Principal Traitement

Caractéristiques du développement de métastases dans le cancer du rein

Publié par: admin 05/11/2016

Le cancer du rein fait partie des dix maladies oncologiques les plus courantes chez l'homme. Ce type de cancer est très dangereux, car il ne provoque pratiquement aucun symptôme spécifique et est sujet aux métastases d'organes distants. Selon les statistiques, environ 40% des personnes consultent un oncologue lorsque le cancer a atteint un stade avancé de développement et qu'il existe de multiples métastases distantes dans le corps. Environ 30% des patients ont encore des rechutes de cancer dues à des sites pathologiques oubliés. Le cancer du rein a des pronostics décevants, en particulier aux derniers stades, en raison du fait que la moitié des patients ont des métastases à distance dans le corps, en particulier dans les poumons et la colonne vertébrale.

Métastases pulmonaires

Les patients atteints d'un cancer du rein métastatique, présentant une lésion des poumons par le sang ou les ganglions lymphatiques, sont classiquement divisés en 2 groupes:

  • Des métastases dans le cancer du poumon ont été observées lors de l'examen oncologique initial;
  • Métastases dans le cancer du poumon, apparues après le traitement du cancer du rein (néphrectomie).

Les poumons sont exposés aux métastases plus souvent que d'autres organes, et pas nécessairement lors d'un cancer du rein. Cela est dû au système spécial d'approvisionnement en sang de cet organe, car tout le sang veineux y circule en premier. En outre, dans les poumons massivement placés les vaisseaux lymphatiques.

Au cours du cancer du rein, les métastases se propagent par étapes. Compte tenu de cette caractéristique, les poumons deviennent le premier obstacle à la divergence des cellules malignes de la source de la pathologie cancéreuse.

Le cancer du rein avec métastases pulmonaires est un phénomène très courant en oncologie. Selon les statistiques, les métastases dans ce système représentent environ 50 à 60% de toutes les tumeurs nouvellement développées. Cette prédisposition est étroitement liée au fait que les poumons sont un filtre pour les reins, dont le sang veineux se déplace dans les deux veines creuses et pénètre dans les poumons.

Les mesures thérapeutiques du cancer du rein métastatique ont connu plusieurs étapes d'amélioration.

Au début, les chirurgiens ne réalisaient que l'ablation chirurgicale des métastases des poumons d'un patient atteint d'un cancer du rein.

Plus tard, au milieu des années 1970, ils ont commencé à associer un traitement chirurgical à une immunothérapie postopératoire.

Mais la technique la plus efficace a été mise au point en 2006 et consiste à combiner une intervention chirurgicale et une thérapie ciblée. L'application de cette méthode a montré les meilleurs taux de succès du traitement et a rendu possible un pronostic élevé pour de nombreux patients.

Métastases vertébrales

La métastase des os vertébraux se produit à la suite de la pénétration de cellules malignes dans le service vertébral avec un flux sanguin. Le foyer pathologique des os de la crête, le plus souvent localisé dans la région du plexus veineux épidural, précisément à l'endroit où les cellules malignes ont pénétré.

Symptomatiquement, cette pathologie provoque une douleur intense qui commence à gêner environ 90% des patients. La douleur intense est localisée directement au centre du processus du cancer; elle ressemble à une douleur radiculaire typique, mais elle est plus grave et plus fréquente. En plus de la douleur, les dernières phases du cancer entraînent une compression notable de la colonne vertébrale avec un certain nombre de complications:

  • tétraplégie;
  • paraplégie;
  • tétraparèse - spasticité musculaire, qui se produit dans les membres inférieurs. Complication possible et sur les mains.

Selon les statistiques, les zones touchées sont réparties comme suit:

  • Longes - 45%;
  • Thoracique - 25%;
  • Sacrum - 30%.

Les métastases cervicales et crâniennes dues au cancer du rein sont très rares, car ce sont des cas rares qui ne sont pas révélateurs d'un traitement statistique. Dans la plupart des cas, les métastases dans ces départements apparaissent dans les cas les plus négligés et les plus désespérés.

Outre la douleur et la paralysie, il peut exister un certain nombre de symptômes très importants pour le dépistage précoce du cancer du rein:

  • Faiblesse chronique dans les muscles;
  • Troubles névrotiques;
  • Perte de poids, manque d'appétit;
  • Nausées et vomissements;
  • Hypotension persistante;
  • L'arythmie;
  • Fractures de la colonne vertébrale avec un minimum de stress.

Le diagnostic de la présence de métastases dans la colonne vertébrale avec le cancer du rein se fait de la manière suivante:

  • Interrogatoire oral des symptômes et de l'histoire;
  • Examen physique;
  • Analyse sur ALP;
  • Analyse du niveau de calcium;
  • Radiographie de la colonne vertébrale;
  • Scanner et IRM des os de crête.

Le traitement des métastases rachidiennes est effectué à l'aide d'un traitement symptomatique. L'intervention chirurgicale est considérée comme inefficace, elle ne donne pas de prévisions positives pour le rétablissement.

Le dispositif de radiochirurgie a un bon effet de cyber-couteau, mais il n’est pas disponible dans toutes les cliniques oncologiques. Compte tenu du financement et du soutien technique liés aux conditions de nombreux dispensaires d'oncologie, les méthodes standard de chimiothérapie et de radiothérapie sont souvent utilisées.

Les symptômes douloureux sur le fond d'une fracture de la colonne vertébrale sont souvent anesthésiés par une stimulation épidurale avec des électrodes. Cette méthode peut être utilisée pour soulager la douleur dans le bassin et les vertèbres, ainsi que pour contrôler le degré de rigidité musculaire.

Les prévisions en cas de lésions de la colonne vertébrale avec métastases sont décevantes. Les statistiques sont les suivantes:

  • Certains patients atteints de métastases à la vertèbre ont la possibilité de se déplacer de manière autonome. Une activité physique devrait être préservée dans 90% des cas, surtout après un traitement prolongé. Les gens vivent avec un tel diagnostic de 1 à 2 ans.
  • Si le cancer primitif du rein était traité par radiothérapie, le risque de métastases vertébrales n’est que de 30%, cet indicateur augmente les chances de prolonger la vie;
  • La moitié des patients atteints de paralysie légère retrouvent une activité motrice après une radiothérapie;
  • La paralysie complète du membre minimise les prévisions de survie. Seulement 10% de ces patients vivent 1 an.

Traitement du cancer du rein avec métastases de remèdes populaires

Traitement du cancer du rein avec métastases et essayez avec l'aide de la médecine traditionnelle. De nombreux herboristes recommandent l'utilisation de diverses teintures et onguents à base de plantes.

Un des meilleurs moyens de la médecine traditionnelle est considéré comme une infusion de pruche tachetée et de teinture à l’alcool à la propolis.

Aucun médecin ne conseillera d'utiliser les remèdes populaires comme traitement principal, mais si le patient souhaite utiliser ces fonds en parallèle avec la thérapie traditionnelle, il doit consulter un médecin sans faute.

La propagation des métastases des reins dans tout le corps

En plus des dommages aux poumons et à la colonne vertébrale, les métastases rénales peuvent affecter les glandes surrénales. Cet organe ne gênera le patient avec rien avant l’une des dernières étapes du processus, mais le cancer de la glande surrénale est facilement identifié dans le diagnostic des reins.

Dans une moindre mesure, le cancer du rein peut se transformer en prostate chez l'homme. La prostate étant située à proximité immédiate du système urinaire, il existe un risque certain de lésions des organes par les métastases du rein. Dans la plupart des cas, le cancer de la prostate inquiète les hommes adultes de plus de 50 ans, mais ces dernières années, la maladie rajeunit rapidement. Influencer cette situation peut entraîner une métastase de la prostate à un plus jeune âge.

Très peu de chance de métastases du cancer du sein par cancer du rein. Comme les organes sont éloignés les uns des autres et appartiennent à des systèmes différents, le risque de développer un cancer du sein précisément à cause de cette pathologie est maigre. Une situation plus difficile peut être après une métastase des poumons, à partir de laquelle les glandes mammaires sont souvent affectées.

Mais dans tous les cas, la présence de métastases dans n'importe quel organe, en particulier vital, affecte le traitement et le pronostic du patient quant à sa survie future.

Prévisions

Le pronostic de l’espérance de vie du patient et du cancer métastatique dépend du stade du processus qui s’est développé dans l’organe primaire et du stade dans la région métastasée. Le nombre de ganglions lymphatiques impliqués est d'une grande importance. La quantité de métastases qui ont pénétré dans les ganglions lymphatiques et la circulation sanguine a une incidence sur l'étendue et les moyens du traitement.

Le cancer de la glande surrénale gauche ou droite affecte, les glandes externes sont fréquentes, mais très rarement. La localisation du cancer dans les glandes surrénales est traitée très simplement à l'aide d'une opération, mais après la manipulation sur la glande, une cicatrice assez large apparaît. Les prévisions sont élevées, mais il est difficile de dire combien de temps le patient vivra, car tout dépend des caractéristiques de l'organisme de chaque personne.

Le cancer de la prostate chez les hommes se développe très longtemps et, dans la plupart des cas, il est diagnostiqué à un stade avancé. Le pronostic final pour le traitement du cancer de la prostate et la vie après dépend du stade de la maladie. Au début, la prostate est traitée assez simplement et la capacité de travail des hommes est rétablie. Les stades avancés d'oncologie du cancer de la prostate ne peuvent rien promettre de bon, et la plupart des cas aboutissent à la mort.

Cancer du rein et métastases

Parmi tous les cas de cancer du rein détectés, près de 70% ont été découverts au hasard lors d'une échographie pour d'autres indications. La détectabilité du cancer à un stade précoce permet un traitement chirurgical opportun, car le cancer du rein dans 30% des cas produit des métastases au niveau d'organes distants. Environ 80% des métastases sont détectées au cours des trois premières années après la néphrectomie pour une tumeur. De rares cas de métastases, trouvés 10 ans après la chirurgie, sont décrits. Métastases le plus souvent au cancer à cellules claires.

Les métastases pénètrent dans d'autres organes par les vaisseaux sanguins et lymphatiques. Si le cancer du rein, les métastases vont le plus souvent au foie, au cerveau, aux poumons et aux os. Moins fréquemment, les métastases peuvent être trouvées dans l'espace rétropéritonéal, dans le deuxième rein ou les glandes surrénales.

Métastases pulmonaires

Le plus souvent, les métastases du cancer du rein aux poumons. Cela est dû à un bon apport de sang au tissu pulmonaire, ainsi qu'à leur emplacement. Le sang veineux des reins pénètre dans le système de la veine cave inférieure et pénètre immédiatement dans le tissu pulmonaire. Au début, il n’ya pas de symptômes, puis l’essoufflement, une toux sèche, une douleur à la poitrine pendant la respiration ou une hémoptysie peuvent apparaître.

Au cours de la fluorographie ou de l'examen radiographique dans les poumons, on trouve de petites lésions atteignant 2 cm de diamètre. Les métastases dans les poumons d'un diamètre de 0,2 cm peuvent être détectées par tomodensitométrie. Une des méthodes modernes de traitement des métastases est la thérapie ciblée, dans laquelle des anticorps monoclonaux qui tuent les cellules cancéreuses sont introduits à la place des cytostatiques dans la zone du foyer de la tumeur.

Métastases hépatiques

Les métastases du cancer du rein dans le foie sont rarement détectées - dans 5% des cas. Cela est dû au fait que le sang des reins pénètre dans le système veineux en contournant la veine porte et ne passe pas par le foie. L'apparition de foyers dans le foie peut s'expliquer par sa fonction générale de désintoxication, tandis que les cellules cancéreuses des reins peuvent pénétrer dans le foie par la circulation sanguine générale, mais pas par contact direct avec l'organe. Dans le cancer du foie dans le foie, une épidémie est rarement détectée, il s'agit souvent de plusieurs métastases.

Initialement, les métastases du cancer du rein dans le foie ne se manifestent pas cliniquement. Au fur et à mesure que les lésions se développent et que le tissu hépatique est remplacé, des plaintes de douleur du côté droit, de jaunissement de la peau, de faiblesse générale, de perte d’appétit, de nausées, d’intoxication, de perte de poids apparaissent. Les taux sanguins d'enzymes hépatiques, la bilirubine. Lorsque le canal biliaire est comprimé, la jaunisse et des démangeaisons apparaissent. L'ascite se produit avec des dommages importants au foie. La tomographie par ultrasons et par ordinateur aide à diagnostiquer les métastases.

Métastases osseuses

Les os contiennent deux types de cellules: les ostéoblastes, ancêtres d'un nouveau tissu, et les ostéoclastes, qui détruisent les vieilles cellules. Sous l'influence des toxines tumorales, une reproduction active des ostéoclastes peut survenir. Ensuite, le tissu osseux commence à se décomposer. L'ostéoporose se développe, les os deviennent fragiles, des douleurs dans les os et des fractures se produisent.

Certaines toxines peuvent augmenter la croissance des ostéoblastes. Ensuite, le tissu osseux commence à se développer, des phoques se forment, une sclérose osseuse. Sur les radiographies des os, les centres de perte osseuse sont déterminés ou, inversement, les excroissances osseuses.

Métastases vertébrales

Le symptôme principal de la présence de lésions dans les vertèbres est la douleur, qui apparaît chez presque tous les patients. La douleur est intense, peut imiter la douleur dans l'ostéochondrose. Le cancer métastase le plus souvent à la région lombaire, la colonne vertébrale thoracique et le sacrum sont en deuxième place pour les métastases. En présence de foyers, les vertèbres augmentent de taille, leur prolifération entraîne une compression de la moelle épinière, l'apparition de parésies et de paralysies, une sensibilité altérée. La compression de la moelle épinière dans la colonne lombaire peut perturber les selles et la miction.

Les violations de la sensibilité et de l'activité motrice ne se manifestent que plusieurs mois après l'apparition du premier foyer. Cela est dû à la croissance et à la compression à long terme des vertèbres, qui ne donnent initialement aucun symptôme en raison de la propagation de la croissance osseuse à l'intérieur de la vertèbre et non dans la cavité du canal médullaire. Initialement, une compression des racines nerveuses apparaît et la moelle épinière n'est comprimée que dans le cas d'une lésion de grande taille. Il peut y avoir des fissures et des fractures de la vertèbre, accompagnées de douleurs aiguës.

La paralysie et la parésie peuvent être dues au type de tétraplégie (lésion de tous les membres) ou de paraplégie (lésion des membres inférieurs uniquement). Avec la tétraplégie, le processus commence par les jambes et s'étend progressivement aux membres supérieurs. La paraplégie est caractéristique d'une grosse tumeur et se développe plus rapidement.

Dans le diagnostic des métastases du cancer du rein, les antécédents et les plaintes correctement rassemblés, les données d'examen objectives, la détermination des réflexes pathologiques et des troubles de la sensibilité, les rayons X, la tomographie ou l'imagerie par résonance magnétique, l'aide de la scintigraphie vertébrale.

Métastases cérébrales

Les épidémies peuvent être détectées dans n’importe quelle zone du cerveau et elles sont plus courantes que les tumeurs primitives. Le plus souvent, ils se produisent lors de la localisation de la tumeur primitive dans les poumons ou les glandes mammaires, mais seulement au troisième rang se trouvent les tumeurs du rein.

Les manifestations de métastases dépendent de leur localisation. Ainsi, les foyers dans le cervelet entraînent des troubles de la démarche et de l'équilibre, l'éducation dans le lobe frontal entraîne des modifications de la parole et du psychisme, des métastases dans la région pariétale violent le sens du toucher, les foyers dans le lobe occipital se manifestent par une altération de la lecture et des fonctions visuelles. La maladie est souvent accompagnée de maux de tête, de troubles de la parole, d'asymétrie de réflexes, de paresthésie, de vomissements ou de convulsions. Il existe des symptômes courants d'intoxication, de faiblesse, de fatigue. Chez un tiers des patients, les foyers dans le cerveau peuvent ne se manifester d'aucune façon.

La radiographie, ainsi que l’imagerie par résonance magnétique et informatique, aident au diagnostic des métastases du cancer du rein. Il est difficile de distinguer une tumeur primitive d'un foyer métastatique. Le traitement radical pour une lésion secondaire est impossible, un traitement palliatif est effectué. Lorsque les métastases sont disséminées, appliquer une radiothérapie. S'il y a des lésions simples, vous pouvez essayer un traitement chirurgical suivi d'une radiothérapie.

Métastases dans les ganglions lymphatiques

Environ les deux tiers des patients présentant des lésions détectées dans les ganglions lymphatiques ont un stade avancé de la maladie.

Traitement

La thérapie comprend un traitement chirurgical, un traitement immunocorrecteur et une thérapie ciblée. Le rein affecté par le néoplasme est enlevé, suivi d'une radiothérapie ou d'une chimiothérapie. L'immunothérapie vous permet d'augmenter la durée de vie du patient et d'améliorer son état général. La guérison radicale de ces patients est impossible. Procéder à un traitement par glucocorticoïdes, bisphosphonates, chimioembolisation. Pour les fractures du corps vertébral, la méthode de stimulation épidurale est utilisée pour soulager la douleur.

Prévisions

En identifiant les métastases, le pronostic est mauvais. Si un traitement chirurgical est pratiqué, la vie du patient est prolongée de 5 ans dans un peu plus de la moitié des cas. Avec des métastases dans la colonne vertébrale, malgré le traitement, l'activité physique reste limitée et l'espérance de vie est prolongée d'un an et demi seulement.

Après la radiothérapie, la probabilité d'arrêter le processus tumoral est d'un tiers des cas. En cas de paralysie et de parésie légère, il est possible de maintenir l'activité physique après l'application de la radiothérapie.

Métastases pour le cancer du rein

Le cancer du rein est une tumeur potentiellement mortelle. L’introduction généralisée et l’utilisation généralisée des méthodes d’imagerie modernes ont entraîné une augmentation significative de la fréquence de la détection accidentelle d’une tumeur du rein. Environ 70% de tous les cancers du rein sont découverts par hasard dans un test de visualisation pour une autre raison. Cette tendance est extrêmement favorable, car elle vous permet de diagnostiquer le cancer du rein à un stade précoce avant le développement de métastases.

Cependant, nous notons le fait que le cancer du rein a une forte propension à métastaser, parfois avec des voies imprévisibles. Même avec les récents progrès thérapeutiques dans le traitement des métastases du cancer du rein dues à l'immunothérapie et aux inhibiteurs de mTOR, la survie à long terme des patients atteints d'un cancer du rein métastatique est limitée à quelques mois.

25-30% des patients atteints d'un cancer du rein développent des métastases vers d'autres organes et tissus. Un cancer du rein localement avancé est diagnostiqué chez 20% des patients. Même après l'ablation du rein avec une tumeur détectée à un stade précoce, 50% des patients peuvent développer une rechute (réémergence de la tumeur) ou une métastase peut être détectée. 85% de ces récidives ou métastases sont détectées dans les 3 premières années suivant l'ablation du rein, mais parfois, de tels cas sont enregistrés 10 ans après le traitement.

Le sous-type histologique de la tumeur primitive joue également un rôle dans la prédiction de la probabilité de métastases. Selon la classification de Heidelberg, il existe cinq sous-types différents de néoplasmes malins du rein: cancer à cellules claires, papillaire, chromophobe, cancer du canal collecteur et cancer du rein non classifié. En ce qui concerne les types de cancer du rein, le cancer du rein à cellules claires se métastase le plus souvent (dans 70 à 80% des cas de métastases). Vous pouvez lire sur les types de cancer du rein dans l'article Cancer du rein. Le carcinome à cellules chromophobes ne cause que 3 à 5% des cas de métastases du cancer du rein et se caractérise par les meilleurs résultats de traitement avec un taux de survie à cinq ans de 92 à 94%.

Un autre facteur dans le développement de métastases du cancer du rein est le degré de la tumeur. Plus le cancer du rein est élevé, plus le risque de métastases est élevé, plus le taux de survie est bas.

Le stade de la tumeur primitive est un facteur de risque important pour les métastases du cancer du rein. Le risque de récidive et de métastases dépend du stade, avec une fréquence plus élevée chez les patients atteints d'un cancer T3-T4.

Le stade clinique du cancer du rein est un indicateur pronostique important de la survie des patients atteints d'une tumeur. Il a été constaté que l'espérance de vie avec un cancer du rein métastatique non traité est en moyenne de 6 à 9 mois et que la survie à deux ans n'est que de 10 à 20%.

La voie des métastases du cancer du rein

Le développement de métastases est un processus séquentiel dans lequel des cellules cancéreuses de la tumeur primitive pénètrent dans les vaisseaux sanguins ou lymphatiques et se propagent dans des organes et des tissus distants. La voie empruntée par les cellules cancéreuses n’est pas toujours prévisible, mais les sites les plus communs du cancer du rein sont les poumons, le foie, les os et le cerveau.

Figure Le processus de métastase du cancer du rein.

Premièrement, de nouveaux vaisseaux germent dans la tumeur primitive (1), ce processus s'appelle l'angiogenèse (2). Les cellules cancéreuses agressives commencent à se propager aux parois des vaisseaux sanguins (invasion 3) et, éventuellement, à entrer dans la circulation sanguine (4 - intravasation). Les cellules cancéreuses sont transportées par le sang dans tout le corps (5). Cependant, toutes les cellules tumorales ne provoquent pas le développement de métastases. La plupart d'entre elles sont éliminées par le système immunitaire. Plusieurs cellules peuvent encore s'attarder dans les vaisseaux d'un organe éloigné (6). Après cela, les cellules cancéreuses quittent le vaisseau sanguin (7 - extravasation) et s'accumulent dans les tissus de l'organe, où elles commencent à se multiplier rapidement, formant des métastases (9).

Où le cancer du rein métastase-t-il?

Le cancer du rein peut métastaser à:

  • Les poumons (50-60%);
  • Os (30 à 40%);
  • Foie (30-40%);
  • Les glandes surrénales;
  • Deuxième rein;
  • Espace rétropéritonéal;
  • Le cerveau.

Ce sont les sites les plus courants de métastases du cancer du rein, mais tout organe peut être touché.

La localisation des métastases peut affecter le pronostic de la maladie. Par exemple, les patients atteints de métastases pulmonaires ont un meilleur pronostic que les patients atteints de métastases à d'autres organes. En particulier, les métastases hépatiques sont associées à un pronostic défavorable à vie.

Métastases pulmonaires pour le cancer du rein

Figure Métastases pulmonaires dans le cancer du rein. Sur les radiographies ont révélé de multiples foyers de métastases.

Les poumons sont le site le plus courant de métastases du cancer du rein. Les métastases pulmonaires sont généralement des nodules ronds ou ovoïdes trouvés sur les rayons X des poumons ou sur la tomodensitométrie. Ces nodules peuvent avoir un diamètre unique ou multiple de 0,5 à 2 cm.Les métastases aux poumons sont, en règle générale, asymptomatiques.

Lorsque les métastases dans les poumons, les patients en plus des symptômes associés à la tumeur primitive, et présentent des manifestations de lésions pulmonaires: toux persistante, crachement de sang, douleur à la poitrine, épaules ou le dos, essoufflement, etc.

La radiographie ou la tomodensitométrie peuvent être utilisées pour détecter les métastases. Cependant, en utilisant la tomodensitométrie, les métastases pulmonaires peuvent être détectées à des stades plus précoces, lorsque les lésions sont représentées par des nodules uniques pouvant être enlevés chirurgicalement.

Métastases hépatiques dans le cancer du rein

Figure Métastases hépatiques dans le cancer du rein.

Un «sol favorable» est créé dans le foie pour la métastase des cellules cancéreuses en raison de son apport sanguin intensif et de la présence de nombreux facteurs qui contribuent à la croissance de la tumeur. Lors de l'évaluation de l'intensité du flux sanguin par minute, l'apport sanguin au foie n'est inférieur qu'à l'apport sanguin aux poumons.

Dans la plupart des cas, les métastases hépatiques se présentent sous la forme de tumeurs multiples. Dans seulement 10% des cas, les métastases du cancer du rein peuvent être représentées par un seul noeud dans le foie.

Dans certains cas, les métastases hépatiques sont asymptomatiques. Ou bien le patient peut être perturbé par les manifestations communes suivantes de la maladie: anorexie, fièvre, faiblesse et fatigue, inconfort ou douleur dans l'hypochondre droit, transpiration, perte de poids, etc. Des métastases peuvent parfois bloquer les voies biliaires, puis la sortie de bile produite par le foie est perturbée et pénètre dans le sang. provoquant une jaunisse. La peau et le blanc des yeux deviennent jaunes, l'urine est foncée et les selles sont claires.

Au cours des stades avancés, les métastases perturbent le foie et contractent les vaisseaux sanguins qui l’alimentent, ce qui peut entraîner une complication aussi grave que l’ascite, une accumulation de liquide dans l’abdomen.

La durée de vie moyenne des patients atteints d'un cancer du rein métastatique jusqu'au foie est de 8,7 mois.

Métastases du cancer du rein dans l'os

Figure Métastases du cancer du rein dans l'os. Sur la radiographie est déterminé par le centre de la destruction des os du bassin.

Les os forment la structure de soutien du corps humain. Les os sont constitués de cellules spécialisées entre lesquelles se trouvent des tissus fibreux, appelés matrice, ainsi que de minéraux qui renforcent la solidité des os. Les os contiennent 2 principaux types de cellules. Les ostéoblastes sont des cellules qui forment le nouvel os, les ostéoclastes sont des cellules qui détruisent le vieux tissu osseux. En connaissant un peu ces deux types de cellules, vous comprendrez comment se forment les métastases du cancer du rein dans les os.

Les métastases peuvent se développer dans tous les os du corps humain, mais les os de la colonne vertébrale, du bassin, des fémurs et de l'humérus, des côtes et du crâne sont le plus souvent touchés.

Une fois dans l'os, les cellules cancéreuses peuvent l'affecter de deux manières.

Souvent, les cellules tumorales activent les ostéoclastes, qui commencent à détruire vigoureusement le tissu osseux sain. Les os forment littéralement des «trous».

Parfois, les cellules cancéreuses, au contraire, sécrètent des substances qui contribuent à améliorer la reproduction des ostéoblastes. Cela rend la zone de l'os plus dense, cette condition s'appelle la sclérose.

Les métastases du cancer des os sont l’une des causes les plus courantes de douleur chez les personnes atteintes de cancer. D'abord, la douleur disparaît, puis vient, en règle générale, le syndrome de la douleur est plus prononcé la nuit. Au fil du temps, la douleur devient permanente et augmente avec toute activité physique.

Si le cancer provoque la dissolution de l'os, il s'affaiblit et peut facilement subir des fractures. Si la sclérose se développe dans l'os, les fractures se produisent beaucoup moins fréquemment. Une chute ou une blessure peuvent entraîner des fractures, mais un os faible peut se briser sous une charge normale. Parfois, une fracture peut être le premier symptôme d'une métastase osseuse du cancer du rein. Les sites de fractures les plus courants sont les os des bras et des jambes, la colonne vertébrale. Les fractures les plus dangereuses de la colonne vertébrale, car elles peuvent entraîner de graves complications.

Une tumeur située dans la colonne vertébrale peut augmenter de taille et comprimer la moelle épinière. Grâce aux nerfs de la moelle épinière, une personne peut bouger et se sentir. En outre, certains nerfs sont responsables du contrôle d'autres fonctions, telles que la miction ou la défécation. Ainsi, la pression de la tumeur sur la moelle épinière peut non seulement causer de la douleur, mais également endommager les nerfs de la moelle épinière. Cela peut à son tour se manifester par un engourdissement et une faiblesse des membres, voire une paralysie. Le plus souvent, cela affecte les jambes, mais si la tumeur appuie sur la moelle épinière dans le cou, les bras et les jambes peuvent être affectés. Parfois, le premier symptôme peut être une violation de la miction.

Métastases cérébrales pour le cancer du rein

Les cellules cancéreuses, pénétrant dans le cerveau, commencent à se multiplier, formant des métastases. La tumeur, de plus en plus grande, peut pincer, irriter ou détruire les tissus normaux du cerveau. Les métastases cérébrales associées au cancer du rein peuvent être associées à des symptômes tels que maux de tête, convulsions, troubles de l'élocution, faiblesse, vue faible, douleurs et engourdissements dans diverses parties du corps, troubles de l'activité motrice, nausées et vomissements, paralysie, etc. Métastases à la tête le cerveau peut provoquer une sensation de fatigue ou de fatigue; en outre, il peut y avoir des problèmes d'élocution, de lecture ou d'expression.

Figure Métastases cérébrales pour cancer du rein

Le cervelet est responsable du travail bien coordonné du système musculo-squelettique, qui nous permet de marcher, de nous tenir debout, etc. Les lobes frontaux sont responsables de notre capacité à parler, ainsi que du contrôle de nos réponses émotionnelles et de nos capacités mentales, telles que le raisonnement, le comportement, la mémoire, l'excitation sexuelle, la conscience de soi et Les lobes pariétaux contrôlent le sens du toucher. Les lobes occipitaux nous permettent de voir et de lire. Les lobes temporaux contrôlent l'audition et sont responsables des compétences organisationnelles. La moelle oblongate est responsable de fonctions vitales de l'organisme telles que battement de coeur, respiration, etc.

Ainsi, il est clair que l'emplacement de la métastase déterminera l'apparition de ses symptômes. Un tiers des personnes atteintes de métastases cérébrales atteintes d'un cancer du rein ne présentent aucun symptôme d'atteinte cérébrale.

La biopsie peut être utilisée pour le diagnostic des métastases du cancer du rein, telles que la radiographie, l'informatique, l'émission de positrons ou l'imagerie par résonance magnétique.

Métastases après un cancer du rein

Les maladies oncologiques sont assez répandues et représentent un grave danger pour l'homme.

L'hypernéphrome est un type fréquent de lésions rénales. Avec la défaite du système en forme de coupe-bassin, il se produit un carcinome urothélial ou un carcinome à cellules claires du rein.

Avec la détection rapide d'une maladie dangereuse, la probabilité d'un rétablissement complet est de 90%.

En l'absence d'une intervention thérapeutique opportune, toute maladie oncologique constitue un danger prononcé pour l'homme.

Seul un diagnostic opportun et un traitement attentif peuvent garantir au patient son retour à une vie normale.

Comment sont les métastases après le cancer du rein

Les métastases dans le cancer du rein se produisent lorsque la maladie progresse au stade 3-4. Le processus de métastase est directement lié à la propagation des cellules cancéreuses dans le corps humain et au flux sanguin. Dans ce cas, d'autres organes internes sont endommagés, les cellules cancéreuses envahissent les éléments sains et le processus pathologique commence.

Attention! Les métastases en oncologie rénale peuvent toucher non seulement les organes situés à proximité, mais également les éléments situés à une distance substantielle, par exemple dans les ganglions lymphatiques.

Des dommages aux poumons, au cerveau et aux os se produisent.

Les métastases dans les premiers stades du processus pathologique sont extrêmement rares, mais cette maladie complique grandement le processus de diagnostic et de traitement et augmente le risque de décès.

Il convient de noter que les métastases selon la nature de l'éducation peuvent être:

  • primaire - apparaissent naturellement;
  • secondaire - propagation à la suite de dommages à la formation oncologique à la suite d'une intervention chirurgicale.

L'impulsion pour le développement de cellules cancéreuses peut être une diminution de l'immunité. En général, les cellules cancéreuses qui se sont propagées dans tout le corps chez une personne présentant une circulation sanguine peuvent rester inactives pendant une longue période.

Organes cibles des lésions

Il est à noter que le processus de métastase dans le cancer du rein est extrêmement imprévisible.

Malgré certains progrès dans le domaine des soins médicaux, le rétablissement complet est compliqué dans de tels cas.

Pronostic - le cancer promet une espérance de vie du patient limitée à plusieurs mois.

La maladie est assez difficile:

  • dans 25-30% des cas, des métastases aux autres organes se développent;
  • après l'élimination rapide de la formation d'une rechute survient chez 50% des patients;
  • la rechute survient dans les 3 premières années dans 85% des cas.

Attention! Le processus de métastase est la germination de nouveaux vaisseaux sanguins dans la tumeur primitive, des cellules cancéreuses agressives infectent les parois des vaisseaux sanguins et sont introduites dans la circulation sanguine.

Selon ce principe, les cellules pathologiques sont disséminées dans tout le corps du patient.

Les métastases du cancer du rein peuvent affecter:

  • les poumons (environ 60%);
  • tissu osseux (environ 40%);
  • foie (au moins 40%);
  • le cerveau;
  • espace abdominal;
  • les glandes surrénales;
  • rein en bonne santé.

Si un cancer du rein est diagnostiqué, des métastases peuvent apparaître dans 60% des cas. Tout dommage aux organes peut survenir. Le pronostic pour les métastases dans différents organes pour les patients est différent. Les patients présentant des métastases pulmonaires ont un pronostic positif pour la guérison.

Métastases pulmonaires

Les patients présentant des métastases dans les poumons pour le cancer du rein peuvent être visuellement divisés en deux groupes:

  • détermination de la métastase lors de l'examen initial lors du diagnostic de la pathologie oncologique principale;
  • manifestation après le traitement du cancer du rein.

Faire attention au fait que les poumons «attrapent» des métastases en cas de cancer d'un organe. L'anatomie explique cette caractéristique: tout le sang veineux circule dans les poumons humains et les vaisseaux du système lymphatique y sont localisés.

Les cellules oncologiques se métastasent dans les poumons dans 60% des cas sur le nombre total de cas de cancer du rein diagnostiqués. Cette caractéristique est due au fait que les poumons sont un filtre spécifique pour les reins. Le sang circule dans les deux veines creuses des reins et dans les poumons.

Les mesures thérapeutiques contre les métastases aux poumons sont différentes. Jusqu'en 1970, les médecins utilisaient uniquement la méthode chirurgicale, qui consiste à éliminer les métastases. La technique n'était pas toujours applicable et donnait un résultat positif dans 30% des cas.

La médecine a fait un pas en avant confiant et a déterminé la nécessité de combiner cette méthode avec l’immunothérapie.

Cette technique a été utilisée jusqu'à ce que la méthode de traitement ciblé soit déterminée. La méthode a été trouvée en 2006 et montre les meilleurs résultats en traitement.

Métastases vertébrales

Si une métastase du cancer du rein est diagnostiquée, elle peut survenir à n'importe quel stade. Ce processus est imprévisible, car la défaite de cette nature peut affecter tous les organes du corps humain.

Les métastases osseuses sont dues à la propagation de cellules anormales à travers le plexus veineux. Si un patient a des métastases dans la colonne vertébrale, il sera perturbé par une douleur intense dans la zone du processus pathologique. Effets irréversibles en cas de métastases dans la colonne vertébrale - la paralysie des membres inférieurs et supérieurs n'est pas exclue.

En plus d'une paralysie et d'une douleur intense, le patient peut présenter les symptômes suivants:

  • faiblesse musculaire;
  • névrose constante, irritabilité ou dépression;
  • perte de poids importante sur le fond d'appétit réduit;
  • bâillonnement récurrent qui se termine par des vomissements;
  • insuffisance de la fréquence cardiaque et baisse de la pression artérielle;
  • manifestation de fissures dans la colonne vertébrale avec des charges mineures.

Pour diagnostiquer la présence de métastases aidera les événements suivants:

  • prendre les antécédents du patient et rechercher les symptômes perturbants;
  • détermination de la concentration en calcium;
  • Scanner;
  • IRM
  • Radiographie des os de la colonne vertébrale;
  • inspection physique.

Dans de tels cas, l’utilisation d’un traitement médicamenteux dont l’action vise à réduire au minimum la manifestation de symptômes désagréables. L'intervention chirurgicale ne garantit pas le rétablissement complet, la probabilité d'invalidité est élevée.

Si les métastases du cancer du rein ont donné dans la colonne vertébrale, le pronostic pour les patients est très décevant, ce qui est confirmé par les statistiques suivantes:

  • avec une détection rapide de la pathologie, la probabilité de préservation de l'activité motrice est de 90%;
  • lors de l'utilisation de la radiothérapie comme méthode de traitement du cancer du rein, la probabilité de métastases dans la colonne vertébrale est de 30%;
  • la radiothérapie aide à rétablir l'activité motrice dans les cas de paralysie légère;
  • en cas de paralysie absolue, l'espérance de vie maximale du patient est de 1 an.

La réponse à la question de savoir comment vivent les métastases dépend en grande partie de plusieurs facteurs: l'état général du patient, la capacité du système immunitaire, la localisation des lésions.

Métastases hépatiques

Lorsque les métastases au foie, un nombre suffisant de tumeurs se forment à partir du nœud.

Les métastases hépatiques sont accompagnées des symptômes suivants généralisés en oncologie:

  • perte de poids jusqu'à épuisement complet du corps;
  • une augmentation de la température corporelle du patient de plus de 37 degrés;
  • fatigue accrue, faiblesse constante;
  • la manifestation de douleur dans la cavité abdominale du côté droit;
  • hyperhidrose.

Lorsque les métastases dans le foie sont obstruées par les canaux biliaires, le patient manifeste alors une jaunisse.

Métastases cutanées

Si un cancer du rein est diagnostiqué, la propagation des métastases cutanées n’est pas exclue. Ils se manifestent par des nœuds particuliers sur la peau. Ces formations sont des papules peintes en rouge.

Attention! La manifestation de métastases sur la peau est une complication rare.

Lorsque des lésions cutanées avec des métastases vivent, cela dépend de l'emplacement de la lésion.

Le cancer du rein peut donner des métastases cutanées avec la localisation suivante:

  • bas de l'abdomen;
  • région génitale;
  • le visage;
  • le bout des doigts;
  • zones velues de la tête.

Les lésions rénales avec métastases cutanées ont souvent un pronostic favorable. Combattre à l'aide de techniques chirurgicales.

Comment propager des métastases dans le corps

Comme le cancer est dangereux, tout le monde le sait. Il est à noter qu'avec la cancérologie rénale, les métastases peuvent se produire non seulement dans les poumons, les os, la peau, le foie, mais également dans les cas fréquents de métastases au niveau des glandes surrénales. Le processus pathologique de cette nature ne se manifestera pas avant la dernière étape de la pathologie.

Les fuites cachées et est dangereux. Les métastases après un cancer du rein dans les glandes surrénales se manifestent souvent après une intervention chirurgicale, alors n'oubliez pas la nécessité d'un examen périodique. Il est possible que le cancer se propage à la prostate chez l'homme et à la glande mammaire chez la femme.

Dans tous les cas, le processus de métastase est dangereux pour le patient. La propagation de l'oncologie indépendamment de la localisation entraîne des complications sous la forme d'une réduction des chances de survie.

Caractéristiques de la thérapie et pronostic de récupération

Le traitement du cancer du rein peut être effectué selon plusieurs méthodes:

  • intervention chirurgicale, en supposant le prélèvement d'un organe ou d'une partie de celui-ci;
  • augmentation de la fonction immunitaire par des procédures spéciales;
  • thérapie ciblée - son effet vise à inhiber la croissance des cellules cancéreuses.

Le pronostic du cancer avec métastases est plutôt décevant. Un tel diagnostic fait peur à de nombreux patients, mais vous devez être attentif au fait que l'issue de la pathologie dépend en grande partie de la nature des lésions subies par d'autres organes.

La dangerosité du développement des complications dépend de la localisation des lésions et du nombre de nœuds affectés dans le système lymphatique.

Dans tous les cas, les patients après une chirurgie pour une oncologie du rein doivent surveiller de près leur propre santé.

Métastases dans les ganglions lymphatiques, le foie et les poumons dans le cancer du rein

Le cancer du rein, parmi d'autres pathologies en oncologie, est considéré comme relativement rare et représente 5% de tous les types de tumeurs malignes. La maladie présente deux caractéristiques: un long parcours asymptomatique et un potentiel élevé de métastases.

Prévalence

Les statistiques sur l'incidence en Russie sont décevantes: chaque année, le pays enregistre environ 20 000 cas et ce nombre augmente de 2 à 3%. Le problème principal est que dans le cas du cancer du rein, l'identification et le diagnostic de la pathologie sont assez difficiles en raison de l'absence de symptômes caractéristiques à un stade précoce. Seul un cas sur dix se plaint de douleurs persistantes et légères, d'une sensation de lourdeur dans le bas du dos et de saignements dans l'urine. Lorsqu'une néoplasie atteint une taille importante, l'intoxication générale, l'anémie et l'épuisement se rejoignent.

Le reste de la pathologie cancéreuse est détecté par hasard au cours de procédures de diagnostic ou de recherche pour une autre raison, et dans un tiers des cas, le cancer est détecté assez tard: au stade métastatique. Le principal groupe à risque comprend principalement des hommes après 60 ans (70% des cas), avec un pic d'incidence d'environ 80 ans. Les facteurs indésirables qui prédisposent au développement du cancer incluent:

  1. Mauvaises habitudes (tabac, alcool).
  2. En surpoids.
  3. Hypertension artérielle, athérosclérose vasculaire.
  4. Rayonnement radioactif.
  5. Échec hormonal.
  6. Exposition à des substances cancérigènes de l'environnement, des aliments.

Un traitement précoce est important pour un traitement efficace et une guérison complète - les chances de récidive sont assez élevées. Les cancers inopérables qui se sont propagés par le biais d'autres organes et systèmes ne représentent qu'un pourcentage extrêmement faible de survie.

Mécanisme de métastase

Les foyers de croissance secondaires sont causés par la pénétration de cellules de la tumeur primaire dans le tissu conjonctif adjacent. Une fois qu'ils ont commencé à germer et que l'intégrité des vaisseaux résultant de leur accumulation est brisée, il y a une migration le long du «corridor de transport»: le système lymphatique et circulatoire.

Sur différents sites de cancer, les symptômes de métastases sont identiques:

  1. Température subfébrile, fièvre spontanée accompagnée de frissons.
  2. Ganglions lymphatiques enflés.
  3. L'anémie
  4. Foie agrandi.
  5. Essoufflement.
  6. Perte de poids Asthénie, épuisement général.
  7. Intoxication du système nerveux avec crampes, maux de tête, troubles de la conscience.

Pour établir la probabilité d'une mastase, les spécialistes sont guidés par le sous-type histologique de la tumeur primitive. Selon celui-ci, une prévision préliminaire est faite dans le ratio de métastases en pourcentage:

  1. Dans les carcinomes à cellules claires, 75–80%.
  2. Avec carcinome chromophobe - 5%. Ce sous-type peut être traité avec succès et le taux de survie à cinq ans est de 94%.

Le facteur le plus important dans la prédiction préliminaire est le degré et le stade de la tumeur rénale primaire.

Il a été cliniquement prouvé que le cancer du rein métastatique non traité est mortel pendant environ six à neuf mois et que 10 à 15% seulement des cas dépassent le seuil des deux ans.

Localisation des métastases

La localisation des tumeurs malignes secondaires est presque toujours prévisible. Cela affecte directement le pronostic de la maladie. En règle générale, les métastases du cancer du rein aux poumons, aux ganglions lymphatiques, au rein opposé, à l'espace rétropéritonéal, aux glandes surrénales, au foie, aux os et au cerveau.

Dommages au foie

Un flux sanguin intense dans le corps contribue à la propagation rapide de plusieurs foyers. Les signes de lésions organiques rejoignent les symptômes habituels:

  1. Perturbation des intestins.
  2. Perte d'appétit
  3. Nausée, vomissements.
  4. Douleur sourde dans l'hypochondre droit.
  5. L'apparition de varicosités sur le corps.
  6. Veines dilatées dans le tiers inférieur de l'abdomen.

Avec la croissance d'une tumeur secondaire, des signes d'ascite se rejoignent et accumulent du liquide dans l'espace rétropéritonéal.

Les projections de métastases hépatiques sont les pires avec une espérance de vie moyenne d’environ 8 mois.

Défaite des poumons

Les néoplasmes secondaires présentant une telle localisation sont des foyers multiples constitués de nodules ronds ou ovales. De telles métastases passent longtemps sans signes particuliers: la région des poumons est immense et les petits foyers n’affectent pas les échanges gazeux et le bien-être humain.

Au fil du temps, l’accumulation d’un grand nombre de nodules provoque la toux, la température et l’essoufflement. La maladie est aggravée par une atélectasie, une pneumonie. La thérapie antibactérienne réduit l'inflammation et améliore l'état de santé du patient, mais seulement pour une courte période. Avec la croissance des métastases, l’espace sans air augmente, ce qui entraîne une insuffisance respiratoire.

Le pronostic du cancer du rein avec métastases dans les poumons sans traitement est décevant: dans 90% des cas, la maladie est mortelle en un an et demi.

Dommages aux os

Les cibles des métastases dans le cancer du rein sont le crâne, les vertèbres, les côtes, les os du bassin, les hanches et les épaules.

La défaite des cellules malignes se déroule de deux manières:

  1. Destruction, "dissolution" de cellules saines avec formation de "trous".
  2. Croissance excessive et compaction pathologique due à la division accélérée des ostéoblastes.

En plus des fractures pathologiques des membres, des foyers secondaires entraînent la destruction de la colonne vertébrale et des lésions de la moelle épinière. Les caractéristiques caractéristiques sont une douleur intense, un engourdissement et une faiblesse des membres, une paralysie, un dysfonctionnement urinaire.

Dommages au cerveau

Néoplasme secondaire comprime, irrite et détruit les tissus, développant des symptômes locaux spécifiques et généraux:

  • maux de tête;
  • des vertiges;
  • magnifique
  • irritabilité;
  • crises convulsives.

La localisation dans les lobes frontaux donne la parole, la vision, les fonctions cognitives, la mémoire, le comportement et la conscience de soi. Les métastases dans les lobes pariétaux conduisent à des troubles du sens du toucher, de la vision et de l'écriture occipitales, des lobes temporaux - de l'audition. La compression de la médullaire oblongée par une tumeur provoque une défaillance cardiovasculaire et respiratoire.

Le pronostic de cette évolution de la maladie est extrêmement défavorable: l'espérance de vie varie de six mois à un an.

Dans 30% des cas, les foyers secondaires dans les tissus cérébraux ne causent aucun dommage au système nerveux central.

Problème de risque à vie

Le diagnostic «cancer du rein» donne un pronostic irréversible si la veine rénale est atteinte ou s'il existe des métastases dans les ganglions lymphatiques. Si la chirurgie était pratiquée à temps, à la question «Combien de temps vivent-ils?», Les spécialistes répondent que 60% des patients dépassent le seuil de survie de cinq ans et environ 40%, le seuil de dix ans. Il convient de garder à l’esprit que ces indicateurs sont influencés par toute une série de facteurs, notamment l’âge, les comorbidités, l’état du système immunitaire, le mode de vie, le stade de la maladie où le traitement a été instauré et, bien sûr, l’adéquation du traitement.

Le problème du risque tout au long de la vie existe, mais grâce aux derniers développements des sociétés pharmaceutiques, de nouveaux médicaments apparaissent chaque année, ce qui, en cas de cancer du rein, prolonge la vie des patients de plusieurs années.

Métastases du cancer du rein

Le cancer du rein est une tumeur maligne qui se développe à partir de cellules rénales. Le principal type de cancer du rein est le carcinome rénal (hypernéphrome). Avec la défaite des cellules placées dans la cupule et le bassin, un cancer urothélial se développe. Avec le diagnostic précoce du cancer du rein, le traitement réussi atteint environ 90%.

Non traité, le cancer du rein représente un danger mortel pour l'homme. Grâce aux méthodes modernes de diagnostic, les cas de détection du cancer du rein dans les premiers stades du développement de la maladie deviennent beaucoup plus nombreux. Selon les statistiques, 70% de tous les cas d'oncologie rénale sont détectés par hasard au cours du processus d'imagerie d'une autre maladie. Cette tendance devient favorable, car elle permet de diagnostiquer une maladie aux premiers stades de son développement.

Métastases du cancer du rein

Comment survient le cancer du rein avec métastases?

La maladie découle de l'épithélium des tubules proximaux du néphron, ainsi que du système de placage cup-pelvis. Parmi toutes les tumeurs malignes, le cancer du rein occupe la 10e place et représente 2% du nombre total de ces tumeurs. Le plus souvent, une tumeur affecte les habitants de villes âgées de 50 à 70 ans.

Les métastases dans le cancer du rein à d'autres organes se développent chez 20-30% des patients. Même avec le retrait d'une tumeur ou d'un rein avec une tumeur à un stade précoce de la maladie, une rechute (réémergence de la tumeur) est possible ou des métastases sont détectées. 85% des rechutes (métastases) sont détectées dans les 3 premières années suivant le retrait du rein. Dans certains cas, les métastases peuvent se manifester après 10 ans.

Le type de foyer de tumeur primaire joue un rôle important dans la progression de la maladie et dans la prévision de la probabilité de métastases.
Le stade clinique du cancer du rein est un indicateur pronostique important de la survie des patients atteints d'une tumeur. Il a été constaté que l'espérance de vie avec un cancer du rein métastatique non traité est en moyenne de 6 à 9 mois et que la survie à deux ans n'est que de 10 à 20%.

Causes du cancer du rein

Les principaux facteurs de risque et leurs causes sont:

  • fumer double le risque de morbidité;
  • le surpoids augmente le risque de morbidité de 20%;
  • hypertension artérielle;
  • diabète sucré;
  • infections virales;
  • conditions de travail néfastes;
  • dialyse à long terme;
  • prédisposition génétique (présence dans la famille de parents sanguins malades ou atteints d’un cancer du rein).

Cancer du rein, symptômes et signes:

  • sang dans l'urine;
  • syndrome douloureux tumeur palpable dans la région lombaire;
  • augmentation de la température corporelle;
  • hypertension artérielle;
  • respiration rapide (chez les fumeurs);
  • varices du cordon spermatique.

Métastases de propagation dans le cancer du rein

Les métastases du cancer du rein se propagent par le flux lymphatique et sanguin chez 25 à 30% des patients jusqu'aux ganglions lymphatiques, au second rein, au cerveau, aux os (30 à 40%), au foie et aux poumons (50 à 60%), aux glandes surrénales et à l'espace rétropéritonéal. Après le retrait de la tumeur avec le rein du patient, des rechutes et une détection répétée des métastases après une certaine période sont possibles.

Le plus souvent, les métastases du carcinome à cellules rénales sont de 70 à 80%, les cancers moins chromophobes - de 3 à 5% des cinq sous-types principaux de cancer du rein:

  • cellule claire;
  • papillaire;
  • chromophobe;
  • conduits de collecte;
  • non classifié.

Risque élevé de développer des métastases dans le cancer primitif de stade élevé - T3-T4.

Figure Le processus de métastase du cancer du rein

Le processus de métastase

  1. L'angiogenèse commence - la germination de nouveaux vaisseaux sanguins dans la tumeur primitive.
  2. Des cellules cancéreuses agressives se propagent le long des parois des vaisseaux sanguins (invasion).
  3. Les cellules sont dans le sang - une intravasation a lieu.
  4. Le courant de cellules sanguines se propage dans tout le corps.
  5. Une partie des cellules élimine le système immunitaire, une partie se dépose dans les vaisseaux des organes distants.
  6. Il existe une division (reproduction) des cellules cancéreuses sédentaires.
  7. Des métastases du cancer du rein se forment.

Cancer du rein - Métastases pulmonaires

Sur les radiographies ou les tomodensitomètres, les métastases pulmonaires peuvent être observées sous forme de nodules simples ou multiples, ronds ou ovales, d’un diamètre de 0,5 à 2 cm.Les métastases se forment dans les reins, puis germent dans les poumons initialement asymptomatiques. Ensuite, les symptômes se manifestent: toux constante, souvent avec du sang, essoufflement, douleur à la poitrine, irradiant aux épaules ou au dos. Le stade précoce des nodules métastatiques est mieux indiqué par le scanner.

Cancer du rein - métastases au foie

Un apport sanguin intensif vers le foie, les poumons et d’autres facteurs créent des conditions favorables à la formation de métastases. Il y a moins de ganglions dans le foie, seulement 10%, et il y a plus de grappes de plusieurs ono-tumeurs. Après une longue accalmie, les métastases apparaissent nettement: anorexie, fièvre, faiblesse et fatigue, inconfort ou douleur sous les côtes à droite, transpiration et perte de poids. Un blocage des canaux biliaires peut survenir, puis la jaunisse commence en raison d'un mauvais écoulement de la bile et de sa pénétration dans le sang. Signes de jaunisse - excréments légers, urine foncée, yeux blancs et peau jaunes.
Les stades tardifs des métastases sont caractérisés par une perturbation du foie et une compression des vaisseaux qui l’alimentent en sang. Cela conduit à une ascite - l'accumulation de liquide dans l'estomac.

Cancer du rein - Métastases osseuses

Une radiographie peut montrer une lésion qui détruit, par exemple, les os du bassin. Pour les humains, les os sont une sorte de carcasse. Ils sont constitués de cellules spécialisées de deux types, entre lesquelles se trouve la matrice: le tissu fibreux, ainsi que des minéraux qui fournissent de la force.
Grâce aux cellules du premier type, les ostéoblastes, un nouvel os se forme. Ostéoclastes - la deuxième cellule détruit le vieux tissu osseux. Les métastases affectent le plus souvent la colonne vertébrale, le bassin, les hanches, les épaules, les côtes et le crâne.

Une fois ingérées, les cellules cancéreuses affectent ses tissus de deux manières:

  • les ostéoclastes sont activés pour une destruction accrue du tissu osseux sain, qui se termine par l'apparition de trous;
  • des substances sont libérées par les cellules cancéreuses pour améliorer la reproduction des ostéoblastes, ce qui conduit à la compaction de la zone touchée de la sclérose osseuse - la sclérose en plaques.

Au début, les symptômes douloureux apparaissent et disparaissent, puis brusquement, surtout la nuit et pendant l’activité physique. Le cancer peut "dissoudre" les os, favoriser l'ostéoporose, ce qui entraîne des fractures même lors d'efforts normaux, souvent aux jambes ou aux bras. Les fractures vertébrales entraînent de graves complications. Avec la croissance d'une tumeur dans les vertèbres, il se produit une compression de la moelle épinière et des nerfs. Ensuite, il y a une faiblesse dans les bras ou les jambes, un engourdissement et même une paralysie, la miction est perturbée.

Métastases cérébrales

Dans le cerveau, la formation de métastases et la multiplication de cellules sont accrues. Lorsque la tumeur secondaire se développe, elle serre, détruit ou irrite les tissus sains, ce qui se manifeste:

  • mal de tête;
  • des convulsions;
  • troubles de la parole;
  • faiblesse, fatigue;
  • vision floue;
  • douleur et engourdissement de diverses parties du corps;
  • perturbation de l'activité motrice;
  • nausées et vomissements.

Le travail coordonné du système musculo-squelettique dépend du travail fonctionnel du cervelet. La parole, les émotions, les capacités mentales, y compris la mémoire, la conscience de soi, un comportement adéquat, la capacité de raisonner correctement, l'excitation sexuelle contrôlent les lobes frontaux. Les lobes temporaux sont responsables de l'audition et dotent la personne de compétences organisationnelles. Les lobes nuchaliques sont responsables de la vue et de la capacité de lecture. Le cerveau oblong contrôle la respiration et le rythme cardiaque.

Si des métastases germent dans l'une des zones (lobes) du cerveau, alors tout le travail fonctionnel est perturbé et des symptômes pathologiques apparaissent. Les métastases cérébrales sont confirmées par imagerie à rayons X, par calcul, à émission de positrons ou par résonance magnétique et par biopsie.

Vidéo informative

Cancer du rein - métastases ganglionnaires

Plus le stade de la maladie est élevé, plus les métastases ganglionnaires (LU) sont détectées:

  • avec une insuffisance rénale - 6%;
  • avec une distribution locale du processus - 46,5%;
  • avec la propagation des métastases à d'autres organes - 62%;
  • avec invasion vasculaire sur le fond de métastases distantes - 66,6%.

Le traitement du cancer du rein métastatique s'effectue en plusieurs étapes.

Enlevez les métastases avec une combinaison de thérapies, qui incluent:

  • traitement chirurgical;
  • immunothérapie;
  • thérapie ciblée

La chirurgie pour le cancer du rein comprend la néphrectomie avec le retrait de l’organe touché par la tumeur. En ce qui concerne la chimiothérapie et la radiothérapie, en présence de métastases, ils ne donnent aucun résultat et sont utilisés dans des cas assez rares. L’immunothérapie peut augmenter le taux de survie dans le cancer du rein métastatique et améliorer la santé du patient.

Pronostic de survie

Le pronostic devient irréversible en cas de lésion de la veine rénale et des ganglions lymphatiques distants. Avec une intervention chirurgicale, la survie à 5 ans est de 50 à 70% des patients.

Plus D'Articles Sur Les Reins