état du patient et normalisation des paramètres de laboratoire, un traitement de soutien constant à base de gluco et de minéralocorticoïde est attribué à chaque patient. Étant donné que la production de cortisol dans le corps a un certain rythme circadien, le médecin prescrit un certain schéma thérapeutique, habituellement 2/3 de la dose doivent être pris le matin et le tiers restant le jour.

Il convient de rappeler que les maladies infectieuses, même les infections virales respiratoires aiguës et saisonnières et les infections intestinales, les traumatismes, les chirurgies ainsi que les situations associées à un stress psycho-émotionnel intense constituent un stress physiologique pour le corps. Par conséquent, ils nécessitent une augmentation de la dose de médicament, parfois 2-3 fois, et dans les cas graves Au cours de maladies infectieuses, l'administration de médicaments par voie intramusculaire ou intraveineuse peut être nécessaire L'augmentation de la posologie des médicaments doit être convenue avec le médecin.

Avec le bon traitement, la qualité et l'espérance de vie des patients souffrant d'insuffisance surrénalienne sont presque les mêmes que chez les personnes en bonne santé. La présence d'autres maladies auto-immunes apparentées (dans la maladie d'Addison chez 50 à 60% des patients, une thyroïdite auto-immune est détectée) aggrave le pronostic pour les patients.

Quel médecin contacter

Lorsque l'insuffisance surrénalienne devrait se référer à l'endocrinologue. Un thérapeute, un neurologue, un gastro-entérologue, peut aider le patient à faire face à certains symptômes et complications de la maladie.

Insuffisance aiguë du cortex surrénalien

L’insuffisance aiguë du cortex surrénalien est une affection critique qui se manifeste par une forte diminution du contenu des hormones du cortex surrénal ou par une augmentation soudaine de leur besoin, non soutenue par une sécrétion adéquate.

Étiologie et pathogenèse

Facteurs prédisposants au développement d'une insuffisance surrénalienne aiguë:

  • insuffisance primaire du cortex surrénalien (maladie d'Addison);
  • surrénalectomie bilatérale;
  • Syndrome de Nelson (adénome hypophysaire réactif sur fond d'hypocorticisme après une surrénalectomie pour la maladie d'Itsenko-Cushing);
  • Syndrome de Schmidt (hypocorticisme et hypothyroïdie sur le fond de la thyroïdite auto-immune);
  • hémorragies dans les glandes surrénales avec prise non contrôlée d'anticoagulants, lors d'opérations chirurgicales, avec brûlure;
  • annulation de la thérapie glucocorticoïde;
  • thrombose ou embolie des veines des glandes surrénales sur fond de méningocoque, de streptocoque ou d'une autre septicémie (syndrome de Waterhouse-Friederiksen);
  • blessures traumatiques étendues, situations stressantes graves.

Le mécanisme déclencheur du développement de l'insuffisance aiguë du cortex surrénalien est la concentration dans le sang de glucocorticoïdes et de minéralocorticoïdes qui ne répondent pas aux besoins croissants et qui s'accompagne d'une défaillance de l'adaptation à une situation stressante. La carence en minéraux corticoïdes s'accompagne d'une violation de l'échange d'électrolytes - une perte brutale d'ions sodium et de chlorures, accompagnée d'une déshydratation et d'une diminution du volume sanguin en circulation. Dans le même temps, le niveau de potassium dans la cellule, le liquide intercellulaire et le sérum augmente. Un excès de potassium dans le muscle cardiaque provoque un affaiblissement de la fonction contractile du myocarde, une perturbation du rythme du rythme et une bradycardie.

L'absence de glucocorticoïdes entraîne des troubles dyspeptiques - vomissements et selles molles fréquemment, qui aggravent la déshydratation et aggravent l'absorption des glucides, ce qui, accompagné d'une diminution de la gluconéogenèse, s'accompagne d'une hypoglycémie. Avec la déshydratation, le débit sanguin rénal se détériore et le débit de filtration glomérulaire diminue.

La pathogenèse de l'insuffisance aiguë du cortex surrénalien implique des mécanismes complexes de métabolisme des électrolytes, des glucides et des protéines, accompagnée d'une activité altérée du système cardiovasculaire, du foie, du tube digestif et des reins.

Les symptômes

Symptômes initiaux: faiblesse soudaine, maux de tête, nausée, hypotension artérielle.

Stade des symptômes cliniques développés: frissons, vomissements répétés, douleurs abdominales, selles liquides fréquentes, baisse rapide de la pression artérielle, hypothermie, sueurs froides, pâleur de la peau avec signes de cyanose, surdité de tons cardiaques, pouls faible sur l’artère radiale ou son absence, confusion et perte de conscience, manifestations méningées possibles et crises épileptiformes, oligurie et anurie.

Le signe défavorable par pronostic est DIC.

Les signes cliniques se développent et progressent en quelques heures et peuvent être fatals si le patient ne reçoit pas de soins d'urgence. L'insuffisance aiguë du cortex surrénalien chez les personnes non atteintes de la maladie d'Addison, qui ne sont pas adaptées aux particularités du métabolisme et aux anomalies électrolytiques inhérentes à l'insuffisance surrénalienne chronique, se développe particulièrement rapidement et est sévère.

Diagnostics

Les critères de diagnostic de l'insuffisance aiguë du cortex surrénalien comprennent des informations anamnestiques sur la prise de corticostéroïdes, des anticoagulants, la présence d'une maladie auto-immune, une surrénalectomie bilatérale.

Avec un examen objectif, l'apparition soudaine et le développement rapide des symptômes, la pâleur et la cyanose de la peau et des muqueuses, une hypothermie ou une hyperthermie grave (si une insuffisance aiguë du cortex surrénal se développe sur le fond d'un état septique, une maladie infectieuse), une hypotension, un effondrement, une oligurie sont d'importance diagnostique. Avec la maladie d'Addison, la pigmentation de la peau est nettement améliorée.

Les critères de diagnostic supplémentaires incluent l'hyponatrémie et l'hypochlorémie, l'hyperkaliémie, l'hypoglycémie et les faibles taux de cortisol dans le sang. Sur l’ECG, il existe une violation de la conductivité, une onde T élevée, et une bradycardie résultant d’une hyperkaliémie. L’augmentation de l’hématocrite due à la déshydratation et aux signes d’acidose métabolique a une certaine valeur diagnostique.

Le diagnostic différentiel, en fonction du symptôme clinique principal, est réalisé avec un "abdomen aigu", une intoxication alimentaire, une hémorragie interne.

  1. "Ventre pointu"
    • Symptômes communs: apparition soudaine, douleurs abdominales, chute de la pression artérielle.
    • La différence entre l'insuffisance aiguë du cortex surrénalien réside dans l'absence de rigidité des muscles abdominaux, d'hyponatrémie, d'hyperkaliémie, de leucopénie sans augmentation des éléments de ponction dans la formule sanguine des neutrophiles.
  2. Intoxication alimentaire
    • Symptômes courants: nausée, vomissement, diarrhée, baisse de la pression artérielle, déshydratation.
    • La différence réside dans l’absence d’indication de l’utilisation d’aliments de mauvaise qualité, d’indicateurs normaux du coprogramme et de l’inefficacité des agents bactéricides et enzymatiques.
  3. Saignement interne
    • Symptômes généraux: début aigu avec faiblesse générale grave, pâleur de la peau, chute brutale de la pression artérielle.
    • La différence dans ce cas sera l’absence de signes d’anémie dans le test sanguin général, de faibles taux de sodium, d’hyperkaliémie et d’hypoglycémie.

Dans le cas du développement d'une insuffisance aiguë du cortex surrénal dans la maladie d'Addison, la cause de la crise addisonique est analysée séparément.

Traitement

En cas de suspicion d'insuffisance surrénalienne aiguë, une hospitalisation immédiate est indiquée pour le traitement pathogénétique intensif visant à corriger l'insuffisance hormonale, les anomalies électrolytiques, la déshydratation, l'hypotension et l'hypoglycémie. Le traitement est effectué dans une unité de soins intensifs.

L’absence de glucocorticoïdes et de minéralocorticoïdes est compensée par l’administration par voie intraveineuse de préparations à base d’hydrocortisone. La dose initiale de succinate de sodium d'hydrocortisone (sol-cortef) est de 100 à 150 mg par voie intraveineuse (injectée dans la phase préhospitalière). Dans le même temps, on injecte par voie intraveineuse 100 mg de succinate de sodium d'hydrocortisone sodique dans 500 ml d'une solution isotonique de chlorure de sodium ou une solution de glucose à 5% à une vitesse de 50 à 100 gouttes par minute pendant 3-4 heures.

La suspension d'hydrocortisone à une dose de 50 à 75 mg est administrée par voie intramusculaire toutes les 4 à 6 heures.En 1 jour, la dose totale d'hydrocortisone peut aller de 600 à 1 000 mg, en fonction de l'évolution clinique. Le contrôle de la correction de la dose d'hydrocortisone est l'état général, le niveau et la stabilité de la pression artérielle, de la diurèse, de la glycémie, des taux de potassium et de sodium.

En cas de pression artérielle instable, doxa est également administré dans 1 ml (5 mg) 2 à 3 fois par jour en une journée, sous le contrôle des taux de sodium et de potassium dans le sang.

Pour éliminer les signes de déshydratation, une solution isotonique de chlorure de sodium et une solution de glucose à 5% sont administrées par voie intraveineuse en 1 jour - jusqu'à 3,5 litres. L'introduction de glucose, associée à de fortes doses d'hydrocortisone, contribue au soulagement de l'hypoglycémie. Si, contrairement à l'introduction de solution de sodium isotonique, la teneur en sodium et en chlorures n'augmente pas, une solution à 10% de chlorure de sodium à une dose de 10 à 20 ml est également rationalisée.

Afin de stimuler la stéroïdogenèse, une solution d'acide ascorbique à 5% peut être administrée par voie intraveineuse dans les glandes surrénales (et 50 ml de la solution sont ajoutés au compte-gouttes).

Le plus défavorable pour les prévisions est le 1er jour d’insuffisance surrénalienne.

Le deuxième jour, le traitement intensif par perfusion intraveineuse de 100 mg de succinate de sodium d'hydrocortisone dans 500 ml de solution isotonique de chlorure de sodium se poursuit au bout de 4 à 6 heures sous contrôle de la pression artérielle. Avec une pression artérielle systolique inférieure à 100 ml de mercure. st. Doxa est également prescrit par voie intramusculaire à une dose de 1 ml (5 mg) 1-2 p / jour. La quantité totale de liquide de perfusion pour le deuxième jour est de 1,5 à 3 litres sous le contrôle de la diurèse et de la pression artérielle. Dans les 3 jours avec la stabilisation de l'hémodynamique et de la composition électrolytique du sang, vous pouvez passer à l'administration intramusculaire d'une suspension d'hydrocortisone à une dose de 50 à 75 mg toutes les 4 à 6 heures, et à la place de DOXA, administrer cortinep ou florinef à une dose de 0,1 à 0,2 mg / jour.

Dans le même temps, il est nécessaire de recommander une consommation abondante (eaux minérales de chlorure de sodium, jus de fruits, thé). Ensuite, pendant 4 à 5 jours, l'administration d'hydrocortisone par voie intramusculaire se poursuit à 25–50 mg 2 à 4 fois par jour sous le contrôle de la pression artérielle et du contenu d'électrolytes dans le sang. 8 à 10 jours après le début du traitement intensif, le patient peut être transféré à la réception de prednisolone par voie orale à une dose de 15 à 20 mg / jour, en association avec cortineum à une dose de 0,1 mg / jour.

Après une crise addisonique chez les patients présentant un hypocorticisme chronique, une dose adéquate d'hormones stéroïdes est recalculée et, en règle générale, elle augmente.

Prévention

Pour prévenir l'insuffisance aiguë du cortex surrénalien dans les lésions traumatiques, les maladies intercurrentes, en préparation des interventions chirurgicales, il est nécessaire d'augmenter la dose quotidienne de glucocorticoïdes et de minéralocorticoïdes de 2 à 3 fois. Si le patient ne reçoit que des glucocorticoïdes, ajouter de la cortinefe à une dose de 0,1 mg / jour. Pendant la chirurgie, sous anesthésie générale et pendant le travail, l'administration intraveineuse de sel-cortef (200 mg) ou d'acétate d'hydrocortisone par voie intramusculaire - 50 mg toutes les 4 heures est administrée sous le contrôle de la pression artérielle, des taux de potassium et de cortisol.

Il convient de rappeler qu'avec le traitement de substitution à long terme par les glucocorticoïdes, des signes de surdosage peuvent apparaître: augmentation de la pression artérielle, augmentation brutale du poids avec dépôt de la couche adipeuse sous-cutanée dans l'abdomen, hypotrophie des muscles des extrémités, rétention hydrique, hypernatrémie, hyperglycémie. Ces signes servent d'indication pour réduire la dose de médicaments hormonaux. Cependant, les symptômes d’une surdose d’hormones stéroïdes sont éliminés lentement et pendant 4 à 8 semaines.

Les causes de surdosage sont souvent l’utilisation à long terme de glucocorticoïdes synthétiques, en particulier de dexaméthasone. À cet égard, il n'est pas recommandé pour le traitement substitutif de l'hypocorticisme chronique.

Dans le traitement de l'insuffisance surrénale secondaire, la nécessité d'une dose quotidienne d'hormones est moindre et une compensation est obtenue en ne prenant que des glucocorticoïdes. Si l'hypocorticisme secondaire est accompagné d'hypothyroïdie, l'administration d'hormones thyroïdiennes n'est recommandée que dans le cadre de la compensation de l'insuffisance surrénale, car les hormones thyroïdiennes accélèrent la dégradation du cortisol et leur administration intempestive peut provoquer une insuffisance aiguë du cortex surrénal.

Lorsqu’un hypocorticisme associé à un ulcère gastrique ou à un ulcère duodénal est nommé, les minéralocorticoïdes sont nommés. Si la compensation de l'insuffisance surrénalienne n'est pas atteinte, de petites doses de glucocorticoïdes en association avec des préparations antiacides et des stéroïdes anabolisants sont également prescrites.

Si l'hypocorticisme est accompagné d'hypertension artérielle, l'administration de glucocorticoïdes à activité minéralocorticoïde faible (prednisone) est recommandée.

En cas d'association d'hypocorticisme et de diabète sucré, il est recommandé d'utiliser des minéralocorticoïdes qui n'activent pas la gluconéogenèse.

Insuffisance surrénale aiguë

Insuffisance surrénale aiguë

L'insuffisance surrénale aiguë ou crise addisonique est un syndrome clinique qui survient lorsqu'il y a une diminution soudaine et brutale de la production d'hormones par le cortex surrénalien. Parallèlement à une crise addisonique, un syndrome spécifique peut se développer dans lequel l’état d’insuffisance surrénalienne aiguë résulte du développement d’une crise cardiaque hémorragique des deux glandes surrénales chez des patients présentant un sepsis.

Causes de l'insuffisance surrénale aiguë

L'insuffisance surrénale aiguë se développe généralement chez les patients présentant une pathologie primaire ou secondaire des glandes surrénales. Un processus similaire peut se produire en l'absence de compensation pour l'insuffisance surrénale chronique ou à la suite de l'abolition des hormones glucocorticoïdes.

Il existe également une forme aiguë d'insuffisance surrénalienne qui, à la suite d'une hémorragie bilatérale des glandes surrénales, apparue dans le contexte du syndrome de coagulation intravasculaire disséminé, se développe généralement sans pathologie surrénalienne préalable. Les conditions pathologiques associées à une coagulation sanguine altérée, à une inflammation des parois vasculaires, à une intervention chirurgicale étendue et à des lésions entraînant de graves saignements, des brûlures graves, une intoxication, une asphyxie, des maladies infectieuses peuvent être à l'origine de la forme aiguë d'insuffisance surrénalienne aiguë.

L’insuffisance hypophysaire aiguë conduit également à une insuffisance surrénalienne aiguë en raison d’une production altérée et de la sécrétion d’hormones régulant le travail du cortex surrénalien. Le syndrome, accompagné d'infarctus hémorragique bilatéral des glandes surrénales, cause rare mais bien étudiée de l'insuffisance surrénalienne aiguë, provoque des états septiques causés par des streptocoques, des méningocoques, des pneumocoques et des bacilles de Pseudomonas.

Le mécanisme de développement de l'insuffisance surrénale aiguë

Toute forme d'insuffisance surrénale se développe à la suite d'une défaillance de la sécrétion des hormones du cortex surrénalien, en particulier du cortisol et de l'aldostérone, dont le manque conduit à une altération du métabolisme potasso-sodique et à une diminution du volume sanguin, entachée de nombreux troubles des systèmes cardiovasculaire et digestif. Chez les patients présentant une insuffisance surrénalienne d'origine centrale due au maintien du niveau normal de production d'aldostérone, le déséquilibre électrolytique et la déshydratation sont beaucoup moins prononcés.

Le mécanisme de développement de l'insuffisance surrénale aiguë est associé à une forte diminution jusqu'à un niveau critique ou à l'arrêt complet de la production d'hormones glucocorticoïdes par le cortex surrénalien. En raison de la déficience en hormones minéralocorticoïdes, une insuffisance circulatoire se développe, entraînant un choc hypovolémique résultant d'une diminution du taux de sodium dans le sang, puis du volume sanguin circulant.

Avec le syndrome de sevrage des hormones glucocorticoïdes, le mécanisme de développement de l'insuffisance surrénalienne aiguë est associé au blocage de la production de taux normaux d'hormone adrénocorticotrope en raison de la suppression prolongée de sa production.

L’insuffisance surrénalienne aiguë, apparue dans un contexte d’infarctus hémorragique des glandes surrénales, est associée au fait que des médiateurs inflammatoires sont libérés dans le sang, ce qui provoque des effets néfastes sur la paroi vasculaire, entraînant la formation de caillots sanguins à l’intérieur des vaisseaux, ce qui entraîne hémorragies dans les organes internes et sur la peau.

Signes d'insuffisance surrénale aiguë

Il existe plusieurs variantes de l'évolution clinique de l'insuffisance surrénale aiguë:

- forme cardiovasculaire de l'insuffisance surrénale aiguë, dans laquelle se manifestent les manifestations de l'insuffisance circulatoire aiguë - baisse brutale de la pression artérielle, accompagnée de transpiration excessive, faiblesse soudaine, sensation de froid dans les membres, arythmie cardiaque;

- forme gastro-intestinale d'insuffisance surrénale aiguë, dont les symptômes ressemblent à l'état d '"abdomen aigu", avec nausée, vomissements, diarrhée, douleurs aiguës dans l'abdomen;

- forme neuropsychiatrique ou méningo-encéphalique d'insuffisance surrénalienne aiguë, accompagnée de maux de tête, léthargie, dysfonctionnement de la conscience, hallucinations, évanouissements

Lorsque ces symptômes apparaissent, le patient doit être hospitalisé d'urgence. Dans sa forme pure, chacune des formes est rare, souvent leur combinaison. La crise addisonique peut durer de quelques heures à plusieurs jours. Avant la crise, le patient peut en très peu de temps. Les symptômes d’une crise imminente sont la faiblesse, des douleurs musculaires et une perte d’appétit. Dans certains cas, les symptômes cliniques de l'insuffisance surrénalienne aiguë se développent à la vitesse de l'éclair, sans signes antérieurs.

Méthodes de diagnostic de l'insuffisance surrénale aiguë

Pour identifier l'insuffisance surrénale aiguë, il faut tout d'abord recueillir l'anamnèse et déterminer si le patient est atteint de maladies surrénaliennes ou d'hypophyse (insuffisance surrénale chronique, dysfonctionnement congénital du cortex surrénalien, tumeurs surrénaliennes, syndrome de Cushing, interventions chirurgicales de l'hypophyse, etc.).

À l'examen, le patient a noté une pâleur de la peau, une cyanose des extrémités, une hypotension artérielle, des palpitations, un pouls filamenteux, une diminution du volume urinaire, des nausées accompagnées de vomissements indomptables, une diarrhée sanglante, des ballonnements. Si la forme neuropsychique de l'insuffisance surrénalienne aiguë prévaut, un examen physique entraîne des symptômes neurologiques focaux, la stupeur, la léthargie et des maux de tête.

Lors de l'examen de la peau chez les patients peuvent être détectés éruption stellaire hémorragique, ou une éruption cutanée sous la forme de pétéchies.

Une augmentation de la température corporelle en cas de crise accessoire n'est pas typique, sauf en cas de processus infectieux concomitant ou de déshydratation marquée.

Les méthodes de laboratoire pour l'étude de l'insuffisance surrénale aiguë sont réduites à la recherche:

- numération globulaire complète, qui peut être observée lymphocytose relative, ESR augmenté, éosinophilie;

- l'analyse biochimique du sang, qui permet de détecter une diminution du taux de sodium et une augmentation du taux de potassium, ainsi qu'une diminution de la concentration de glucose dans le sang;

- les niveaux hormonaux - cortisol et rénine, ainsi que le contenu en hormone adrénocorticotrope, dont le niveau augmente généralement avec l'insuffisance surrénalienne aiguë primaire et secondaire - restent inchangés ou légèrement réduits. Parfois, pour identifier les causes du développement de l'insuffisance surrénalienne aiguë, il est conseillé d'effectuer une hémoculture permettant d'identifier une affection septique et un coagulogramme fournissant des informations sur la coagulation sanguine et la possibilité de formation de caillots sanguins.

Parmi les méthodes d'investigation instrumentales pour le diagnostic de l'insuffisance surrénale aiguë, les plus informatives sont l'électrocardiographie (elle permet de détecter les arythmies), les rayons X (pour exclure les blessures et les processus inflammatoires dans les poumons), l'échographie abdominale (pour détecter un foyer infectieux) et l'imagerie par résonance magnétique.

Il est nécessaire, lors du diagnostic, de distinguer l’insuffisance surrénale aiguë de l’insuffisance circulatoire aiguë d’autre origine, une appendicite aiguë, une cholécystite, une pancréatite, une obstruction intestinale, une perforation d’ulcère gastrique ou duodénal.

Traitement de l'insuffisance surrénale aiguë

Le diagnostic d'insuffisance surrénalienne aiguë est une indication directe de l'hospitalisation d'un patient en unité de soins intensifs et des soins intensifs en raison du risque de développement fulminant de signes cliniques pouvant entraîner la mort. Les experts recommandent que, même en cas de suspicion d’insuffisance surrénalienne aiguë, le traitement hormonal substitutif soit instauré dès que possible. Si le patient entre dans le service à l’état inconscient, il installe d’abord un cathéter urinaire et une sonde gastrique afin de garantir le fonctionnement du système urinaire et de fournir des aliments extrêmement nécessaires dans un tel état.

Pour éliminer les signes de déshydratation, plusieurs litres de solution saline sont injectés par voie intraveineuse au patient, puis une solution de glucose à 5-10% est ajoutée. L’administration de solutions contenant du potassium et des diurétiques est contre-indiquée. En cas de diminution marquée de la pression artérielle et de vomissements répétés, une administration de 10 à 20 ml de chlorure de sodium à 10% est indiquée.

En tant que traitement hormonal substitutif, des préparations d'hydrocortisone sont utilisées, fournissant des effets glucocorticoïdes et minéralocorticoïdes à des doses importantes. Certains d'entre eux, en particulier l'hydrocortisone succinate, peuvent être administrés par voie intraveineuse et intramusculaire. Par exemple, l'acétate d'hydrocortisone en suspension est administré exclusivement par voie intramusculaire. En l'absence d'hydrocortisone, celle-ci peut être temporairement remplacée par la dexaméthasone.

L’administration intraveineuse de fortes doses d’hydrocortisone est poursuivie jusqu’à ce que le patient soit retiré de l’effondrement et jusqu’à ce que sa pression systolique dépasse 100 mmHg. st. Une fois l'état du patient stabilisé, la dose d'hormone est réduite à 150-200 mg / jour et administrée par voie intramusculaire.

Le traitement hormonal substitutif doit être effectué sous contrôle constant de la pression artérielle, du sodium, du potassium et de la glycémie. Si la stabilisation de la circulation sanguine normale en utilisant uniquement les hormones glucocorticoïdes n’est pas possible, des préparations supplémentaires du groupe des catécholamines et des analeptiques sont ajoutées au schéma de traitement. En cas de fièvre de nature infectieuse, des médicaments antibactériens sont prescrits aux patients.

Méthodes de prévention de l'insuffisance surrénale aiguë

Mesures préventives pour prévenir le développement de la surrénale aiguë

les carences consistent en:

- diagnostic précoce et traitement compétent des patients présentant une insuffisance surrénalienne chronique, suggérant que les règles de modification du schéma de traitement hormonal substitutif soient adaptées aux situations de stress, traumatismes et autres situations inhabituelles;

- traitement prophylactique avec des hormones glucocorticoïdes dans des situations à haut risque, par exemple dans des situations stressantes ou des interventions chirurgicales chez des patients qui ont pris ces hormones en raison de maladies de nature non endocrinienne;

- diagnostic précoce et correction des processus pathologiques conduisant au développement de l'insuffisance surrénale aiguë.

La posologie des médicaments hormonaux est choisie individuellement par l’endocrinologue après avoir évalué la santé et l’activité physique du patient.

Des consultations de patients atteints de maladies des glandes surrénales sont effectuées:

Sleptsov Ilya Valerievich,
chirurgien endocrinologue, docteur en sciences médicales, professeur de chirurgie avec un cours en endocrinologie chirurgicale, membre de l'Association européenne des chirurgiens endocriniens

Rebrova Dina Vladimirovna,
Endocrinologue, candidat des sciences médicales.
Assistant du département d'endocrinologie nommé d'après l'académicien VG Baranov de l'Université de médecine du Nord-Ouest nommé d'après I.I. Mechnikov.
Membre de la Société européenne des endocrinologues, Communauté internationale d'endocrinologie, Association des endocrinologues de Saint-Pétersbourg.

Fedorov Elisey Alexandrovich,
Endocrinologue de la catégorie de qualification la plus élevée, candidat des sciences médicales, spécialiste du Centre d'endocrinologie du Nord-Ouest. L'un des chirurgiens les plus expérimentés de Russie effectuant des opérations sur les glandes surrénales. Les opérations sont réalisées avec un accès rétropéritonéoscopique minimalement traumatique à travers des ponctions lombaires, sans incisions.

- Succursale Petrogradsky (Saint-Pétersbourg, avenue Kronverksky, 31, à 200 mètres de la station de métro Gorkovskaya, téléphone pour l'enregistrement (812) 498-10-30, de 7h30 à 20h00);

- Primorsky Branch (Saint-Pétersbourg, rue Savouchkina, 124, bâtiment 1, à 250 mètres à droite de la station de métro Begovaya, téléphone pour enregistrement (812) 344-0-344 de 7h00 à 21h00 en semaine et de 7h00 à 19h00 le week-end).

Pour consultation, veuillez apporter tous les résultats de votre sondage.

ATTENTION DES PATIENTS!

Actuellement, le Centre d'endocrinologie du Nord-Ouest procède à un examen gratuit des patients atteints de néoplasmes surrénaliens dans des conditions stationnaires. L'enquête est réalisée dans le cadre du programme CHI (assurance maladie obligatoire) ou du programme SMP (soins médicaux spécialisés). Le patient passe 3 à 4 jours dans un hôpital situé à l'adresse suivante: Saint-Pétersbourg, quai de la rivière Fontanka, 154. Dans le cadre de l'examen, le diagnostic est clarifié et une décision est prise quant à la pertinence du traitement chirurgical d'une tumeur surrénalienne. L'examen est effectué sous la supervision des endocrinologues et des chirurgiens endocriniens du centre.

Pour enregistrer l'hospitalisation gratuite des patients non résidents, vous devez envoyer une copie des documents (passeport: page avec photos et données de base, page avec l'enregistrement; police d'assurance maladie obligatoire, SNILS, résultats des examens existants - une liste détaillée est présentée ci-dessous) à l'adresse [email protected]

Les questions sur l'hospitalisation peuvent être posées à l'endocrinologue Maria Vasilyeva Evgenievna par téléphone au 7 931 2615004 (en semaine, de 9 à 17 heures).

La liste des examens nécessaires doit inclure la liste suivante (en l’absence des résultats des études énumérées, ils doivent être complétés dans tous les cas):

  • Scanner ou IRM de la cavité abdominale, s'il n'y a qu'une échographie, il est nécessaire d'effectuer un scanner de la cavité abdominale sans contraste, indiquant la densité native de la tumeur surrénalienne (cet item, si nécessaire, imprimez-la et montrez-la au médecin avant l'examen).

Les paramètres de laboratoire suivants doivent être déterminés:

  • Aldostérone, rénine, potassium sanguin, en cas de prise de médicaments diurétiques, leur annulation préalable est obligatoire pendant trois semaines (les tests sont effectués le matin de 8 à 9 heures du matin avant de rester assis pendant 15 minutes), après avoir pris ces tests sanguins, ils ont repris leurs médicaments antérieurs;
  • Analyse de l'urine ou du sang quotidiens pour les métanéphrines générales;
  • En effectuant un test avec 1 mg de dexaméthasone (le soir, à 23 heures, en prenant 2 comprimés de dexaméthasone, en déterminant le niveau de cortisol dans le sang dès le lendemain matin de 8 à 9 heures), l'analyse est effectuée séparément des autres, enfin.

Il n’est pas nécessaire d’aller à l’hôpital pour les examens énumérés, ceux-ci peuvent être effectués au lieu de résidence ou dans le laboratoire le plus proche.

Les patients de Saint-Pétersbourg doivent de préférence être contactés avant d'entrer dans la clinique pour consultation interne (entrée par téléphone au (812) 344-0-344, succursale du centre de Primorsky, adresse: Savushkina st. 124, bld.1, entrée au téléphone (812 ) 498-1030, succursale du centre de Petrograd, adresse: Kronverksky pr., 31).

Corticostome

Corticostome - néoplasme hormonalement actif du cortex surrénalien, qui se manifeste par des symptômes d'hypercortisolisme (syndrome d'Itsenko-Cushing)

Chirurgie surrénale

Le Centre d'endocrinologie du Nord-Ouest est le chef de file des opérations sur les glandes surrénales avec accès rétropéritonéal minimalement traumatique. Les opérations sont largement effectuées gratuitement selon les quotas fédéraux.

Tumeurs surrénales

Les tumeurs surrénales sont actuellement détectées chez 2 à 5% des habitants de notre planète. La décision sur la nécessité de traiter les tumeurs surrénaliennes repose sur des données d'enquête, qui devraient être de la responsabilité des spécialistes - endocrinologues ou endocrinologues.

Ablation des glandes surrénales

L'exérèse des glandes surrénales est une opération qui ne devrait être confiée qu'à des spécialistes expérimentés dans le domaine de la chirurgie endocrinienne, qui disposent d'une base matérielle solide, de connaissances modernes et d'une expérience dans le domaine de la chirurgie surrénalienne.

Insuffisance surrénale chronique

L'insuffisance surrénale (insuffisance surrénalienne) est l'une des maladies les plus graves du système endocrinien, caractérisée par une diminution de la production d'hormones par le cortex surrénalien (glucocorticoïdes et minéralocorticoïdes).

Analyses à Saint-Pétersbourg

L'une des étapes les plus importantes du processus de diagnostic est la réalisation des tests de laboratoire. Le plus souvent, les patients doivent effectuer une analyse de sang et une analyse d’urine, mais souvent, d’autres matériels biologiques font l’objet de recherches en laboratoire.

Consultation de l'endocrinologue

Les spécialistes du Centre d'endocrinologie du Nord-Ouest diagnostiquent et traitent les maladies des organes du système endocrinien. Les endocrinologues du centre reposent dans leurs travaux sur les recommandations de l’Association européenne des endocrinologues et de l’Association américaine des endocrinologues cliniques. Les technologies diagnostiques et thérapeutiques modernes fournissent le résultat optimal du traitement.

Consultation avec un chirurgien-endocrinologue

Chirurgien endocrinologue - médecin spécialisé dans le traitement des maladies des organes du système endocrinien nécessitant le recours à des techniques chirurgicales (traitement chirurgical, interventions peu invasives).

Analyse de l'ACTH

Le test ACTH est utilisé pour diagnostiquer les maladies associées à un dysfonctionnement du cortex surrénal, ainsi que pendant le suivi après le retrait rapide des tumeurs.

Échographie des glandes surrénales

Échographie des glandes surrénales - une étude visant à décrire la taille et la structure interne des glandes surrénales. Est réalisée simultanément avec une échographie du rein

Insuffisance surrénale

Causes de l'insuffisance surrénale

L'insuffisance surrénale est aiguë et chronique. L'insuffisance chronique du cortex surrénalien peut être primaire et secondaire.

L'insuffisance primaire du cortex surrénalien (maladie d'Addison) provient de la destruction du tissu de la glande surrénale elle-même. L’insuffisance surrénalienne primaire se développe si moins de 10-15% du tissu surrénal est stocké et fonctionne.

Les facteurs prédisposants de l’insuffisance surrénalienne primaire incluent:
maladies infectieuses (syphilis, tuberculose, maladies fongiques des glandes surrénales); amylose surrénale; Infection par le VIH; atrophie idiopathique du cortex surrénalien (processus auto-immun, alors que dans le corps, pour une raison inconnue, le système de contrôle immunitaire est perturbé et des auto-anticorps se forment qui détruisent les cellules de leurs propres glandes surrénales).

L'insuffisance secondaire du cortex surrénalien survient dans les maladies du cerveau entraînant des lésions de l'hypophyse ou de l'hypothalamus (tumeurs cérébrales, lésions cranio-cérébrales, après des opérations sur le cerveau, après une radiothérapie, avec diverses intoxications), qui contrôlent normalement les glandes surrénales.

L'insuffisance surrénale aiguë ou crise addisonique est un coma aigu.

L'insuffisance aiguë du cortex surrénal peut développer:

• dans le contexte de l’insuffisance chronique déjà existante en hormones surrénaliennes;
• en cas d'ablation chirurgicale des glandes surrénales pour la maladie de Itsenko-Cushing (syndrome de Nelson);
• en cas d'annulation brusque des glucocorticoïdes prescrits pour le traitement.
La cause de l'insuffisance surrénale aiguë peut devenir une thyroïdite auto-immune (syndrome de Schmidt).

L'insuffisance aiguë du cortex surrénalien peut survenir chez un nouveau-né en raison d'une hémorragie des glandes surrénales au cours d'un travail dur et prolongé, d'un traumatisme à la naissance ou des effets de diverses infections. Cette condition s'appelle le syndrome de Waterhouse-Frideriksen. Chez les adultes et les personnes âgées, une hémorragie des glandes surrénales peut se produire à la suite de lésions de l'abdomen et du thorax, accompagnées d'une surdose d'anticoagulants, lors d'interventions chirurgicales, de sepsis, de péritonite et de brûlures.

Avec une insuffisance du cortex surrénalien, les hormones glucocorticoïdes et minéralocorticoïdes dans le sang de leurs hormones diminuent fortement. Dans le même temps, le corps perd sa capacité d'adaptation à une situation stressante.

Symptômes caractéristiques de l'insuffisance surrénale

Insuffisance surrénale primaire (maladie d'Addison) - est relativement rare et survient à tout âge et des deux sexes.

L'insuffisance surrénale primaire commence généralement progressivement. Au début, il y a des plaintes de faiblesse, de fatigue, surtout le soir. Parfois, cette faiblesse ne survient qu'après un exercice ou des situations stressantes. L'appétit s'aggrave, les patients souffrent souvent de rhumes. Apparaît une mauvaise tolérance au rayonnement solaire, accompagnée d'un bronzage persistant.

Avec la maladie d’Addison, la faiblesse musculaire devient plus prononcée. Le patient est difficile à effectuer aucun mouvement. Même la voix devient calme. Le poids corporel est réduit. Presque tous les patients développent une hyperpigmentation persistante (coloration accrue de la peau), en particulier dans les endroits où les vêtements frottent, dans les zones découvertes du corps exposées aux coups de soleil, la couleur des mamelons, des lèvres et des joues augmente. Il y a une diminution persistante de la pression artérielle, une accélération du rythme cardiaque. Il existe des troubles du tractus gastro-intestinal: nausée, vomissements, constipation, alternant avec la diarrhée. La quantité de glucose dans le sang diminue. Le travail des reins, souvent manifesté par une miction nocturne, est altéré. Du côté du système nerveux central, l’attention, la mémoire et les états dépressifs sont altérés. Chez les femmes, en raison d'un manque d'androgènes, les poils pubiens et axillaires tombent.

Chez les patients présentant une insuffisance secondaire du cortex surrénalien, on observe la plupart des mêmes signes et symptômes que chez les patients atteints de la maladie d'Addison, mais ils se caractérisent par l'absence d'hyperpigmentation.

Les caractéristiques de la crise addisonique sont les suivantes: insuffisance cardiovasculaire, baisse de la pression artérielle, troubles gastro-intestinaux (vomissements incontrôlables, selles molles), troubles neuropsychiques.

Prévisions

Le pronostic chez les patients atteints de la maladie d'Addison dépend principalement de la prévention et du traitement des crises d'Addison. En cas d'infection, de traumatisme, y compris d'opération, de troubles gastro-intestinaux ou d'autres types de stress, il est nécessaire d'augmenter immédiatement la dose de l'hormone prise. Le traitement doit être orienté vers une augmentation rapide du taux de glucocorticoïdes dans le sang et le remplacement des carences en sodium et en eau.

Que peut faire votre médecin?

Le diagnostic des stades précoces de l'insuffisance surrénale est souvent difficile. Cependant, de légères violations du tractus gastro-intestinal avec perte de poids, perte d'appétit et suspicion de pigmentation accrue justifient la réalisation de tests de provocation spéciaux pour exclure l'insuffisance surrénalienne, en particulier avant le début du traitement hormonal substitutif. Tous les patients atteints de la maladie d'Addison doivent recevoir un traitement de substitution spécifique contenant des hormones: glucocorticoïdes et minéralocorticoïdes.

Lors du traitement de patients atteints de la maladie d'Addison, le poids corporel, le taux de potassium sérique et la pression artérielle doivent être enregistrés périodiquement.

Le traitement substitutif par les glucocorticoïdes chez les patients présentant une insuffisance secondaire du cortex surrénalien ne diffère pas de celui des patients atteints de la maladie d’Addison. La thérapie de remplacement minéralocorticoïde n'est généralement pas nécessaire. À tous les autres égards, le traitement des patients présentant une insuffisance secondaire du cortex surrénalien repose sur les mêmes principes.
Une thérapie de substitution adéquate avec des hormones corticostéroïdes sous contrôle constant est la méthode la plus efficace pour prévenir une crise addisonique.

Que pouvez vous faire

Si les symptômes ci-dessus apparaissent, vous devez immédiatement consulter un médecin. Si cette maladie n'est pas traitée, une crise addisonique peut survenir à tout moment, ce qui est difficile à traiter et peut entraîner la mort.

Plus D'Articles Sur Les Reins