Principal Kyste

Que faire avec la néphrosclérose rénale?

La néphrosclérose des reins est une pathologie accompagnée du remplacement du parenchyme par du tissu conjonctif, à la suite duquel les organes du rein perdent leur fonction.

De plus, avec de tels changements pathologiques, les reins sont réduits en taille, ridés et compactés.

Raisons

La néphrosclérose est divisée en espèces primaires et secondaires. La néphrosclérose primaire résulte de la perturbation du système circulatoire, de l'apparition de processus pathologiques dans celui-ci.

En particulier, en raison de la présence de thrombose ou de plaques athérosclérotiques, les vaisseaux sanguins peuvent se rétrécir. Très souvent, un tel rétrécissement est observé dans les artères rénales.

Problèmes cardiaques

Avec l’ischémie et l’hypertension, les crises cardiaques surviennent assez souvent au début, suivies des cicatrices.

Le processus de cicatrisation des tissus peut commencer dans les reins et en raison de changements liés à l'âge survenant dans les vaisseaux.

Avec une détérioration significative de l'apport sanguin à l'organe rénal, des modifications atrophiques et dystrophiques du parenchyme sont provoquées. L'hypoxie améliore la croissance du tissu conjonctif.

La néphrosclérose secondaire résulte de processus pathologiques qui se développent directement dans le rein lui-même.

La pyélonéphrite, la glomérulonéphrite, la tuberculose, l'urolithiase, l'amylose, les lésions organiques sont toutes des maladies qui constituent la base d'un processus au cours duquel le tissu conjonctif remplace complètement le parenchyme rénal.

Provoquer de tels changements pathologiques peut entraîner non seulement une maladie rénale, mais aussi une maladie aussi grave telle que le diabète, ainsi que l'exposition aux radiations.

Les symptômes

La pathologie s'accompagne d'un changement de la surface externe des reins, qui sera clairement visible lors d'une étude de diagnostic.

Cependant, les patients ne consultent que très rarement des soins médicaux car aucun symptôme n'apparaît aux premiers stades de la néphrosclérose des reins.

Les symptômes commencent à apparaître lorsque des modifications pathologiques ont complètement affecté l'ensemble du rein.

À ce stade, on observe déjà des phoques et une surface nodulaire.

En même temps, si la glomérulonéphrite ou l’hypertension est la cause de la néphrosclérose, la couche superficielle du tissu devient fine et, avec l’athérosclérose, des lésions rénales importantes, de gros nodules sont observés à la surface.

Il convient de noter que la néphrosclérose est encore plus facile à identifier par les résultats des tests effectués.

Cependant, des signes peuvent être vus par le patient.

Les principaux symptômes sont la nycturie et la polyurie, la formation de protéines dans les urines, la diminution de la densité du liquide urinaire.

Augmentation de la pression artérielle

Le patient présente un œdème accru, initialement visible uniquement sur la partie faciale, puis dans l’ensemble du corps.

De plus, le patient commence à ressentir une augmentation assez fréquente de la pression artérielle, ce qui peut provoquer non seulement une surcharge du système cardiovasculaire, mais également un accident vasculaire cérébral.

Malheureusement, dans un tel contexte, il peut se produire un décollement de la rétine ou un gonflement de la papille du nerf optique, ce qui peut tout simplement rendre aveugle.

Les patients peuvent se plaindre de maux de tête fréquents.

Traitement

Lors du diagnostic de la néphrosclérose des reins, le médecin déterminera définitivement auprès du patient quels symptômes apparaissent.

Ces informations sont très importantes car le choix des options de traitement en dépend entièrement.

En cas de néphrosclérose asymptomatique, un traitement de soutien est effectué.

Par exemple, en cas d'exclusion absolue d'insuffisance rénale et d'absence d'une nette augmentation évidente de la pression artérielle, il est recommandé au patient de prendre un supplément de sel de table (la posologie exacte doit être indiquée par le médecin), ainsi que d'utiliser obligatoirement une quantité suffisante de liquide.

Les médicaments antihypertenseurs ne sont pas prescrits dans de tels cas, mais des médicaments anaboliques et diurétiques doivent accompagner tout le processus de traitement.

Lorsqu’un patient est diagnostiqué avec une insuffisance rénale complète, des médicaments antihypertenseurs sont prescrits, mais avec une grande prudence.

Le problème est qu’une forte diminution de la pression provoque la même diminution brutale de la vitesse de la circulation sanguine.

En raison d'un manque d'approvisionnement en sang, le rein ne peut pas fonctionner normalement. Étant donné que le rein est déjà affaibli en raison d'une pathologie, une insuffisance de la circulation sanguine entraînera des conséquences plus graves.

En cas de diagnostic d'azotémie chez un patient, le médecin lui prescrit un régime alimentaire strict caractérisé par une forte diminution de l'apport en aliments protéiques. Cela aidera à réduire la présence de toxines azotées dans les reins.

Si le développement de la néphrosclérose s'accompagne d'un rythme rapide, une hypertension maligne est détectée dans le contexte d'une insuffisance rénale, les médecins pratiquent une intervention chirurgicale au cours de laquelle ils réalisent une embolisation des artères rénales et, dans des cas plus graves, une néphrectomie rénale.

Bien entendu, dans ce cas, le patient est obligé de passer à l’hémodialyse. Une autre solution pour normaliser l’état général du patient à l’avenir pourrait être une greffe de rein.

Cicatrices sur le rein

Les premiers signes d'appendicite chez les femmes et les hommes

Les experts ne savent pas exactement pourquoi les gens ont besoin d'un appendice. Charles Darwin pensait que c'était l'organe utilisé par nos ancêtres pour digérer les plantes. Des études scientifiques récentes ont montré que l’annexe pouvait constituer un habitat pour des bactéries amies facilitant la digestion et combattant les infections.

L'appendicite survient le plus souvent entre 10 et 30 ans. Les symptômes d'appendicite chez les hommes sont observés plus souvent que chez les femmes. L'appendicite peut être aiguë ou chronique, bien que l'existence de ce dernier cause constamment des controverses parmi les médecins. L'appendicite chronique est considérée comme une maladie rare, un problème diagnostique et thérapeutique pour les médecins, car la plupart des patients présentent des symptômes atypiques. Une fréquence d'appendicite chronique est de 1,5% de tous les cas de la maladie.

Causes de l'appendicite

L'inflammation de l'appendice peut avoir plus d'une cause et, dans de nombreux cas, elle ne peut pas être découverte. L'étiologie possible inclut le blocage de l'ouverture à l'intérieur de l'annexe:

  • avec une augmentation de tissu dans la paroi de l'annexe causée par une infection du tractus gastro-intestinal ou d'un autre endroit du corps;
  • maladie intestinale inflammatoire;
  • une chaise, un parasite ou des excroissances pouvant fermer la lumière de l'annexe;
  • après une blessure à l'estomac.

L'appendicite chronique est le résultat d'un chevauchement partiel et transitoire de la lumière de l'appendice.

Tableau clinique

Les changements de position de l'annexe, l'âge du patient et le degré d'inflammation rendent les manifestations cliniques de l'appendicite plutôt controversées. Les statistiques montrent que chaque cinquième cas d'appendicite est diagnostiqué par erreur. Cependant, une annexe normale est retrouvée chez 15 à 40% des patients qui subissent une intervention chirurgicale d'urgence pour retirer l'annexe.

L'image classique de perte d'appétit, de douleurs au nombril avec nausées supplémentaires, de douleurs dans le bas-ventre droit et de vomissements n'est observée que chez la moitié des patients. Les chirurgiens disent qu’il n’ya pas de poids plus léger et, en même temps, plus difficile à diagnostiquer que l’appendicite. En particulier, cette affirmation s’applique au sexe faible, car les premiers signes d’appendicite chez la femme sont similaires aux symptômes d’autres maladies (le plus souvent gynécologiques). Le patient peut révéler les symptômes suivants en lui-même:

  • Douleur au nombril. L'appendicite se produit souvent dans le bas de l'abdomen, à droite. Cependant, le premier signe de cette maladie est une gêne autour du nombril, qui diminue ensuite. Ce symptôme (diminution de la douleur) est le signe d'appendicite le plus sûr que le patient puisse détecter. Certaines personnes peuvent ressentir des maux d'estomac à différents endroits. Cela est particulièrement fréquent chez les femmes enceintes. La douleur peut être aggravée en bougeant les jambes ou le ventre, en toussant ou en éternuant, ou en conduisant une voiture sur une mauvaise route.
  • Aggravation rapide de la douleur. Une fois que la douleur a diminué dans le bas de l'abdomen, elle peut devenir très intense. Après la rupture du processus vermiforme, la gravité de la douleur augmente rapidement. En règle générale, pour réduire la douleur, une personne se met en position couchée, plie les jambes et ne bouge pas, afin de ne pas aggraver le syndrome douloureux.
  • Augmentation de la température et des frissons. L'appendicite peut être accompagnée d'une légère augmentation de la température, de frissons et de tremblements.
  • Nausées, vomissements et perte d'appétit. La nausée est présente chez 61 à 92% des patients et la perte d’appétit chez 74 à 78%. Les vomissements surviennent généralement après une douleur abdominale. S'il est observé avant cela, il est nécessaire de suspecter la présence d'une autre maladie.
  • Constipation ou diarrhée. Ces symptômes sont observés chez une faible proportion de patients (18%) et ne peuvent donc pas être utilisés pour exclure ou confirmer une appendicite.
  • Distension abdominale et incapacité à éliminer les gaz des intestins.
  • Douleur dans le bas-ventre à droite. Si le patient se presse dans cette zone, il peut ressentir une douleur qui est aggravée par le retrait brutal du bras.
  • Si l'appendice enflammé est situé près de la vessie ou de l'uretère, il peut les irriter et provoquer l'apparition des symptômes correspondants - mictions fréquentes ou douloureuses, décoloration de l'urine. Parfois, les médecins peuvent soupçonner la présence d’une appendicite chez les enfants ou les adultes présentant une rétention urinaire aiguë.

Appendicite et grossesse

L'incidence de la maladie pendant la grossesse ne change pas par rapport au reste de la population, mais le tableau clinique dans ces cas est plus variable et il est beaucoup plus difficile de déterminer la présence d'une appendicite.

Pendant la grossesse, le processus vermiforme se déplace dans le sens inverse des aiguilles d'une montre vers le rein droit, dépassant ainsi sa position normale. Au premier trimestre, il y a une douleur dans le bas-ventre à droite, mais plus tard dans la grossesse, elle peut se produire dans le haut de l'abdomen. Des nausées, des vomissements et un manque d'appétit sont souvent observés au cours du premier trimestre, mais leur réapparition à la fin de la grossesse devrait être suspecte.

Quand devrais-je voir un médecin?

L'appendicite nécessite un traitement médical urgent. Si une personne soupçonne que lui ou son enfant est atteint de la maladie, vous devez contacter immédiatement l’hôpital pour obtenir de l’aide.

Comment un médecin peut-il diagnostiquer la présence d'une maladie?

Pour aider à diagnostiquer la présence d'une appendicite, le médecin demande au patient s'il se plaint et examine son estomac. Les tests et procédures utilisés pour confirmer le diagnostic incluent les manipulations suivantes:

  • Inspection et évaluation de la douleur. Le médecin peut mettre de la pression sur la région douloureuse. Quand il retire soudainement son bras, la douleur peut s'aggraver, indiquant une inflammation du péritoine situé à côté de l'appendice. Le médecin peut également révéler la tension des muscles abdominaux en réponse à la pression exercée sur un appendice enflammé. Vous aurez peut-être besoin d'un examen numérique du rectum. Les femmes ont besoin d'un examen pelvien pour identifier les problèmes pouvant être à l'origine de la douleur.

  • Des analyses de sang permettront au médecin d'identifier une augmentation du nombre de leucocytes dans le sang, ce qui peut indiquer un processus infectieux.
  • L'analyse des urines est effectuée pour s'assurer que les symptômes ne sont pas causés par une infection des voies urinaires ou des calculs rénaux.
  • Afin de confirmer la présence d'une appendicite ou de détecter d'autres causes de douleur abdominale, le médecin peut vous prescrire une échographie ou une tomodensitométrie.
  • Que peuvent être des complications?

    En l'absence de traitement rapide, l'appendicite peut entraîner le développement de complications graves:

    • À la rupture de l'appendice, après quoi l'infection se propage dans tout l'abdomen, ce qui conduit au développement de la péritonite, ce qui peut menacer la vie du patient;
    • Pour le développement d'un abcès - une poche limitée avec du pus.

    Traitement

    Habituellement, le traitement de l'appendicite implique l'ablation chirurgicale de l'appendice - appendicectomie. Avant l'opération, le patient reçoit un antibiotique pour prévenir les complications infectieuses.

    Une appendicectomie peut être réalisée à l'aide d'une opération ouverte à travers une seule incision de 5 à 10 cm, à travers plusieurs petites incisions avec la méthode laparoscopique, dans laquelle le chirurgien insère des instruments spéciaux et une caméra vidéo dans l'abdomen. En cas de complications, une appendicectomie ouverte est réalisée. L'opération est réalisée sous anesthésie générale. S'il y a des complications après la chirurgie dans la plaie, le chirurgien peut laisser des drains - des tubes dans lesquels le liquide peut s'écouler de la cavité abdominale.

    L'œsophagite par reflux est une inflammation de la partie inférieure de l'œsophage, provoquée par les lésions de ses parois causées par le contenu jeté de l'estomac ou des intestins. Cette inflammation est une maladie non dépendante, elle est le plus souvent un symptôme de lésions ulcéreuses du tube digestif ou une complication du reflux gastro-oesophagien.

    L'oesophagite par reflux ne présente aucun symptôme spécifique. Son premier symptôme est une brûlure d'estomac. Elle se manifeste également dans des troubles digestifs tels que la dysphagie, les éructations acides, en particulier après avoir mangé. La douleur observée dans l'épigastre, qui donne à la zone entre les omoplates, le cou, la mâchoire inférieure, le côté gauche de la poitrine. Il existe également des manifestations non œsophagiennes de la maladie, telles que toux, essoufflement en position horizontale, enrouement, gorge sèche, inflammation des amygdales ou des sinus paranasaux, langue blanche sur la langue, ballonnements, nausées, vomissements, saturation alimentaire rapide.

    La classification médicale de l'œsophagite par reflux le divise en degrés (A, B, C, D), ils sont également appelés étapes (1, 2, 3, 4). De plus, en fonction de la prédominance de certains changements, des œsophagites par reflux catarrhal, exfoliatif, œdémateux, érosif, pseudomembraneux, nécrotique et flegmoneux sont isolées.

    Diagnostic des causes et des problèmes

    Les raisons du développement de la pathologie peuvent être:

    • faiblesse du système musculaire du sphincter oesophagien inférieur;
    • relaxation spontanée du sphincter gastro-oesophagien;
    • hernie hiatale (diaphragmatique);
    • l'utilisation de sédatifs et d'antispasmodiques;
    • réduire la capacité du corps à s'auto-purifier;
    • amélioration des propriétés néfastes du contenu jeté de l'estomac ou des intestins;
    • réduction de la résistance de la membrane muqueuse aux effets néfastes de la projection de la nourriture;
    • trouble de la vidange gastrique;
    • hypertension intra-abdominale (c'est-à-dire augmentation de la pression), se développant souvent sous forme d'obésité, d'ascite, de suralimentation, de distension marquée de l'intestin.

    Méthodes de diagnostic de l'oesophagite par reflux:

    • Pour le diagnostic de l'oesophagite par reflux, on a prescrit un examen instrumental de l'œsophage avec un endoscope. En conséquence, il révèle la présence d'inflammation, de modifications érosives, de lésions ulcéreuses, de remplacement de l'épithélium plat à plusieurs couches par un corps cylindrique.
    • Un autre type de diagnostic de projection de nourriture dans l'œsophage est le pH-métrage quotidien de l'œsophage. Une diminution du pH (c'est-à-dire de la valeur du pH) inférieure à 4 ou, au contraire, une augmentation de plus de 7, indique la présence de reflux. Dans le même temps, la diminution de la valeur du pH révèle le reflux du contenu gastrique, et l'augmentation - celle de l'intestin. Normalement, le pH est de 6,0. Ce type d’étude détermine le nombre et la durée des épisodes de reflux dans la partie inférieure de l’œsophage. C'est la pH-métrie quotidienne qui permet de sélectionner un traitement individuel et de surveiller l'efficacité des médicaments prescrits.
    • La manométrie du sphincter de l'œsophage vous permet de déterminer le changement de ton des valves.
    • pH-métrie associé à une mesure d'impédance. L’étude est appelée pH-mètre d’impédance. Cette méthode permet d’évaluer le péristaltisme oesophagien et les reflux gastro-oesophagiens.

    Version facile de la maladie

    La maladie débute au stade 1 - oesophagite par reflux 1 (A). Cela aidera à comprendre le fait que le stade 1 ne se caractérise que par une rougeur intense de la muqueuse œsophagienne et la formation d’une érosion ponctuelle.

    • Bonne nutrition avec oesophagite
    • Comment traiter l'érosion oesophagienne
    • Comment détecter et prévenir le développement de l'atrésie de l'œsophage chez le fœtus et le nouveau-né

    Dans la première phase de la maladie, les médicaments ne sont généralement pas nécessaires. Le respect de certaines conditions, le maintien d'un régime alimentaire est suffisant. Les adeptes de la médecine traditionnelle peuvent utiliser des tisanes et des tisanes comme thérapie.

    Pour éliminer le stade 1 de l'oesophagite par reflux, vous devez:

    • ne pas abuser de la nourriture, manger en petites portions et seulement des aliments chauds;
    • manger toutes les 2-3 heures;
    • ne mangez pas d'aliments et de plats frits, marinés, épicés ou acides;
    • arrêter de boire de l'alcool et de fumer;
    • manger au moins deux heures avant le coucher;
    • ramener le poids à la normale;
    • porter des vêtements confortables, abandonner les ceintures serrées;
    • éliminer les pentes après avoir mangé;
    • arrêtez de prendre des médicaments qui peuvent déclencher la relaxation du sphincter gastro-oesophagien.

    En tant que thérapie avec des méthodes traditionnelles, vous pouvez prendre du sirop de fleurs de pissenlit. Pour l'obtenir, vous devez couper les fleurs d'un pissenlit et, en plaçant des couches dans un bocal, versez-les avec du sucre. Le mélange résultant est bien réprimer et insister avant la formation de jus. Après cela, diluez 1 cuillère à café de jus dans un demi-verre d'eau et prenez avant les repas 3 fois par jour. Vous pouvez également préparer un mélange de souci, de mélisse, d'origan et de plantain sous forme de thé. Avant utilisation, diluez 1 cuillère à soupe du concentré obtenu dans 200 ml d’eau. Prendre 1/3 tasse avant les repas.

    Aggravation de la situation

    L'œsophagite par reflux de degré 2 est caractérisée par l'apparition d'érosions et de modifications ulcéreuses de la muqueuse œsophagienne, qui ont tendance à se fondre en un tout, augmentant ainsi la surface de la lésion. Le pourcentage de dommages est au moins 40% de tout le corps.

    À l'examen, des érosions écarlates avec de nombreuses ecchymoses, un gonflement et un épaississement sont visibles. Sur la couche supérieure de la membrane muqueuse, il y a un écoulement de caractère purulent, séreux et sanglant. En cas de vomissement, une muqueuse exfoliée peut apparaître avec des masses émétiques. Cette étape devrait déjà être traitée avec des médicaments:

    • La procinétique est un groupe de médicaments (Dimelium, Motilium, Domstal, etc.) qui vise à stimuler la fonction motrice du tube digestif. En raison de leur utilisation, le ton du sphincter oesophagien inférieur est stimulé, un passage rapide du morceau de nourriture à travers l’œsophage, une vidange accélérée de l’estomac des aliments digérés.
    • Les antiacides (Almagel, Agiflux, Maalox) sont utilisés pour neutraliser l'excès d'acide chlorhydrique dans l'estomac, normaliser l'acidité du suc gastrique et protéger les parois de l'estomac par effet enveloppant.
    • Les médicaments anti-ulcéreux, tels que la ranitidine, l’oméprazole, le lansoprozole et d’autres, réduisent la formation d’acide chlorhydrique et ont un effet bactéricide sur Helicobacter pylori.

    Avec l'évolution de la maladie vers l'œsophagite par reflux de 3 à 4 degrés, un ou plusieurs plis de l'œsophage sont touchés. La membrane muqueuse est affectée jusqu'à 75% de la circonférence. Les symptômes et les troubles du fonctionnement du corps sont exacerbés. De ce fait, le travail des organes voisins impliqués dans la digestion (intestin, estomac, vésicule biliaire, foie) est perturbé.

    En l'absence de traitement adéquat, le processus de transformation des cellules d'un organe en fibres nécrotiques est démarré, la pourriture est observée et une oncopathologie est en cours de formation.

    À ces stades, une thérapie complexe de la maladie est nécessaire, qui comprend le régime alimentaire, le respect des règles recommandées, la prise des médicaments susmentionnés, ainsi que l’utilisation de médicaments appartenant au groupe des gastroprotecteurs et des réparateurs. Ceux-ci incluent: Venter, Solkoseril, Actovegin et autres.

    Aux premiers symptômes de la maladie, il est nécessaire de consulter un spécialiste. Tous les moyens et les dosages sont choisis individuellement par le médecin traitant en fonction des résultats des tests et des recherches. Dans le cas d'une forme en cours d'exécution, un traitement chirurgical de la maladie est possible.

    Qu'est-ce qu'un kyste rénal, ses signes et ses complications?

    Un kyste est une cavité entourée d'une capsule et remplie de liquide. De telles formations peuvent se produire dans presque tous les organes, y compris les reins. Dans ce dernier cas, ils se forment le plus souvent chez les hommes de plus de 45 ans et peuvent devenir la cause du cancer. Il est donc extrêmement important de remarquer les symptômes d'un kyste rénal à temps et de tout mettre en œuvre pour l'éliminer.

    Un kyste rénal est une cavité remplie de contenu séreux, bien que l'on y trouve parfois des impuretés de pus, de sang ou de liquide rénal. Il peut être congénital ou acquis, avoir une forme différente et un nombre différent de chambres. Par conséquent, il y a:

    • kyste simple, qui est une seule cavité dans le corps;
    • multi-chambre ou complexe - néoplasme avec un grand nombre de cavités séparées par des cloisons les unes des autres.

    Attention! La taille des formations kystiques dépasse rarement 10 cm.

    Mais cette division n'est pas la seule. Alors, distinguez les formes de kystes suivantes:

    • Solitaire Cette formation a une nature bénigne, ronde ou ovale, elle ne se connecte pas aux canaux et est remplie de liquide séreux, dans lequel on trouve parfois des impuretés de sang ou de pus. En règle générale, ces kystes résultent de blessures. Il est donc fréquent que plusieurs tumeurs d'un organe se retrouvent en même temps. De plus, un kyste du rein gauche se forme plus souvent et ce sont les hommes qui prédominent.
    • La multicystose est une pathologie congénitale, mais plutôt rare. Dans les cas graves, le rein cesse de remplir ses fonctions.
    • La polykystose est l’une des maladies héréditaires, mais contrairement à la maladie multicystique, elle peut se manifester pour la première fois à la fois dans les premières années de la vie et entre 30 et 40 ans. À ce moment-là, le parenchyme rénal renaît, à la suite duquel il commence à ressembler à des grappes de raisin.

    Attention! La maladie polykystique affecte généralement non seulement les reins, mais également d'autres organes.

    • Rein spongieux. Cette pathologie congénitale est aussi souvent appelée médulla multikystique. Elle se caractérise par l'expansion des tubules rénaux, ce qui entraîne la formation d'un grand nombre de petits kystes.
    • Un dermoïde est une cavité remplie non pas d'un liquide, comme dans tous les autres cas, mais de graisse, de poils, d'inclusions osseuses, de particules de peau, etc. De telles formations sont déjà présentes chez l'enfant au moment de sa naissance.
    • Formations kystiques dont la formation est associée à la présence de maladies héréditaires concomitantes, notamment le syndrome de Zellweger, la sclérose tuberculeuse, le syndrome de Meckel, etc.

    Comme les anomalies congénitales sont assez rares, nous parlerons à l'avenir d'un simple kyste rénal. En fonction de l'emplacement, il est:

    • Sous-capsulaire - situé sous la couche fibreuse.
    • Intraparenchymateux - localisé dans le parenchyme.
    • Cortical - situé directement dans le sinus.
    • Kyste parapelvien du rein - est situé dans le sinus et se développe à partir de la région du vaisseau lymphatique.

    Raisons

    Aujourd'hui, les kystes sont souvent diagnostiqués, mais malgré cela, les causes de leur apparition ne sont toujours pas bien comprises. En ce qui concerne les reins, les scientifiques ont avancé plusieurs théories qui expliquent pourquoi les cavités remplies de liquide séreux s'y forment. Mais le plus souvent, il est associé à la présence de pathologies des tubules rénaux directement impliquées dans l'élimination de l'urine des reins. Si l'urine stagne, il en résulte une saillie des parois de l'organe, délimitées progressivement du tissu sain par la capsule, c'est-à-dire transformées en kyste. Cela peut être le résultat du développement:

    • tuberculose rénale;
    • urolithiase;
    • infections parasitaires;
    • adénomes de la prostate;
    • glomérulonéphrite;
    • hématomes de la capsule fibreuse du rein;
    • tumeurs dans les tissus de l'organe;
    • infarctus ischémique ou veineux du rein;
    • pyélonéphrite;
    • les maladies sexuellement transmissibles, en particulier la syphilis, la gonorrhée, etc.

    En d'autres termes, des formations kystiques peuvent survenir à la suite de toute pathologie des reins. De plus, les kystes du rein sont souvent causés par une blessure ou des coups violents dans la région lombaire.

    Important: sur les parois du kyste forment souvent des tumeurs. On pense qu'ils ont tendance à acquérir des signes de tumeurs malignes au fil du temps.

    Les symptômes

    L'intensité des symptômes dépend de la taille du kyste; il n'est donc pas surprenant qu'au début, il ne se manifeste pas. Mais comme une régression indépendante de la formation est impossible et que les causes de son apparition sont rarement éliminées sans intervention extérieure, la taille des kystes augmente généralement. En conséquence, ils commencent à exercer une pression sur certaines zones du rein ou de l'uretère et à provoquer une stagnation urinaire accrue, entraînant:

    • sensation de lourdeur dans la région lombaire;
    • douleur dans le dos, aggravée par l'effort physique ou couchée;
    • l'apparition d'une infection qui pénètre non seulement dans les tissus sains du rein, mais également dans le kyste lui-même.

    Important: étant donné qu’une lésion bilatérale est assez rare, le patient se plaint généralement d’inconfort dans seulement la moitié du corps. Autrement dit, s’il a un kyste du rein droit, il sera malade du côté droit.

    Dans ce dernier cas, en plus d’un inconfort mineur, les patients souffrent de:

    • des frissons;
    • douleurs dorsales sévères ou douleurs abdominales irradiant à l'aine;
    • augmentation de la température corporelle;
    • la faiblesse;
    • changements dans la nature de l'urine en raison de l'apparition d'impuretés de pus en elle.

    Attention! Même des kystes de taille suffisante peuvent ne pas apparaître pendant assez longtemps, mais, étant donné leur propension à la malignité, le fait de ne pas passer par des examens réguliers peut avoir des conséquences désastreuses.

    Avec une évolution longue de la maladie, les patients présentent des signes d'insuffisance rénale chronique, à savoir:

    • le volume des urines excrétées augmente et, par conséquent, la quantité de miction, mais il arrive ensuite une période pendant laquelle il est absolument impossible d'uriner;
    • le sang apparaît dans l'urine;
    • la pression artérielle augmente;
    • somnolence pendant le jour et insomnie la nuit, etc.

    Des complications

    Un kyste du rein n'est pas une maladie inoffensive, car il peut entraîner des complications graves, voire la mort d'une personne. L’un des scénarios les plus tristes est l’infection de l’éducation, sa suppuration et sa rupture. En conséquence, le contenu du kyste infecté pénètre dans la cavité abdominale, ce qui entraîne le développement d'une péritonite. Dans ce cas, la vie du patient ne peut être sauvée que par une chirurgie opportune.

    Reconnaître le début de la péritonite est possible par l'apparition des signes suivants:

    • tension musculaire prononcée de la paroi abdominale antérieure;
    • douleur aiguë dans le bas du dos et l'abdomen;
    • augmentation de la température.

    L’hydronéphrose est un autre type de développement. En outre, les effets indésirables d’un kyste rénal peuvent survenir en raison de sa pression sur les structures vasculaires de l’organe. La conséquence en est une violation du fonctionnement du rein avec un écoulement ultérieur vers l'insuffisance rénale chronique et le développement de l'urémie, c'est-à-dire un empoisonnement du corps avec ses propres déchets. Mais ceci est généralement observé en présence de tumeurs dans les deux reins.

    Attention! Selon certains rapports, un kyste rénal peut dégénérer en une tumeur maligne.

    Traitement

    Dès que le patient répond aux plaintes ci-dessus, l'urologue ou le néphrologue a pour tâche de confirmer le diagnostic de «kyste rénal». À cette fin, le patient est d'abord examiné par un médecin. En palpant les reins, il détecte une éducation dont le diamètre est supérieur à 3 cm.Le patient est ensuite envoyé à:

    • Le chêne;
    • test sanguin biochimique;
    • OAM;
    • Échographie Doppler;
    • l'angiographie;
    • Scanner;
    • IRM

    Ces études permettent non seulement de confirmer la présence d’un néoplasme, mais également d’établir avec précision sa localisation et sa structure. En outre, pour déterminer la nature de l'éducation est généralement prescrit l'examen radio-isotopique, par exemple, la scintigraphie, l'urographie, etc. Ce sont ses résultats qui permettent de déterminer si une tumeur maligne ou une tumeur bénigne s'est formée dans le rein.

    Dès que le diagnostic est établi, la question est de savoir quoi faire si un kyste dans le rein se présente de lui-même. Il ne peut être répondu que par un spécialiste qualifié, connaissant la taille de la tumeur. S'il est insignifiant, il est traditionnellement recommandé d'adopter une attitude attentiste, tout en faisant l'objet d'un examen régulier afin de déceler une dynamique temporelle positive ou au contraire négative. Si le kyste commence à se développer, un traitement conservateur est choisi individuellement pour les patients.

    Traitement conservateur

    La direction de la thérapie est déterminée en fonction des causes du développement de la pathologie. Le plus souvent, on prescrit aux patients un traitement antibiotique pour éliminer l’infection. Si, toutefois, les parasites sont causés par la formation de kystes, des préparations appropriées seront nécessaires, mais dans de tels cas, en règle générale, une intervention chirurgicale ne peut être évitée.

    En plus de prendre des médicaments, il est recommandé aux patients de modifier leur mode de vie, à savoir:

    • réduire la quantité de sel consommée;
    • contrôlez la quantité de liquide que vous buvez, surtout s'il y a tendance à gonfler;
    • réduire la quantité de protéines consommée;
    • exclure le café, les fruits de mer et les plats contenant du cacao;
    • arrêtez de fumer et de l'alcool.

    Attention! Le traitement conservateur en cours absorbe plus souvent le kyste du rein droit qu'une formation similaire dans le rein gauche.

    Le médecin peut également suggérer au patient de pratiquer une ponction du kyste, c'est-à-dire de retirer son contenu par une petite ponction sous contrôle d'une échographie. Pour prévenir la récurrence de la maladie, des agents sclérosants sont injectés dans la cavité. Ils contribuent au collage des parois de la capsule et à la formation de tissu conjonctif.

    Traitement chirurgical

    Si le traitement conservateur ne produit aucun résultat et que l'éducation continue de croître, le patient doit être préparé au fait que, avec le temps, il aura besoin de l'aide d'un chirurgien. Mais habituellement, l'opération n'est montrée que dans les cas où le kyste devient un obstacle au fonctionnement normal du rein.

    En outre, le traitement chirurgical des kystes rénaux est indiqué pour:

    • syndrome de douleur sévère;
    • suppuration de l'éducation;
    • kystes supérieurs à 40 - 45 mm;
    • augmentation de la pression artérielle, déclenchée par la présence de tumeurs et non éliminée par des médicaments;
    • la présence de kystes causés par des parasites;
    • insuffisance rénale grave;
    • présence de signes d'éducation maligne.

    L'essentiel de l'opération consiste à enlever, par une petite incision, non seulement le contenu du kyste, mais également ses capsules. Habituellement, cela n'entraîne aucune difficulté, mais dans les cas où un grand néoplasme est situé au fond du parenchyme, il peut être nécessaire de prélever le rein avec un kyste. Après cela, des antibiotiques et des analgésiques sont prescrits au patient.

    Traitement des remèdes populaires

    Si un kyste rénal est diagnostiqué, le traitement avec des remèdes populaires peut être non seulement peu concluant, mais également dangereux. En étant engagé dans un tel traitement, le patient perd au moins un temps précieux, et au maximum, par ses actions provoque la rupture du kyste et le développement de complications. Par conséquent, avant de commencer à utiliser certains moyens, il est nécessaire de consulter un médecin.

    Les plus populaires sont les recettes suivantes:

    • Mâcher une feuille de Kalanchoe soigneusement lavée avant de manger.
    • Les feuilles de bardane fraîchement coupées sont lavées de la saleté et de la poussière, après quoi elles en pressent le jus dans un plat en verre. Pour ce faire, vous pouvez utiliser le presse-agrumes habituel. L'outil obtenu prend 1-2 c. l tout au long de 2 mois trois fois par jour.
    • L'écorce de tremble est broyée en poudre dans un moulin à café ou à viande. Il est pris dans les 2 semaines trois fois par jour avant les repas pour ½ cuillère à soupe. l toujours boire un verre d'eau. Le cours peut être répété dans un mois.
    • Buvez du thé vert avec du lait et du miel deux fois par jour.
    • 200 g de jus de viorne frais mélangés à 1,5 c. l chérie L'outil obtenu est pris 1 fois par jour pour une tasse.
    • 50 pièces Golden Usa insiste dans 500 ml de vodka pendant 10 jours. La teinture finie est prise deux fois par jour avant les repas selon le schéma suivant: Jour 1 - 10 gouttes, dilué dans 30 ml d’eau, Jour 2 - 11 gouttes, etc. Ainsi, le 25e jour, le patient doit prendre 35 gouttes de teinture, diluées dans 30 ml d’eau, après quoi la posologie est réduite dans l’ordre inverse à 10 gouttes.

    Mais peut-être est-il plus correct de ne pas traiter l’effet, mais la cause?

    Nous vous recommandons de lire l'histoire d'Olga Kirovtseva, comment elle a guéri l'estomac… Lire l'article >>

    Pyélonéphrite aiguë

    La pyélonéphrite aiguë est une lésion inflammatoire non spécifique des tissus interstitiels des reins et du système pelvien rénal. La clinique de pyélonéphrite aiguë se caractérise par une forte fièvre accompagnée de frissons et de transpiration, des maux de tête, des myalgies, des arthralgies, un malaise général, des douleurs dans le bas du dos, des modifications urinaires dues à la leucocyturie et à la pyurie. Le diagnostic de pyélonéphrite aiguë comprend l'examen microscopique et bactériologique de l'urine, l'échographie des reins; si nécessaire, urographie excrétrice, études par radio-isotopes, tomographie. Dans la pyélonéphrite aiguë, un régime, de nombreuses boissons, des antibiotiques, des nitrofuranes et des antispasmodiques sont prescrits. Dans la pyélonéphrite obstructive, la néphrostomie est indiquée; en cas de processus purulents et destructeurs, décapsulation du rein ou néphrectomie.

    Pyélonéphrite aiguë

    La pyélonéphrite aiguë en urologie est la maladie rénale la plus courante. La pyélonéphrite aiguë survient souvent pendant l'enfance, lorsque la charge sur les reins est très intense et que leur développement morpho-fonctionnel est incomplet. Chez les adultes, la pyélonéphrite aiguë est plus fréquente chez les femmes de moins de 40 ans.

    La pyélonéphrite aiguë peut être primaire (non obstructive) et secondaire (obstructive). La pyélonéphrite primaire se produit à l’arrière-plan du flux normal d’urine des reins; La pyélonéphrite secondaire est associée à une altération de la perméabilité des voies urinaires supérieures en raison de leur compression ou de leur obstruction externe. Selon la nature des modifications inflammatoires, la pyélonéphrite aiguë peut être de nature séreuse ou purulente-destructrice (pyélonéphrite apostématique, abcès ou anthrax du rein). Dans les cas graves, la pyélonéphrite aiguë peut être compliquée par une papillite nécrosante - nécrose papillaire. La pyélonéphrite aiguë peut concerner un ou deux reins.

    Causes de pyélonéphrite aiguë

    La pyélonéphrite aiguë se développe lors de la pénétration endogène ou exogène de micro-organismes pathogènes dans les reins. Le plus souvent, la pyélonéphrite aiguë est causée par Escherichia coli (dans 50% des cas), nous laissons Pseudomonas aeruginosa, mais moins souvent par des staphylocoques ou des streptocoques.

    Dans la pyélonéphrite aiguë primaire, une infection peut pénétrer dans le rein par voie hématogène à partir d'une inflammation primaire des organes urinaires (annexites, cystite, prostatite, etc.) ou d'organes distants (amygdalite, caries, sinusites, furonculose, bronchite, cholécystite, etc.)..) Moins fréquemment, l'infection se produit le long du mécanisme ascendant, le long de la paroi ou de la lumière de l'uretère (avec reflux vésico-urétéral).

    La pyélonéphrite aiguë secondaire est associée à une altération du passage de l'urine dans le contexte des rétrécissements de l'uretère, à une obstruction de l'uretère avec une pierre, des rétrécissements et des valvules de l'urètre, à un adénome de la prostate, au cancer de la prostate, au phimosis, à une vessie neurogène. L'hypothermie, la déshydratation, les carences en vitamines, le surmenage, les infections respiratoires, la grossesse et le diabète sont des facteurs prédisposant au développement de la pyélonéphrite aiguë.

    L’inflammation dans la pyélonéphrite aiguë est associée non seulement à une invasion microbienne, mais également à l’introduction du contenu du pelvis dans le tissu interstitiel, qui est causé par un écoulement inverse de l’urine, c’est-à-dire un reflux fornical. Les reins atteints de pyélonéphrite aiguë sont au sang pur, légèrement élargis. La muqueuse du pelvis rénal est enflée, enflammée, ulcérée; dans le bassin peut être exsudat inflammatoire. Dans le futur, de nombreux abcès ou abcès peuvent se former dans le cerveau et la couche corticale du rein; on note parfois une fusion purulente-destructive du parenchyme rénal.

    Les étapes de la pyélonéphrite aiguë

    Les stades de la pyélonéphrite aiguë correspondent aux modifications morphologiques survenant dans le rein.

    La phase initiale de l'inflammation séreuse est caractérisée par une augmentation et une tension du rein, un œdème du tissu rénal et une infiltration périvasculaire du tissu interstitiel. Avec un traitement approprié opportun, ce stade de pyélonéphrite aiguë subit un développement inversé; sinon, il entre dans une phase d'inflammation purulente et destructrice.

    Au stade de la pyélonéphrite purulente aiguë, les phases de la pyélonéphrite apostématique, du charnon et de l'abcès du rein sont isolées. La pyélonéphrite Apostematozny (pustuleuse) se produit avec la formation dans la couche corticale du rein de multiples petites pustules d'une taille de 1-2 mm. Dans le cas de la fusion de pustules, un foyer suppuratif local peut se former - un ongle du rein, qui n'a pas tendance à la formation progressive d'abcès. Les carbuncles ont une taille de 0,3 à 2 cm, ils peuvent être simples ou multiples. Lors de la fusion purulente du parenchyme dans les foyers de fusion des abcès ou du carbuncle, un abcès rénal est formé. Le danger d'un abcès du rein est la possibilité de vider l'abcès formé dans la fibre périrénale avec le développement d'une paranéphrite purulente ou d'un phlegmon rétropéritonéal.

    Lorsque les pyélonéphrites aiguës donnent des résultats favorables, les foyers d'infiltration se dissolvent progressivement pour être remplacés par du tissu conjonctif, qui s'accompagne de la formation de contractions cicatricielles à la surface du rein. Les cicatrices ont initialement une couleur rouge foncé, puis blanche et grise et une forme en coin, atteignant le bassin sur la fente.

    Symptômes de pyélonéphrite aiguë

    L'évolution de la pyélonéphrite aiguë est caractérisée par des symptômes locaux et par les signes d'un processus d'infection général prononcé, qui diffère selon le stade et la forme de la maladie. La pyélonéphrite séreuse est plus détendue; pyélonéphrite purulente développent des manifestations cliniques prononcées. Dans la pyélonéphrite aiguë non obstructive, les symptômes communs de l’infection prédominent; pyélonéphrite obstructive - symptômes locaux.

    La clinique de pyélonéphrite aiguë non obstructive se développe à la vitesse de l'éclair (de plusieurs heures à un jour). Apparaît malaise, faiblesse, frissons étourdissants avec une augmentation significative de la température jusqu'à 39-40 ° C, transpiration abondante. Maux de tête, tachycardie, arthralgie, myalgie, nausée, constipation ou diarrhée, flatulence s'aggrave de manière significative.

    Parmi les symptômes locaux de la pyélonéphrite aiguë, il existe une douleur dans le bas du dos, qui se propage le long de l'uretère jusqu'à la cuisse, et parfois à l'abdomen et au dos. De par sa nature, la douleur peut être constante, sourde ou intense. La miction n'est généralement pas altérée; la diurèse diurne est réduite en raison d'une perte excessive de liquide par la transpiration. Les patients peuvent faire attention à la turbidité de l'urine et à son odeur inhabituelle.

    La pyélonéphrite aiguë secondaire causée par une obstruction des voies urinaires se manifeste généralement par une colique néphrétique. Au plus fort d'une attaque douloureuse, de la fièvre accompagnée de frissons, de maux de tête, de vomissements et de soif. Après une forte transpiration, la température est considérablement réduite à des valeurs normales ou inférieures à la normale, ce qui s'accompagne d'une certaine amélioration du bien-être. Cependant, si le facteur d'obstruction des voies urinaires n'est pas éliminé dans les prochaines heures, l'attaque de la colique et l'élévation de la température se reproduiront.

    Les formes purulentes de pyélonéphrite aiguë se manifestent par des douleurs persistantes dans le bas du dos, une fièvre trépidante, des frissons et une tension soudaine des muscles de la paroi abdominale et de la région lombaire. Dans le contexte d'intoxication grave, la confusion et le délire peuvent se produire.

    Diagnostic de pyélonéphrite aiguë

    Dans le processus de reconnaissance de la pyélonéphrite aiguë, les données de l'examen physique sont importantes. À la palpation de la région lombaire et de l'hypochondre, la taille, la consistance, la structure de la surface, la mobilité et la douleur des reins sont évaluées. Dans la pyélonéphrite aiguë, le rein est généralement hypertrophié, les muscles de la taille et de l'abdomen sont tendus, le battement avec le bord de la paume de la côte XII est douloureux, le symptôme de Pasternack est positif. Dans la pyélonéphrite aiguë chez l'homme, un examen rectal de la prostate et une palpation du scrotum sont nécessaires, tandis que chez la femme, un examen vaginal est nécessaire.

    Dans les urines avec pyélonéphrite aiguë, bactériurie totale, protéinurie non significative, leucocyturie est notée, avec érythrocyturie dans les lésions secondaires. La culture bactérienne d'urine permet de déterminer le type d'agent pathogène et sa sensibilité aux agents antimicrobiens. Les numérations sanguines sont caractérisées par une anémie, une leucocytose, une augmentation de la RSE et une granularité toxique des neutrophiles.

    L'ultrason des reins dans la pyélonéphrite aiguë est utilisé non seulement pour le diagnostic, mais également pour le contrôle dynamique du processus de traitement. La valeur des données échographiques est la capacité de visualiser les lésions destructrices dans le parenchyme, l’état du tissu périrénal, d’identifier les causes de l’obstruction des voies urinaires supérieures. La détection précise des lésions destructives, des causes et du niveau d'obstruction dans la pyélonéphrite purulente aiguë est possible avec une IRM ou une tomodensitométrie des reins. Dans une urographie de revue, une attention particulière est portée à une augmentation de la taille des reins, à une éjection du contour lors d'un abcès ou d'un anthrax, et à un contour vague du tissu périrénal.

    À l'aide de l'urographie excrétrice, on détermine la restriction de la mobilité du rein pendant la respiration, qui est un signe caractéristique de la pyélonéphrite aiguë. En cas d’état grave du patient ou d’insuffisance rénale, on utilise une pyélorétrrographie rétrograde. L'angiographie rénale sélective, la néphroscintigraphie par radionucléides pour la pyélonéphrite aiguë, sont principalement utilisées pour clarifier le diagnostic en tant que méthodes auxiliaires. Le diagnostic différentiel de pyélonéphrite aiguë est réalisé avec appendicite, cholécystite, cholangite, annexite.

    Traitement de pyélonéphrite aiguë

    Si une pyélonéphrite aiguë est détectée, le patient est hospitalisé; le traitement est effectué sous la surveillance d'un néphrologue. Les tactiques thérapeutiques pour la pyélonéphrite aiguë non obstructive et obstructive, la forme séreuse et la forme purulente-destructive sont différentes. Les mesures générales comprennent le repos au lit, une consommation abondante (jusqu'à 2 à 2,5 litres par jour), un régime à base de fruits et de lait et un régime à base de protéines facilement digestible.

    Dans le cas de la pyélonéphrite aiguë primaire, le traitement pathogénique débute immédiatement et repose sur des antibiotiques actifs contre la flore à Gram négatif - les céphalosporines, les aminosides, les fluoroquinolones. Lors de la sélection d'un médicament antimicrobien, les résultats de l'antibiogramme sont également pris en compte. De plus, les AINS, les nitrofuranes, les immunocorrecteurs, le traitement de désintoxication, les UFOC, la physiothérapie (thérapie SMW, électrophorèse, UHF) sont prescrits.

    Lors de l'identification d'une pyélonéphrite obstructive aiguë, la décompression, la restauration de l'urodynamique dans le rein affecté, constitue la principale mesure. À cette fin, on procède à un cathétérisme du bassin du rein avec un cathéter urétéral ou une endoprothèse vasculaire, dans certains cas - imposition par ponction d'une néphrostomie percutanée.

    En présence de foyers purulents et destructeurs, on utilise la décapsulation rénale et la néphrostomie, qui permettent d'obtenir une réduction de la pression intrarénale, un œdème du tissu interstitiel, une expansion de la lumière des vaisseaux rénaux. À la détection des abcès formés, leur ouverture est faite. Dans le cas d’une lésion totale du parenchyme rénal et de l’impossibilité de recourir à une tactique préservant les organes, une néphrectomie est réalisée.

    Pronostic et prévention de la pyélonéphrite aiguë

    Un traitement approprié en temps opportun permet de guérir la pyélonéphrite aiguë chez la plupart des patients en 2 à 3 semaines. Dans un tiers des cas, on observe une transition de la pyélonéphrite aiguë vers la forme chronique (pyélonéphrite chronique), suivie d'un durcissement du rein et du développement d'une hypertension artérielle néphrogénique.

    Parmi les complications de pyélonéphrite aiguë peuvent être la paranéphrite, la rétropéritonite, l'urosepsis, l'insuffisance rénale, le choc bactérioxoxique, la pneumonie interstitielle, la méningite. Les complications septiques graves aggravent le pronostic et entraînent souvent une issue fatale.

    La prévention de la pyélonéphrite aiguë consiste à réhabiliter les foyers d'inflammation chronique, qui peuvent servir de sources de transport hématogène potentiel d'agents pathogènes vers les reins; élimination des causes possibles d'obstruction des voies urinaires; hygiène des organes urinaires pour prévenir la propagation de l'infection; respect des conditions d'asepsie et d'antisepsie lors des manipulations urologiques.

    Kyste au rein - que faire, que guérir?

    Kystes rénaux - une maladie du système rénal, qui affecte les patients de tous les groupes d'âge. Avec l'utilisation de nouvelles méthodes de diagnostic, la détection d'un kyste sur le rein n'est pas particulièrement difficile.

    Les mesures thérapeutiques peuvent sauver une personne de la maladie et par la suite maintenir sa santé au bon niveau. Nous ne pouvons savoir que faire pour diagnostiquer un kyste du rein.

    Diagnostic de la maladie

    La plupart des patients, lorsqu'ils détectent des symptômes, y compris ceux des reins, vont d'abord chez le thérapeute. C’est le spécialiste de ce profil qui doit faire la distinction entre les maladies et diriger une personne vers un médecin à profil étroit.

    Dans le cas d'une maladie telle qu'un kyste rénal, il est possible de se référer à un néphrologue ou à un urologue.

    Cela dépendra de l’établissement médical où le patient peut demander de l’aide.

    Les tâches du néphrologue comprennent le diagnostic et le traitement des maladies du rein, à la fois au début et à l’insuffisance rénale. Malgré une telle diversité de profils, la néphologie est une spécialité thérapeutique. Un néphrologue peut traiter avec succès un kyste au stade de l'apparition, du développement ou de l'inflammation.

    Un patient présentant un kyste rénal peut également se rendre chez l'urologue sur rendez-vous du thérapeute ou de sa propre initiative. Ici, la gamme de maladies est beaucoup plus large. Et l'urologue dirige un patient atteint d'un kyste non seulement à un stade précoce, mais également associé à une augmentation du kyste, à des complications ainsi qu'à l'implication d'autres organes du système urinaire.

    Le moyen le plus informatif et le plus sûr de diagnostiquer les kystes dans les reins est l’échographie. En échographie, il est possible de visualiser toutes les structures rénales dans les tons de gris ou en utilisant une coloration de couleur.

    Le kyste est le plus souvent de forme arrondie ou ovale, avec des contours nets et uniformes, avec un processus simple - avec des parois minces. Le kyste est une fiole remplie d’un liquide homogène, elle sera donc peinte en noir sur l’écran. Lorsqu'un rein est coloré dans un kyste, il n'y aura pas de couleur, car il n'y a pas de flux sanguin.

    Le diagnostic différentiel des kystes est réalisé avec les pyramides, les cupules élargies, les formations tumorales et les abcès. Une définition claire des types d'éducation ici aidera:

    • la forme du kyste est ronde ou ovale, alors que la pyramide est de forme triangulaire et que le calice est le plus souvent linéaire;
    • le kyste étant séparé de tous les éléments du rein, il est difficile de ne pas le remarquer car les pyramides et le calice, même élargis, sont des structures rénales normales;
    • les limites claires du kyste est également l'un des facteurs distinctifs d'autres éléments similaires;
    • les kystes, contrairement aux cupules, ne répètent pas le trajet de tout le système cupule-bassin-placage;
    • les kystes peuvent atteindre des tailles énormes et s'étendre au-delà des reins, ce qui n'est pas le cas avec d'autres vésicules similaires.

    De l'abcès et du kyste tumoral distingue l'uniformité du contenu, l'anéchogénicité et le manque de circulation sanguine.

    Kyste à chambres multiples - pathologie embryonnaire. Fondamentalement, il s'agit d'une lésion de l'organe d'une part. Manifesté sous la forme de plusieurs cavités séparées par des septa fibreux. Les structures rénales ne sont pas impliquées.

    Opérations de kyste

    Dans les cas où la formation kystique a une petite taille (jusqu'à 5 centimètres de diamètre), elle ne provoque pas de troubles rénaux et n'affecte pas le fonctionnement du système urinaire, la prise en charge du patient est médicamenteuse et tient compte des recommandations du nutritionniste.

    Dans le même temps, une échographie régulière (une fois tous les six mois ou un an) est nécessaire pour surveiller des signes tels que:

    • la taille de la formation kystique, son type et son taux de croissance;
    • tendance à la malignité;
    • état des murs;
    • inclusions possibles: septum, hémorragie, éléments purulents, formation complémentaire;
    • fonction rénale.
    au contenu ↑

    Indications pour la chirurgie

    Même en l'absence d'inconfort ou de plaintes, les indications chirurgicales sont les suivantes:

    1. La croissance du kyste sur 5 centimètres.
    2. La présence d'éléments rouges dans l'urine.
    3. Le développement de complexes de symptômes tiers ou de maladies telles que l'hypertension artérielle.
    4. Complications telles que le DAI, une sortie de fluide avec facultés affaiblies ou une insuffisance rénale.

    La liste des opérations comprend: un traitement de ponction, une procédure basée sur le durcissement, la laparoscopie, qui comprend la marsupialisation de la formation kystique, la résection et l'ablation du rein. Dans de rares cas, une intervention abdominale est requise.

    Ponction

    Une ponction est une ponction d'un kyste par une aiguille de petit diamètre et un pompage du contenu liquide de sa cavité. La procédure doit être effectuée sous le contrôle de la méthode des ultrasons ou du scanner. Les parois de la formation se contractent et une cicatrice se forme. Occasionnellement, une infection ou une récurrence d'incidence kystique se produit.

    Contre-indications à la ponction:

    • diamètre supérieur à 10 centimètres;
    • augmentation de la tonalité de la paroi, pouvant entraîner une rupture;
    • septa en kyste;
    • saignements rénaux;
    • présence possible de parasites dans la cavité de l'éducation.
    au contenu ↑

    Sclérothérapie

    Pour exclure l'infection et les récidives kystiques, de l'alcool éthylique peut être introduit dans le kyste avec un mélange de propriétés antiseptiques et d'une préparation antimicrobienne. En même temps, les cellules de la paroi du kyste meurent et, après la formation de la cicatrice, une nouvelle croissance est impossible.

    Traitement laparoscopique

    La méthode laparoscopique consiste à enlever un kyste du rein par une chirurgie peu invasive. L'accès à la cavité abdominale est possible par le biais de ponctions de trois à cinq millimètres pour l'introduction d'un laparoscope et d'autres instruments. La procédure est réalisée sous anesthésie générale.

    L'avantage des méthodes laparoscopiques est l'absence d'apparences récurrentes du kyste.

    Dans cette méthode, le processus d'excision des parois kystiques. Si la formation de kystes provoque une suspicion de malignité, ils ont alors recours à la résection ou à l'ablation complète de l'organe.

    La marsupialisation est un type particulier de chirurgie utilisant un accès laparoscopique pour enlever les gros kystes.

    Au cours de l'opération, il faut d'abord isoler la formation des structures rénales, puis insérer l'aiguille dans celle-ci et prélever le liquide abdominal. Dans la dernière étape, la paroi du kyste est excisée et enlevée, suivie par une cautérisation du lit kystique.

    Traitement de la toxicomanie

    Les médicaments sont nécessaires en cas de kyste rénal, gauche ou droit, pour soulager les symptômes. Drogues usagées telles que:

    • Inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (ACE). Ceux-ci incluent: enalapril, kapoten, enap. Les médicaments sont utilisés pour abaisser la pression artérielle.
    • Analgésiques pour la douleur dans la région des reins.
    • Médicaments action diurétique, afin de ne pas développer de lithiase urinaire.
    • Agents anti-inflammatoires et antimicrobiens.
    au contenu ↑

    Méthodes de traitement basées sur la médecine traditionnelle

    Ils sont utilisés dans les phases initiales de la maladie et dans le processus simple, chez les femmes et les hommes. Les avantages des méthodes traditionnelles sont les suivants: réduction des effets sur le corps, absence d'effets secondaires, élimination des symptômes avec l'utilisation à long terme de médicaments de guérison.

    En conséquence de leur utilisation, vous pouvez vous assurer que le kyste sera finalement résolu. La liste de ces fonds comprend:

    • thé vert Il est dilué dans du lait et du miel est ajouté dans des proportions de deux ou trois pincées par litre de lait plus une cuillère à soupe de miel. A utiliser 2 fois par jour;
    • écorce de tremble en poudre. Une cuillère à soupe avant les repas;
    • Bardane: racines et feuilles. Cinq cuillères à soupe de matières premières versent de l'eau bouillante et cuisent pendant une demi-heure. Ensuite, le produit refroidit pendant une heure, filtré et consommé au cours de la journée, entre 40 et 60 grammes;
    • la moustache d'or est un remède populaire universel pour de nombreux maux. La teinture est utilisée le matin à jeun et le soir une demi-heure avant le dîner;
    • chélidoine - de l’herbe comprimée, puis on utilise le jus d’une goutte dilué dans une cuillerée à thé d’eau en augmentant chaque jour la dose d’une goutte par jour. Le cours dure dix jours. Puis une pause de dix jours.
    au contenu ↑

    Traitement des kystes rénaux chez les enfants

    Étant donné que les cas de détection de kystes chez les enfants sont devenus fréquents à l’heure actuelle, un programme de dépistage a été spécialement mis au point pour ces enfants, comprenant une échographie des reins à certaines périodes de la vie, à compter du premier mois après la naissance.

    Si un enfant présente des inclusions kystiques dans les reins, même en l'absence de manifestations et de plaintes, il est nécessaire de subir des examens réguliers une fois par an.

    Le traitement des kystes chez les enfants, ainsi que chez les adultes, dépend de la taille, de la forme et du type d'éducation, de la présence de conditions compliquées. Ceci est important à considérer avant de prendre des mesures thérapeutiques. L'observation de la dynamique est réalisée avec une masse kystique allant jusqu'à cinq centimètres.

    Les kystes dépassant cinq centimètres font l’objet d’une intervention chirurgicale. Les médicaments ici sont également utilisés pour réduire le degré de conditions douloureuses.

    Régime de kyste du rein

    L'alimentation est conçue pour créer une base favorable au processus de guérison, pour améliorer l'effet du traitement, pour réduire les problèmes liés à l'écoulement du liquide.

    Premièrement, avec cette maladie, il est nécessaire de réduire l'utilisation de sel de table. Cette condition est particulièrement importante pour les patients qui développent des complications corticales sur le fond des kystes.

    Contrôler l’eau que vous buvez est très important pour identifier ou traiter un kyste rénal, car c’est la principale substance impliquée dans le métabolisme rénal.

    Il est impératif de réduire la quantité de composants protéiques dans l’alimentation, car lorsqu’ils sont consommés au-delà de la norme, le mécanisme de formation des substances toxiques se déclenche: azote, acide urique et autres éléments toxiques.

    Produits ne pouvant pas être utilisés dans les kystes rénaux:

    • café, chocolat;
    • fruits de mer et poisson de mer;
    • tabagisme actif et passif.

    Quel régime suivre pour la glomérulonéphrite, lisez notre article.

    Un exemple de menu ressemble à ceci:

    • Soupe non salée et de préférence aux légumes.
    • Viande en petites quantités seulement après deux semaines de régime.
    • Les produits du poisson sont non gras.
    • Produits laitiers, légumes, produits à base de fruits, légumes verts, thé sous une forme faible.

    Le nombre de repas - 4-5 fois par jour. La teneur calorique de la nourriture par jour est d'environ 2200 kcal.

    Pour les kystes dans les reins, voir le transfert avec le néphrologue «Conseils utiles»:

    Plus D'Articles Sur Les Reins