Principal Tumeur

Tumeur rénale maligne: comment détecter et enlever

La plupart des diagnostics malins sont des maladies graves et dangereuses dont l'évolution constitue une menace sérieuse pour la santé et la vie d'un malade.

Et malgré le haut niveau de services en oncologie, les spécialistes n’ont pas réussi à trouver un traitement curatif pour les cellules cancéreuses.

À propos du corps

Le rein est un organe apparié situé dans la région lombaire. Ses moitiés sont localisées strictement symétriques par rapport à la colonne vertébrale.

Chaque lobe pèse environ 150 grammes, la surface est recouverte d’une capsule de liaison de structure plutôt dense. Le remplissage interne est une médullaire, remplissant plusieurs gobelets pyramidaux - il y en a au moins 15 dans chacun des lobes des reins.

Les parois ont la capacité de réduire les tissus, ce qui pousse les flux urinaires dans la vessie, d'où se produit leur vidage ultérieur.

L’organe a un but homéostatique, ses tâches principales:

  • régulation interne du débit sanguin et sanguin;
  • maintenir un équilibre acide-base normal;
  • surveiller le niveau de pression artérielle dans le corps humain et la normalisation des processus de coagulation du sang;
  • stimulation de la reproduction des globules rouges;
  • maintien des processus protéiques métaboliques.

À propos de la maladie

Le cancer du rein est une pathologie au cours de laquelle des cellules malignes anormales se développent dans le corps, ce qui déclenche les processus de leur division spontanée et incontrôlée, aboutissant à une tumeur.

Raisons

Les scientifiques ne s'entendent toujours pas sur la cause exacte de cette maladie. À leur avis, les facteurs provocants de son développement possible sont les suivants:

  • prédisposition génétique aux pathologies cancéreuses;
  • les maladies qui entraînent une mutation cellulaire de l'ADN;
  • insuffisance rénale;
  • maladies d'organes chroniques;
  • toxicité avec des composés chimiques nocifs;
  • hypertension dans la phase chronique du cours;
  • dépendance à la nicotine;
  • utilisation incorrecte de médicaments diurétiques;
  • faible immunité;
  • diabète sucré;
  • l'impact négatif des flux de faisceaux ionisants;
  • surpoids contre le déséquilibre hormonal.

Les néoplasmes malins des reins sont classés en fonction de divers symptômes, ce qui facilite leur diagnostic et leur traitement ultérieur. En fonction du degré de propagation, de l'ampleur de l'anomalie, des caractéristiques de son évolution et de ses symptômes, on distingue les formes de cancer suivantes.

Parenchyme

Comprend:

  • tumeur mixte du rein (tumeur de Wilms) - commence dans le parenchyme rénal chez les enfants principalement dans les premières années de la vie. Elle se caractérise par une agressivité excessive et une prédiction extrêmement négative de la survie.
  • fibroangiosarcome - une formation maligne de nature connective d'origine. Il se développe dans les fibres musculaires du tissu fibreux, présent dans presque toutes les parties du corps humain et ne présente aucun symptôme pendant une longue période, raison pour laquelle il est difficile à traiter;
  • carcinome à cellules rénales - prend naissance dans les couches corticales et représente plus de 80% des cas de détection d’une tumeur organique. Diffère l'activation trop précoce des processus de métastases et un taux élevé de destruction des systèmes et départements voisins;
  • lipoangiosarcome - constitué principalement de cellules vasculaires et adipeuses. Il croît rapidement, atteint une valeur critique en peu de temps et nécessite un retrait urgent;
  • myoangiosarcome - est assez rare (dans 7 à 8% des cas de diagnostic de cancer du rein). Il se développe dans le contexte d'une mutation génétique qui provoque une croissance anormale dans les tubes du néphron. Il affecte principalement le corps des enfants.

Cet article décrit les symptômes du cancer du rein chez les femmes et fournit des statistiques sur le nombre de personnes vivant avec ce diagnostic.

Lokhanka

Cette forme de la maladie est diagnostiquée chez les personnes âgées et se divise en sous-espèces suivantes:

  • carcinome épidermoïde - se développe dans le parenchyme ou l'organe pelvis. N'a aucun symptôme jusqu'à la dernière étape. Affecte immédiatement les deux lobes. Il n'est traité que chirurgicalement et en temps opportun.
  • cancer muqueux-glandulaire - formation maligne épithéliale qui se développe dans la structure glandulaire des tissus. Il survient à la suite d'une division cellulaire incontrôlée avec sa mutation ultérieure;
  • sarcome - affecte les deux lobes de l'organe, est accompagnée d'une hématurie. La tumeur en croissance serre l’uretère, contribue à la formation d’urine stagnante dans le pelvis et à la toxicité générale du corps;
  • cellule de transition - prend ses origines dans les couches superficielles de la membrane muqueuse. Il fait référence à l'aspect épithélial et ne pénètre pas dans les tissus profonds. Avec le diagnostic en temps opportun est bien traité.

Métastases tumorales

Avec ce type de cancer, la métastase est réalisée par un flux lymphatique vers la deuxième partie lobaire de l'organe, le cerveau, le tissu osseux, le foie. Affecte souvent le système respiratoire, en particulier les poumons.

Malgré le fait qu'un pourcentage important de cellules détruisent le système immunitaire, des processus irréversibles se développent beaucoup plus rapidement que le corps ne peut en contrôler le flux.

La situation est différente d’une tumeur normale en ce sens qu’une rechute après un traitement thérapeutique peut survenir 10 à 15 ans plus tard, lorsque le patient croit déjà s’être enfin remis.

Les symptômes

Les principaux symptômes de la maladie:

  • L'hématurie est un type de trouble dans lequel des impuretés non caractéristiques apparaissent dans la composition du sang, et le cancer est détecté par celles-ci;
  • sang dans l'urine - se forme spontanément et sans cause, avec des degrés d'intensité variables. Au fur et à mesure que la pathologie progresse, le taux sanguin dans les urines augmente. Parfois, il s’agit d’une masse épaisse qui se forme à un certain moment, puis qui se termine spontanément;
  • syndrome douloureux - son caractère varie de sensations douloureuses et sourdes, qu'une personne peut en principe tolérer sans utiliser d'analgésiques, à une douleur aiguë et intense, qu'il est impossible de l'éliminer, même avec des médicaments puissants;
  • rétention urinaire - se produit en raison de la pression de la tumeur sur le bassin du rein et de la formation de caillots sanguins;
  • augmentation générale de la température corporelle - un indicateur est insignifiant, mais dure jusqu'à plusieurs semaines, provoque faiblesse, indisposition, transpiration excessive, alternant avec des frissons;
  • fatigue physique et mentale rapide - se produit dans le contexte d'une détérioration de l'apatite, une baisse de l'immunité;
  • parfois, dans le cas où une anomalie germe dans la zone veineuse - un épaississement de la veine dans la région du cordon spermatique.

Diagnostics

Les principales méthodes de diagnostic de la maladie:

  • test sanguin - ne peut pas garantir de manière fiable le cancer, tout en montrant l'état réel du corps et en indiquant les éventuels problèmes de fonctionnement des organes principaux, ainsi que l'existence d'une anémie;
  • analyse de l'urine - grâce à la recherche en chimie, le médecin dispose d'informations sur le niveau de globules rouges, vérifie la qualité de l'urine pour détecter la présence d'impuretés inhabituelles;
  • IRM avec contraste - donne une image complète de la coupe transversale du corps humain aux bons endroits. En même temps, une composition de contraste est injectée à travers le cathéter afin que la taille et l'emplacement de la tumeur puissent être diagnostiqués aussi précisément que possible;
  • cavographie - diagnostique non seulement le cancer, mais révèle également la présence possible de métastases à travers l'utilisation d'isotropes;
  • l'aortographie est une sorte de rayonnement X qui permet d'examiner le rein de l'intérieur, l'état du système circulatoire qui le remplit, ainsi que d'examiner les couches internes de la pathologie;
  • artériographie rénale sélective - réalisée avec un produit de contraste, évalue le degré de mobilité des organes et l'état de ses artères sanguines;
  • biopsie de ponction - est justifiée dans des situations controversées lorsqu'il existe des désaccords sur le «verdict» final concernant la nature de l'anomalie.

Cet article traite des causes de la leucémie aiguë.

Traitement

La tumeur est amputée par néphrectomie. Type d'opération - ouvert - à l'aide d'un laparoscope. Bon résultat avec une taille de compactage pas trop grande (jusqu'à 4 - 5 cm). Dans ce cas, nous pouvons parler d'un rétablissement complet.

La manière dont l’opération est effectuée est montrée dans cette vidéo:

Malheureusement, le programme de réhabilitation par radiothérapie et chimiothérapie ne s’est pas révélé une option de traitement efficace. Ils sont parfois utilisés dans un complexe - avant l'opération ou aux derniers stades de la maladie, lorsque le patient est déjà inopérable, et la tâche principale des médecins est d'améliorer quelque peu sa condition physique et d'améliorer sa qualité de vie.

Leur faible efficacité s'explique par la nature trop agressive du développement de la tumeur et par sa transition rapide d'un stade à l'autre.

Réhabilitation

Le processus de rééducation après le traitement est assez compliqué et long. Afin de minimiser l'inconfort physique et psychologique, il est nécessaire:

  • réduire le niveau d'effort physique et adhérer à un régime quotidien doux;
  • marcher plus;
  • essayez de ne pas prendre divers médicaments sauf en cas d'absolue nécessité;
  • arrêter de fumer et de boire de l'alcool;
  • manger fractionné et équilibré.

Prévisions

Après un traitement réussi, les chances de survie à cinq ans sont les suivantes:

  • au stade 1 - plus de 90% des patients sont complètement guéris;
  • au stade 2 - environ 70% des patients atteints d'un cancer du rein surmontent cette ligne;
  • seulement la moitié de l'étape 3;
  • au stade 4, seuls 8 à 10% des patients ont une telle chance.

Si vous trouvez une erreur, sélectionnez le fragment de texte et appuyez sur Ctrl + Entrée.

Tumeur bénigne et maligne du rein. Tumeur rénale: symptômes et traitement

Les tumeurs rénales bénignes ou cancéreuses se produisent lorsque les tissus d’un organe commencent à se développer pathologiquement. Dans ce cas, la pathologie est causée par des mécanismes globaux. Les processus immunitaires dans le corps, en descendant, donnent une impulsion à la reproduction incontrôlée des cellules. Les tissus dus à la division intense des cellules augmentent et se transforment en une tumeur du rein ou d'un autre organe.

La mort cellulaire dans le corps humain se produit chaque seconde. Mais en même temps, ils ne peuvent pas se multiplier de manière incontrôlable. Les cellules en train de mourir suppriment les processus immunitaires. Avec l'échec des mécanismes bloquant le mauvais déroulement des processus biochimiques, la probabilité d'apparition de tumeurs dans n'importe quel organe augmente, et les reins dans ce cas ne font pas exception.

Causes des tumeurs du rein

Une tumeur au rein peut apparaître pour plusieurs raisons. Les facteurs provoquants comprennent la prédisposition génétique et les troubles survenus dans le système immunitaire. Les coupables de tumeurs sont considérés comme une hérédité et des anomalies associées à l'appareil génétique des cellules.

Ils se développent après une exposition prolongée à des toxines et à certains médicaments. Les tumeurs apparaissent chez les personnes immunodéficientes. L'impulsion à l'apparition des tumeurs se traduit par des radiations, des rayons UV excessifs, le tabagisme, des substances cancérigènes et un certain nombre de produits chimiques agressifs.

Trouvez souvent une tumeur du rein gauche (aussi bien que du droit) chez les personnes qui sont forcées d'entrer en contact avec des colorants à l'aniline. Cependant, cela ne signifie pas du tout que toutes les personnes travaillant avec des substances nocives développeront par la suite une tumeur, bénigne ou oncologique. Pour certaines raisons inexpliquées, la maladie n'en affecte qu'une partie. Quels mécanismes conduisent au fait que les facteurs de risque se développent en tumeurs, est actuellement inconnu.

Types de tumeurs bénignes du rein

Les néoplasmes rénaux, tout d’abord, sont divisés en deux grands groupes: malin et bénin. Dans chaque groupe, il existe plusieurs types de tumeurs.

Parmi les espèces bénignes, il y a huit espèces. Le lipome se développe sur les tissus adipeux. Les cellules glandulaires affectent l'adénome. Les excroissances sur le bassin s'appellent des papillomes. Des angiomes se forment sur les vaisseaux. Les dermoïdes se développent à partir de tissus épithéliaux. Sur les vaisseaux lymphatiques, les lymphangiomes rampent. Et une tumeur bénigne du rein peut s'appeler fibrome et myome.

Pour l'enlèvement des tumeurs bénignes n'a eu recours que dans des cas extrêmes. L'intervention chirurgicale est réalisée uniquement lorsqu'elle devient rationnelle. Les indications chirurgicales sont des signes tels que croissance tumorale rapide, inconfort et compression des tissus adjacents. Dans d'autres situations, cela ne devrait pas être fait, car les complications survenant après la chirurgie ne seront pas justifiées.

Types de tumeurs malignes du rein

Les cancers du rein sont divisés en six types. Les reins sont atteints de fibroangiosarcome, liposarcome. Sur le bassin révèlent un sarcome. Les patients souffrent de tumeurs de Williams, de cellules et de cancers poloskletochechnogo. La cellule a un degré d'agressivité assez élevé. Il se caractérise par une métastase transitoire des organes voisins.

Ne vous flattez pas sur le sarcome, cela peu après la formation de métastases, et elles se propagent rapidement. Comme on le voit, une tumeur maligne du rein est un néoplasme assez grave. Avec un diagnostic tardif, les prévisions sont décevantes. Les chances de survie des patients sont minimes. Les tumeurs rénales cancéreuses détectées aux premiers stades sont immédiatement éliminées par chirurgie. La chirurgie prolonge la vie d’une personne.

Symptômes de néoplasmes rénaux malins

Dans le cancer du rein, on note de la fièvre, une pression accrue, des douleurs dans le dos, qui ne peuvent pas être expliquées par un traumatisme. L'état des patients est caractérisé par une faiblesse et un gonflement des chevilles et du bas des jambes. Ils maigrissent rapidement. Il y a des traces de sang dans leurs urines.

Symptômes de masses rénales bénignes

Une tumeur bénigne d'un petit rein n'exerce pas de pression sur le tissu rénal, les symptômes en tant que tels sont donc absents. Les formations en expansion violent le fonctionnement du corps et sont accompagnées de certains signes. Les patients ont de la fièvre, qui est maintenue autour de 38 ° C.

Leur état de santé laisse beaucoup à désirer. Ils se plaignent de faiblesse, de perte d'appétit, de perte de poids drastique. Les patients sont épuisés par des douleurs qui sont perçantes. Les coliques les dérangent dans la région du rein malade. Les gens souffrent de douleurs douloureuses s'étendant jusqu'au bas du dos dans la région de l'organe affecté.

Les tumeurs bénignes du rein sont accompagnées d'une anémie et d'un gonflement des jambes. Les patients observés varicocèle, la pression augmente. Les érythrocytes se déposent à un taux élevé. L'éducation se fait sentir par la palpation.

Traitement de l'éducation rénale bénigne

Dans les néoplasmes rénaux pathogènes, contrairement aux analogues bénins, on note une destruction des tissus locaux et des foyers de croissance. Des cellules similaires se trouvent dans d'autres tissus. La propagation des cellules cancéreuses dans le corps s'appelle métastase.

Les tumeurs simples (kystes) n'ont pas besoin de traitement. Il est recommandé aux patients de subir un examen prophylactique, de ne pas trop refroidir et d’éviter les infections. Le traitement est effectué en cas de complications dues à une pyélonéphrite et à une insuffisance rénale.

Jusqu'à un certain point, ils tentent de traiter une tumeur du rein avec des méthodes conservatrices. Les symptômes et le traitement sont toujours liés. Le rendez-vous chez le médecin dépend des signes des pathologies apparues. Les néoplasmes peuvent être accompagnés d'inflammation, d'anémie, d'hypertension et d'autres complications.

Les tumeurs de taille mineure sont libérées du liquide par la vidange ponctuelle. On a recours à la chirurgie lorsque la formation est comprimée par les voies urinaires, les tissus organiques, la cavité tumorale est infectée et qu'un abcès est survenu. Les indications pour l'opération sont: la rupture de la tumeur, sa grande taille et son développement rapide.

Traitement du cancer du rein

Une tumeur maligne du rein, dont les symptômes se sont manifestés, est traitée de manière principale - une opération chirurgicale. La résection est effectuée lorsque son opportunité est évidente. Au cours de la chirurgie, le rein et les tissus adipeux entourant l’organe touché sont enlevés. L'uretère émanant du rein doit également être retiré.

Parfois, au cours d'une intervention chirurgicale, des opérations permettant de conserver des organes sont effectuées. S'il était possible de détecter une tumeur du rein à un stade précoce, l'opération est réalisée avec sa préservation, à condition qu'une personne ne puisse rester sans un organe atteint du cancer. La progression de la maladie dans cette situation ne joue pas un rôle décisif. Le déroulement de la résection est dicté par le fait que le deuxième rein restant ne peut pas assumer seul les fonctions d'excrétion des produits métaboliques.

Avec de telles interventions chirurgicales, le rein est partiellement éliminé. Le résultat d'une telle intervention diffère peu d'une néphrectomie radicale (ablation complète de l'organe). Cependant, il est clair qu'après une intervention chirurgicale, la probabilité d'une rechute est beaucoup plus grande. En effet, lors de l’excision de la tumeur, il existe une probabilité de conserver les cellules anormales.

De plus, le traitement utilise une thérapie immunitaire et hormonale. La radiothérapie aide à améliorer l'état des patients.

Le pronostic du traitement de la tumeur maligne

Le pronostic pour le traitement du cancer du rein est déterminé par son stade. Avec un diagnostic précoce et un traitement immédiat, le taux de survie est élevé. Les tumeurs rénales précoces, dont les symptômes et le traitement sont identifiés, permettent, après leur retrait, un taux de survie à cinq ans de 80% des patients. Avec des excroissances dans la veine cave inférieure (deuxième stade) après la chirurgie, la chance de vivre cinq ans ou plus apparaît chez 50% des personnes atteintes d'un cancer du rein.

La défaite de l'oncologie de la veine rénale (dans la deuxième étape) dans la période postopératoire garantit cinq ans de vie à 60% des malades. Si le processus oncologique est marqué par la participation du tissu adipeux (et nous parlons de la troisième étape), alors jusqu'à 80% des patients opérés survivent à l'opération. Lorsque les ganglions lymphatiques régionaux sont touchés (au troisième ou au quatrième stade), le taux de survie à cinq ans est réduit au minimum. Le nombre de ganglions chanceux ne dépasse pas 5 à 20%.

Les néoplasmes qui ont germé dans les tissus adjacents et métastasés ne permettent à 5% des patients de survivre. Lorsqu'une tumeur rénale en germination est détectée, la plupart des médecins reconnaissent le traitement chirurgical si des métastases individuelles sont détectées. La vie des personnes opérées est prolongée et sa qualité s'améliore.

Quelle est la différence entre les tumeurs malignes et les tumeurs bénignes?

Dans les néoplasmes rénaux pathogènes, contrairement aux analogues bénins, on note une destruction des tissus locaux et des foyers de croissance. Des cellules similaires se trouvent dans d'autres tissus. La propagation des cellules cancéreuses dans le corps s'appelle métastase.

Avec les processus bénins, le pronostic du traitement est favorable. Ils ne menacent pratiquement pas la vie des patients. Ces néoplasmes se développent lentement, ils ne sont pas sujets aux rechutes. Ils n'ont pas tendance à germer dans les tissus voisins. La tumeur bénigne du rein a la capacité de résorption.

Cependant, la qualité bénigne de l’éducation est un phénomène conditionnel. Il arrive parfois que des cellules d’un néoplasme se développent en cellules cancéreuses se développant activement et touchant des organes proches et éloignés.

Une grosse tumeur du rein, comprimant le tissu, empêche la miction, perturbe le fonctionnement des organes génitaux, provoque une douleur, se logeant dans le périnée et les jambes. Une tumeur bénigne est surveillée en permanence. Une tumeur en croissance rapide est rapidement retirée.

Cancer du rein

Le cancer du rein ou le carcinome à cellules rénales est une maladie oncologique qui affecte le plus souvent les personnes âgées de 55 à 60 ans. Parmi toutes les tumeurs malignes, en termes d’incidence, cette maladie occupe le dixième rang

Causes du cancer du rein

Il n’ya pas de réponse sans équivoque à la question sur les causes de ce cancer. Il a été suggéré que les personnes impliquées dans la production de colorants à l'aniline (des substances cancérogènes sont produites au cours de leur production) courent un risque beaucoup plus élevé de développer cette maladie. Ces agents cancérigènes sont considérés comme un déclencheur du développement du cancer de la vessie. Le groupe à haut risque comprend les patients atteints de la maladie de Hippel-Lindau, les kystes acquis, les maladies polykystiques et les reins en forme de fer à cheval. Les principaux facteurs prédisposant au développement du cancer du rein sont:

- âge et sexe. Chez l'homme, cette pathologie est observée deux fois plus souvent et l'incidence atteint son maximum à soixante-dix ans.

- l'obésité. À la suite de nombreuses études, il a été confirmé que l’excès de poids affecte le développement possible du cancer du rein.

- Fumer. Le tabagisme est un facteur de risque avéré pour le développement de toutes les tumeurs malignes. Chez les fumeurs (hommes et femmes), le risque de tumeur du rein, par rapport aux non-fumeurs, augmente de 30% à 60%.

- Maladie du rein. Un risque accru de cancer du rein a été observé chez les patients atteints d'insuffisance rénale terminale (insuffisance rénale chronique).

- médicaments diurétiques. Certains chercheurs ont établi un lien entre l’apparition de cet oncologie et l’utilisation de médicaments diurétiques.

- le diabète. Une augmentation de l'incidence du cancer du rein chez les diabétiques a été observée.

- Le pouvoir. Selon la plupart des chercheurs, la consommation de fruits et de légumes réduit considérablement le risque de développer cette tumeur maligne.

Le cancer du rein métastase lymphogène et hématogène. Au moment du diagnostic, un patient sur quatre présente des métastases. Le taux de survie de ces patients n’est pas supérieur à un an et environ 10% seulement survivent deux ans. Chez environ 30 à 50% des patients, des métastases métachrones se développent après une néphrectomie chronique. Le pronostic pour ces patients est légèrement meilleur, mais leur taux de survie à cinq ans ne dépasse pas neuf pour cent. Les sites les plus courants de localisation des métastases sont le cerveau, les glandes surrénales, les reins controlatéraux, le foie, les ganglions lymphatiques, les os et les poumons.

Types de cancer du rein

Le type le plus courant de tumeur maligne est le carcinome à cellules rénales ou le carcinome à cellules rénales qui affecte une partie du rein appelée parenchyme rénal.

Le cancer du rein à cellules transitoires implique dans la plupart des cas une partie du rein, appelée pelvis rénal.

La forme la plus courante de cancer du rein chez les enfants est une tumeur de Williams qui affecte tout le rein.

Symptômes du cancer du rein

Aux stades initiaux, la maladie est asymptomatique et est découverte assez accidentellement lors d’un examen informatique ou à l’échographie pour détecter la présence d’autres maladies. En conséquence, la triade classique de symptômes décrite chez les patients atteints de cancer du rein (tumeur palpable, sang dans les urines, douleur dans la région lombaire) est extrêmement rare de nos jours.

Le symptôme le plus courant est la présence de sang marqué dans les urines (hématurie), qui apparaît de façon constante ou périodique et qui peut se manifester sous la forme de caillots. Lors de la compression ou de la germination des tissus environnants par une tumeur et en cas de colique rénale, des douleurs apparaissent dans l'abdomen et dans le bas du dos. La présence d'une douleur aiguë peut être provoquée par une hémorragie dans la tumeur ou par sa rupture, suivie de la formation d'un hématome rétropéritonéal. Le troisième symptôme local du cancer du rein est une tumeur palpable (au moment du diagnostic, elle est présente chez un patient sur six).

Aux stades avancés de la maladie, la tumeur commence à être ressentie à travers la paroi abdominale antérieure, l'abdomen sous-cutané se dilate, un œdème des jambes apparaît, les veines du cordon spermatique (varicocèle) se dilatent chez l'homme, une thrombose veineuse des membres inférieurs, une faiblesse, une perte d'appétit et une perte de poids

Stades du cancer du rein

Stade 1 - la tumeur ne dépasse pas le rein

Stade 2 - la tumeur reste dans le fascia rénal, cependant, la capsule rénale germe

Stade 3 - la tumeur se métastase aux ganglions lymphatiques du sinus rénal, ou la veine cave inférieure ou la veine rénale se développe

Stade 4 - la tumeur présente des métastases distantes ou des organes adjacents en germination (sauf les glandes surrénales)

Diagnostic du cancer du rein

En cas d'apparition de sang dans les urines, une consultation immédiate de l'urologue est nécessaire. Celui-ci prescrira l'examen nécessaire dans ces cas (échographie des organes urinaires, analyses d'urine et de sang). L'échographie (échographie) des reins est la principale méthode d'examen avec l'apparition de la macrohémométrie. Très souvent, une néoplasie maligne du rein est détectée par cette étude, qui est réalisée pour une autre maladie. Les inconvénients significatifs de la recherche en échographie sont la dépendance des résultats aux qualifications du médecin traitant et le manque de visualisation chez les personnes en surpoids. Lors de l'identification de tumeurs de petite taille (jusqu'à trois centimètres), il existe également certaines difficultés. En cas de suspicion de tumeur du rein chez une personne, un examen supplémentaire est indiqué.

L'urographie excrétrice (après l'administration d'un agent de contraste par voie intraveineuse, un examen aux rayons X) est utilisée pour évaluer la fonction rénale et diagnostiquer les tumeurs possibles. Après l’apparition des tomographes à résonance magnétique et calcul, la valeur de cette étude a considérablement diminué, car de nouvelles méthodes de diagnostic permettent de détecter une tumeur au rein de presque toutes les tailles, d’établir sa prévalence et la fonction d’un rein sain et touché.

Pour examiner un patient présentant un cancer du rein suspecté, il est indispensable de procéder à une radiographie du thorax, du pelvis et des poumons. En cas de suspicion de lésions osseuses métastatiques, une scintigraphie osseuse au radionucléide est effectuée, ce qui permet de préciser la présence de lésions métastatiques osseuses.

Un diagnostic différencié est réalisé avec infiltrats inflammatoires (abcès, pyélonéphrite), tumeurs bénignes (oncocytome, angaiolipome, adénome), kystes, tumeurs primitives du rein malignes (néphroblastome, lymphome, sarcome)

Traitement du cancer du rein

La méthode de traitement prédominante de cet oncologie est la chirurgie, qui est pratiquée dans tous les cas possibles. La chirurgie consiste à enlever le rein, les tissus adipeux environnants et l'uretère (néphrectomie radicale). À l'heure actuelle, des opérations de préservation des organes pour le cancer du rein ont été développées et appliquées avec succès. Ils sont réalisés aux premiers stades du développement de la tumeur, en cas d'impossibilité pour une raison quelconque de prélever le rein lui-même. De telles interventions chirurgicales consistent à ne retirer qu'une partie du rein et, comme le montrent des études, les opérations préservant les organes ne diffèrent pas beaucoup de la néphrectomie. Le seul inconvénient majeur de ces opérations est le risque élevé de développement de la récurrence locale.

Après néphrectomie radicale, les patients au stade 1 ont un taux de survie à cinq ans d’environ 75%. En cas de tumeur de la veine cave (stade 2), le taux de survie à cinq ans est d'environ 45%. Si la veine rénale était impliquée dans le processus (stade 2), le taux de survie à cinq ans est d'environ 55%. Avec la participation du tissu adipeux rénal (stade 3), le taux de survie à cinq ans est d'environ 75%. Dans le cas des ganglions lymphatiques régionaux (stades 3-4), le taux de survie à cinq ans varie de 5 à 18%. Avec la germination de la tumeur dans les organes voisins et les métastases à distance, le taux de survie à cinq ans est inférieur à 5%.

La chimiothérapie (traitement médicamenteux) du cancer du rein est inefficace. La radiothérapie en tant que méthode indépendante de traitement de cette tumeur maligne due à l'inefficacité n'est également pas utilisée, elle est uniquement utilisée pour prévenir une progression ultérieure, réduire la douleur, prévenir et stabiliser les fractures pathologiques.

Maladie insidieuse - tumeur maligne du rein

Une tumeur maligne du rein se développe à la suite de la croissance de tissus anormaux à partir de cellules (modifiées) atypiques. Ce type de cancer est rusé. Dans la plupart des cas, il est déterminé à un stade avancé, ce qui conduit à un traitement infructueux. La pathologie est présente chez 2% des personnes ayant reçu une éducation en oncologie.

À propos de la maladie

Les cas les plus fréquents concernent les personnes âgées de plus de 55 ans. Les hommes sont sujets à cette maladie deux fois plus que les femmes. Le plus haut niveau de cancer du rein se situe dans les Amériques. Au cours de la dernière période, le taux d’incidence de ce type d’oncologie dans les pays d’origine a considérablement augmenté. Le ratio approximatif est de 20 cas pour 100 000 habitants.

Chaque année, 8 à 9 000 patients atteints d'un cancer du rein sont mortels. Habituellement, la pathologie est détectée par hasard. Le patient présente des symptômes qu’il n’associe pas à une maladie grave. Près de 30% des patients ayant subi un examen approfondi primaire ont déjà des métastases détectées, ce qui conduit à l'inefficacité du traitement opérable.

Raisons

La prolifération des tissus pathologiques n'est pas déterminée par la cause exacte. Mais il existe de nombreux facteurs dans lesquels le cancer est le plus souvent déterminé. Celles-ci peuvent être des déviations internes et des violations externes:

  1. Mutation 3 et 11 chromosomes avec transfert du site sur le chromosome non homologue.
  2. Prédisposition héréditaire au processus tumoral.
  3. Absence de réponse immunitaire à la croissance de cellules pathogènes.
  4. Fumer, régime alimentaire malsain, médicaments non contrôlés.
  5. Insuffisance rénale, hémodialyse, décès de tissus rénaux dans le contexte de pathologies chroniques.
  6. Attaque chimique, exposition à des agents cancérigènes, radiations.
  7. Blessures diverses du corps (aplatissement, compression, déchirure du bassin).

Grâce à la classification, des spécialistes contrôlent l'évolution de la maladie et déterminent la tactique de traitement. Le cancer du rein a plusieurs types sans croissance ni métastase à différents stades:

  1. Tumeur des cellules rénales. Le développement de la pathologie provient du tissu cortical des reins. Ce type commun représente 85% de tous les cancers du rein. La tumeur est caractérisée par une agressivité avec métastases actives. S'il n'est pas traité, il peut affecter d'autres organes et tissus osseux. Manifestés aux stades avancés, les symptômes ne se lient souvent pas à des organes appariés.
  2. Carcinome à cellules transitionnelles. La distribution est à la deuxième place, se manifestant chez 10% des patients atteints de cancer du rein. Il commence son développement à partir du bassin et présente des similitudes avec les troubles de la vessie oncologiques. Manifesté par le sang dans l'urine. Se produit souvent sur le fond de fumer. Le diagnostic opportun donne au patient une chance de guérir de près de 80%.
  3. Tumeur de Wilms. Un cancer du rein rare chez les enfants appelé néphroblastome. Il est noté dans 57% des cas de tous les types de cancer. Son lien principal est avec la mutation génétique et la croissance anormale de la structure des néphrons (cellules rénales). Le développement de la tumeur est déterminé également chez les garçons et les filles. La formation de tumeurs chez les enfants de moins de 5 ans est observée plus souvent qu'à l'adolescence. La médecine moderne vous permet de sauver la vie d'un enfant pendant 3 à 5 ans avec un traitement constant de 80 à 90%.
  4. Sarcome du rein. Fait référence à une formation rare formée à partir de tissu conjonctif. La pathologie est déterminée chez moins de 1% des patients présentant des symptômes similaires de cancer du rein. Des études instrumentales précises seront nécessaires pour identifier ce cancer. Les ultrasons ne suffisent pas, l’imagerie par résonance magnétique ou par ordinateur est toujours utilisée pour poser un diagnostic. Le sarcome se propage rapidement aux tissus voisins, aux ganglions lymphatiques et aux os. Pour se débarrasser de ce type de cancer, il faudra un traitement complet associé à la chirurgie, à la radiothérapie et à la chimiothérapie.

Selon les statistiques médicales, cette pathologie est très fréquente chez les hommes et se situe à la 10e place parmi tous les cancers possibles. Vous pouvez en apprendre davantage sur les causes, les symptômes du cancer chez l'homme et sur les méthodes de traitement.

Classement par structure

Ce regroupement de tous les types de cancer repose sur les caractéristiques de la cellule cancéreuse et de son noyau. La recherche cytogénétique et moléculaire est utilisée pour déterminer la morphologie. Il existe 5 types de cancer du rein:

  • cellule claire (85%);
  • papillaire (10-14%);
  • chromophore (6-10%);
  • oncocyte (jusqu'à 5%);
  • lésion des canaux collecteurs (jusqu'à 2%).

La classification proposée par l'Union internationale contre le cancer est largement utilisée.

Lésion tumorale primaire:

  • tumeur primaire;
  • manque de données;
  • l'éducation ne dépasse pas 7 cm, limitée au rein;
  • la formation de plus de 7 cm, au-delà des limites du rein;
  • la propagation de la tumeur dans les grands vaisseaux, dans la glande surrénale, dans les tissus situés dans la capsule adipeuse;
  • germination de cellules dans la glande surrénale, la veine et d'autres tissus en dehors de la capsule graisseuse.

Dommages aux ganglions lymphatiques régionaux:

  1. les nœuds ne sont pas définis;
  2. l'absence de métastases dans les nœuds;
  3. métastases dans un noeud;
  4. métastases dans deux nœuds ou plus.
  • il est impossible de déterminer les métastases;
  • manque de métastases;
  • des métastases profondes sont présentes.

En prenant en compte toutes les classifications, une définition simple mais pratique du développement de la tumeur est utilisée. Il y a 4 stades de cancer. Le dernier degré de développement de l'éducation en oncologie n'est pas susceptible de traitement et conduit à la mort.

Les symptômes

Parfois, il n'y a aucun signe jusqu'à ce que le cancer dépasse la capsule rénale. Les manifestations faibles ne peuvent pas indiquer directement le développement de l'oncologie. Selon les rapports médicaux, un pourcentage élevé de personnes sont traitées pour une autre maladie avec un diagnostic incorrect.

Par exemple, le patient reçoit des médicaments associés à des problèmes neurologiques ou musculo-squelettiques. De nombreux antispasmodiques suppriment la douleur et l'hypertension est éliminée à l'aide de médicaments spéciaux pour l'hypertension.

Ces manifestations spécifiques du cancer se retrouvent à la fin de la période:

  • coloration rouge de l'urine (hématurie);
  • divers types de dysurie (miction réduite ou abondante, manque complet de remplissage de la vessie, envie fréquente d'aller aux toilettes);
  • douleur dans différentes parties du dos, peut abandonner;
  • La palpation révèle un phoque à l'intérieur.

Aux premiers stades, de légers sauts de pression sont déterminés à mesure que la tumeur se développe, une faiblesse et une diminution de la capacité de travail se produisent. L'analyse d'urine et les analyses de sang peuvent montrer des changements mineurs survenant dans de multiples maladies rénales.

Une anémie et un ballonnement des veines apparaissent dans le contexte de la croissance tumorale, mais ces symptômes n'accompagnent pas toujours le cancer. Certains patients souffrent d'épuisement sévère.

Diagnostics

Actuellement, tout cancer du rein dans 40 à 60% des cas est diagnostiqué lors d'un examen de routine, lorsque le patient subit une échographie. À ce stade, la tumeur atteint souvent le stade 3.

Pour déterminer la pathologie réalisée des études standard. Dans les stades avancés, la tumeur est rapidement identifiée même par palpation, mais le développement précoce inclut la difficulté du diagnostic.

Il existe des études standard:

  1. prise en compte des plaintes et de l'anamnèse;
  2. examen externe;
  3. analyses d'urine et de sang (biochimie, préparations totales à base de leucocytes, tests rénaux);
  4. Échographie pour déterminer la taille et les limites du rein;
  5. CT ou IRM.

Pour diagnostiquer une tumeur, des examens instrumentaux sont utilisés. Ils vous permettent d'identifier avec précision les déviations dans la région pelvienne. Les informations les plus fiables peuvent être obtenues à la CT avec l’introduction du contraste:

  • Recherche informatique

La tomographie se réfère à l'examen aux rayons X, où le médecin reçoit une image claire et claire avec une définition complète des troubles dans les organes.

L'introduction du contraste est réalisée dans une veine. Cela vous permet de déterminer les lésions dans les reins et de remplir les veines avec une substance spéciale. Si un patient a une réaction allergique ou un degré élevé d'insuffisance rénale, il refuse le contraste.

Grâce au scanner, la localisation de la tumeur est déterminée avec précision, qu'il y ait un moyen de sortir des cellules pathologiques au-delà des limites de la capsule rénale ou des métastases. Sur la base de la tomodensitométrie, le médecin décide de poursuivre le traitement.

L'imagerie par résonance magnétique est utilisée lorsque la veine cave est incluse dans la pathologie. Un thrombus est généralement formé de cellules atypiques. L'IRM est indispensable pour déterminer l'état des tissus mous. Le diagnostic est très précis, la charge de radiation sur le corps est absente.

Si vous suspectez des lésions osseuses, vous devez subir une scintigraphie ou un examen du squelette. Le processus aide à examiner la position des os par l'accumulation d'une substance spéciale dans la zone des métastases. La méthode ne permet pas toujours d’en savoir plus sur la propagation de la tumeur, aussi une procédure plus longue est-elle réalisée avec l’étude d’autres zones.

La biopsie fait référence à l'une des méthodes de diagnostic fiables. Les cellules sont recueillies à partir de tissus vivants, puis envoyées à un laboratoire pour examen au microscope. Une biopsie n'est pas toujours nécessaire. Si le scanner ou une autre étude montre avec précision l'état de la tumeur et du rein, il peut être abandonné. Pendant le diagnostic, une ponction fine est effectuée sous le contrôle d'un équipement spécial.

Traitement

La nécessité d'une intervention chirurgicale reste aux premier, deuxième et troisième stades du cancer. Une fois le diagnostic établi, le patient peut recevoir des médicaments biologiquement actifs actifs contre les cellules atypiques. Ils stimulent le système immunitaire et réduisent la propagation des métastases dans les ganglions lymphatiques.

Le type de traitement chirurgical dépend de la taille de la tumeur, en tenant compte de l'état général du patient.

  • Laparoscopie mini-invasive

Elle est réalisée chez des patients atteints d'une tumeur dont la taille ne dépasse pas 6 cm, ce qui permet de minimiser les risques de lésions des tissus sains et de préserver complètement le rein. Le niveau de spécialiste pour un tel traitement devrait être très élevé.

  • Néphrectomie radicale

Le rein entier est enlevé avec le tissu adipeux, parfois les glandes surrénales et les ganglions lymphatiques sont enlevés. Elle se fait en libre accès. Après une incision à l'avant de l'abdomen, le rein est complètement enlevé. Une incision est habituellement pratiquée dans un rayon de 12 cm. Le prélèvement complet de l'organe est réalisé par la méthode laparoscopique, si la tumeur mesure plus de 7 cm mais ne présente pas de métastases dans les zones proches et se limite également à la capsule.

  • Résection rénale

Avec la tumeur, une partie du rein touchée par le cancer est affectée. Certains tissus sains sont également réséqués. L'élimination partielle n'est pas indiquée pour tous les patients, en fonction de l'emplacement de la tumeur. C'est la solution optimale pour les formations de moins de 4 cm.

La RFA et la cryothérapie sont idéales pour enlever les tumeurs à un stade précoce ou pour les patients qui n’ont pas un accès profond au corps. Pendant l'opération, la tumeur est gelée avec des températures extrêmement basses ou des électrodes. Un instrument long et mince est introduit dans la formation.

Quant à la radiothérapie, dans la plupart des cas, elle n’est pas efficace. Il est utilisé pour soulager la douleur et réduire les symptômes lors de la propagation de métastases dans les organes voisins.

Réhabilitation

Même après l'opération, le patient ne s'est pas complètement rétabli, car il est nécessaire de se protéger des complications et des rechutes:

  1. Après l'opération, un système de drainage est installé pour drainer le liquide de la zone d'accès. Le cathéter, qui a été installé avant de retirer la tumeur, est retiré dans les 48 heures.
  2. Pour réduire la douleur intense, des analgésiques intraveineux ou musculaires sont prescrits au groupe de médicaments. Avec une douleur mineure, des anti-inflammatoires non stéroïdiens.
  3. Les patients pendant longtemps sont au lit avec un minimum de mouvement. Les complications du système pulmonaire sont prévenues par des exercices de respiration. Environ 6 fois par jour, les respirations sont exhalées avec les seins pleins avec renforcement.
  4. Assurez-vous de mener une prévention de la thrombose. Pour cela, le patient est mis sur des bas de compression. Cette prévention empêche la séparation des caillots sanguins et leur entrée dans la circulation sanguine.
  5. Pendant la récupération est montré la gymnastique. Les exercices les plus simples en décubitus dorsal augmenteront la circulation sanguine. Si l'état post-opératoire le permet, le patient est autorisé à balancer ses pieds dans différentes directions.
  6. Les soins de la zone d'incision à l'hôpital sont effectués par du personnel médical. Le pansement change tous les jours et les sutures sont traitées avec une solution antiseptique spéciale. Il est important de s'assurer qu'ils ne saignent pas et qu'il n'y a pas de larmes.

Prévisions

Le résultat après la chirurgie est toujours différent, tout dépend du stade et du type de cancer. Sans traitement, le carcinome à cellules rénales se développe sur plusieurs semaines ou mois. Avec l'apparition de métastases profondes, le patient est mortel pendant un an.

Avec le traitement reçu, la survie jusqu’à 5 ans chez 60 à 90% des personnes demeure si la tumeur est localisée à un endroit. Avec un processus commun, les chances sont considérablement réduites et dépassent rarement 10%.

Pour prévenir la formation d'un processus cancéreux, il est recommandé de subir un examen préventif. Les patients atteints de kystes ou d'autres pathologies rénales sont à risque. Il est donc important qu'ils surveillent leur santé. Lorsque la détérioration de la santé et la détection des symptômes associés aux reins, vous devez subir un diagnostic approfondi.

Vous pouvez également lire, en regardant cette vidéo, la nature de la maladie, les symptômes auxquels vous devriez immédiatement porter une attention particulière, ainsi que les chances de guérison.

Tumeur maligne du rein

Une tumeur du rein est appelée prolifération pathologique de ses tissus, alors que les cellules changent de qualité. Allouer des tumeurs bénignes et malignes aux organes. Le plus souvent, la maladie est diagnostiquée à l'âge de 70 ans, alors que les hommes sont plus exposés que les femmes.

Aujourd'hui, les causes non équivoques de la maladie n'ont pas été identifiées, pas plus que les cancérogènes spécifiques. Certains facteurs contribuent au développement du cancer du rein:

  1. L'hérédité
  2. Maladies héritées
  3. Système immunitaire faible
  4. Mauvaises habitudes
  5. Exposition aux radiations

Il existe un système de classification assez compliqué pour les tumeurs du rein. La classification suivante est basée sur les manifestations cliniques et les caractéristiques radiologiques.

Tumeurs bénignes du parenchyme:

  • Adénomes
  • Lipomes
  • Fibromes
  • Angiomyolipome
  • Oncocytomes
  • Myomas
  • Hémangiomes
  • Lymphangiomes
  • Les myxomes
  • Dermoids

Tumeurs malignes du parenchyme:

  • Carcinome à cellules rénales
  • Fibroangiosarcome
  • Myoangiosarcome
  • Lipoangiosarcomes
  • Tumeurs de Wilms

Tumeurs bénignes du bassin:

Tumeurs malignes du bassin:

  • Carcinome à cellules transitionnelles du bassin.
  • Carcinome épidermoïde du bassin.
  • Cancer glandulaire muqueux du bassin.
  • Sarcome du bassin

Tumeur bénigne du rein et des kystes

Les angiolipomes sont constitués de tissu adipeux, ainsi que de vaisseaux sanguins, qui changent

Les adénomes sont considérés comme des conditions précancéreuses et l'examen microscopique des cellules tumorales est très similaire au carcinome à cellules rénales.

Les oncocytomes sont similaires aux espèces précédentes et sont souvent considérés comme une condition précancéreuse.

Les lipomes sont constitués de cellules du tissu adipeux. Fibromes - de fibreux.

Très souvent, les patients sont diagnostiqués avec un kyste rénal. Il faut comprendre que les kystes sont également différents. Par exemple, les kystes simples sont des néoplasmes de nature bénigne, ils ne se régénèrent jamais et le plus souvent ne sont pas traités.

Si nous parlons de kystes complexes, il faut savoir qu'ils ne sont pas toujours bénins, certains d'entre eux étant constitués de cellules cancéreuses. Si le patient est diagnostiqué avec un kyste complexe, le médecin conseille généralement une intervention chirurgicale, après quoi les échantillons de tissu sont envoyés pour histologie.

Entre autres choses, les tumeurs du rein sont dures. Cela signifie qu'il n'y a pas de liquide dans la tumeur. Ils peuvent être bénins ou malins (ce qui arrive le plus souvent).

Symptômes de la tumeur rénale

Le stade initial, lorsque la tumeur commence tout juste à se développer, ne diffère en aucune symptomatologie. Parfois, les symptômes sont tels que la personne ne leur prête absolument aucune attention. Cependant, à mesure que la tumeur se développe, les symptômes suivants apparaissent:

  1. Sentiment de malaise (une personne devient faible, se fatigue rapidement, n'a pas d'appétit et perd du poids de façon marquée)
  2. Augmentation de la température (de 37 à 38 degrés)
  3. L'anémie
  4. Polycythémie
  5. ESR
  6. Hypertension artérielle
  7. Présence de sang dans l'urine
  8. Douleur d'un personnage pleurnichant dans le bas du dos et sur le côté du rein affecté
  9. Coliques dans les reins
  10. Tumeur palpable
  11. Varicocèle
  12. Puffiness des membres inférieurs

Les symptômes ci-dessus sont caractéristiques d'autres maladies non liées aux reins. Si elles se produisent, consultez un spécialiste.

Comment un cancer du rein est diagnostiqué

Il est principalement diagnostiqué par échographie et scanner. De plus, la néphroscintigraphie est utilisée. Au début, ni l'urographie ni la radiographie claire ne peuvent détecter la maladie.

Pour visualiser les gros vaisseaux (aorte, veine génitale inférieure, vaisseaux rénaux), on utilise l'IRM avec rehaussement de contraste.

À l'aide de l'aortographie, de la cavographie et de l'artériographie sélective du rein, il est possible de déterminer un caillot tumoral dans la veine génitale inférieure.

Une autre méthode de diagnostic du cancer du rein est la biopsie par ponction.

La tumeur rénale métastatique se produit le plus souvent dans les poumons et les os. Par conséquent, pour tous ceux qui soupçonnent cette maladie, vous devez effectuer une radiographie ou un scanner des poumons, du crâne et de la colonne vertébrale.

Les principales méthodes de traitement

La principale méthode de traitement des tumeurs du rein, en particulier des tumeurs malignes, reste la chirurgie. Si la tumeur est bénigne, une résection (excision de la tumeur) est effectuée. Le rein affecté par une tumeur maligne est enlevé. Cette méthode vous permet de sauver et de prolonger considérablement la vie du patient, même en présence de métastases, sur d'autres organes et systèmes.

Les traitements de radiothérapie sont applicables en tant que soins palliatifs pour les tumeurs non chirurgicales.

En outre, un traitement conservateur est réalisé - prescrire une immunothérapie et un traitement hormonal.

Hypernephroma rein

C'est une formation maligne qui provient de l'épithélium rénal cortical. C'est cette tumeur qui survient plus souvent que les autres espèces (jusqu'à 85% des cas). Il est diagnostiqué dans 40-60 ans, les représentants de la moitié masculine souffrent tout d'abord d'une tumeur. Pratiquement ne se produit pas chez les enfants. Chez les femmes, la maladie est moins fréquente, mais généralement sous une forme négligée. Le fait est qu'il est facile de confondre l'hypernéphrome et les saignements utérins, ce qui explique pourquoi le traitement est dirigé dans la mauvaise direction.

Premièrement, les hypernephromes ont un parcours asymptomatique. L'hématurie ou le sang dans les urines est très rare, la douleur est ressentie et une éducation est ressentie. Cependant, le saignement peut commencer spontanément et être d'une intensité différente - d'une coloration à peine perceptible de l'urine à un saignement grave avec des caillots de plasma.

Même un médecin expérimenté n'est pas toujours en mesure de sonder l'hypernéphrome. Le plus souvent, les gens vont à l'hôpital avec des douleurs sourdes, moins souvent - avec des coliques néphrétiques. Avec la maladie, la température est augmentée à 37 degrés, dans de rares cas à 38. Des analyses de sang révèlent une accélération de la RSE. Il n'y a pas d'autres symptômes de cette maladie.

Si l'évolution de l'hypernephrome est atypique, une perte de poids peut accompagner les symptômes énumérés ci-dessus, dans un état général médiocre. Les métastases apparaissent le plus souvent dans les voies veineuses, moins souvent - dans le lymphatique.

La maladie est diagnostiquée dans des études urologiques. La seule méthode de traitement est l'ablation du rein. Après l'opération, il est montré au patient qu'il reçoit des médicaments anticancéreux.

Comment prévenir

Malheureusement, il n'y a pas de moyen spécial qui pourrait être la prévention de la maladie. Mais vous pouvez éviter les facteurs qui contribuent au développement du cancer. Gardez une trace de votre poids, ne mangez pas de graisse, surveillez votre pression artérielle. Les mesures préventives comprennent les éléments suivants:

  1. Arrêter de fumer
  2. Regarde ce que tu manges
  3. Faire du sport
  4. Limitez le contact avec des produits chimiques.

Surveillez votre santé, consultez un médecin rapidement et régulièrement, et tout ira bien pour vous!

À propos du corps

Le rein est un organe apparié situé dans la région lombaire. Ses moitiés sont localisées strictement symétriques par rapport à la colonne vertébrale.

Chaque lobe pèse environ 150 grammes, la surface est recouverte d’une capsule de liaison de structure plutôt dense. Le remplissage interne est une médullaire, remplissant plusieurs gobelets pyramidaux - il y en a au moins 15 dans chacun des lobes des reins.

Les parois ont la capacité de réduire les tissus, ce qui pousse les flux urinaires dans la vessie, d'où se produit leur vidage ultérieur.

L’organe a un but homéostatique, ses tâches principales:

  • régulation interne du débit sanguin et sanguin;
  • maintenir un équilibre acide-base normal;
  • surveiller le niveau de pression artérielle dans le corps humain et la normalisation des processus de coagulation du sang;
  • stimulation de la reproduction des globules rouges;
  • maintien des processus protéiques métaboliques.

À propos de la maladie

Le cancer du rein est une pathologie au cours de laquelle des cellules malignes anormales se développent dans le corps, ce qui déclenche les processus de leur division spontanée et incontrôlée, aboutissant à une tumeur.

Raisons

Les scientifiques ne s'entendent toujours pas sur la cause exacte de cette maladie. À leur avis, les facteurs provocants de son développement possible sont les suivants:

  • prédisposition génétique aux pathologies cancéreuses;
  • les maladies qui entraînent une mutation cellulaire de l'ADN;
  • insuffisance rénale;
  • maladies d'organes chroniques;
  • toxicité avec des composés chimiques nocifs;
  • hypertension dans la phase chronique du cours;
  • dépendance à la nicotine;
  • utilisation incorrecte de médicaments diurétiques;
  • faible immunité;
  • diabète sucré;
  • l'impact négatif des flux de faisceaux ionisants;
  • surpoids contre le déséquilibre hormonal.

Les néoplasmes malins des reins sont classés en fonction de divers symptômes, ce qui facilite leur diagnostic et leur traitement ultérieur. En fonction du degré de propagation, de l'ampleur de l'anomalie, des caractéristiques de son évolution et de ses symptômes, on distingue les formes de cancer suivantes.

Parenchyme

Comprend:

  • tumeur mixte du rein (tumeur de Wilms) - commence dans le parenchyme rénal chez les enfants principalement dans les premières années de la vie. Elle se caractérise par une agressivité excessive et une prédiction extrêmement négative de la survie.
  • fibroangiosarcome - une formation maligne de nature connective d'origine. Il se développe dans les fibres musculaires du tissu fibreux, présent dans presque toutes les parties du corps humain et ne présente aucun symptôme pendant une longue période, raison pour laquelle il est difficile à traiter;
  • carcinome à cellules rénales - prend naissance dans les couches corticales et représente plus de 80% des cas de détection d’une tumeur organique. Diffère l'activation trop précoce des processus de métastases et un taux élevé de destruction des systèmes et départements voisins;
  • lipoangiosarcome - constitué principalement de cellules vasculaires et adipeuses. Il croît rapidement, atteint une valeur critique en peu de temps et nécessite un retrait urgent;
  • myoangiosarcome - est assez rare (dans 7 à 8% des cas de diagnostic de cancer du rein). Il se développe dans le contexte d'une mutation génétique qui provoque une croissance anormale dans les tubes du néphron. Il affecte principalement le corps des enfants.

Lokhanka

Cette forme de la maladie est diagnostiquée chez les personnes âgées et se divise en sous-espèces suivantes:

  • carcinome épidermoïde - se développe dans le parenchyme ou l'organe pelvis. N'a aucun symptôme jusqu'à la dernière étape. Affecte immédiatement les deux lobes. Il n'est traité que chirurgicalement et en temps opportun.
  • cancer muqueux-glandulaire - formation maligne épithéliale qui se développe dans la structure glandulaire des tissus. Il survient à la suite d'une division cellulaire incontrôlée avec sa mutation ultérieure;
  • sarcome - affecte les deux lobes de l'organe, est accompagnée d'une hématurie. La tumeur en croissance serre l’uretère, contribue à la formation d’urine stagnante dans le pelvis et à la toxicité générale du corps;
  • cellule de transition - prend ses origines dans les couches superficielles de la membrane muqueuse. Il fait référence à l'aspect épithélial et ne pénètre pas dans les tissus profonds. Avec le diagnostic en temps opportun est bien traité.

Métastases tumorales

Avec ce type de cancer, la métastase est réalisée par un flux lymphatique vers la deuxième partie lobaire de l'organe, le cerveau, le tissu osseux, le foie. Affecte souvent le système respiratoire, en particulier les poumons.

Malgré le fait qu'un pourcentage important de cellules détruisent le système immunitaire, des processus irréversibles se développent beaucoup plus rapidement que le corps ne peut en contrôler le flux.

La situation est différente d’une tumeur normale en ce sens qu’une rechute après un traitement thérapeutique peut survenir 10 à 15 ans plus tard, lorsque le patient croit déjà s’être enfin remis.

Les symptômes

Les principaux symptômes de la maladie:

  • L'hématurie est un type de trouble dans lequel des impuretés non caractéristiques apparaissent dans la composition du sang, et le cancer est détecté par celles-ci;
  • sang dans l'urine - se forme spontanément et sans cause, avec des degrés d'intensité variables. Au fur et à mesure que la pathologie progresse, le taux sanguin dans les urines augmente. Parfois, il s’agit d’une masse épaisse qui se forme à un certain moment, puis qui se termine spontanément;
  • syndrome douloureux - son caractère varie de sensations douloureuses et sourdes, qu'une personne peut en principe tolérer sans utiliser d'analgésiques, à une douleur aiguë et intense, qu'il est impossible de l'éliminer, même avec des médicaments puissants;
  • rétention urinaire - se produit en raison de la pression de la tumeur sur le bassin du rein et de la formation de caillots sanguins;
  • augmentation générale de la température corporelle - un indicateur est insignifiant, mais dure jusqu'à plusieurs semaines, provoque faiblesse, indisposition, transpiration excessive, alternant avec des frissons;
  • fatigue physique et mentale rapide - se produit dans le contexte d'une détérioration de l'apatite, une baisse de l'immunité;
  • parfois, dans le cas où une anomalie germe dans la zone veineuse - un épaississement de la veine dans la région du cordon spermatique.

Diagnostics

Les principales méthodes de diagnostic de la maladie:

  • test sanguin - ne peut pas garantir de manière fiable le cancer, tout en montrant l'état réel du corps et en indiquant les éventuels problèmes de fonctionnement des organes principaux, ainsi que l'existence d'une anémie;
  • analyse de l'urine - grâce à la recherche en chimie, le médecin dispose d'informations sur le niveau de globules rouges, vérifie la qualité de l'urine pour détecter la présence d'impuretés inhabituelles;
  • IRM avec contraste - donne une image complète de la coupe transversale du corps humain aux bons endroits. En même temps, une composition de contraste est injectée à travers le cathéter afin que la taille et l'emplacement de la tumeur puissent être diagnostiqués aussi précisément que possible;
  • cavographie - diagnostique non seulement le cancer, mais révèle également la présence possible de métastases à travers l'utilisation d'isotropes;
  • l'aortographie est une sorte de rayonnement X qui permet d'examiner le rein de l'intérieur, l'état du système circulatoire qui le remplit, ainsi que d'examiner les couches internes de la pathologie;
  • artériographie rénale sélective - réalisée avec un produit de contraste, évalue le degré de mobilité des organes et l'état de ses artères sanguines;
  • biopsie de ponction - est justifiée dans des situations controversées lorsqu'il existe des désaccords sur le «verdict» final concernant la nature de l'anomalie.

Traitement

La tumeur est amputée par néphrectomie. Type d'opération - ouvert - à l'aide d'un laparoscope. Bon résultat avec une taille de compactage pas trop grande (jusqu'à 4 - 5 cm). Dans ce cas, nous pouvons parler d'un rétablissement complet.

La manière dont l’opération est effectuée est montrée dans cette vidéo:

Malheureusement, le programme de réhabilitation par radiothérapie et chimiothérapie ne s’est pas révélé une option de traitement efficace. Ils sont parfois utilisés dans un complexe - avant l'opération ou aux derniers stades de la maladie, lorsque le patient est déjà inopérable, et la tâche principale des médecins est d'améliorer quelque peu sa condition physique et d'améliorer sa qualité de vie.

Leur faible efficacité s'explique par la nature trop agressive du développement de la tumeur et par sa transition rapide d'un stade à l'autre.

Réhabilitation

Le processus de rééducation après le traitement est assez compliqué et long. Afin de minimiser l'inconfort physique et psychologique, il est nécessaire:

  • réduire le niveau d'effort physique et adhérer à un régime quotidien doux;
  • marcher plus;
  • essayez de ne pas prendre divers médicaments sauf en cas d'absolue nécessité;
  • arrêter de fumer et de boire de l'alcool;
  • manger fractionné et équilibré.

Prévisions

Après un traitement réussi, les chances de survie à cinq ans sont les suivantes:

  • au stade 1 - plus de 90% des patients sont complètement guéris;
  • au stade 2 - environ 70% des patients atteints d'un cancer du rein surmontent cette ligne;
  • seulement la moitié de l'étape 3;
  • au stade 4, seuls 8 à 10% des patients ont une telle chance.

Cancer du rein: informations générales

Selon les statistiques médicales, une tumeur maligne représente environ 3% de tous les cas de cancer chez l'homme détectés et, en urologie chez l'adulte, ce type occupe la troisième place parmi les tumeurs malignes après le cancer de la prostate et le cancer de la vessie. Le plus souvent, le développement de l'éducation au cancer est observé chez l'homme dans la période de 40 à 60 ans. Les hommes sont plus touchés par la maladie que les femmes. Une tumeur maligne du rein est une maladie de nature polyétiologique. Le développement de ce type de maladie peut être déclenché par divers facteurs et influences, parmi lesquels les plus courants sont:

  • génétique;
  • hormonal;
  • produit chimique;
  • immunologique;
  • rayon.

Le cancer est souvent un carcinome et se développe généralement à partir des cellules épithéliales des tubules proximaux et des tubules collecteurs. Ce type de cancer est appelé carcinome à cellules rénales et, si le développement d'un néoplasme se produit avec l'implication du système pyeo-pelvien, un carcinome à cellules de transition se produit.

Le carcinome à cellules rénales est un type important de cancer, sa localisation est réalisée dans les structures rénales.

Assez souvent, il est possible que des lésions métastatiques se développent au carcinome à cellules rénales d'autres organes.

Le développement de tumeurs du rein chez les enfants affecte le plus souvent tout l'organe. Ce développement de la maladie s'appelle la tumeur de Wilms.

Causes du cancer du rein

Toutes les causes de cancer dans le tissu rénal ne sont pas établies de manière fiable. Les experts suggèrent que le développement de la maladie est affecté par les composants qui composent les colorants à base d’aniline. Les agents cancérigènes contenus dans le colorant à l'aniline sont considérés comme des déclencheurs contribuant au développement de cancers du rein, mais également de tumeurs de la vessie. Le risque de cancer du rein est élevé chez les personnes atteintes de kystes et de polykystiques. Le risque de cancer dans le tissu rénal est chez les patients présentant un rein en fer à cheval. Les principaux facteurs de cancer sont:

  • l'âge et le sexe;
  • poids corporel excessif;
  • tabagisme;
  • développement de l'hypertension artérielle;
  • l'apparition d'affections rénales, telles que l'insuffisance rénale chronique;
  • utiliser dans le traitement des diurétiques;
  • le développement du diabète;
  • violations de régime et de régime;
  • rayonnement.

Les métastases du cancer se développent rapidement dans le corps. Au moment de la détection de la maladie, les organes adjacents aux reins présentent des métastases. En règle générale, les patients présentant ce degré de maladie ne vivent pas plus d'un an. Après la néphrectomie, la moitié des patients développent des métastases dans le tissu rénal. Les métastases les plus courantes du cancer sont le cerveau, la glande surrénale, le foie, les ganglions lymphatiques, les os et les poumons.

Avec le développement des carcinomes à cellules rénales, les mutations des 3ème et 11ème chromosomes sont détectées. Une tumeur maligne du rein se développe dans le contexte d’une diminution de la protection antitumorale, qui comprend un grand nombre de composants.

Les principaux composants de cette protection sont:

  • des enzymes qui assurent la réparation de l'ADN;
  • anti-oncogènes;
  • cellules tueuses naturelles pour le corps.

Le développement de cancers est possible sous l'influence de l'organe de facteurs traumatiques.

L'émergence de la maladie peut contribuer à la présence de tumeurs bénignes pouvant être transformées en tumeurs malignes.

Classification des cancers du rein

Le cancer du rein a un grand nombre de variantes morphologiques de développement, cette propriété est capable d'expliquer la présence en médecine de plusieurs classifications basées sur l'histologie. Selon la classification de l'OMS, les types de cancer les plus courants sont les suivants:

  • les tumeurs des cellules rénales, y compris les carcinomes à cellules claires, tubulaires, médullaires, papillaires, à cellules granulaires;
  • des tumeurs néphroblastiques, telles que le néphroblastome et la tumeur de Wilms;
  • tumeurs neuroendocrines représentées par carcinoïde et neuroblastome;
  • les tumeurs des cellules germinales représentées par le choriocarcinome;
  • tumeurs mésenchymateuses - léiomyosarcome et sarcome du rein.

Conformément à la classification internationale TNM, la notation suivante est utilisée pour différents types de cancer:

  • T1 - le site tumoral a une taille maximale de 7 cm, la zone de localisation est limitée au rein;
  • T1a - le ganglion tumoral a une taille inférieure à 4 cm;
  • T1b - la taille du nœud de 4 à 7 cm;
  • T2 - la surface de la tumeur est supérieure à 7 cm, la localisation du noeud est limitée au tissu rénal;
  • T3 - nœud en germination présent dans le tissu entourant le rein, le tissu surrénalien, les veines;
  • T3a - l'invasion du noyau de la tumeur se produit dans la fibre périrénale et les glandes surrénales du fascia de Gerot;
  • T3b - pénétration du cancer dans la veine cave inférieure ou sous le diaphragme;
  • T3c - la pénétration du site du cancer dans la veine cave inférieure au-dessus de l'emplacement du diaphragme;
  • T4 - développement du cancer en dehors de la capsule rénale.

L'oncologie rénale est divisée en plusieurs types en fonction de la présence de métastases dans les organes:

  • NO - les ganglions lymphatiques ne sont pas touchés;
  • Les métastases N1 se trouvent dans un seul ganglion lymphatique;
  • N3 - les métastases se trouvent dans deux nœuds ou plus.

À la suite de dommages aux ganglions lymphatiques, un lymphome se forme, ce qui représente une accumulation incontrôlée de lymphocytes affectés.

Par la présence de métastases à distance, l'oncologie du rein se divise en deux types:

  • M0 - pas de métastases;
  • Les métastases M1 se trouvent dans des organes distants.

Le cancer du tissu rénal est divisé en 4 étapes.

Dans les deux premiers stades, la tumeur ne se propage pas au-delà des limites de l'organe, dans la troisième, elle est localisée dans le sinus du rein, forme des métastases dans la veine cave et les veines rénales et dans la quatrième se forment des métastases distantes dans les organes.

Symptômes du cancer du rein

Les symptômes du cancer du rein avec une petite taille de la lésion tumorale sont presque imperceptibles. Les principaux signes d’une affection en développement sont la présence d’une triade particulière de signes: présence de sang dans les urines, douleur dans la région lombaire et formation de sensations sensibles du côté touché. En règle générale, l'apparition simultanée de symptômes indique la négligence du processus et la formation d'une lésion tumorale de grande taille.

Du sang dans les urines pendant le développement du cancer du rein peut apparaître à la fois périodiquement et de manière permanente, même au tout début du développement de la maladie. Le sang dans les urines peut apparaître de manière inattendue et sans douleur. Le développement ultérieur de la maladie provoque l'apparition d'une hématurie en même temps que la colique rénale.

Des sensations douloureuses apparaissent aux derniers stades de développement, ont un caractère terne et douloureux. La douleur résulte de la compression des fibres nerveuses. Au cours du processus de développement du cancer, une augmentation prolongée de la température apparaît. Très souvent, elle présente une légère fluctuation entre le niveau normal et légèrement élevé. Dans de rares cas, la température est élevée.

La toux, l'hémoptysie, les céphalées, les névralgies, la jaunisse sont les manifestations les plus courantes des métastases. Avec le développement du cancer chez les enfants, il se produit une augmentation des organes, de la fatigue et des douleurs de nature différente.

Traitement du cancer du rein

Un patient chez qui on a diagnostiqué un cancer du tissu rénal s'intéresse principalement à la question de savoir combien de personnes vivent avec le cancer du rein. Avec une évolution favorable de la maladie après la chirurgie, selon les statistiques, environ 10% des patients vivent plus de 5 ans.

Le traitement du cancer du rein est le plus souvent chirurgicalement réalisé. La chirurgie peut avoir plusieurs options:

  • néphrectomie;
  • résection du rein;
  • chirurgie combinée.

Très souvent, après la chirurgie, des métastases au niveau des reins se forment, mais le pronostic de la maladie après la chirurgie est plus favorable. Pour réduire le risque de métastases, une immunothérapie est effectuée contre le cancer.

Une place spéciale dans le traitement de la maladie prend un régime. La nutrition alimentaire doit être équilibrée et rationnelle. L'objectif principal du régime alimentaire est de maintenir le corps, ce qui entraîne des perturbations dans le déroulement de divers processus en raison du développement de la maladie. En règle générale, les aliments diététiques utilisés dans le cancer du rein nécessitent l'exclusion du sel. Dans la mise en œuvre de la méthode fractionnaire de puissance utilisée Par jour, il est recommandé de manger jusqu'à 6 fois par petites portions. Le cancer exclut les conserves, les aliments épicés et salés, les légumineuses, les pâtisseries sucrées, le café, le thé, l'alcool et les boissons gazeuses. Il exclut en outre la viande fumée et les produits semi-finis.

Raisons

Aucune tumeur maligne du rein ne s'est produite pour une seule raison. Il n'y a que des facteurs qui augmentent le risque de développement en oncologie.

Peuvent aggraver l’état du corps, provoquer l’apparition de cellules cancéreuses:

  • l'obésité dans la forme courante;
  • prédisposition génétique;
  • maladie rénale chronique;
  • l'hypertension;
  • diabète sucré;
  • blessures dans lesquelles des organes internes ont été blessés;
  • kyste dans le rein;
  • alcoolisme et tabagisme;
  • la malbouffe;
  • traitement médicamenteux à long terme.

Des scientifiques américains ont mené une étude selon laquelle un mode de vie nocturne nuit au corps et augmente les risques d'oncologie. Le niveau de mélatonine, qui maintient le système immunitaire et le système endocrinien en bon état, diminue.

Étapes de développement

Le cancer du rein en pratique médicale est divisé en 4 étapes. Cela est nécessaire pour comprendre l’évolution de la maladie, la structure de la tumeur, les voies de traitement possibles et le pronostic.

L'étape 1 se distingue par les caractéristiques suivantes:

  • asymptomatique;
  • taille du néoplasme ne dépassant pas 30-40 mm;
  • la tumeur est située dans la zone touchée, il n'y a pas de place.

Avec une détection rapide, le traitement donne des résultats positifs. Les patients peuvent vivre après le traitement pendant plus de 7 ans.

Au stade 2 du cancer du rein, il se produit une lente prolifération dans toute la cavité de l'organe.

  • les symptômes du cancer du rein latent sont légers;
  • taille de néoplasme 70-80 mm;
  • il est possible de sauver des vies dans 50% des cas avec un traitement approprié à ce stade.

Au stade 3, la croissance de la tumeur est terminée et la localisation du site commence par les systèmes lymphatique et circulatoire.

Le cancer du rein au stade 4 est considéré comme le stade le plus dangereux et difficile à traiter. Les métastases se propagent dans tout le corps, affectant des organes vitaux tels que le tube digestif, les poumons et la moelle osseuse.

Espèces

Le cancer des cellules rénales occupe une place dans la prévalence. Il représente plus de 75% de tous les cas. Cette forme d'oncologie est caractérisée par la formation de tumeurs à partir de l'épithélium, de vaisseaux et de lipides. Avec la progression de la métastase, des tumeurs apparaissent dans tout le corps.

Le cancer du rein est divisé en types suivants:

  1. Effacer la cellule. Les cellules cancéreuses ont certaines lacunes, qui sont notables lors de l’étude des résultats des radiographies par ultrasons. La forme la plus courante (environ 70% des patients atteints d’un cancer du rein). Développe à partir des tissus affectés des vaisseaux sanguins. Ce cancer du rein nécessite un traitement cardinal suivi d'un prélèvement complet (résection) ou partielle d'un organe. Si l'opération a été réalisée au stade 1 de l'oncologie, le pronostic est bon. Environ 75% des patients franchissent le seuil 5 à 8 ans après le traitement.
  2. Papillaire. Ce carcinome rénal provient des tissus internes de l'organe. Les cellules du néoplasme sont mal alimentées en sang, la progression est donc lente. Nécessite l'enlèvement d'un rein ou d'une tumeur avec un tissu endommagé.
  3. Chromophobe. Les cellules cancéreuses se forment dans les tubules rénaux. À l'intérieur, il y a des lacunes - des bulles, à cause desquelles ce carcinome du rein est appelé chromophobe.

Le sarcome est considéré comme l’un des types de cancer les plus graves avec un taux de mortalité élevé.
Le cancer "masculin" ne détruit pas rapidement le corps, comme la soi-disant femme. Les cellules cancéreuses ne sont liées à aucun organe et affectent l'ensemble du corps. Progresse rapidement, difficile à traiter.

Symptomatologie

Les signes de cancer du rein chez les femmes et les hommes diffèrent peu. Parmi les symptômes du cancer du rein chez les hommes, des varices sont observées dans les testicules.

Les symptômes du cancer du rein chez les femmes, les hommes au stade 1 est floue. L'adénocarcinome du rein s'accompagne d'abord d'une légère faiblesse, de vertiges temporaires. Ces signes sont facilement attribuables à la fatigue et à d'autres maladies, ce qui rend impossible l'identification de la maladie seule.

Les signes de cancer du rein sont spécifiques:

  1. Les attaques de la douleur dans la région lombaire.
  2. En examinant le bas du dos, on peut trouver de petits renflements en forme de boule.
  3. L'urine est excrétée avec du sang.
  4. La pression artérielle augmente.
  5. Les jambes sont très enflées.
  6. Poids fortement réduit.
  7. La température augmente - parfois.
  8. Miction douloureuse.
  9. Transpiration excessive.
  10. Thrombose

Les symptômes du cancer du rein chez les hommes et les femmes de nature générale:

  1. Diminution de l'appétit.
  2. L'anémie
  3. Colique rénale.

Symptômes et signes du cancer du rein, peints par étapes:

  • Stade 1. La tumeur est petite (pas plus de 20 mm), elle ne peut pas être pelotée. Il y a un sentiment de faiblesse, de faiblesse et parfois de maux de tête;
  • stade 2. La taille de la tumeur dépasse 40 mm. La douleur dans la région lombaire est dérangeante, des traces de sang peuvent être trouvées dans l'urine et de petits nodules convexes peuvent être retrouvés lors de la palpation.
  • Stade 3. Les métastases sont distribuées dans tout le corps par le système lymphatique et la circulation sanguine. Il y a non seulement une détérioration générale de la santé, des signes caractéristiques de l'insuffisance rénale, mais aussi d'autres (en fonction de la localisation des métastases);
  • Stade 4. En raison de la métastase, le travail du système nerveux central, du système respiratoire et du système excréteur est perturbé. La mortalité est élevée.

Les symptômes suivants peuvent accompagner un cancer du rein avec métastases:

  • si des métastases touchent le système nerveux central - vertiges, confusion mentale, troubles de la mémoire, maux de tête, accès de névralgies;
  • si les métastases se trouvent dans les poumons, les bronches - toux avec du mucus, impuretés du sang;
  • si les métastases atteignent le foie - jaunissement de la sclérotique du blanc des yeux, peau, goût amer de la bouche, nausée, douleur au côté droit;
  • si les métastases touchent l'appareil osseux - l'ostéoporose, les courbatures et la douleur dans les os.

Chez les enfants, la maladie est plus cachée, un adénocarcinome du rein peut être détecté accidentellement lors d'un examen physique.

Enquête

Aux stades où la manifestation du carcinome à cellules rénales devient trop caractéristique, la maladie est moins bien traitée, le pronostic n’est pas rassurant. Par conséquent, le diagnostic dans les établissements médicaux est le meilleur moyen fiable de détecter l'oncologie.

Si un carcinome à cellules rénales est suspecté, les types de tests instrumentaux, de laboratoire suivants sont requis:

  1. Échographie. Parfois, un simple dépistage ne suffit pas, et un échantillon de tissu est prélevé à l'aide d'une aiguille pour les tests de laboratoire.
  2. IRM Vous permet d'obtenir de nombreuses données sur le fonctionnement du rein, sur l'évolution de la maladie, les zones touchées.
  3. CT En revanche, l'IRM permet d'obtenir des informations sur l'état du système osseux.
  4. Analyse sérique générale et spécialisée pour les réactifs du cancer.
  5. Urographie Pour montrer un rein et une éventuelle tumeur maligne sur la photo, un agent de contraste spécial est injecté par une veine.
  6. Analyse biochimique de l'urine. Dans des conditions de laboratoire, l'urine est testée pour les marqueurs oncologiques.

Le médecin n’exige un examen que si, après examen, interrogation et palpation du patient, il existe des suspicions de cancer du rein.

Combien de temps vivre

Le cancer occupe une ou deux places dans certains pays en termes de mortalité. Le problème principal est le diagnostic de cancer des cellules rénales aux derniers stades, lorsque le traitement est inefficace. Selon les statistiques, l'adénocarcinome du rein prend plus de 10 000 vies par an. Le nombre de personnes vivant avec l'oncologie est influencé non seulement par le stade de développement de la maladie, mais également par certains facteurs.

Ceux-ci comprennent:

  • qualité du traitement du cancer du rein;
  • qualification des médecins et équipement de la clinique;
  • manque de maladies chroniques;
  • l'état psychologique du patient, son espoir de succès du traitement;
  • l'âge

Le carcinome rénal après chirurgie peut être guéri temporairement. Certaines métastases ne se manifestent pas, elles peuvent rester dans le corps pendant 10 ans.

Si vous partez des statistiques, vous pouvez obtenir les données généralisées suivantes sur le niveau de survie du patient:

  • au stade 1, une issue défavorable se produit dans 19-20% des cas;
  • au stade 2, le décès survient dans 21 à 25% des cas;
  • au stade 3, plus de 40 à 45% des patients décèdent;
  • au stade 4, plus de 80% des personnes meurent.

Les développements modernes, l'approche correcte du traitement permet de récupérer à 60-70%. Compte tenu des coûts élevés et de la confiance dans une issue favorable.

Traitement médicamenteux

En plus des opérations, les médicaments sont largement utilisés en complexe et en monothérapie.

Le traitement du cancer du rein avec des médicaments est réalisé dans deux directions:

  1. Élimination naturelle de la tumeur due à la stimulation immunitaire. Les médicaments d'immunothérapie activent, augmentent la quantité d'anticorps qui reconnaissent la tumeur et détruisent ses cellules. Cette méthode de traitement des tumeurs malignes a été utilisée il y a plusieurs décennies. Dans la Fédération de Russie approuvé 3 médicaments dans cette catégorie.
  2. Impact de la cible. La thérapie utilise des médicaments qui détruisent la protéine intracellulaire de la tumeur. Avec un effet positif, sa taille est réduite ou sa croissance est suspendue.

L'efficacité du médicament est évaluée selon trois critères:

  1. Réponse notable au traitement. Si la taille du néoplasme a diminué de 30 à 40%, vous pouvez alors poursuivre le traitement avec le médicament.
  2. Aucun changement La tumeur a cessé de croître, la maladie ne progresse pas.
  3. Dépréciation Si la maladie continue à se développer après le traitement médicamenteux, sa progression peut être évaluée. Le médicament est annulé, un autre est sélectionné.

Les concepts de «réponse au traitement» et «pas de changement» sont combinés dans le concept de «contrôle du cancer». L'acceptation des médicaments ciblés selon les essais cliniques aidera à obtenir un résultat favorable dans 87% des cas. L'enquête a montré que chez 47% des patients, la tumeur avait cessé de croître et que 40% avaient commencé à diminuer.

Parmi les médicaments ciblés sur le territoire de la Fédération de Russie, les suivants ont été approuvés et utilisés:

  • Le sunitinib;
  • Le lénvatinib;
  • L'axitinib;
  • Le pazopanib;
  • Everolimus;
  • Sorafenib.

La thérapie immunologique est réalisée en utilisant:

Parfois, l'immunothérapie n'est pas efficace. Les cellules cancéreuses peuvent être captées par l'immunité pour leur propre raison, du fait qu'elles perdent des anticorps spécifiques qui les qualifient d'étrangères. Dans le second cas, nous parlons de l'équilibre du système immunitaire. La présence de cellules tumorales augmente la croissance des lymphocytes dans le sang afin de rétablir l'équilibre dans le corps, en réduisant plus précisément le nombre d'anticorps actifs.

Plus D'Articles Sur Les Reins