Principal Tumeur

Mictions fréquentes chez les femmes

Un adulte en moyenne visite les toilettes 5 à 10 fois par jour et il peut contrôler librement le processus de miction. Si ce taux augmente, il y a lieu de consulter un médecin pour un examen du système génito-urinaire. Les mictions fréquentes chez les femmes ne sont généralement pas un signe de pathologie. Lorsque l’hypothermie, l’abus d’alcool, la prise de certains groupes de médicaments ou dans des situations stressantes, le désir peut se produire beaucoup plus souvent que d’habitude.

Causes de mictions fréquentes sans douleur

Les causes profondes du fait qu'une femme souhaite souvent aller un peu aux toilettes, peuvent être différentes, souvent elles ne sont pas associées à des maladies. Quatre facteurs principaux expliquent les envies fréquentes. La première place est occupée par les pathologies du système urinaire. De plus, le besoin constant peut être un signe secondaire du développement d'une maladie. Les stimuler peuvent également prendre des médicaments ou la mise en œuvre de tout processus physiologique dans le corps de la femme. Considérez les causes les plus courantes de miction abondante et sans douleur chez les filles:

  • La cystite En raison des caractéristiques anatomiques chez les femmes, la maladie survient trois fois plus souvent que chez le sexe fort. Le stade initial ne provoque pas de douleur, mais une cystite tardive apporte un fort inconfort à la fille. Un symptôme caractéristique de la maladie - la vessie, même après la miction, peut sembler vide. Avec la progression de la maladie, l'urine devient trouble.
  • Pyélonéphrite. Des mictions fréquentes chez la femme adulte peuvent indiquer le développement d'une maladie rénale - pyélonéphrite chronique. Parfois, la maladie s'accompagne d'une sensation de tiraillement désagréable dans la région lombaire. Si la pathologie s'aggrave, la température corporelle commence à augmenter, des nausées et une faiblesse apparaissent, vous pouvez voir du sang ou du pus dans l'urine.
  • Des pierres dans la vessie. Un besoin constant chez les femmes peut être un signe de lithiase urinaire. Le désir de vider la vessie survient brusquement et de manière inattendue, en règle générale, après avoir fait du sport ou tremblé dans les transports. En train d'uriner, une femme atteinte de lithiase urinaire note l'interruption du jet et, dans certains cas, ressent une gêne au bas de l'abdomen.
  • Corset de muscle de la vessie faible. Le principal symptôme est une miction fréquente avec une petite quantité d'urine excrétée. Les femmes ressentent un vif désir urgent de se rendre aux toilettes. Cette pathologie étant congénitale, le seul moyen de résoudre le problème consiste à exercer les muscles abdominaux.
  • Vessie hyperactive. L'amplification des signaux nerveux fournis est interprétée par le cerveau comme une envie pressante d'uriner. Le traitement de la maladie vise à supprimer l'excitabilité pathologique du système nerveux.
  • Quand la grossesse. Au début de la période, le besoin fréquent d'uriner est dû à une modification du fond hormonal d'une femme et à une augmentation de la taille de son utérus. Au deuxième trimestre, le désir de vider constamment la vessie n’est pas justifié du point de vue physiologique, mais peut indiquer le développement de pathologies. À la fin du terme, la pression de la tête de l'enfant et de l'utérus dilaté sur la vessie augmente, de sorte que le désir de vider apparaît plus souvent que d'habitude.
  • Pathologie gynécologique. Une urine abondante peut être un symptôme de fibromes utérins (tumeur bénigne qui exerce une pression sur la vessie). Avec le développement de la maladie peut perturber le cycle de la menstruation. Si une femme a un trouble congénital - l'utérus est omis, besoin fréquent dû au déplacement des organes pelviens.
  • Pathologie endocrinienne. Souvent, des aller-retours constants aux toilettes sont le signe d’un diabète. En même temps, ces symptômes apparaissent: fatigue, démangeaisons de la peau, soif. Si une femme a constamment soif, on peut aussi parler de diabète insipide, caractérisé par une augmentation du volume d'urine jusqu'à 5 litres par jour.
  • Maladies cardiovasculaires. Lorsque l'insuffisance cardiaque, en plus d'augmenter la fréquence des mictions, un œdème cutané se produit.
  • Facteurs physiologiques L’alimentation, l’excitation, le stress et le manque d’oxygène dans les cellules sont des causes fréquentes de l’excrétion accrue de l’urine chez les femmes.
  • Réception des préparations. Une miction excessive est parfois provoquée par la prise de diurétiques, prescrits pour le traitement de la prééclampsie, de l'hypertension ou de l'œdème.

Symptômes pouvant accompagner des mictions fréquentes

Voici les principaux symptômes qui accompagnent la maladie:

  • Les douleurs indiquent une forme aiguë de cystite. De plus, à propos de la présence d'une pathologie, on dit une vidange incomplète de la vessie.
  • La brûlure après avoir uriné chez la femme est un symptôme d'infection des voies urinaires ou d'hygiène inadéquate de la zone intime. De plus, le sentiment de brûlure et de démangeaisons peut être un signe d'intolérance individuelle à l'égard du moyen de contraception choisi ou d'une consommation excessive d'aliments épicés.
  • Des températures à impulsions constantes peuvent indiquer une tuberculose urogénitale ou certaines maladies sexuellement transmissibles.
  • La douleur dans la région lombaire est un symptôme fréquent de la pyélonéphrite, moins souvent, elle parle de tuberculose urogénitale.
  • La décharge de pus se produit lorsque l'urétrite de forme avancée, la gonorrhée, la chlamydia.
  • Une gêne dans la région pelvienne (bas de l'abdomen) est ressentie par les femmes atteintes de diverses maladies gynécologiques ou d'une infection des voies urinaires.
  • La douleur à la fin de la miction indique une urétrite ou une cystite aiguë.
  • Le retard des menstruations avec des mictions fréquentes peut indiquer une grossesse.

Quel médecin contacter

L'envie fréquente d'uriner chez les femmes est un inconvénient majeur. Cependant, ils n'indiquent pas toujours la présence de la maladie. S'il n'y a pas d'autres symptômes et que la fréquence d'aller aux toilettes ne dépasse pas 10-12 par jour - il n'y a aucune raison de paniquer. Mais la miction douloureuse chez les femmes ne peut pas être ignorée, alors contactez immédiatement un gynécologue, un médecin généraliste ou un urologue. Le spécialiste déterminera ce qui provoque des visites fréquentes aux toilettes et, si nécessaire, choisira un traitement adéquat.

Traitement des mictions fréquentes chez les femmes

Le traitement des mictions fréquentes chez la femme est choisi par le médecin en fonction du diagnostic. Donc, si le diabète sucré est la cause de ce symptôme, il est nécessaire de corriger le taux de glucose avec des préparations spéciales impliquant une administration à long terme. Pour vous débarrasser des calculs urinaires provoquant des envies fréquentes, utilisez des ultrasons ou un traitement médicamenteux conservateur.

Comment traiter l'arthrite réactive, qui a provoqué le désir constant de vider la vessie? Le médecin prescrit ensuite des antibiotiques, par exemple «Azithromycine» ou «Doxycilline». Réduire la quantité d'urine pendant la ménopause est possible avec l'aide de médicaments hormonaux. Si les visites fréquentes aux toilettes sont la cause d’une carence en fer dans le corps de la femme, le médecin vous prescrit des pilules à base de cette substance (Ferroplex, Maltofer). Considérez le traitement des maladies les plus courantes qui causent une urine abondante:

  • Des antibiotiques sont prescrits pour le traitement de la cystite aiguë (Monural, Nofroloxacin). Si une microflore spécifique est découverte, une femme doit suivre un traitement antifongique, antiviral ou antimicrobien. En outre, vous pouvez appliquer des remèdes populaires. Pour cela, 1 cuillère à soupe. l les graines d'aneth broyées sont brassées dans une tasse d'eau bouillante, insistez pendant 2-3 heures et buvez 80-100 ml deux fois par jour.
  • Lorsque le traitement par bactériurie vise à éliminer la source de l'infection. Le médecin prescrit à la femme des antibiotiques, des sulfanilamides et des uroantiseptiques (Cyston, Canephron, Monural). Dans le même temps, des médecines alternatives sont utilisées: tisanes, décoction d’herbes pour la nuit.
  • Pour le traitement des IST (infections sexuellement transmissibles), il est nécessaire d'identifier l'agent pathogène, puis de déterminer sa sensibilité à différents antibiotiques et de choisir celui qui est le plus efficace. Les IST sont souvent prescrits «Vagilak», «Doxycilin», «Fluconazole» et autres.

Vidéo sur les causes et le traitement des mictions fréquentes

Le volume et la fréquence des mictions varient d'une femme à l'autre. Cependant, le rythme physiologique est parfois confus et il peut exister un besoin accru de vider la vessie. Ce symptôme s'accompagne parfois de douleurs dans le bas de l'abdomen, ce qui signifie que la fille doit consulter un médecin. Après avoir regardé la vidéo ci-dessous, vous apprendrez quelle peut être la cause de cette envie constante et comment les pathologies qui en ont été la cause principale sont traitées.

Les informations présentées dans l'article sont à titre informatif seulement. Les matériaux de l'article n'appellent pas d'auto-traitement. Seul un médecin qualifié peut diagnostiquer et conseiller un traitement en fonction des caractéristiques individuelles d'un patient particulier.

Mictions fréquentes chez les femmes sans douleur - causes et traitement

Les mictions fréquentes chez les femmes sont courantes. Il peut être associé à toute pathologie ou manifestation d'un état physiologique particulier. Les mictions fréquentes sont désignées par le terme "pollakiurie".

Beaucoup de femmes sont confrontées à un problème aussi délicat dans le monde moderne. Les causes de mictions fréquentes chez les femmes sans douleur peuvent être très différentes et ne nécessitent donc pas de comparer votre cas à celui d'un ami. Cette condition ne cause aucun inconvénient, les femmes ne sont donc pas toujours pressées de consulter leur médecin, ce qui est une erreur.

Normalement, une femme visite les toilettes pour un petit besoin 10-13 fois par jour. Si ce chiffre est beaucoup plus élevé, il s'agit du premier signal d'inquiétude. Surtout devrait être prudent lorsque la miction est accompagnée d'une douleur dans le bas-ventre.

Dans cet article, nous examinerons les raisons pour lesquelles les femmes ont fréquemment besoin d'uriner, les causes de cette affection, ainsi que les méthodes modernes de diagnostic et de traitement.

Y a-t-il des normes?

Chaque corps féminin a ses propres normes, il est donc impossible de dire avec certitude à quel point chaque personne doit marcher avec un petit chaque jour. Beaucoup de facteurs. Combien de liquide que vous consommez pendant la journée, autant de voyages et d’augmentations ou diminutions du taux de miction.

En règle générale, si les mictions fréquentes sont pathologiques, elles sont accompagnées d'un ou plusieurs symptômes:

  • sensation de brûlure, douleur ou démangeaisons dans l'urètre lorsque la vessie est vide;
  • le volume insignifiant d'urine libéré pendant la miction (normalement 200-300 ml);
  • si la fréquence des mictions perturbe le rythme normal de la vie (crée un inconfort au travail ou pendant la nuit).

Si vous allez aux toilettes jusqu'à 10 fois par jour et 1 à 2 fois la nuit et que vous ne présentez pas d'autres symptômes inhabituels, vous n'avez pas à vous inquiéter.

Causes de mictions fréquentes chez les femmes

Chez les femmes, mictions fréquentes sans douleur, souvent dans des situations associées aux processus naturels du corps. Ces facteurs incluent notamment:

  • consommer de grandes quantités de liquide;
  • prendre certains médicaments, tels que les diurétiques;
  • utiliser des infusions ou des décoctions d'herbes ayant un effet diurétique prononcé;
  • porter un enfant;
  • pendant la ménopause;
  • l'hypothermie;
  • situations stressantes ou agitation intense;
  • chez les femmes plus âgées.

Les anomalies pathologiques dans le corps d'une femme peuvent également provoquer des mictions fréquentes, qui peuvent être accompagnées de douleur et peuvent ne pas:

  1. Le diabète. Les signes de miction fréquente chez les femmes sans douleur peuvent apparaître dans le diabète sucré, lorsque la glycémie reste élevée pendant longtemps. La soif qui se présente dans ce cas a pour conséquence qu'une femme consomme une grande quantité de liquide, ce qui la pousse abondamment et va souvent aux toilettes «de façon modeste».
  2. La cystite La cystite aiguë se caractérise par des mictions fréquentes et douloureuses, l'apparition de sang dans les urines, des douleurs à la vessie et au périnée. Ces symptômes sont également observés dans la forme chronique de la maladie pendant les périodes d'exacerbation. Le plus souvent, l'agent causal est E. coli. La bactérie pénètre dans la vessie par l'urètre, est fixée sur les parois de la vessie et commence à éroder la membrane muqueuse.
  3. Pyélonéphrite. Des mictions fréquentes et des douleurs douloureuses prolongées sont les symptômes de la pyélonéphrite. Pendant l’exacerbation, il y a une faiblesse, des frissons, des nausées, une forte augmentation de la température. La pyélonéphrite est traitée pendant longtemps. Des analgésiques, des antispasmodiques, des antibactériens sont prescrits.
  4. Dysfonctionnement des muscles pelviens de nature neurologique. Lorsque des troubles neurologiques surviennent, des problèmes d'innervation des muscles chargés de vider la vessie entraînent une modification de la fréquence des mictions.
  5. Urolithiase. À mesure que les conglomérats de sels augmentent, l'augmentation de la douleur complique progressivement les mictions fréquentes.
  6. Maladies du coeur et des vaisseaux sanguins. Des mictions fréquentes provoquent des problèmes de vaisseaux sanguins et une insuffisance cardiaque. Le processus est aggravé la nuit. Une activité de jour intense peut entraîner un œdème. Ils descendent la nuit et sont exprimés dans les mictions fréquentes. Les mesures thérapeutiques sont de nature étiologique, elles devraient compenser l'insuffisance cardiaque.
  7. Maladies gynécologiques. L'une des pathologies courantes à l'origine de ce symptôme après 35 ans est celle des fibromes utérins négligés. C'est une tumeur bénigne qui appuie sur la vessie. Chez les filles plus jeunes, l'augmentation de la miction peut être causée par des MST, ainsi que par des vaginites d'étiologies diverses, etc. Le problème devient parfois une conséquence du prolapsus de l'utérus.
  8. Insuffisance rénale chronique. Il peut se développer en raison de certaines affections chroniques du système excréteur. La cause la plus fréquente est la glomérulonéphrite, la pyélonéphrite, la lithiase urinaire, l'amylose rénale, la maladie polykystique et d'autres anomalies du développement de cet organe. L’une des premières manifestations de l’insuffisance rénale est une miction nocturne fréquente, ainsi qu’une augmentation du besoin de jour.
  9. Lésion de la moelle épinière. Vous ne pouvez pas ignorer le fait d'effets mécaniques sur la colonne vertébrale.
  10. Infections génitales. Ils conduisent à une inflammation de l'urètre et son irritation provoque l'apparition d'une envie fréquente d'uriner. Même le muguet banal peut conduire à la nécessité d'aller aux toilettes plus souvent que d'habitude.

Il est important de comprendre que sans traitement approprié des mictions fréquentes chez la femme, les symptômes d'une éventuelle maladie peuvent se transformer en une forme chronique et, à l'avenir, affecter négativement le système de reproduction ou avoir de graves conséquences pour la santé.

Comment traiter les mictions fréquentes chez les femmes?

Parler du traitement des mictions fréquentes chez la femme n'est possible qu'après la détection de la maladie qui l'a provoquée. Après tout, les schémas de traitement de diverses pathologies sont significatifs, et parfois même radicalement différents les uns des autres.

Par conséquent, lorsque le besoin urgent d’uriner a commencé, il faut d’abord exclure les causes physiologiques de ce phénomène:

  • une alimentation enrichie d'aliments ou de boissons à effet diurétique, d'abus de café, de boissons alcoolisées;
  • situations stressantes;
  • la grossesse
  • l'hypothermie;
  • prendre certains médicaments, tels que les diurétiques.

Les principales indications pour aller chez le médecin sont les suivantes:

  • brûlures et crampes pendant la miction;
  • douleur abdominale basse;
  • faiblesse générale dans le corps;
  • retard ou incontinence;
  • écoulement (sanglant) des organes génitaux;
  • manque d'appétit.

Selon la cause identifiée, après avoir réussi l'examen, une femme peut se voir attribuer:

  • antibiothérapie;
  • pré et probiotiques;
  • antispasmodiques;
  • médicaments hormonaux;
  • des analgésiques;
  • les uroantiseptiques;
  • les sédatifs;
  • physiothérapie, y compris UHF, iontophorèse, électrophorèse, inductothermie, etc.
  • Thérapie par l'exercice, y compris les exercices de Kegel;
  • phytothérapie.

Cependant, même les mictions fréquentes sans douleur, qui sont préoccupantes depuis longtemps, ne doivent pas être négligées. Ne négligez pas votre santé, car seule une visite opportune chez le médecin vous aidera à connaître les causes réelles du problème et à vous prescrire un traitement efficace.

Quel médecin contacter

Avec des mictions fréquentes, vous devez contacter le thérapeute et vous soumettre à un premier examen: passer des tests sanguins et urinaires, passer une échographie des voies urinaires. En cas de maladie rénale, il doit être traité par un néphrologue, et dans la pathologie de la vessie - par un urologue. Le diabète (sucre et non sucre) est traité par un endocrinologue.

Quelles sont les causes des mictions fréquentes chez les femmes?

Les mictions fréquentes chez les femmes sont un phénomène assez commun, qui peut être de nature physiologique ou pathologique. En médecine, cette affection est désignée par le terme "polyurie". Vider la vessie jusqu'à 10 fois par jour est considéré comme normal. Si l'envie d'uriner survient beaucoup plus souvent et s'accompagne de douleurs dans le bas de l'abdomen, il s'agit d'une cause d'inquiétude sérieuse nécessitant une consultation chez le médecin.

Mictions fréquentes chez les femmes - les principales raisons

Il est difficile de déterminer le taux exact du besoin d’uriner, c’est à bien des égards une caractéristique individuelle qui peut changer sous l’influence de divers facteurs. Le taux moyen est considéré comme étant de 6 à 10 envies par jour. S'il y a une augmentation multiple de la norme moyenne, y compris la nuit, il est nécessaire de déterminer la cause de cette affection.

Toutes les raisons contribuant à l'augmentation de la diurèse peuvent être divisées en 2 catégories:

Les mictions fréquentes chez les femmes peuvent être dues à des raisons physiologiques. Ceux-ci comprennent:

  1. forte consommation d'alcool (y compris les boissons gazeuses ou alcoolisées);
  2. utilisation de produits aux propriétés diurétiques (pastèques, canneberges, concombres, melons, etc.);
  3. prendre des diurétiques ou des médicaments augmentant le diurez;
  4. l'hypothermie;
  5. situations stressantes;
  6. grande excitation, peur;
  7. utilisation d'infusions aux herbes avec un effet diurétique;
  8. la grossesse
  9. changements hormonaux dans le corps pendant la ménopause;
  10. la vieillesse

Si la fréquence des mictions augmente en raison des raisons physiologiques énumérées ci-dessus, aucun traitement n'est requis. Cette condition est considérée comme une variante de la norme.

Les mictions fréquentes chez les femmes enceintes sont dues au fait que la croissance de l'utérus exerce une pression sur les organes environnants et la vessie. Pendant la ménopause, la production d’hormones sexuelles féminines ralentit puis s’arrête complètement, ce qui entraîne une diminution du tonus de la vessie, une diminution de son élasticité et sa capacité à s’étirer. De tels changements entraînent une augmentation de la fréquence des pulsions.

Les causes pathologiques des mictions fréquentes chez les femmes sont associées à des maladies chroniques ou à des processus infectieux-inflammatoires affectant le système génito-urinaire. Dans ce cas, le processus lui-même peut être indolore ou être accompagné d'une sensation de brûlure, de douleur et d'autres symptômes désagréables.

Mictions fréquentes chez les femmes sans douleur

Certaines conditions pathologiques provoquent une augmentation de la diurèse en l'absence de douleur. Ceux-ci comprennent:

  • Atrophie des muscles de la vessie. Lorsque la vessie perd son élasticité et sa capacité à s'étirer, même avec une petite quantité d'urine, des pulsions apparentes apparaissent, nécessitant des visites immédiates aux toilettes. La pathologie peut être congénitale ou se manifester chez les personnes âgées. Le traitement de cette affection consiste à prendre des médicaments et à faire des exercices spéciaux pour renforcer les fibres musculaires de la vessie.
  • Vessie hyperactive. La maladie est associée à un dysfonctionnement du système nerveux central, entraînant des impulsions nerveuses provoquant une envie fréquente de vider la vessie. Le traitement de la pathologie consiste à prendre des relaxants musculaires ou des sédatifs qui neutralisent l'excitabilité pathologique des services du SNC responsables de la régulation du processus de miction.
  • Maladies endocriniennes. Le premier signe de diabète sucré insulino-dépendant devient une miction fréquente. La soif inextinguible, les démangeaisons cutanées, une grande faiblesse accompagnent ce symptôme. Avec le diabète sucré, en plus des envies fréquentes, le volume des urines augmente considérablement (jusqu'à 5 litres par jour). En plus de la soif constante, il y a une nette diminution du poids, une sécheresse excessive de la peau et des muqueuses.
  • Maladies du système cardiovasculaire. Des mictions fréquentes chez les femmes la nuit peuvent être associées au développement d'une insuffisance cardiaque. L'évolution de la maladie s'accompagne d'un œdème caché, qui se développe pendant la journée et redescend la nuit.
  • Insuffisance rénale chronique. Un signe précoce de pathologie est une augmentation du besoin d'uriner pendant le jour et la nuit.

Mictions fréquentes chez les femmes souffrant de douleur

Les principales causes de mictions douloureuses et fréquentes chez les femmes sont les maladies infectieuses et inflammatoires des voies urinaires:

Cystite et urétrite

L'inflammation de la vessie s'accompagne de douleurs aiguës lors de l'urination et d'un besoin croissant. Au cours de l'évolution aiguë de la maladie, l'état est compliqué par une forte fièvre, des symptômes d'intoxication, la femme ressent une sensation de vidange incomplète de la vessie et l'urine elle-même devient trouble avec un mélange de mucus ou de sang. Le processus inflammatoire dans l'urètre (urétrite) se manifeste par une sensation de brûlure et une gêne lors du passage de l'urine.

Pyélonéphrite

Le processus inflammatoire affectant les reins se manifeste par une douleur douloureuse dans le bas du dos, pouvant aller jusqu'à l'aine, qui peut être ressentie constamment et qui s'aggrave la nuit. Avec un processus inflammatoire aigu, la température augmente, il y a une détérioration générale de l'état, des nausées se produisent, il y a une gêne pendant la miction, du pus ou du sang peuvent être remarqués dans les urines.

Urolithiase

Des mictions fréquentes et douloureuses peuvent déclencher le mouvement de calculs dans la vessie. Le plus souvent, cette condition survient après une randonnée joyeuse, des mouvements brusques ou dans le contexte d'activités sportives intenses. Si le calcul recouvre l'uretère, il y a des douleurs aiguës, la température augmente, la femme ressent une forte envie. En cours de miction, il y a une interruption du jet et une douleur dans le bas de l'abdomen.

Infections sexuellement transmissibles (chlamydia, gonorrhée, trichomonase)

Accompagné du processus inflammatoire, écoulement vaginal abondant. Les agents pathogènes peuvent pénétrer dans le système urinaire, entraînant une augmentation de la diurèse et des sensations douloureuses.

Des mictions fréquentes, accompagnées de sensations douloureuses, peuvent être une manifestation de certaines pathologies gynécologiques.

Myome utérin

Une tumeur bénigne qui se développe à partir du tissu musculaire d'un organe. La pathologie peut se développer asymptomatiquement pendant longtemps, mais à mesure que la tumeur se développe, les règles deviennent plus abondantes et s'accompagnent de sensations douloureuses. Une tumeur volumineuse exerce une pression sur les organes voisins, y compris la vessie, ce qui entraîne un besoin fréquent de la vider.

Prolapsus de l'utérus ou des organes internes

Cette affection est associée à une faiblesse des ligaments, ce qui maintient l'utérus dans une position normale. Au fil du temps, les organes pelviens s'abaissent et exercent une pression sur la vessie, provoquant des douleurs persistantes à l'aine et une défaillance du cycle menstruel. Le plus souvent, le traitement de la pathologie à l'aide de médicaments et de la physiothérapie est inefficace.

Dans les cas avancés, un prolapsus de l'utérus se produit et vous devez alors recourir à la chirurgie. Aujourd'hui, des techniques mini-invasives ont été développées pour «coudre» l'utérus, sans incision dans la cavité abdominale. Toutes les manipulations sont effectuées à travers le vagin.

Diagnostics

Afin de prescrire le traitement correct pour les mictions fréquentes, il est nécessaire de déterminer la cause de l'indisposition. À cette fin, on prescrit au patient un certain nombre de procédures de diagnostic:

  • Prise de sang (générale et biochimique). Vous permet de déterminer la présence du processus inflammatoire, le niveau de créatinine et d'acide urique.
  • Prise de sang pour le sucre. Ils le font si vous soupçonnez un diabète.
  • Analyse d'urine. Le contenu des globules rouges et des leucocytes est jugé sur la présence d'inflammation dans le système urinaire, l'apparition de la protéine indique une violation des reins.
  • L'analyse d'urine selon Zimnitsky permet de déterminer la densité de l'urine et son volume excrété par jour.
  • Si vous suspectez des maladies infectieuses du système génito-urinaire, un frottis est administré et une culture bactériologique est réalisée sur un support spécial afin de déterminer le type d'agent pathogène et de choisir le traitement antimicrobien approprié.
  • Échographie des organes pelviens (utérus, reins, ovaires). Une étude informative qui vous permet de voir la taille et la structure des organes, de détecter la formation de tumeurs, la présence de calculs dans les reins, la vessie ou les uretères.

Si nécessaire, le médecin peut prescrire des examens supplémentaires, tels qu'une urographie excrétrice (pour les pathologies rénales) ou un examen du fond d'œil (pour le diabète sucré présumé).

Traitement des mictions fréquentes chez les femmes

Lorsqu'un symptôme alarmant tel que des mictions fréquentes apparaît, consultez un médecin généraliste et passez un examen approfondi. En fonction de ses résultats, le patient est ensuite dirigé par des spécialistes étroits. En cas de maladie rénale, le néphrologue, et dans le processus infectieux de la vessie, l'urologue. Si la cause de la pathologie réside dans des problèmes gynécologiques, la femme doit consulter un gynécologue. Les maladies du système endocrinien (diabète sucré) sont traitées par un endocrinologue.

La méthode de traitement et le dosage des médicaments sont choisis par le médecin individuellement, en tenant compte de la maladie sous-jacente qui affecte l'augmentation de la diurèse.

Dans le traitement de la cystite et de l’urétrite, on prescrit un traitement antibactérien, des médicaments ayant des effets anti-inflammatoires et antiviraux et des antispasmodiques (destinés à soulager le syndrome douloureux). En complément, les méthodes de physiothérapie sont utilisées (électrophorèse, iontophorèse, UHF), la consommation abondante, la décoction d’herbes sont recommandées.

Les pilules les plus populaires pour les mictions fréquentes chez les femmes atteintes de maladies infectieuses et inflammatoires du système urinaire:

Après le traitement principal, des médicaments prescrits ont été prescrits dont l’action vise à restaurer la microflore urogénitale et à améliorer l’immunité.

Lorsque la pyélonéphrite, en plus de prendre des antibiotiques et des médicaments à effet antispasmodique, le patient doit supporter des frais rénaux spécifiques qui contribuent à l’élimination des événements inflammatoires. Pendant les périodes de rémission dans le cours chronique de la maladie, le traitement en sanatorium est recommandé.

Dans la lithiase urinaire, un examen complet est nécessaire pour déterminer la nature des calculs. Ce n’est qu’après cela que le médecin choisit des médicaments capables de dissoudre les calculs et d’enlever rapidement le sable, ou que des méthodes de traitement par ondes de choc sont recommandées pour le broyage des calculs. Lors du déplacement des pierres et du blocage des conduits urinaires, on a eu recours à une intervention chirurgicale.

Une tumeur bénigne (myome utérin) est traitée de deux manières: médicamenteuse et chirurgicale. L'opération est effectuée dans les cas avancés lorsque le néoplasme atteint une taille importante. Lors de troubles hormonaux à la ménopause, des méthodes de traitement hormonal substitutif sont utilisées pour réduire la gravité des symptômes désagréables. Lorsque l'utérus est omis, des exercices spéciaux sont utilisés pour renforcer les muscles du bassin. Dans les cas graves, la chirurgie est nécessaire.

Afin de traiter efficacement les infections sexuellement transmissibles (chlamydia, gonorrhée), il est nécessaire d’isoler le pathogène et de déterminer sa sensibilité aux antibiotiques. Ce n'est qu'après avoir sélectionné le médicament qui peut éliminer rapidement la source de l'infection. Parmi les médicaments fréquemment prescrits figurent des médicaments tels que le fluconazole, le Doxycilin et le Vagilak.

En cas de diabète sucré, un régime alimentaire spécial et des médicaments sont prescrits pour réduire le taux de glucose dans le sang. Le patient doit toujours être sous la surveillance d'un médecin. Si, dans les 3 à 6 mois, les méthodes traditionnelles de traitement et l’adaptation de la nutrition n’apportent aucune amélioration, on prescrit à la femme de l’insuline.

Remèdes populaires

Avec la miction fréquente, la phytothérapie est efficace, les médecins conseillent, en plus du traitement principal, de boire des décoctions d'herbes médicinales ayant une action anti-inflammatoire. Au cours de la période de crise, il est recommandé à la femme de boire beaucoup de liquide pour accélérer l’excrétion des agents pathogènes ou le "régime à la pastèque" qui favorise l’évacuation du sable et des substances toxiques des reins.

Dans le traitement de la cystite et de l’urétrite, la médecine traditionnelle offre les remèdes suivants:

  • Bouillon hanches. Fournit un effet anti-inflammatoire et diurétique. Pour sa préparation 4 c. églantines sèches verser 500 ml d’eau bouillante, faire bouillir à feu doux pendant 15 minutes, puis insister sous le couvercle fermé pendant 2 heures. Ready decoction se prend dans 100 ml avant chaque repas, jusqu'à 4 fois par jour.
  • Infusion d’airelles. Pour sa préparation aura besoin de feuilles d'airelles dans un volume de 2 c. l On verse 200 ml d’eau, insistez 15 minutes. L'infusion finie est filtrée et bue lentement tout au long de la journée.
  • Racine de calamus La racine de calamus sèche est broyée, on mesure 1 c. À thé, on verse 200 ml d'eau bouillante et on fait bouillir au bain-marie pendant 5 à 7 minutes. Le bouillon prêt est refroidi, filtré et pris dans un demi-verre jusqu'à 4 fois par jour.
  • Eau d'aneth. Ce remède a un bon effet diurétique dans le traitement de la cystite. Pour la cuisson du bouillon 1 c. À thé les graines sèches d'aneth verser 200 ml d'eau bouillante dessus, laisser infuser pendant 2 heures, filtrer et prendre 1 grande cuillère jusqu'à 5 fois par jour avant chaque repas.
  • Décoction à la menthe. Les feuilles de menthe sont écrasées, 3ème. l matières premières versez 600 ml d’eau, faites bouillir à feu doux pendant 5 minutes, laissez refroidir et prenez 100 ml de décoction jusqu’à 4 fois par jour.
  • Infusion de bourgeons de bouleau. Besoin de prendre 1ch.l. sécher les boutons de bouleau, verser 200 ml d'eau bouillante et laisser reposer pendant 2 heures. Cette infusion contient la quantité maximale de substances biologiquement actives nécessaires pour combattre le processus inflammatoire. Infusion boire dans un volume de 100 ml avant chaque repas.
Pour traiter les calculs de la vessie, utilisez les recettes suivantes:
  • Traitement d'avoine. Dans un thermos, versez un verre de grains d’avoine non traités, versez 500 ml d’eau bouillante et laissez infuser pendant 12 heures. Ensuite, l’avoine gonflée est moulue en bouillie et prise au petit-déjeuner, sans addition de sel ni de sucre. La perfusion obtenue peut être drainée et boire dans 50 ml avant les repas.
  • Soie de maïs. Pour obtenir une infusion sur un verre d'eau bouillante, prenez d'abord. soie de maïs - le remède doit être perfusé pendant 20 minutes. Ensuite, la perfusion terminée est filtrée et bue un demi-verre 4 fois par jour.

Les produits à action diurétique conviennent bien pour éliminer le sable et les substances toxiques des reins. Pendant la saison estivale, vous pouvez vous assoir sur un régime de pastèque ou de concombre, boire davantage de jus de betteraves et de carottes après les avoir dilués à moitié avec de l'eau.

Pour normaliser le fond hormonal à la ménopause, il est conseillé de prendre des décoctions de plantes médicinales - un pinceau rouge ou un bore utérus.

Borovaya utérus. Pour faire cuire le bouillon, prenez 1 cuillère à soupe. à la cuillère d'herbes broyées, versez un verre d'eau, croupissez dans un bain-marie pendant 10 minutes, puis insistez pendant 4 heures. Prendre 1 cuillère à soupe. remédier toutes les 3 heures.

Infusion de pinceau rouge. La racine de la plante est broyée, placée dans un récipient en verre de 50 g de matière première, versée dans 500 ml de vodka et infusée dans un endroit sombre et chaud pendant un mois. La teinture finie est filtrée et prise en 30 gouttes avant un repas.

Le traitement des affections pathologiques associées à une augmentation de la miction doit être accompagné d'un ajustement du mode de vie - nutrition appropriée, rejet des mauvaises habitudes, augmentation de l'activité physique.

"Causes de mictions fréquentes sans douleur, surtout chez les femmes"

8 commentaires

Avec des mictions fréquentes (pollakiurie), une bonne moitié du sexe plus faible du monde est familière. Le processus peut être accompagné d'un syndrome douloureux et sans celui-ci. Mais le paradoxe est que les patients pour qui cet état déplaisant est accompagné de douleur et les autres attendent le médecin, demandent l'aide d'un médecin. Une telle approche du problème est tout à fait inacceptable car elle pourrait à l’avenir se traduire par l’apparition de conséquences tout à fait indésirables.

Considérez les causes des mictions fréquentes sans douleur chez les femmes - lorsque la pollakiurie est une manifestation physiologique et lorsque le résultat de processus pathologiques.

Mictions fréquentes est combien de fois?

Combien de fois est considéré comme normal?

Comme chaque personne est individuelle, il est difficile de dire combien de visites aux toilettes pour un petit besoin, pour une personne en particulier, sont considérées comme la norme. Il n'y a que des valeurs moyennes allant de 6 à 10 mictions par jour.

Selon les jours, leur fréquence peut être différente, car le processus lui-même dépend de nombreux facteurs - caractéristiques physiologiques individuelles de l'organisme, habitudes alimentaires personnelles, quantité de liquide consommée, etc.

Au début, les femmes n'attachent pas beaucoup d'importance à de tels changements, puisqu'elles ne ressentent pas d'inconfort particulier, mais lorsque le «besoin physiologique» les soulève plusieurs fois par nuit, la recherche d'une cause commence. Il convient de noter que si le «désagrément» d’un tel plan est de courte durée, il apparaît pendant 1 ou 2 jours - de tels symptômes ne doivent pas être particulièrement inquiétants. Mais quand vous aggravez et resserrez le processus pathologique, vous devriez réfléchir à la raison pour laquelle vous êtes si inquiet d'uriner?

Causes possibles de mictions fréquentes sans douleur

La manifestation d'une augmentation de la miction indolore chez les femmes est due à des processus corporels - physiologiques, ne posant pas de problèmes, et pathologiques, nécessitant un examen et un traitement d'urgence.

Les problèmes physiologiques à l'origine des mictions fréquentes incluent:

1) Une grande quantité d'aliments provocants dans le régime alimentaire (acide, épicé ou salé) et l'utilisation de boissons alcoolisées, qui sont en elles-mêmes diurétiques. La quantité d'urine jetable excrétée peut dépasser 200 ml. La douleur ne se manifeste pas et la couleur de l'urine ne change pas, il peut y avoir un léger inconfort dans l'urètre sous la forme de chatouillement.

2) états de stress, anxiété et tension - le nombre de mictions par jour augmente de manière significative, mais une décharge ponctuelle ne dépasse pas la quantité habituelle. Dans ce cas, il y a un sentiment de ne pas vider complètement la bulle et le désir de repartir.

3) Effet de l'hypothermie. L’effet du froid sur le corps est la raison la plus courante pour aller aux toilettes plusieurs heures de suite, en raison du spasme des couches de muscles détrusor recouvrant les parois de la vessie.

4) La prise de certains médicaments prescrits pour l'oedème et l'hypertension provoque également une pollakiurie indolore, ce qui est considéré comme une manifestation normale dans cette situation. De nombreuses herbes médicinales peuvent également provoquer une maladie désagréable. Surtout quand, chez les femmes, le désir de perdre du poids rapidement l'emporte sur le bon sens, et le désir d'obtenir «tout à la fois» pousse à un traitement arbitraire avec des herbes diurétiques.

Normaliser la miction peut être assez indépendant, si vous éliminez l’effet sur le corps de facteurs provoquants. Mais il existe des situations où les violations sont causées par le développement de pathologies internes. Dans le même temps, le désir fréquent d'uriner épuise les femmes non seulement pendant le jour mais également la nuit, même si elles ne sont pas accompagnées de douleur.

Les femmes se réveillent pas reposées, nerveuses et encore plus fatiguées. Peut-être que le développement de la dépression, la dépression, ils ont réduit la mémoire et la performance. Seule la détection précoce des causes profondes de telles violations permettra d'espérer un traitement rapide et efficace.

Quand la miction est une maladie

  • Pathologie

Quelles pathologies peuvent provoquer des mictions nocturnes fréquentes sans douleur chez la femme?

1) Maladies des systèmes vasculaire et cardiaque. Les causes les plus courantes sont les processus aigus et chroniques des fonctions cardiaque et vasculaire. Leur insuffisance fonctionnelle provoque le développement de processus pathologiques au niveau des reins, causés par une insuffisance de l'apport sanguin, qui se manifeste par une miction altérée, un gonflement des membres et du bas-ventre, un essoufflement, des douleurs cardiaques et des arythmies cardiaques.

2) Troubles endocriniens, se manifestant par le diabète sucré et le diabète. Dans le premier cas, les symptômes s'ajoutent: bouche sèche, peau sèche, démangeaisons et mauvaise cicatrisation des plaies et des fissures. Avec le diabète insipide, il n’ya pas de tels symptômes, mais dans les deux cas, la femme est tourmentée par une soif constante. Pour la noyer, vous pouvez boire une énorme quantité de liquide, qui se manifeste pendant la pallachiurie de jour et la nuit - nycturie (diurèse nocturne).

3) Prolapsus de la vessie. La diurèse nocturne est courante chez les femmes qui ont souvent accouché. C’est une conséquence de l’étirement constant de l’appareil ligamentaire, qui maintient la vessie en position anatomique, ainsi que de son effort excessif provoqué par un accouchement. L'omission de la vessie conduit à un raccourcissement du cou et à la formation d'une cavité en forme de poche dans laquelle les restes d'urine sont collectés, ce qui provoque un besoin fréquent d'uriner chez les femmes sans symptômes douloureux.

4) L'affaiblissement du tissu musculaire de la vessie entraîne un affaiblissement de ses parois. La pathologie peut se développer même pendant la puberté et même plus tôt, en raison de blessures ou du développement de processus tumoraux. Les changements dans la miction se manifestent par la libération d'une petite quantité d'urine et de forts faux désirs "de manière modeste".

Pourquoi la pollakiurie inquiète-t-elle les femmes de plus de 50 ans?

On pense que les fréquentes visites aux toilettes des femmes après 50 ans sont le résultat de changements liés à l'âge, bien que la cause fondamentale soit liée à de nombreux facteurs. Trions tout dans l'ordre.

  1. L'âge physiologique de la vessie est une détérioration de la régénération tissulaire (fonctions de restauration), une diminution de son élasticité et de son activité musculaire, des modifications fonctionnelles résultant d'un amincissement des muqueuses, une atrophie, des processus dégénératifs des fibres nerveuses et des racines et une détérioration du débit sanguin.
  2. Tous ces processus, dans le contexte du vieillissement général du corps féminin, entraînent une augmentation de l'activité de l'organe urinaire, ce qui se manifeste par une augmentation de la deurination, des impulsions fausses (impératives) et même de l'incontinence.
  3. Les fonctions normales du système urinaire peuvent perturber de nombreux processus pathologiques, qui se manifestent souvent chez les personnes âgées. Des signes de miction fréquente apparaissent chez les «femmes matures» victimes d’AVC et de crises cardiaques, chez les patientes atteintes de démence et atteintes de la maladie d’Alzheimer et de Parkinson affectant les fonctions cérébrales et contrôlant les processus urinaires.
  4. Aucune exception n’est commune parmi les femmes du même âge - le diabète. L'augmentation incontrôlée de la glycémie provoque la formation d'une grande quantité d'urine (polyurie et diurèse) et oblige à effectuer fréquemment des "aller aux toilettes".

Chez les femmes, après 50 ans et plus, les violations de la miction sont souvent causées par:

  • Modifications de la position anatomique des parois vaginales, de l'utérus ou de la vessie à la suite d'un prolapsus (prolapsus, prolapsus).
  • Déficit prolongé en œstrogènes pendant la ménopause, ce qui perturbe la contractilité musculaire de la membrane kystique.
  • Les «valises riches» se sont accumulées au cours des dernières années de maladies affectant les fonctions du système nerveux central et des vaisseaux sanguins - la pathologie des troubles cérébrovasculaires ou des processus d'athérosclérose dans les grandes branches vasculaires.
  • Divers médicaments que les femmes doivent prendre avec l'âge, au fur et à mesure de leur âge. Certains groupes de médicaments (diurétiques, sédatifs, hypnotiques, un médicament contenant et beaucoup d'autres) affectent la fonction contractile de la vessie, obligeant les femmes à uriner sans douleur ou se manifestant comme une complication sous la forme d'une augmentation des pulsions.

Parmi les autres pathologies qui perturbent le travail des organes urinaires chez les personnes âgées, l’influence d’une lésion infectieuse doit être notée, quelle que soit la localisation de l’infection dans le système urinaire. Dans tous les cas, la miction sera perturbée. L’immunité affaiblie au fil des ans n’est pas en mesure de résister correctement à une infection malveillante; elle s’établit donc facilement dans le corps de la femme, ce qui provoque une pathologie urologique.

Nombre d’entre elles peuvent se dérouler secrètement, sans douleur ni inconfort particulier, mais si le processus s’aggrave, des symptômes supplémentaires peuvent apparaître sous la forme de crampes, de brûlures, de douleurs aiguës et aiguës dans les zones pubienne et lombaire, d’échecs des cycles menstruels et d’hémorragies.

Miction fréquente sans douleur chez la femme enceinte

Causes physiologiques et anatomiques

Pour une femme, la grossesse est une affection particulière qui s'accompagne de charges supplémentaires sur le corps. Après tout, il est maintenant responsable du soutien à la vie non seulement de la femme elle-même, mais également de son fœtus. Au cours de la période de mise au monde, de nombreuses futures mamans peuvent présenter des signes particuliers non caractéristiques qui causent de l'anxiété. L'un d'eux est la miction fréquente.

Il peut y avoir plusieurs raisons à cela. Certaines ont trait au facteur physiologique associé aux processus métaboliques, d'autres à des modifications anatomiques de la configuration des organes et de leur position relative.

Des changements dans la fréquence des mictions surviennent chez les femmes enceintes au cours de la première période (trimestre) et de la dernière.

Physiologie. En ce qui concerne le facteur physiologique, la raison principale réside dans l'augmentation des processus métaboliques globaux. Après tout, pour le développement du fœtus, le corps nécessite plus de coûts, à la fois en énergie et en substances, pour assurer la viabilité du futur homme.

À ce stade, la charge sur les reins de la femme est accrue. Malgré le fait que le fœtus soit encore très petit, son activité biologique est élevée. Cela nécessite une purification rapide de l'environnement dans lequel il se trouve, à partir des déchets qu'il produit, et le renouvellement du liquide amniotique (liquide amniotique).

En outre, la grossesse s'accompagne d'une augmentation du volume sanguin dans le corps de la femme, qui se reflète dans le travail des reins, obligé d'augmenter le débit de filtration. En conséquence, une augmentation de la quantité d'urine est nécessaire pour maintenir le niveau de concentration des substances nocives émises (scories) et empêcher leur détérioration des parois du système urétral.

Les modifications de la synthèse hormonale appartiennent également au facteur physiologique. Avec le début de la grossesse, le corps de la femme synthétise une hormone très importante (chorionique), dont le niveau dans le corps de la femme enceinte est un indicateur très important du développement sans danger du fœtus. Mais cela affecte grandement l'augmentation de la fréquence des mictions.

Anatomie Parmi les facteurs anatomiques, on peut citer - une augmentation de la taille de l’utérus et de la nature de son emplacement. Au cours de la première période de grossesse, l'utérus augmente légèrement, car la taille du fœtus n'est toujours pas grande. Dans ce cas, sa pression tombe sur le col de la vessie (son dos), déclenchant l'action des mécanismes réflexes, ce qui se traduit par des mictions fréquentes ou un ténesme (faux désir).

Avec l'augmentation du fœtus - au deuxième trimestre, le corps de l'utérus se déplace dans la cavité péritonéale, réduisant ainsi la pression sur les tissus de la vessie. Au cours du dernier trimestre (troisième trimestre), un enfant qui a grandi dans l'utérus serre le haut de la vessie, provoquant à nouveau une augmentation de la miction. Si ses mouvements bougent, l'envie de uriner peut être soudaine.

Quelles situations nécessitent une visite urgente chez un médecin?

Quel médecin contacter?

Des mictions fréquentes sans douleur le jour ou la nuit sont le signe d'un changement dans le rythme habituel de la vie. Et l'ajout d'une symptomatologie pathologique différente est une bonne raison pour un examen et un traitement d'urgence. Les indications pour la visite chez l'urologue sont très claires:

  • sensation de brûlure et de crampes pendant la miction;
  • douleur dans la région pubienne;
  • perte de force ou incapacité à vider complètement la bulle;
  • détection des pertes hémorragiques du vagin;
  • forte indifférence à la nourriture.

La combinaison de l'un de ces symptômes avec des visites répétées aux toilettes peut indiquer le développement d'un processus pathologique grave. Tout retard dans le traitement peut avoir de graves conséquences sur la santé des femmes et des effets néfastes sur les fonctions de reproduction, privant une femme de la possibilité de devenir mère.

Options de traitement possibles et recommandations

Le traitement est basé sur les causes profondes identifiées.

  1. Les processus inflammatoires nécessitent une sélection individuelle d'antibiothérapie en tenant compte de l'agent pathogène détecté.
  2. Pour les troubles endocriniens, des médicaments hormonaux et réducteurs de sucre sont prescrits.
  3. Peut nécessiter des médicaments qui activent la circulation sanguine, améliorent l'activité musculaire adaptative et contractile de la vessie.
  4. Le régime est en cours de correction.
  5. Des exercices sont assignés qui contribuent au renforcement musculaire des organes pelviens et à la formation de l'urine de l'organe kystique en établissant le calendrier des processus urinaires, ce qui aide à contrôler la miction.
  6. Traitement de physiothérapie sous forme de procédures UHF, électrophorèse et boue thérapeutique.

Si la miction n'est pas douloureuse, le médecin recommande un certain nombre de recommandations aux patients:

  • pour que la miction soit complète, avec un acte de miction, il est nécessaire d'incliner légèrement le corps vers l'avant;
  • limiter le mode de consommation dans l'après-midi
  • éliminer l'urine au premier besoin physiologique;
  • éliminer de l'utilisation de la nourriture, provoquant un fort besoin d'étancher la soif;
  • limiter la consommation d'aliments et de liquides ayant un effet diurétique.

Mictions fréquentes chez les femmes

La miction fréquente chez la femme est un symptôme classique d'urologie ou de gynécologie, qui se manifeste le plus souvent chez les personnes de sexe juste dans diverses maladies, pathologies et autres problèmes du corps. Ce n'est que dans certains cas qu'il est causé par des mécanismes physiologiques. Quelles sont toutes les causes sous-jacentes d'un symptôme? Comment identifier le problème dans le temps? Quelle sera l’efficacité du traitement médicamenteux et de la suppression des remèdes populaires à miction fréquente? Vous pouvez lire à ce sujet et beaucoup d'autres choses dans notre article.

Causes de mictions fréquentes

Il existe plusieurs explications physiologiques à des mictions fréquentes chez la femme, qui n'affectent pas de manière significative la santé du beau sexe mais qui provoquent des symptômes désagréables:

  • Consommation excessive de liquide. Si une femme boit beaucoup de café, de thé et d’autres types de boissons, elle a souvent l’impression de «demander instamment un petit besoin»;
  • Situations stressantes. Dépression, dépressions nerveuses, surmenage psychologique, si importants dans notre ère moderne d’urbanisation mondiale et de rythme de vie effréné, activent de manière excessive le système sympathique du corps, provoquant diverses manifestations négatives, notamment des mictions fréquentes;
  • Nutrition déséquilibrée. La consommation excessive d'aliments salés, épicés et frits irrite un certain nombre d'organes et de systèmes, y compris la vessie;
  • Réception de préparations médicales. Un certain nombre de médicaments ont des effets secondaires sous la forme de troubles du spectre urologique, parmi lesquels peuvent être identifiés et mictions fréquentes;
  • Menstruation. Cet événement physiologique régulier est inextricablement lié à l'élimination accélérée des fluides de l'organisme due aux changements hormonaux;
  • La vieillesse Pendant la ménopause, le corps féminin subit un ajustement hormonal radical dont l'un des effets secondaires peut être une miction fréquente;
  • La grossesse Aux premiers stades, le besoin fréquent de disposer de peu de besoins est dû aux changements des niveaux hormonaux. À partir du deuxième trimestre, le fœtus en pleine croissance lui-même devient prioritaire, il exerce une pression sur des organes individuels (y compris la vessie), ce qui provoque des mictions fréquentes.

Les causes physiologiques ci-dessus ne sont diagnostiquées que chez 10 à 15% des patients qui se plaignent de mictions fréquentes chez un urologue ou un gynécologue. Les facteurs provocateurs du symptôme dans le reste du beau sexe sont une variété de pathologies - maladies gynécologiques, urologiques, endocriniennes et autres.

Maladies gynécologiques

Une cause typique de la miction excessive, due au travail mutuel trop serré des systèmes urinaire et reproducteur de la femme. Le plus connu dans ce contexte est le prolapsus et le myome utérin.

  • Prolapsus de l'utérus. L'omission du principal organe génital d'une femme provoque des problèmes de muscles des muscles du plancher pelvien, de l'abdomen et de l'abdomen. Ils peuvent avoir une nature à la fois physiologique (post-arrestation) et pathologique. Dans ce cas, les facteurs provocants sont un effort physique excessif, une constipation chronique et une augmentation de la pression intra-abdominale. Les mictions les plus fréquentes sont dues au prolapsus de la paroi antérieure du vagin et de la section correspondante de l'utérus - elles exercent une pression sur la vessie et l'urètre, provoquant une pathologie lors de la miction;
  • Fibromes utérins. Les tumeurs bénignes de la couche interne du muscle lisse féminin du pénis peuvent également entraîner une détérioration du système urinaire.

Maladies des reins et des voies urinaires

La cause la plus fréquente de troubles de la miction chez les femmes, quel que soit leur âge. Les pathologies les plus courantes sont:

  • Urolithiase. L'urolithiase est la formation de calculs dans le système urinaire. Le plus souvent diagnostiqué chez des patients âgés de 20 à 50 ans, alors que dans l'état aigu (avec obstruction de l'uretère), nécessite dans certains cas une intervention chirurgicale;
  • La cystite L'inflammation classique de la vessie. Elle peut être aiguë et chronique, causée par des microorganismes pathogènes (dans la très grande majorité des cas), et par des tumeurs, des calculs dans le système génito-urinaire. Chez les femmes, cette maladie est beaucoup plus répandue que chez les hommes plus âgés en raison de son urètre large et court, par lequel l'infection pénètre rapidement dans la vessie.
  • Urethrite. Le processus inflammatoire de l'urètre. Le plus souvent causé par des bactéries ou des virus qui infectent les parois internes de l'urètre;
  • Pyélonéphrite. Le processus inflammatoire dans le système rénal, la maladie la plus commune du spectre néphrologique, indépendamment de l'âge et du sexe. Le beau sexe souffre de pyélonéphrite six fois plus souvent que les hommes.

Maladies endocriniennes

Les problèmes endocrinologiques sont souvent la cause du syndrome de polyurie - miction fréquente et abondante, lorsque la dose quotidienne de liquide excrété atteint parfois 2 à 3 litres. La mécanique de ce processus est associée à la détérioration de la réabsorption d'eau dans les tubules rénaux, ce qui entraîne une diminution de son absorption par le corps dans son ensemble. Cette pathologie est caractéristique du diabète sucré et du diabète.

  • Diabète insipide. Syndrome rare associé à une altération de l'hypophyse ou de l'hypothalamus. Le mécanisme pathologique est lié à une diminution de la production de vasopressine (hormone antidiurétique peptidique), ce qui entraîne la formation de conditions préalables à une miction fréquente et abondante. Le diabète insipide est causé par des tumeurs et des métastases cérébrales, des troubles circulatoires de l'hypothalamus, des voies hypophysaires et supra-opto-hypophysaires, une tubulopathie primitive, une prédisposition génétique.
  • Le diabète. Maladie endocrinienne associée à un manque absolu ou relatif de production d'insuline. L'un des symptômes de base est une miction fréquente.

Symptômes et signes de mictions fréquentes

Comme mentionné ci-dessus, les mictions fréquentes sont le symptôme de nombreuses maladies et conditions physiologiques. Dans certains cas, cette manifestation est accompagnée de:

  • Douleur dans la mise en œuvre de l'acte de miction. La douleur est souvent vive, perçante et s'étend dans le rectum et les organes adjacents.
  • Vidange incomplète de la vessie. Cela peut être subjectif (selon les sensations) ou vrai, quand après le processus de miction, une femme ressent toujours le besoin de réaliser l'événement, alors que l'urine elle-même n'est plus excrétée, même à l'effort;
  • Inconfort dans le bas-ventre. Peut s'accompagner d'une douleur liée à une localisation incertaine, le plus souvent légère ou modérée, disparaissant 10 à 20 minutes après l'acte;
  • Sanglante d'urine. Habituellement caractérisé par un cours aigu de la pathologie de la sphère urogénitale. Aux premiers stades de la maladie, on ne trouve que des traces, les complications négligées sont exprimées en gros caillots visibles à l'œil nu;
  • Désir sexuel réduit. En règle générale, les processus inflammatoires de la région urogénitale entraînent un affaiblissement du désir sexuel et une diminution de la libido;
  • Complexe de symptômes néphrologiques. En cas d'implication dans le processus pathologique des reins, le patient peut développer un ensemble de symptômes caractéristiques de manifestations de ce type: intoxication générale, faiblesse, nausées avec vomissements, crampes, démangeaisons, décoloration de la peau, arythmie, etc.
  • Type endocrinologique symptomatique complexe. Les manifestations classiques du diabète se caractérisent par des symptômes primaires sous la forme de polyurie, de polydipsie, de polyphagie et de changements spectaculaires du poids corporel;
  • Autres symptômes non spécifiques associés au déroulement particulier d'une maladie particulière, dont l'une des manifestations est une miction fréquente.

Incontinence chez les femmes après 50 ans

Comme le montrent les statistiques médicales modernes, avec l’âge de la femme, les mictions fréquentes deviennent un problème récurrent pour elle, qu’il est parfois très difficile de faire disparaître. Cela est dû à un certain nombre de raisons objectives:

  • L'accumulation au fil des ans de maladies chroniques. Au fil du temps, en l'absence d'un traitement adéquat, les maladies chroniques sont presque impossibles à traiter, même les traitements complexes, ce qui a pour effet d'affecter considérablement la qualité de la vie et le développement de pathologies résistantes;
  • Plusieurs années de travail physique. Si une femme a mené une vie active pendant des dizaines d'années et si son travail a été associé à un effort physique régulier, alors après 50 femmes ont des problèmes spécifiques qui provoquent un prolapsus utérin et une détérioration des muscles du plancher pelvien, ce qui entraîne une pression mécanique sur les voies urinaires. vessie et provoque une pathologie;
  • Vieillissement physiologique. Au fil des ans, les cellules des organes se rétablissent de plus en plus lentement, les tissus mous perdent de leur élasticité, les muqueuses perdent progressivement leur fonction de protection, ce qui augmente le risque de lésions infectieuses même dans des conditions hygiéniques et épidémiologiques favorables;
  • Point culminant. Changements hormonaux graves sur une base continue - un facteur de risque supplémentaire pour le développement d'un certain nombre de syndromes, pathologies, maladies qui provoquent des mictions fréquentes;
  • Autres raisons créant directement ou indirectement les conditions préalables au développement de la pathologie.

Résoudre le problème de la miction après 50 ans est beaucoup plus difficile que d'être jeune, mais avec un accès opportun à un gynécologue, un urologue, à d'autres spécialistes, les chances de guérison augmentent considérablement. En plus d'un traitement médical complet, une correction du mode de vie, une thérapie physique régulière, une nutrition appropriée et d'autres activités prescrites par les médecins seront nécessaires.

Traitement des mictions fréquentes

Il n’existe pas de traitement spécifique des mictions fréquentes, car la pathologie est un symptôme de nombreuses maladies des spectres urogénital, néphrologique, endocrinologique. Le schéma thérapeutique exact n'est prescrit par le médecin traitant qu'après l'établissement du diagnostic final et sa confirmation par des analyses de laboratoire et des méthodes de recherche instrumentales.

Dans ce cas, l'auto-traitement est inacceptable et ne peut qu'aggraver l'état du patient, ce qui complique la tâche de base des spécialistes!

Les schémas thérapeutiques possibles peuvent inclure des médicaments, de la physiothérapie, une chirurgie, une thérapie par l'exercice.

Thérapie conservatrice

  • Antibiotiques. Comme la plupart des maladies, dont les mictions sont fréquentes, sont causées par une infection bactérienne entraînant une diminution de l’immunité locale ou générale, ce sont les agents antibactériens plus souvent que d’autres médicaments qui constituent le fondement du traitement de la femme. Des médicaments spécifiques sont prescrits après l'identification du type et du type d'agent pathogène. Groupes typiques de médicaments - pénicillines, céphalosporines, aminosides, fluoroquinolones;
  • Agents antifongiques. Parfois, l'agent pathogène de la microflore fongique agit comme l'agent causal du processus inflammatoire. Dans ce cas, des médicaments antifongiques sont utilisés - nystatine, lévorine, nitrofongines, urosulfan;
  • Modulateurs immunitaires. Peuvent être inclus dans le schéma de toute thérapie, mais ils doivent être prescrits pour la nature virale de l'infection. Les médicaments à base d'interféron et de ses dérivés sont généralement prescrits.
  • Drogues de désintoxication. Le plus souvent nommé dans les cas de formes aiguës de la maladie, en présence de complications et de formes graves d'infection avec une intoxication grave. Habituellement, ce groupe de médicaments est administré par voie parentérale. Les représentants typiques sont le glucose, le chlorure de sodium, gemodez, la reopolyglukine, le néocompensant, etc.
  • Complexes de vitamines et de minéraux. Introduit dans les schémas thérapeutiques comme support pour la thérapie primaire. L'association médicamenteuse spécifique est sélectionnée sur la base de la maladie identifiée, tout en contenant nécessairement les éléments des groupes B, C, P, PP, calcium, zinc et autres composants;
  • Antispasmodiques. Nommé pour soulager les spasmes de la périphérie des vaisseaux sanguins et des tissus mous. Les représentants typiques - papaverine, drotaverine, mebeverin;
  • Anti-inflammatoires. Des médicaments non stéroïdiens (aspirine, kétorolac, nimésulide) et des médicaments à base d'hormones (corticostéroïdes sous forme de dexaméthasone, de prednisolone) sont utilisés;
  • Antihistaminiques. Utilisé dans la nature allergique de la pathologie, pour réduire la réaction auto-immune du corps, ainsi que pour l'effet anti-inflammatoire d'autres groupes de médicaments. Les représentants typiques sont la clémastine, la loratadine, le zyrtec, la suprastine;
  • Analgésiques Conçu pour le soulagement temporaire de la douleur et des attaques fortes. Représentants typiques - analgine, paracétamol, ibuprofène, dimexide. Dans les cas graves, des analgésiques du spectre narcotique peuvent être prescrits - morphine, butorphanol, promédol, pentazocine, fentonil;
  • Autres groupes de médicaments pour les indications vitales et symptomatiques, des agents cardiovasculaires, des probiotiques / prébiotiques et des angioprotecteurs aux anticoagulants, aux bloqueurs des canaux calciques et aux agents antiplaquettaires.

Les procédures physiques incluent une longue liste de techniques classiques utilisées dans la période post-réactive de maladies pour accélérer la récupération du corps. Les interventions typiques comprennent le drainage par le vide, le blocage sympathique périneural, l'oxygénation hyperbare, le rayonnement infrarouge, les ultra-hautes fréquences, les ultrasons, l'électrophorèse, la bio-galvanisation, etc.

En cas de complications et d'indications spéciales, une intervention chirurgicale peut être prescrite au patient. La liste spécifique des actions dépend de la gravité de la maladie identifiée, ce qui provoque des mictions fréquentes et les caractéristiques de son évolution. Options typiques pour les activités opérationnelles - chenille, nécrotomie, fasciotomie, pyélostomie, décapsulation, etc.

Parmi les autres procédures figurent la thérapie physique, une diète développée séparément et une correction du mode de vie, ainsi que le rejet des mauvaises habitudes.

Traitement de l'incontinence urinaire chez les femmes à la maison des remèdes populaires

L'incontinence urinaire ou des mictions fréquentes dans la très grande majorité des cas est l'une des manifestations d'une maladie grave, d'une pathologie, d'un syndrome, qui ne peut être guéri par les méthodes de la médecine traditionnelle. Des moyens similaires ne sont envisagés que dans le contexte d'une addition à la thérapie principale convenue avec le médecin traitant.

Les remèdes populaires les plus connus sont considérés comme des infusions de renouée, de busserole, de prêle des champs, de chélidoine, de camomille, de canneberges et de canneberges, utilisées à la fois en ingestion et en consommation locale. La composition spécifique, la concentration, le schéma d'utilisation et d'autres caractéristiques sont indiqués par un herboriste qualifié avec la participation obligatoire au processus d'un urologue, d'un gynécologue et de tout autre spécialiste spécialisé dans le traitement du patient.

Exercices d'incontinence

La thérapie physique pour l'incontinence urinaire est incluse dans le schéma de traitement de base au stade de la période post-réactive de la maladie lors de la réadaptation des patients ou en présence d'une rémission persistante d'une maladie chronique. Les exercices sont interdits en cas de présence d'un processus inflammatoire, ainsi que de toute affection aiguë.

Les activités de base visent principalement à empêcher l'utérus de s'abaisser, ainsi qu'à entraîner les muscles du pelvis et d'autres systèmes de soutien liés à la région urogénitale. Procédures possibles:

  • Compression et relaxation du sphincter vaginal. 5 à 8 approches avec un intervalle de 20 secondes (périodes de repos);
  • Étaler et serrer les jambes sur le côté. Se coucher. 10-15 fois en 2 sets.
  • "Pont" classique. L’exercice connu depuis l’époque soviétique doit être exécuté 5 à 7 fois, pour un temps de respiration de 10 à 15 secondes;
  • Fléchir le "chat". Il est effectué à partir d'une position agenouillée 10 à 12 fois sur plusieurs approches;
  • Squats. De 5 fois ou plus (en fonction de l'état du corps et de la forme physique de la femme);

Autres procédures pour la nomination d'un physiothérapeute spécialisé.

Plus D'Articles Sur Les Reins