Principal Anatomie

Pyélonéphrite et température

Laisser un commentaire

La pyélonéphrite est une maladie infectieuse et inflammatoire des reins de nature bactérienne. La température dans la pyélonéphrite, dépassant la norme, est un indicateur du processus inflammatoire dans le corps, déclenché par une infection par des bactéries nocives et par l'activation du système de défense immunitaire.

Les raisons de l'augmentation de la température

La température affiche le degré de chaleur corporelle et est un indicateur de la santé d’une personne. Une augmentation de l'indice de température peut indiquer des processus inflammatoires ou d'autres troubles qui perturbent le fonctionnement normal du corps. Dans une certaine mesure, une augmentation de la température corporelle peut être associée à l'activation de l'immunité. L'hyperthermie peut résulter d'une réaction protectrice, car les cellules du système immunitaire sont pyrogènes. Cependant, dans une bien plus grande mesure, le symptôme de l'hyperthermie peut être causé par une intoxication bactérienne. Il est dangereux de prendre soi-même des médicaments pour traiter la pyélonéphrite. Cette maladie, sans traitement approprié, peut avoir des conséquences graves. Vous ne devez donc pas différer une visite chez le médecin.

Symptômes accompagnant la fièvre dans la pyélonéphrite

L'hyperthermie s'accompagne des symptômes suivants:

  • fièvre
  • des frissons;
  • réactions comportementales - fatigue, somnolence, faiblesse ou, au contraire, excitation anormale;
  • problèmes respiratoires - respiration fréquente ou essoufflement;
  • transpiration accrue;
  • palpitations cardiaques;
  • mal de tête;
  • des nausées et des vomissements;
  • chez les enfants, et parfois chez les adultes, avec une hyperthermie élevée, des convulsions et une syncope sont possibles.

Combien de temps l'hyperthermie persiste-t-elle sur la pyélonéphrite?

La durée de la température corporelle de la pyélonéphrite dépend de l'état général du corps et de la forme de la maladie diagnostiquée chez le patient. Cependant, dans toute forme de maladie, l'hyperthermie dure au moins une semaine. La température sous-fébrile est également possible avec la pyélonéphrite, caractérisée par une augmentation persistante de 37 à 38 ° C pendant une période assez longue.

Température dans la pyélonéphrite aiguë

Dans la forme aiguë de la maladie, il existe une hyperthermie prononcée allant de 39 à 40 ° C, avec des fluctuations en fonction de l’heure du jour - diminution le matin et l’après-midi et augmentation le soir. Avec un traitement approprié, la durée des phénomènes de température est limitée à quelques semaines. En cas de complication sous forme de suppuration rénale, l'hyperthermie peut durer jusqu'à deux mois.

En général, le symptôme de température dans la forme aiguë de pyélonéphrite se manifeste en trois étapes:

Température dans la pyélonéphrite chronique

En l'absence de traitement approprié, la pyélonéphrite aiguë peut se transformer en une forme chronique beaucoup plus difficile à soigner. Dans la pyélonéphrite chronique, l'hyperthermie est moins prononcée, une température sous-fébrile comprise entre 37 et 37,5 ° C est plus typique. Cette situation peut être maintenue pendant quelques semaines ou un mois. Cependant, dans la phase chronique, il se produit des exacerbations qui entraînent la maladie sous une forme aiguë et se caractérisent par des augmentations de température importantes.

Au cours de la phase de rémission de la pyélonéphrite chronique, l’indice de température atteint de 37,5 à 37,7 ° C à court terme, principalement le soir et la nuit, mais est assez facilement toléré par le patient. Il est difficile de déterminer combien de temps la pyélonéphrite se situe au stade chronique, car il s'agit d'un phénomène assez individuel et dépend de la façon dont la maladie évoluera chez un patient donné. Le phénomène d'hyperthermie en phase de rémission peut persister pendant tout le stade de rémission ou par intervalles de temps allant d'une à deux semaines.

Comment faire baisser la température?

L’utilisation d’antipyrétiques est un traitement symptomatique visant à éliminer le symptôme et ne résout pas le problème. Pour se débarrasser de l’hyperthermie, il faut d’abord traiter la maladie, symptôme qu’elle est. Il peut ne pas être conseillé de baisser la température de la pyélonéphrite avant une visite chez le médecin, car l'indicateur de température est l'un des symptômes de la maladie qui aide le spécialiste à évaluer l'état du patient. Les médicaments antibactériens prescrits dans le traitement de la pyélonéphrite entraînent généralement assez rapidement une diminution de l'indice de température, éliminant ainsi la cause de l'hyperthermie. Il est toujours recommandé de réduire la température fébrile, accompagnée de forte fièvre ou de frissons, car une hyperthermie supérieure à 40 ° C peut mettre la vie en danger.

Lorsque vous choisissez un fébrifuge, faites bien attention aux contre-indications et aux effets secondaires afin d'éviter tout effet négatif sur les reins et non d'aggraver la maladie. Selon ce critère, les préparations à base de paracétamol et de métamizole sodique ("Analgin", "Coldrex", "Panadol", etc.) ne conviennent pas.

Le reste de la thérapie suit les recommandations standard pour l'hyperthermie:

  • Repos au lit et manque d'activité physique.
  • Buvez beaucoup d'eau pour éviter la déshydratation (il est utile de boire non seulement de l'eau propre, mais aussi des jus de vitamines et des boissons aux fruits, des herbes utiles sous forme d'infusions et de décoctions. Les boissons doivent être froides ou légèrement chaudes et de préférence pas très sucrées, car le glucose est nutritif. milieu pour les bactéries).
  • Les compresses froides et les essuie-pieds, les bains de pieds (le liquide chaud augmente la température, pour la même raison que les plâtres à la moutarde, les compresses d'alcool et les enveloppements excessifs qui gênent le refroidissement du corps par la transpiration sont contre-indiqués. Les tissus des patients - la literie, les serviettes doivent être naturels et respirants. ).

Étant donné qu'une température élevée est un indicateur d'une réponse immunitaire protectrice, on pense que l'hyperthermie ne devrait pas être réduite si elle ne dépasse pas une valeur critique. Pour un adulte ne souffrant pas de maladies chroniques (pyélonéphrite chronique, etc.), un indice de température compris entre 38 et 39 ° C est considéré comme relativement sûr. Mais si l'hyperthermie est maintenue à ce niveau pendant plus de trois jours ou dépasse la limite autorisée, des mesures doivent être prises pour réduire la température.

Température de la pyélonéphrite

Un signe fréquent du développement d'un processus inflammatoire dans les tissus rénaux est une température élevée pendant la pyélonéphrite. Une telle déviation pathologique est provoquée par la réaction protectrice du corps humain à la propagation de bactéries pathogènes. Des températures constamment élevées dans les maladies rénales indiquent une intoxication bactérienne du système urinaire et nécessitent des soins médicaux immédiats.

Communication chaleur et pyélonéphrite: causes, traitement

Pourquoi la température augmente-t-elle?

Les cellules immunitaires humaines ont la capacité d'augmenter la température corporelle afin de supprimer le développement de microorganismes pathogènes. Son augmentation indique la présence de processus inflammatoires et de troubles pathologiques dans le corps. En pénétrant dans le système rénal pelvis-rénal, les bactéries libèrent des toxines qui détruisent le tissu rénal. Ce processus provoque l'activation des cellules immunitaires qui suppriment le développement de l'infection en augmentant la température corporelle. L'augmentation de la température dans la pyélonéphrite peut également être causée par les produits de dégradation des bactéries elles-mêmes et leurs activités. Dans ce cas, une température élevée (hyperthermie) signifie une intoxication non seulement des reins, mais de tout l'organisme.

L'hyperthermie indique la réaction du système immunitaire contre l'agent pathogène, mais des taux élevés ont un effet pathologique sur le corps, alourdissant l'intoxication.

Combien coûte l'hyperthermie?

La durée des températures élevées dans la pyélonéphrite est influencée par les caractéristiques individuelles de l'organisme et par la forme de la maladie. L'hyperthermie est généralement retenue pendant au moins 7 jours. La pyélonéphrite peut causer une chaleur persistante dans la plage de 37 à 38 ° C et persister pendant une longue période. L'inflammation du système pelvien rénal est caractérisée par des fluctuations journalières de la température. Il y a plusieurs options pour cette variante:

La température de la pyélonéphrite fluctue au cours de la journée.

  • la performance du soir est légèrement supérieure à celle du matin ou de l’après-midi;
  • le matin, les températures se situent dans la plage normale (36–36,8 ° C), le soir elles atteignent 39 ° C;
  • au stade sévère de la maladie et au développement de complications, il se produit une défaillance et des fluctuations sont observées la nuit, l'après-midi et / ou le matin;
  • L’état septique est caractérisé par une hyperthermie constante.
Retour à la table des matières

Caractéristiques sous forme aiguë et chronique

La température du corps dans la pyélonéphrite est causée par la particularité de l'écoulement. La forme aiguë est caractérisée par une hyperthermie sévère et la maladie chronique peut survenir lors d’une longue période d’affection sous-fébrile. Le tableau présente les caractéristiques du régime de température en fonction de la forme de pyélonéphrite:

Température de la pyélonéphrite

L'une des manifestations de l'inflammation dans le système de placage bassin-bassin (maladie inflammatoire classique - pyélonéphrite) est une forte fièvre - hyperthermie. Les raisons de l'augmentation de la température ont un mécanisme d'occurrence et de conséquences plutôt compliqué. La capacité d'augmenter la température (pyrogènes) ont certaines cellules du système immunitaire.

Dans une certaine mesure, l'hyperthermie est une réaction défensive. La réponse cellulaire du système immunitaire est activée, le développement d'organismes pathogènes est supprimé. Mais les micro-organismes eux-mêmes, les produits de leur activité, voire leurs cellules détruites, présentent un degré de pyrogénicité plus important.

Dans la pyélonéphrite, l'élévation de la température est déjà une preuve de violation de la protection, à condition que le microorganisme ait obtenu dans les tissus rénaux un substrat favorable à sa vie. Il est peu probable que le macroorganisme (le patient) soit capable de se débarrasser complètement du microbe. L'hyperthermie se manifeste:

  • des sentiments de chaleur;
  • des frissons;
  • essoufflement;
  • maux de tête;
  • nausée ou vomissement;
  • transpiration accrue.

La température élevée dans le cas classique ne se produit pas seule. Il existe d'autres symptômes de la maladie: syndrome de la douleur, modification des paramètres de laboratoire.

L'augmentation de la température peut être précédée d'une colique rénale. D'autre part, une pyélonéphrite peut survenir après ou dans le contexte d'un autre processus inflammatoire (maladie respiratoire aiguë, cystite et autres). Un cas d'augmentation prolongée de la température dans les maladies respiratoires, associé à d'autres symptômes caractéristiques, peut indiquer une pyélonéphrite.

Croire indirectement que plus la température est élevée, plus l'inflammation est grave.

  • Avec un nombre élevé violé les indicateurs de métabolisme des protéines, le système de coagulation du sang.
  • L'activité du système nerveux central se dégrade: dans les cas graves, la conscience est perturbée.
  • La conservation prolongée de la température élevée contribue à la perte de fluide résultant de l'évaporation de la surface de la peau et des voies respiratoires, déshydratant le patient.

Il existe des différences dans les indices de température pour les variantes de pyélonéphrite.

Les fluctuations de température quotidiennes sont observées de plusieurs manières.

  • Sans maladie, la température du soir est légèrement supérieure à celle des autres moments de la journée.
  • En cas de pyélonéphrite, la température le matin peut être comprise entre 35 et 36 0 C. Le soir, une hyperthermie est le plus probable (augmentation à 39 0 С et plus).
  • En cas de maladie grave ou de développement de complications, les fluctuations de température sont perturbées. Augmentation possible la nuit, le jour ou le matin.
  • Dans les conditions septiques, il y a rétention constante de l'hyperthermie.

Les crises hyperthermiques sont importantes pour prédire l'évolution de la maladie. L'hyperthermie indique la préservation des propriétés du système immunitaire pour réagir à l'agent pathogène, mais leur nombre élevé a un effet principalement pathologique sur le corps et aggrave l'intoxication.

La pyélonéphrite chronique n’est pas moins dangereuse, malgré le fait que la température puisse être subfébrile. En l'absence d'autres manifestations de la maladie ou d'une forme difficile à diagnostiquer (avec des manifestations de laboratoire mineures), il est important pour le diagnostic des formes prolongées de pyélonéphrite à faible symptôme. Dans ce cas, malgré le fait qu’il soit moins préoccupant que la période aiguë de la maladie, le plus dangereux est le passage de la maladie au stade chronique, avec des modifications structurelles des tissus des reins et la formation de complications purulentes.

Traitement thermique

Le désir principal du patient est souvent de faire baisser la température. Les règles de traitement peuvent être caractérisées par des principes généraux pour le traitement des maladies inflammatoires. La température sous-fébrile ne nécessite pas de traitement séparé ou spécifique. Il est important de respecter le principe de base: l’élimination de la cause de l’augmentation de la température - dans ce cas, le traitement de la pyélonéphrite. Il est considéré comme sûr de boire beaucoup de liquides (en l'absence de contre-indications, par exemple d'insuffisance cardiaque ou rénale sévère), y compris lors de l'utilisation de perfusions, décoctions, boissons aux fruits, etc.

Toute thérapie visant spécifiquement à abaisser la température est symptomatique, c'est-à-dire axée sur l'effet et non sur la cause de la maladie. Ceci inclut l'utilisation d'antipyrétiques, d'analgésiques. La principale différence dans le choix d'un médicament particulier dans le traitement de la pyélonéphrite n'est pas décrite.

  • L'application est autorisée à des températures supérieures à 38 0 C.
  • En termes de fréquence de réception - le moins, le plus sûr. Habituellement pas plus de 1-2 fois par jour.
  • Il est légitime d’attribuer des médicaments uniquement dans le cadre d’une thérapie adéquate (uroseptiques, médicaments antimicrobiens).

Pyélonéphrite augmentation de la température

L'une des maladies les plus courantes du système urinaire est la pyélonéphrite, une inflammation aiguë ou chronique du système pelvien rénal. Il présente une variété de symptômes associés à la pénétration de bactéries pathogènes dans le corps et à leurs effets nocifs sur les organes et les tissus. La pyélonéphrite à température élevée présente un mécanisme de développement assez complexe et reflète la réponse de l'organisme aux modifications inflammatoires. Pourquoi y a-t-il une fièvre, de quel type de fièvre et comment corriger la température en cas d'insuffisance rénale: essayons de le comprendre.

Pourquoi la température monte

Pour mieux comprendre le mécanisme d’augmentation de la température dans la pyélonéphrite, il convient de rappeler l’étiologie de l’inflammation rénale. Les principaux agents responsables de l'inflammation infectieuse dans l'appareil pyélocalicéal sont les bactéries - plus souvent la flore coccique (staphylocoques, streptocoques), moins souvent - les proteus, E. coli, klebsiella. La pénétration de l'infection dans les reins s'accompagne non seulement de leurs effets dommageables sur les tissus corporels, mais également de l'activation des protéines spécifiques du système immunitaire capables de combattre l'agent pathogène.

Jusqu'à un certain point, la fièvre est l'une des manières dont le corps peut vaincre la maladie, car la température optimale pour l'activité vitale et la reproduction des microbes ne dépasse pas 37 ° C. La condition sous-fébrile (37-38 ° C) est généralement inoffensive pour les humains, mais elle a un effet néfaste sur les bactéries, contribuant à leur mort et à leur éradication. Cependant, il existe des cas où les mécanismes d'autorégulation de la température échouent et une fièvre allant jusqu'à 39-40 ° C et plus peut entraîner diverses complications.

Caractéristiques de la fièvre pyélonéphrite

L’augmentation de la température corporelle chez les pyélonéphrites passe par trois étapes successives:

Période préclinique. Se développe le premier jour du début de l'inflammation. À ce stade, l'écart par rapport à la norme est en moyenne de 0,5 ° C et l'indicateur de température totale ne dépasse pas 37 ° C. Il indique les principaux changements pathologiques dans le corps. La période de taille (2-3 jours). Elle se caractérise par une brusque augmentation de température allant jusqu'à 38,5-39,5 ° C et indique une lutte active de l'organisme contre l'infection. L'hyperréactivité du système immunitaire chez les enfants et les personnes ayant une bonne immunité provoque souvent une fièvre intense, qui est dangereuse en raison de ses complications. Chez les personnes ayant des forces de protection réduites et les patients âgés, ainsi que dans les cas de pyélonéphrite chronique morose, une température de 37 (jusqu'à 38) degrés peut être observée à ce stade. La période de récession (3 à 7 jours après le début de la maladie). Accompagné d'une diminution des indicateurs de température à 37-37,5 ° C et causé par le début d'un traitement antimicrobien adéquat (ou une victoire indépendante de l'organisme sur une infection). La condition subfébrile dure encore 3-4 jours après le pic de fièvre, puis la température revient à la normale.

Il existe un certain nombre de différences entre les différentes formes de pyélonéphrite. Les caractéristiques de la fièvre sont causées par le type d’agent pathogène et le niveau de charge bactérienne sur le corps, l’état du système immunitaire du patient et l’évolution de la pyélonéphrite.

Température de la pyélonéphrite

Pas toujours de la fièvre - un signe de bonne immunité. Par conséquent, en présence de température dans la pyélonéphrite, les mesures visant à la réduire correctement jouent un rôle particulier. L'usage d'antipyrétiques ou de recettes folkloriques sera inefficace.

Cela est dû au fait que l'inflammation de la structure de la cupule et du bassin est de nature bactérienne. Augmentation des indicateurs de température associés à la propagation du processus inflammatoire. En l'absence d'actions thérapeutiques appropriées, la pathologie peut toucher d'autres organes.

Causes de la fièvre

La pyélonéphrite est une maladie caractérisée par un processus inflammatoire dans diverses structures du rein: parenchyme, cupule et bassin. Le développement de la pathologie est provoqué par la reproduction de la microflore bactérienne. Le plus souvent, il est de nature coccique, moins souvent représenté par E. coli, Klebsiella.

La pénétration de bactéries pathogènes endommage les tissus et active les forces de protection du corps humain. Le résultat est la production de structures de nature protéique, qui entament une lutte active avec l'agent causal de la maladie.

Atteindre un indice de température de + 37... + 38 ° C est considéré comme une réaction de défense. Il y a une mort de microflore pathogène, l'arrêt de sa reproduction. Dépasser ce chiffre indique une défaillance de l'autorégulation de la température. Le corps a besoin d’aide, consistant à appliquer les mesures thérapeutiques appropriées.

Avec le développement de la pyélonéphrite, la fièvre présente certaines particularités. Ils sont dus au fait que le corps humain n'est pas capable de faire face aux effets de l'agent pathogène. Une augmentation de la température affecte le métabolisme des protéines, la coagulation du sang, le travail du système nerveux central, conduit à la déshydratation. Par conséquent, l'assistance doit être fournie dès les premiers instants d'un état fébrile.

L'hyperthermie dans la pyélonéphrite est accompagnée de l'apparition de:

  • sensations de chaleur;
  • des frissons;
  • troubles respiratoires;
  • maux de tête;
  • nausée, vomissement;
  • transpiration accrue.

En plus de l'état fébrile, une personne s'inquiète de la douleur dans la région des reins. Dans l'étude du sang, vous pouvez identifier les modifications des paramètres de laboratoire. La pyélonéphrite est souvent la cause ou la conséquence d'autres pathologies inflammatoires, telles que la cystite. La hausse de la température sur une longue période pendant un rhume devrait être un signal pour une visite chez le médecin et un examen.

Mise en scène état fébrile

La spécificité de la fièvre dans l'insuffisance rénale inflammatoire se manifeste par le fait qu'elle passe par 3 étapes. Parmi eux se démarquent:

  1. Stade préclinique. Cela commence le premier jour depuis le développement du processus inflammatoire. Habituellement, à cette heure, la température moyenne est de 37 ° C. C'est le premier signal de la maladie.
  2. Stade de hauteur. Se produit pendant 2-3 jours. Son début est mis en évidence par une montée en température jusqu'à + 38,5... + 39,5 ° C. Dans le corps humain, il y a une lutte de l'immunité contre la microflore pathogène. Dans certains cas (enfants, avec une immunité élevée), une réaction hyperréactive des forces de protection est possible, ce qui a des conséquences dangereusement négatives. En cas d'immunité réduite et chez les personnes âgées, l'indice de température peut être égal à 37 ° C ou légèrement supérieur.
  3. Stade de récession. Durée - de 3 à 7 jours à partir du moment de la maladie. La température baisse à + 37... + 37,5 ° C. Le recul de la fièvre peut être associé au début du traitement médicamenteux ou à la victoire de l’immunité sur le processus infectieux. Progressivement, la température revient à la normale, la personne récupère.

Fébrile sous forme aiguë

La spécificité de l'augmentation de la température dans l'évolution aiguë de la pyélonéphrite se manifeste par le fait que la fièvre traverse les 3 étapes. Au plus fort de la maladie, un thermomètre peut avoir des chiffres allant jusqu'à + 39... + 40 ° С. Vous pouvez suivre certaines différences de température à partir de l'heure de la journée. Il tombe le matin et l'après-midi et se lève le soir.

La rapidité des soins médicaux revêt une grande importance. Avec un traitement approprié, une forte fièvre accompagnée de pyélonéphrite gêne une personne depuis deux semaines ou moins. En l'absence de traitement ou de complications, la fièvre peut durer jusqu'à 60 jours.

Spécificité de l'augmentation de la température sous forme chronique

L'absence de traitement nécessaire provoque la transition de la pyélonéphrite aiguë vers la forme chronique. Il est difficile de traiter et perturbe la vie humaine avec des exacerbations occasionnelles.

Au cours de leur période de développement, les indices de température sous-fébriles (jusqu'à 37,5 ° C) sont concernés. La durée de cette condition peut être différente: de deux semaines à un mois. Il est important de commencer le traitement rapidement. Cela est dû au fait que l’absence de traitement provoque la transition de la maladie vers une phase aiguë caractérisée par une hyperthermie grave.

Au stade de la rémission, la température au cours de la pyélonéphrite est maintenue entre + 37,5 et + 37,7 ° С, sans causer de problèmes particuliers à la personne. Les indicateurs de hausse sont observés le soir et la nuit. La durée de cet état est difficile à prévoir car il est déterminé par les caractéristiques individuelles d'un organisme particulier.

En plus de l'hyperthermie, une personne peut être perturbée par les symptômes suivants:

  • l'apparition de poches;
  • douleur lors de la vidange de la vessie;
  • l'apparition de sensations douloureuses dans la région lombaire.

L'apparition de ces symptômes en conjonction avec une température élevée devrait être une raison pour rechercher une aide médicale. Cela aidera à éviter des conséquences dangereuses.

Le danger de la température et sa diminution

Une forte fièvre est dangereuse et a des effets négatifs sur la santé. L'indicateur ci-dessus + 39... + 40 ° С provoque:

  • violation du métabolisme des protéines;
  • violation de la coagulation du sang;
  • la pathologie du fonctionnement de toutes les structures du système nerveux central, et donc le risque de dépression de la conscience est élevé;
  • augmentation des signes de déshydratation.

Par conséquent, il est nécessaire d'abaisser cette température dès que possible. La présence de fièvre fébrile ou agitée nécessite une intervention urgente d'un spécialiste. Réduire correctement et efficacement la température dans la pyélonéphrite aidera les directives suivantes:

  1. Il est autorisé d'utiliser n'importe quel agent du groupe des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens ayant un effet antipyrétique.
  2. L'utilisation de médicaments pour éliminer l'hyperthermie est recommandée chez les enfants à 38 ° C, chez les adultes - avec un indicateur supérieur à 38,5 ° C.
  3. La fréquence d'utilisation du médicament doit être optimale - pas plus de 2 fois par jour.
  4. Parallèlement à la lutte contre la fièvre, un traitement étiotrope et pathogénique, comprenant l’administration de médicaments antibactériens, uroseptiques et antispasmodiques, doit être mis en place.
  5. Il vaut mieux abandonner les fonds, à base de métamizole sodique et de paracétamol, en raison de l’effet négatif de ces composants sur les reins.

Les principes de base de la lutte contre l'hyperthermie aideront à vaincre la fièvre:

Il faut refuser l'activité physique, observer le repos émotionnel et le repos au lit. Il vaut mieux s'abstenir de tout effort physique et avec une légère augmentation de l'indice de température.

Une consommation adéquate évitera la déshydratation. En tant que boissons, vous devez utiliser des baies non sucrées, des boissons aux fruits et des décoctions d'herbes. La température du fluide ne doit pas être trop élevée. C'est mieux si les boissons sont fraîches.

Évitez le suremballage. La lingerie doit être faite de tissus naturels, afin de ne pas interférer avec le processus naturel de transpiration. L'utilisation de plâtre à la moutarde n'est pas recommandée.

Le rein remplit une fonction excrétrice importante dans le corps. En cas de violation de son fonctionnement, tout le corps en souffre. Par conséquent, le développement de la pyélonéphrite nécessite un traitement obligatoire et rapide. Dans le cours chronique de la pathologie, une détection précoce de la phase aiguë pour prévenir le développement de complications joue un rôle important. Une augmentation de la température est un signal pour demander de l'aide médicale et procéder à un examen du corps.

Pyélonéphrite avec et sans fièvre: causes et recommandations

La principale des nombreuses maladies du système urinaire peut être appelée pyélonéphrite.

Une maladie non traitée entraîne des complications dont la plus grave est l’insuffisance rénale.

La maladie est sujette au développement latent.

Par conséquent, il est très important de reconnaître ses symptômes à temps.

Caractéristiques générales

La pyélonéphrite est un processus infectieux-inflammatoire de nature bactérienne dans le rein qui affecte le système tubulaire du bassinet du rein, du calice, du parenchyme organique.

Parfois, les deux reins sont touchés. Environ 70% de tous les patients urologiques souffrent de pyélonéphrite aiguë et chronique.

Le développement aigu de la maladie est caractérisé par l'accumulation d'exsudats purulents dans les reins, accompagnée du développement de la pyonephrose. L'absence de symptômes prononcés nuit à la vigilance des patients.

Par conséquent, un diagnostic précoce et un traitement rapide sont extrêmement importants.

Les causes

La pyélonéphrite est enregistrée dans différentes catégories d'âge:

  • chez les enfants jusqu'à 7 ans, en raison d'une violation du développement anatomique;
  • chez les filles et les jeunes femmes, la pathologie est associée au début de l'activité sexuelle, à la grossesse, à l'accouchement;
  • chez les hommes plus âgés, la maladie accompagne souvent l'adénome de la prostate.

Tous les facteurs qui entravent l'écoulement physiologique de l'urine augmentent le risque de maladie. Le diabète sucré, la lithiase urinaire, l'altération de l'immunité, les maladies infectieuses chroniques, l'hypothermie et la cystite chez les femmes sont de tels facteurs de risque.

Les agents responsables de la maladie peuvent le plus souvent être des staphylocoques, des entérocoques, des E. coli et des micro-organismes sexuellement transmissibles.

Symptômes d'hyperthermie

L'augmentation de la température dans la pyélonéphrite indique la croissance de l'inflammation dans le corps, provoquée par des microorganismes nuisibles.

L'hyperthermie est une sorte de réaction protectrice du corps, l'activation du système immunitaire. Mais plus souvent, ce symptôme s'explique par une intoxication bactérienne.

L'hyperthermie provoque les symptômes suivants:

  • fièvre accompagnée de frissons, courbatures;
  • fatigue ou surstimulation nerveuse;
  • modification de la fonction respiratoire, tachycardie;
  • transpiration accrue;
  • mal de tête, nausée;
  • les enfants peuvent avoir des convulsions, des évanouissements, des vomissements.

En plus d'une forte hausse de température, la douleur lombaire et le syndrome dysurique accompagné d'un trouble physiologique de la miction sont considérés comme des symptômes supplémentaires de la pyélonéphrite.

C'est une miction fréquente ou difficile avec douleur et sensation de brûlure dans le canal urinaire. Le diagnostic est confirmé par des tests de laboratoire sur le sang et l'urine, ainsi que par une échographie des reins.

La température dans diverses formes de la maladie

L'hyperthermie implique l'activité du système immunitaire, inhibant ainsi le développement de microorganismes pathogènes. Dans chaque cas, la croissance du processus inflammatoire provoquée par l’infection dépend du niveau de santé du corps du patient dans son ensemble, de l’état de son immunité.

La pyélonéphrite se développe sous deux formes:

  • aigu, caractérisé par des symptômes prononcés;
  • chronique, se développe à la suite d'un traitement tardif ou inapproprié de la forme aiguë de la maladie, se caractérise par des rechutes régulières.

Stade aigu

L'hyperthermie survient pendant la phase aiguë de la maladie, ce qui indique une violation de la résistance du corps aux bactéries pathogènes.

Cette condition est caractérisée par une forte augmentation de la température à 38-40 degrés, des vomissements, des frissons, des courbatures et des douleurs dans le bas du dos.

Dans la phase aiguë, cette température dure plusieurs jours. La durée de la maladie dépend du type d'infection et dure de 10 à 20 jours.

Pendant la journée, ça fluctue. Au matin et dans l'après-midi, il diminue, le soir et la nuit, il atteint des niveaux critiques.

La bonne décision dans cette situation sera une visite urgente chez le médecin. Dans cette situation, le patient doit suivre un traitement dans un hôpital sous surveillance médicale régulière des résultats des tests de laboratoire.

Avec une amélioration apparente du bien-être, il est absolument interdit de cesser spontanément de prendre des médicaments prescrits par un médecin. Cette étape conduira à une pyélonéphrite chronique.

L'automédication avec l'utilisation d'analgésiques et d'antibiotiques déforme le tableau clinique de la maladie et menace de transformer la forme aiguë en forme chronique. Cette pathologie n'est pas complètement guérie, mais une rémission persistante est possible avec un traitement approprié.

Type chronique

Pour les maladies chroniques, une température sous-fébrile d’environ 37 degrés est inhérente, ce qui affecte négativement l’état du patient. Il y a une panne, une perte d'appétit, une détérioration du sommeil, il y a un gonflement, une douleur en retour.

Un tel processus inflammatoire lent dure de 2 semaines à un mois et plus sans traitement approprié. En phase chronique, les patients ont des rechutes avec hyperthermie jusqu’à 38 degrés une à deux fois par an.

Chaleur chez les enfants

La pyélonéphrite chez les enfants se présente sous une forme plus grave. Souvent, cela est dû à des troubles pathologiques dans le développement des organes du système génito-urinaire et à une altération de la fonction urinaire. La température atteint des vitesses élevées allant jusqu'à 39 degrés et plus.

Signes d'intoxication vomissements, diarrhée. Il y a une douleur pendant la miction. L'urine est trouble avec des flocons de sédimentation. Pour l'enfant doit immédiatement appeler un médecin.

Moyens de combattre la maladie

L’utilisation d’antipyrétiques élimine les symptômes de la pyélonéphrite, mais ne guérit pas la maladie elle-même. C’est-à-dire dirigé vers l’enquête et non vers la cause de la maladie. Une réception indépendante de tels fonds n'est pas recommandée sans consulter un médecin.

Mais la prise d'antibiotiques prescrits élimine rapidement l'activité des bactéries pathogènes, ramenant ainsi l'indicateur de température à la normale. Le traitement de la phase aiguë nécessite au moins 2 semaines, une maladie chronique est traitée pendant une longue période.

La seule exception est la fièvre accompagnée de fièvre intermittente ou de frissons, car une température supérieure à 40 degrés constitue une menace pour la vie et la santé du patient. Les médecins conseillent de baisser la température à une valeur supérieure à 38 - 39 degrés. Une nouvelle augmentation de la température provoque:

  • échec du métabolisme des protéines;
  • détérioration de la coagulation du sang;
  • dépression de la conscience dans le contexte de changements dans les fonctions du système nerveux central;
  • déshydratation.

Si la pyélonéphrite purulente est diagnostiquée chez le patient, le traitement médicamenteux n’aura pas d’effet positif. Les relevés de température restent critiques. Seule une intervention chirurgicale résout ce problème.

Réduire la température correctement et efficacement aidera les règles suivantes:

  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens à effet antipyrétique, tels que l'ibuprofène, le nurofène, sont autorisés;
  • fréquence optimale des médicaments 2 fois par jour;
  • dans le même temps, il est nécessaire de prendre des agents antibactériens, antispasmodiques, uroseptiques;
  • Si possible, ne prenez pas de médicaments contenant du paracétamol et du métamizole sodique, qui ont un effet négatif sur les reins.

Les compresses fraîches sont utiles, essuyant le corps avec de l'eau additionnée de vinaigre et d'alcool. Les enfants de moins de 3 ans doivent être essuyés à l'eau claire.

Un régime de boisson adéquat empêchera la déshydratation. Il est bon d'inclure dans le régime des bouillons d'herbes, de baies et de fruits ou de fruits.

Les moyens phytothérapeutiques de la médecine traditionnelle à action antipyrétique agissent efficacement et sans danger. Surtout ils sont montrés pour les enfants. La perfusion est préparée à partir de 1 cuillère à soupe. cuillères d'herbe par 0,5 litre d'eau bouillante de bourgeons de bouleau, feuilles de framboisier, origan, tilleul.

Pyélonéphrite sans température

La température de cette maladie rénale est considérée comme l’un des principaux symptômes de la phase aiguë et de la maladie chronique. Il faut se rappeler qu'une pyélonéphrite sans température ne se produit presque jamais. Mais dans les cas extrêmes, possible forme latente de pyélonéphrite chronique, lorsque ce syndrome peut être absent.

Chez ces patients, le système immunitaire est considérablement affaibli et incapable de réagir correctement aux agents pathogènes. La maladie est diagnostiquée par hasard à la suite de tests de laboratoire.

Recommandations pour la prévention

Le respect des recommandations suivantes aidera à éviter la récurrence de la maladie:

  • il est nécessaire de respecter le schéma de consommation correct pour bien laver les reins, en consommant une quantité suffisante de jus, de jus de canneberge, de décoction d'églantier, de thé vert et d'eau potable;
  • exclure l'alcool et le tabagisme pendant au moins un an;
  • éliminer la possibilité d'hypothermie;
  • limiter les sports et l'exercice dynamiques;
  • être protégé contre les blessures;
  • ne pas entrer en contact avec des produits chimiques;
  • visiter en temps opportun les toilettes;
  • traiter les foyers d'infection dans le corps.

Un traitement compétent et rapide de la pyélonéphrite prévient toutes sortes de complications. Il ne faut pas oublier un symptôme aussi important que la fièvre. Il est la raison pour laquelle on a demandé des soins médicaux et un examen du corps.

Que faire avec la température dans la pyélonéphrite

Les signes flous de pyélonéphrite ne permettent pas toujours de consulter un médecin à temps. Cette maladie est asymptomatique jusqu'à un certain temps. Seules des douleurs sévères au niveau des reins peuvent signaler la présence de la maladie et la nécessité d'une attention médicale urgente. Une maladie infectieuse qui cause des dommages aux reins doit absolument être traitée à l'hôpital. Il est impossible de s'en débarrasser soi-même à la maison.

Pyélonéphrite: Peut augmenter la température

En plus de la douleur dans les reins, la maladie apporte beaucoup d'autres moments désagréables. Il se traduit par des mictions fréquentes, de la fièvre. La forme courante de pyélonéphrite est accompagnée de sang dans les urines. L'hyperthermie du corps suggère que son système immunitaire est entré dans la lutte contre une infection pathogène. Le processus inflammatoire dans le pelvis rénal est accompagné de:

  • des frissons;
  • la chaleur
  • vomissements;
  • des nausées;
  • transpiration accrue;
  • maux de tête;
  • la faiblesse;
  • essoufflement.

La température dans la pyélonéphrite est un indicateur du processus inflammatoire dans le corps. Il est important que plus la température corporelle est élevée, plus le processus inflammatoire est grave. Lorsque l'hyperthermie est grave, le métabolisme des protéines est perturbé. Perte de conscience possible, ainsi que déshydratation.

Quelle est la température dans la pyélonéphrite. Et combien elle peut tenir

La température du corps dans la pyélonéphrite peut atteindre 39 ou 40 degrés. Ses fluctuations sont possibles dans les quatorze jours. Si la maladie ne fonctionne pas, l'hyperthermie du corps est possible pendant quelques jours. Dans la période aiguë de la maladie, la température atteint les taux les plus élevés. Ensuite, il y a un déclin.

À quel point la température se maintient-elle lorsque la pyélonéphrite ne peut pas être dite avec certitude. Si l'augmentation de la température corporelle dure plus de deux semaines, c'est une indication de la complication de la maladie. Habituellement, son augmentation est observée le soir et la nuit et diminue le matin et l’après-midi.

La phase initiale de la maladie se caractérise par un écart de la température corporelle dans le sens de son augmentation d'un ou deux degrés. Cela signifie que le corps a commencé à lutter contre l'infection. Avec une hyperthermie intermittente importante, on peut parler d'une forte immunité, qui a commencé à contrecarrer fortement l'infection. Plus l'hyperthermie est élevée, plus le système immunitaire est fort. La diminution de la température corporelle à trente-sept degrés suggère que l'état critique du patient est terminé.

La forme à long terme de la maladie, qui est passée dans un état chronique, n’est pas moins dangereuse. Avec ce processus, la température sous-fébrile est généralement maintenue. La pyélonéphrite chronique doit également être traitée, malgré l’état morose de la maladie et non à une température élevée. La température de 37 avec pyélonéphrite chronique est normale. Dans cette forme de maladie, la personne s'habitue à une hyperthermie légère. Dans ce cas, il ne la remarque même pas. Il est impossible de dire exactement combien de jours la pyélonéphrite se maintient.

Le traitement de la pyélonéphrite chronique est nécessaire car le passage de la maladie à cette phase, accompagné de modifications structurelles des tissus des reins, contribue à la complication purulente.

La pyélonéphrite sans température est assez rare. Il est clair qu'il sera très difficile de l'identifier. Habituellement, seuls les tests de laboratoire peuvent montrer une manifestation non spécifique de cette maladie. Analyse de reddition obligatoire de l'urine. De plus, le médecin traitant tire des conclusions de la recherche et ajoute des diagnostics supplémentaires.

Qu'est-ce qui cause une élévation de la température corporelle?

L'inflammation infectieuse qui accompagne la maladie provoque une augmentation de la température du corps humain.

Le développement de la pyélonéphrite est accompagné de plusieurs facteurs:

  1. la présence de flore uropathogène;
  2. environnement propice au développement de microbes.

E. coli, les entérocoques, Proteus, les entérobactéries sont les principaux agents responsables de la maladie. Divers champignons et chlamydia causent la pyélonéphrite beaucoup moins fréquemment. L'infection se produit assez souvent dans les voies urinaires. Les microbes pénètrent du côlon ou de la surface de la peau dans la région urogénitale.

Les déchets produits par des organismes nuisibles produisent de la chaleur, qui peut être très difficile à éliminer. La prise d'agents antibactériens contribue à une plus grande libération de toxines et, par conséquent, à une augmentation de la température corporelle.

Comment faire baisser la température

La température élevée qui accompagne la pyélonéphrite doit être réduite. Il faut faire attention au fait que cela devrait être fait correctement. Le traitement doit être effectué sous la surveillance d'un médecin et selon ses instructions. Le traitement est déterminé uniquement par un spécialiste ayant une formation médicale appropriée. L'automédication, en cas de pyélonéphrite, est lourde de conséquences. La maladie peut survenir avec des complications chez les enfants et les adultes.

On ne peut pas dire avec certitude combien la température de la pyélonéphrite est élevée chez les adultes par rapport aux enfants. On sait que le système immunitaire des enfants est plus actif que celui des adultes. De ce fait, une hyperthermie aiguë et sa présence prolongée sont obtenues. Ceci est un indicateur du travail actif du système immunitaire.

Si différents symptômes de la maladie sont détectés, il est nécessaire de se rendre à l'hôpital afin de se soumettre aux examens nécessaires, pour pouvoir être testés. La pyélonéphrite ne peut pas toujours suivre la température. Sur la base des résultats de l'examen, le médecin vous prescrira le traitement approprié. Le traitement implique la prise de médicaments qui assureront la destruction de la flore pathogène Le médecin vous prescrira un antibiotique et un antipyrétique appropriés. Avec une sélection et une administration appropriées des médicaments, les microorganismes nuisibles seront supprimés et l'inflammation diminuera, de même que la température.

Pendant le traitement, il est nécessaire de respecter le schéma de consommation correct. Il est important de mettre l’accent sur l’apport hydrique et l’alimentation. Au stade aigu de la maladie, il est nécessaire d’exclure les aliments riches en protéines: viande, poisson. Il est nécessaire d'abandonner les cornichons, les cornichons, les aliments épicés et frits, les conserves, le chocolat. L'alcool est complètement exclu.

La forme chronique de pyélonéphrite en rémission permet l'utilisation d'une variété de produits laitiers, de céréales et de produits à base de beurre. Vous pouvez manger des fruits, des légumes, des baies. Les pastèques, les melons, les citrouilles sont très utiles. Vous devez boire du jus de canneberge, des boissons à l’églantine, une tisane spéciale, du thé faible L'alcool n'est pas recommandé.

Pendant le traitement de la maladie il faut:

  • rester au lit;
  • éviter les efforts physiques excessifs;
  • faire des compresses cool.

Il arrive souvent qu'avec la pyélonéphrite, la température ne baisse pas. Ainsi, la forme négligée de la maladie et le processus inflammatoire aigu peuvent nécessiter une approche globale du traitement de la pyélonéphrite:

  1. normalisation de la libre circulation de l'urine (installation de stents, cathéters);
  2. prendre des antibiotiques pour éliminer les causes de la maladie;
  3. prendre des antispasmodiques et des antipyrétiques;
  4. la nomination de suppléments anti-inflammatoires;
  5. correction de l'hypertension;
  6. prévention de l'anémie;
  7. phytothérapie pour la prévention des rechutes;
  8. restriction de l'activité physique;
  9. respect du régime d'alcool;
  10. nutrition selon régime.

En conclusion

La pyélonéphrite ne doit jamais être pratiquée pour ne pas provoquer d'anémie, pour ne pas développer d'insuffisance rénale et pour ne pas perdre un organe. Vous devez toujours traiter votre santé avec précaution, d'autant plus que vous ne devez pas porter la maladie aux pieds, afin d'éviter toutes les conséquences ci-dessus.

Température de la pyélonéphrite

La pyélonéphrite est une maladie inflammatoire des reins causée par des mycobactéries qui commencent à se multiplier activement. La température dans la pyélonéphrite est un signe du processus inflammatoire dans les reins, ainsi qu'un signe d'activation des défenses immunitaires du corps. Que faire si la chaleur augmente, nous dirons plus loin.

Les raisons de l'augmentation de la température

La température du corps dans la pyélonéphrite est une réaction protectrice du corps. L'augmentation est due à l'intoxication, lorsque le système immunitaire se bat avec des protéines étrangères. La pyélonéphrite est-elle sans température? Oui, lorsque le système immunitaire est très faible et que le corps est incapable de résister aux toxines. Et il peut aussi s'agir d'une forme latente d'inflammation aiguë. Pour un diagnostic précis, vous devez consulter un spécialiste.

Quelle température peut être dans l'inflammation des reins? Tout d’abord, cela dépend du type d’inflammation:

  • Aiguë lorsque les bactéries pénètrent dans les reins à partir du sang. Au stade initial, il y a des augmentations jusqu'à 37 ° C. En outre, l'inflammation prend une forme plus aiguë et atteint une marque pouvant atteindre 40 ° C. La valeur constante du thermomètre à 38 ° C est également la cause d'une immunité affaiblie, lorsque le corps n'a pas assez de force pour se protéger.
  • Chronique: le processus est lent et il ne peut y avoir aucun symptôme au stade de la rémission. Fondamentalement, la marque ne dépasse pas les 37,5 ° C et dure longtemps, mais parfois elle peut fortement augmenter.

Combien de temps dure la pyélonéphrite?

La question reste toujours d'actualité: combien de jours la température de la pyélonéphrite dure-t-elle chez l'adulte et l'enfant?

Chez les adultes

Chez un adulte, la température ne peut pas tomber à deux semaines, mais avec une pyélonéphrite aiguë, elle peut soudainement atteindre un maximum de 40 ° C - en pleine exacerbation. S'il y a des complications, la fièvre peut ne pas diminuer en quelques semaines.

Dans la forme chronique de pyélonéphrite, une température basse de 37 ° C peut persister longtemps et ne pas causer d'autres symptômes, tels que:

  • L'œdème;
  • Des frissons;
  • Maux de tête;
  • En fonction du comportement: fatigue, désir constant de dormir, ou inversement, activité accrue;
  • Douleur en urinant;
  • Douleur tirante dans la région lombaire;
  • Vomissements et nausées.

Chez les enfants

Chez les enfants, la pyélonéphrite aiguë est traitée avec succès, sans conséquences. Dans des cas particuliers, il peut devenir chronique, ce qui peut se produire jusqu'à un âge avancé. Selon l’âge, différents symptômes sont observés, mais en termes de chaleur, ils sont similaires: augmentation de la température à 39-40 ° C. Sa particularité est qu'il est faiblement confondu avec les antipyrétiques et peut durer plusieurs jours.

Les symptômes peuvent apparaître immédiatement et le lendemain de l’augmentation.

Comment faire baisser la température

Beaucoup de patients sont effrayés par les chiffres sur le thermomètre et la question se pose de savoir comment et comment faire baisser la température pendant la pyélonéphrite. L'utilisation d'antipyrétiques peut permettre une réduction, mais cela ne résoudra pas le problème à l'origine de la fièvre.

Faites attention! Il est inacceptable d’utiliser des médicaments contenant du paracétamol ou du métamizol, par exemple «Analgin» ou «Coldrex». Lorsque vous prenez des médicaments, vous devriez toujours examiner les contre-indications et les effets secondaires afin d'éviter des complications supplémentaires et des effets négatifs sur les reins.

Pendant le traitement, le patient se voit prescrire:

  • Repos au lit et repos;
  • Des antibiotiques;
  • Boisson abondante et chaude.
  1. Avant l'arrivée d'un spécialiste, il n'est pas souhaitable de réduire la chaleur. Le saut de température peut déterminer l’état du système immunitaire et permettre de prédire l’évolution de la maladie;
  2. L'antipyrétique peut être appliqué à partir de 38 ° C et pas plus de 1-2 fois dans les 24 heures.

À quelle température peut-on être

Il y a plusieurs périodes de chaleur montante:

  • Caché, incubatoire. Avec la forme aiguë de l'inflammation dure une semaine, et avec chronique - quelques mois. Les bactéries se multiplient activement et le corps commence déjà à se battre;
  • Prodromal A ce stade, les premiers symptômes et la température sous-fébrile apparaissent;
  • La période de pointe se caractérise par un niveau de chaleur élevé - de 38 ° C à 40 ° C, selon le système immunitaire: plus les degrés sont bas, plus la protection est faible;
  • Récupération. Les chiffres sur le thermomètre diminuent, il peut contenir quelque temps 37-37,5 ° C.

Le matin, les lectures se situent généralement dans la plage normale - 35-36 ° C et le soir, elles commencent à augmenter à partir de 39 ° C. En cas de complications, des sauts ont lieu à tout moment de la journée.

On pense que plus la maladie passe difficilement, plus le corps réagit activement en augmentant la chaleur.

Quel est dangereux haute température dans la pyélonéphrite:

  • Perturbation du métabolisme des protéines, la coagulation du sang, l'activité du système nerveux central.
  • Une personne peut perdre conscience.
  • Une grande quantité de fluide est perdue, il est donc nécessaire de reconstituer constamment ses réserves. Il est nécessaire de boire non seulement de l'eau, mais aussi des jus riches en vitamines et des compotes, des infusions d'herbes. Le sucre doit être limité, car le glucose est une bonne source de bactéries pour la reproduction.

Dans la pyélonéphrite chronique, vous devez également faire attention à la température, quelle qu'elle soit. 37 ° C parlent du processus inflammatoire en cours, et il est nécessaire de commencer le traitement.

Faire de l'automédication pour la pyélonéphrite est dangereux! Ne remettez pas la visite à un spécialiste et respectez scrupuleusement les normes en vigueur pour éviter les complications et les conséquences graves.

Stranacom.Ru

Un blog sur la santé rénale

  • Accueil
  • Température subfébrile après pyélonéphrite

Température subfébrile après pyélonéphrite

Température de la pyélonéphrite

Température corporelle élevée - Indicateur principal de la présence dans le corps du processus inflammatoire. Souvent, une personne malade essaie de se passer de l'aide de spécialistes et avale des pilules antipyrétiques par poignées. L'acceptation de ces médicaments ne fera que retarder l'inévitable visite à la clinique. En fait, la visite opportune chez le médecin réduit la durée du traitement et évite les conséquences négatives et les complications.

Causes de la température élevée dans la pyélonéphrite

Le facteur étiologique de la pyélonéphrite est une bactérie. Les toxines qu'elles émettent ne sont pas spécifiques au corps humain et, à l'aide d'une température élevée, le corps commence à détruire les protéines étrangères.

Il existe plusieurs classifications de la maladie, mais la pyélonéphrite est principalement divisée comme suit:

  • Pointu L'infection bactérienne pénètre dans le tissu rénal avec le flux sanguin ou le long de la paroi de l'uretère à partir de la vessie. Les symptômes de la maladie apparaissent quelques jours après la pénétration de micro-organismes.
  • Chronique. Processus lent, se manifestant par des exacerbations accompagnées d'une diminution de l'immunité. Il ne peut y avoir aucun symptôme en rémission.

    Si vous ne traitez pas la pyélonéphrite aiguë, elle se transforme peu à peu en une forme chronique difficile à traiter.

    La température élevée dans la pyélonéphrite indique l'intoxication du corps par les produits de décomposition des bactéries. La prise d'antipyrétiques peut améliorer l'état d'une personne, mais n'affaiblit pas l'évolution de la maladie. Le traitement symptomatique de la pyélonéphrite ne fera que contribuer à la propagation de l'infection.

    La principale raison de l'augmentation de la température dans la pyélonéphrite - agents pathogènes (agents pathogènes)

    Pyélonéphrite aiguë: sauts de température

    En cas de pyélonéphrite aiguë, les indicateurs de température dépendent directement de l'état de l'immunité humaine et du stade de la maladie. Avec une immunité affaiblie, l'élévation de température est insignifiante, dans certains cas cela peut ne pas être du tout. Les experts distinguent trois formes du processus inflammatoire:

  • Le développement de la maladie. Au cours des premiers jours où l’infection commence à se propager, la réponse immunitaire de l’organisme est encore faible et entraîne une augmentation de la température à 37 ° C.
  • Après trois jours, la maladie prend une forme aiguë - le thermomètre peut indiquer 40 ° C. C’est la réaction du corps humain doté d’une bonne immunité au développement d’une infection. L'immunité affaiblie réagira en élevant la température à 38 ° C, ce qui dure longtemps.
  • Après le début du traitement de la pyélonéphrite, les lectures au thermomètre sont stables: 37-37,5 ° C. Les agents pathogènes meurent sous l’influence de drogues, mais leur concentration reste suffisante pour la manifestation des symptômes.

    Réduire la température n'est pas une raison pour arrêter le traitement. Les bactéries restantes peuvent provoquer une nouvelle série de maladies.

    Pour le stade aigu de la maladie, un traitement sera nécessaire pendant deux semaines. La forme purulente de pyélonéphrite est capable de garder le patient dans un lit d'hôpital pendant plus d'un mois.

    Il est important de contrôler la température d'un patient atteint de pyélonéphrite, car ses sauts répétés peuvent indiquer le développement de complications purulentes de la maladie.

    Température dans la pyélonéphrite chronique

    Étonnamment, souvent, les personnes atteintes de cette forme de la maladie ne réalisent même pas qu’elles sont atteintes de pyélonéphrite. Un léger refroidissement provoque une légère augmentation de la température sous-fébrile - jusqu'à 37 ° C. Après avoir radié l'indisposition pour les symptômes du rhume, ils commencent à la frapper avec des pilules antipyrétiques.

    Dans la pyélonéphrite chronique, en plus d'une petite chaleur, les symptômes suivants peuvent apparaître:

  • Oedème
  • Douleur en urinant.
  • Douleurs tiraillantes dans la région lombaire.

    La combinaison de tous ces signes, même sans augmenter la température, constitue un motif attrayant pour les spécialistes. Après le test, le médecin vous prescrira un traitement complet. Si vous attrapez la maladie, elle se rappellera après un moment.

    Avec l'exacerbation de pyélonéphrite chronique, la température monte rarement à des taux élevés, en général, il y a une fièvre sous-fébrile, qui ne atteint pas 38?

    Pyélonéphrite chez les enfants: relevés thermométriques alarmants

    La pyélonéphrite provoque de brusques changements de température chez les jeunes enfants. Les parents prennent souvent de la fièvre pour attraper un symptôme de rhume, commencent à regarder dans la trousse de secours, puis réduisent la température à une performance optimale. Si vous constatez chez votre enfant les symptômes suivants, contactez votre pédiatre:

  • Douleur abdominale.
  • Nausée, vomissements.
  • Besoin fréquent d'uriner.

    Les enfants atteints de pyélonéphrite sont très sujets à l'hyperthermie, dangereuse pour le développement de crises fébriles.

    La maladie chez les enfants peut survenir sous une forme plus grave que chez les adultes. Lors de la réception d'un médecin, il est nécessaire d'exprimer tous les symptômes associés à une forte fièvre pour un diagnostic correct.

    En règle générale, les médecins recommandent des températures de barattage supérieures à 38-39 ° C. Ainsi, le corps combat avec succès les infections, tue les bactéries et les virus nocifs. Mais une hausse de température de plus de 40 ° C devient dangereuse et sert de signal pour la prise de médicaments antipyrétiques. Ils peuvent être sous forme de suppositoires, de capsules, de comprimés ou de sirops rectaux.

    Quelle que soit la forme de pyélonéphrite diagnostiquée chez un patient, il convient de rappeler qu’avec le flux de sang, l’infection peut pénétrer dans n’importe quel organe interne. Les traitements ultérieurs seront plus longs et coûteux. L'auto-traitement ne fera qu'affaiblir les symptômes de la maladie et contribuera à son développement ultérieur.

    Fièvre de bas grade

    Il existe de tels symptômes de maladies qui peuvent rester longtemps inaperçues ou ne pas recevoir l’attention voulue. Celles-ci incluent la fièvre légère, signe de troubles parfois très dangereux pour le corps.

    Quelle est la température sous-fébrile?

    La science médicale a défini une température normale du corps humain de 36,6 ° C, ce qui nous accompagne dans un état relativement sain. Cependant, cet indicateur n'est pas toujours - quotidien et horaire - reste stable. De nombreuses études prouvent que la température du corps d'une personne varie en fonction du lieu de mesure, de l'heure de la journée, des rythmes biologiques et, bien sûr, de l'état de santé général. Ainsi, pour une personne en bonne santé, la température corporelle normale est comprise entre 35,5 et 37,4 ° C.

    Les glandes endocrines, l'hypothalamus et la thyroïde, sont responsables de la température de tout le corps. Le mécanisme est que les cellules nerveuses de l'hypothalamus contiennent des récepteurs qui répondent à la température corporelle en augmentant ou en diminuant la sécrétion de TSH, laquelle régule à son tour l'activité de la glande thyroïde. Les hormones thyroïdiennes T3 et T4 déterminent l’intensité du métabolisme, ce qui influe sur la température. Dans une moindre mesure, l'hormone estradiol est impliquée dans la régulation de la température, son augmentation entraîne une diminution de la température basale, plus caractéristique du corps de la femme et dépend du cycle menstruel. Il en découle déjà que des écarts par rapport à la température corporelle normale peuvent dépendre du fonctionnement du système endocrinien.

    Fait intéressant, les indicateurs de la température corporelle, en fonction du fond hormonal, varient légèrement comme suit:

  • augmenter sur le fond de l'effort physique et la consommation de nourriture;
  • augmentation chez les femmes dans la seconde moitié du cycle menstruel;
  • augmentation du nombre d'enfants sur fond de jeux actifs ou de pleurs prolongés;
  • entre le matin et le soir, la différence peut atteindre un degré - entre 4 et 6 heures du matin, la température baisse et entre 18 et 22 heures, elle atteint son maximum;
  • diminution de la température corporelle au cours du processus de vieillissement
  • la diminution de la température corporelle est déterminée par l'âge - chez les hommes, elle est légèrement inférieure.

    La température corporelle dépend souvent de la santé et de l'équilibre psychologiques. Le stress et la névrose stimulent une augmentation de la température et, en cours d'auto-persuasion, vous pouvez réellement augmenter ou diminuer la température corporelle.

    La fièvre de bas grade est appelée celle à laquelle l'augmentation est maintenue pendant une période stable au niveau de 37 à 37,5 ° C. Cependant, le patient peut ressentir un malaise d'intensité variable ou ne pas subir de changement significatif du bien-être. Subfebrile est considéré comme un problème médical complexe. Son diagnostic différentiel est parfois difficile à réaliser même pour des médecins expérimentés. Nous parlons de sous-fébriles non pas lorsque des cas isolés d’augmentation de la température sont notés, ce qui peut être dû aux caractéristiques de l’organisme décrites ci-dessus, mais si des écarts sont observés dans la courbe de température fixe, où les mesures de température sont notées avec un certain intervalle pendant plusieurs jours.

    Causes de fièvre légère

    L’identification de la température sous-fébrile pose au patient et à son médecin la question de savoir quel est le fondement de la violation. Si le symptôme a été précédé par une maladie ou un traitement à long terme, la réponse peut leur être directement liée, mais il existe des cas où la condition sous-fébrile ne contient fondamentalement rien de la sorte, mais seulement un dysfonctionnement naissant. La compilation de la courbe de température, une analyse minutieuse des modifications du diagnostic de santé et des tests de laboratoire qui l’accompagnent aident à identifier les causes.

    Quelles maladies développent une température subfébrile?

    Parmi les principales causes de la fièvre de bas grade sont généralement:

    • processus inflammatoire lent - processus pathologique complexe, local et général, résultant d'une lésion des structures cellulaires du corps ou de l'action d'un stimulus pathogène:
    • amygdalite chronique,
    • pneumonie,
    • hépatite aiguë et chronique
    • pyélonéphrite,
    • colite ulcéreuse
    • La maladie de Crohn;
    • dysfonctionnement autonome somatoforme - troubles du fonctionnement du cœur et du système cardiovasculaire;
    • irrégularités dans les centres cérébraux à température contrôlée;
    • dysfonctionnement des glandes endocrines et troubles hormonaux:
    • hyperthyroïdie
    • la ménopause,
    • la grossesse
    • infection latente, infestations parasitaires:
    • helminthiases
    • infection à cytomégalovirus
    • Le virus d'Epstein-Barr,
    • herpès infection de tout type
    • la brucellose,
    • La maladie de Whipple
    • Infection par le VIH;
    • la toxoplasmose;
    • la tuberculose;
    • anémie ferriprive;
    • maladies oncologiques;
    • thermonévrose due aux rayonnements ionisants;
    • réactions allergiques ou maladies infectieuses-allergiques.

    Il est à noter que pour les sous-fébriles de la nature infectieuse sont caractéristiques:

  • mauvaise tolérance à la température,
  • maintenir les fluctuations physiologiques quotidiennes de la température,
  • réaction positive à l'ingestion d'antipyrétique.

    Pour les sous-fébriles non infectieux, il est courant:

    Quand la fièvre de bas grade est-elle sans danger?

    La science médicale a connu des cas de température sous-fébrile. lorsque tel se développe sans risques particuliers pour la santé. Il existe plusieurs facteurs de développement rares de la fièvre de bas grade comme suit:

  • névrose - le stress émotionnel, le stress dans la vie personnelle et au travail peut entraîner une augmentation constante de la température corporelle, par exemple à la fin de la journée de travail; si accompagnée de faiblesse générale et de fatigue chronique. diminution de l'efficacité, alors une personne peut sérieusement penser à la maladie, ce qui est complètement inutile; Dans le même temps, il ne faut pas sous-estimer le problème existant, il peut au fil du temps se transformer en maladies psychosomatiques;
  • température limite - chez une personne qui a subi une maladie infectieuse, la température peut rester élevée même après la guérison; si la maladie était grave, elle peut persister jusqu'à deux mois, voire six mois; il est important de ne pas ignorer la présence de sous-fébrile dans ce cas, car cela peut être un signe à la fois de rechute et de chronicité du processus; sans trop de panique, les médecins recommandent simplement de surveiller les analyses de sang au fil du temps;
  • grossesse - une faible fièvre devient parfois le compagnon de la grossesse, ce qui s'explique également par les changements hormonaux; une légère augmentation de la température corporelle en l'absence d'autres symptômes agités ne devrait pas susciter la panique chez la femme enceinte; toutefois, il est impossible de fermer les yeux là-dessus, car la température peut effectivement être de nature physiologique.

    Fièvre basse pendant la grossesse

    Subfebrile souvent rapporté à une femme sur la grossesse, c'est tout à fait normal dans les premières semaines. Le mécanisme de formation de la température dans ce cas est sujet à une restructuration hormonale: la progestérone est produite activement, affectant le centre de température dans le cerveau, le transfert de chaleur diminue, ce qui signifie que la température augmente, ce qui est facilement visible à partir de la température basale, si une femme le mesure pendant la planification de la grossesse.

    Une faible fièvre pendant la grossesse dure souvent pendant le premier trimestre, puis diminue progressivement et persiste parfois. Une faible fièvre aux premiers stades de la grossesse est généralement accompagnée d'une légère indisposition - somnolence, congestion nasale, diminution des performances et fatigue rapide. Un tel complexe de symptômes se confond facilement avec un rhume banal, et les médecins recommandent donc de les contacter pour obtenir des conseils sur n'importe quelle maladie afin de ne pas rater une maladie grave.

    Les fortes augmentations de température ne doivent pas être autorisées, ne serait-ce que parce que l'environnement de l'enfant ne doit pas surchauffer, il peut endommager ses tissus ou l'apparition de défauts du système nerveux central, ainsi que provoquer un bouleversement placentaire ou une naissance prématurée. Pour la femme elle-même, une longue maladie sous-fébrile et, à plus forte raison, des températures supérieures à 37,5 ° C sont associées à une dilatation des vaisseaux sanguins et, par conséquent, à une diminution de la pression sanguine et à un débit sanguin insuffisant jusqu'au placenta. Si le thermomètre à mercure a franchi la barre des 38 degrés, il est temps d'agir.

    La probabilité de développer des maladies virales saisonnières, le risque de grossesse extra-utérine, ainsi que la pyélonéphrite, le cytomégalovirus, l'herpès et la tuberculose, qui peuvent se manifester dans le contexte de la grossesse, sont analysés.

    Température subfébrile chez un enfant

    La température sous-fébrile chez un enfant devient souvent un motif de préoccupation majeure pour les parents. C’est exact, car chez les jeunes enfants, la fièvre devient presque le seul symptôme de la maladie, chez les adultes plus âgés, la fièvre subfébrile accompagne des maladies caractéristiques et très populaires de leur âge - adénoïdite et autres inflammations focales, helminthiases, allergies et même des maladies plus dangereuses maladies du sang, tuberculose, asthme).

    Si la température d'un enfant pendant 3 semaines ou plus est maintenue dans une plage de 37 à 38 ° C, un ensemble de procédures de diagnostic est indiqué:

  • test sanguin - clinique et biochimique avec la définition du test rhumatismal;
  • analyse d'urine - général, ainsi que des échantillons cumulatifs, l'étude de l'urine quotidienne, l'analyse de la stérilité;
  • analyse des matières fécales sur les œufs de vers - dans la dynamique;
  • radiographie des poumons;

    Les résultats du test deviennent une indication pour la consultation de médecins hautement spécialisés.

    Il convient de noter que les affections subfébriles à long terme sont souvent normales pour:

  • enfants de moins de 1 an. ce qui peut être lié à la réaction au vaccin BCG,
  • enfants de 8 à 14 ans. ce qui peut être dû à la présence d'intenses phases "critiques" de croissance et de développement.

    Comment surmonter la fièvre de bas grade?

    L'élimination de la température sous-fébrile est impossible sans clarifier son problème. Il y a une fièvre idiopathique, mais il n'y a pas d'effet thérapeutique sur cela.

    Avant de tirer des conclusions générales sur la présence de sous-fébrile, il est nécessaire de le diagnostiquer. Toutes les températures pouvant atteindre 37-37,5 ° C ne sont pas subfébriles, car il a déjà été signalé que la température pourrait augmenter de 0,5 à 1 ° C en fin de journée, en fonction des émissions hormonales et de l'effort physique, de l'état psycho-émotionnel.

    La conclusion à propos de subfebrile est faite sur la base de l'analyse de la courbe de température, qui est généralement construite sous la direction du médecin traitant ou au moins selon ses recommandations, y compris:

  • double mesure de la température corporelle à la même heure - le matin et le soir;
  • remplissez la feuille de température conformément aux règles - trouvez dans la feuille de température la colonne «T» et la grille de température, dont la division est 0,2; lire les lectures de la température du matin avec un point le long de l’axe des ordonnées en fonction de la date de mesure;
  • La photo obtenue en trois semaines est analysée par le médecin traitant.

    Si la conclusion concernant un sous-fébrile est formulée, le patient reçoit un profil et un diagnostic de laboratoire, dont le début provient du bureau du médecin. A la recherche d'une réponse sur la cause du syndrome subfébrile, le patient est souvent obligé de consulter les spécialistes suivants:

  • oto-rhino-laryngologiste,
  • cardiologue,
  • Spécialiste de la tuberculose
  • maladies infectieuses
  • endocrinologue,
  • dentiste
  • oncologue,
  • radiologue.

    Le diagnostic prescrit lors de la détermination des causes de la température sous-fébrile est:

  • tests sanguins cliniques et biochimiques;
  • analyse d'urine - générale, ainsi que des échantillons cumulatifs, l'étude de l'urine quotidienne;
  • analyse des matières fécales sur les œufs de vers;
  • Radiographie des sinus paranasaux;
  • otolaryngoscopie;
  • tests tuberculiniques;
  • recherche sur les hormones;
  • électrocardiographie;
  • Échographie des organes internes.

    L'identification des écarts en fonction des résultats de l'une des méthodes de diagnostic effectuées devient un prétexte pour la désignation d'un traitement spécifique.

    Pyélonéphrite.

    Il s'agit d'une inflammation des reins: tissu interstitiel du parenchyme rénal, du bassin, des cupules et des vaisseaux sanguins des reins due à une infection bactérienne.

    La structure d'un rein en bonne santé.

    Les bactéries responsables de la pyélonéphrite sont nombreuses.

    Conditions nécessaires à la survenue d'une pyélonéphrite

    sont la réduction des défenses de l'organisme et la violation de l'écoulement de l'urine en raison de problèmes liés aux uretères et à la vessie

    Type de rein après pyélonéphrite aiguë.

    Lorsque l'inflammation se produit, l'œdème rénal apparaît, les vaisseaux sanguins et les nerfs sont comprimés, le métabolisme rénal est perturbé, une congestion veineuse apparaît, il peut y avoir une hydronéphrose.

    La pyélonéphrite peut être aiguë et chronique

    un et deux côtés.

    Dans la pyélonéphrite chronique, la sclérose rénale augmente progressivement,

    qui contribue au développement de l'hypertension rénale.

    Avec un processus courant à long terme, le rein devient racorni, a une apparence de colline, la capsule fibreuse est soudée au tissu rénal.

    Bien entendu, tout cela perturbe les reins et tout le corps en souffre.

    Des informations détaillées sur la pyélonéphrite que vous pouvez trouver dans l'article de l'urologue Irina Olegovna Romanenko «Néphrite: comment distinguer les maladies du rein et choisir un traitement efficace?».

    Je souhaite la bienvenue aux patients pour une approche responsable et compétente du traitement de la maladie, mais je compare toute information avec les rendez-vous de votre médecin. Ne pas se soigner soi-même. Cela peut entraîner des complications graves.

    Physiothérapie pour pyélonéphrite, le médecin prescrit au cours de la rémission en cours chronique.

    Vous devez connaître les signes d'exacerbation de la pyélonéphrite chronique, car durant cette période, l'entraînement physique devra être différé.

    Signes d'exacerbation de pyélonéphrite chronique:

  • fièvre légère (jusqu'à 37,5 ° C), non associée à un rhume;
  • maux de dos;
  • violation de l'urine (dysurie);
  • hypertension artérielle;
  • faiblesse générale, malaise,
  • peut être un mal de tête.

    Lorsqu'un ou plusieurs signes de détérioration apparaissent, la gymnastique corrective pour la pyélonéphrite est annulée. Consultez un médecin!

    Prévention de la pyélonéphrite.

  • Afin de prévenir l'inflammation des reins et d'autres organes, traitez vos dents à temps, ne contractez pas l'acné, mais traitez-le avec des moyens spéciaux, car le pus peut pénétrer dans le sang et le sang circuler dans n'importe quel organe,
  • ne porte pas sur tes pieds le rhume,
  • traiter de bonne foi tous les problèmes de santé, en particulier les maladies de l'appareil génito-urinaire,
  • mener une vie saine
  • ne pas trop refroidir, tempérer correctement (progressivement et régulièrement), garder vos jambes et le bas du dos au chaud;
  • faire de l'exercice physique
  • observer le mode de la journée (repas, promenades, sommeil, repos),
  • détruire le workaholism en vous-même (vous ne devriez pas vous fatiguer ni être surchargé de travail),
  • distribuez les tâches ménagères à tous les membres de la famille afin que vous disposiez d'un temps personnel pour des activités agréables pour l'âme,
  • “Renforcez vos nerfs” (augmentez la résistance au stress: arrêtez de vous inquiéter et agitez trop, soyez réfléchi afin que tout puisse être fait efficacement avec un minimum d'effort et de temps, ne courez pas au travail, mais partez tôt afin de pouvoir réfléchir tranquillement avant de travailler quelque chose de bien, ne regardez pas les programmes négatifs à la télévision, essayez de communiquer avec des gens qui ont réussi, restez de bonne humeur, etc.)
  • bien manger, ne pas trop manger, se battre avec un excès de poids.

    Donc, si vous avez nommé la thérapie physique pour la pyélonéphrite. puis passez aux exercices. Mesurer la tension artérielle et le pouls avant et après la classe. Tenez un journal de santé qui vous aidera à contrôler votre charge de travail ou même à reporter une leçon à plus tard. Sois attentif à toi-même. La thérapie physique ne devrait être que bénéfique.

    LFK avec pyélonéphrite résout le problème:

    augmenter les défenses du corps

    normalisation du métabolisme

    élimination de la stagnation

    Une série d'exercices pour la pyélonéphrite.

    Symptômes, diagnostic et traitement de la pyélonéphrite chronique

    La pyélonéphrite chronique est un processus inflammatoire non spécifique du système rénal, de l'interstitium et du système tubulaire du pelvis rénal. La progression de la maladie entraîne une ride du rein due à la formation de cicatrices sur le site de l'épithélium endommagé.

    Causes et symptômes de la pyélonéphrite chronique

    De nombreux facteurs à l'origine de l'apparition de la forme chronique de la maladie ne permettent pas de traiter qualitativement l'inflammation du bassin. Les microorganismes affectant l’interstitium rénal jouent un rôle important. E. coli est l'agent pathogène le plus courant. Les souches de bactéries non virulentes vivent dans les intestins et ne provoquent pas de maladies. Une dysbactériose est possible uniquement dans le contexte d'une immunité réduite. Il existe initialement des bactéries E. coli pathogènes - qui, lorsqu'elles sont libérées dans le système urinaire, peuvent provoquer des modifications inflammatoires.

    E. coli, responsable de la pyélonéphrite aiguë et chronique, désigne des souches virulentes du système urogénital. Escherichia saprophyte vit dans le tractus gastro-intestinal humain et ne provoque pas de modifications pathologiques. Le microorganisme colonise le tissu rénal, provoque des violations de l’urodynamique, de l’approvisionnement en sang.

    Il existe de nombreux autres agents responsables de la pyélonéphrite: Klebsiella, Moraxella, Staphylococcus, Escherichia, Eubacteria. Les instituts de médecine scientifique accordent un rôle important dans le développement de la nosologie aux mycoplasmes, à la chlamydia, aux champignons candida et aux proteus.

    Malgré la diversité des agents pathogènes, des expériences cliniques ont démontré le rôle de la monoinfection dans la survenue d'une inflammation pelvienne. Si les résultats de la culture bactérienne révèlent plusieurs microorganismes, on peut supposer que les ustensiles de collecte d’urine sont contaminés. Les microorganismes qui provoquent la pyélonéphrite ne s'entendent pas bien et ne provoquent donc pas de polyinfections.

    Une infection mixte peut se produire uniquement pendant la grossesse en raison d'un changement de métabolisme chez une femme. La maladie est fournie par une association de souches néphritogènes. Les infections aérobies anaérobies mixtes sont provoquées par l'escherychia et les staphylocoques formant la coagulase. Il existe des associations de trois ou quatre bactéries pathogènes.

    E. coli (E. coli) est l'agent pathogène le plus étudié. Les souches microbiennes pathogènes sont capables de produire des substances qui protègent contre les effets des antibiotiques et d’autres facteurs environnementaux agressifs. Les facteurs de virulence microbienne aident à se fixer à l'uroépithélium, à développer une résistance aux phagocytes et aux macrophages - les cellules du corps qui détruisent les bactéries pathogènes, les virus et les tissus morts.

    Les symptômes de la pyélonéphrite associés au parasitisme d'Escherichia coli sont causés par la présence de la bactérie O-antigène. Le composé consiste en cellules adipeuses qui peuvent perturber le métabolisme intracellulaire. À l'aide de l'antigène, E. coli est attaché à l'endoépithélium. Une adhérence accrue provoque une augmentation de la pression, une obstruction et un reflux des voies urinaires.

    Un autre antigène virulent de l'agent pathogène est la protéine K, qui empêche la phagocytose (destruction d'une bactérie par la lyse des cellules du corps). La croissance des autres bactéries est inhibée par la protéine cytotoxique. À cause de cela, E. coli provoque rarement une infection mixte. Les symptômes de pyélonéphrite au cours du parasitisme avec Escherichia coli sont provoqués non seulement par la virulence du microorganisme, mais également par la formation d’anticorps contre les antigènes bactériens.

    D'autres agents pathogènes ont également des facteurs de virulence:

  • Facteur d'adhésion;
  • Protéines de persistance, dommages, colonisation;
  • La «couche collante» du Pseudomonas aeruginosa protège contre les effets des anticorps et des phagocytes;
  • Les exotoxines de Klebsiella;
  • Facteurs d'uréase du clivage de l'urée.
  • Les symptômes et le traitement de la pyélonéphrite chronique dépendent de l'état de l'immunité humaine. Dans un contexte de forte activité de protection antibactérienne, les microbes ne peuvent pas se multiplier. La capsule ou la forme en L protectrice empêche les bactéries de détruire les bactéries pendant de longues années. Lorsque le système immunitaire est affaibli, une pyélonéphrite chronique se reproduit.

    Symptômes de pyélonéphrite chronique ou comment choisir un traitement

    L'évolution de la maladie avec des rechutes et des rémissions dure de nombreuses années. L'exacerbation est observée dans le contexte d'infections secondaires, réduisant l'activité du système immunitaire. Dans la troisième partie des patients atteints d'une forme chronique de la maladie, il n'est pas possible de détecter des signes d'inflammation.

    Une réponse inflammatoire active n'est pas caractéristique de la forme chronique. Les symptômes de la phase initiale apparaissent tardivement, le traitement n'est donc pas indiqué. Seuls les patients obstrués dans les voies urinaires développent une douleur unilatérale dans la région lombaire. La sévérité de la douleur peut ressembler à celle de la colique rénale, c'est-à-dire une vive douleur au dos qui augmente pendant plusieurs heures. Après la décharge de la pierre, les signes cliniques disparaissent.

    Avec l'apparition du syndrome de la colique sur le fond de la pyélonéphrite chronique, une tumeur, une compression cicatricielle externe de l'uretère doit être exclue.

    Les sensations douloureuses augmentent avec le mouvement d'une personne, diminuent au repos, irradient vers les membres inférieurs, le périnée, les fesses, les lèvres. Les modifications cicatricielles de la substance intermédiaire de la médulla du rein entraînent des douleurs persistantes dues à l'irritation de la capsule fibreuse. Le traitement conservateur de la pyélonéphrite dans de telles conditions n’apporte pas d’efficacité, c’est pourquoi des interventions chirurgicales sont prescrites.

    Lorsque l’inflammation du bassin du rein est un symptôme positif de Pasternack - un tapotement net avec un bord de paume sur le bas du dos provoque une douleur. L'inflammation de la capsule fibreuse est la preuve du stade avancé de la maladie.

    Classification des formes de pyélonéphrite chronique:

  • Tôt;
  • En retard;
  • Compliqué;
  • Simple.

    Les premiers symptômes de la pyélonéphrite chronique permettent de réaliser un traitement de haute qualité avec un fort potentiel de soulagement complet de la pathologie. La détection précoce de la nosologie aide à prévenir les rechutes ultérieures.

    Premiers symptômes d'inflammation du pelvis rénal:

    1. Faiblesse;
    2. La fatigue;
    3. Fièvre légère (jusqu'à 38 degrés);
    4. Inflammation active.

    Au cours de la phase active de la maladie est rarement observée sous-fébrile. Habituellement, la température diminue avec la sévérité décroissante des manifestations cliniques de la maladie. Lorsque la rémission subfebrile ne se produit pas. Chez la plupart des patients, une augmentation de la pression artérielle (hypertension rénale) peut être observée en raison d'une activité altérée du système rénine-angiotensine-aldostérone.

    Symptômes tardifs de pyélonéphrite chronique:

  • Sécheresse de la muqueuse buccale;
  • Douleur des glandes surrénales;
  • Adynamia;
  • Des éructations;
  • Brûlures d'estomac;
  • Puffiness du visage;
  • Pâleur de la peau.

    Tous les symptômes ci-dessus sont observés dans l'insuffisance rénale. Il est donc souhaitable de procéder à un traitement combiné immédiatement après la détection de la maladie. Le complexe de méthodes thérapeutiques de la maladie vise à prévenir la réduction de la fonctionnalité rénale. Il comprend des antibiotiques, des plantes médicinales, de la physiothérapie.

    La pyélonéphrite lancée est caractérisée par une polyurie - la libération de plus de 3 litres d'urine par jour, une diminution des propriétés de concentration de l'urine (hyposténurie). Violation de l'absorption inverse des ions potassium, le calcium provoque des spasmes musculaires, des arythmies cardiaques.

    Selon les statistiques, environ 15 ans devraient s'écouler après l'apparition de la nosologie pour le développement de la phase terminale de la maladie. Le terme peut être considérablement allongé avec le bon traitement.

    La pyélonéphrite chronique pendant la grossesse survient avec un tableau clinique déformé. Des symptômes de toxicose s'y superposent, ce qui nivelle le tableau clinique de la maladie. Lors du transport d'un enfant, il convient d'établir un diagnostic différentiel entre l'hypertonicité de l'utérus et la pyélonéphrite. Dans les deux pathologies, cidre gonflé, hypertension, leucocyturie. L'apparition d'autres symptômes est observée lorsque la maladie est associée à une pathologie secondaire: diabète sucré, goutte, résistance à l'insuline tissulaire.

    Pyélonéphrite chronique: traitement

    Le traitement de la pyélonéphrite chronique est difficile en raison de la capacité des agents pathogènes à développer des formes protectrices qui provoquent une récidive après une période de rémission. L'absence de normes strictes pour le traitement de la nosologie pendant la grossesse complique considérablement le processus d'élimination de la pathologie.

    Il n'y a pas de critères cliniques durs pour déterminer l'efficacité du traitement. L’ensemencement bactérien est capable de détecter la croissance de bactéries seulement 2 semaines après l’étude. Le complexe des facteurs ci-dessus détermine la supériorité de l’antibiothérapie pour éliminer l’inflammation pelvienne chronique. Il est également important de normaliser le passage de l'urine afin d'éviter la multiplication de bactéries dans les lésions de stagnation de l'urine.

    Le développement d'un choc bactérien empêche l'évacuation des détritus inflammatoires du tissu rénal, où s'accumule une concentration élevée de toxines infectieuses. La détrite est enlevée par chirurgie (néphropyélotomie avec endoprothèse urétérale).

    Traitement conservateur de l'inflammation chronique du bassinet du rein

    Pour le traitement de l'inflammation du bassinet des reins, les médicaments peu toxiques sont privilégiés. Les fluoroquinolones sont le groupe de choix pour la pyélonéphrite.

    Au cours du premier trimestre, il est préférable d’utiliser des pénicillines semi-synthétiques pendant la grossesse:

  • La méthicilline;
  • L'oxacilline;
  • Ampicilline

    Le spectre des agents antibactériens est élargi au deuxième trimestre afin de réduire la fonction protectrice du placenta:

  • La kanamycine;
  • La ristomycine;
  • Polymyxine

    Pour réduire la dose toxique du médicament pendant la grossesse, certains gynécologues préfèrent associer les pénicillines à l’acide nalidixique, à l’hydroxyquinoléine et au nitrofurane. Le choix entre la monothérapie et la polythérapie se fait en fonction de la sévérité du processus inflammatoire, de la présence de complications.

    Médicaments complexes contre la pyélonéphrite:

  • Antispasmodiques (drotavérine);
  • Moyens pour améliorer le flux sanguin;
  • Drogues désensibilisantes;
  • Vitamines.

    La phytothérapie est populaire pour les maladies rénales. L’utilisation de médicaments contre l’inflammation des reins a une longue histoire.

    Herbes pour le traitement des maladies du rein:

  • Busserole (feuilles);
  • Prêle;
  • Camomille (fleurs);
  • Airelles (feuilles).

    Les herbes médicinales à base de plantes se distinguent par une faible toxicité, un effet thérapeutique modéré et une faible fréquence d'effets secondaires. Les frais médicaux basés sur 5 à 6 composants incluent le ciston et la phytolysine. Les médicaments sont achetés dans une pharmacie à un prix abordable. À mesure que les symptômes cliniques disparaissent, la phytothérapie peut remplacer complètement le traitement pharmaceutique de la pyélonéphrite.

    La pharmacothérapie est longue - plus de 4 semaines. Entre l'utilisation de la collection doit être faite des pauses hebdomadaires.

    Canephron est considéré comme une bonne préparation à base de plantes. L'outil a un effet antiseptique antispasmodique, anti-inflammatoire. En raison de l'effet diurétique léger du médicament est bien toléré.

    La composition de canefron contient des substances actives:

  • Les huiles essentielles;
  • Acides phénol carboxyliques;
  • Les phtalides;
  • Amertume;
  • Flavonoïdes.

    L'expérience pratique de l'utilisation de kanefron par des institutions cliniques et scientifiques chez des femmes enceintes présentant une pathologie rénale a montré une efficacité élevée du médicament dans le processus inflammatoire du système de placage pelvis-pelvis.

    Certaines études cliniques ont montré une bonne efficacité dans le traitement de la pyélonéphrite chronique avec des méthodes supplémentaires:

  • Irradiation infrarouge;
  • Effets laser sur les reins;
  • Réchauffer le collecteur thoracique avec un laser hélium-néon;
  • Oxygénation hyperbare.

    Informations sur l'efficacité de la gymnastique de position, l'acupuncture, contradictoires, mais les méthodes peuvent être utilisées avec des médicaments conservateurs.

    Les méthodes ci-dessus sont utilisées pour le traitement de la pyélonéphrite aiguë, de l'exacerbation de la forme chronique, de la prévention de l'inflammation du système pelvien rénal.

    Une attention particulière doit être portée à la réhabilitation du tractus génital, du système reproducteur et à la contamination de la flore uropathogène.

    Maux de dos et "température de saut" - symptômes de pyélonéphrite

    La pyélonéphrite (inflammation des reins) est une maladie très courante. Une eau de mauvaise qualité, que nous utilisons souvent, contribue au dépôt de sels dans les reins et à l’émergence de sable. Les enfants et les personnes âgées souffrent de cette maladie.

    La pyélonéphrite est dangereuse car elle est souvent cachée dans la nature - une personne ne soupçonne pas qu'elle est malade. Très souvent, le patient n'associe pas de douleur au dos, une légère augmentation de la température corporelle, par exemple jusqu'à 37,3 ° C, aux reins. Tout au long de la vie, une personne néglige de tels signaux du corps. En conséquence, les patients vont souvent dans des hôpitaux déjà au stade d'insuffisance rénale chronique. Souvent, ces patients doivent être connectés à l'appareil d'un rein artificiel.

    L'hérédité joue un rôle majeur dans l'apparition de la maladie. Si une personne sait que son père ou sa mère a des reins malades (pas nécessairement une pyélonéphrite), vous devez faire particulièrement attention aux symptômes, tels que les maux de dos. Dans ce cas, vous devez consulter un médecin, passer une analyse d’urine pour vous assurer que ce n’est pas les reins.

    Très souvent, la présence de pyélonéphrite est indiquée par une température corporelle «incompréhensible» - 37,1 à 37,5 ° C. Sont exclues les maladies des voies respiratoires supérieures, la tuberculose, qui est bien entendu correcte. Cependant, les reins sont souvent oubliés pour quelque raison que ce soit, en y pensant en dernier. La pyélonéphrite peut provoquer périodiquement une élévation de la température corporelle à 37,1-37,5 ° C.

    Un léger gonflement peut indiquer une pyélonéphrite, par exemple les jambes. Souvent, le matin, une personne peut voir des «poches» sous les yeux, un visage enflé. Les patients associent souvent la survenue d'un œdème à la fatigue. Cependant, cela ne devrait pas être la norme, il faut faire attention au gonflement.

    Les patients font souvent attention aux troubles de la miction, car il est difficile de vivre pleinement. Cependant, il y a des cas où une personne se réveille la nuit (une fois, deux fois ou plus) pour aller aux toilettes. Ils ne font pas attention à de telles violations et cela peut aussi être un signe d'insuffisance rénale, car les biorythmes des reins sont violés.

    La personne excrète plus d'urine pendant la journée et la nuit, les reins doivent dormir. Si les remontées nocturnes sont répétées plusieurs fois, vous devez contacter un médecin généraliste qui, après avoir réussi les tests d’urine, dirigera le patient vers un néphrologue.

    Souvent, une insuffisance rénale, quand une personne a une pression artérielle élevée. Une telle augmentation peut même être insignifiante - 150/100, 150/90. Les patients disent ensuite qu'ils sont toujours sous cette pression ou qu'ils sont surchargés de travail. Cependant, il ne peut y avoir de pression de 150 (160) / 100 (90) chez un jeune qui doit être en parfaite santé s'il n'a pas de maladie héréditaire. Lorsque la pression augmente, même mineure, vous devez examiner les reins.

    Pyélonéphrite

    La pyélonéphrite est une maladie rénale infectieuse-inflammatoire non spécifique, apparaissant souvent ou s'aggravant au printemps. Le patient se plaint de faiblesse générale, de fatigue, de douleurs dans le bas du dos, de fièvre, de problèmes urinaires (augmentation, retard, douleur). Le diagnostic ne peut être posé que par un médecin après des méthodes spéciales de recherche.

    Pyélonéphrite aiguë. La pyélonéphrite primaire aiguë est caractérisée par une faiblesse, des douleurs dans tout le corps, dans le bas du dos, des frissons saisissants accompagnés de fièvre allant jusqu'à 39-40 ° C, des nausées, des vomissements et une perte d'appétit. Les symptômes de la pyélonéphrite secondaire aiguë dépendent en grande partie de la gravité des troubles de l'écoulement urinaire du pelvis rénal, qui s'accompagnent de douleurs vives dans la région lombaire et d'une détérioration significative de l'état du patient. Au plus fort de la douleur, il y a un frisson, puis une forte fièvre et une forte augmentation de la température corporelle. La chaleur est remplacée par une baisse critique de la température corporelle jusqu'à des nombres subfébriles, une transpiration abondante, une diminution graduelle de l'intensité de la douleur dans la région lombaire jusqu'à leur disparition totale, le bien-être du patient s'améliore. Cependant, si l'obstruction de la glande urinaire n'est pas éliminée, après quelques heures, l'amélioration apparente de la douleur dans la région du rein affecté s'intensifie à nouveau. La palpation a révélé une douleur, des tensions dans les muscles de la paroi abdominale antérieure et de la région lombaire, symptôme positif de Pasternack. Une leucocytose élevée est notée dans le sang avec un décalage de la formule leucocytaire vers la gauche. Une bactériurie et une leucocyturie sont détectées. Aux derniers stades de la pyélonéphrite aiguë, le nombre de leucocytes dans les urines augmente (pyurie), il existe des signes d'insuffisance rénale.

    Les complications de la pyélonéphrite aiguë sont le choc bactérien dû aux effets massifs des toxines bactériennes sur le corps du patient, la nécrose des papilles, la périnéphrite, l'urosepsie.

    La pyélonéphrite chronique est souvent le résultat d'une pyélonéphrite aiguë. La maladie est généralement détectée par un examen aléatoire de l'urine ou par un examen détaillé du patient en rapport avec une suspicion de lithiase urinaire, l'identification de la cause de l'hypertension ou de l'insuffisance rénale. Une histoire de ces patients a parfois révélé une cystite ou des maladies inflammatoires aiguës des voies urinaires préalablement transférées. Température corporelle basse observée, faiblesse, fatigue, manque d'appétit, nausée, vomissements, anémie, modification du teint, peau sèche, hypertension artérielle. douleurs dans la région lombaire, troubles de la miction (polyurie ou oligurie) et des mictions (dysurie, pollakiurie, etc.), modifications de l'urine. Leucocyturie, bactériurie, pyurie, protéinurie, hématurie sont notés. Pyélonéphrite chronique bilatérale peut développer une insuffisance rénale chronique. Le diagnostic de la pyélonéphrite chronique est basé sur l'anamnèse, les résultats des tests d'urine, ainsi que sur l'urographie de l'urètre, la renographie par radionucléide, etc.

    Pyélonéphrite chez les enfants. Les nourrissons sont particulièrement susceptibles d'enfanter. Un rôle important dans l'apparition de la pyélonéphrite appartient aux caractéristiques d'âge du système urinaire et à une résistance moindre à l'infection dans les premiers mois de la vie d'un enfant. Les facteurs prédisposants sont la pathologie de la grossesse et de l'accouchement, la présence de foyers inflammatoires dans le corps de la mère et de l'enfant, l'asphyxie et les lésions de naissance intracrâniennes, les maladies respiratoires et gastro-intestinales aiguës du nouveau-né, dans lesquelles il existe une violation du flux sanguin rénal, une dystrophie de l'épithélium des tubules. Les malformations congénitales des reins et des voies urinaires, l'hypervitaminose sont essentielles à la survenue de pyélonéphrite chez les enfants.

    La température corporelle sous-fébrile est périodiquement détectée avec des altitudes périodiquement élevées, un retard de développement, de la fatigue, un manque d'appétit, une pâleur, des douleurs dans la région lombaire et abdominale et une anémie. Chez les nourrissons, la pyélonéphrite est souvent le symptôme de troubles du tractus gastro-intestinal (vomissements, diarrhée), de maux de tête, de mictions douloureuses, d’oligurie. Bien avant l'apparition de changements dans l'urine, une augmentation de la température corporelle peut survenir. Dans la plupart des cas, les symptômes sont extrêmement rares. L’évolution de la pyélonéphrite chez l’enfant est longue, avec des périodes d’atténuation et d’exacerbation.

    On sait que la pyélonéphrite, ou inflammation des reins, est une maladie très courante. La forme chronique de cette maladie conduit souvent à l'hypertension. De plus, la pyélonéphrite peut entraîner une insuffisance rénale. Souffrez de pyélonéphrite le plus souvent de petites filles et de femmes. Les hommes en souffrent généralement dans la vieillesse.

    Les causes les plus courantes de la maladie sont l’infection et l’altération de l’urine par les uretères. Lors du traitement de médicaments antibactériens usagés (antibiotiques, sulfamides, nitrofuranes). Dans les mêmes cas, lorsque l’urine est obstruée par les voies urinaires (des calculs ou une tumeur), on a recours à la chirurgie.

    Il existe des patients chez lesquels les antibiotiques et les sulfamides n’ont pas d’effet thérapeutique (cela se produit lorsque les microbes sont insensibles aux médicaments prescrits). Dans ce cas, il est nécessaire de renforcer leur action. En tant qu’amplificateur, il est recommandé de donner à boire à la canneberge malade.

    Plantes médicinales et remèdes populaires pour la pyélonéphrite

    Outre les moyens de traitement classiques (par exemple, 5-LCM, nitroxoline, furagine), des préparations à base de plantes peuvent également être utilisées. Ainsi, en période d’exacerbation, il est conseillé d’utiliser des herbes avec un diurétique (feuilles d’airelle, herbe à speckweed, pousses de thé du rein, feuilles de bouleau, feuilles de busserole), anti-inflammatoire (herbe de millepertuis, feuilles de violette tricolore, feuilles d’ortie, feuilles de mère et de demi-mère, fraises, feuilles prairie), antimicrobien (feuilles de myrtille, wintergreen, trifoli, fleurs de reine des prés) et antidouleur (fruits de l’anis, du fenouil, de l’aneth, du persil, des feuilles de mélisse, du houblon).

    L'une des collections, appelée Brusniver, est autorisée par le ministère de la Santé de l'URSS. Elle contient des feuilles de l'ours noir, de l'herbe de millepertuis, des feuilles et des églantiers dans un rapport de 3: 2: 1: 4.

    Le remède original contre la pyélonéphrite chronique est constitué de plantes contenant des lectines (fleurs de sureau noir, feuilles de calendula, feuilles de mélisse, cataire): elles ont des effets antimicrobiens, anti-inflammatoires et immunorégulateurs, c’est-à-dire qu’elles remplacent dans une certaine mesure les antiseptiques, les immunitaires et les antibiotiques. Le ministère de la Santé de Russie a autorisé la collecte nationale de phytohor contenant des extraits des plantes susmentionnées et pratiquement exempts d’effets secondaires.

    Pendant la période d'exacerbation de la pyélonéphrite chronique, le traitement avec des plantes se poursuit jusqu'à ce que les tests d'urine se normalisent, mais pas moins de 1,5 mois. Dans le traitement de la collecte des herbes miction devient plus fréquente, mais en même temps avec l'urine sont dérivés des sels de potassium. Par conséquent, l'alimentation nécessite des produits contenant des sels de potassium: pommes de terre au four, raisins secs, concombres frais, abricots, groseilles, persil. melon d'eau, citrouille, melon, aubergine.

    En raison de son effet irritant sur les reins, l'herbe de la prêle, le fruit du genévrier, doit être soignée avec une pyélonéphrite. l'herbe de la grande chélidoine, la racine du laboureur et le jus des feuilles d'aloès.

    Au cours du traitement, il est nécessaire d'abandonner les épices chaudes (raifort, moutarde, poivre, vinaigre), ainsi que le chocolat et le café. L'utilisation de légumineuses, d'épinards, de céleri, d'ail, d'oignons et de radis est limitée.

    Recommandé réception systématique de baies de canneberges, airelles. Shadberry, mûres - sous toutes les formes et en saison - les pastèques et les fruits de la fraise.

    Forum IBS - Syndrome du côlon irritable

    Catégorie générale => Issues liées à IBS => Sujet démarré: Fleur du 9 janvier 2008 à 13:51:47

    Nom: Température subfébrile dans IBS

    Envoyé: Fleur du 9 janvier 2008 à 13:51:47

    Température subfébrile (fièvre subfebrile) - une augmentation de la température corporelle à 37-38 ° C Il est observé dans de nombreuses maladies, en particulier, peut indiquer un processus inflammatoire lent.

    On peut observer une température sous-fébrile dans les maladies suivantes: rhume banal, amygdalite chronique, pneumonie focale, tuberculose [1], dysfonction somatoforme du cœur et du système cardiovasculaire, pyélonéphrite, colite ulcéreuse, maladie de Crohn, hépatite aiguë, cytomégalovirus, maladie zynécologique, hépatite aiguë, cytopathologie,, la toxoplasmose, la typhoïde, la brucellose, peuvent également être causées par des parasites, un dysfonctionnement de la thyroïde, le virus d'Epstein-Barr (mononucléose) [2].

    Une fièvre de bas grade persistante est souvent observée chez les femmes ménopausées [3].

    Une faible fièvre peut être la seule manifestation de l'hyperthyroïdie à ses débuts [3]. Une température subfébrile est également observée en cas de thermonévrose, après avoir reçu une dose de rayonnement ionisant de 2 à 4 Gy.

    Quelqu'un a-t-il un SII avec une subférilitabilité matinale (température corporelle jusqu'à 37,5)? J'ai un rythme 37 ans, dans la deuxième phase du cycle menstruel, atteint 37,5 ohmy. C'est peut-être chez les femmes que l'éraflure se produit plus souvent. Les médecins ne savent pas de quoi, se référer à la nature nerveuse de hein

    Envoyé: Le marin mort le 11 janvier 2008 à 20:57:12

    Je suppose que je tombe sous ce temko: pendant de nombreuses années, il y avait une température de 37,1 et une éosinophilie dans le sang.

    Ils ont tout vérifié, y compris la tuberculose, mais n'ont rien trouvé. Ils ont dit qu'il y avait un processus inflammatoire quelque part dans le corps et que, quelque part, nous ne le savions pas! Il n'y a pas assez de données, nous attendrons qu'il fleurisse de manière luxuriante. o

    Ça a l'air charmant, n'est-ce pas? Cela vaut la peine de dire que pendant longtemps, je me suis réveillé le matin et que je me suis écouté avec peur: comment était-ce là, n'a-t-il pas fleuri? Il s'est avéré que pendant environ 3 ans, la température était normale, tout s'est stabilisé. clin d'oeil

    Nom: Re: Température subfébrile dans IBS

    Envoyé: Fleur du 11 janvier 2008 à 21:51:22

    Ce devait être une sorte d'allergie (les éosinophiles en parlent). scratch J'espère que tout sera corrigé sur moi oui2 aussi. Peut-être en tombant enceinte. Bien que la température est la mise en œuvre de cela peut et entrave. hein

    # 1 Anna85

    # 4 Iriska

    407 utilisateurs

  • Genre: femme
  • Publié le 08 juillet 2011 - 14:33 14:33

    Quelques années cherchent la raison de cette température.

    Ceci est un sujet séparé.

    Pour subfebrile, il existe un schéma d’examen spécifique, standard directement préparé, l’instruction est donnée soit par un pédiatre. ou thérapeute:

    1. Infection par TRIFF - toxoplasmose, cytomégalovirus, herpès (la rubéole n’est pas pertinente, elle passe de manière différente) - le sang d’une veine

    2. Virus Epstein-Barr (une des sous-espèces de l'herpès, souvent appelée parmi les causes possibles) - sang d'une veine

    3. Pneumonie cachée - Radiographie des poumons

    4. Infections des voies urinaires - échographie + analyse d'urine + analyse d'urine "pour la stérilité"

    5. Pneumocoque et hémophilus bacillus - écouvillonnage du pharynx

    6. Tuberculose - sang

    7. rhumatisme - tests rhumatismaux, protéine C-réactive, anti-ADN, ASL-o

    8. diabète - sang pour le sucre

    9. hépatite - sang

    10. thyroïde - analyse hormonale

    11. chlamydia (peut-être même un chat passe-t-il en grattant, ainsi que le toxoplasme) - sang

    12. Giardia - matières fécales + sang

    13. helminthes - matières fécales + sang (il en existe plusieurs types, vous pouvez consulter le site Web INVITRO).

    Et la consultation d'un neurologue et endocrinologue (qui donne effectivement des directives à l'analyse des hormones).

    Votre publication a été modifiéeIriSka: 08 Juillet 2011 - 14:37 14:37

    Plus D'Articles Sur Les Reins